Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !


Real Time Web Analytics


6 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 6

plus...


Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Des experts psychiatriques indépendants pour libérer Marc Dutroux: son avocat va demander qu'ils se rendent en prison pour l'examiner (vidéo : Jean Denis Lejeune) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/10/2017 11:48
DISPARITION INQUIETANTE de Lucas Tronche. Le "corbeau" interpellé dans l'enquête sur la disparition de Lucas Tronche jugé ce mercredi. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/10/2017 11:03
Torturée, humiliée et noyée: «Le calvaire de Fanny a duré 9 heures, c'est plus que le calvaire du Christ!»! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/10/2017 10:25
L'horrible Calvaire de Fiona ! La colère du père de Fiona après le renvoi du procès en janvier. ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/10/2017 09:55
Mathieu Caizergues, 24 ans. Les fins limiers font chou blanc... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/10/2017 15:44
L'horrible Calvaire de Fiona !Déception et frustration après le renvoi du procès en appel de l'affaire Fiona ( Vidéos) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/10/2017 15:34
Affaire Grégory Villemin : le témoignage troublant d'anciens collègues des époux Jacob ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/10/2017 15:14
Le calvaire de Fanny Colmant, torturée pendant neuf heures et noyée."Même un animal ne méritait pas un tel sort" . ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/10/2017 15:08
Le syndrome du bébé secoué.Mort de la petite Malaïka à Berchem: la puéricultrice condamnée à quatre ans de prison. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/10/2017 12:24
L'horrible Calvaire de Fiona !"Le gros handicap de Cécile Bourgeon, c’est d’avoir menti à la France". Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/10/2017 12:17


Amandine Estrabaud , 30 ans

Publié par Walda Colette Dubuisson le 12-10-2017 (10160 lectures) Articles du même auteur
12/10/2017 : Le meurtrier présumé d'Amandine Estrabaud reste en prison.
*********************************
11/10/2017 : Le meurtrier présumé d’Amandine demande à nouveau sa remise en liberté.
***************************************
27/08/2017 : Replay , Reportages Faits divers du 26 août 2017 - L'affaire Elodie Kulik / L'affaire Amandine Estrabaud ...
************************************************
17/06/2017 Un rassemblement quatre ans après la disparition d'Amandine, les proches souhaitent que la vérité éclate et que les fouilles se poursuivent pour retrouver le corps d'Amandine.
*************************************
05/04/2017 : La chambre devrait rendre sa décision d'ici quelques jours mais au cours de l'audience a été évoqué un nouvel élément à charge accusant le jeune homme de 29 ans.
********************************************
02/02/2017: Depuis mardi,31/01/2017, les gendarmes chargés de l'enquête sur la disparition d'Amandine Estrabaud effectuent des fouilles dans un secteur bien précis d'une forêt, au lieu-dit La Favier à Lacrouzette.
**********************************************
31/01/2017: Guerric Jehanno mis en examen en juin 2016 pour le meurtre et le viol d'Amandine Estrabaud, à Roquecourbe en juin 2013, reste en prison. Sa demande de remise en liberté a été rejetée vendredi par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Toulouse.
********************************************
14/12/2016 : Disparition d'Amandine Estrabaud : l'avocat du suspect demande qu'il soit transporté sur les lieux.
*****************************************************
12/12/2016 : Affaire Amandine Estrabaud : l'avocat du suspect s'explique ( voir commentaire)
************************************
18/06/2016 :De nouveaux éléments ont conduit des juges d'instruction à mettre en examen pour «viol et meurtre» le suspect dans la disparition d'Amandine Estrabaud, 30 ans, dans le Tarn il y a 3 ans.
*************************************************
07/04/2016 : Disparition d’Amandine Estrabaud : un jeune homme interpellé dans le Tarn
*******************************************
16/03/2016 : Roquecourbe toujours mobilisé presque 3 ans après la disparition d'Amandine..
Presque 3 ans après la mystérieuse disparition d'Amandine Estrabaud à Roquecourbe, dans le Tarn, le village continue de se mobiliser. Une manifestation est organisée jeudi, jour des 33 ans de la jeune femme.
********************************************
05/08/2015 :Disparition d'Amandine Estrabaud : le combat de ses proches.
Cela fera deux ans jeudi 18 juin, qu'Amandine Estrabaud a disparu. Si l'enquête avance à pas de fourmis, ses proches tentent de tenir le coup, portés par un seul mot : l'espoir.
( Voir dernier commentaire)

18/06/2015:Deux ans après la disparition d'Amandine, les avocats sont sur une nouvelle piste
***************************************

17/06/2015: Deux ans après la disparition d'Amandine Estrabaud, sa famille avec Monique sa maman en tête, l'association Entraide et Solidarite et le comité de soutien vous invite à une rencontre ce jeudi 18 juin à partir de 18h30 autour de l'arbre de l'espoir qui a été planté l'an dernier sur le site de Couade. Une bougie sera distribuée à chaque participant et invite chacun d'eux à l'allumée le soir sur une fenêtre afin de susciter une lueur d'espoir.
*************************

17/03/2015 : Envolée de lanternes pour ne pas oublier Amandine. Monique, sa maman , sa famille et le comité de soutien pour Amandine ont souhaité marquer ce jour pour continuer à garder espoir et ne pas l'oublier ...
Rendez vous le mardi 17 mars à 19H30 au lieu dit «La coqueluche» sur les hauteurs du village pour une envolée de lanternes. En cas de mauvais temps la manifestation sera reportée.
*************************************************
17/06/2014 :Un homme a été interpellé et placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Amandine Estrabaud, il y a un an à Roquecourbe.
18/06 : pas de charge retenue contre le gardé à vue

Encore un espoir déçu pour la famille d'Amandine Estrabaud,
*********************


04/06/2014 : Annonce d'un rassemblement le mercredi 18 juin, un an après la disparition d'Amandine ( voir affiche en bas de page )
****************

20/04/2014 : Dix mois après la disparition d'Amandine Estrabaud, la mobilisation ne faiblit pas à Roquecourbe: lire la suite
----------------------

12/04/2014 : Roquecourbe. Un arbre de l'espoir planté pour Amandine Estrabaud... La famille garde l'espoir. Un comité de soutien sera créé vendredi prochain.
-----------------

C’est le mardi 18 juin 2013 qu’Amandine Estrabaud a été aperçue pour la dernière fois. Elle entrait alors dans sa maison située dans un hameau de Roquecourbe, Cantegaline, un pavillon qu’elle avait mis en vente.

Huit mois après la mystérieuse disparition d'Amandine Estrabaud à Roquecourbe dans le Tarn, son village reste mobilisé et tente de soutenir les parents de la jeune femme qui vivent un calvaire depuis la mi-juin.
Voir Vidéos ...



Assitante d'éducation à Castres, Amandine Estrabaud a quitté le lycée où elle travaillait le mardi 18 juin à 13 heures. C'est la dernière fois qu'elle a été vue. Les enquêteurs pensent que la jeune femme de 30 ans, qui n'avait pas de voiture, s'est ensuite rendue chez elle, un pavillon de Roquecourbe qu'elle avait acquis avec son compagnon, mais le couple n'avait jamais occupé les lieux. Après leur séparation récente, Amandine Estrabaud s'y était installé, en attendant de le vendre.


"On suppose qu'elle est rentrée en stop", a confié Liliane Sire, épouse de son oncle maternel Rolland Sire, habitant aussi à Roquecourbe.

Aucune trace de violence

Les circonstances de la disparition de la jeune femme intriguent les enquêteurs, les gendarmes du Tarn et ceux de la section de recherches de Toulouse. Ils ont retrouvé la porte du pavillon ouverte, une boucle d'oreille et des chaussures appartenant à la jeune femme ont été découvertes près de la maison. Toutefois, aucune trace de violence n'a été relevée.

Une information judiciaire pour "enlèvement et séquestration" a été ouverte dans ce dossier, mais les enquêteurs n'excluent aucune hypothèse. Amandine Estrabaud a pu être victime d'un accident dans la rivière Agout toute proche, d'un acte criminel ou, déstabilisée par sa rupture récente, commettre un geste imprévisible.






Amandine Estrabaud mesure 1,65 km et est de corpulence mince. Au moment de sa disparition, elle était vêtue d’un chemisier brun, d’une jupe brune et d’une veste marron clair.

Huit mois après , on est toujours sans nouvelles de cette jeune femme de 30 ans , surveillante au lycée Anne Veaute de Castres.
De nombreuses recherches ont été entreprises pour la retrouver et l'enquête se poursuit. A Roquecourbe, les habitants et les commerçants restent mobilisés, notamment pour soutenir les parents et les proches d'Amandine .




Toute personne pouvant donner des informations concernant cette disparition inquiétante est invitée à contacter la gendarmerie au ++33 ( 0 )5 63 79 83 17.
OU APPELER LE POSTE DE POLICE/ GENDARMERIE

-------------------------------
14/04/2014

Cela fera bientôt 10 mois qu'Amandine Estrabaud a disparu. Elle a été vue pour la dernière fois au lieu-dit Cantegaline à Roquecourbe. La famille garde l'espoir. Un comité de soutien sera créé vendredi prochain.

Le village de Roquecourbe n'oublie pas Amandine Estrabau, 31 ans, portée disparue depuis le 18 juin dernier . Une réunion visant à la constitution d'un comité de soutien à la famille, voire une association, se tiendra en la salle de la mairie le vendredi 24 avril.

Des actions émergeront rapidement. L'une d'elles est d'ores et déjà quasiment dans les starting-blocks : un arbre de l'espoir serait bientôt planté.

Paroles dîtes… parole tenue ! Lors d'une interview réalisée dans son commerce par des journalistes d'une télévision, Olivier Marc, boulanger et président de l'Union des commerçants et artisans de Roquecourbe (UCAR) avait indiqué au nom de ses pairs : «Nous sommes prêts soutenir et à aider à la famille par n'importe quel moyen ?»

La maman d'Amandine, Monique Sire, a donc pris contact avec Olivier. Et voilà un comité de soutien sur les rails…

«L'UCAR se veut starter de cette démarche ; ensuite, nous passerons le relais aux bonnes volontés notamment celles qui se manifesteront le 24 au soir, précise le boulanger Roquecourbain. Un retraité de l'Éducation nationale s'est manifesté pour prendre la «présidence» d'un comité ou d'une association.»

«Je connais bien la maman, signale l'épouse du boulanger. A une époque, elle s'occupait du centre aéré et j'y voyais souvent Amandine. Puis, lorsque nous avons ouvert la boulangerie, elle passait souvent chercher une chocolatine.»

«Tous les gens du village se sentent concernés par cette affaire, ajoute son époux. Ils sont très touchés. C'est une fille du village. C'est un drame pour tous cette disparition. Nous sommes donc en droit d'attendre beaucoup de monde à notre réunion»


Et Olivier de souligner : «C'est pourquoi, l'arbre sera un arbre de l'espoir… pas du souvenir !»


