|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
9 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 9

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Re : Il faut que ça se sache, c'est inadmissible ! Autistes filmés à leur insu : scandale dans un centre spécialisé !

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 30/06/2016 11:55:14

La maison d’accueil spécialisée pour autistes (MAS) Vercors, à Nandy en Seine-et-Marne, est au coeur d'un scandale.

La raison ? Des caméras ont été installées dans les couloirs et les chambres de cet établissement d'une dizaine de places. Depuis sept ans, elles filment les patients 24 heures/24, et ce, à leur insu, sans avoir sollicité les autorisations nécessaires, révèlent nos confrères du Parisien.
Le Défenseur des droits saisi

Certaines familles dénoncent aujourd'hui des pratiques "inadmissibles". Le Défenseur des droits a été saisi. Pointant un cas de "maltraitance délibéré", il somme la direction "de cesser les pratiques illégales en sollicitant les autorisations requises, en informant les personnes concernées et en adoptant un usage de la vidéosurveillance raisonné et respectueux de la vie privée". Il se réserve par ailleurs le droit de saisir la justice.

La sécurité comme argument


Un ancien éducateur a expliqué au Parisien que les caméras étaient là "pour intervenir rapidement", notamment dans les cas de graves crises d'épilepsie. Depuis décembre dernier, la direction de l'établissement a changé. Aussi, la nouvelle directrice précise au journal que "les caméras ne sont dirigées que vers les lits", que les demandes d'autorisations à la Cnil notamment, sont désormais parties, et que les familles seront consultées au mois d'août pour savoir si elles veulent ou non garder le dispositif de vidéosurveillance.

http://www.estrepublicain.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
2 + 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10