|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
27 Personne(s) en ligne (26 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 27

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

La police met les citoyens en garde, afin de les protéger des dangers et arnaques d’internet .

Publié par Walda Colette Dubuisson le 21-12-2018 (1699 lectures) Articles du même auteur
21/12/2018 :Piratage : attention, une redoutable campagne de phishing est en cours sur Facebook...
**********************************
28/02/2018 : A l’occasion du mois de la cyber-sécurité, la CNIL vous propose une série de bonnes pratiques à mettre en place pour protéger votre identité en ligne. Au menu : quelques précautions techniques, un peu de connaissances juridiques et surtout, une pincée de bon sens !
******************************************
02/10/2017 : Vous recevez des emails frauduleux ou suspects? Voici comment les transmettre à la police.( Vidéo)
C'est quoi le phishing?
***********************************
08/05/2017 : Pourquoi il ne faut pas laisser un enfant jouer sur une tablette ?
Les chercheurs ont voulu déterminer s'il est vraiment néfaste de laisser un enfant jouer sur une tablette et leurs résultats sont alarmants…
********************************************
05/04/2017 : MISE EN GARDE DE LA POLICE FÉDÉRALE . « Surfons Tranquille: une arnaque qui utilise DHL EXPRESS. »
Vidéo avec Olivier Bogart de la police fédérale.
*************************************************
17-07-2015 Mise en garde de la Police Nationale : Arnaque à la webcam
Mise en garde de la Police Nationale : Arnaque à la webcam
Partout dans le monde :
"Les « chantages à la webcam » se multiplient depuis le début de l’année dans le Boulonnais. Une dizaine d’hommes ont notamment été victimes de tentatives de « sextorsion ». Après s’être exposés nus devant leur webcam, ils ont été menacés par des escrocs de voir leur vidéo diffusée sur le net."

Quelques conseils pour adopter les bonnes pratiques si vous devez faire face à ce type de chantage.

Soyez très vigilant si vous parlez à des inconnus via webcam. Beaucoup d'escrocs n'attendent que ça pour vous piéger.
Comment se déroule cette arnaque ?



http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=910

Sur les sites de rencontres, tout commence en faisant la connaissance d'une personne avec qui la confiance s'installe au fil de la discussion.

Pour une conversation plus intime, cette personne propose alors de passer sur un service permettant la visiophonie par webcam. Les escrocs en profitent pour capturer le flux vidéo des images susceptibles de porter atteinte à la vie privée de leurs victimes, permettant le début du chantage.

"T'es mor", "ton patron et ta famille va tou savoir", "j'ai tout sur toi", voilà le genre de messages, contenant de moins en moins de fautes d'orthographe qu'envoient alors les maîtres-chanteurs, qui ont filmé leurs victimes en situation compromettante.

Ensuite, l'escroc demande de lui verser des sommes importantes d'argent (bien souvent en mandat-cash vers la Côte d'Ivoire ) et menace de diffuser ces vidéos sur internet.

Y associant les informations qu'ils ont récoltées (nom, mail, numéro de téléphone, adresse, emploi …), ils menacent la diffusion du contenu sur Youtube, ou des plate-formes de blog, risquant d'apparaître dans google et porter atteinte à la réputation des victimes.

Exemple, message d'une victime à la Police :

Citation :
" J'ai fais l'objet d'un chantage sur internet. Suite a mon inscription sur le site XXX, j 'ai pris contact avec une certaine "Sophie," nous avons échangé sur internet puis fais une conférence vidéo.
A la suite de cette conférence elle m'a menacé de publier la vidéo sur internet (YouTube, Dailymotion....). J'ai donc supprimé cette personne de mon compte Gmail, bloqué cette personne sur Facebook. Elle reste dans mes contacts sur Skype. Je souhaiterais savoir la marche a suivre."


Bons réflexes

Evitez les discussions WebCam avec les personnes que vous n'avez jamais rencontré.

N'envoyez jamais d'argent, cela ne réglera rien.

Ne répondez plus aux messages et coupez tout contact avec les escrocs.

Supprimez le contact de votre Facebook ou autres réseaux sociaux.

Si l'escroc vous envoie un lien internet de la vidéo, ne paniquez, elle est très souvent en "privée" donc invisible du public.
Demandez la suppression au site hébergeur.