18 juin : le jour du dernier appel

La dernière fois qu'Amandine Estrabaud a été vue, c'était le 18 juin dernier, à Roquecourbe, lieu-dit Cantegaline, là où elle possédait un pavillon qu'elle s'apprêtait à emménager après une séparation récente avec son compagnon. Un tout début d'après-midi, elle avait quitté son travail au lycée Anne-Veaute. Sans véhicule, elle avait passé un appel téléphonique à un ami pour lui demander de la conduire à Roquecourbe. Ce jour-là, ce dernier se trouvait en Aveyron. Aussi, Amandine est-elle d'abord partie à pied avant de faire du stop au hameau des Salvages. Elle serait arrivée chez elle vers 15 h 30… depuis, plus de nouvelles. Une boucle d'oreille et ses chaussures ont été trouvées dans l'allée de sa maison par les gendarmes qui ont exploré des dizaines de pistes et fait de nombreuses recherches dans les alentours. En vain pour le moment.


repères

Le chiffre : 17

mars >anniversaire. Ce jour-là, Amandine a fêté ses 31 ans. Un moment évidemment très difficile pour tous les proches qui n'ont plus de nouvelles d'elle depuis bientôt 10 mois

S.B.
http://www.ladepeche.fr/

-------------------------------------

20/04/2014 : Dix mois après la disparition d'Amandine Estrabaud, la mobilisation ne faiblit pas à Roquecourbe

Dix mois après la mystérieuse disparition d'Amandine Estrabaud, à Roquecourbe, dans le Tarn, le village continue de se mobiliser. Les commerçants veulent créer un comité de soutien, afin d'aider davantage la famille de la jeune femme.

Partout dans le village, le visage d'Amandine... La plupart des commerçants a laissé les affiches encourageant d'éventuels témoins à contacter les enquêteurs.
Cela fait exactement dix mois qu'Amandine Estrabaud, assistante d'éducation dans un lycée de Castres, âgée de 31 ans, a disparu dans le Tarn. Elle a été vue pour la dernière fois le 18 juin 2013, chez elle, à Roquecourbe. Depuis, plus rien, malgré la mise en place d'un important dispositif de recherches.
S'il n'y a toujours pas de nouvelles informations concernant l'enquête de la brigade de gendarmerie, la mobilisation de sa famille, de ses amis mais aussi des habitants et commerçants de son village ne faiblit pas. Un réunion de coordination est prévu prochainement. A l'initiative de l'union des commerçants et artisans de Roquecourbe, elle vise à créer un comité de soutien, pour épauler davantage la famille d'Amandine,en butte à des difficultés administratives notamment.
La mère d'Amandine, Monique Barrau, qui reconnaît que sa famille a besoin d'être épaulée afin, dit-elle, de "retrouver un second souffle", n'a en tout cas pas perdu espoir.
Je suis dans l'espoir de revoir ma fille, j'espère qu'elle est en vie. Je reste dans le positif. Malgré tout.


Le village de Roquecourbe a également pour projet la plantation d'un "arbre de l'espoir", le 18 juin prochain, soit un an jour pour jour après la disparition de la jeune femme.

Voir ici le reportage de Sirine Tijani et Véronique Galy, de France 3 Tarn :




Par Marie Martin Publié le 19/04/2014


************************
Rassemblement un an après la disparition d'Amandine

Image redimensionnée


*********************************

18/06/2015:Deux ans après la disparition d'Amandine, les avocats sont sur une nouvelle piste
Les avocats de la famille souhaitent que les enquêteurs exploitent une nouvelle piste, celle d'une personne qu'ils voudraient voir interpellée et interrogée.
Ils vont faire des demandes officiels dans ce sens pour que cette "piste" soit suivie.

Une mystérieuse disparition
Le 18 juin 2013, Amandine Estrabaud quitte le lycée où elle travaille pour regagner son domicile de Roquecourbe. Elle y vit depuis sa séparation d'avec son compagnon et vient de la mettre en vente. Depuis la publication de son annonce sur le site "Le bon coin", elle a reçu de nombreux appels téléphoniques. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles, sa mère se rend sur place. Elle trouve la porte de la maison grande ouverte, une paire de chaussures d'Amandine dans l'entrée et une boucle d'oreille dans l'allée menant à la maison. Elle donne l'alerte immédiatement. Les gendarmes déploient alors un important dispositif de recherches et qualifient cette disparition d'inquiétante. Début juillet, une information judiciaire est ouverte pour "enlèvement et séquestration".

Vidéo : le reportage d'Aziza Poittevin et Christelle Sivatte



http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/10/2017 12:43  Mis à jour: 12/10/2017 12:43
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Amandine Estrabaud , 30 ans : Le meurtrier présumé d'Amandine Estrabaud reste en prison...
C'est un soulagement pour la famille d'Amandine Estrabaud, cette jeune femme de 30 ans disparue à Roquecourbe dans le Tarn, en juin 2013. Son meurtrier présumé reste en prison. Décision de la justice à Toulouse.

Par Pascale Lagorce Publié le 12/10/2017 http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Guerric Jehanno, le meurtrier présumé d’Amandine Estrabaud, dans le Tarn, reste en prison. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse a confirmé son maintien en détention ce jeudi matin. Mis en examen pour « enlèvement, séquestration, viol et meurtre » et placé en détention provisoire depuis le 8 avril 2016.

Le meurtrier présumé de 28 ans clame son innocence depuis un an et demi.

Amandine Estrabaud, une jeune femme de 30 ans, a disparu à Roquecourbe, dans le Tarn, le 18 juin 2013. Son corps reste introuvable.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/10/2017 09:17  Mis à jour: 11/10/2017 09:17
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Amandine Estrabaud , 30 ans : Le meurtrier présumé d’Amandine demande à nouveau sa remise en liberté.
Ce mardi matin, Guerric Jehanno, le meurtrier présumé d'Amandine Estrabaud, une jeune femme de 30 ans disparue à Roquecourbe, dans le Tarn, le 18 juin 2013 et dont le corps n'a jamais été retrouvé, comparaissait devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse.

Mis en examen pour « enlèvement, séquestration, viol et meurtre » et placé en détention provisoire depuis le 8 avril 2016, soit 18 mois, sa détention a déjà été prolongée de 6 mois. Depuis, le juge d'instruction a renouvelé son intention de le maintenir à disposition de la justice pour une durée supplémentaire de 6 mois en rendant une ordonnance de prolongation de la détention provisoire dont le mis en examen a fait appel et sur lequel il était statué aujourd'hui.

À l'audience, alors que la famille d'Amandine est présente et entend bien « le faire craquer », Guerric Jehanno, 28 ans, ne laisse paraître aucune faiblesse et clame d'emblée son innocence. " Je suis innocent, je n'ai rien à voir avec sa disparition », martèle-t-il.

Pour le juge d’instruction, le maintien en détention est motivé par la nécessité d'effectuer de nouvelles investigations. Parmi les actes envisagés, un nouveau transport sur les lieux où le corps de la victime pourrait être enterré. Les enquêteurs ont affiné sa localisation grâce au plan réalisé par Guerric Jehanno lui-même indiquant d'une croix le corps d'Amandine et qui leur a été remis en juin 2016 par un ancien voisin de cellule de Guerric Jehanno.

Le juge envisage également une confrontation avec la mère du mis en examen, qui un temps, a douté de la culpabilité de son fils, avant de se rétracter.

Pour Me Pibouleau, l'avocate de la défense, "rien ne justifie son maintien en détention ».

« Ce type d'appel est toujours une épreuve. Une épreuve rendue d'autant plus difficile par la présence constante de la famille d'Amandine. J'ai le sentiment qu'on a celui-ci et qu'on en a fait le coupable idéal, qu'on ne cherche plus, sauf à établir sa culpabilité, expose-t-elle. Et si ce n'était pas lui ? Si Amandine n'était pas décédée ? On n'a aucune certitude. Le dernier dans cette situation à Toulouse a été acquitté par la Cour d'Assises. »

L'exercice est difficile pour l'avocat des parties civiles, Me Debuisson, plus habitué à être en défense et sur qui toute une famille fait reposer l'espoir d'obtenir des aveux. « Tout ceux qui connaissent ce dossier savent que Guerric Jehanno est coupable. Il y a une certitude : nous finirons par trouver le corps, avec ou sans votre aide. Votre attitude de déni est insupportable et cet appel est vécu comme une provocation outrancière. Il y a pire que la mort, l'incertitude sur les conditions qui ont entouré la mort d'Amandine », déclare-t-il.

Les proches d'Amandine comme leur avocat ne conçoivent pas que le mis en examen puisse être remis en liberté. C'est également la position de l'avocat général, Pierre Bernard, qui revient sur les nombreuses charges qui expliquent que la détention provisoire soit nécessaire dans ce dossier. « Il y a le témoignage de la voisine, le signalement d'un individu lui correspondant, le pantalon à bande orange, le fourgon Renault Master, les confidences faites à un codétenu, les plans réalisés de sa main et un hochement de tête. Non elle n'est pas sortie de la maison seule, ou sinon quelle mise en scène ", détaille-t-il avant de demander à ce que Guerric Jehanno soit maintenu en détention provisoire.

La décision de la chambre de l'instruction sera connue jeudi 12 octobre.

MORGANE MORIN https://www.ladepeche.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/08/2017 10:38  Mis à jour: 27/08/2017 10:45
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Replay :Faits divers du 26 août 2017 - L'affaire Amandine Estrabaud/L'affaire Elodie Kulik .
Affaire Elodie Kulik
Un reportage de Nicolas Deliez et Hervé Lavigne Images : Guillaume TaverneMontage : Hervé LavigneAgence de presse : Alert Press Quinze ans après les faits, nous revenons sur l’affaire Elodie Kulik, une jeune et jolie banquière sauvagement violée et assassinée en janvier 2002 à Péronne, un petit village du Nord de la France. Sur la tombe de la jeune femme, son père Jacky fait le serment de se battre jusqu’au bout pour retrouver les assassins de sa fille. Après de nombreux rebondissements, grâce à un travail de fourmi et aux progrès de l’ADN, les enquêteurs mettront plus de dix ans à retrouver la trace des assassins. Le père d’Elodie Kulik, ses plus proches amis mais aussi les enquêteurs, ont accepté de se confier et de livrer les secrets de cette affaire hors-norme.


Affaire Amandine Estrabaud
Un reportage d’Albert Bohbot Images : Guillaume TaverneMontage : Pierre Le Chaponnier et Yoann BeaulieuAgence de presse : TF1 Production Le 19 juin 2013, près de Castres, dans le Tarn, Amandine Estrabaud, 30 ans, disparaît mystérieusement alors qu’elle rentrait en stop à son domicile. Depuis ce jour-là, personne n’a revu la jeune et jolie assistante d’éducation. Et son corps n’a jamais été retrouvé.Alors, que s’est-il passé ? Toute la région, bouleversée, vit depuis plus de quatre ans au rythme des nombreux rebondissements de l’enquête, qui a permis d’interpeller un suspect. Sa mère, sa tante et ses plus proches amis se confient sur cette absence qui mine leur vie et surtout sur leur espoir de connaître enfin la vérité. Une enquête inédite racontée par Jacques Pradel, qui lève le voile sur une affaire dramatique et émouvante.



