|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
26 Personne(s) en ligne (26 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 26

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Syndrome du bébé secoué : une nourrice avoue avoir tué Rose, cinq mois. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/06/2018 15:07
Accusé du meurtre de Laëtitia Bauwens, Cédric Maton est en aveux partiels. L’acte d’accusation du parquet général est accablant et pointe des éléments troublants. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/06/2018 12:13
Disparition d'un gendarme de Montpellier à La Réunion : Mathieu Caizergues est déclaré décédé... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/06/2018 19:33
Les parents de Narumi à Besançon pour rencontrer le juge d'instruction. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/06/2018 19:26
Mathis Jouanneau, disparu le 4 septembre 2011 , devrait avoir 15 ans ce 20 juin 2018. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 19:58
Nelly BALMAIN & Eric FORAY le point sur les disparus de la Drôme. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 14:52
Disparition de Léa Petitgas, des recherches dans l'Edre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 12:11
Le père de Vicente « Jason Lopez » va comparaître Jeudi 21/06/2018 devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/06/2018 16:47
L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais . Une vidéo circule sur les réseaux sociaux prétendant montrer Nordahl Lelandais au Fort de Tamié. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/06/2018 13:01
Harcèlement scolaire : de la dépression au suicide ... Violence à l’école : comment réagir quand mon enfant en est victime ? Une vidéo LCI .fr Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/06/2018 18:01

Sécurité des enfants : sensibilisation des parents et des nounous

Publié par Walda Colette Dubuisson le 30-08-2016 (1179 lectures) Articles du même auteur
30/08/2016 : La police fédérale Belge met en garde vos enfants pour la rentrée scolaire: soyez prudents !ATTENTION AUX RÉSEAUX SOCIAUX !
***********************************************
30/08/2016 : Rentrée scolaire : faut-il laisser les enfants aller à l’école tout seuls ?
*****************************************

10/11/2014 :Conseils du Ministère de la justice France :


Sécurité de votre enfant

Sensibilisation des publics


1- Pour parents et gardes d'enfants

Soucieux de la sécurité de leurs enfants, les parents donnent des conseils préventifs à leurs enfants. Dans tous les cas ils répètent l'éternelle mise-en-garde: « Attention, ne parle pas aux inconnus! » ou « En aucun cas tu ne suivras un inconnu ». Aujourd'hui nous savons que cette mise en garde n'est plus suffisante dans la mesure où l'expérience nous a montré que la plupart des enfants enlevés, le sont par des proches ou des gens qu'ils connaissent (famille, amis des parents, etc...)


Attention à votre discours ! ou le devoir de bien informer.



Attention !Depuis toujours nous mettons en garde nos enfants au sujet des personnes inconnues. Nous aimerions vous sensibiliser, vous parents, et vous gardes d'enfants qui assurez leur surveillance et leur apprentissage de la vie, du fait que certains mots ou phrases ne suffisent pas toujours à les protéger.

La première chose que l'on dit à un petit enfant, c'est de ne pas parler et de ne pas suivre des inconnus. C'est une bonne mise en garde, mais si l'on s'aperçoit que la plupart des enfants enlevés le sont par des proches ou des gens de leurs familles, on s'aperçoit également que les enfants n'ont pas la même vision que nous de ce qu'est une personne inconnue.

En effet l'enfant voit généralement un inconnu comme quelqu'un de potentiellement dangereux. Mais ils n'ont plus la notion de danger lorsque celui-ci est gentil, souriant, sympathique. Dès lors qu'ils ont parlé une fois puis une seconde fois avec quelqu'un qu'ils n'ont jamais vu, ils ne le considèrent plus comme tel.

D'autre part il est très difficile de savoir d'emblée quelles sont les qualités d'une personne. Et les adultes sont souvent les premiers à transgresser la règle de ne pas parler avec des inconnus. Par exemple en allant faire ses courses, ou en allant au stade voir un match de football.

Mais il ne faut pas non plus tomber dans l'excès inverse en donnant l'impression aux plus jeunes que le monde extérieur est effrayant. Il convient de les sensibiliser à des règles de conduite simples pour les mettre en confiance. Car la peur peut paralyser les enfants.