Et surtout, rendez-vous à l'adresse www.internet-signalement.gouv.fr external link et signalez l'escroquerie dont vous êtes victimes aux services de Police.

Source: http://www.police-nationale.interieur ... crime/Arnaque-a-la-webcam

**************************************************

Surfons Tranquille: une arnaque qui utilise DHL EXPRESS

Mer 05.04.2017 - 11:49



C'est le printemps et vous décidez de faire un peu le tri. Et vous vous dirigez vers les sites d'annonce en ligne 2ème main et Kapaza pour y placer vos annonces.

A peine une heure après, vous recevez un message d'une personne se disant très intéressée par la petite armoire que vous proposez. Elle vous offre 50€ de plus pour que vous la lui réserviez car elle est en vacances à la mer et elle vous demande si vous accepteriez de la lui envoyer moyennant qu'elle vous fasse parvenir un paiement via le service DHL Express.

Elle précise qu'elle déposera la somme en liquide dans une enveloppe et que ce courrier sera déposé à votre domicile.

Vous répondez que vous êtes d'accord et quelques heures plus tard, vous recevez un nouveau message dans laquelle votre acheteuse vous informe que, s'agissant d'une somme d'argent, DHL Express demande de souscrire à une assurance garantissant la somme transportée. Elle précise qu'elle prend aussi cette somme à sa charge.

Confiant, vous acceptez. Le lendemain, en ouvrant votre boite mail, un message de DHL Express qui vous précise que vous devez vous procurer une carte prépayée de 100€ auprès de NeoSurf, service de paiement sur Internet, et que vous devez en communiquer le code.

Vous vous rendez dans une librairie de votre quartier et vous vous procurez la carte.

De retour chez vous, vous répondez au mail de DHL et vous recevez confirmation que votre courrier est parti.

Sauf que les jours passent et que vous ne voyez jamais rien arriver.

Si, comme je l'ai fait pour préparer cette chronique, vous vous documentez en tapant, par exemple, les mots « DHL » et « arnaques », la première réponse que vous offre votre moteur de recherche est celle de la page du site officielle de DHL. La société précise, sur sa page dédiée à la prévention, qu'elle est informée de ces arnaques et que la procédure de paiement aujourd'hui décrite n'existe pas dans ses processus.

Et elle nous invite à lui signaler les messages de ce type que nous pourrions recevoir à l'occasion de la vente d'un objet sur un site de petites annonces.



http://www.police.be/fed/fr/actualite ... e-qui-utilise-dhl-express
**************************************

08/05/2017 : Pourquoi il ne faut pas laisser un enfant jouer sur une tablette ?
Les chercheurs ont voulu déterminer s'il est vraiment néfaste de laisser un enfant jouer sur une tablette et leurs résultats sont alarmants…


Il pourrait développer un retard de langage.

Une nouvelle étude publiée sur le journal Science Daily et présentée lors d'une conférence de la PAS (Pediatric Academic Societies) a récemment démontré qu'il était extrêmement néfaste de laisser un enfant jouer sur une tablette, tant son développement personnel pourrait en être perturbé.

Cette étude, menée par le Dr. Catherine Birken, a effectivement révélé qu'il existait un lien entre l'utilisation des écrans des tablettes et des smartphones et le retard de langage chez les enfants âgés de six mois à deux ans.

Pour cette étude, les parents de près de 900 enfants ont communiqué le nombre de minutes que ces derniers passaient sur un écran chaque jour, et ce, lorsqu'ils n'avaient que 18 mois. Ensuite, plusieurs chercheurs ont suivi ces mêmes enfants pour évaluer le développement du langage de ces derniers; les chercheurs étaient ainsi attentifs au vocabulaire utilisé par les enfants et à la façon dont ceux-ci demandaient de l'attention ou de l'aide - en utilisant des mots ou des sons.

Des résultats alarmants
Cette étude a démontré que pour chaque augmentation de 30 minutes passées quotidiennement derrière un écran, les enfants avaient 49% de risques supplémentaires de développer un retard de la parole expressive - qui concerne donc uniquement les sons et les mots, et non le langage corporel.

