|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
27 Personne(s) en ligne (25 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 27

plus...

Facebook et vie privée : des « résultats déconcertants », la Commission émet une recommandation ...

Publié par Walda Colette Dubuisson le 16-05-2015 (1470 lectures) Articles du même auteur
«Facebook méprise la vie privée de ses membres et de tous les internautes. Un fait qui nécessite de prendre des mesures». C’est en substance ce qu’a déclaré la Commission vie privée à l’égard des nouvelles conditions d’utilisation du réseau social. Commission qui a émis une première recommandation de principe relative à Facebook.

http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=829

Ce n’est un secret pour personne. Les nouvelles conditions d’utilisation instaurées par Facebook depuis maintenant 4 mois et demi font grincer des dents. Dont celles de la Commission Vie privée. Celle-ci vient d’adopter une première recommandation de principe à l’égard du réseau social. Voilà ce qu’on peut en retenir:

1. Soumis au droit belge

Pour la Commission vie privée, cela ne fait aucun doute: non seulement elle est compétente dans le dossier Facebook mais en plus le réseau social doit respecter le droit belge. «Ce qui est logique puisque chaque instance nationale chargée de contrôler le respect de la vie privée est tenue d’intervenir pour protéger la vie privée de ses citoyens, explique-t-elle dans un communiqué. Et le droit belge est d’application car le groupe Facebook a un établissement effectif en Belgique, à Bruxelles.»

De son côté cependant, le réseau social ne veut pas en entendre parler. Aux dires de la Commission, Facebook, dont le siège européen se trouve en Irlande, accepte uniquement le contrôle par la commission vie privée irlandaise et l’application du droit irlandais.

2. Législation bafouée

La Commission vie privée l’affirme haut et fort: «Facebook bafoue les législations européennes et belges en matière de vie privée, et ce à différents niveaux». Elle en prend pour preuve l’étude menée, à sa demande, par le groupe de recherche interuniversitaire EMSOC/SPION qui relève de nombreux points problématiques dans ces fameuses conditions d’utilisation. Des points problématiques qui ont été compilés dans un rapport en dix chapitres.

Le huitième intitulé «Facebook tracking through social plug-ins» ( «traçage via les modules sociaux») intéresse particulièrement l’organisme belge. En gros, il faut retenir que le réseau social traite les données en secret. En effet, «aucun consentement n’est demandé pour le traçage et l’utilisation de cookies […]. Les informations disponibles sont vagues et autorisent en fait presque tout».

Il va sans dire que Facebook conteste les constatations relevées dans ce fameux rapport. «Elles n’ont cependant pas été réfutées concrètement. Au contraire: Facebook a reconnu que de petites erreurs, des bugs avaient été découverts», relève la Commission. En dépit de ces «anomalies», n’espérez toutefois pas que le réseau social se décide à faire marche arrière: il a ainsi refusé d’accéder à la demande de différentes instances chargées de la protection de la vie privée – la Commission belge n’est pas la seule sur le coup – visant à reporter l’application des nouvelles conditions d’utilisation.

3. Un pas vers Facebook

D’après Willem Debeuckelaere, président de la Commission, cette première recommandation doit être considérée comme «un premier pas vers Facebook et tous les acteurs d’internet qui utilisent le réseau social afin de leur permettre de fonctionner tout en respectant réellement la vie privée».

Dans la foulée, l’organisme recommande à Facebook et aux exploitants de sites internet qui utilisent des plug-ins sociaux d’utiliser un instrument tel que «Social Share Privacy». Un outil qui permet «d’obtenir de manière valable le consentement du visiteur du site internet.»


Petit conseil également aux internautes, celui «d’utiliser des add-ons de navigateur qui bloquent le traçage ou d’utiliser le mode incognito de leur navigateur.»

Pour la Commission toutefois, «ça passe ou ça casse». Elle attend de voir comment Facebook réagit à son invitation…


Source : http://www.lavenir.net/cnt/DMF2015051 ... icle&utm_campaign=seeding
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10