Par exemple si votre enfant se perd, dans la rue, dans un magasin, ou bien dans un parc d'attraction, il est important qu'il garde la tête froide, qu'il ne s'affole pas. Dans ces cas là dites lui :

Qu'il ne doit en aucun cas bouger de l'endroit où il vous a vu pour la dernière fois. S'il reste où il est il y aura beaucoup plus de chance pour qu'on le retrouve rapidement.
Dites lui de faire du bruit, même de crier, cela attirera l'attention.
Apprenez-lui à regarder autour de lui et à savoir identifier les gens susceptibles de l'aider. Dites lui de chercher du regard les personnes en uniformes, comme ceux de la police ou ceux du personnel de sécurité. S'il n'y en a pas il pourra toujours se rapprocher d'une mère avec ses enfants.

Informations de sécurité pour parents et gardes d'enfants




N'oubliez pas vos enfants de 11à 17 ans, car eux non plus ne sont pas à l'abri. Nous avons tendance à leur donner plus de liberté, mais assurez-vous qu'ils respectent les règles et qu'ils les perçoivent comme importantes.
Quand vous parlez aux enfants faites-le avec calme, il n'est pas nécessaire de les effrayer.
Dans votre discours, montrez-vous ouverts, montrez-leur que parler du enfant : illustration poue alerte enlevementthème de la sécurité à l'extérieur de la maison ne vous dérange pas. Ainsi s'ils ont un jour un problème, ils viendront vous en parler plus facilement.
Les enfants doivent toujours vous dire, ou dire à une personne de confiance, où ils vont. Ils ne doivent rien accepter de qui que ce soit, et ne doivent monter dans aucune voiture. Cela est aussi valable pour les enfants plus âgés.
Les enfants doivent toujours être accompagnés d'un ami, lorsqu'ils vont quelque part où lorsqu'ils sortent pour jouer.
Dites-leur qu'ils peuvent dire NON. Savoir dire NON est important, si quelqu'un les aborde et s'ils se sentent mal ou apeurés qu'ils n'hésitent pas à s'échapper de cette situation le plus vite possible et qu'ils n'hésitent pas à vous en parler ou à en parler à quelqu'un en qui ils ont confiance.
Dites à votre enfant qu'il y aura toujours quelqu'un pour l' aider.


2- Pour enfants et adolescents
Les règles de sécurité




Sois méfiant à l'égard de ceux qui veulent en savoir trop Ne donne aucune information sur toi ou sur ta famille (comme ton nom, ton numéro de téléphone, ton adresse ou celle de ton école...) sans en parler avec tes parents.
Si tu reçois ou si tu vois quelque chose qui te met mal à l'aise, ne cherche pas à en savoir plus par toi-même, déconnecte toi ou parles-en à tes parents, ils savent ce qu'il faut faire. Informe toi de la netiquette de tes forums préférés.
Si tu envisages de rencontrer quelqu'un que tu as connu en ligne vas-y avec un ami, ou plutôt avec tes parents, et conseille à celui qui souhaite faire ta connaissance de faire pareil. Cela peut t'éviter de faire de mauvaises rencontres.
Supprime, sans les ouvrir, les mails que tu n'as pas demandé ou qui te sont envoyés par des personnes en qui tu n'as pas confiance .
N'achète jamais rien en ligne, sauf si tes parents sont avec toi pour te conseiller et t'aider à le faire.


3- La sécurité sur internet
Comment surveiller son enfant ?



Pour éviter que des adultes peu scrupuleux rentrent en contact avec votre enfant par le biais d'internet, il vous faut connaître les quelques règles simples à appliquer en la matière et les expliquer à vos enfants.

Adulte sur internet : illustration site alerte enlèvementEn effet internet permet d'accéder à une base mondiale d'informations et de communiquer virtuellement de plusieurs manières et notamment par messageries électroniques (ex: hotmail, caramail, yahoo...) par messagerie instantanée (ex: ICQ, MSN...), salon, forum ou groupe de discussion.

Mais attention, certains contenus peuvent être préjudiciables à votre enfant, il peut tomber sur des images traumatisantes, violentes, pornographiques...

Vous parents, vous jouer un rôle très important, et voulez sûrement pouvoir protéger au mieux votre enfant.



Voici donc pour vous aider, les adresses de sites internet spécialisés sur lesquels vous trouverez toutes les informations utiles, tous les conseils de sécurité et une présentation des logiciels de contrôle parental.


