|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
21 Personne(s) en ligne (20 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 21

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Syndrome du bébé secoué : une nourrice avoue avoir tué Rose, cinq mois. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/06/2018 15:07
Accusé du meurtre de Laëtitia Bauwens, Cédric Maton est en aveux partiels. L’acte d’accusation du parquet général est accablant et pointe des éléments troublants. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/06/2018 12:13
Disparition d'un gendarme de Montpellier à La Réunion : Mathieu Caizergues est déclaré décédé... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/06/2018 19:33
Les parents de Narumi à Besançon pour rencontrer le juge d'instruction. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/06/2018 19:26
Mathis Jouanneau, disparu le 4 septembre 2011 , devrait avoir 15 ans ce 20 juin 2018. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 19:58
Nelly BALMAIN & Eric FORAY le point sur les disparus de la Drôme. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 14:52
Disparition de Léa Petitgas, des recherches dans l'Edre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 12:11
Le père de Vicente « Jason Lopez » va comparaître Jeudi 21/06/2018 devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/06/2018 16:47
L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais . Une vidéo circule sur les réseaux sociaux prétendant montrer Nordahl Lelandais au Fort de Tamié. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/06/2018 13:01
Harcèlement scolaire : de la dépression au suicide ... Violence à l’école : comment réagir quand mon enfant en est victime ? Une vidéo LCI .fr Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/06/2018 18:01

Comment l'eau peut-elle entraîner la mort ?

Publié par Walda Colette Dubuisson le 07-11-2017 (1814 lectures) Articles du même auteur
L’infection digestive dont est mort un enfant de huit ans, mercredi en Ariège, serait liée à l’ingestion d’eau impropre à la consommation. Comment l’eau peut-elle entraîner la mort ? Explications + Vidéo.

Un garçon de huit ans de la région parisienne, en colonie de vacances dans les Pyrénées, est mort mercredi à l'hôpital de Foix des suites d'une "infection digestive aigüe" qui serait liée à "l'ingestion d'une eau non potable". Dans le chalet ou les enfants résidaient, l’eau était contaminée par des bactéries, et avait donc été décrétée non potable, a l’issue d’un contrôle sanitaire. Mais, comment l'eau peut-elle conduire à la mort? Explications.

En France l’eau est contrôlée sous deux aspects: chimique et bactériologique. Si une eau contient trop de bactéries, elle peut alors devenir toxique pour celui qui la boit. Mais plusieurs facteurs peuvent altérer la gravité de l’intoxication. "Tout d’abord, quel est le germe en cause? Dans une même famille, vous en avez qui sont sympathiques, et d’autres qui peuvent être extrêmement dangereux, toxiques. Donc si on tombe sur le mauvais, cela sera une intoxication alimentaire grave", explique Alain Ducardonnet, le spécialiste santé de BFMTV.



Fragilité du sujet

Le "deuxième point important", précise Alain Ducardonnet, "c’est la quantité de bactéries que l’on a ingérée. Une grande quantité sera plus difficile à contrôler."

En cas d’intoxication, ces bactéries provoquent le plus souvent des diarrhées, mais l’infection peut se généraliser, et devenir plus grave. Il faut alors identifier le germe qui pollue l’eau, certains frappent plus dur, plus rapidement.

Mais tout dépend aussi, de la personne qui a bu l’eau, ajoute le pédiatre Jacques Cheymol: "Si vous avez un élément toxinique sur un organisme qui est déjà avec un certain nombre de préoccupations médicales, alors vous pouvez avoir ce facteur-là qui va faire se déstabiliser une situation." Selon le médecin, "sur les sujets plus sensibles que sont les enfants et les personnes âgées, bien sûr, les conséquences peuvent être plus rapides."

http://www.bfmtv.com/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/11/2017 14:11  Mis à jour: 07/11/2017 14:11
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Abdelrazak, 8 ans, enfant mort dans une colonie à Ascou (Ariège) : affaire classée "sans suite"…
Il se bat pour la vérité sur la mort de son fils en colonie de vacances