Selon le Dr. Birken, il est toutefois nécessaire de mener davantage de recherches, afin de pouvoir définir précisément en quoi l'utilisation d'une tablette par un enfant puisse avoir un impact aussi effectif sur le développement de ce dernier: "Nous avons besoin de plus de recherches [...] mais cette étude a bel et bien identifié un lien", a ainsi conclu le Dr. Birken.

http://www.7sur7.be
************************************

02/10/2017 : Vous recevez des emails frauduleux ou suspects? Voici comment les transmettre à la police.



Dans le cadre du Mois européen de la cybersécurité, le Centre pour la cybersécurité Belgique (CCB) a décidé de s'attaquer au phénomène du 'phishing'. Il a lancé ce lundi une campagne de sensibilisation sur le sujet et invite les Belges à lui signaler les emails suspects qu'ils reçoivent via l'adresse suspect@safeonweb.be et à ensuite les effacer de leur boîte de réception. Les liens considérés comme dangereux seront alors consignés dans une liste noire et bloqués par les principaux navigateurs web.


C'est quoi le phishing?


Le phishing ou hameçonnage est une technique utilisée pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d'identité. Près de 9% de l'ensemble des internautes belges ont été victimes de fraudes sur internet, notamment via ce procédé, et ont perdu de l'argent, selon des données européennes de 2015.

Le CCB, un organisme qui relève de l'autorité du Premier ministre, et la Cyber Security Coalition Belgium souhaitent dès lors armer les internautes contre le phishing. Si le contenu de l'email suspect est trop beau pour être vrai, il y a alors de fortes chances que ce soit faux, prévient-il. Idem si le message contient un lien inhabituel, du type http://lenomdevotrebanquebe.site, alors qu'il devrait être www.lenomdevotrebanque.be ou si le domaine de l'adresse mail (@xyz542.be) semble étrange.

Il s'agit également d'être vigilant si l'email est inattendu (il est par exemple question d'une livraison or rien n'a été commandé, ou être interpellé par une banque dont on n'est pas client), s'il l'on est invité à télécharger une pièce ou à compléter des données confidentielles, ou encore si le langage est impersonnel, contient des fautes ou est indiscret.

"Nous demandons à chacun de transmettre tout message suspect à suspect@safeonweb.be pour ensuite l'effacer.
Le CCB effectuera un scan automatique des liens et pièces jointes à l'aide d'une technologie anti-virus avancée", explique son directeur Miguel de Bruycker. Les liens dangereux seront consignés dans une liste noire et bloqués par les principaux navigateurs web.
Les données techniques relatives aux virus seront mises à la disposition des entreprises anti-virus. La campagne de sensibilisation s'étalera sur tout le mois d'octobre. Sur le site safeonweb.be, elle propose entre autres un test afin d'évaluer, à l'aide d'exemples réalistes, sa capacité à distinguer les faux des vrais messages et à en apprendre plus sur la façon de les identifier.

http://www.rtl.be/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/12/2018 10:16  Mis à jour: 21/12/2018 10:36
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Mise en garde ! Piratage : attention, une redoutable campagne de phishing est en cours sur Facebook. ( Vidéo)


SOYEZ VIGILANT - Des tentatives de piratage utilisant des dessins humoristiques visent les utilisateurs de Facebook. LCI vous dit comment réagir si vous avez été piégé.
20 déc. 21:41 - Matthieu DELACHARLERY
Un logiciel malveillant, caché derrière un banal contenu humoristique, fait actuellement des ravages sur Facebook. La combine : un lien, partagé par l’un de vos amis, vous invite à lire un article a priori sans danger et aux titres aguicheurs, tels que "Les hommes prêtent attention à ces choses, mais ils ne l’admettront jamais", "A quoi ressemble la vie avant et après vos 30 ans", "Votre vie avant et après le mariage", "Hommes et femmes - Nous sommes tellement différent", ou encore "Les hommes prêtent attention à ces choses, mais ils ne l’admettrons jamais".

La publication est illustrée par deux dessins : l’un est visible au premier coup d’œil, tandis que l’autre est entrecoupé. Pour découvrir la partie manquante, pas d’autre choix que de cliquer. Sous ces images, à chaque fois la même adresse : "S3.amazonaws.com", un service de stockage de pages web, très prisé des pirates informatiques qui l’utilisent notamment pour mener des campagnes d’hameçonnage (ou "phising", en anglais). Et pour cause, les données étant entièrement chiffrées, il est donc quasiment impossible de remonter jusqu’à son auteur.