Si vous ne voyez pas ce reportage, cliquez sur ce lien pour vous abonner à MYTF1

https://www.tf1.fr/tf1/grands-reportag ... e-amandine-estrabaud.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/06/2017 10:38  Mis à jour: 17/06/2017 10:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Un rassemblement quatre ans après la disparition d' Amandine Estrabaud.
Les proches d'Amandine Estrabaud, une femme de 30 ans portée disparue depuis tout juste quatre ans (le 18 juin 2013), ont organisé pour ce triste anniversaire, un rassemblement cet après-midi, à Roquecourbe devant sa maison.

Une quarantaine de personnes, dont ses parents, étaient présentes. Les proches souhaitent que la vérité éclate et que les fouilles se poursuivent pour retrouver le corps d'Amandine.

Rappelons qu'un suspect a été mis en examen et incarcéré pour enlèvement, séquestration, viol et meurtre.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/ ... sparition-d-amandine.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/04/2017 14:49  Mis à jour: 07/04/2017 14:49
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Disparition d'Amandine Estrabaud : Guerric Jehanno reste en prison.
La chambre d’instruction de la Cour d’Appel de Toulouse a rendu hier matin sa décision : le jeune Roquecourbain Guerric Jehanno, mis en examen pour «enlèvement, séquestration, viol et meurtre» d’Amandine Estrabaud disparue en juin 2013 à Roquecourbe, reste en détention provisoire.

Les juges n’ont pas suivi les arguments de son avocate Marie-Hélène Pibouleau, associée de Maître Simon Cohen, qui avaient déposé une demande de remise en liberté. Une décision rassurante pour la famille d’Amandine et son avocat Maître Debuisson.

http://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/04/2017 08:47  Mis à jour: 05/04/2017 08:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Affaire Amandine : nouvelle révélation.
La chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Toulouse a examiné hier matin en séance publique la nouvelle demande de remise en liberté présentée par l'avocat de Guerric Jehanno, ce jeune Roquecourbain placé en détention provisoire et mis en examen en avril 2016 pour «enlèvement, séquestration, viol et meurtre» dans le cadre de la disparition d'Amandine Estrabaud le 13 juin 2013 à Roquecourbe.

La chambre devrait rendre sa décision d'ici quelques jours mais au cours de l'audience a été évoqué un nouvel élément à charge accusant ce jeune homme de 29 ans.

Le mois dernier en effet, un codétenu du mis en examen a été entendu car il aurait recueilli des aveux circonstanciés du mis en examen s'accusant d'être à l'origine de la disparition de la jeune femme de 30 ans.


C'est la seconde fois qu'un voisin de cellule de Guerric Jehanno vient rapporter ses aveux.

En juin 2016, un croquis à l'appui qu'aurait dessiné l'inculpé lui-même, son ancien voisin de cellule avait rapporté des confidences de la même nature.

L'avocat de la famille d'Amandine, Maître Pierre Debuisson, indiquait hier soir : «C'est une nouvelle avancée dans ce dossier avec un deuxième témoignage allant dans le même sens. Guerric Jehanno est dos au mur et se doit de reconnaître qu'il a tué Amandine pour permettre à la famille Estrabaud de faire le deuil. Il doit nous dire où il a enterré son corps.»


http://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/02/2017 12:46  Mis à jour: 03/02/2017 12:46
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Les recherches pour trouver Amandine restent infructueuses. Au bout d'un chemin sans issue, une vaste zone de sous-bois a été entièrement retournée par la pelle. En vain.
Toujours rien ! L'attente entamée voilà 3 ans et 7 mois par les proches d'Amandine Estrabaud hélas se poursuit. Troisième jour de recherches hier au lieu-dit Malrieu, en contrebas du chemin forestier La Favier, aux portes de Lacrouzette. À quelques encablures du village de Roquecourbe et du lieu où a disparu Amandine le 18 juin 2013.

D'importants moyens en hommes et matériels ont été déployés dans cette forêt touffue et peu entretenue, dont le chemin La Favier conduit aux rives de l'Agout et à l'ancien tracé du Petit-train. La veille, le bois résonnait des coups portés au sol par une mini-pelle mécanique. Hier, la pelle est restée inactive… mais pas les gendarmes où les spécialistes des recherches archéologiques venus du Tarn-et-Garonne. Ce n'est pas le premier site qui est fouillé dans le Sidobre dans le cadre de cette enquête. Hélas, il semble bien que ce ne sera pas le dernier. Le camp a finalement été levé à la mi-journée et, dès le matin, des enquêteurs de la section de recherches avaient momentanément quitté le chantier en cours pour aller inspecter un autre site envisagé. Autant de pistes dégagées par des hypothèses que les enquêteurs peuvent avancer sur la base des bribes lâchées par le principal suspect dans cette affaire : Guerric Jehanno. Incarcéré depuis avril dernier, il a notamment fait l'objet d'un transport sur ces lieux en décembre dernier, en présence de son avocat et des magistrats. Tous se rendaient là sur la foi d'un croquis et de confidences qu'auraient faites Guerric Jehanno à son codétenu.

«La difficulté, c'est de trouver un corps sur un périmètre relativement large», a indiqué hier en soirée l'avocat de la famille Me Pierre Debuisson. Ajoutant : Tout porte à croire que le périmètre et les zones de recherches sont plus circonscrits et restreints que jamais.»

«Nous restons optimistes», a lancé hier un enquêteur de la section de recherches.

S.B. http://www.ladepeche.fr/article/2017/ ... estent-infructueuses.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/02/2017 13:15  Mis à jour: 02/02/2017 13:15
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : ANNONCE : NT1 Samedi à 20h55, retour sur la disparition d'Amandine Estrabaud...
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/02/2017 13:10  Mis à jour: 02/02/2017 13:10
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re :Depuis mardi,31/01/2017, les gendarmes chargés de l'enquête sur la disparition d'Amandine Estrabaud effectuent des fouilles dans un secteur bien précis d'une forêt, au lieu-dit La Favier à Lacrouzette.
D'importants moyens de recherche sont déployés par les enquêteurs depuis mardi dans une forêt située tout près de Lacrouzette, au chemin de La Favier, dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Amandine Estrabaud à Roquecourbe le 18 juin 2013.

Pour l'heure, rien n'a été découvert mais les fouilles doivent se poursuivre encore aujourd'hui au moins sur un périmètre qui semble bien délimité et très difficile d'accès en bordure de ce chemin creux qui descend jusqu'à l'Agout.

Les enquêteurs de la section de recherches de Toulouse, aidés par une vingtaine de gendarmes, brigades de recherche de Castres et Albi... mais aussi des archéologues spécialisés dans le soutien à des opérations judiciaires (Institut national de recherches archéologiques préventives, Inrap, venu de Montauban), ont aussi recours à une pelle mécanique pour, semble-t-il, dégager les accès.

Le croquis de Guerric Jehanno


Ce n'est pas le premier site qui est fouillé dans le Sidobre dans le cadre de cette enquête.

Mais les enquêteurs concentrent cette semaine leurs recherches sur ce lieu précisément à la lumière d'un transport sur place réalisé fin décembre en présence des juges d'instruction et de Guerric Jehanno, principal suspect, incarcéré depuis le mois d'avril. C'est en effet à partir d'un croquis et de confidences qu'auraient faites Guerric Jehanno à son codétenu que ces investigations approfondies in situ sont effectuées.

Un élément supplémentaire dans le faisceau d'indices qui désignent le jeune homme mis en examen pour «meurtre, viol, enlèvement et séquestration» et donc le placement en détention provisoire a été confirmé à deux reprises.

Mais rappelons que Guerric Jehanno nie totalement être à l'origine de la disparition d'Amandine. Son avocat Maître Simon Cohen du barreau de Toulouse défend cette thèse : «Je ne suis pas surpris que les enquêteurs effectuent ces fouilles et je dirais même que c'est une bonne chose qu'elles soient faites. Je souhaitais ce transport sur place et ces fouilles. Il faut maintenant attendre patiemment le résultat de ces recherches pour y voir plus clair. Et je rappelle que ce n'est pas Guerric Jehanno qui a amené les enquêteurs jusqu'à cette forêt. C'est à partir des confidences qu'il aurait faites à un codétenu que les enquêteurs ont fait des recoupements.»

Ce matin donc, le ratissage du secteur visé, à une encablure de la zone artisanale de Malrieu, va donc reprendre avec détermination car pour les enquêteurs et la justice, la découverte du corps d'Amandine serait un élément crucial dans une affaire où plus de cinquante hypothèses ont été décortiquées avant l'arrestation et la mise en examen de Guerric Jehanno.

J.-M.G. et S.B. http://www.ladepeche.fr/
Répondre
Visiteurs
Posté le: 01/02/2017 17:50  Mis à jour: 02/02/2017 13:12
 Amandine Estrabaud : les gendarmes fouillent dans un bois.
Bonjour,

Disparition d'Amandine Estrabaud : les gendarmes fouillent dans un bois.


De source sûre, les gendarmes de la section de recherche sont actuellement dans un bois situé à Roquecourbe pour retrouver le corps d’Amandine Estrabaud, disparue depuis le 18 juin 2013, dans le village du Sidobre.

Cela fait suite aux déclarations du principal suspect Guerric Jehanno, mis en examen pour « enlèvement, séquestration, viol et meurtre » qui aurait décrit à son co-détenu l’endroit exact où se trouverait le corps de la Castraise.

http://www.lejournaldici.com/actualit ... dans-un-bois#.WJIRQxBxiHS

******************************************

Grand merci pour votre aide , visiteur.
Cordialement
Colette
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/01/2017 12:25  Mis à jour: 31/01/2017 12:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Disparition d'Amandine Estrabaud : Guerric Jehanno reste en prison...
Guerric Jehanno mis en examen en juin 2016 pour le meurtre et le viol d'Amandine Estrabaud, à Roquecourbe en juin 2013, reste en prison. Sa demande de remise en liberté a été rejetée vendredi par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Toulouse.

Image redimensionnée


Soupçonné du viol et du meurtre d'Amandine Estrabaud, disparue à Roquecourbe le 18 juin 2013, Guerric Jehanno avait été mis en examen et écroué le 28 avril 2016. Neuf mois plus tard, sa demande de remise en liberté vient d'être rejetée par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Toulouse.