Nacir Ghedir est le père d’Abdelrezak, un petit garçon de 8 ans, décédé au cours de l’été 2014, alors qu’il était parti en colonie de vacances à Ascou (Ariège) avec la ville de Villeneuve-le-Roi. L’origine de l’intoxication ayant causé sa mort n’a jamais été trouvée. Le 24 octobre dernier, Nacir a reçu une lettre du tribunal d’Instance de Foix lui annonçant que l’affaire allait être classée.

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/08/2014 14:55  Mis à jour: 23/08/2014 14:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re: Ariège: Mort d'un enfant dans une colonie. Le mystère s'épaissit !
On ne sait toujours pas ce qui a causé la mort du petit Abdelrazak, 8 ans, lors d'une colonie de vacances en Ariège, en juillet dernier. Les examens cruciaux réalisés sur le corps de l'enfant n'ont pas "pu déterminer l'origine du décès", a annoncé, mardi 19 août, Olivier Caracotch, le procureur de la République de Foix. Les analyses effectuées sur l'eau et les aliments servis à la colonie n'avaient déjà rien révélé d'anormal.

Le parquet a décidé d'ordonner une nouvelle expertise. "Elle devrait prendre quelques semaines et a été confiée à l'Institut médico-légal de Toulouse", a ajouté le procureur.

Une infection massive

L'expertise confirme les conclusions préliminaires selon lesquelles l'enfant est "probablement décédé des suites d'une infection massive". "Des lésions ont notamment été constatées sur le foie, l'estomac, le cœur et l'œsophage. L'expertise confirme aussi qu'il n'y a aucune lésion apparente préexistante qui puisse expliquer le décès", a précisé le procureur.

"Nous ne savons absolument pas, absolument pas, ce qui a pu causer le décès de l'enfant, a-t-il insisté. A ce stade, aucune responsabilité n'est engagée. Aujourd'hui, je ne cherche pas les responsabilités, je cherche les causes d'un décès."

Source AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/08/2014 16:03  Mis à jour: 05/08/2014 16:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re: Ariège: Mort d'un enfant dans une colonie. L'eau et les aliments hors de cause !
Les résultats des analyses de l'eau et des aliments servis au centre sont "négatifs". La mort d'un enfant de 8 ans, d'une infection digestive aiguë, reste inexpliquée.

« Aujourd'hui, avec les éléments dont je dispose, nous sommes incapables de déterminer les causes du décès du jeune garçon », a expliqué la préfète de l'Ariège, Nathalie Marthien, lors d'une conférence de presse à Foix.

« Les analyses sur l'eau et les aliments qui ont été servis au chalet Saint-Bernard d'Ascou ont fait l'objet de nombreuses analyses. Toutes les analyses sont aujourd'hui terminées et tous les résultats sont négatifs », a dit la représentante de l'Etat.


En attente d'autres résultats d'analyses


Cette déclaration met donc hors de cause les aliments servis au centre de vacances, de même que l'eau du robinet.

Le 16 juillet, de premières analyses du centre de vacances pyrénéen avaient déjà mis hors de cause l'eau. Elles révélaient seulement la présence de bactéries qui n'étaient « pas hautement pathogènes ».

On attend désormais les résultats cruciaux d'examens anatomo-pathologiques ordonnés par la justice à la suite de l'autopsie du corps de l'enfant. Seules ces analyses devraient permettre de déterminer la cause précise de l'infection digestive aigüe a laquelle il avait succombé.

Vers une réouverture du centre

Ces résultats devraient être communiqués ce mois-ci par le procureur de la République de Foix. La préfète a donc estimé mardi qu'il n'y avait plus de raisons de laisser le chalet Saint-Bernard « fermé ». Elle devrait prendre, dans les jours ou semaines qui viennent, un arrêté pour la réouverture du centre de vacances, qui avait fait l'objet d'une fermeture administrative à la suite du drame.

