|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
18 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 18

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Re :Un vaste réseau d'esclaves découvert en Roumanie, 90 personnes au total sont suspectées de "trafic de personnes et de trafic de mineurs"!!!

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 14/07/2016 15:44:45

Image originale

© ap.

Cinq personnes, dont deux enfants, qui vivaient enchaînées et exploitées par des familles d'une commune du sud de la Roumanie, ont été libérées mercredi par la police dans le cadre du démantèlement d'un réseau de traite d'êtres humains, ont annoncé des sources judiciaires.


Quatre-vingt-dix personnes au total sont suspectées de "trafic de personnes et de trafic de mineurs" dans cette affaire. La justice soupçonnent également des viols et des agressions sexuelles à leur encontre.

Les enquêteurs sont intervenus dans une maison de la commune rurale de Berevoiesti, à 170 km au nord de Bucarest, où ils ont découvert les victimes "attachées avec des chaînes ou des sangles", "battues" et "humiliées", "privées de nourriture ou recevant des restes", selon les procureurs chargés de la criminalité organisée (DIICOT).

Les victimes auraient été "enlevées dans des lieux publics - près d'églises ou de gares - ou à leur domicile". Elles étaient ensuite contraintes à "faire le ménage, s'occuper des animaux ou couper illégalement du bois et le transporter à cheval", selon le parquet.


Le réseau, constitués d'habitants de Berevoiesti selon les premiers éléments de l'enquête, est soupçonné d'avoir réduit au rang d'esclaves une quarantaine d'adultes et de mineurs depuis 2008.

Les autorités ont mené mercredi quarante perquisitions dans cette commune et saisi plus de 50.000 euros ainsi que trois fourgonnettes et neuf tronçonneuses.

http://www.7sur7.be/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
3 + 3 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10