Fin décembre, Simon Cohen, l'avocat de cet ancien maçon de 28 ans avait formulé une demande de remise en liberté de son client, estimant qu'aucune charge sérieuse ne justifiait son maintien en détention. Demande rejetée par le juge des libertés et de la détention (JLD), après un avis défavorable des deux juges d'instruction en charge du dossier. L'avocat avait aussitôt fait appel. Une audience publique s'est donc tenue le 24 janvier 2017 devant la chambre d'instruction. Et le maintien en détention de Guerric Jehanno y a été confirmé. Les juges ont aussi rappelé que les charges retenues contre Guerric Jehanno étaient sérieuses et que les recherches se poursuivaient activement pour retrouver le corps d'Amandine Estrabaud disparue depuis plus de trois ans.

http://france3-regions.francetvinfo.f ... reste-prison-1186461.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/01/2017 12:26  Mis à jour: 28/01/2017 12:26
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Chroniques criminelles, samedi 28 Janvier - 22:40 sur NT1, l'affaire Amandine Estrabaud : La disparue du Tarn.
Résumé du programme
« L'affaire Amandine Estrabaud : la disparue du Tarn ». Le 18 juin 2013, Amandine Estrabaud, une jeune assistante d'éducation de 30 ans, disparaît mystérieusement près de Castres, dans le Tarn. Depuis, sa famille vit au rythme des rebondissements de l'enquête, qui a permis l'interpellation d'un suspect •
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/01/2017 11:41  Mis à jour: 13/01/2017 11:43
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Disparition d'Amandine Estrabaud : sa mère témoigne ( vidéo)
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/12/2016 14:05  Mis à jour: 14/12/2016 14:05
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Amandine Estrabaud : Les éléments qui expliquent la mise en examen de Guerric Jehanno.
Amandine Estrabaud a disparu le 13 juin 2013. Ce jour-là, elle a quitté son travail d'assistante d'éducation vers 13h au lycée Anne-Veaute à Castres pour rentrer vers sa nouvelle maison où elle était en train d'emménager, située au-dessus du village de Roquecourbe, à Cantegaline. Elle serait partie vers chez elle en auto-stop. Mais depuis son départ du lycée, plus aucune nouvelle de cette jeune femme âgée alors de 29 ans. Sa maison a été retrouvée la porte ouverte le lendemain, une sandale dans l'allée et une boucle d'oreilles aussi. Et aucune trace de lutte dans la maison.

Une énorme enquête de gendarmerie est conduite depuis ce jour-là. 250 personnes ont été interrogées, 53 profils de suspects potentiels ont été dégagés dont 18 personnes ont fait l'objet d'investigations très approfondies.

Jusqu'à ce que les enquêteurs tombent sur le profil de Guerric Jehanno début 2016. C'est la maman de ce dernier qui aurait signalé aux gendarmes le récit étrange de son fils qui aurait vu un homme portant un sac dans la forêt alors qu'il rentrait de la pêche.

Cet ancien maçon âgé de 28 ans, originaire de Roquecourbe et qui connaissait Amandine de longue date, finira par être mis en examen pour «enlèvement et séquestration» et incarcéré le 9 avril 2016. Il nie en bloc toute implication dans la disparition d'Amandine Estrabaud mais la justice a, pour l'instant, retenu à son encontre un faisceau d'indices convergents. Son maintien en détention a été confirmé trois fois par des juges différents. Les juges d'instruction ont même décidé d'élargir les motifs de mise en examen à «meurtre et viol» le 17 juin dernier à l'issue de leur premier interrogatoire.

Les enquêteurs ont d'abord établi que le jour de la disparition, Guerric Jehanno travaillait sur un chantier non loin de la maison d'Amandine et que, dans le courant de l'après-midi, il aurait pu se déplacer vers un autre chantier au volant d'un fourgon le temps de séchage d'une dalle de béton. Un voisin de la disparue a témoigné avoir vu un fourgon se garer devant chez elle et un homme portant un pantalon de chantier avec des bandes réfléchissantes en descendre. L'enquête a aussi établi que Guerric Jehanno aurait avoué avoir eu le «béguin» pour cette jolie jeune femme qu'il connaissait depuis l'enfance.

Du coup, un enchaînement semble plausible : Guerric Jehanno quitte le chantier dans l'après-midi pour se diriger vers un autre. En chemin, il aurait pu rencontrer Amandine en train de rentrer chez elle. Et pour Me Debuisson, avocat de la mère d'Amandine : «Pour moi, il l'a rencontrée et tenté de la séduire. Elle l'a repoussé et ensuite il a dû l'assommer. Il est probablement allé la rechercher le soir même. Et depuis elle reste introuvable.»

http://www.ladepeche.fr/article/2016/ ... nt-sa-mise-en-examen.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/12/2016 10:16  Mis à jour: 14/12/2016 10:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Amandine Estrabaud : : l'avocat du suspect demande qu'il soit transporté sur les lieux.
Mis en examen pour "meurtre, viol, enlèvement et séquestration" dans le cadre de l’enquête sur la disparition d’Amandine Estrabaud le 18 juin 2013, Guerric Jehanno, de Roquecourbe, est en détention provisoire depuis le 9 avril 2016.

Le jeune homme nie toute implication dans la disparition d’Amandine et vient de changer d’avocat.

C’est désormais Me Simon Cohen, du barreau de Toulouse, qui le défend. "Ce que je pense, c'est que les charges contre lui sont insuffisantes" indique l'avocat. "Ce n'est pas quelqu'un de violent" ajoute-t-il.

À propos des éventuels aveux du suspect à un codétenu, Me Cohen a demandé "que l'on fasse des recherches et des fouilles sur place. Et que l'on organise un transport sur les lieux avec lui."

http://www.ladepeche.fr/article/2016/ ... oit-transporte-lieux.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/12/2016 13:04  Mis à jour: 12/12/2016 13:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re :Affaire Amandine Estrabaud : l'avocat du suspect s'explique...
Pour maître Simon Cohen, il n'y a aucun élément ou aucune preuve de la culpabilité de son client Guerric Jehanno.
Guerric Jehanno est l'homme de 28 ans, en détention depuis avril dernier, qui est le principal suspect dans l'affaire de la disparition d'Amandine Estrabaud.

La jeune femme, qui travaillait à Castres et vivait à Roquecourbe, a disparu depuis juin 2013. Mais il n'y a aucune preuve de la culpablité de Guerric Jehanno, martèle Simon Cohen, le nouvel avocat du suspect. Il assure sa défense depuis cet été. Simon Cohen, c'est un ténor du barreau, quia plaidé dans de nombreuses affaires d'envergure, comme AZF ou l'affaire Patrice Allègre.

Il a accepté d'assurer la défense de Gueric Jehanno car, il en est persuadé, il est innocent...

Interview au micro de Jacques Déjean : http://www.centpourcent.com/les-infos ... u-suspect-s-explique-6929

Guerric Jehano qui aurait confessé avoir tué la jeune femme à l'un de ses compagnons de cellule...ce qu'il conteste depuis...
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/10/2016 11:15  Mis à jour: 12/10/2016 11:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Simon Cohen nouvel avocat de Guerric Jehanno dans l'affaire Amandine Estrabaud.
- Sommité du monde des robes noires, Simon Cohen, a repris la défense de Guerric Jehanno. Ce maçon de 28 ans est incarcéré depuis six mois à Toulouse. Il est mis en examen pour enlèvement, séquestration, meurtre et viol d'Amandine Estrabaud, disparue depuis plus de trois ans dans le Tarn.

Image redimensionnée

L'avocat Simon Cohen est connu pour avoir plaidé dans plusieurs affaires d'envergures comme celle du sang contaminé, Patrice Alègre, AZF et de représenter la famille de l'une des victimes de Mohamed Merah.

Connu pour ses plaidoiries tonitruantes, fracassantes mais aussi pleines d'humanisme, Simon Cohen a accepté au coeur de l'été de défendre Guerric Jehanno. Le jeune Tarnais, ancien maçon, est soupçonné de l’enlèvement, de la séquestration, du viol et du meurtre d’Amandine Estrabaud. Pour la justice, il est au coeur de la disparition de la jeune femme dans le Tarn, à Roquecourbe, le 18 juin 2013.

A la prison de Seysses, Guerric Jehanno aurait raconté, à son co-détenu, le supplice qu'il aurait fait subir à l’assistante d’éducation du lycée castrais Anne Veaute. Ce jour là, il a tenté de la séduire après l'avoir raccompagné en auto-stop chez elle. Cet enfant du village de Roquecourbe connaissait bien Amandine. Il en était secrètement amoureux. Econduit une nouvelle fois, Guerric Jehanno aurait basculé dans une violence meurtrière. Il raconte l'avoir enterré à quelques kilomètres de là, dans la forêt du Sidobre, après l'avoir violé.

A ce récit s’ajouterait un plan dessiné de sa main. Il y désignerait le lieu de l’agression et surtout l'endroit où il se serait débarrassé du corps. Mais Simon Cohen rappelle un élément fondamental. Il n'y a, à ce jour et selon lui, aucune preuve de la culpabilité de son client. Pour l’avocat, Guerric Jehanno est le coupable idéal pour une justice qui, selon lui, « privilégie depuis des années l’intuition au détriment de l’instruction. »


ITW Simon Cohen avocat Guerric Jehanno

http://france3-regions.francetvinfo.f ... ne-estrabaud-1105541.html
Répondre
Visiteurs
Posté le: 08/09/2016 02:07  Mis à jour: 08/09/2016 10:47
 07/09/2016
Toutes mes condoléances à la famille.Affreusement horrifiée par cet acte et espère que d'autres disparus ne connaîtront pas le même sort.Longue vie à eux. Anciennement élève collège Jean-Monnet.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/06/2016 16:09  Mis à jour: 22/06/2016 16:09
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Guerric Jehanno écroué depuis avril pour l'enlèvement d'Amandine Estrabaud a confessé le meurtre à un co-détenu et dessiné le lieu où il aurait enterré le corps !!!
Guerric Jehanno, un ancien maçon de 28 ans, mis en examen le 8 avril pour "enlèvement et séquestration" puis, le 17 juin, pour "viol et meurtre", a "raconté une histoire à son co-détenu pour qu'il le laisse tranquille, car il se sentait menacé", a déclaré à l'AFP son avocat Victor Lima. "C'est un scénario plausible, donc les juges le prennent tout-à-fait au sérieux", justifiant une mise en examen supplétive, a reconnu Me Lima.

De source proche du dossier, on indique que le mis en cause a "dessiné le lieu où il a mis le corps", ce qui permet une reprise des recherches "sur un périmètre assez large en forêt".

En outre, des expertises génétiques sont en cours sur certains scellés, selon Me Lima. La Section de recherches de gendarmerie de Toulouse est en charge de l'enquête, avec l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) à Pontoise.

Pour les enquêteurs, la priorité est de retrouver le corps afin de donner une sépulture décente à la victime, trois ans après sa disparition.
Assistante d'éducation à Castres, Amandine Estrabaud, 30 ans, a quitté le lycée où elle travaillait le mardi 18 juin 2013 à 13H00. C'est la dernière fois qu'elle a été vue.

Les enquêteurs pensent que la jeune femme, sans voiture, s'est ensuite rendue en auto-stop chez elle, un pavillon de Roquecourbe, à dix kilomètres de Castres. La porte de son pavillon a été trouvée ouverte et une boucle d'oreille ainsi que des chaussures lui appartenant ont été découvertes près de la maison, mais sans trace de violences. Employé dans une carrière, Guerric Jehanno, qui résidait chez sa mère à Roquecourbe, connaissait la disparue et son frère, dont il a été un ami.