Au total, 140 enfants venus de quatre villes différentes étaient présents dans le chalet au moment du décès de l'enfant, dont la famille a porté plainte pour « homicide involontaire et non-assistance à personne en danger ».

http://www.ouest-france.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/07/2014 17:48  Mis à jour: 19/07/2014 17:48
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re: Deux nouvelles familles dont les enfants ont participé à la colonie de vacances de l’Ariège ont déposé plainte, portant à quatre le nombre de plaintes dans cette affaire, ont-elles fait savoir samedi.
Deux nouvelles familles dont les enfants ont participé à la colonie de vacances de l’Ariège, où un enfant de 8 ans est mort d’une infection digestive aiguë, ont déposé plainte, portant à quatre le nombre de plaintes dans cette affaire, ont-elles fait savoir samedi.

Vincent Cailleux, père de deux petites filles de 8 et 10 ans hospitalisées deux jours après avoir présenté les mêmes symptômes que la victime, a déposé plainte samedi au commissariat de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour «mise en danger de la vie d’autrui», «blessures involontaires» et «violation manifestement délibérée d’une obligation règlementaire de sécurité».
«On nous a distillé les informations sans nous dire toute la vérité. On ignorait la gravité exacte» des symptômes, a-t-il dénoncé.


Farid Khider, qui affirme que son fils de 12 ans a été malade une nuit, a pour sa part envoyé vendredi une plainte auprès du procureur de la République de Foix (Ariège) pour «blessures involontaires», «mise en danger de la vie d’autrui» et «maltraitances».

Une première plainte avait été déposée le 11 juillet par les parents de la victime, Abdelrazak, un enfant originaire de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) en région parisienne et décédé le 9 juillet, deux jours après son arrivée avec son groupe dans un centre de vacances à Ascou, en Ariège.

Une deuxième famille avait ensuite déposé plainte contre X dans un commissariat du Val-de-Marne le 16 juillet, avait indiqué le procureur de la République de Foix.

La cause du décès du jeune garçon n’est toujours pas identifiée, malgré les premiers résultats d’analyses d’eau et d’aliments consommés lors du séjour.

Selon le ministère de la Santé, d’autres résultats d’analyses «sont attendus dans les prochains jours».

http://www.ledauphine.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/07/2014 11:49  Mis à jour: 17/07/2014 11:49
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re: Ariège: après analyses, la cause du décès du jeune garçon de 8 ans n’est toujours «pas identifiée»
La cause du décès du jeune garçon de 8 ans en colonie de vacances dans l’Ariège n’était toujours pas identifiée mercredi soir après des premiers résultats d’analyses d’eau et d’aliments consommés lors du séjour, a annoncé le ministère de la Santé.

«A ce stade des investigations, la cause du décès du jeune garçon n’est donc pas identifiée» mais d’autres résultats d’analyses «sont attendus dans les prochains jours», a précisé le ministère dans un communiqué.

«Les premiers résultats de ces analyses confirment la présence de bactéries dans l’eau distribuée dans le chalet. Cependant les analyses complémentaires réalisées par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) indiquent que les bactéries retrouvées en très faible quantité pour l’instant dans l’eau ne sont pas hautement pathogènes», explique le ministère.

«A ce jour, à la lecture des premiers résultats, rien ne permet de confirmer que l’eau de distribution du chalet et les repas servis lors du séjour dans la colonie soient en cause dans le décès de l’enfant», ajoute le ministère.

«D’autres résultats qui permettront de confirmer ou pas les premiers résultats sont attendus dans les prochains jours», souligne le ministère, qui «communiquera les résultats des enquêtes en cours dès que ces derniers seront connus».

