|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
17 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 17

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org

Des milliers de "prédateurs" tombent dans le piège de Terre des Hommes. 13 prédateurs belges identifiés grâce à une fillette virtuelle ...

Publié par Walda Colette Dubuisson le 15-11-2013 (3413 lectures) Articles du même auteur
L’ONG d’aide à l’enfance Terre des Hommes a annoncé lundi avoir créé une fillette philippine virtuelle, appelée Sweetie, que des dizaines de milliers de "prédateurs" ont alors contactée, prêts à payer pour voir cette enfant de dix ans se livrer à des actes sexuels par webcam, ce qui a permis d’identifier plus de mille d’entre eux.

En effet selon nos renseignements, environ 1.000 prédateurs ont pu être identifiés. Et parmi eux : 13 Belges !

Et 46 Australiens, 20 Néerlandais, 54 Canadiens, 9 Danois, 21 Égyptiens, 44 Allemands et 103 Indiens. Au total, un millier d’abuseurs sexuels virtuels de… 65 pays !


"Ils étaient prêts à payer Sweetie pour qu’elle se livre à des actes sexuels devant sa webcam", a déclaré le directeur de la branche néerlandaise de Terre des Hommes, Albert Jaap van Santbrink.

L’ONG a pu retrouver leurs adresses, leurs numéros de téléphone et des photos d’eux, et a transmis leurs identités aux autorités compétentes, en particulier à Interpol.

"Vu que tout cela a lieu sur Internet, ils pensent que personne ne les observe, il a donc été facile de collecter des informations à leur sujet." L’ONG souhaite sensibiliser l’opinion publique et les autorités à la prostitution des enfants sur Internet et s’est indignée du nombre réduit de personnes interpellées pour ce qu’elle qualifie de "tourisme du sexe par webcam". Selon elle, seuls… six criminels auraient été interpellés ces dernières années.


Gil. Publié le mardi 05 novembre 2013
http://www.dhnet.be/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
6 - 5 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10