|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
27 Personne(s) en ligne (27 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 27

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Disparus de Mirepoix (Célia et Christophe Orsaz): les doutes et les questions de la famille. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/07/2018 11:04
DISPARITION INQUIETANTE DE THEO HALLEZToujours aucun signe de l'adolescent, la PJ relance un appel à témoins. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/07/2018 17:18
Assassinat de Sofie Muylle - Le suspect Alexandru C. aussi arrêté pour viol et torture... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/07/2018 14:05
Affaire Dutroux: L'ancien complice de Marc Dutroux, Michel Lelièvre, demande sa libération sous bracelet électronique: "Tous les voyants sont au vert"... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/07/2018 14:53
Affaire Daval : la sœur et le beau-frère d’Alexia réagissent aux accusations "invraisemblables" de Jonathann Daval. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/07/2018 11:50
Meurtre d'Alexia Daval. Ce que Jonathann Daval a dit au juge... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/07/2018 11:31
Mathieu Caizergues , deux hommes mis en examen... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/07/2018 11:04
Meurtre d'Elodie Kulik: le renvoi aux assises du suspect validé en cassation Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2018 19:16
Nordahl Lelandais retourne en prison, il était depuis cinq mois en cellule médicalisée. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2018 09:02
Disparition de Narumi Kurosaki : vers la fin des recherches du corps. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2018 08:55

Re : Le meurtre de S. Dieterich ou l’archétype de l’enquête criminelle

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 12/01/2016 13:44:59

L’auteur putatif d’un homicide vieux de 22 ans s’est spontanément dénoncé. En 1994, un étudiant, Stéphane Dieterich, est retrouvé dans un sous-bois près de Belfort, mort de nombreux coups de couteaux. Il devait partir en vacances le lendemain avec un ami. Cet ami était venu le chercher la veille, à l’improviste, en voiture. Déclarant s’absenter quelques instants, Dieterich n’est jamais rentré. Son camarade, sans doute le dernier à l’avoir vu vivant, est immédiatement soupçonné. Ses déclarations sont invraisemblables – il affirme avoir déposé, sous un déluge, la victime à une fête foraine où elle avait rendez-vous alors que celle-ci exécrait la pluie, ne se déplaçait qu’en voiture, n’avait jamais mentionné ce rendez-vous ni reçu aucun appel (à une époque où le téléphone cellulaire n’existait quasiment pas). Un faisceau d’indices le désigne : il a erré jusqu’au matin, hagard, la nuit des faits ; il est trouvé en possession de la carte bancaire du défunt ; il a lavé à grands jets son auto ; il a perdu une dizaine de kilos dans les semaines suivantes. Placé en garde à vue, il nie les faits. A défaut d’aveu et de preuve matérielle (l’exploitation de l’ADN est embryonnaire en 1994), il est relâché et n’est plus inquiété jusqu’à ce que, dévoré par le remords, il dénonce son crime en 2015.

L’affaire Dieterich, en voie de solution, est typique des enquêtes criminelles à trois égards. Nous avons d’abord coutume de dire que les grandes affaires judiciaires se résolvent souvent sur un détail ou de façon extraordinaire, au sens littéral : titulaire d’une empreinte génétique identifié pour une vétille des années après, témoignage inespéré d’un penitus extraneus ayant recueilli par hasard des aveux, remords tardif du coupable et autres deus ex machina.

Ce cas démontre ensuite qu’une enquête criminelle, ce sont des preuves matérielles ou la reconnaissance des faits : quand bien même tout convergeait vers le principal suspect, il n’eût guère été possible de le confondre judiciairement sans ses aveux. C’est pourquoi les enquêteurs y sont tellement attachés, à défaut de preuves matérielles incontestables. Corollairement, dans les affaires non résolues, le coupable a généralement été soupçonné, mais aucun élément objectif ne le relie suffisamment au crime. C’est pour cette raison, et pour la raison précédemment évoquée, que des suspects demeurent mis en examen pendant des années, le juge d’instruction espérant une aide du destin pour résoudre son dossier.

Enfin, l’affaire Dieterich illustre l’indifférence ou le caractère secondaire du mobile. L’enquête criminelle repose avant tout sur l’intuition, la première étant généralement la bonne, sous réserve de vérifications ultérieures. Le fameux adage « regarde à qui profite le crime » permet alors d’orienter les recherches, auteur et victime se connaissant presque toujours. Mais peu importe ensuite le sérieux du mobile : les criminels ne réagissent pas toujours comme tout un chacun, et les exemples de meurtres atroces pour des mobiles futiles sont légions. C’est ce que nous appelons la pureté du crime. En l’espèce, le mobile était sans doute passionnel ou narcissique, sur fonds d’amitié homosexuelle plus ou moins refoulée. En tout cas, aucun mobile sérieux ne désignait l’auteur, car nul, en dehors d’un criminel, ne serait passé à l’acte aussi sauvagement pour une simple anicroche. Le meurtrier n’a pas le même surmoi, et comme l’écrivait Drieu, « le scrupule défigure le criminel ».

PAR FRÉDÉRIC FORGUES LE 11 JANVIER 2016

http://justice.blogs.la-croix.com/le- ... te-criminelle/2016/01/11/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
8 - 7 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10