|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non résolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
21 Personne(s) en ligne (21 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 21

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans Ă  nous deux.
Depuis 22 ans nous portons Ă  bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Maisy Odjick.( RAPPEL)

Publié par Walda Colette Dubuisson le 12-02-2020 (1632 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée


Image redimensionnée


05/06/2019 : (ENFFADA) ->La tante de Maisy Odjick, disparue de Kitigan Zibi, applaudit les recommandations du rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, rendu public lundi, à Gatineau.
Les Autochtones sont victimes d'un génocide qui vise particulièrement les femmes, lit-on dans le rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) dont Radio-Canada a obtenu copie. Les commissaires lancent 18 « appels à la justice » en guise de recommandations, dont la création d'un ombudsman et d'organismes de surveillance de la police.
****************************************
06/09/2018 : 10 ans que de Maisy Odjick s'est volatilisée : NE L'OUBLIONS PAS !
La Sûreté du Québec (SQ) installera à compter de 13h, jeudi, un poste de commandement sur le territoire de la communauté algonquine de Kitigan Zibi, située tout près de Maniwaki, afin de recueillir des informations sur la disparition de deux adolescentes survenue il y a 10 ans, le 6 septembre 2008.
La SQ a déjà écarté la thèse du départ volontaire des deux femmes qui avaient 16 ans à l'époque de leur disparition.
*******************************
30/05/2018 : TOUJOURS AUCUNE NOUVELLE …
En septembre prochain, cela fera 10 ans que les proches de Maisy Odjick et Shannon Alexander sont sans nouvelles des deux adolescentes.( Vidéo)
Les familles de Maisy et Shannon continuent de s’accrocher à l’espoir, qu’un jour, leurs prières se réalisent.
***********************************
21/07/2017 :La SQ met un terme aux recherches à Maniwaki…«Nos recherches n'ont pas permis de retrouver des indices, mais l'enquête se poursuit», affirme la porte-parole de la SQ, Martine Asselin.
Les gens croyant détenir des informations au sujet de ces disparitions peuvent communiquer avec la centrale d'information criminelle de la SQ au 1-800-659-4264. https://www.sq.gouv.qc.ca/centrale-de-linformation-criminelle/
************************************
20/07/2017 : 20/07/2017 : Disparition de deux ados (Maisy Odjick et son amie Shannon Alexander
): percée majeure près de 10 ans plus tard…
Grâce à de nouvelles informations récemment obtenues du public, la Sûreté du Québec vient d’orienter ses recherches vers une rivière longeant le chemin Paganakomin Mikan
***************************************

Janvier 2016 :
La Sûreté du Québec fait de nouveau appel à la population dans le but de recueillir des informations pouvant faire avancer l’enquête sur la disparition de Maisy Odjick, de Maniwaki.

La femme âgée aujourd’hui de 23 ans, est disparue depuis plus de sept ans, soit depuis le 6 septembre 2008. Elle a été vue pour la dernière fois dans un domicile de Maniwaki.



http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=1133

Plusieurs recherches et vérifications ont été effectuées pour tenter de la retrouver, en collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada, la Police provinciale de l’Ontario et le Kitigan Zibi Anishinabeg police department, mais sans succès. De plus, les organismes Enfant-retour Québec et Missing Children Society of Canada ont également collaboré aux recherches.



Description physique de Maisy Odjick:

Taille : 1,78 m (5 pi 10 po)
Poids : 54 kg (120 lb)
Cheveux : Noirs
Yeux : Bruns
Langue parlée : anglais
Particularité : Un perçage à la narine gauche et 2 à la lèvre inférieure, aucun tatouage connu en 2008.



La Sûreté du Québec a fait produire un portrait pour suggérer l’apparence qu’aurait Maisy Odjick aujourd’hui.