Vinz et Lou sur Internet
Programme de sensibilisation aux risques d'usages de l'Internet soutenu par le ministère de l'éducation nationale. Découvrez les films d’animation ‘’Vinz et Lou sur Internet’’, une série qui vous montrera comment devenir des internautes aguerris…: voir les films sur le site ''internet sans crainte''


Image redimensionnée



Action Innocence
(AIG)
Organisation non gouvernementale qui lutte contre les abus sexuels impliquant des enfants sur Internet. Propose une évalutation des outils et méthodes de filtrage de contenu pour enfants.

http://www.filtra.info/



E-Enfance

L'association e-enfance a pour ambition d'aider les enfants à tirer le meilleur parti des nouvelles technologies

http://www.e-enfance.org/


Les conseils de navigation pour les enfants




Les sites de référence en la matière :

http://www.mineurs.fr
http://www.internet-mineurs.gouv.fr/

****************************************

http://www.alerte-enlevement.gouv.fr
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/08/2016 13:38  Mis à jour: 31/08/2016 13:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re : La police fédérale Belge met en garde vos enfants pour la rentrée scolaire: soyez prudents !ATTENTION AUX RESEAUX SOCIAUX !
Ce jeudi, c’est la rentrée ! Vos enfants retrouveront donc les bancs de l’école et tous leurs amis. Mais cela ne veut pas pour autant dire qu’ils laisseront tomber les réseaux sociaux. Bien au contraire. La police fédérale a donc relancé une campagne pour inviter les jeunes internautes à se montrer prudents lorsqu’ils surfent sur la toile.

En se basant sur une récente étude qui s’est intéressée aux usages des réseaux sociaux par les jeunes, la police fédérale rappelle à quel point il est important de les sensibiliser aux dangers qui entourent la toile. En effet, selon cette étude, 22 % des utilisateurs en bas âge n’hésitent pas à donner leur adresse. Ils ne se rendent en effet pas compte que leurs données peuvent être exploitées par des personnes mal intentionnées.

N’hésitez donc pas à réexpliquer à vos enfants ce qu’ils peuvent faire, ou pas, sur la toile.

Voici le communiqué de la police fédérale :

« Surfons Tranquille : Nos jeunes et les dangers des réseaux sociaux !

Dans quelques jours, nos enfants vont retrouver les bancs de l’école et surtout, tous leurs copains. Ils n’avaient cependant pas coupé les ponts parce que durant les vacances, ils ont utilisé tous les outils numériques désormais à leur disposition. Nous savons qu’ils sont connectés mais de là à savoir ce qu’ils font ou ce qu’ils partagent, pour nombre de parents, cela reste un mystère.

C’est une étude récente, baptisée Connected Kids qui a été réalisée par Kaspersky Lab et iconKids & Youth qui va nous permettre, cette semaine, de vous en dire un peu plus.

Cette étude nous confirme que les 8 – 16 ans, sont accros à la communication via les réseaux sociaux et qu’elle représente leur principale activité en ligne. 35 % expliquent qu’ils ne pourraient pas se passer de ces outils.

Si les médias sociaux permettent aux jeunes de garder le contact avec des amis, ils les rendent en même temps extrêmement vulnérables. C’est ainsi que l’étude nous apprend qu’ils partagent beaucoup d’informations personnelles. Et parmi ces informations, 66 % montrent leur école et 54 % les endroits qu’ils ont l’habitude de fréquenter. Plus grave, 22 % donne même l’adresse de leur domicile.

Ceci, parce qu’ils ne se rendent pas compte que ces informations pourraient être utilisées par des personnes malintentionnées.


Et ce qui risque aussi de surprendre bien des parents, c’est de découvrir que leurs enfants parlent d’eux. Un tiers de ceux qui ont répondu à cette enquête, expliquent ce que sont les activités professionnelles de papa et maman et 20 % vont jusqu’à préciser le montant de leur salaire.

Le conseil de la semaine sera donc d’en parler avec eux en abordant, par exemple, le sujet sous la forme de la mésaventure vécue par quelqu’un de votre entourage. Ceci devrait permettre de lancer la discussion et, même si vos enfants ne reconnaîtront peut-être pas se trouver dans les situations que nous avons évoquées, d’en prendre conscience et de se montrer plus prudents. »

http://www.sudinfo.be/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/08/2016 14:58  Mis à jour: 30/08/2016 14:58
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4049
 Re : Sécurité des enfants : sensibilisation des parents .Rentrée scolaire : faut-il laisser les enfants aller à l’école tout seuls ? ..
La question taraude, voire s’impose, le plus souvent, aux parents, à la rentrée au collège. Leur enfant a grandi, il va désormais aller ou rentrer de l’école seul. Mais pourquoi semblent-ils si angoissés à l’idée de leur lâcher, enfin, la bride ?