Il avait été placé en garde à vue une première fois en 2014 et relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

ladepeche.fr avec AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/06/2016 13:42  Mis à jour: 22/06/2016 13:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Disparition d'Amandine Estrabaud : Guerric Jehanno se serait confessé à un codétenu.
Les gendarmes scientifiques recherchent le corps d'Amandine, de nouveaux éléments s'accumulent et l’avenir du prinipal suspect s’assombrit. Jusqu'alors soupçonné d'avoir enlevé et séquestré Amandine Estrabaud en juin 2013, Guerric Jehanno vient d'être mis en examen pour meurtre et viol.

Image redimensionnée


A la veille du troisième anniversaire de la disparition d’Amandine Estrabaud, vendredi dernier, l’ancien maçon qui habite lui aussi Roquecourbe a été mis en examen pour meurtre et viol. Cette procédure supplétive, rare, fait suite a des propos qu’il aurait partagé avec son codétenu. Selon nos informations, Guerric aurait ainsi raconté avec force détails tout le mal fait à Amandine. Cette jeune fille qu'il connaissait bien et dont il était amoureux depuis toujours. Des nouvelles investigations seraient donc menées à Roquecourbe par des gendarmes scientifiques, techniciens de l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN), qui tentent de localiser le corps.

Pour Victor Lima, avocat de Guerric Jehanno, son client à raconté une histoire certes macabre mais qu'il qualifie de fantaisiste. Ce récit de Guerric serait du au contexte de menaces physiques et psychologiques dont il serait victime au sein de la maison d’arrêt de Seysses, près de Toulouse. Pour Pierre Debuisson, l’avocat des parents d'Amandine, cette mise en examen est une avancée majeure, preuve que des éléments nouveaux ont été versés au dossier.

Rappelons que Guerric Jehanno clame toujours son innocence.Vendredi dernier, lors de son premier interrogatoire par les deux juges d’instruction toulousains chargés du dossier, il n’a rien avoué. Mais l’étau judiciaire semble tout de même se resserrer, inexorablement, autour du jeune homme qui est depuis le premier jour dans le collimateur des gendarmes de Castres puis des enquêteurs toulousains de la section de recherches.

Un faisceau d'éléments concordants

Dès le lendemain de sa disparition, une voisine d'Amandine a en effet déclaré avoir vu la jeune femme devant son pavillon de Roquecourbe, ce 18 juin 2013 dans l'après-midi, descendant d’une camionnette blanche conduite par un homme en pantalon de chantier. Aussitôt les soupçons se sont donc portés sur Guerric, maçon au moment de la disparition, conducteur d’une fourgonnette blanche et dont le pantalon de chantier pouvait correspondre à la description faite par le témoin essentiel.

Pourtant - à notre connaissance - aucune preuve formelle n’a encore confondu Guerric Jehanno. En juin 2014, un an après la disparation d’Amandine, Guerric avait été interpellé une première fois puis relâché faute de preuves.

Depuis avril 2016, avec la mise en examen pour l'enlèvement et la séquestration d'Amandine, charges auxquelles s'ajoutent aujourd'hui le meurtre et le viol, Guerric Jehanno sera très certainement jugé par les assises du Tarn ; Pierre Debuisson, avocat de la famille d'Amandine en est convaincu.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/06/2016 11:28  Mis à jour: 18/06/2016 11:28
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Amandine Estrabaud , 30 ans . Le suspect mis en examen pour «meurtre et viol»
Image redimensionnée

Maître Pierre Debuisson et Monique Sire, la maman d'Amandine, attendent maintenant des aveux./ Photo DDM Thierry Bordas.

De nouveaux éléments ont conduit des juges d'instruction à mettre en examen pour «viol et meurtre» le suspect dans la disparition d'une jeune femme de 30 ans dans le Tarn il y a 3 ans.

Pour l'avocat de la famille de la victime, c'est un pas supplémentaire vers la culpabilité du suspect. D'abord mis en examen pour «enlèvement et séquestration» et placé en détention provisoire le 8 avril dernier dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Amandine Estrabaud il y a 3 ans, jour pour jour, à Roquecourbe (Tarn), Guerric Jehanno, 28 ans, a, selon nos informations, également été mis en examen hier pour «meurtre et viol» à l'issue de son premier interrogatoire par les deux juges d'instruction toulousains chargés du dossier. Ce qui pourrait laisser penser que des éléments nouveaux sont apparus dans cette enquête à l'encontre du jeune homme qui pourtant, selon son avocat Me Victor Lima, «clame toujours son innocence». Le jeune homme, interpellé le 7 avril dernier à Roquecourbe où il vivait chez sa mère, a toujours nié avoir un lien avec la disparition de la jeune femme de 30 ans le 18 juin 2013 (voir encadré). L'individu était pourtant dans le collimateur des gendarmes de la section de recherche de Toulouse depuis un moment. Il avait même été déjà placé en garde à vue en juin 2014, presque un an jour pour jour après la disparition d'Amandine, avant d'être relâché le lendemain. Et depuis les enquêteurs n'avaient pas cessé de travailler autour du suspect pour recueillir suffisamment d'éléments afin de le replacer en garde à vue il y a deux mois. Des indices «graves ou concordants» avaient mené à sa mise en examen et son incarcération à la maison d‘arrêt de Seysses.

De nouvelles recherches dans le Sidobre

Le jeune homme travaillait comme maçon sur un chantier à proximité du domicile d'Amandine le jour de sa disparition. Et il aurait donc pu utiliser une camionnette blanche de la société – qui depuis a déposé le bilan – qu'un témoin a cru apercevoir dans les alentours ce jour-là. La description physique et vestimentaire d'un homme fournie par ce témoin présenterait également des similitudes avec le suspect. Décrit comme introverti, peu instruit, au parcours chaotique après avoir perdu son père et son demi-frère, Guerric Jehanno, qui travaillait lors de son arrestation dans une entreprise de granit, connaissait Amandine comme tous les jeunes de la même génération dans ce village du Sidobre de 2 500 habitants. Il aurait même eu le béguin pour elle. Quels sont ces éléments nouveaux qui ont conduit les juges à élargir la mise en examen au meurtre et au viol ? En tout cas, les gendarmes de la section de recherche auraient été vus cette semaine mener de nouvelles recherches dans le Sidobre, sans doute pour retrouver le corps.

Pour Pierre Debuisson, l'avocat de la famille d'Amandine, «cette mise en examen supplétive est une excellente nouvelle. C'est un pas de plus vers la vérité. Et c'est d'abord la démonstration que la justice dispose de nouvelles charges contre Guerric Jehanno, qui est comme je le soutiens depuis le début l'auteur de la disparition d'Amandine. C'est aussi un soulagement énorme pour sa famille qui n'attend désormais plus qu'une seule chose : un passage aux aveux !»

3 ans d'enquête

Le 18 juin 2013, Amandine Estrabaud a quitté son travail de surveillante au lycée Anne-Veaute à Castres vers 13 heures, pour se rendre en auto-stop chez elle à Roquecourbe. Elle a été vue une dernière fois l'après-midi même devant sa maison où elle était en train d'emménager. Ensuite plus rien. On a retrouvé des chaussures d'Amandine devant sa porte restée grande ouverte ainsi qu'une de ses boucles d'oreilles égarée dans l'allée qui conduit jusqu'au petit pavillon. Depuis, les gendarmes ont déployé d'importants moyens pour comprendre comment et pourquoi Amandine avait disparu. Guerric Jehanno est le premier suspect jugé crédible.

Br. M. et J. C. http://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/04/2016 17:02  Mis à jour: 21/04/2016 17:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Amandine Estrabaud : La Chambre de l'Instruction de la Cour d'appel de Toulouse a rejeté ce jeudi la demande de libération du suspect mis en examen.
Sans surprise, la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Toulouse a rejeté la demande de Guerric Jehanno, le jeune homme mis en examen dans l'affaire de la disparition d'Amandine Estrabaud en 2013 à Roquecourbe dans le Tarn.

Une décision annoncée aux parties ce jeudi, au lendemain de l'audience qui a eu lieu mercredi matin devant les magistrats. Le suspect demandait l'annulation de son placement en détention provisoire. Sa demande d'annulation de sa mise en examen avait déjà été rejetée.

Guerric Jehanno, un Roquecourbain de 28 ans a été arrêté par les gendarmes le 7 avril dernier. Le jeune homme est mis en examen depuis le lendemain pour "enlèvement et séquestration" d'Amandine Estrabaud, disparue le 18 juin 2013.

Jeudi, il avait de nouveau clamé son innocence dans ce dossier. Mais des éléments, notamment un témoignage d'une voisine et un "trou" de deux heures dans son emploi du temps le jour de la disparition d'Amandine, chargent le dossier du suspect.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/04/2016 14:35  Mis à jour: 21/04/2016 14:35
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Amandine Estrabaud : Guerric Jehanno confronté aux indices qui le désignent...
Image redimensionnée


L'avocat de Guerric Jehanno, mis en examen il y a 12 jours pour enlèvement et séquestration d'Amandine Estrabaud, a plaidé hier sa remise en liberté devant la Cour d'Appel. De nouveaux éléments sont apparus au cours de cette audience publique.

Mis en examen pour «enlèvement et séquestration» et placé en détention provisoire le 8 avril dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Amandine Estrabaud il y a 3 ans à Roquecourbe, Guerric Jehanno et son avocat Maître Victor Lima étaient hier devant la chambre de l'instruction de la Cour d'Appel de Toulouse pour plaider sa remise en liberté. Le jeune homme de 28 ans de Roquecourbe, suspecté d'être à l'origine de la disparition d'Amandine le 18 juin 2013 à l'appui d'un faisceau d'indices concordants clame toujours son innocence.

Du coup hier matin, c'est en audience publique que la Cour d'Appel a examiné sa requête en présence aussi de Maître Pierre Debuisson, avocat de la famille d'Amandine dont sa mère, Monique Sire.

Une audience tendue, au cours de laquelle les grandes lignes qui ont justifié le placement en détention de Guerric Jehanno ont été discutées alors même que l'instruction est toujours en cours. En voici les principaux éléments.

L'emploi du temps de Guerric qui était maçon

Guerric Jehanno était maçon et le 18 juin 2013 travaillait sur un chantier situé non loin de la maison d'Amandine. Cet après-midi-là, il aurait pu s'absenter pendant 1 à 2 heures, le temps qu'une dalle de béton sèche. Guerric aurait pu alors quitter le chantier et aller rencontrer Amandine chez elle. C'est la thèse de Maître Debuisson, partie civile, qui reste persuadé de sa culpabilité : «Pour moi, il l'a rencontrée et tenté de la séduire. Elle l'a repoussé et ensuite il a dû l'assommer. Il est probablement allé la rechercher le soir même. Et depuis elle reste introuvable.» Pour l'avocat de Guerric, c'est impossible : «Le temps du séchage de cette dalle, il est allé sur un autre chantier. On peut comprendre qu'il ne se souvienne plus très précisément de cela. Il n'était pas libre de son temps mais à la disposition de son patron qui n'a pas signalé son absence dans l'après-midi.»