Rappelons que toute information sur cette disparition peut être transmise à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264 ou l’organisme Échec aux crimes au 1 800 711-1800.


http://www.sq.gouv.qc.ca/personnes-disparues/maisy-odjick.jsp
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent Ă  leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 12/02/2020 13:04  Mis Ă  jour: 12/02/2020 13:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Disparition Maisy Odjick.( VidĂ©o)


La Sûreté du Québec demande la collaboration de la population afin de retrouver Shannon Alexander, 17 ans de Maniwaki et Maisy Odjick, 18 ans, de Kitigan Zibi, disparues depuis le 6 septembre 2008.

Description physique de Maisy Odjick: Taille: 1,83 m (6'0'') Poids: 57 kg (126 lb) Cheveux: bruns Yeux: bruns Signes distinctifs : Elle parle en anglais et a la lèvre inférieure et la narine gauche de percées. Elle a aussi une cicatrice sur le haut du sourcil droit et cicatrice sur l’avant-bras gauche. Toute information concernant les allées et venues de Shannon Alexander et Maisy Odjick peut être communiquée à la Centrale d'information criminelle de la Sûreté du Québec, au 1 800 659-4264.
RĂ©pondre
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 05/06/2019 16:25  Mis Ă  jour: 05/06/2019 16:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Maisy Odjick. Les Autochtones sont victimes d'un gĂ©nocide qui vise particulièrement les femmes, lit-on dans le rapport final de l'EnquĂŞte nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinĂ©es (ENFFADA) .
(ENFFADA) ->La tante de Maisy Odjick, disparue de Kitigan Zibi, applaudit les recommandations du rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, rendu public lundi, à Gatineau.
Les Autochtones sont victimes d'un génocide qui vise particulièrement les femmes, lit-on dans le rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) dont Radio-Canada a obtenu copie. Les commissaires lancent 18 « appels à la justice » en guise de recommandations, dont la création d'un ombudsman et d'organismes de surveillance de la police.

Enquête sur les femmes autochtones : le rapport dénonce un « génocide canadien »
Lire la suite et voir vidéo -> https://ici.radio-canada.ca/espaces-au ... enffada-enquete-nationale

ENFFADA : La tante d’une adolescente disparue de Kitigan Zibi applaudit les recommandations …

Radio-Canada
La tante d'une adolescente autochtone disparue voilà plus de dix ans de son domicile de Maniwaki applaudit les recommandations du rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, rendu public lundi, à Gatineau.
Ce sont des appels à l’action et à la reconnaissance de l’importance des femmes autochtones, a dit Maria Jacko, dont la nièce, Maisy Odjick, est portée disparue avec son amie Shannon Alexander depuis septembre 2008.

Maisy Odjick, âgée de 16 ans à l’époque, et son amie qui, elle, était âgée de 17 ans, ont été vues pour la dernière fois à la résidence de cette dernière.

Le rapport, intitulé « Réclamer notre pouvoir et notre place », décrit les meurtres et la disparition d’entre 2000 et 3000 femmes et filles autochtones comme un génocide basé sur le genre, a déclaré la commissaire Marion Buller, lundi.
Meilleure formation des policiers

La commissaire demande au gouvernement fédéral d’adopter plus de 200 recommandations où l’on retrouve notamment des formations en matière de sensibilité culturelle pour les forces de l’ordre et la création d’un plan national pour s’assurer de l’accessibilité équitable à la sécurité, à l’emploi et aux soins de santé.
Nous avons besoin de policiers avec des compétences culturelles ici et partout au Canada, parce que nous sommes marginalisés et pas assez importants.

Maria Jacko
Mme Jacko a mis sur pied un site Internet un mois après la disparition de sa nièce et de son amie dans le but de recueillir de l’information au sujet des adolescentes.
Pourquoi devrions-nous faire de travail des policiers?, a-t-elle demandé.
Mme Jacko a applaudi la recommandation demandant une approche d’équipe lorsqu’une fille autochtone disparaît.

Tant la Sûreté du Québec que les forces policières locales ont répondu trop lentement à la disparition des adolescentes, selon Mme Jacko. Dans notre cas, il n’y a eu aucune action des policiers pendant deux semaines, a-t-elle déploré.

