|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
14 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 14

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

La mère du petit Antoine, disparu en 2008 dans le Puy-de Dôme, et son ex-compagnon condamnés en appel dans le Var pour une affaire de meurtre.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 22/04/2018 10:08:25

Jugés en appel par la cour d’assises du Var dans le cadre d’une affaire de meurtre, Sébastien Ribière et son ex-compagne, Alexandrine Brugerolle de Fraissinette, la mère du petit Antoine, ont été condamnés respectivement à vingt ans de réclusion criminelle et deux ans de prison, vendredi soir.
Le verdict est tombé vers 23 heures, ce vendredi, à Draguignan. Après dix jours de débats, la cour d’assises du Var a condamné Alexandrine Brugerolle de Fraissinette, la mère du petit Antoine, disparu en 2008 à Issoire, à deux ans de prison pour recel de cadavre.

Son ex-compagnon, Sébastien Ribière, a écopé de vingt ans de réclusion criminelle pour meurtre (1). La première est ressortie libre du palais de justice, tandis que le second, déjà incarcéré dans le cadre d’une affaire de trafic de stupéfiants, a été aussitôt reconduit en détention.

Ils étaient jugés, en appel (2), pour le meurtre de Carine Desiles, 33 ans, dont le corps avait été retrouvé dans la baignoire d’un appartement marseillais, en juin 2011.

Le jeune couple était hébergé à cette époque chez la victime, avec laquelle il aurait été en litige à propos d’un paquet de 500 g de cocaïne. Sébastien Ribière et Alexandrine Brugerolle de Fraissinette avaient été interpellés un an plus tard, dans leur maison du Lubéron.

Un pourvoi en cassation déposé
Me Jean-François Canis, l’avocat de M. Ribière (Alexandrine Brugerolle était défendue par Me Anne-Laure Lebert, NDLR), a annoncé, dès hier matin, son intention de se pourvoir en cassation.


« Nous avons été confrontés à des pratiques inédites lors de ce procès en appel, a-t-il regretté, hier matin. Le président de la cour a ainsi évoqué les témoignages de jurés du procès en première instance qui auraient été choqués, après l’annonce de l’acquittement de mon client, de la réaction triomphale qu’il aurait eue. On comprenait ainsi que ces jurés regrettaient leur décision. Nous estimons que cela porte atteinte à l’indépendance des jurés et au secret des délibérations. Donc aux droits de la défense. Il y a également des confidences faites par certains témoins, dans la salle des témoins, alors qu’ils sont normalement astreints au silence. Cela fait partie des points que nous allons soulever en cassation ».

Christian Lefèvre

(1) L’avocat général avait requis vingt-cinq ans de réclusion à l’encontre de Sébastien Ribière et deux ans d’emprisonnement pour son ancienne conjointe.

(2) Le jeune couple avait été acquitté, en première instance, en 2016, par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône.

L'affaire Antoine.

Sébastien Ribière et Alexandrine Brugerolle de Fraissinette ont été mis en examen en 2017, pour homicide involontaire, recel de cadavre, modification de l’état des lieux d’une scène de crime et dénonciation mensongère ayant entraîné de vaines recherches, dans le cadre de la disparition du petit Antoine, en septembre 2008, à Issoire. Ils ont contesté ces mises en examen, le 6 mars dernier, devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Riom, qui doit rendre sa décision mardi.


https://www.lamontagne.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
7 - 3 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10