|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
9 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 9

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Affaire Arthur Noyer : Nordahl Lelandais : Une énième audition pour tenter d'éclaircir les circonstances du meurtre du caporal Arthur Noyer. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/07/2019 17:15
eurtre de Martine Escadeillas . Malgré le temps, le suspect reste en prison ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/07/2019 13:37
Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan. Affaire Sophie Le Tan : troisième audition pour le suspect ( En vidéo). Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/07/2019 16:18
Média SUISSE : QUI A VU ADRIEN? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/07/2019 13:09
RLes avocats du mari de la Theutoise Sylviane Finck contestent ses aveux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2019 14:45
Disparition de Mathieu Caizergues : un gendarme mis en cause se pourvoit en cassation. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2019 13:15
Disparition de Martine Escadeillas en 1986 près de Toulouse : le suspect demande sa remise en liberté. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2019 12:42
La famille de Fouzia milite pour l’extradition de Abdelkarim El Kadaoui ,le mari meurtrier. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2019 12:27
La mère de la martyre de l'A10 demande sa mise en liberté... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/07/2019 18:50
Disparition de Théo Hayez en Australie: "Nous appelons la communauté à se mobiliser et poursuivre ce travail vital" ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 08/07/2019 17:32

Célia, 20 mois, morte sous les coups à Messancy (Belgique) le 28 Octobre 2013.

Publié par Walda Colette Dubuisson le 20-04-2017 (3380 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée


20/04/2017 .Près d’un an après le procès des meurtriers de sa fille, David Amand, le papa de Célia, cherche encore à se reconstruire. Aussi, il a commencé à écrire un livre qui raconte l’histoire de sa fille, décédée à 20 mois suite aux mauvais traitements ( revoir historique de ces pénibles maltraitances). David Amand se consacre à ce manuscrit qui le mobilise jour après jour. Et sur les questions qui ne cessent de le hanter.
N’oublions pas ces horribles maltraitances qui conduisent des petits bouts à la mort dans des souffrances indescriptibles !!!
SEULS, CEUX QUI CONSTATENT/SOUPÇONNENT DES MALTRAITANCES DOIVENT DÉNONCER AU PLUS VITE..
Merci pour ces enfants, personnes âgées, animaux etc , tous sont sans défense !!!

*********************************************
01/02/2017 : les parents de Jonathan Hayen, reconnu coupable du meurtre de Célia Amand, ne seront pas poursuivis...
***********************************
03/09/2016 : Paola Brombin, condamnée à 29 ans de prison pour le meurtre de sa fille Célia, ne reverra plus ses enfants... STOP MALTRAITANCE !!!
***************************************
29/06/2016 : L’arrêt est tombé peu après 12 h 15, à Arlon. Après deux heures de délibération, la cour d’assises du Luxembourg a condamné Paola Brombin, la mère de la petite Célia, à 29 ans de prison et son beau-père, Jonathan Hayen, à 30 ans.
********************************************
Ce 28/06/2016 : J. Hayen et P. Brombin sont jugés coupables de meurtre sur la personne de Célia, âgée de 20 mois, à l'issue de cette cour d'assises, après délibération des jurés.
les peines, seront décidées demain, mercredi, par les jurés.
*******************************************
16/06/2016 : Les bourreaux présumés de Célia, 20 mois, sont jugés: « Tout le monde voyait que les enfants de la famille portaient des traces de coups». "Ce silence interpelle. [...] Personne n’est intervenu, du moins pas officiellement" ( VIDÉO)
****************************************
14/06/2016 : Cour d’assises :une première audience pour constituer le jury.Après une audience préliminaire technique, le mois dernier, le procès de Jonathan Hayen et Paola Brombin s’est effectivement ouvert, lundi après-midi, devant la cour d’assises à Arlon.
*********************************************
13/05/2016 : Le procès des meurtriers présumés de la petite Célia, 20 mois, débute aujourd'hui avec une audience préliminaire.
Le procès de l’année ? On peut l’affirmer sans hésiter. Car l’histoire de Célia, cette fillette de 20 mois décédée sous les coups le 28 octobre 2013 à Messancy, a déjà fait couler beaucoup d’encre
**************************************
25/02/2016 : Ses bourreaux ont voulu faire porter le chapeau à la sœur âgée de 7 ans au moment des faits !

Voir rappel des faits de cette horrible maltraitance mortelle, parmi tant d’autres .PAS DE PARDON !!!

Ils battent à mort leur bébé et tentent de faire accuser leur fille de 7 ans !!!

Jonathan et Paola attendent leur procès, qui se déroulera en juin aux assises du Luxembourg à Arlon.


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=1160



RAPPEL DES FAITS :

Célia ( 20 mois) a été battue à mort le 28 octobre 2013, à Messancy ( Belgique).

Les faits se sont produits le 28 octobre 2013 à Messancy. Paola et Jonathan, la mère et le beau-père de Célia, appellent les secours : la petite gît inconsciente au bas de la cage d’escalier, d’où elle serait tombée. Mais très vite, les médecins d’Arlon comprennent que la gamine, décédée sur le trajet de l’hôpital, n’est pas tombée dans les escaliers.
L’autopsie du corps de la petite révèle que la fillette porte une multitude de contusions sur le corps. Ce qui ne laisse aucune place au doute : Célia est morte sous les coups de sa mère, Paola, 24 ans à l’époque, ou de son beau-père, Jonathan. Très vite, celui-ci est arrêté mais continue encore aujourd’hui à nier les faits. Paola, quant à elle, se dénoncera à la police en mai 2014 et sera inculpée de meurtre et de coups et blessures, tout comme son compagnon.

AVRIL 2014 :
En avril 2014, un dessin arrive sur le bureau des enquêteurs. Un dessin d’enfant, réalisé par la fille aînée de Paola, née d’une union antérieure. Nous l’appellerons Jessica. Alors âgée de 7 ans, Jessica aurait représenté sa petite sœur Célia tombant dans les escaliers. Et se serait également représentée en train de la pousser et de la malmener. . Seulement voilà : les enquêteurs ne sont pas dupes et se rendent compte rapidement, après analyse graphologique, que Jessica n’aurait pas pu écrire cela. La fillette aurait donc été forcée de réaliser ce « dessin-confession » sous la dictée de sa maman...

09/02/2016 : le CPAS avait repéré des traces de coups sur Célia quelques semaines avant le drame.

Fallait-il s’inquiéter de ce qui se passait derrière les murs du numéro 7 de la Rue Grande à Messancy ? Selon des éléments du dossier de « l’affaire Célia », du nom de cette gamine de 20 mois ,tout porte à croire que le pire aurait peut-être pu être évité. Le CPAS avait signalé aux autorités « des suspicions de maltraitance sur un très jeune enfant », à cause de la présence d’ecchymoses sur le visage de la petite (Jonathan et Paola parlaient d’une fillette « maladroite » pour expliquer les ecchymoses.). Une voisine avait également donné l’alerte.

