|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
10 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 10

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org

Stop aux violences faites aux femmes : Violences conjugales: pourquoi c’est si difficile d’interdire au conjoint violent de revenir au domicile? (Vidéo)

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 08/09/2017 12:25:50



Chaque jour en Belgique, 100 plaintes sont déposées pour violences conjugales. Il est possible pour la justice d'interdire provisoirement le domicile au conjoint violent. Mais cette mesure n'est quasiment jamais appliquée. Loïc Parmentier et Dominique Sokolowski sont allés à la rencontre d’experts pour le RTLinfo 13H.

Pour lutter contre les violences conjugales, l’année dernière la justice a décidé 94 fois d’interdire au compagnon violent de réintégrer le domicile pendant 10 jours. C’est peu. C’est en tout cas le constat du ministre de la Justice Koen Geens. Son idée: promouvoir cette mesure. En clair: qu’elle soit appliquée plus souvent.


Les victimes préfèrent souvent partir

Les professionnels sont plutôt pour, mais ils ont des réserves sur l’application de cette mesure. "On sait bien que les victimes ne souhaitent pas rester dans le lieu où se sont passés les faits. Elles se sentent souvent en insécurité. Et donc bien souvent, elles préfèrent malgré tout partir elles-mêmes avec leurs enfants quand elles en ont", explique Frédéric Benne, le co-directeur du centre de prévention des violences conjugales à Bruxelles.


Une mesure difficilement applicable

Isabelle Schyns, la présidente du Tribunal francophone des Familles de Bruxelles, précise: "A ma connaissance, ce tribunal n’a pas encore été saisi d’une telle demande. L’explication pourrait être un manque d’effectif au sein du parquet du procureur du roi francophone de Bruxelles".

En Belgique, c’est la tolérance zéro qui prime contre les violences conjugales. Et dans l’arsenal des mesures à disposition de la justice, il existe effectivement depuis 2012 une interdiction temporaire de revenir à son domicile. La mesure, jugée intéressante, est déjà très difficilement applicable.

http://www.rtl.be/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
2 + 2 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10