|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
23 Personne(s) en ligne (22 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 23

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant. J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré. À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ : La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile : Problèmes majeurs Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site : Texte illisible, car trop petit Fenêtre d'affichage non configurée Éléments cliquables trop rapprochés Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google. Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
RAffaire Elodie Kulik : Willy Bardon condamné à trente ans de réclusion criminelle. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 06/12/2019 20:19
Elodie Kulik. Lors de la douzième journée du procès Bardon, Me Corinne Herrmann, avocate de la partie civile, a délivré une plaidoirie d'une grande force émotionnelle. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 06/12/2019 19:04
Elodie Kulik. Procès de Willy Bardon : les derniers mots pour emporter l'intime conviction des jurés Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 06/12/2019 19:02
Affaire Dutroux: Michel Lelièvre ne pourra rester que 6 mois maximum dans son centre pour SDF à Bruxelles: s’il ne trouve pas un autre logement, retour en prison! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 05/12/2019 16:39
Affaire Élodie Kulik : le témoignage bouleversant de son père à la barre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 05/12/2019 12:41
Meurtre d’Elodie Kulik. « Je n’y étais pas » : Willy Bardon maintient sa version. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 05/12/2019 11:46
Affaire Narumi Kurosaki : Le Chili a reçu de la France une demande d'extradition du suspect. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 05/12/2019 11:43
Procès de Willy Bardon : la volte-face du “frère de lait” fragilise l'accusation Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 04/12/2019 13:33
Jean-Marc Reiser, l'assassin présumé de Sophie Le Tan, sera-t-il rattrapé par l’affaire Hohmann ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 04/12/2019 13:08
Dans l'enquête sur l'assassinat de deux policiers à leur domicile en juin 2016, un individu de 37 ans fiché S a été interpellé lundi. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 04/12/2019 12:45

Les souffrances à Madaya sont «horribles» et «sans comparaison» en Syrie.

Publié par Walda Colette Dubuisson le 16-03-2017 (1207 lectures) Articles du même auteur
16/03/2017 :Ne restons pas insensibles à ces horreurs, nous ne sommes pas à l'abri !!!
La Syrie toute entière est devenue une "chambre de torture", s'alarme le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, estimant que le conflit qui entre dans sa septième année est "la pire catastrophe provoquée par l'homme depuis la Seconde Guerre mondiale".
***********************************
08/03/2017 :Pour échapper aux horreurs de la guerre, certains enfants syriens se suicident .........
*************************************
12/01/2016 STOP MALTRAITANCE !!! DONNEZ A MANGER AUX ENFANTS ET AIDEZ LES SUR PLACE !
Les habitants de la ville assiégée par le régime syrien meurent de faim. L’ONU tire la sonnette d’alarme.
Depuis deux mois, les réserves de nourriture sont épuisées, ce qui force les habitants à se nourrir de plantes et d’insectes.



http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=1115

« Ce que nous avons vu est assez horrible, il n’y avait pas de vie. Tout était très calme. Des rapports crédibles disent que des personnes sont mortes de faim (…) Ce que nous avons vu à Madaya est sans comparaison (…) par rapport à d’autres parties de la Syrie », a déclaré le représentant du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), Sajjad Malik, en téléconférence depuis Damas.

Assiégée depuis six mois


Il s’est dit « horrifié » par ce qu’il a vu, expliquant que les enfants en étaient réduits à devoir arracher de l’herbe pour survivre et qu’ils n’avaient quasiment rien d’autre à manger que de l’eau mélangée à des épices.

Un convoi d’aide humanitaire est entré lundi pour la première fois depuis octobre dernier à Madaya, ville syrienne assiégée depuis six mois par les forces armées du régime de Damas. D’autres convois sont prévus ces prochains jours, a déclaré M. Malik.

D’après les premières estimations, entre 300 à 400 personnes ont besoin d’une aide médicale d’urgence, selon les Nations unies.


http://www.lesoir.be/1091451/article/ ... sans-comparaison-en-syrie
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/03/2017 13:23  Mis à jour: 16/03/2017 13:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4962
 Rentrés en Belgique et en France, les « Les enfants de Daech », un « danger pour demain », estiment des responsables belges « Ils subissent un lavage de cerveau... »…
Publié le 16/03/2017 à 12:00 par AFP

Les enfants nés en Syrie de combattants du groupe Etat islamique (EI), "militairement entraînés dès l'âge de sept ou huit ans", pourraient constituer un "danger pour demain", ont estimé mercredi de hauts responsables belges experts des dossiers de terrorisme.


Note: réseau d'utilisation d'enfants pour en faire des "guerriers" : HONTE à cette ' maltraitance'

La Belgique compte encore quelque 160 personnes qui sont là-bas, des hommes et des femmes, et une vingtaine souhaitent rentrer" en Belgique, a expliqué à un groupe de journalistes l'un de ces responsables, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat à quelques jours du premier anniversaire des attentats revendiqués par l'EI qui ont fait 32 morts dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016.