Selon nos informations, la situation de la famille aurait alerté les services du CPAS de Messancy. Deux employés de l’administration communale ont en effet alerté la police concernant l’état d’un des enfants, dont tout laisse à penser qu’il s’agit de la petite Célia. Ainsi, quelques semaines avant le drame, « deux employés ont dénoncé une situation anormale. Ils ont expliqué à la police que, lors du passage de Paola B. – la mère – et Jonathan H. – le beau-père dans leurs locaux, ils avaient remarqué des ecchymoses sur le visage de l’enfant », apprend-on de bonne source.

25/02/2015 : sa mère et son beau-père ont voulu faire porter le chapeau... à la sœur âgée de 7 ans au moment des faits !

Incroyable mais vrai : la mère et le beau-père de la petite Célia, décédée sous les coups à l’âge de 20 mois à Messancy en 2013, ont tenté de faire porter le chapeau de la mort de la gamine à sa sœur aînée. Pour mieux duper les enquêteurs, ils lui auraient demandé de réaliser un dessin et un petit texte dans lequel elle prend sur elle ce qui est arrivé à Célia...
Jonathan et Paola attendent leur procès, qui se déroulera en juin aux assises du Luxembourg à Arlon.

http://www.lameuse.be/1499357/article ... t-son-beau-pere-ont-voulu
*************************************

13/05/2016 : Le procès des meurtriers présumés de la petite Célia, 20 mois, débute aujourd'hui avec une audience préliminaire.


Le beau-père et la mère de Célia comparaîtront devant la cour et devront s'expliquer sur ce qui s'est passé ce 28 octobre. Jusqu'à présent, ils nient les faits et ont changé de version plusieurs fois.

Ils ont d'abord affirmé qu'elle était tombée dans les escaliers, puis que c'était la grande soeur de Célia, alors âgée de 7 ans, qui l'avait poussée. Ils ont même réalisé un dessin, au nom de la grande soeur, sur lequel on pouvait la voir pousser Célia dans les escaliers. Une mise en scène qui n'a pas convaincu les experts.

Nous apprenions ensuite par nos confrères de La Meuse, que le CPAS de Messancy était probablement au courant des faits de violence.

Au total, une quarantaine de traces de coups avaient été retrouvés sur le corps de la petite.


(Source: La Meuse)
Meurtre de la petite Célia aux assises: le procès de l'année



Le procès des meurtriers présumés de la petite Célia, 20 mois, décédée sous les coups à Messancy en octobre 2013, débute ce vendredi avec une audience préliminaire. Une première étape qui donne véritablement le coup d’envoi de ce procès très attendu. Dont l’enjeu, pour les parties civiles, est on ne peut plus simple : savoir ce qui s’est passé au nº7 de la rue Grande, à Messancy, le 28 octobre 2013.

Le procès de l’année ? On peut l’affirmer sans hésiter. Car l’histoire de Célia, cette fillette de 20 mois décédée sous les coups le 28 octobre 2013 à Messancy, a déjà fait couler beaucoup d’encre. Il faut dire que cette affaire, aussi triste et dramatique soit-elle, ne manque pas de rebondissements.

De nombreux médias belges, mais aussi luxembourgeois et français, se sont intéressés à ce drame. Aussi, il y a fort à parier que le procès, dont les débats sur le fond s’ouvriront le 16 juin, sera sans doute très médiatisé.

Découvrez le témoignage du père de Célia dans La Meuse Luxembourg de ce jeudi et dans nos éditions numériques .
http://mobile.sudinfo.be/1569891/arti ... ises-le-proces-de-l-annee

**********************************
14/06/2016

Six hommes et six femmes ont été désignés, hier, par le sort pour juger la mère et le beau-père de la petite Célia, 20 mois, devant les assises.

Après une audience préliminaire technique, le mois dernier, le procès de Jonathan Hayen et Paola Brombin s’est effectivement ouvert, lundi après-midi, devant la cour d’assises à Arlon. Respectivement beau-père et mère de la petite Célia, 20 mois, ils devront répondre du meurtre de la fillette le 28 octobre 2013 à Messancy, décédée des suites de coups.
Cette première audience s’est tenue uniquement pour constituer le jury. Cent septante citoyens candidats jurés potentiels avaient été convoqués. Après admission d’excuses puis tirage au sort et récusations, un jury paritaire a été désigné puisque constitué de six femmes et six hommes. Le jury de suppléants est lui constitué de deux femmes et un homme. À noter qu’un juré suppléant a été récusé d’office après la constitution du jury. Il est apparu qu’il n’habitait plus la province et ne pouvait dès lors être retenu comme juré pour la cour d’assises du Luxembourg.

Toutes les parties en présence

Mais outre cet aspect de procédure, l’audience a mis, pour la première fois, en présence la cour, les avocats de la défense et des parties civiles; de même que les deux accusés.

Le papa de la petite Célia, David Amand, avait aussi pris place dans la salle d’audience.

Le procès débutera réellement jeudi matin avec la lecture de l’acte d’accusation par la procureur Sarah Pollet, officiant comme avocat général. Jonathan Hayen et Paola Brombin seront ensuite interrogés. Chacun se rejetant jusqu’ici les responsabilités.

Jonathan Hayen est privé de liberté depuis octobre 2013 après le décès de Célia constaté lors de son arrivée à la clinique d’Arlon. Les secours avaient été prévenus par le couple qui avait expliqué avoir retrouvé l’enfant inanimée. L’explication d’une chute dans l’escalier quelques jours auparavant avait été donnée mais jugée peut crédible par les premiers intervenants.

En août 2014, Paola Brombin, qui avait accouché peu de temps avant d’un enfant commun avec Jonathan Hayen, se présentera spontanément à la police pour avouer des coups lors de crises de spasmophilie. Elle sera aussi placée sous mandat d’arrêt. Quelques mois plus tard, elle reviendra sur ses explications et parlera de violence de la part de son compagnon.

Les enquêteurs viendront témoigner vendredi. La comparution des témoins se poursuivra la semaine suivante. Le procès pourrait se terminer le vendredi 24 juin ou au début de la semaine du 27 juin.
http://www.lavenir.net/

**************************************
16/06/2016 : Les bourreaux présumés de Célia, 20 mois, sont jugés: « Tout le monde voyait que les enfants de la famille portaient des traces de coups». "Ce silence interpelle. [...] Personne n’est intervenu, du moins pas officiellement"



Procès de la mort de la petite Célia: le point en direct


C'est un procès particulièrement difficile qui s'ouvre aujourd'hui devant les assises du Luxembourg. Celui du beau-père et de la mère de la petite Célia, une fillette de 20 mois décédée, en octobre 2013, à Messancy. Le couple est accusé de coups et blessures et de traitement dégradants sur leur enfant. Olivier Pierre et Benjamin Brone suivent ce procès pour le RTLINFO 13H.

