|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
13 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 13

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Re :Poster des photos de ses enfants sur Facebook = DANGER !!!

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 24/02/2016 12:24:15

Jay Parikh, vice-président de l’ingénierie chez Facebook, a donné une conférence au sujet de l’importance de sauvegarder la vie privée des mineurs sur le réseau social le plus utilisé au monde. Il a notamment évoqué la création d’une notification servant à alerter les parents lorsque ceux-ci mettent en ligne des photos de leurs enfants sur un profil public.

Aujourd'hui, nombreuses sont celles qui décident d'annoncer un heureux évènement sur Facebook. Semaine après semaine, leurs amis virtuels peuvent suivre (avec joie) l’expansion de leur ventre rond, mis en scène avec de savantes techniques artistiques (généralement un selfie dans un décor de salle de bain). Et puis le jour-J arrive. L’enfant naît. L’avalanche de clichés mignons commence, charriant son lot de likes et de félicitations. Si cette envie de partager l’arrivée d’un enfant avec ses proches est légitime, publier des photos de lui pose divers problèmes, et notamment, à terme, celui du droit à l'image.

Les parents censés protéger l’image de leurs enfants

ligne des photos de leurs enfants sur un profil public.
En ce moment

Votre séjour de rêve en amoureux
Remportez votre séjour dans une cabane perchée de luxe
Rouler en Leaf, c'est comment ?
Elles ont testé la voiture électrique !

Aujourd'hui, nombreuses sont celles qui décident d'annoncer un heureux évènement sur Facebook. Semaine après semaine, leurs amis virtuels peuvent suivre (avec joie) l’expansion de leur ventre rond, mis en scène avec de savantes techniques artistiques (généralement un selfie dans un décor de salle de bain). Et puis le jour-J arrive. L’enfant naît. L’avalanche de clichés mignons commence, charriant son lot de likes et de félicitations. Si cette envie de partager l’arrivée d’un enfant avec ses proches est légitime, publier des photos de lui pose divers problèmes, et notamment, à terme, celui du droit à l'image.
Les parents censés protéger l’image de leur enfant

Pour protéger la vie privée et le droit à l’image des enfants, Jay Parikh, vice-président de l’ingénierie de Facebook, a évoqué la création d'un nouvel outil lors d’une conférence à Bloomsbury, le 11 novembre dernier. Il s’agirait de notifier aux parents qu’ils ont publié une photo de leur enfant alors que celui-ci est mineur et que leur compte est visible par tous. « Si je devais publier une photo de mes enfants jouant au parc et qu’accidentellement je le partageais en public, ce système pourrait dire : "Hey, attends une minute, c’est une photo de tes enfants. Normalement tu ne les envoies qu’aux membres de ta famille, es-tu sûr de vouloir faire ça ?" Voilà une idée parmi d’autres à laquelle pense Facebook pour faire face au phénomène […]»

Cette petite alerte pourrait effectivement amener les parents à réflechir avant d'inonder leur timeline à la moindre grimace de leurs enfants. Car ces dernières années, avec l'arrivée massive des adultes sur Facebook, le réseau s'est rempli des photos de petits qui vivent sous les projecteurs. « On reproche souvent aux adolescents leur comportement sur Internet, mais les parents ne sont pas mieux », assure Éric Delcroix, spécialiste du web 2.0 et de l’identité numérique. « Il faut penser à l’après. Les enfants traversent des âges auxquels ils n’ont pas envie d’être pris en photo et encore moins que celles-ci soient publiées », certifie l’expert. Lui-même père de famille, il confie avoir déjà demandé à ses filles si elles étaient d’accord pour être affichées sur son profil.

Si beaucoup n'y voient pas malice, publier des photos de ses bambins n'est pas anodin. C'est les exposer à la vue de tous et peut-être, à celle de prédateurs du net. Mais aussi leur créer une sorte de casier numérique qui les suivra jusqu'à leur vie adulte. Un comble quand on sait combien les autorités insistent pour sensibiliser en classe les adolescents aux usages du net et au fait que rien ne s'oublie une fois publié sur un réseau.