Paradoxalement, Agnès et Éric se sont moins questionnés pour l’entrée de leur aîné en 6e, il y a quatre ans, que pour le second, cette année. Est-ce le climat anxiogène actuel, le manque supposé de maturité de leur plus jeune, la pression exercée par les autres parents qui les rattrape malgré eux ?

Agnès se moque d’elle-même en se souvenant qu’elle s’est débrouillée toute seule bien plus jeune, alors que sa mère ne travaillait pas. « Mes parents ne m’accompagnaient pas non plus chez mes copines ou pour mes activités extrascolaires, pourtant pas tout à côté. Avez-vous vu le documentaire Sur le chemin de l’école ? On y découvre des enfants qui font parfois plusieurs heures de route à pied, à cheval, dans la savane ou la pampa. Nous, c’est à peine si on les laisse aller chercher le pain. »

Conséquence : « Aujourd’hui, les enfants sont moins préparés, sont plus petit enfant », constate effectivement la psychologue Etty Buzyn (*), « alors que la 6e et la 5e demandent plus de capacités d’adaptation ». Son explication : « Les parents d’aujourd’hui mettent plus la pression sur la scolarité que l’autonomie. Il y a une course à l’excellence et, pour la gagner, ils déchargent les enfants de tout le reste. Les enfants n’aident plus à la maison or c’est aussi une expérience qui vaut la peine, qui les fait grandir, les rend autonomes justement. Un enfant de 7-8 ans peut préparer le petit-déjeuner par exemple, ça lui apprend aussi le partage. C’est important pour la vie en société. »

Parents, vous devriez donc vous détendre et faire confiance à votre enfant. « Les enfants de parents pas du tout angoissés se débrouillent bien mieux. Les parents devraient se rendre compte qu’ils sont anxiogènes. C’est un gâchis de confiance qui nuit aux bons moments à vivre ensemble », regrette encore la psychologue qui délivre cet autre conseil : leur laisser le temps. « Si les résultats ne sont pas très bons à l’école, les parents s’angoissent tout de suite mais rassurez-vous, cela ne signifie pas qu’ils ne réussiront pas. Certains mettent plus de temps pour avoir le déclic. » Et leur lâcher la bride, leur faire confiance, encore, les y aiderait.

Ne plus les traiter comme des « Nourrissons géants »

« Les enfants n’ont aucune responsabilité et d’un seul coup, en 6e, tout arrive en même temps et ils devraient s’épanouir tout de suite mais ils sont en train de se faire. Il faut les laisser trouver par eux-mêmes pour qu’ils se trouvent », conclut Etty Buzyn qui reconnaît qu’il est plus facile de le dire que de le faire. Elle-même avoue s’être inquiétée pour ses enfants, comme aujourd’hui ses petits-enfants.

« Le monde est présenté comme assez dangereux, ajoute Béatrice Copper-Royer (lire ci-après). Mais il faut malgré tout que les parents montrent à leurs enfants qu’ils les voient grandir, qu’ils ne les traitent plus comme des nourrissons géants . C’est une question centrale à l’adolescence. Il faut être solidaire et les lâcher. Les laisser rentrer à la maison seul, c’est le début. »

(*) Etty Buzyn est également l’auteure de « L’autonomie, mode d’emploi » et de « Papa, maman, laissez-moi le temps de rêver », chez Albin Michel.
«Ce n’est plus le grand lâcher d’autrefois»

Béatrice Copper-Royer, psychologue, est l’auteure de Quand l’amour emprisonne.

Les parents se posent-ils plus de questions sur comment et quand lâcher leurs enfants ?


« C’est une question qui se pose régulièrement, cela n’a pas changé. Et elle se pose toujours autour de la 6e car elle signe la fin de l’accompagnement à l’école. Mais nous sommes aujourd’hui tellement surinformés que cela crée une angoisse sécuritaire forte. Les enfants sont beaucoup plus surveillés, encadrés, pour tout. Ce n’est plus le grand lâcher d’autrefois. Avec le téléphone portable, nos enfants sont en régime de semi-liberté ce qui, d’ailleurs, pose d’autres dilemmes aux parents. J’ai ainsi rencontré une jeune maman qui ne savait plus quoi faire entre le principe qu’elle a posé – pas de portable avant la 4e – et son angoisse. Mais comment faisait-on avant ? »

Ne sommes-nous pas plus angoissés aussi parce qu’on ne leur donne pas de responsabilités plus tôt ?