Dans le box des accusés, Paola, la maman de Célia, et son compagnon, le beau-père. Tous deux sont soupçonnés du meurtre de la petite fille de 20 mois. Une affaire sensible jugée aujourd’hui, tant pour les professionnels de la justice que pour les douze jurés. "Il faut effectivement que le jury fasse attention de ne pas se laisser envahir par trop d’émotion, parce que de l’émotion, il y en aura, et je pense que c’est inéluctable quand on voit, ne fut-ce que l’acte d’accusation et le dossier en lui-même", explique Alexandre Mignon, avocat du beau-père de Célia.


"Ce qui interpelle aussi, le silence de l’entourage, des amis, de la famille"

On a procédé, ce matin, à la lecture de l'acte d'accusation. Le rôle précis des 2 accusés reste encore à élucider. "Le beau-père de la petite Célia est toujours resté sur la même version, il nie catégoriquement les faits qui lui sont reprochés, par contre, la mère a elle changé de version. Visiblement manipulée par son compagnon, elle a endossé l’entièreté de la responsabilité. Ce qui les accable, par contre, c’est le rapport d’autopsie qui confirme un cas de maltraitance chronique sur la petite Célia, puisque plus de 40 traces de coups ont été relevés sur cette enfant d’à peine 2 mois. Ce qui interpelle aussi, c’est le silence, le silence de l’entourage, des amis, de la famille, du voisinage, des autorités… tout le monde voyait que les enfants de la famille portaient des traces de coups et personne n’est intervenu, du moins pas officiellement", explique Benjamin Brone, sur place.


Rappel des faits

Le 28 octobre 2013, les secours avaient été appelés au domicile familial où le couple vivait avec leurs quatre enfants issus de précédentes relations. Le couple avait expliqué que la fillette était inanimée et qu'elle était tombée quelques jours auparavant dans l'escalier. Le décès de l'enfant sera constaté à son arrivée à la clinique d'Arlon. Elle présentait de nombreuses traces de coups et les constatations médicales n'étaient pas compatibles avec la version de la chute. Les faits avaient été au départ mis à l'instruction pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Au départ, seul Jonathan Hayen sera placé sous mandat d'arrêt. En novembre 2013, il sera ensuite inculpé de meurtre suite à l'évolution de l'enquête.


Plusieurs versions

Enceinte de deux mois au moment de la mort de Célia, et après avoir accouché de l'enfant commun du couple, Paola Brombin, restée jusqu'alors libre sans être inculpée, fera, elle, des déclarations spontanées en se présentant à la police le 12 août 2014 pour expliquer que Célia aurait perdu la vie en raison de son attitude; parlant de crises de spasmophilie durant lesquelles elle a frappé la fillette. Inculpée de coups et blessures, elle sera placée à son tour sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction. Lors d'un dernier interrogatoire en mai 2015, Paola Brombin dira cependant avoir menti et décrira son compagnon comme violent. Selon elle, le couple aurait discuté des "aveux" lors des contacts avec Jonathan Hayen détenu.

"Sa maman a eu une attitude difficile pendant l’instruction, mais en fin d’instruction, lors d’un interrogatoire récapitulatif, elle a reconnu qu’elle avait assisté à des scènes de coups portés par son compagnon de l’époque", explique Jean-Louis Berwart, avocat de la mère de Célia.


"Une responsabilité et une culpabilité pleine et entière chez chacun de ces deux accusés"

http://www.rtl.be

Qui, de la mère ou du compagnon, portait les coups ? Ou est-ce les deux, et surtout pourquoi ? Ce sont les questions principales. « Ils ont fait croire tellement de choses, à l’arrivée des secours, ils ont fait croire à une chute, et dans le cours de l’enquête, ils ont fait croire à beaucoup d’autres choses qui toutes, ont été invalidées jusqu’à présent, raison pour laquelle nous sommes persuadés qu’il y a une responsabilité et une culpabilité pleine et entière chez chacun de ces deux accusés », estime Dimitri Soblet, avocat du père de Célia.


Le père de Célia veut la vérité

La vérité, c’est ce que veut connaître la cour, mais aussi le papa de Célia. "J’attends de voir énormément plus clair dans l’histoire, mais j’espère que ça va servir de leçon et qu’on va arrêter de faire du mal aux enfants", réagit David Amand.

L’enquête montre que Célia a reçu des coups et subi un traitement dégradant pendant plusieurs mois avant sa mort, le calvaire de sa trop courte existence.
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/02/2017 08:42  Mis à jour: 01/02/2017 08:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : les parents de Jonathan Hayen, reconnu coupable du meurtre de Célia Amand, ne seront pas poursuivis...
Suite au procès d’assises de Jonathan Hayen et sa compagne Paola Brombin, condamnés à 30 et 29 ans de réclusion pour le meurtre de la petite Célia Amand, le Parquet avait ouvert une information judiciaire à l’encontre des parents de Jonathan Hayen. Ceux-ci étaient en effet suspectés de ne pas être venus en aide à la fillette, qu’ils avaient encore vue la veille de son décès. Finalement, le dossier est classé sans suite.

«L’affaire Célia Amand », du nom de cette petite fille de 20 mois décédée sous les coups de sa maman et de son beau-père à Messancy en 2013, vient de trouver son épilogue. Suite au procès d’assises (juin 2016) au terme duquel Jonathan Hayen, le beau-père de Célia, et sa compagne Paola Brombin, la maman de la fillette, ont écopé respectivement de 30 et 29 ans, une question restait en effet en suspens : les grands-parents de la petite Célia (les parents de Jonathan Hayen) étaient-ils au courant de ce qui se passait entre les murs du 4, Rue Grande à Messancy? La question était légitime...

http://www.lacapitale.be/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/09/2016 15:25  Mis à jour: 03/09/2016 15:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re :Paola Brombin, condamnée à 29 ans de prison pour le meurtre de sa fille Célia, ne reverra plus ses enfants...
Paola Brombin, qui a été reconnue coupable du meurtre de sa fille Célia, 20 mois, décédée en octobre 2013 suite à une série de coups, ne reverra vraisemblablement plus jamais ses autres enfants. Une déchéance de maternité est envisagée. Ses trois enfants pourraient être placés définitivement dans des familles d’accueil.

