|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
20 Personne(s) en ligne (19 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 20

plus...

Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich."J'ai imaginé" : à son procès en appel, Heaulme confronté à ses déclarations sur Montigny-lès-Metz.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 18/12/2018 12:53:05

Au début de la troisième semaine de son procès en appel à Versailles pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz, Francis Heaulme a répondu lundi par la dénégation ou le silence.

«J'ai imaginé» : confronté à ses différentes versions de la journée du 28 septembre 1986, Francis Heaulme a répondu lundi par la dénégation ou le silence, au début de la troisième semaine de son procès en appel à Versailles pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz. L'accusé, qui a toujours nié le double crime pour lequel il a été condamné à la perpétuité en première instance, a été une nouvelle fois interrogé sur ce dimanche de septembre au cours duquel deux garçons de 8 ans ont été tués à coup de pierre sur un talus ferroviaire.

Devant les assises des Yvelines, il a reconnu être passé à deux reprises près des voies de chemin de fer ce jour-là, avoir vu un groupe d'enfants jeter des pierres, mais ne jamais être monté sur le talus. Lundi, le président de la cour d'assises a rappelé une version de 2002, dans laquelle Heaulme disait avoir vu Henri Leclaire - mis depuis définitivement hors de cause - descendre le talus avec «du sang sur les mains».

"Des éléments un peu troublants"
Puis le magistrat a cité une autre version de 2006, sur laquelle Heaulme est revenue. Cette fois, il disait avoir vu un homme qui «battait les enfants» sur le talus, s'enfuir «en boitant». En voulant le poursuivre, il aurait alors «trébuché» sur les corps. «Je suis pas monté sur le talus, j'ai raconté que des conneries. On me lâchait pas sans arrêt, y avait du chantage», s'est défendu Heaulme dans le box. «J'ai imaginé», a-t-il ajouté.

«Seulement il y a quand même des éléments un peu troublants», a poursuivi le magistrat. «Vous dites [que] cet homme boitait de la jambe droite» et ce jour-là, «vous aussi vous boitiez du pied droit». «Je n'ai pas monté le talus. Ce n'est pas moi», a insisté l'accusé. «Dans d'autres meurtres pour lesquels vous avez été condamné, vous allez très souvent dire que vous avez été témoin», a tenté le magistrat, énumérant des exemples. Réponse: «Je sais plus».


Le président a alors souligné qu'il n'avait pas répondu à l'appel à témoins après le double-meurtre. Sur ce sujet, Heaulme a dit une fois qu'il avait peur d'être «suspecté de quelque chose». «En 1986, vous n'êtes pas connu, pourquoi vous pensez qu'on peut vous suspecter ?» a demandé le magistrat. Heaulme est resté silencieux, a haussé les épaules. Le verdict est attendu vendredi.

AFP
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
0 + 0 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10