|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
9 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 9

plus...

Re : Les enfants, victimes collatérales des violences conjugales...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 26/09/2016 15:10:21

Le ministère de l’intérieur et celui des familles, de l’enfance et des droits des femmes ont publié l’étude nationale « sur les morts violentes au sein du couple en 2015 ».

Si le nombre de décès d’adultes est « sensiblement le même » qu’en 2014 (115 femmes et 21 hommes sont morts, tués par leur conjoint ou ex-conjoint), le nombre d’enfants tués dans le cadre de violences conjugales est passé de 15 à 19 en un an. Parmi eux, onze mineurs (contre sept en 2014).

« Onze enfants mineurs ont été tués par leur père en même temps que leur mère », précise le rapport. Il faut ajouter à ce chiffre 25 enfants tués en raison de séparations difficiles ou de conflits de couple (tandis que l’autre parent n’est pas victime).
Les enfants, témoins de crimes

Mais les enfants sont aussi victimes en tant que spectateurs : au total, treize enfants ont été témoins des scènes de crime, qu’ils aient été présents au moment des faits ou qu’ils aient découvert les corps en regagnant leur domicile.

D’ailleurs, la présence des enfants au domicile du couple ne semble pas être un frein au passage à l’acte, puisque l’étude dénombre également 55 autres enfants, en bas âge pour la plupart, qui étaient présents au domicile, mais non témoins des faits. Dans huit cas, constate l’étude, c’est l’un des enfants du couple qui a donné l’alerte ou fait prévenir les secours.

Contrairement, aux adultes, les enfants ne peuvent pas se tourner vers la justice. Ils peuvent porter plainte dans un bureau de police ou de gendarmerie. Mais un mineur ne peut pas se porter partie civile lui-même. Un administrateur désigné par la justice ou une association de protection de l’enfance existant depuis plus de cinq ans pourra exercer les droits de la partie civile en son nom.

Dernière conséquence de ce climat de violences conjugales, la perte d’un ou des deux parents : en 2015, ce sont 19 enfants qui se sont retrouvés orphelins de père et de mère, et 77 de l’un des deux.



En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/a ... .html#xcvZIGJ6E2fEdLB2.99
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
6 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10