Les autorités sanitaires ont lancé ces analyses à la suite du décès, le mercredi 9 juillet, d’un enfant de 8 ans séjournant en colonie de vacances au Chalet Saint Bernard d’Ascou (Ariège) «et des symptômes observés chez plusieurs enfants et encadrants de cette même colonie», note le ministère.
Pour les aliments, «les repas servis lors du séjour à Ascou avant l’apparition des premiers symptômes ont été prélevés et analysés par les services du ministère de l’Agriculture. Concernant l’eau, des prélèvements ont été effectués à plusieurs points de distribution du chalet et analysés», selon la même source.

«Les enquêtes épidémiologiques se poursuivent et un lien entre les personnes ayant présenté des symptômes avant leur départ en colonie est également recherché», poursuit le ministère en rappelant que les résultats définitifs de l’autopsie «ne seront connus que dans plusieurs semaines».

http://www.estrepublicain.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/07/2014 16:29  Mis à jour: 16/07/2014 16:29
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re: Enfant mort en colonie: des problèmes récurrents de potabilité?
Après le décès d'un garçon de 8 ans hébergé dans une colonie de vacances de l'Ariège début juillet, la mère d'un autre enfant évoque des problèmes d'eau potable dans le centre de vacances d'Ascou dès le mois d'avril.



Le problème d'eau potable dans le centre de vacances d'Ascou révélé par le tragique décès d'un enfant de 8 ans pourrait remonter au moins au mois d'avril. C'est ce que suggère une mère interrogée par i-Télé, dont le fils de 8 ans a séjourné au centre de vacances "Le Saint Bernard" d'Ascou (Arriège) au printemps 2014.


Cette femme, qui tient à conserver l'anonymat et s'apprêterait, d'après le site de la chaine, à effectuer un signalement auprès du procureur de la République de Foix, affirme qu'à l'occasion de ce séjour, une quinzaine d'élèves de CE1 et de CE2 venus de Toulouse auraient déjà été intoxiqués durant leur séjour.






Toujours selon ce témoignage, à leur arrivée au "Saint Bernard" le 21 avril, l'encadrement de la colonie, évoquant des "problèmes de travaux", aurait demandé aux enfants et aux enseignants de s'abstenir de boire l'eau du robinet. De l'eau minérale leur aurait alors été distribuée.

Aucun signalement effectué par les parents
De retour à Toulouse, le 25 avril, à la fin de leur classe verte, une quinzaine d'enfants ainsi que plusieurs enseignants auraient souffert de maux de ventre et de vomissement. A l'époque, aucun signalement n'avait été effectué par les parents ou la direction de l'école qui, toujours selon i-Télé, pensait avoir affaire à épidémie de gastroentérite.



Ce témoignage vient renforcer les présomptions sur l'origine du décès du petit Abdelrazak, venu de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) avec un groupe d'une quarantaine d'enfants, et dont le père a déposé une plainte pour homicide involontaire.

On attend désormais les résultats des analyses en cours qui devraient être rendus publics mercredi.

afp.com/Raymond Roig : http://www.lexpress.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/07/2014 13:44  Mis à jour: 14/07/2014 13:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re: Mort d'un enfant en colonie: le maire de la ville et l'association mise en cause réagissent.
Quatre jours après la mort d'Abdelrazak, 8 ans, lors d'un séjour en colonie dans l'Ariège, des questions demeurent. Mise en cause, l'association qui gère la colonie assure que "toutes les procédures ont été respectées". Le maire d'Ascou a lui aussi tenu à réagir.

Abdelrazak, 8 ans, est mort il y a quatre jours dans l'Ariège, où il passait ses vacances en colonie. Samedi, ses parents ont annoncé qu'ils portaient plainte pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger. Une autre famille pourrait elle aussi porter plainte, selon RTL. Les deux enquêtes devront déterminer les responsabilités de chacun.