Il n'y a pas de signe d'un prochain retour massif des combattants de Syrie et "la plupart de ceux qui veulent rentrer sont des femmes, qui veulent revenir parce que beaucoup d'enfants sont nés là-bas", a-t-il ajouté. Selon ce responsable, quelque "80" de ces derniers sont les enfants de combattants partis de Belgique.

Un chiffre "similaire" à celui des enfants nés de jihadistes originaires d'autre pays européens, a-t-il estimé, citant les chiffres de "80 pour les Pays-Bas" et de "200 ou 300 pour la France".


Ils subissent un lavage de cerveau...

"Même s'ils ne représentent pas une menace immédiate, ils pourraient être le danger de demain", a poursuivi le responsable belge, selon qui, outre les 80 toujours en Syrie, "18 sont déjà rentrés". "Nous savons qu'au sein de Daech (acronyme de l'EI en arabe), ces enfants, une fois qu'ils ont sept, huit ou neuf ans, reçoivent un entraînement militaire, qu'ils subissent un lavage de cerveau... Donc, bien sûr, ils deviennent un risque. Ils ont vu des atrocités, des bombardements. C'est une question délicate, complexe", a-t-il encore estimé.


Si, pour les mères, le parquet fédéral belge, chargé des dossiers de terrorisme, émet systématiquement des mandats d'arrêt, afin de permettre à un juge de déterminer à l'issue d'un procès si elles ont activement soutenu une organisation terroriste, les enfants suivent quant à eux une procédure différente, qui dépend des parquets locaux, a expliqué un autre responsable. "Pour les enfants, nous essayons bien entendu d'intégrer dès le début la dimension de protection sociale. Pour les adultes, une fois qu'ils sortent de prison, nous devons aussi engager un processus de déradicalisation", a encore expliqué cette source.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/03/2017 12:37  Mis à jour: 16/03/2017 12:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4962
 Re : "La pire catastrophe provoquée par l'homme depuis la Seconde Guerre mondiale". La Syrie entière est une "chambre de torture"
"Aujourd'hui, en quelque sens, l'ensemble du pays est devenu une chambre de torture: un lieu d'une horreur sauvage et d'une injustice absolue", a déclaré Zeid Ra'ad Al Hussein, lors d'un débat de haut niveau sur la Syrie devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU.

Le conflit, "cet immense raz-de-marée de sang et d'atrocités" qui entre dans sa septième année, est "la pire catastrophe provoquée par l'homme depuis la seconde Guerre mondiale", a-t-il estimé.

Il "a commencé avec des cas de torture: la détention et la torture, par des responsables des services de sécurité, d'un groupe d'enfants à Deraa qui avaient peint des graffitis anti-gouvernement sur le mur d'une école", a-t-il dit.

"Alors que les manifestations se multipliaient, le gouvernement a attaqué et mené la guerre contre son propre peuple, engendrant des mouvements rebelles, alimentant des extrémistes violents et préparant le terrain pour une guerre régionale et par procuration", a poursuivi le Haut-Commissaire.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 60.000 personnes sont mortes en six ans sous la torture ou à cause des terribles conditions de détention dans les prisons du régime.

Des enquêteurs de l'ONU ont accusé en février 2016 le régime de Damas d'"extermination" de détenus, affirmant que les morts massives de prisonniers étaient le résultat d'une "politique d'Etat".

"Même les appels désespérés du peuple d'Alep l'an dernier n'ont pas eu d'impact sur les dirigeants mondiaux dont l'influence pourrait contribuer à mettre fin aux combats", a déploré M. Zeid.

"Les veto" au Conseil de sécurité "ont maintes fois repoussé l'espoir de mettre fin à ce carnage insensé et ont empêché de renvoyer" la situation en Syrie devant la Cour pénale internationale, qui dispose d'un pouvoir juridictionnel sur les crimes internationaux, a-t-il critiqué.

Le guerre civile en Syrie a été déclenchée par la répression sanglante de manifestations pro-démocratie. Le conflit s'est complexifié depuis avec l'implication et l'intervention de plusieurs forces locales et étrangères faisant plus de 320.000 mort, selon l'OSDH, et déplaçant plus de la moitié de la population.

© Belga
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/03/2017 15:04  Mis à jour: 08/03/2017 15:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4962
 Re : Pour échapper aux horreurs de la guerre, certains enfants syriens se suicident ...
Selon un rapport de l'organisation internationale Save the Children, en Syrie, des enfants âgés d'à peine 12 ans s'automutilent, se droguent et vont même jusqu'au suicide afin d'échapper aux horreurs de la guerre qui dure depuis plus de 6 ans.


Au moins 3 millions d'enfants vivent dans des zones de guerre en Syrie et sont confrontés chaque jour aux bombardements aériens et aux tirs d'obus dans un conflit qui entame sa septième année.

Un enfant syrien sur quatre risque de développer des troubles mentaux. Au total, on parle de 2,5 millions de jeunes personnes vulnérables, selon un rapport de l'ONG Save The Children, intitulé "Invisible Wounds" (blessures invisibles) consacré à l'impact de la guerre sur la santé mentale des enfants. C'est le premier document aussi étoffé à ce sujet qui parait.

