|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
21 Personne(s) en ligne (19 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 21

plus...

Re: Mort d'un enfant en colonie: le maire de la ville et l'association mise en cause réagissent.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 14/07/2014 13:44:26

Quatre jours après la mort d'Abdelrazak, 8 ans, lors d'un séjour en colonie dans l'Ariège, des questions demeurent. Mise en cause, l'association qui gère la colonie assure que "toutes les procédures ont été respectées". Le maire d'Ascou a lui aussi tenu à réagir.

Abdelrazak, 8 ans, est mort il y a quatre jours dans l'Ariège, où il passait ses vacances en colonie. Samedi, ses parents ont annoncé qu'ils portaient plainte pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger. Une autre famille pourrait elle aussi porter plainte, selon RTL. Les deux enquêtes devront déterminer les responsabilités de chacun.

Car de nombreuses questions restent en suspens: "pourquoi le centre a ouvert alors qu’on le sait l’eau n’était pas potable?", se demande Me Guillaume Bardon, avocat de la famille de l'enfant. "Pourquoi les parents n’ont pas été prévenus que leur fils souffrait d’une infection particulière le mardi soir? Pourquoi Abdelrazak n’a été hospitalisé que le lendemain matin?"



Particulièrement visée dans la plainte, l’association Marc et Montmija: c'est elle qui gère la colonie de vacances. Pour la première fois, l’un des responsables se confie à BFMTV, sous couvert d’anonymat. "Nous sommes bouleversés", raconte-t-il. "On comprend cette plainte mais toutes les procédures ont été respectées. Cela fait 30 ans que l’on reçoit des enfants. On en a reçu en tout une centaine de milliers sans jamais aucun problème", explique ce responsable.

Encore sous le choc, il ne s'explique pas ce qu'il s'est passé. "La directrice de la colonie était une maîtresse d’école de 35 ans expérimentée", indique-t-il. "Nous avions toutes les autorisations d’ouverture. Mais encore une fois, nous comprenons cette plainte. Nous comprenons la douleur des parents."

Le maire de la ville "comprend" la plainte


Des contrôles sanitaires avaient d’ailleurs été réalisés dans les cuisines de l’établissement au premier jour de la colonie le 7 juillet dernier. En attendant les résultats, les soupçons continuent de se porter sur l’eau du village. Là encore, l’incompréhension est totale: la procédure a suivi un cours normal. "A partir du moment où on a de l'eau impropre, c'est transmis directement au syndicat mixte départemental de l'eau, qui intervient pour la mettre en conformité", explique Claude Carrière, le maire d'Ascou. "S'il n'y arrive pas comme c'était le cas le 3 juillet, les habitations sont servies en eau potable en bouteille".

Interrogé par BFMTV, le maire a assuré "comprendre" la plainte de la famille de l'enfant décédé. Revenant sur son propre rôle dans l'affaire, le maire a déclaré qu'il "n'avais pas la responsabilité de couper l'eau dans le chalet" et que l'agence régionale de santé "n'avait pas interdit la consommation d'eau aux personnes normales". "La consigne était de boire de l'eau en bouteille, après elle peut être respectée ou pas respectée", a déclaré Claude Carrière.

Mais selon divers témoignages, la recommandation de ne pas consommer l’eau pour les personnes sensibles s’est transformée en interdiction totale après l’incident.

http://www.bfmtv.com/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
9 - 1 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10