Car de nombreuses questions restent en suspens: "pourquoi le centre a ouvert alors qu’on le sait l’eau n’était pas potable?", se demande Me Guillaume Bardon, avocat de la famille de l'enfant. "Pourquoi les parents n’ont pas été prévenus que leur fils souffrait d’une infection particulière le mardi soir? Pourquoi Abdelrazak n’a été hospitalisé que le lendemain matin?"



Particulièrement visée dans la plainte, l’association Marc et Montmija: c'est elle qui gère la colonie de vacances. Pour la première fois, l’un des responsables se confie à BFMTV, sous couvert d’anonymat. "Nous sommes bouleversés", raconte-t-il. "On comprend cette plainte mais toutes les procédures ont été respectées. Cela fait 30 ans que l’on reçoit des enfants. On en a reçu en tout une centaine de milliers sans jamais aucun problème", explique ce responsable.

Encore sous le choc, il ne s'explique pas ce qu'il s'est passé. "La directrice de la colonie était une maîtresse d’école de 35 ans expérimentée", indique-t-il. "Nous avions toutes les autorisations d’ouverture. Mais encore une fois, nous comprenons cette plainte. Nous comprenons la douleur des parents."

Le maire de la ville "comprend" la plainte


Des contrôles sanitaires avaient d’ailleurs été réalisés dans les cuisines de l’établissement au premier jour de la colonie le 7 juillet dernier. En attendant les résultats, les soupçons continuent de se porter sur l’eau du village. Là encore, l’incompréhension est totale: la procédure a suivi un cours normal. "A partir du moment où on a de l'eau impropre, c'est transmis directement au syndicat mixte départemental de l'eau, qui intervient pour la mettre en conformité", explique Claude Carrière, le maire d'Ascou. "S'il n'y arrive pas comme c'était le cas le 3 juillet, les habitations sont servies en eau potable en bouteille".

Interrogé par BFMTV, le maire a assuré "comprendre" la plainte de la famille de l'enfant décédé. Revenant sur son propre rôle dans l'affaire, le maire a déclaré qu'il "n'avais pas la responsabilité de couper l'eau dans le chalet" et que l'agence régionale de santé "n'avait pas interdit la consommation d'eau aux personnes normales". "La consigne était de boire de l'eau en bouteille, après elle peut être respectée ou pas respectée", a déclaré Claude Carrière.

Mais selon divers témoignages, la recommandation de ne pas consommer l’eau pour les personnes sensibles s’est transformée en interdiction totale après l’incident.

http://www.bfmtv.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/07/2014 16:34  Mis à jour: 13/07/2014 17:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re: Garçon mort en colonie : "J'ai confié mon fils à des gens qui n'ont pas pris soin de lui" . La commune de Villeneuve-le-Roi se constitue partie civile.


Quatre jours après le décès d'un enfant de huit ans qui séjournait dans une colonie de l'Ariège, sa famille a porté plainte pour "homicide involontaire et non-assistance à personne en danger". Son père a raconté les circonstances du drame qui a coûté la vie à son fils unique.


Vidéo ci-dessus. "Colonie en Ariège : la famille de l'enfant décédé porte plainte"

"C'est un choc terrible et je ressens de la tristesse, de la colère, d'avoir confié mon fils à des gens qui n'ont pas pris soin de lui au point qu'il revienne dans un cercueil", déclare Nacir Ghedir, le père de la victime, dans une interview au Parisien. Samedi, la famille de l'enfant de huit ans décédé d'une infection digestive alors qu'il était en colonie dans les Pyrénées a porté plainte pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger.

Le petit garçon séjournait au centre de vacances Le Saint-Bernard d'Ascou (Ariège) lorsqu'il a été pris de "diarrhées importantes", deux jours après son arrivée dans cet établissement situé en montage (1 500m). Transporté mercredi matin au Centre hospitalier du Val d'Ariège, près de Foix, il est décédé peu après son arrivée.