Quel avenir pour les enfants de Paola Brombin, la maman de la petite Célia, condamnée en juin dernier à 29 ans de prison pour avoir tué sa petite fille ? Une réunion s’est tenue récemment au SPJ (Service de Protection de la Jeunesse), à Arlon, suite à l’arrêt de la cour d’assises rendu dernièrement.

Paola Brombin, 27 ans, a quatre enfants. Célia, décédée en octobre 2013, suite à une série de coups reçus durant plusieurs mois. Mais aussi T. (9 ans) et N. (7 ans), la demi-sœur et le frère de Célia. Et enfin L., 2 ans, née après le décès de Célia.

http://www.lameuse.be

Pauvres petits bouts, que la vie vous aide à trouver un avenir plus serein et du bonheur ...

Colette
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/06/2016 13:03  Mis à jour: 29/06/2016 13:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Meurtre de la petite Célia : 29 ans de prison pour la mère, 30 ans pour le beau-père .
Ce mercredi matin, au terme des plaidoiries relatives aux peines, et après que l’avocate générale Sarah Pollet a réclamé 30 ans de réclusion à l’encontre des deux accusés, Paola Brombin, 26 ans, et Jonathan Hayen, 30 ans, la cour d’assises du Luxembourg s’est retirée une dernière fois pour délibérer.

Mardi après-midi, le jury avait reconnu la mère et le beau-père de Célia, coupables de meurtre ainsi que de coups et blessures dans les semaines précédant les faits. La petite fille de 20 mois avait été battue à mort, le 28 octobre 2013, dans la maison familiale, à Messancy.

«Le symbole de l’innocence»

Dans son réquisitoire, l’avocat général Sarah Pollet n’a reconnu aucune circonstance atténuante aux accusés. «Célia était le symbole de l’innocence même; si on condamne pas à la peine maximale dans ce dossier, quand le ferait-on?»

Avocat de Jonathan Hayen, Me Patrick Davreux, a pointé trois circonstances atténuantes en faveur de son client: son jeune âge; sinon leur absence, des antécédents judiciaires mineurs; enfin, son absence de dangerosité sociale, selon l’expertise psychiatrique.

Pour sa part, Me Mascart a rappelé l’immaturité de Paola Brombin, «une adolescente, mal construite, qui a une mauvaise image du père».

Quant à Paola Brombin, elle a remercié les jurés «car ils ont noté des différences pour certaines choses et j’espère que ces différences seront prise en compte».

À son retour, la cour d’assises a prononcé une peine de 29 ans de prison à l’encontre de la mère de Célia. Le beau-père de l’enfant écope de 30 ans de réclusion.

http://www.lavenir.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/06/2016 16:28  Mis à jour: 28/06/2016 16:28
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Décès de la petite Célia: Jonathan Hayen et Paola Brombin reconnus coupables de meurtre ...
Décès de Célia: Jonathan Hayen et Paola Brombin reconnus coupables de meurtre

J. Hayen et P. Brombin sont jugés coupables de meurtre sur la personne de Célia, âgée de 20 mois, à l'issue de cette cour d'assises.

J. Hayen est aussi condamnée pour traitement dégradant.


Les deux sont aussi condamnées pour coups et blessures sur la période durant laquelle ils ont habité ensemble.

Concernant les peines, ce sera décidé ce mercredi par les jurés toujours.

En matinée, les deux accusés avaient pris une dernière fois la parole devant les jurés.

J. Hayen a répété qu’il n’avait jamais touché à la petite Célia. «Je peux vous jurer que je n’ai pas donné un seul coup à Célia. J’ai tous les défauts du monde sans doute, mais pas celui de faire du mal à un enfant. «Je reconnais que vis-à-vis de Célia, j’ai été plus que négligeant en mettant notre amour en avant. Elle est morte par ma faute oui, car je n’ai pas agi oui. Je n’ai pas d’excuses car je n’ai pas été chez le médecin, mais jamais, je n’aurais touché à un cheveu de Célia.»

Paola Brombin, la maman de Célia, s’était aussi exprimé.

«Je tiens à dire que vous avez pu voir que j’ai pleuré beaucoup durant tout le procès, y’avait de la tristesse de la haine et du dégoût de moi-même. Par rapport à plusieurs choses, j’aurais du agir pour Célia, par rapport à Tiziana aussi. Ce sont des choses que je pourrai jamais me pardonner c’est un poids que j’aurai toujours en moi. J’ai dis la vérité depuis mon dernier interrogatoire. Je pourrai jamais oublier ce qu’il s’est passé, quelque chose que je ne me pardonnerai jamais. Jamais, je ne pourrais parler de Célia au passé.»

http://www.lavenir.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/06/2016 13:23  Mis à jour: 28/06/2016 13:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Célia, 20 mois, morte sous les coups à Messancy : La défense de Paola Brombin plaide la complicité pour coups et blessures.
La défense de Paola Brombin - accusée du meurtre de sa fille, Célia, 20 mois, le 28 octobre 2013 à Messancy, aux côtés de son ex-compagnon, Jonathan Hayen - a plaidé, lundi devant la cour d'assises du Luxembourg, la complicité dans des coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

La mère soutient que son ex-compagnon s'est rendu coupable de violences et qu'elle en a été témoin. Le 4 août 2014, elle s'était toutefois rendue spontanément, à la police, alors que Jonathan Hayen était le seul à être sous mandat d'arrêt depuis des mois suite à la mort de la fillette. Elle avait alors avancé que, en proie à des crises de spasmophilie, elle aurait pu avoir frappé Célia.

Elle reviendra sur ces "aveux" en mai 2015 et a indiqué avoir alors agi en accord avec Jonathan Hayen pour le faire sortir de prison. Les avocats de Paola Brombin ont toutefois demandé à ce que la question de la complicité soit posée, estimant que la "simple non-assistance en danger n'était pas assez grave comme qualification face à la mort d'une jeune enfant de 20 mois.

Sursaut
"Elle a mené les enquêteurs et le juge d'instruction en bateau mais elle a eu un sursaut", a exprimé, son premier avocat, Me Serge Mascart. Le conseil évoquant au début l'enquête un "amour fou" pour Jonathan Hayen. "Il était plus facile pour elle d'avouer des coups que de s'avouer qu'elle n'a pas été une bonne mère", a dit Me Mascart. L'avocat a rappelé aussi l'absence par le passé de violences de Paola Brombin sur ses enfants tandis que Célia a commencé à être victime durant la période de vie commune avec Jonathan Hayen; tous deux s'étant mis en ménage à partir de juin 2013.

"Elle n'a rien fait, c'est seulement mais c'est tout cela, et c'est beaucoup", a encore dit Me Mascart. Le conseil a aussi balayé le traitement dégradant, dont doit aussi répondre sa cliente. Cette accusation repose notamment sur l'existence de photos de Célia avec un lange sur la tête ou d'un enfant la tête dans les toilettes. Mais pour la défense, il y a a un doute sur la volonté d'un tel traitement.