Depuis le début du conflit en 2011, près de 5 millions de Syriens ont fui le pays. 13,5 millions ont besoin d'aide urgente. Et parmi eux, la moitié sont des enfants, rapporte de son côté Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH).

Les entretiens menés auprès de plus de 450 enfants et d'adultes dans le cadre de ce rapport montrent un haut niveau de stress psychologique parmi les enfants. Quelque 84% d'entre eux ont évoqué comme première cause de leur stress les bombardements aériens et les tirs d'obus. Les enfants interviewés disent avoir trop peur que pour aller jouer dehors, ne vont plus à l'école et ont pour la plupart un proche ou un ami décédé. Les symptômes vécus par ces enfants sont variés. Ils vont de cauchemars, d'énurésie nocturne, à des explosions de colères, en passant par des envies suicidaires et de la dépression. 48% des adultes ont aussi rapporté que les enfants avaient perdu leur capacité à s'exprimer ou développé des difficultés d'élocution depuis le début de la guerre.

"Il y a de cela 5 à 6 mois, un enfant de 12 ans s'est donné la mort. Nous n'avons jamais vu cela auparavant, même pas chez les adultes", déclare un des humanitaires dans le rapport. "Son père a été tué par une bombe. Ils ont essayé de lui faire comprendre que son père était devenu un martyr parti au paradis. Le gamin a donc cru que s'il se suicidait, il le reverrait. Il s'est suicidé."

Les enfants de la ville syrienne de Madaya sont "psychologiquement démolis et épuisés", selon un enseignant cité dans le rapport de l'ONG. "Ils dessinent des enfants qui se font massacrer, ou des chars, ou le siège et le manque de nourriture". "Les enfants espèrent mourir pour aller au paradis et être ainsi au chaud, manger et jouer", raconte un autre enseignant de cette ville de Syrie.

La guerre en Syrie pourrait ainsi engendrer une génération "perdue" d'enfants en raison des traumatismes endurés sous les bombes, selon l'organisation humanitaire Save the Children. "Le risque d'avoir une génération brisée, perdue par les traumatismes et un stress extrême, n'a jamais été aussi grand", selon elle.
Une génération brisée

La psychologue Marcia Brophy a eu des contacts avec plus de 450 enfants syriens pour établir ce rapport. Elle déclare que les enfants vivent dans un état de stress continu, un "stress toxique" qui pourrait causer de sérieux problèmes de santé sur le long terme. "Le corps de ces enfants est dans un mode permanent de combat ou de fuite et l'augmentation constante du niveau de stress toxique aura certainement de grandes conséquences sur le long terme", selon la psychologue.

De plus en plus d'enfants s'automutilent, se droguent et passent au suicide, raconte-t-elle. Et cela, de plus en plus jeunes. "C'est très inquiétant. Mais ce n'est pas vraiment une surprise vu que ces enfants vivent dans un environnement très stressant. C'est une manière de réagir face à une situation anormale et stressante." La psychologue est d'avis que les communautés doivent davantage aborder les problèmes de santé mentale et que les organisations humanitaires doivent faire des soins de santé leur priorité. "C'est un sujet tabou, il est très difficile d'en parler. Quand il s'agit d'une situation conflictuelle qui perdure, nous devons prendre en compte la santé mentale et le soutien psychologique lors de chaque guerre."

http://www.levif.be/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/08/2016 13:02  Mis à jour: 28/08/2016 13:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4962
 Re : Les vidéos d'enfants syriens victimes de la guerre se multiplient et émeuvent le monde entier. Attention, certaines images peuvent heurter la sensibilité des internautes.
Cette vidéo déchirante de deux jeunes frères en Syrie émeut le monde entier: ils fondent en larmes à l'hôpital après un bombardement


Syrie: 5 ans après le début du conflit, les habitants d'Alep n'en peuvent plus

Le conflit en cours en Syrie ravage le pays depuis 5 ans maintenant et le régime de Bachar al-Assad ne lâche rien. Les habitants vivent sous le coup de menaces et de bombes. La rédaction de RTLinfo précise que les images ci-dessus montrent l'horreur de la guerre. Elles peuvent heurter les personnes sensibles.


Des images tournées à Alep, en Syrie, montrent deux enfants en pleurs. Il s'agirait de deux frères, rapporte notre journaliste Mathieu Col. Ils viendraient de se retrouver après un bombardement. Un troisième frère serait, lui, mort sous les bombes. Des barils d'explosifs ont été largués par hélicoptère. Selon l'observatoire syrien des Droits de l'Homme, c'est l'armée de Bachar el-Assad, le président syrien, qui en est à l'origine. En effet, ce quartier d'Alep est considéré par le gouvernement comme étant rebelle.

CLIC ICI pour voir la suite L'attaque a fait de nombreux morts, dont 11 enfants. Les corps inanimés ont été évacués.
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10