« Avant 9-10 ans, cela ne me semble pas raisonnable de les laisser rentrer de l’école seul. Et ce n’est pas qu’une question de maturité de l’enfant mais aussi de maturation neurologique. Une étude a en effet démontré qu’avant cet âge, les enfants avaient encore du mal à évaluer les distances, à traiter toutes les informations. Ils sont plus impulsifs, risquent plus facilement de traverser spontanément pour retrouver un copain. »

Et tous sont-ils prêts à être autonome ?

« Certains le revendiquent beaucoup, d’autres n’ont tout simplement pas le choix. Il faut évaluer le niveau de tranquillité intérieure de l’enfant. Pour les plus anxieux, il faut répéter le trajet avec lui avant, l’aider à apprivoiser sa peur. Il faudrait d’ailleurs les lâcher un peu en amont, commencer par les laisser seuls une heure à la maison. Le CM2 est une bonne année pour ça. »

La 6e est souvent l’année où les parents tirent aussi un trait sur la baby-sitter…


« C’est un vrai problème qu’il n’existe pas d’heures d’études dans tous les collèges pour suivre le travail des enfants car s’ils peuvent rester une heure, une heure et demie seul, au-delà, c’est beaucoup. La prise d’autonomie a ses limites et pour que l’autonomie soit bien acquise, il faut accorder du temps à l’enfant. Il ne doit pas être mis en difficulté. L’objectif doit être réalisable pour ne pas créer d’angoisse et qu’il puisse ainsi bien grandir. ». PAR S. L.
Témoignages

« J’appelle pour vérifier que tout va bien »

Delphine, maman de Pablo (11 ans, 6e) et Vittorio (6 ans et demi, CE1). « L’an dernier, j’ai donné une clef à Pablo pour le mercredi. Il rentrait seul à midi, il déjeunait, puis il partait avec la maman d’un copain à son entraînement sportif. Il verrouillait la maison en partant. Ma mère arrivait dans l’après-midi avec Vittorio. J’appelais pour vérifier que tout allait bien. C’était une répétition pour cette année. Il ne fait pas de bêtises, mais il lui est arrivé de trouver le temps long et je n’aime pas ça. Je redoute qu’il passe trop de temps sur les jeux vidéo.

Mon autre inquiétude portait sur une route dangereuse à traverser. Je lui ai donc appris, comme j’apprends à Vittorio, à traverser. Pablo ira seul au collège, qui est sur le chemin de l’école. Il a un téléphone portable, c’est nouveau. Vittorio, qui va à la garderie, me demande déjà pour rentrer seul de l’école ! J’ai fixé l’âge de 10 ans minimum. Je m’adapte au degré de responsabilisation de mes enfants. Pour les devoirs, j’aimerais que Pablo aille en permanence les jours où il finit tôt. Pour être sûre que ce soit fait et qu’il ne reste pas seul trop longtemps en attendant mon retour du travail avec Vittorio. Je sais que je dois accepter de les laisser prendre des risques, mais c’est encore un peu difficile pour moi ! »

« Nous lui avons appris à se préparer seule »

Ysé a 10 ans. C’est la cadette d’une fratrie de trois sœurs : l’aînée entre à la fac, la puînée passe en seconde. Ysé, elle, découvre le CM2. L’école est au bout de la rue, un détail qui a son importance, comme le souligne sa maman Hélène : « Les deux grandes allaient à l’école dans une autre ville, j’étais toujours là pour aller les chercher. »

Ysé rentre seule chez elle depuis le CM1. Samuel, son papa, se souvient parfaitement qu’« une fois, elle m’a envoyé balader quand je suis allé la chercher à l’école : elle voulait rentrer seule avec ses copines. » Le pli était pris. Puis un événement a changé la donne, pour la conduite du matin : « J’ai repris les études, explique Hélène, je devais partir tôt. Et Sam commence à 5 heures. Nous avons dû lui apprendre à se préparer, et surtout, à quitter la maison seule. » Hélène réveille Ysé et quitte la maison quand sa fille entame le petit-déjeuner. Puis une copine passe la prendre pour faire la route. « C’est beaucoup plus stressant de la laisser se débrouiller le matin », note Hélène. Première inquiétude : la grande petite fille respectera-t-elle les horaires ? Saura-t-elle verrouiller la porte ? Et, ajoute Sam, ne va-t-elle pas perdre sa clef ? Le bilan est très positif : Ysé n’est jamais en retard. Elle considère même que c’est « un bon entraînement pour le collège ». L. V.

http://www.lavoixdunord.fr/r
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
8 - 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10