"Qui manipule qui?"
Second avocat de Paola Brombin, Me Jean-Louis Berwart est, lui, revenu sur les interactions entre les accusés. Tous deux ayant discuté du dossier alors que Jonathan Hayen était le seul à être incarcéré. "Hayen garde toute ses lettres puis les remet à son avocat. Mais elle en tant que femme soumise, elle brûle toutes les lettres qu'il lui envoie. Alors qui manipule qui? ", a pointé Me Berwart.

La défense de Paola Brombin demande que la mère de Célia soit jugée pour ce qu'elle a fait avant la mort de la fillette et non pour ce qu'elle a fait durant l'enquête. Il avait dans un premier temps été soutenu que Célia était tombée dans l'escalier. Ensuite des coups donnés sur sa sœur cadette par la fille aînée de Paola Brombin, âgée alors de 6 ans, avaient été évoqués. Un procédé dénoncé également par la défense de l'accusée. "Vous n'avez pas à juger un comportement après les faits, il n'existe pas de qualification pénale pour cela", a conclu Me Mascart.

Pour les parties civiles et l'avocat général Sarah Pollet, les deux accusés doivent, chacun, être reconnus coupables de meurtre

http://www.7sur7.be/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/06/2016 10:25  Mis à jour: 28/06/2016 10:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Célia, 20 mois, morte sous les coups à Messancy : Me Alexandre Mignon débarqué : Hayen se retrouve avec un seul avocat.
C’est la dernière semaine pour le procès de Jonathan Hayen et Paola Brombin, poursuivis pour le meurtre de la petite Célia Amand (fille de l’accusée), le 28 octobre 2013 à Messancy.Incident ce lundi matin avec l’éviction de Me Alexandre Mignon, l’un des avocats de l’accusé Hayen.

Ce lundi devant les assises du Luxembourg à Arlon, les avocats de la défense ont plaidé pour Paola Brombin. Les répliques ont eu lieu ce lundi après-midi. Les jurés entreront en délibération pour le verdict mardi matin.

Lundi, la matinée a commencé par un incident. Me Berwart, un des avocats de Brombin, a demandé que «soit déporté» des débats son confrère Me Alexandre Mignon, un des défenseurs de Jonathan Hayen. Une demande peu courante devant les assises. Vendredi, lors de sa plaidoirie, Me Mignon avait chargé assez bien l’accusée Paola Brombin, Me Mascart parlant même d’un «réquisitoire» de la défense à la place d’une plaidoirie.

«Or, dit Me Berwart, quand elle a été auditionnée pour la 7e fois en mai 2014, Mme Brombin a été reçue chez Me Mignon qui lui a donné des conseils, avant que notre cliente se confie à la police.» Me Berwart d’en conclure que Me Mignon n’a plus l’indépendance requise pour continuer à assister son client Jonathan Hayen.

Ce lundi matin, le président de la cour M. Gorlé a fait appel au bâtonnier des avocats de la province de Luxembourg, Me Frédéric Gavroy, pour régler ce problème de déontologie. Me Gavroy s’est entretenu avec toutes les parties et a fait part devant la cour et les jurés que désormais «seul Me Patrick Davreux prendrait la parole pour la défense de M. Hayen».

Un retrait de Me Alexandre Mignon qui ne devrait pas lui être trop préjudiciable puisqu’on est en toute fin de procédure avec le volet réservé aux répliques.

Complice de coups et blessures, mais pas meurtrière

On retiendra encore de cette séance lundi matin les plaidoiries de Mes Mascart et Berwart, pour l’accusée Brombin.

Pour eux, l’attitude de leur cliente a été certes truffée de mensonges jusqu’en 2015, «parce qu’elle était sous l’emprise d’Hayen», son comportement «a été dégueulasse» (sic), mais les défenseurs estiment qu’elle n’a eu aucune intention de tuer sa petite fille, Célia.

Ils demandent aux jurés de condamner Paola Brombin à «la complicité pour une série de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner».

http://www.lavenir.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/06/2016 19:11  Mis à jour: 24/06/2016 19:11
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Mort de la petite Célia : Les avocats des parties civiles et l’avocat général ont demandé que mère et beau-père de Célia, soient tous deux déclarés coupables du meurtre de la fillette.
Les avocats des parties civiles et l’avocat général ont demandé, vendredi, devant la cour d’assises du Luxembourg, que Paola Brombin et Jonathan Hayen, mère et beau-père de Célia, soient tous deux déclarés coupables du meurtre de la fillette de 20 mois, le 28 octobre 2013, à Messancy.

L’enfant était décédé des suites de violences, victime de ce qu’on appelle le syndrome du bébé secoué. Paola Brombin affirme que son ex-compagnon s’est rendu coupable de violences. Jonathan Hayen, lui, soutient ne pas avoir touché Célia mais dit aussi ne pas avoir vu Paola Brombin frapper sa fille.

«Nous avons un couple diabolique, pervers et destructeur. Maintenant, ils font cavalier seul. Elle ne demandait qu’à rire, ils l’ont mise à mort», a débuté en réquisitoire la procureure Sarah Pollet, endossant la fonction d’avocat général.
La représentante du ministère public a également rappelé que Célia n’était pas une enfant désirée par Paola Brombin. L’accusée avait quitté le père de Célia pour s’installer à Messancy en juin 2013 avec Jonathan Hayen, son amour de jeunesse.

L’enfant sera maltraité à plusieurs reprises durant cette vie commune.
Outre Célia, Paola Brombin avait deux autres enfants tandis que Jonathan Hayen avait la garde de son fils, une semaine sur deux.

«Dans la chambre de Célia à Messancy, il n’y avait pas de meuble, pas de jouet», a souligné Mme Pollet. L’avocat général a aussi évoqué des «scènes d’humiliation gratuite» lorsque Célia a été prise en photo un lange sur la tête ou la tête dans les toilettes.

Pour la magistrate, il s’agit de traitement dégradant dont doivent aussi répondre les accusés. Toujours pour l’avocat général, le nombre de coups, la violence, la fragilité de la victime qui n’avait que 20 mois ou les zones touchées doivent être prises en compte. Selon Mme Pollet, les preuves s’accumulent contre Jonathan Hayen.
«Paola Brombin, avec un instinct sadique, en imposant aussi la loi du silence aux autres enfants, favorise mais se rend aussi coupable de meurtre», estime aussi l’avocat général.