Le fourgon et les vêtements de chantier

Ce qui justifie aussi sa mise en examen, c'est le témoignage d'une voisine qui a vu un fourgon blanc qu'elle désignera comme étant de type Renault Trafic. Elle a vu un homme aux cheveux châtain entrer dans la maison d'Amandine puis en repartir. Il portait un pantalon de travail avec des bandes orange selon le même témoin. L'avocat Victor Lima conteste : «Il n'est pas châtain mais brun. Il portait un pantalon de chantier qui n'a pas de bandes orange mais des soufflets orange aux poches. De plus, l'entreprise qui l'embauchait n'avait pas de Trafic mais un camion Master et un Jumper. ça ne correspond pas» ajoutait l'avocat hier soir.

II avait «le béguin» pour Amandine

Le mis en examen aurait effectivement, lors de sa première garde à vue en juin 2014, indiqué aux enquêteurs qu'il avait le béguin pour Amandine. «Il était sous la pression de cette toute première garde à vue. Cela a été terriblement éprouvant pour lui, indique son avocat maintenant.» A la barre hier, Guerric a indiqué : «J'ai pu déclarer qu'elle était charmante. Mais tout le monde aurait pu le dire et pas que moi.» Au cours de l'audience hier, ont été évoquées les incohérences relevées dans les déclarations du suspect, son attitude étrange, restant parfois debout et figé, parfois pris de tremblements pendant ses auditions. «C'est le contexte de la garde à vue qui l'ont totalement déstabilisé» ajoute son avocat.

Guerric n'a pas craqué


Maître Debuisson reste persuadé : «Nous restons extrêmement déterminés et convaincus mais nous devons savoir. J'espère qu'il va pouvoir s'exprimer, se libérer bientôt dans le cadre de la procédure.» Au cours de l'audience hier matin à Toulouse, Guerric Jehanno a continué de nier, a même clamé son innocence en s'adressant à la mère d'Amandine. Mais il a aussi pleuré pendant que son avocat plaidait. Pour Maître Lima : «Son principal adversaire, c'est lui-même. Il ne sait pas se défendre. Il s'est retrouvé happé par ce dossier sans savoir s'en sortir ou s'expliquer correctement.»

Que va-t-il se passer maintenant ?

La Cour d'Appel rendra cet après-midi sa décision concernant la demande de remise en liberté de Guerric Jehanno. Pour Maître Debuisson : «Je trouve sa demande de levée de sa détention provisoire indécente. Il ne mesure pas la gravité de son geste.» Mais à l'inverse Maître Lima estime : «Il est et reste innocent aux yeux de la justice. L'instruction est loin d'être terminée et il y a des pistes qui méritent encore d'être fouillées.» À noter qu'une expertise de personnalité a été demandée. En revanche, l'avocat de Guerric Johanno avait aussi fait appel de sa mise en examen. Cette requête a été rejetée.

Le poids de l'enquête

Au cours des débats, il a été rappelé que, depuis la disparition d'Amandine le 18 juin 2013 après avoir quitté son travail d'assistante d'éducation au lycée Anne-Veaute et être rentrée en auto-stop vers chez elle, le dossier représente un volume de 3800 pages, que 250 personnes ont été interrogées, que 53 profils de suspects potentiels ont été dégagés dont 18 personnes ont fait l'objet d'investigations très approfondies.


J.-M.G.http://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/04/2016 10:32  Mis à jour: 16/04/2016 10:32
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : L'avocat de l'homme de 28 ans écroué vendredi dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Amandine Estrabaud dans le Tarn, en 2013, a déposé un recours contre sa mise en examen, jugeant "insuffisantes" les charges contre son client.
Me Victor Lima a déposé mercredi à Toulouse une requête en nullité concernant la mise en examen du chef d'"enlèvement et séquestration sans libération volontaire avant le 7e jour", et a fait appel du placement en détention provisoire de son client. "Les indices graves et concordants, que le juge pense être graves et concordants, pour nous, ne le sont pas, ce sont des suspicions, à peine. Il n'y absolument pas des charges suffisantes à l'encontre de mon client", a-t-il déclaré.

Le jeune homme, qui a été maçon et travaille dans une carrière, était une connaissance d'Amandine Estrabaud. Cette assistante d'éducation de 30 ans avait quitté le lycée où elle travaillait à Castres le mardi 18 juin 2013, avant de disparaître. Selon Me Lima, son client, qui avait été placé une première fois en garde à vue en 2014 sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre lui, "clame son innocence" et répète "qu'il est absolument étranger à cette affaire". "Si on veut le garder à disposition, il y a d'autres moyens [que le placement en détention]. Surtout dans les conditions dans lesquelles il est incarcéré, à la maison d'arrêt de Seysses, dans des conditions inhumaines puisqu'il dort à même le sol", a-t-il estimé, qualifiant son client de "simple, travailleur, mais fragile".

"On revient vers lui parce qu'il n'y a pas d'autre pistes. Ce qui est dramatique, c'est que lui nie toute implication, et que vous avez toute une région qui cherche à connaître la vérité, mais malheureusement, on n'a pas le véritable coupable", a-t-il conclu. L'appel sur le placement en détention devrait être examiné le 20 avril, et une expertise psychologique a été ordonnée. Lundi, la mère et l'avocat de la famille d'Amandine Estrabaud avaient exprimé leur "soulagement" après la mise en examen, près de trois ans après la disparition de la jeune femme.

http://www.lefigaro.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/04/2016 12:14  Mis à jour: 16/04/2016 10:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : La petite ville tarnaise de Roquecourbe touchée par l'affaire de la disparition d'Amandine. ( Vidéo)
Près de 3 ans après la disparition d'Amandine Estrabaud, la petite ville de Roquecourbe dans le Tarn est au coeur d'une affaire qui concerne 2 familles. Celle d'Amandine qui a disparu et celle de Guerric Jehanno le principal suspect interpellé jeudi dernier.

La petite ville tarnaise de Roquecourbe touchée par l'affaire de la disparition d'Amandine

Près de 3 ans après la disparition d'Amandine Estrabaud, la petite ville de Roquecourbe dans le Tarn est au coeur d'une affaire qui concerne 2 familles. Celle d'Amandine qui a disparu et celle de Guerric Jehanno le principal suspect interpellé jeudi dernier.


Amandine Estrabaud a disparu le 18 Juin 2013. Elle habitait à Roquecourbe sur les hauteurs de la ville.
Près de 3 ans après sa disparition un habitant de la petite ville tarnaise, Guerric Jehanno, a été interpellé et incarcéré à Toulouse.
Cet ancien maçon âgé de 28 ans a été mis en examen pour enlèvement et séquestration mais à ce jour il n'a pas reconnu les faits et refuserait même de s'exprimer sur cette affaire.
Dans une petite ville de 2 200 habitants tout le monde se connaît plus ou moins, la mère d'Amandine voit très bien qui est Guerric. Aujourd'hui, elle appelle le jeune homme à passer aux aveux, à soulager sa conscience.

Voir le reportage d'Aziza Poittevin et de Corinne Carrière

La famille d'Amandine demande au suspect de soulager sa conscience
La famille d'Amandine demande au suspect de passer aux aveux

Guerric Jehanno était maçon au moment de la disparition d'Amandine, ils se connaissaient et le jour de la disparition il avait un chantier à proximité du domicile de la jeune femme. Un témoin aurait vu ce jour-là devant chez elle un homme portant un pantalon de chantier et un fourgon blanc Transit. Mais Guerric Jehanno n'a rien avoué. Son avocat dénonce même une interpellation abusive. Le jeune homme aurait "simplement" du mal à s'expliquer sur son emploi du temps du 18 Juin 2013.

Voir le reportage d'Aziza Poittevin et de Corinne Carrière

l'avocat du suspect dénonce une interpellation abusive
L'avocat du suspect dénonce une interpellation abusive

http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/04/2016 12:18  Mis à jour: 12/04/2016 12:18
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re :La mère d' Amandine Estrabaud enjoint le suspect de mettre fin à un ​«cauchemar éveillé».
Depuis 4 jours, un homme dort en prison dans l'affaire de la disparition d'Amandine Estrabaud, dans le Tarn. La mère de la victime espère que des explications vont venir mettre fin à un calvaire de trois ans...

Image redimensionnée

Monique Sire, la mère d'Amandine Estrabaud, le 11 avril 2016, trois jours après la mise en examen d'un suspect. - H. Menal - 20 Minutes

Voilà presque trois ans que la vie de Monique Sire a basculé. Le 18 juin 2013 exactement, le jour où sa fille Amandine, 30 ans, s’est volatilisée ne laissant derrière elle qu’une porte grande ouverte, une boucle d’oreille tombée au sol et une paire de chaussures abandonnée dehors.​

​« Depuis, je vis un cauchemar éveillé, raconte la mère de famille anéantie par l’incertitude sur le sort de sa fille. J’ai repris le travail mais je regarde les autres vivre. Parfois je me couche dès que je rentre, je dors, je dors ». Pour ne plus échafauder des théories, folles ou lucides.

La victime et le suspect se connaissaient

Si cette discrète habitante de Roquecourbe, près de Castres dans le Tarn, sort aujourd’hui de son silence, c’est parce que l’enquête s’est accélérée. Vendredi, un « enfant du pays », qui travaillait comme maçon à l’époque près du domicile d’Amandine, a été mis en examen pour « enlèvement et séquestration » et placé en détention provisoire près de Toulouse.

Il s’agit d’un homme de 28 ans. « Quand Amandine s’occupait du comité des fêtes, il y était, raconte Monique Sire. Ils avaient plusieurs amis en commun et il leur arrivait de prendre l’apéritif ensemble », ajoute-t-elle, terrifiée à l’idée que sa fille ait pu « être en confiance » avec le responsable présumé de sa disparition.

Le mis en cause nie les faits
Le parquet parle « d’indices graves et concordants » à l’encontre du kidnappeur présumé. Pierre Debuisson, l’avocat de la famille d’Amandine Estrabaud, qui a mené des « investigations personnelles », rejoint l’avis des gendarmes chargés de l’enquête. « Je suis persuadé de sa culpabilité. Maintenant, il faut qu’il libère sa conscience », dit-il. Car le mis en cause, déjà interrogé en 2014, nie les faits.

« Qu’il parle et qu’on sache enfin où est ma fille »

Mais il n’entame pas la conviction, acquise de longue date, de la famille de la disparue. « Qu’il parle et qu’on sache enfin où est ma fille, que je puisse la récupérer et faire les choses décemment même si l’irréparable a été commis », enjoint Monique. Même si, elle en est persuadée, elle restera « à côté de [ses] pompes tout le reste de [sa] vie », elle a besoin de la vérité pour entamer son deuil.

http://www.20minutes.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/04/2016 13:31  Mis à jour: 10/04/2016 13:31
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Disparition d'Amandine Estrabaud : le suspect écroué !
L'homme de 28 ans, placé en garde à vue jeudi dans le cadre de l'enquête sur la disparition d‘une jeune femme de 30 ans en juin 2013 dans le Tarn, a été mis en examen et écroué hier, même s'il a nié les faits. L'avocat de la famille de la victime est certain de sa culpabilité.

