|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
19 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 19

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
L’enquête sur la noyade de la petite Léa à Mairieux s’oriente vers la piste criminelle... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/05/2018 14:42
Tentatives d'enlèvements de mineurs : Un mandat d’arrêt européen va être lancé pour permettre à la justice française d’entendre Vivian Coçu. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/05/2018 13:14
Disparition inquiétante de Léa Petitgas, 20 ans. Cinq mois d’énigme… Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/05/2018 14:37
Scandale de pédophilie: tous les évêques chiliens remettent leur démission au pape... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/05/2018 13:45
Après deux tentatives d’enlèvement sur des jeunes filles à Bertrix et Han-sur-Lesse, Vivian Coçu est aussi impliqué dans un enlèvement en France. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/05/2018 10:06
De plus en plus d’enfants suicidaires ... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/05/2018 12:59
Meurtre d’Angélique : Des fichiers pédopornographiques se trouvaient sur l’ordinateur de David Ramault. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/05/2018 11:13
Les parents du petit Gregory Villemin demandent que Murielle Bolle et les époux Jacob soient remis en examen.Dès la semaine prochaine le procureur général de Dijon Jean-Jacques Bosc va demander de nouvelles mises en examen. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/05/2018 08:49
Michel Fourniret . "L'ogre des Ardennes", qui a avoué récemment deux nouveaux meurtres, n'en a pas fini avec les enquêteurs et les magistrats, notamment dans l'affaire Estelle Mouzin. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/05/2018 15:23
Estelle Mouzin ;La colère de son père contre les enquêteurs. La police a-t-elle renoncé à retrouver Estelle Mouzin ? C'est ce que dénoncent Eric Mouzin et ses avocats. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/05/2018 15:02

Après avoir tué son fils (Haroun, 22 mois), la mère l’a mis dans la machine à laver…

Publié par Walda Colette Dubuisson le 28-02-2016 (1005 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée


TROP, BEAUCOUP TROP D'ENFANTS MALTRAITES !!! CA NE DEVRAIT PAS EXISTER !!!

FRANCE : Drancy : Une étape supplémentaire dans l’insoutenable a été franchie avec le récit de l’infanticide du petit Haroun, 22 mois, à Drancy. La mère, meurtrière présumée, 28 ans, a reconnu les faits pendant ses 48 heures de garde à vue.


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=1163

Interrogée dans les locaux de la sûreté départementale depuis mardi dernier, elle avait confirmé les déclarations de son mari. Le petit garçon de 22 mois avait été frappé violemment et projeté au sol. Elle a expliqué l’avoir «boxé ».

Elle a mis le corps inanimé dans le tambour et enclenché un programme

Après s’être déchaînée sur son enfant, elle a révélé un scénario encore plus atroce. Alors que l’enfant ne bouge plus, elle entreprend cet acte insensé. Voulant faire disparaître les traces des violences, elle introduit le petit corps dévêtu dans le tambour du lave-linge puis elle enclenche un programme. Elle sort l’enfant de la machine puis le rhabille et le dépose, inerte, dans son lit.

Lorsqu’elle réalise que l’irréparable a été commis, elle appelle son mari au téléphone. Celui-ci découvrira son bébé couvert d’hématomes, ne bougeant plus. Le père prend le chemin des urgences de l’hôpital privé du Blanc-Mesnil. L’équipe médicale ne peut que constater le décès de l’enfant. L’autopsie révélera que la petite victime était déjà morte quand sa mère l’a jeté dans le lave-linge.

La mère aurait frappé son enfant «par rage»

Le médecin a écarté l’hypothèse d’une crise de démence. La mère a dit qu’elle avait frappé son enfant «par rage ». Avant de se déchaîner sur Haroun, elle aurait expliqué qu’elle était rentrée d’un rendez-vous médical «de mauvais poil ». Seule à la maison, elle s’est défoulée sur le petit.

Cette famille présentée comme «socialement carencée », n’était pourtant pas suivie par les services sociaux. Lors de son audition, «elle pleurait surtout sur son sort », indique-t-on de sources proches de l’enquête.

Une femme «sympathique, rigolote» selon une voisine

Dans le voisinage de la famille meurtrie, une rue pavillonnaire très tranquille, on tombe des nues. «Je ne comprends pas ce qui s’est passé. C’est une femme sympathique, rigolote, qui ne présentait pas le moindre signe d’agressivité », raconte, effondrée, sa voisine, elle aussi mère au foyer.

« J’allais de temps en temps chez elle, mes enfants jouaient avec le sien, et parfois c’est elle qui venait à la maison. Elle était aux petits soins avec son fils, comme une maman tout à fait normale… »

Un autre couple de voisins confirme : «Elle était aimable, et avec son mari, ils étaient discrets. Notre fenêtre donne sur leur jardin, on n’a jamais entendu aucun cri, aucune dispute ! »

Le père avait éloigné le fils aîné du foyer pour le protéger

Autre point troublant : le couple avait un autre enfant de 5 ans mais il ne vivait plus sous leur toit. Ce jeune garçon se trouverait actuellement en Algérie. Il y a deux ans, le père avait pris l’initiative de l’éloigner du foyer familial, déjà à l’époque, pour le protéger des violences sa mère.

Aucun signalement n’avait été fait à ce moment.
Vendredi, la mère infanticide a été écrouée. Une information judiciaire a été ouverte.
***********************
Ce vendredi la mère infanticide de Drancy a été placée en détention. Pour cet «homicide sur mineur de 15 ans », elle risque la prison à perpétuité. En garde à vue, cette femme de 28 ans aurait reconnu avoir «boxé » son petit garçon de 22 mois.

Précisant qu’elle l’avait «secoué violemment et projeté au sol », indique une source proche de l’enquête. L’autopsie ordonnée a bien confirmé que la petite victime était morte sous les coups. De multiples fractures et un traumatisme crânien ont été constatés.

Elle avait expliqué avoir agi lors d’une crise de démence


Mardi vers 18 h 30, le père s’était présenté aux urgences de l’hôpital privé de la Seine-Saint-Denis au Blanc-Mesnil. Dans ses bras, il tenait le corps sans vie de son bébé.
Le petit avait le visage tuméfié et était couvert d’ecchymoses. Les médecins n’avaient pu que constater le décès. Le papa avait déclaré avoir découvert, en rentrant du travail, son enfant dans cet état inanimé sur son lit. Mais il était déjà trop tard.

La mère, qui devait arriver quelques instants plus tard à l’hôpital, avait expliqué être l’auteur des violences et qu’elle avait agi sous le coup d’une «crise de démence ».


En garde à vue, elle a réitéré sa version. Le médecin qui l’a examinée n’a pourtant pas constaté de troubles mentaux caractérisés.

Le père a été remis en liberté

Vendredi, le père a été remis en liberté. Aucune charge n’a été retenue contre lui. Il a indiqué que la mère avait déjà martyrisé leur bébé. Mais aucun signalement n’avait été fait auprès des services sociaux.
Le petit garçon n’était pas le seul enfant du couple. Ces parents avaient un autre fils de 5 ans qui, ont-ils expliqué, vit en Algérie.


http://www.leparisien.fr/drancy-93700 ... ee-26-02-2016-5579871.php
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
8 - 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10