"Votre fils il a trop mal, il faut venir vite"

Nacir Ghedir explique avoir envoyé son fils en Ariège faute de pourvoir aller en Algérie cet été. Mais son fils, Abdelrezak, "voulait aller en colonie. Ça fait un mois qu'il me demande d'aller à la colonie. Il était très content, il chantait, il dansait". "Mercredi la directrice m'a appelé. Elle a dit : votre fils a vomi la nuit et le matin il a eu la diarrhée, on a appelé le Samu, les pompiers. Moi je me suis dit c'est rien, une diarrhée", explique-t-il. Mais à 14H30, le médecin de l'hôpital de Foix, où était hospitalisé l'enfant, l'appelle. "Il me dit : votre fils il a trop mal il faut venir vite". 750 km, venir vite comme ça, j'ai rien compris", avoue le père, "le petit, il est parti en colo en bonne santé". "On a pris la route (...) on s'est perdu, la nuit, on connait pas", a-t-il raconté.

Mais à leur arrivée aux urgences à 02H30, "tout le monde se cachait, ils savaient. Le petit, il était décédé à 14H00-14H10". Le petit Abdelrazak appartenait au groupe venant de Villeneuve-le-Roi après un voyage en train de nuit jusqu'à Aix-les-Thermes puis un trajet en bus jusqu'au Chalet du village d'Ascou.

La commune de Villeneuve-le-Roi se constitue partie civile

Didier Gonzales, le maire (UMP) de Villeneuve-le-Roi, d'où était originaire l'enfant décédé, a de son côté annoncé que la commune allait "se porter partie civile pour avoir accès au dossier et déposer plainte contre X". "Le préjudice est très fort pour notre ville. Nous avions acheté un service et l'on se retrouve avec un mort, des enfants hospitalisés et d'autres qui ont dû être rapatriés en urgence à nos frais", a souligné l'édile.

Une enquête judiciaire et une administrative ont été ouvertes pour tenter d'expliquer les raisons du décès à l'occasion de ce séjour au centre de vacances Le Saint-Bernard d'Ascou. L'enquête judiciaire donnera lieu à des investigations sans doute longues. Les autorités avaient évoqué dans un premier temps la piste de "l'ingestion d'une eau non potable" mais le ministère de la Santé a dit vendredi ne privilégier pour l'heure "aucune hypothèse". "Des investigations épidémiologiques et environnementales sont en cours pour déterminer l'origine de la contamination et préciser les causes du décès" mais "à ce stade, aucune hypothèse n'est privilégiée" avait indiqué, jeudi, le procureur de Foix Olivier Caracotch. Les résultats d'autopsie devraient être connus en début de semaine.



Une infection connue depuis début juillet



L'autopsie a montré que l'enfant avait succombé à "une infection digestive aiguë" sans "vulnérabilité digestive particulière préexistantes". Les autorités sanitaires ont évoqué une eau non potable à l'origine de la contamination. Le ministère de la Santé ne privilégie aucune hypothèse et attend les dernières analyses qui doivent déterminer les causes de l'infection. "L'eau du robinet du chalet était contaminée depuis début juillet par une bactérie coliforme, a expliqué la préfète Nathalie Marthien qui précise que le contrôle avait été fait par l'Agence régionale de santé (ARS). Tous les enfants buvaient de l'eau en bouteille depuis leur arrivée, a-t-elle ajouté.

Au total, la colonie comptait 140 enfants, originaires de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne), d'Aubergenville (Yvelines) et de la Ciotat (Bouches-du-Rhône). Certains d'entre eux ont également souffert de vomissements et de maux de ventre. Le centre de vacances a été fermé jusqu'à nouvel ordre. Et tous les enfants qui participaient à la colonie à Ascou, dans l'Ariège, ont progressivement regagné leur famille. Non sans mal comme ce groupe d'enfants franciliens rentrés en train et dont l'un d'eux a été pris de vomissements, d'autres de maux de ventre, obligeant le TGV à s'arrêter.