«C'est une première victoire pour la maman et la famille qui vivent dans l'angoisse et la détresse depuis bientôt trois ans», a réagi Me Pierre Debuisson l'avocat de la famille d'Amandine Estrabaud, jeune femme de 30 ans disparue depuis le 18 juin 2013 à Roquecourbe, après l'annonce hier en fin d'après-midi de la mise en examen pour «enlèvement et séquestration» et de l'incarcération de l'homme de 28 ans placé en garde à vue jeudi midi dans les locaux de la gendarmerie de Castres (voir notre édition d'hier).

Car pour l'avocat toulousain il n'y a pas beaucoup de doutes sur la culpabilité de cet individu qui était dans le collimateur des gendarmes de la section de recherche de Toulouse depuis un moment, même s'il a nié les faits lors de son audition. Cet habitant de Roquecourbe, qui vit chez sa mère, avait même été déjà placé en garde à vue en juin 2014, presque un an jour pour jour après la disparition d'Amandine, avant d'être relâché le lendemain. Et depuis les enquêteurs n'ont pas cessé de travailler autour du suspect pour recueillir suffisamment d'éléments afin de le replacer en garde à vue jeudi.

Des indices «graves ou concordants», selon le parquet de Toulouse, qui justifieraient la décision du juge d'instruction de mettre le suspect en examen et celle du juge des libertés et de la détention de l'écrouer à la maison d‘arrêt de Seysses. «Je l'espérais vivement depuis longtemps», continue Me Debuisson qui évoque «une série d'éléments convergents» contre le suspect qui a «une personnalité particulière». Un homme décrit comme rustre, introverti, pouvant être violent quand il a bu.

Des cheveux retrouvés

Il a grandi et vécu dans le même village de Roquecourbe qu'Amandine Estrabaud. Il la connaissait donc sans doute. Et à l'époque de sa disparition, il travaillait comme maçon sur un chantier à côté de la maison de la jeune femme où elle a disparu .

Il correspondrait aussi au signalement d'un témoin qui a vu un homme au volant d'une camionnette blanche dans les parages ce jour-là. Et des cheveux, pouvant correspondre à ceux d'Amandine, auraient été retrouvés chez lui, même si les tests ADN étaient inexploitables à cause du temps trop long qui s'est écoulé. «Toutes les investigations complètes des traces et indices n'ont en effet pas apporté de preuves irréfutables, continue l'avocat qui souligne la persévérance des gendarmes qui n'ont jamais laissé s'essouffler l'enquête.

Mais ses déclarations incohérentes, maladroites trahissent selon moi un mal-être et un sentiment de culpabilité». Maintenant, l'avocat espère que les suites de l'enquête et les prochaines auditions devant le juge d'instruction permettront de «savoir ce qu'il a fait d'Amandine». «Il faut qu'il passe aux aveux pour que la famille, qui est dans l'incertitude totale et absolue, sache», lâche Me Pierre Debuisson qui se dit «touché» par le courage de la maman d'Amandine qui, depuis trois ans, soutenue par ses proches et tout un village, est restée mobilisée pour retrouver sa fille.

Trois ans d'enquête

Depuis le 18 juin 2013 , jour où Amandine Estrabaud a quitté son travail de surveillante au lycée Anne-Veaute à Castres vers 13 heures, pour se rendre en auto-stop chez elle à Cantegaline, hameau situé au-dessus de Roquecourbe, des centaines de pistes ont été explorées par les enquêteurs. Elle a été vue une dernière fois l'après-midi même devant sa maison où elle était en train d'emménager. Dès le lendemain matin, c'est sa mère, Monique Barraud, qui a donné l'alerte, inquiète de ne pouvoir joindre sa fille au téléphone. On a retrouvé des chaussures d'Amandine devant sa porte restée grande ouverte ainsi qu'une de ses boucles d'oreilles égarée dans l'allée qui conduit jusqu'au petit pavillon. Et puis plus rien. Les gendarmes ont ratissé la région et l'appel à témoins n'avait pas permis jusqu'à présent de comprendre comment et pourquoi Amandine a disparu.

Brian Mendibure http://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/04/2016 18:08  Mis à jour: 08/04/2016 18:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Un homme de 28 ans, Guerric Jehanno, a été mis en examen pour enlèvement et séquestration d'Amandine Estrabaud et placé sous mandat de dépot vendredi après-midi.
a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Cet homme avait été interpellé et placé en garde à vue jeudi. Il avait été amené à Toulouse par les gendarmes qui agissaient sur commission rogatoire.

L'homme mis en examen a déjà été entendu dans ce dossier en 2014. Il s'agit d'un ami du frère de la disparue.

Assistante d'éducation à Castres, Amandine Estrabaud avait quitté le lycée où elle travaillait le mardi 18 juin 2013 à 13H00. C'est la dernière fois qu'elle
a été vue.

Une information judiciaire pour "enlèvement et séquestration" a été ouverte dans ce dossier.

Les enquêteurs pensent que la jeune femme, qui ne disposait pas de voiture, s'était ensuite rendue chez elle, un pavillon de Roquecourbe (Tarn). Elle avait acquis ce pavillon avec son ancien compagnon, mais le couple n'y avait jamais habité. Amandine Estrabaud venait de s'y installer, juste après leur séparation, en attendant de pouvoir le vendre.

Les circonstances dans lesquelles la jeune femme a disparu intriguent les enquêteurs: la porte du pavillon a été trouvée ouverte, une boucle d'oreille et des chaussures lui appartenant ont été découvertes près de la maison. Toutefois, aucune trace de violence n'a été relevée.

http://france3-regions.francetvinfo.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/04/2016 17:25  Mis à jour: 07/04/2016 18:22
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re : Disparition d’Amandine Estrabaud : un jeune homme interpellé dans le Tarn!
Un homme bien connu de la famille a été interpellé ce jeudi matin à son domicile de Roquecourbe et emmené à Toulouse. Il pourrait être présenté au juge d’instruction ce soir ou demain en vue d’une mise en examen.

Ce jeudi 7 avril vers 7 heures, G. J. a été interpellé à son domicile de Roquecourbe et emmené à Toulouse pour entre entendu par les gendarmes. Il pourrait être présenté au juge d’instruction ce soir ou demain en vue d’une mise en examen. Les gendarmes connaissent bien ce jeune homme d’une vingtaine d’années, ils l’ont déjà entendu à plusieurs reprises. Depuis le début de l’enquête sur la disparition d’Amandine Estrabaud, c’est un témoin important, l’une des rares personnes qui aurait pu croiser la route d’Amandine cet après-midi du 18 juin 2013.

Le jeune homme serait-il plus impliqué qu'il ne l'avait indiqué jusqu'alors ? Dans les heures qui viennent, la décision du juge d’instruction pourrait donner quelques éléments de réponse. En tous cas, la famille d’Amandine et ses avocats sont convaincus qu’il dissimule des informations importantes. Depuis juin 2015, Maîtres Guy et Pierre Dubuisson demandent donc aux enquêteurs une nouvelle audition de G. J.

Une relation d'Amandine

Certains faits sont déjà connus : G. J. était une relation d’Amandine ou plus particulièrement de son frère Rémy. A l’époque de la disparition, il travaillait pour un maçon du secteur et aurait pu disposer temporairement d’un des fourgons blancs de l’entreprise. Depuis bientôt trois ans, les enquêteurs cherchent à identifier ce fourgon blanc aperçu par des voisins devant la maison d’Amandine. Des dizaines de véhicules correspondant à la description et pouvant se trouver dans le secteur au moment des faits ont été recensés, les emplois du temps de leurs conducteurs vérifiés. Sans succès.
Rien ne prouve toutefois que cette piste soit la bonne. En juin 2014, un homme avait déjà été placé en garde à vue, entendu pendant 48 heures puis remis en liberté.
Cette nouvelle interpellation démontre pour le moins que les enquêteurs n'ont pas abandonné l’enquête sur Amandine et continuent de travailler dans le cadre d'une information judiciaire ouverte auprès d'un juge du pôle d'instruction de Toulouse.

L'étau se resserre autour du principal suspect


Le jeune homme en garde à vue à la gendarmerie de Castres depuis ce midi dans le cadre de l'enquête pour "enlèvement et séquestration" d'Amandine Estrabaud était déjà dans le collimateur des gendarmes depuis un moment. Âgé de 28 ans, G. J. avait été placé en garde à vue le 17 juin 2014, soit un an quasiment jour pour jour après la disparition de la jeune femme de 32 ans, avant d'être relâché le lendemain.

Visiblement, les gendarmes de la section de recherche de Toulouse, chargés de l'enquête, disposent aujourd'hui d'éléments supplémentaires qui leur permettent de resserrer l'étau autour de cet homme célibataire qui habite chez sa mère à Roquecourbe.


Amandine Estrabaud est toujours portée disparue aux yeux de la justice.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/03/2016 10:00  Mis à jour: 16/03/2016 10:00
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Roquecourbe toujours mobilisé presque 3 ans après la disparition d'Amandine .
Pour la maman d'Amandine Estrabaud, "ce silence fait peur" et l'espoir de retrouver sa fille vivante s'atténue. Il y a bientôt 3 ans que cette jeune femme a disparu mystérieusement de son domicile de Roquecourbe dans le Tarn. Depuis, sa famille est sans nouvelles, toutes les recherches entreprises sont restées vaines et si l'enquête reste ouverte pour la retrouver, elle n'a pour l'instant rien donné.

Une mystérieuse disparition

Amandine Estrabaud n'a plus donné signe de vie depuis le 18 juin 2013. Ce jour-là, la jeune femme quitte le lycée de Castres où elle travaille pour regagner son domicile de Roquecourbe. Elle y vit depuis sa séparation d'avec son compagnon et vient de la mettre en vente. Depuis la publication de son annonce sur le site "Le bon coin", elle a reçu de nombreux appels téléphoniques. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles, sa mère se rend sur place. Elle trouve la porte de la maison grande ouverte, une paire de chaussures d'Amandine dans l'entrée et une boucle d'oreille dans l'allée menant à la maison. Elle donne l'alerte immédiatement. Les gendarmes déploient alors un important dispositif de recherches et qualifient cette disparition d'inquiétante.

Une information judiciaire ouverte pour enlèvement et séquestration
Toutes les recherches engagées pour retrouver Amandine restent vaines. Début juillet 2013, une information judiciaire pour "enlèvement et séquestration" est ouverte. Presque trois ans plus tard, l'enquête se poursuit toujours même si la famille d'Amandine s'en sent "écartée". A Roquecourbe, plusieurs manifestations sont organisées au fil des ans pour soutenir la famille et maintenir l'espoir de retrouver Amandine. Ce jeudi, un nouveau rassemblement est organisé dans le village. Des bougies flottantes seront déposées dans le bassin du jardin du Pontet. Un hommage à Amandine, le jour de ses 33 ans.