Image redimensionnée

Si je clique dessus, que se passe-t-il ?
En cliquant sur le lien, un message d’avertissement s’affiche à l’écran : "Pour accéder à ce site, vous devez être âgé de 16 ans ou plus", peut-on lire au-dessus d’un bouton de couleur jaune avec pour seule mention : "Oui". D’une simple pression du doigt, vous voilà piégé ! Sans le savoir, vous venez d’autoriser l’accès à vos données Facebook. Pire, celui-ci peut désormais poster une publication du même type sur votre mur. Le virus se répand de profil en profil par ce biais, ce qui le rend particulièrement redoutable.

L’hameçonnage, c’est quoi ?
Si pendant longtemps les hackeurs ciblaient leurs victimes en passant par les sites pornographiques, aujourd’hui ils se cachent derrière le visage inoffensif de l’un de vos proches. Pour ceux qui n'en ont encore jamais entendu parler, l’hameçonnage (ou filoutage) est une technique de piratage visant à collecter données personnelles dans le but d’usurper l’identité de l'utilisateur. En l’occurrence, le ou les assaillants ont caché derrière le bouton qui vous demande de confirmer que vous avez plus de 16 ans un logiciel malveillant, dont le téléchargement se déclenche instantanément dès lors que l’utilisateur clique dessus. Une technique connue sous le nom de détournement de clic ("clickjacking", en anglais).

https://www.lci.fr/

Facebook : nouveau scandale sur l'utilisation des données personnelles

L'entreprise de Mark Zuckerberg aurait-elle transmis les données des utilisateurs de son site internet à de grands groupes comme Amazon, Spotify, Microsoft ou Netflix pendant plusieurs années ? C'est en tout cas ce que révèle le New York Times qui assure que le réseau social a communiqué les données de ses utilisateurs au profit de 150 entreprises, dont les géants du web.

Concrètement, Facebook aurait autorisé le moteur de recherche Bing (Microsoft) à voir les noms des amis de ses utilisateurs sans l'accord de ces derniers; Netflix et Spotify auraient pu lire des messages privés et Yahoo aurait même pu visionner les données publiées sur les pages Facebook.

Empêtré dans de nombreux scandales en raison de failles dans la protection des données des internautes, Facebook affirme cependant que ses utilisateurs avaient dû au préalable explicitement donner leur accord.

Konstantinos Papamiltiadis, responsable du développement des programmes et des partenariats de Facebook, a affirmé qu' "aucun de ces partenariats ou fonctionnalités n'a donné à ces entreprises accès à des informations sans le consentement des personnes".
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/02/2018 18:07  Mis à jour: 28/02/2018 18:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 La CNIL vous propose 4 réflexes pour mieux protéger votre identité en ligne.( vidéo)
En dire le moins possible lors d’une inscription en ligne

Pour quoi faire ?

Limiter le risque de voir vos données revendues à des acteurs tiers.
Se protéger en cas de fuite de données chez l’organisme à qui vous avez confié vos données.

Les conseils

Masquez votre adresse mail et votre numéro de téléphone lors d’une inscription ou au moment où vous déposez une annonce en ligne. Certains arnaqueurs scrutent et exploitent vos coordonnées pour tenter - via un message personnalisé - de vous soutirer des informations personnelles ou de l’argent dans un autre contexte.
Utilisez des pseudos lors de l’inscription à vos comptes et une adresse non-nominative (type toto35@email.com) pour vous inscrire en ligne. En cas de fuite de données, votre nom et prénom a moins de risques d’être compromis.
Utilisez des alias de messagerie si votre messagerie le permet. Les alias permettent de gérer plusieurs adresses mails virtuelles qui arrivent dans votre boîte aux lettres. Cela vous permet d’une part de détecter et d’identifier tout usage non autorisé d’un de vos alias, et d’autre part de supprimer un alias qui aurait été compromis. Si vous souhaitez y associer une photo, utiliser des photos différentes pour limiter les possibles réidentifications entre plusieurs comptes.
Remplissez le moins de champs possible : un formulaire d’inscription comporte beaucoup de champs facultatifs et demande parfois des informations sensibles (religion, origine ethnique, opinions …). Méfiez-vous des cases qui vous proposent de réutiliser vos données pour des objectifs qui vous échappent !