Me Dimitri Soblet, avocat du père de Célia et ex-compagnon de Paola Brombin a présenté les accusés comme «deux pervers qui s’associent» dans une maison qui était un huis clos. «Ils étaient tous les deux là et il y avait une enfant de 20 mois. Qui frappe, cela m’est égal. Car quand l’un frappe, l’autre valide et accepte», a plaidé l’avocat du père de la victime, voyant, en termes de droit, des co-auteurs de meurtre.

Les avocats des autres enfants de Paola Brombin – ses deux aînés et la fille commune avec Jonathan Hayen, dont elle était enceinte au moment de la mort de Célia et née en juin 2014 – ont, eux, plaidé en disant vouloir éviter à ces enfants, placés sur décision judiciaire, de vivre à leur tour des violences.


http://www.lavenir.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/06/2016 11:28  Mis à jour: 24/06/2016 11:28
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Mort de la petite Célia : Le nouvel expert psychiatre livre un rapport tout en en reconnaissant des limites.
Le nouvel expert psychiatre, le Dr Walter Denys, mandaté en cours du procès, devant la cour d'assises du Luxembourg, de Jonathan Hayen et Paola Brombin, beau-père et mère de la petite Célia, accusés du meurtre de la fillette de 20 mois, le 28 octobre 2013 à Messancy, est venu présenter, jeudi, le résultat de la mission qui lui a été confiée. L'expert avait vu les accusés, durant cette même journée, en entretien, alors que l'audience était suspendue.

Face à l'impossibilité de l'expert psychiatre mandaté lors de l'instruction à venir témoigner, le président de la cour d'assises, saisi d'une demande en ce sens par la défense de Paola Brombin, avait confié cette mission, mercredi soir, à un autre psychiatre. Mercredi, à l'audience, une autre psychiatre, le Dr Cécile Debabèche, avait présenté le rapport de son confrère après en avoir elle-même pris connaissance; alors qu'elle n'avait jamais rencontré les accusés. Un cas de figure dénoncé par les avocats de Paola Brombin, Mes Serge Mascart et Jean-Louis Berwart. Le rapport étant dans l'ensemble défavorable à leur cliente.

Réalisant une d'expertise en urgence jeudi, l'expert a d'emblée reconnu des limites à cette mission. "Je suis un peu dépassé car il s'agissait de deux personnes dont je ne connaissais rien", a-t-il dit. L'expert n'avait pas voulu prendre connaissance du rapport de son confrère pour "éviter d'être embrouillé" et n'a pas eu l'occasion de consulter le dossier. Pour Jonathan Hayen, le Dr Denys n'a décelé aucun trouble de personnalité.

Concernant Paola Brombin, l'expert a remarqué une personne émotive. "Elle ne peut admettre le décès", a commenté le Dr Denys. Il n'a pas décelé de trouble mental ou de personnalité, mais évoque une femme anxieuse et sensible. Le rapport versé au dossier d'instruction présente toutefois Jonathan Hayen comme impulsif et manquant d'empathie. Ce même rapport pointait, pour Paola Brombin, un côté manipulateur avec une composante perverse. "Cela m'étonnerait que les déclarations soient identiques dans le temps. Lorsque l'on est dans la mélasse, on peut se convaincre que les choses sont autrement", a réagi aussi l'expert psychiatre, sur une question venant du jury, sur une possible évolution d'une analyse en fonction de ce que des personnes peuvent raconter.

Le président Gorlé a lui demandé si l'expert pouvait "détecter la crédibilité d'un accusé". A cela, le Dr Denys a répondu "qu'il ne le croyait pas". Toujours concernant les limites d'une telle mission, l'expert psychiatre a indiqué qu'idéalement, le rapport d'un psychiatre doit être complété par celui d'un psychologue. Ce qui n'a pas été le cas dans cette mission ordonnée dans l'urgence en cours de procès. Après cette déposition, les premiers avocats des parties civiles ont commencé à plaider. Mes Rachel Debatty et Renaud Molders, conseils de la tante de Paola Brombin, qui a désormais à la garde partielle des aînés de sa nièce, ont déjà pris la parole jeudi. Me Debatty a présenté Jonathan Hayen et Paola Brombin comme "deux pions avançant ensemble sur l'échiquier de la perversité". Me Molders, a lui présenté une série d'éléments à charge de Jonathan Hayen pour demander au jury de le déclarer coupable - tout comme Paola Brombin - du meurtre de la petite Célia. Les plaidoiries se poursuivront vendredi.

http://www.lavenir.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/06/2016 21:07  Mis à jour: 22/06/2016 21:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Mort de la petite Célia : le président mandate un nouvel expert psychiatre !
Le procès, devant la cour d’assises du Luxembourg, de Jonathan Hayen et Paola Brombin, beau-père et mère de la petite Célia, accusés du meurtre de la fillette de 20 mois, a été marqué par un incident inhabituel, mercredi.

Face à l’impossibilité d’un expert psychiatre de venir témoigner, le président de la cour d’assises, saisi d’une demande en ce sens par la défense de Paola Brombin, a mandaté une nouvelle expertise auprès d’un psychiatre qui viendra la présenter au cours du procès.

Comme il l’avait déjà fait savoir avant la session, l’expert psychiatre mandaté lors de l’instruction, actuellement en vacances à l’étranger, ne s’est pas présenté devant la cour pour y décrire son rapport.

Face à cette situation, le président Philippe Gorlé avait demandé à une autre expert, le Dr Cécile Debabèche, de venir présenter le rapport de son confrère après en avoir elle-même pris connaissance et ce alors qu’elle n’a jamais rencontré les accusés. Un cas de figure dénoncé par les avocats de Paola Brombin, Mes Serge Mascart et Jean-Louis Berwart, le rapport étant dans l’ensemble défavorable à leur cliente.

«Je ne peux pas me contenter d’un rapport que je ne peux pas critiquer», a exprimé Me Mascart. «Cette situation est contraire au principe même de l’expertise où il ne s’agit finalement que de répéter ce qui a été rédigé par un autre. Nous émettons donc de nettes réserves par rapport aux droits de la défense», a souligné Me Berwart.

Les conseils de la mère de Célia ont aussi déploré les conditions dans lesquelles se sont déroulés l’entretien avec l’expert psychiatre, à une seule reprise, en présence de membres du corps de sécurité.

Plusieurs possibilités existent dans le cas d’un expert défaillant: obliger l’expert à venir témoigner, attendre son retour de l’étranger, suspendre le procès ou procéder à une nouvelle expertise en cour de procès.

La défense de Paola Brombin a demandé au président Gorlé d’ordonner, en vertu de son pouvoir discrétionnaire, de mandater un psychiatre et un psychologue pour procéder à une nouvelle expertise qui serait présentée directement au procès. Me Patrick Davreux, avocat de Jonathan Hayen, a dès lors demandé, si ce devoir était ordonné, de soumettre son client à cette nouvelle expertise. Mais le conseil de l’accusé a dit préférer que l’on attende le retour de l’expert psychiatre, mandaté lors de l’instruction, et de lui demander de venir déposer alors au procès.

