|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
23 Personne(s) en ligne (22 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 23

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Harcèlement scolaire : de la dépression au suicide ... Violence à l’école : comment réagir quand mon enfant en est victime ? Une vidéo LCI .fr Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/06/2018 18:01
e mystère des disparues de Perpignan reste entier !« J'étais le dernier rendez-vous de Benitez ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/06/2018 15:57
STOP MALTRAITANCE ! Le groupe Boko Haram a utilisé 6 fillettes dans des attentats suicides et des attaques à la grenade, ce week-end. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/06/2018 13:04
Affaire Alexia Daval : “La justice doit réentendre Jonathann Daval, il y a trop de zones d'ombres”(Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2018 14:28
Hommage à Christophe et sa fille, Célia, à La Tour-du-Pin.( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2018 14:03
Mise en examen des parents d’Inass Touloub, la "petite martyre de l’A10" : les voisins effarés, les frères et sœurs muets. (Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/06/2018 13:55
Enfin un prénom pour la petite puce "martyre de l'A10" , elle s'appelait Inass. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/06/2018 21:26
Léa Petitgas, 20 ans.Six mois d’attente : Son père, Christophe Petitgas, se confie pendant cette difficile attente «Le temps passe, mais j'essaye de me dire que je reverrai ma fille». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/06/2018 14:04
Comment des réseaux pédophiles diffusent des vidéos trouvées sur YouTube. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/06/2018 13:51
INFORMATION EUROPE 1 - 31 ans après, le mystère de "la martyre de l'A10" enfin résolu.( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/06/2018 10:16

Re : FRANCE, Pontoise : des parents inquiets après les tentatives d’enlèvement. A la sortie de l’école primaire du quartier de Marcouville, la prudence est de mise depuis les agressions de quatre jeunes filles.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 07/05/2017 14:55:51

Il mesure environ 1,70 m, est de couleur noire, âgé entre 35 et 40 ans, porte une barbichette et de grosses bagues dorées aux doigts. Depuis le 22 avril, cet homme, suspecté d’avoir agressé de jeunes filles, est activement recherché par la police nationale et municipale de Pontoise. Dans les rues du quartier de Marcouville, où il aurait sévi déjà quatre fois, les parents s’inquiètent et redoublent de vigilance. « Je ne laisse plus ma fille aller chercher le pain toute seule, je ne la lâche pas d’une semelle » assure une maman sur le qui-vive.

Ce samedi 22 avril, une fillette de 11 ans avait été abordée par un homme et menacée à l’arme blanche avant d’être entraînée dans les sous-sols de la cité. Ses cris avaient interpellé quelqu’un, mettant l’agresseur en fuite.

La police fait alors le rapprochement avec d’autres cas similaires. « Quatre fillettes ont été agressées dernièrement dans le quartier de Marcouville, précise-t-on en mairie. Il n’y a pas eu d’agression sexuelle mais des tentatives d’enlèvement sous la menace d’un couteau. Elles ont toutes réussi à s’échapper ou à mettre l’agresseur en fuite en attirant l’attention de passants. »

Bien qu’un suspect ait été interpellé le 22 avril, il avait rapidement été innocenté. Grâce aux descriptions de plusieurs témoins, les forces de l’ordre ont pu définir le profil de l’agresseur, désormais activement recherché. Ces derniers jours, ils font du porte-à-porte pour mettre en garde les habitants.

« On fait encore plus attention que d’habitude, admet Swann, papa de trois jeunes enfants. On voit aussi que les policiers sont présents, c’est rassurant. » Mais à la sortie de l’école Ludovic Piette, tout le monde ne reste pas si calme. « Je deviens parano », avoue cette maman célibataire. « On ne les laisse plus jouer dehors jusqu’à 18 heures comme avant », confie un groupe de trois autres mères inquiètes.

Pourtant, l’équipe pédagogique tente d’apaiser les psychoses. « Les enfants ne sont pas trop perturbés donc on évite d’en parler à l’école, confirme-t-on dans la cour de récréation. On rappelle juste aux parents de ne pas les laisser sans surveillance. »

leparisien.fr http://www.leparisien.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
0 + 3 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10