Les policiers doivent être mieux formés. C’est essentiel, a-t-elle plaidé, particulièrement en ce qui a trait à Kitigan Zibi.

Le site Internet de Mme Jacko a attiré des douzaines de pistes de la part du public, mais, jusqu’à présent, aucune information n’a permis de retrouver les filles.
Avec chaque année qui passe, on se demande, qui cherche à les retrouver maintenant?, a-t-elle demandé.
Avec les informations de Laurie Fagan

-> https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1 ... tigan-zibi-recommandation
RĂ©pondre
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 30/05/2018 18:39  Mis Ă  jour: 30/05/2018 18:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 En septembre prochain, cela fera 10 ans que les proches de Maisy Odjick et Shannon Alexander sont sans nouvelles des deux adolescentes.
RĂ©pondre
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 20/07/2017 14:52  Mis Ă  jour: 20/07/2017 14:52
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Disparition de deux ados (Maisy Odjick et son amie Shannon Alexander): percĂ©e majeure près de 10 ans plus tard…
Une percée majeure dans une enquête de la Sûreté du Québec sur deux adolescentes disparues depuis presque 10 ans à Maniwaki a mené mardi au déploiement de plongeurs pour fouiller une rivière en Outaouais.

Maisy Odjick et son amie Shannon Alexander ont été vues pour la dernière fois le 6 septembre 2008, à Maniwaki, en Outaouais. Elles étaient âgées de 16 et 17 ans. Grâce à de nouvelles informations récemment obtenues du public, la Sûreté du Québec vient d’orienter ses recherches vers une rivière longeant le chemin Paganakomin Mikan.

TĂ©moins Ă  rencontrer
«Dans un dossier comme celui-ci, chaque nouvelle information doit être validée. Quelque part, quelqu’un sait certainement des choses, détient peut-être une pièce manquante du casse-tête qui pourrait nous aider aujourd’hui», a commenté la lieutenante Martine Asselin, de la SQ.

Ce sont des enquêteurs de l’escouade des crimes contre la personne qui se sont rendus sur place hier matin; ce qui confirme que l’hypothèse d’un geste criminel est privilégiée.

En après-midi, des plongeurs ont amorcé les recherches dans les eaux de la rivière et les ont poursuivies jusqu’en fin de journée. Les fouilles devraient reprendre aujourd’hui.

Des techniciens en scène de crime s’y trouvent également. En plus d’effectuer de nouvelles recherches, les policiers doivent également rencontrer une vingtaine de personnes, a-t-on appris.

Au fil de l’enquête, les enquêteurs ont exclu plusieurs hypothèses, dont celles de la fugue. Rien dans le cadre familial ou social ne pourrait en effet expliquer que Maisy et Shannon aient pu partir d’elles-mêmes.

«Les gens doivent savoir que ces deux filles étaient importantes. Elles sont des êtres humains, nous devons savoir ce qui leur est arrivé. Je ne peux pas croire que deux adolescentes peuvent disparaître ainsi, sans que personne ne sache rien ou ne voie rien », avait dit au «Journal de Montréal», en 2015, Laurie Odjick, la mère de Maisy.

Photos retouchées
Les policiers venaient alors de rendre publiques les photos des deux adolescentes, retouchées par un artiste de la GRC, afin d’illustrer ce à quoi elles pourraient ressembler aujourd’hui. La SQ espérait alors faire délier des langues et ainsi permettre aux familles des jeunes filles de tourner la page.

Après la disparition des adolescentes en 2008, les policiers avaient rencontré une centaine de personnes. Les informations obtenues les avaient menés à effectuer des vérifications ailleurs au Canada, ainsi qu’aux États-Unis.


http://www.tvanouvelles.ca/2017/07/19 ... -pres-de-10-ans-plus-tard
RĂ©pondre
DĂ©poser un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
0 + 5 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10