Finalement, vu les disponibilités, le président a confié une mission d’expertise à l’expert psychiatre Walter Denys. Celui-ci verra les accusés, jeudi en cours de journée et fera rapport de son expertise jeudi dans l’après-midi.


Le rapport de l’expert psychiatre, versé au dossier d’instruction, présente Paola Brombin comme une personne sur la défensive et peu collaborative lors de l’entretien. Un côté manipulateur avec un composante perverse a aussi été mis en évidence par l’expert. Celui-ci a jugé l’explication de crises de spasmophilie qui aurait pu amener Paola Brombin à violenter Célia – comme l’accusé l’avait un temps soutenu en se dénonçant à la police – comme peu crédibles.

Concernant Jonathan Hayen, l’expert avait parlé dans son rapport d’irritabilité et d’indifférence par rapport à la mort de l’enfant.


Des proches des accusés ont aussi été entendus mercredi. Jonathan Hayen a été décrit par plusieurs témoins comme un «papa poule» avec son fils et beaucoup ont dit ne pas l’imaginer être capable de violences sur un enfant.

Des témoins de moralité de Paola Brombin ont eux remarqué une coupure dans son parcours quand à l’âge de 17 ans, elle a commencé à fréquenter le père de sa fille aînée, au point de couper certains contacts. Après s’en être séparé, elle vivra avec un nouveau compagnon avec qui elle aura un fils et la petite Célia.

Paola Brombin semblait alors avoir retrouvé une certaine stabilité. Mais l’accusée le quittera finalement pour s’installer avec Jonathan Hayen, son amour de jeunesse, à Messancy.

http://www.lavenir.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/06/2016 14:10  Mis à jour: 22/06/2016 14:10
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : La cour d’assises jugeant J. Hayen et P. Brombin pour la mort de la petite Célia, 20 mois se poursuit...
« Papa Jonathan a fait bobo à Célia »

La vérité sort toujours de la bouche des enfants.

Cette maxime de vie, convenons-en, doit parfois être prise avec un peu de recul, mais la spontanéité et l’absence de calcul dans la tête d’un enfant restent des comportements qu’on a tous pu observer.

Aussi, avant hier après-midi, quand une dame d’une cinquantaine d’années, responsable d’une famille d’accueil, témoigne en reprenant très sobrement les paroles d’un enfant, ce témoignage a incontestablement du poids.
****************************

Ce sont les père, mère, sœur et beau-frère de l'accusé Jonathan Hayen que la cour d'assises d'Arlon a entendu principalement ce mardi matin.

Tous, d'une même voix, disent leur soutien à l'accusé qu'ils estiment incapable d'avoir ôté la vie à la petite Célia Amand, le 28 octobre 2013 dans leur maison de Messancy.

La sœur de l'accusé: "Je connais bien mon frère. Il est impossible qu'il ait fait du mal à un enfant."

Le père de l'accusé: "Jonathan est sympa, gentil, toujours prêt à rendre service. Oui, il peut être nerveux et n'aime pas qu'on lui marche sur les pieds, mais je ne l'ai jamais vu maltraiter un enfant."

La mère de l'accusé: "Pour moi, mon fils n'a rien à voir avec ce qui s'est passé. Il n'a rien fait à cette petite. D'ailleurs, il adore les enfants. Il peut vite s'énerver à l'égard d'adultes, mais pas vis-à-vis des enfants. Amoureux de Paola, peut-être a-t-il été aveugle de ne pas voir ce qui se passait dans sa propre maison. Il faut dire que Jonathan, dans les semaines précédant les faits, travaillait toute la journée à une façade de notre maison à Halanzy avec son père. La petite Célia était alors seule la journée avec sa mère Paola…"

Le président Gorlé demande alors à la maman: "Pour vous, c'est donc Mme Brombin la coupable…?"


"Je n'accuse personne", répond la maman. Mais on a compris que la famille Hayen, maintenant, est persuadée de la culpabilité de Paola Brombin.

Les parties civiles Me Soblet et Brackman, représentant le papa de Célia, M. Amand, reprochent cependant aux parents de Jonathan Hayen de ne pas avoir suffisamment incité leur fils à consulter un médecin, surtout quand la petite Célia a fait une lourde chute dans un escalier la semaine précédant le drame.

"On a bien vu qu'elle avait des bleus, on pensait que c'était accidentel. Mon fils a bien été consulter un médecin généraliste à Messancy le lundi 28 octobre (quelques heures avant la mort de Célia), mais ce médecin était exceptionnellement en congé. Je n'avais pas non plus le droit d'intervenir chez un médecin pour Célia car c'était la responsabilité de Paola qui était sa maman", répond le témoin, maman de l'accusé.

Commentaire de Me Soblet: "Dans la vie, chacun a des droits, mais aussi des devoirs."

http://www.lavenir.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/06/2016 13:45  Mis à jour: 21/06/2016 13:45
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Les premiers intervenants médicaux restent marqués par la mort de la petite Célia ( 20 mois)
Les premiers intervenants médicaux ont témoigné lundi devant la cour d'assises du Luxembourg au procès de Jonathan Hayen et Paola Brombin, beau-père et mère de la petite Célia, qui doivent répondre du meurtre de l'enfant de 20 mois, le 28 octobre 2013 à Messancy. Dès l'intervention de ces services d'urgence, le dossier a pris une tournure judiciaire. Le médecin urgentiste de la clinique d'Arlon, envoyé dans la maison familiale, avait décidé d'avertir la police.
Les secours avaient été appelés par la mère et le beau-père, expliquant que la fillette était inanimée et qu'elle avait fait une chute dans l'escalier quelques jours auparavant. "J'ai tout de suite été frappé par des ecchymoses sur le corps, il y avait des traces récentes et anciennes. On m'avait répondu que la petite faisait souvent des chutes", a expliqué le médecin urgentiste.


Jonathan Hayen, sur conseil de la centrale 100, avait commencé à pratiquer une réanimation dans l'attente de l'arrivée des secours. La petite Célia présentait aussi une fracture à la clavicule mais qui, selon le médecin, n'était pas liée à la réanimation, tandis que le corps présentait des anciens indices de maltraitance. L'enfant, même s'il n'y avait plus de grand espoir vital, a été transportée en ambulance vers la clinique d'Arlon où son décès a été constaté lors de son arrivée.