Au sein de la colonie, une cellule d'urgence médico-psychologique a été activée. Un numéro d'appel d'urgence (05 61 02 11 86) a également été ouvert.




Vidéo.Les enfants de la colonie de l'Ariège sont rentrés chez eux


http://lci.tf1.fr/france

D'autres parents ont témoigné de leur colère face aux circonstances de l'infection dont ont été victimes leurs enfants. C'est le cas de Farid Khider, père de trois garçons partis en Ariège. Il va lui aussi porter plainte pour «mise en danger» de ses enfants. Il rapporte notamment les maux de ventre qu'a eu l'aîné de ses fils durant le séjour.

Didier Gonzales, le maire de Villeneuve-le-Roi, d'où était originaire le petit garçon, a également annoncé à BFMTV vouloir porter plainte contre X avec constitution de partie civile pour avoir accès au dossier. «Nous allons aussi nous associer à une action en justice», a-t-il indiqué samedi soir.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/07/2014 19:07  Mis à jour: 13/07/2014 12:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Le père de l'enfant de 7 ans, décédé en colonie dans l'Ariège témoigne et porte plainte !
DOCUMENT BFMTV - Le père de l'enfant mort en colonie témoigne
Le père d’Abdelrazak, 7 ans, décédé en colonie dans les Pyrénées, s'est confié samedi à BFMTV trois jours après la mort du petit garçon des suites d'une infection digestive.






Le drame s'est déroulé mercredi dernier. Abdelrazak est en colonie de vacances dans l'Ariège avec d'autres enfants du Val-de-Marme. Après une intoxication, le garçonnet succombera. L'enquête est en cours, son père s'exprime ce samedi pour la première fois à la télévision.

Nacir Ghedir, le père d’Abdelrazak, raconte la joie de son fils, parti "en bonne santé" en colonie de vacances."Mercredi, la directrice m'a appelé, explique ce père sous le choc. Elle m'a dit: "Votre fils, il a vomi la nuit. Le matin, il avait la diarrhée, on a appelé le Samu et les pompiers."" Nacir se dit qu'une diarrhée ce n'est rien. A 14 h 30, le médecin l'appelle pour lui annoncer que son fils a trop mal, qu'il faut venir vite.


"Je reviens avec un cercueil"


Le père de famille se dit qu'avec 750 kilomètres de route, cela va être difficile de venir vite. Il prend la route hagard en pleine nuit. "En arrivant aux urgences, tout le monde se cachait. Ils savaient que le petit était décédé à 14 heures, 14h10", des sanglots dans la voix, il poursuit: "j'ai confié mon fils unique, je reviens avec un cercueil". Il veut désormais savoir ce qu'il s'est passé. "Ce n'est pas normal. Je ne lâche pas l'affaire, j'irai jusqu'au bout, je ne pardonnerai jamais", conclut-il.



La famille n'a été prévenue que douze heures après la mort de l'enfant. Farida Ghedir, la tante d'Abdelrazak se tient digne aux côtés de Nacir Ghedir. Elle rapporte que pendant tout ce temps, l'organisme en charge de la colonie ne les préviendra pas et ne sera pas là pour accueillir les parents à leur arrivée à l'hôpital.

Une plainte pour homicide involontaire


"Il y a plusieurs versions, personne ne dit la même chose. Nous allons maintenant faire confiance à la justice", explique Farida Ghedir. Abdelrazak n'aurait été transporté à l'hôpital que le mercredi à la mi-journée dans un état comateux, bien trop tard pour que les médecins puissent réagir.

La famille a porté plainte vendredi pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger. "Il faudra que la justice soit ferme pour que cela ne se reproduise pas. Maintenant cela ne nous fera pas revenir le petit", déplore Farida Ghedir.

http://www.bfmtv.com

A SUIVRE !
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
6 - 3 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10