La cause de conflits familiaux futurs ?


ligne des photos de leurs enfants sur un profil public.
En ce moment

Rouler en Leaf, c'est comment ?
Elles ont testé la voiture électrique !
Votre chauffeur privé VIP à la demande
30 courses en eCab VIP à gagner

Aujourd'hui, nombreuses sont celles qui décident d'annoncer un heureux évènement sur Facebook. Semaine après semaine, leurs amis virtuels peuvent suivre (avec joie) l’expansion de leur ventre rond, mis en scène avec de savantes techniques artistiques (généralement un selfie dans un décor de salle de bain). Et puis le jour-J arrive. L’enfant naît. L’avalanche de clichés mignons commence, charriant son lot de likes et de félicitations. Si cette envie de partager l’arrivée d’un enfant avec ses proches est légitime, publier des photos de lui pose divers problèmes, et notamment, à terme, celui du droit à l'image.
Les parents censés protéger l’image de leur enfant

Pour protéger la vie privée et le droit à l’image des enfants, Jay Parikh, vice-président de l’ingénierie de Facebook, a évoqué la création d'un nouvel outil lors d’une conférence à Bloomsbury, le 11 novembre dernier. Il s’agirait de notifier aux parents qu’ils ont publié une photo de leur enfant alors que celui-ci est mineur et que leur compte est visible par tous. « Si je devais publier une photo de mes enfants jouant au parc et qu’accidentellement je le partageais en public, ce système pourrait dire : "Hey, attends une minute, c’est une photo de tes enfants. Normalement tu ne les envoies qu’aux membres de ta famille, es-tu sûr de vouloir faire ça ?" Voilà une idée parmi d’autres à laquelle pense Facebook pour faire face au phénomène […]»

Cette petite alerte pourrait effectivement amener les parents à réflechir avant d'inonder leur timeline à la moindre grimace de leurs enfants. Car ces dernières années, avec l'arrivée massive des adultes sur Facebook, le réseau s'est rempli des photos de petits qui vivent sous les projecteurs. « On reproche souvent aux adolescents leur comportement sur Internet, mais les parents ne sont pas mieux », assure Éric Delcroix, spécialiste du web 2.0 et de l’identité numérique. « Il faut penser à l’après. Les enfants traversent des âges auxquels ils n’ont pas envie d’être pris en photo et encore moins que celles-ci soient publiées », certifie l’expert. Lui-même père de famille, il confie avoir déjà demandé à ses filles si elles étaient d’accord pour être affichées sur son profil.

Si beaucoup n'y voient pas malice, publier des photos de ses bambins n'est pas anodin. C'est les exposer à la vue de tous et peut-être, à celle de prédateurs du net. Mais aussi leur créer une sorte de casier numérique qui les suivra jusqu'à leur vie adulte. Un comble quand on sait combien les autorités insistent pour sensibiliser en classe les adolescents aux usages du net et au fait que rien ne s'oublie une fois publié sur un réseau.

La cause de conflits familiaux futurs ?


Des conflits émergent déjà au sein des couples, notamment lorsque les parents sont divisés sur la question d'exposer les enfants sur les réseaux. « L’article 9 du Code Civil, qui porte sur le droit à l’image, explique que les parents sont en charge de protéger l’image de leur enfant, explique Me Viviane Gelles, avocate spécialisée en droit de l’Internet à Lille. Lorsque le couple est séparé, les parents doivent se consulter et se demander mutuellement le droit de publier l'image. Faute de quoi, l’un comme l’autre peuvent se poursuivre en justice », ajoute l'avocate.

« D'ici quelques années, des procès d’enfants reprochant à leurs parents d’avoir publié des photos d’eux lorsqu’ils étaient plus jeunes pourraient tout à fait avoir lieu »,
anticipe encore Éric Delcroix.

Pour rappel : si d’ici quelques années les enfants se sentent victimes d’atteinte à la vie privée par leurs propres parents, ces derniers pourront exiger des dommages et intérêts.
Dans le cas où les contentieux seraient d'ordre pénal, c'est à dire lorsque l'on diffuse, capte ou transmet à la sphère publique sans le consentement de la personne l'intimité de sa vie privée, jusqu'à un an d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende sont encourus.

De quoi donner à réfléchir…

http://madame.lefigaro.fr/societe/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
1 + 2 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10