Le médecin urgentiste avait aussi interdit, dérogeant en ce sens à l'usage, à Paola Brombin de monter dans l'ambulance pour accompagner sa fille. "Je ne voulais pas qu'elle entende ce que j'avais à dire au téléphone", a encore expliqué le médecin urgentiste descendu sur les lieux. L'un des ambulanciers des pompiers aussi présent ce jour-là, laissant couler quelques larmes durant son témoignage, a expliqué que "c'était la première fois qu'il voyait un enfant dans un tel état". Le visage de Célia était alors en partie bleu. L'infirmier urgentiste de la clinique d'Arlon, qui accompagnait le médecin, a également dit avoir été marqué. "Certaines interventions marquent plus que d'autres", a-t-il confié.

Le juge André Monhonval, qui avait mené l'instruction, a aussi été entendu lundi. Ce dernier a évoqué des "calculs" possibles entre les accusés. Paola Brombin et Jonathan Hayen avaient d'abord avancé une piste accidentelle. Seul le beau-père sera d'abord privé de liberté, au départ pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Par la suite, une explication - balayée depuis - avait laissé entendre que l'aînée des enfants de Paola Brombin aurait pu être violente avec sa petite soeur. "Il peut y avoir eu scénario entre Paola Brombin et Jonathan Hayen pour élaborer un scénario pour se mettre hors de cause", a estimé le magistrat qui a mené l'instruction.

Ensuite, le 4 août 2014, la mère s'est présentée spontanément à la police pour expliquer que, victime de crises de spasmophilie, elle a pu avoir frappé Célia. Elle est alors placée sous mandat d'arrêt. Le magistrat a relevé que Paola Brombin a rendu visite plusieurs fois par semaine, entre octobre et août, à celui qui était son compagnon en prison et donc que les accusés ont pu discuter du dossier. Mais alors que l'ensemble des devoirs d'enquête avaient été réalisés, et que le juge avait laissé l'instruction, Paola Brombin est revenue sur ses déclarations en avril 2015 pour imputer la violence à Jonathan Hayen. Elle tient toujours cette position.

Interrogé en fin de témoignage par la procureur Sarah Pollet sur le fait d'avoir été confronté à des parents reconnaissant des maltraitances, le juge Monhonval a répondu "ne pas avoir souvenir d'un dossier où des parents avouent".

http://www.7sur7.be/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/06/2016 19:10  Mis à jour: 17/06/2016 19:10
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Célia: les photos ignobles du calvaire de la petite fille de 20 mois. Au procès, des photos du corps de la petite Célia ont été montrées. Des images insoutenables…
Le procès de Jonathan Hayen et Paola Brombin, accusés du meurtre de Célia, se poursuit à Arlon. Vendredi, les policiers ont été entendus pour retracer le déroulement de l’enquête. Des photos du corps de la petite Célia ont été montrées. Des images insoutenables, qui témoignent du calvaire vécu par la petite de 20 mois.

Image redimensionnée


« L’ensemble des traces sur le corps de l’enfant m’a vraiment choqué. C’est la première fois que je voyais un enfant dans un tel état ». Celui qui parle ici n’est ni un avocat ni un policer. Mais un homme qui, tous les jours, est confronté à des personnes grièvement blessées. Il s’agit d’un médecin. Médecin du SMUR qui a transporté la petite Célia, 20 mois, de Messancy à la clinique d’Arlon le soir du 28 octobre 2013, où on ne pourra que constater son décès.

C’est dire à quel point l’état de la petite faisait peine à voir.


Les jurés auront pu se rendre compte de visu des sévices qui ont été infligés à Célia, dont il avait déjà été révélé jeudi qu’elle avait été battue comme plâtre, grâce à des photos projetées dans la salle d’audience. Des photos à propos desquelles le président Gorlé avait mis en garde. « Ce sont des choses pas jolies à voir. Il va vous falloir mordre sur votre chique. Aussi, si certaines parties civiles souhaitent quitter l’audience, elles peuvent le faire dès à présent ».

http://www.lameuse.be/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/06/2016 14:39  Mis à jour: 17/06/2016 14:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Huis clos demandé au procès pour le meurtre de la petite Célia ( Vidéo)


Un huis clos a été demandé vendredi au procès de Jonathan Hayen et Paola Brombin, beau-père et mère de la petite Célia, qui doivent répondre du meurtre de l'enfant, décédée des suites de violences le 28 octobre 2013 à Messancy (province de Luxembourg). Le huis clos a été sollicité par la procureure Sarah Pollet, suivie ensuite par les différentes parties, devant la cour d'assises du Luxembourg. L'audience a été momentanément suspendue, elle reprendra à 13h30. La cour rendra un arrêt concernant cette demande de huis clos.


Le huis clos est exclusivement demandé pour la projection d'auditions vidéo-filmées, réalisées par des enquêteurs, de la fille aînée de Paola Brombin, âgée de six ans au moment des faits.

La fille aînée de Paola Brombin, née d'une précédente relation, vivait avec le couple Brombin-Hayen au domicile familial de Messancy. La projection doit intervenir dans le cadre d'un résumé du dossier, présenté depuis vendredi matin, par le chef d'enquête devant la cour d'assises.

D'après les éléments du dossier, ressortant notamment de l'acte d'accusation dressé par le ministère public et déjà évoqués publiquement depuis le début du procès, la fille aînée de Paola Brombin, placée chez une maman d'accueil à la suite des faits avait confié à cette dame que "c'était papa Jonathan qui a fait bobo à Célia". Une explication selon laquelle elle aurait poussé sa sœur dans l'escalier a aussi été avancée par sa mère.

Jeudi, lors de son interrogatoire, Paola Brombin a imputé la mort de sa fille Célia à Jonathan Hayen, le décrivant comme violent avec elle. La version de la chute provoquée par la sœur aînée aurait, selon Paola Brombin, été inventée pour essayer de faire sortir Jonathan Hayen de prison à un moment où il était le seul à être incarcéré. Le beau-père n'a, lui, pas livré d'explication dans son interrogatoire. L'enfant aurait présenté, selon lui, des traces de coups, y compris dans les mois avant son décès, car elle se cognait souvent. Se défendant d'avoir lui-même frappé Célia, il dit aussi n'avoir jamais vu Paola Brombin porter des coups à sa fille.

http://www.7sur7.be/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/06/2016 08:16  Mis à jour: 17/06/2016 08:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Célia, 20 mois, morte sous les coups à Messancy (Be. : Assises. Le papa de Célia veut connaître la vérité !
Le procès qui s'ouvre ce jeudi devant les assises du Luxembourg devrait durer jusqu'à la fin de la semaine prochaine. Plusieurs personnes se sont constituées partie civile dans cette affaire. Le frère et les deux sœurs de Célia, via leurs tuteurs légaux, ainsi que le papa de la petite victime, David Amand.

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LA VIDEO
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 5 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10