Christelle Sivatte et Xavier Marchand ont rencontré sa maman avant cette manifestation


Presque 3 ans depuis la disparition d'Amandine à Roquecourbe dans le Tarn
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/08/2015 09:30  Mis à jour: 05/08/2015 09:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re :Disparition d'Amandine Estrabaud : le combat de ses proches.
Amandine Estrabaud , disparue à Roquecourbe (81) Le 18 Juin 2013 .
Disparition d'Amandine Estrabaud : le combat de ses proches.

Cela fera deux ans jeudi 18 juin, qu'Amandine Estrabaud a disparu. Si l'enquête avance à pas de fourmis, ses proches tentent de tenir le coup, portés par un seul mot : l'espoir.


Lutter contre l’oubli. C’est l’objectif qui continue d’animer Bernard Bayle, Roland Sire et les autres membres de l’association Entraide et solidarité.
Bien qu’arrivé à Roquecourbe il y a seulement trois ans, c’est à Bernard Bayle, retraité de l’éducation nationale qu’on a demandé de prendre les choses en main.
D’où l’idée de créer une association ainsi qu’un comité de soutien, présidé par l’oncle d’Amandine Estrabaud, Roland Sire.
Mais dans une affaire où les nouvelles sont rares et l’attente interminable; l’abnégation des proches est souvent mise à rude épreuve.
Monique Sire : « J’imagine que l’on me ramène Amandine. »

Deux ans. Deux ans déjà qu’Amandine Estrabaud a quitté son lieu de travail, le lycée Anne-Veaute à Castres, pour rejoindre Roquecourbe. Deux ans que l’on a perdu la trace de la jeune femme qui aurait 32 ans aujourd’hui.

Ce 18 juin 2013, la vie de la maman d’Amandine, Monique Sire, 56 ans, a basculé dans un mauvais rêve. Pire «un cauchemar ». Monique Sire oscille entre l’abattement et l’espoir. On pense à ce refrain d’une chanson de Benjamin Biolay « l’espoir fait vivre, vivre d’espoir fait vivre...»

Dans une interview, la maman évoque sa fille, l’enquête et sa vie depuis cette date fatidique qui a bouleversé son quotidien.

La gendarmerie de Roquecourbe recherche toute personne pouvant apporter des renseignements sur une jeune femme, âgée de 30 ans, mesurant 1,65 m et pesant 45 kg, brune aux cheveux longs.
Elle était vêtue d'un chemisier brun, d'une veste marron clair, d'une jupe brune droite tombant au-dessus du genou, de collants de couleur chair et d'une paire de ballerines en cuir et en daim de couleur marron avec un nœud.
Elle était porteuse de deux sacs à main, un de couleur marron et un en patchwork. Elle a quitté le lycée Anne Veaute à CASTRES le mardi 18 juin 2013 à 13h00 et n'a plus été vue depuis.

Contacter la gendarmerie de Roquecourbe au 05 63 79 83 17.
Le poste d'urgence le plus proche : Numéro Européen 112



En savoir plus sur http://www.siteofficieldesjournaliste ... .html#K7rRq4ly4Du4uWVH.99
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/07/2014 20:50  Mis à jour: 03/07/2014 21:10
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re: Amandine Estrabaud , 30 ans , ses proches s'expriment " l'heure du crime vidéo)
Le 18 juin 2013, Amandine Estrabaud, 30 ans, disparaît devant sa maison de Roquecourbe, dans le Tarn. Depuis, sa famille et tout le village se mobilisent pour la retrouver. Ses proches s'expriment dans L'Heure du Crime...

CLIQUEZ SUR CE LIEN POUR VOIR LA VIDÉO

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits- ... sparue-du-tarn-7772890475
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/06/2014 18:01  Mis à jour: 19/06/2014 18:01
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Re: Un an après la disparition d'Amandine Estrabaud , 350 personnes pour ne pas l'oublier ( voir vidéo)
350 personnes se sont rassemblées mercredi soir à Roquecourbe (Tarn), un an jour pour jour après la disparition toujours mystérieuse d'Amandine Estrabaud. L'homme placé en garde à vue la veille a été libéré.

Par Fabrice Valery http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/

C'est toujours l'angoisse et l'incertitude à Roquecourbe, dans le Tarn, un an jour pour jour après la disparition d'Amandine Estrabaud. Mercredi soir, 350 personnes se sont réunies, en présence de sa famille, pour planter un arbre de l'espoir et montrer leur mobilisation pour retrouver la disparue.

Un ruban vert, en signe d'espoir, les 350 personnes ont marché dans la commune avant d'aller planter un tulipier, symbole de vie et de dévoiler une plaque avec une photo d'Amandine et ce texte : l'arbre de l'espoir pour Amandine disparue depuis le 18 juin 2013".

Image redimensionnée


Depuis ce jour-là, la jeune femme de 32 ans n'a plus été vue : sans aucun signe de vie, sans explication de cette disparition, la famille vit dans l'angoisse. Pendant ce temps les gendarmes travaillent : mardi matin, un homme avait été placé en garde à vue. Mais il a été libéré mercredi en milieu de journée, sans charge retenue.

EN VIDEO / Le reportage de France 3 Tarn

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/06/2014 18:04  Mis à jour: 17/06/2014 18:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 Un homme a été interpellé et placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Amandine Estrabaud, il y a un an à Roquecourbe.
L'homme, dont on ignore l'identité, a été interpellé ce mardi matin par les gendarmes de la section de recherche de Toulouse et leurs collègues de la brigade de recherches de Castres. Des "éléments nouveaux" dans l'enquête auraient conduit les gendarmes à le placer en garde à vue.

Amandine Estrabaud, 31 ans, est portée disparue depuis le 18 juin 2013. Assistante d'éducation au lycée castrais Anne-Veautre, la jeune femme a été aperçue la dernière fois ce jour-là devant sa maison de Roquecourbe. Amandine Estrabaud avait quitté son travail à 13h30. Vers 16 heures, un voisin l'avait vue être déposée à son pavillon au hameau de Categaline. Depuis sa famille et ses proches sont sans nouvelle.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/05/2014 14:41  Mis à jour: 03/05/2014 09:17
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 3278
 La maman d'Amandine Estrabaud , 30 ans s'exprime : «Je veux retrouver ma puce en vie»
Malgré les semaines qui passent, elle plie mais ne rompt pas. Monique Barraud, la maman d'Amandine Estrabaut, garde toujours espoir de retrouver saine et sauve sa fille de 32 ans disparue il y a presque 10 mois. Ce 18 juin 2013, Amandine Estrabaut a quitté son boulot d'assistante d'éducation à Castres pour partir en stop jusqu'à sa maison de Roquecourbe à quelques kilomètres de là. On sait qu'elle est arrivée à bon port mais le lendemain, on a retrouvé sa porte ouverte, ses sandales devant la porte et une boucle d'oreille tombée dans l'allée. Et puis plus rien, malgré les énormes efforts de recherches de la gendarmerie. Monique ne lâche rien. Et même si les semaines passent, Monique Barraud reste debout.

Dix mois après la disparition de votre fille, avez-vous repris un semblant de vie normale ?

Après un séjour en maison de repos l'été dernier, j'ai repris mon travail en maison de retraite en mi-temps thérapeutique. J'essaye d'avoir une vie professionnelle à peu près normale. J'y trouve le soutien de tout le monde. Ma fille, j'y pense tout le temps, mais cela ne m'empêche pas de travailler.

Où trouvez-vous cette force ?


Il est très difficile de trouver la force de se lever le matin pour une journée en son absence. Il y a ces angoisses qui vous travaillent et qui vous tenaillent le corps et l'esprit. Inutile de vous dire combien ma fille me manque, son sourire sa voix, nos ballades, notre passion commune pour les vide-greniers et tant de choses que partagent une mère et sa fille.

Son visage est-il présent à toute heure ?

Oui ! elle est toujours avec moi bien que disparue. Même la nuit, il a deux de ses portraits près de moi. Je les avais pris lorsque j'étais en maison de repos et maintenant ils sont restés sur le chevet. J'aime cette photo où elle est souriante et dynamique.

Le jour de son anniversaire a été particulièrement difficile ?

C'était le 17 mars et je savais que je ne pourrai pas travailler ce jour-là. Il m'arrive parfois de craquer. Ce 17 mars, je suis allée toute seule pendant 3 heures devant sa maison fermée. Et je suis restée là.

Quelle est aujourd'hui votre conviction ?

Je n'ai jamais cru qu'elle puisse disparaître d'elle-même. Nous avons fouillé dans tous nos souvenirs, dans son histoire et nous n'avons rien trouvé. Ma conviction, c'est qu'il s'est passé quelque chose. Elle est rentrée jusque chez elle et tout allait bien. Puis il y a eu une mauvaise rencontre. C'est ce que je crois.

Comment percevez-vous le soutien et la présence de votre entourage ?


De voir tous ces gens réunis à Roquecourbe pour créer un comité de soutien, c'est pour moi beaucoup d'émotion. Cela m'aide à continuer à croire que l'on va bientôt la retrouver. C'est du réconfort et de l'émotion. Il y a des jeunes et des anciens du village, des collègues d'Amandine du lycée qui sont là. C'est très important.

Au-delà de la souffrance, à quelles difficultés êtes-vous confrontée ?


C'est vrai que les banques et certains organismes continuent d'envoyer des papiers, de prélever des sous sur ses comptes comme si elle était toujours là. Et parfois, cela fait mal. Ma fille honorait ses dettes et se voir menacer de fermeture de compte, c'est très dur à entendre même si je peux comprendre qu'ils font leur boulot.

Quels sont vos contacts avec l'enquête ?


Les contacts avec les enquêteurs sont réguliers et ils répondent systématiquement à nos appels. Quand on le demande, ils font le point avec nous. En même temps, je comprends qu'ils ne peuvent pas m'appeler tout le temps lorsqu'il n'y a rien de nouveau. Je sais que tous les jours ils y travaillent

Est-ce que vous cherchez votre fille par vous-même ?

Aujourd'hui, plus vraiment. Mais c'est vrai qu'au début, je l'ai cherchée partout, en passant derrière les gendarmes autour de la maison, de Roquecourbe. Mais pour l'instant, on fait confiance aux enquêteurs et nous n'avons pas pensé avoir recours à un détective par exemple. Mais j'espère que cela va se régler rapidement. C'est ça qui me tient. Je suis dans le positif et dans le combat.

Pourquoi avez-vous quitté le village où vous habitiez près de la maison d'Amandine justement ?

Nous sommes des gens d'ici, du village de Roquecourbe. Mais en même temps, je n'ai pas pu continuer à y habiter. J'ai trop de souvenirs dans le village avec ma fille. Trop de choses me ramènent à elle et il y a même des endroits où je ne peux pas mettre les pieds.

Qu'attendez-vous aujourd'hui ?

Je veux des réponses afin que ce calvaire s'arrête. Je veux retrouver ma puce en vie et je veux que nous reprenions le cours de nos vies, que l'enquête aboutisse enfin et qu'Amandine ne tombe pas dans l'oubli.


Recueilli par Jean-Marc Guilbert : http://www.ladepeche.fr/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
8 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10






***


Infos du site


Recherche