|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
7 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 7

plus...

Re : Perpignan : enceinte, ligotée et violée dans un squat. Benjamin D, incarcéré, veut être libéré avant son procès aux assises. STOP : punitions exemplaires pour ces violeurs !!!

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 19/08/2016 12:47:58

Un jeune Perpignanais, incarcéré, veut être libéré avant son procès aux assises.

Dire que cette jeune femme, alors âgée d'à peine 18 ans, séquestrée, humiliée et violée alors qu'elle était enceinte a vécu un calvaire, relève de l'euphémisme.

Mardi, la cour d'appel de Montpellier a examiné la demande de remise en liberté (*) de Benjamin D., bientôt 20 ans. Ce jeune Perpignanais dort en prison depuis fin mars 2015 suite à son arrestation et à sa mise en examen qui lui vaut d'être renvoyé aux assises pour “viol en réunion sur personne vulnérable” à une date qui n'est pas encore fixée.

"J'ai fait une grosse bêtise, je regrette vraiment ce que j'ai fait, lance le mis en cause, entendu par visioconférence par les juges de la chambre de l'instruction. Mais je veux sortir, recommencer ma vie, passer mon diplôme et mon permis". Le ton est assuré, convaincu et le jeune homme, qui ne sait pas pourquoi son avocat n'est pas venu, conteste toute contrainte dans ce dossier sordide.

Traits psychopathiques

En mars 2015, Benjamin D., qui a choisi l'errance de la rue, fait connaissance de la plaignante - sous curatelle renforcée et qui attend un bébé depuis quatre mois - et de son compagnon. Avec son complice, ils volent leur carte bancaire, tentent d'effectuer des retraits, puis s'emparent de leur téléphone portable aussitôt revendu.

Ils décident alors de les entraîner dans leur squat, à Perpignan. Le garçon est frappé, la fille sommée de pratiquer des fellations, ce qu'elle refuse. "Vous lui avez attaché les mains et les pieds avec du fil électrique, vous l'avez déshabillée avant de lui imposer des pénétrations sexuelles et des fellations", indique le conseiller de la cour d'appel. Sans oublier la cruauté et de l'humiliation, lorsque la jeune femme doit mâcher des préservatifs ou boire de l'urine. Un supplice de trois heures.

"Il l'a aussi menacé de la frapper jusqu'à lui faire perdre l'enfant qu'elle portait", dénonce l'avocat général, balayant toute éventualité de sortie de détention d'un individu ayant fait preuve "d'une absence totale de scrupule, y compris pendant l'instruction". Le mis en cause, chez qui l'expert a décelé une indifférence à la souffrance des autres et des traits "psychopathiques", l'assure pourtant : "j'ai déjà raté la naissance de ma nièce, je veux sortir, je peux avoir une vie sociale comme les autres."

(*) Décision ce vendredi 19 août.
http://www.midilibre.fr/2016/08/18/en ... e-et-violee-dans-un-squat,1381603.php
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
9 - 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10