Paramétrer ses réseaux sociaux

Pour quoi faire ?

Réserver l’accès à vote vie privée à un cercle d’intimes
Garder la maitrise de votre image en ligne (pour accéder à un emploi, une formation, …).
Eviter d’être victime d’arnaqueurs ou d’usurpateurs.

Les conseils

Cloisonnez vos usages en fonction de votre audience : n’utilisez pas un seul et unique outil pour organiser votre vie sociale en ligne, au contraire essayez de diversifier les outils que vous utilisez pour avoir plus de flexibilité dans vos usages et être moins vulnérable en cas de piratage : une messagerie privée pour vos conversations entre amis, un réseau social professionnel pour dialoguer avec vos collègues, un groupe fermé pour discuter avec votre famille…
Limitez l’audience de vos publications et de votre compte : Afin de ne pas être retrouvé par n’importe qui sur le web, définissez pour chaque message que vous postez les personnes qui pourront le consulter. De nombreuses options permettent de ne pas être retrouvé depuis les moteurs de recherche, de limiter l’accès à votre liste d’amis, de masquer vos informations de compte, de désactiver la géolocalisation de vos publications …
Faites régulièrement le ménage dans les applications tierces connectées à votre compte afin de limiter le partage d’informations avec des tiers.






Connaitre ses droits !

Pour quoi faire ?

être autonome dans la maitrise de vos données qui circulent sur le web.
augmenter votre niveau d’exigence vis-à-vis des organismes à qui vous confiez vos données.

Les conseils

Ayez une bonne connaissance de votre droit à l’image. Cela vous permettra de disposer de toutes les clés nécessaires avant d’autoriser la prise de vue d’un photographe/vidéaste qui souhaiterait exploiter votre image sur des supports web ou papier.
Ayez une bonne connaissance de vos droits Informatique et Libertés. Cela vous permettra :
de demander l’effacement de contenus gênants vous concernant,
de mettre à jour des données que vous considérez comme obsolètes,
d’exiger une information lisible et une sécurité optimale pour les données que vous confiez à des tiers,
de porter plainte auprès de la CNIL en cas de manquements à la loi.

Depuis 2014, vous pouvez également demander aux moteurs de recherche de ne plus associer un contenu gênant vous concernant avec votre nom et prénom. Recherchez régulièrement votre nom sur les moteurs de recherche, cela vous permettra d’être alerté lorsque du contenu indésirable est publié sur vous. Vous pouvez également vous abonner à des services d’alerte, qui vous notifieront automatiquement lors de la publication de contenus sur votre nom.

Avoir une bonne hygiène informatique !

Pour quoi faire ?

Eviter d’être la victime d’une arnaque en ligne, d’une attaque ciblée ou d’une usurpation.
Protéger les informations que vous stockez sur votre terminal en cas de perte, vol.

Les conseils

Mettez régulièrement à jour vos systèmes d’exploitation et installez un antivirus sur vos ordinateurs. Ce sont des prérequis indispensables pour espérer protéger vos données d’une attaque de rançonciel.
Utilisez des mots de passe solides. Une bonne hygiène en termes de mot de passe et une vigilance accrue vous mettront à l’abri des cyber-risques les moins élaborés. Utiliser l’authentification à deux facteurs et un dispositif d’alerte en cas d’intrusion lorsque c’est possible. Retrouvez nos conseils pour bien protéger votre smartphone, vos boites e-mail.
Maintenez une grande vigilance lorsque vous utilisez un wifi public dont certains n’offrent pas suffisamment de protection contre l’interception de vos données.
Ayez une méfiance systématique vis-à-vis des messages suspicieux reçus dans votre boîte email ou sur votre application de messagerie.
Enfin, chiffrez vos informations les plus sensibles pour les rendre illisibles par des tiers en cas de perte ou de vol de votre terminal.


Vous êtes victime de cybermalveillance ?

Rendez-vous sur le site www.cybermalveillance.gouv.fr/

https://www.cnil.fr/fr/4-reflexes-pour ... r-votre-identite-en-ligne
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
5 - 0 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10