|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
8 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 8

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Disparition de Tiphaine Véron : le parquet de Poitiers ouvre une enquête pour enlèvement et séquestration. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/09/2018 15:37
La marraine d’Angelina, la petite fille de Sylviane Finck: «La justice va enfin pouvoir se faire»... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/09/2018 10:06
Affaire Dutroux: Jean-Denis Lejeune amer envers le monde politique à propos du projet de libération de Marc Dutroux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/09/2018 09:39
VIDEO. Autisme : quand toute une classe de CE1 remercie Paul pour lui avoir appris la différence, la patience, la bienveillance... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/09/2018 14:12
Le père d’Eefje va porter plainte contre Bruno Dayez, l’avocat de Marc Dutroux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/09/2018 12:01
Les parents d'Arthur Noyer passent « en mode guerrier ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/09/2018 16:03
Affaire Grégory Villemin La femme et la fille du juge Lambert vont poursuivre France 2 pour diffamation et atteinte à la mémoire d’un mort. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/09/2018 15:57
Nordahl Lelandais: pourquoi tant d'attente avant un procès ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/09/2018 09:30
Affaire Grégory Villemin : Murielle Bolle peut-elle faire annuler sa garde à vue de 1984 ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/09/2018 09:20
Disparus du fort de Tamié : l'homme sur les vidéos filmées en 2012 n'est pas Nordahl Lelandais. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/09/2018 10:39

Camille Cano, 20 ans. Décédé .....

Publié par Walda Colette Dubuisson le 07-04-2016 (1961 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée


FRANCE :
Triste nouvelle :
Comme le craignait sa famille, c'est bien le corps sans vie de Camille Cano qui a été repêché hier après-midi, à 15h30, dans la Garonne, au niveau du Bazacle, à Toulouse.
L'autopsie confirme l'identité de la victime qui serait morte des suites d'une hydrocution.

Nous présentons nos sincères condoléances à la famille, proches et amis .
R.I.P Camille ...


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=1200

L'inquiétude grandit à L'Isle-Jourdain, dans le Gers, où vit, et travaille, Camille Cano âgé de 20 ans. Mercredi soir, ce garçon qui porte une barbe épaisse qui met en valeur ses yeux verts est venu à Toulouse pour s'amuser avec un copain. Une soirée qui a commencé dans un restaurant de la rue Pargaminières et qui s'est poursuivie dans un bar de la rue des Blanchets, l'Ô Juice Bar.

«Nous sommes allés boire des verres au Ô Juice jusque vers 1 h 30. Après nous étions à l'extérieur. On a continué à discuter. Vers 2 heures, on a décidé de rejoindre la voiture», raconte Ben qui accompagnait Camille.
C'est en marchant vers la voiture, garé du côté du canal d e Brienne que Camille a disparu. «Je me suis arrêté pour satisfaire un besoin naturel. Quand je suis revenu sur la route, Camille ne se trouvait plus là. Je ne sais pas où il est allé», raconte Ben, inquiet d'avoir perdu son copain. «Il n'avait pas trop envie de rentrer. Peut-être est-il reparti en arrière», confie son ami, inquiet.

Parce que depuis cette heure, entre 2 et 3 heures jeudi, Camille Cano n'a plus donné de nouvelles. Ni à ses amis, ni à sa compagne Natacha effondrée, ni à la mairie de L'Isle-Jourdain où il travaille. «Nous avons fait le tour des hôpitaux de Toulouse, nous sommes allées au commissariat. Personne ne sait rien», confie un de ses proches.

« La dernière fois qu’il a été vu, c’était vers 3h du matin, près de la Garonne du côté de la place Saint-Pierre, décrit une source gendarmerie. Il était en compagnie d’un ami, qui l’a soudain perdu de vue. Tous deux étaient alcoolisés. »

Les recherches renforcées samedi 2 avril

Depuis, les recherches menées par la Gendarmerie sont en cours. Le témoignage d’un chauffeur routier a rapporté avoir vu un homme ivre marcher le long de la RN 124 entre Colomiers et L’Isle-Jourdain vers 4h jeudi matin. « S’il s’agit du chemin qu’aurait pu prendre Camille Cano pour rentrer chez lui, rien ne prouve pour l’instant que c’était effectivement lui », poursuit notre source.

Les recherches pour retrouver le jeune Gersois se sont intensifiées dans la journée de samedi, avec de nouveaux moyens d’action mis en œuvre. En fin de matinée, un hélicoptère a notamment survolé la RN 124 afin de vérifier la piste évoquée par l’automobiliste. Des recherches qui n’ont rien donné…

Au moment de sa disparition, Camille Cano portait un sweat gris et un pantalon de jogging noir. Mesurant 1,70 mètre, il a une barbe et des yeux verts.

Toutes personnes pouvant apporter des informations sur ce jeune homme sont priées de prendre contact avec la police via le « 17 » ou la gendarmerie (brigade de L’Isle-Jourdain) au 05 62 07 78 80. ( France)

Ou le poste de police d’urgence , numéro Européen : 112


http://actu.cotetoulouse.fr/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/04/2016 13:05  Mis à jour: 12/04/2016 13:05
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re :Comment sécuriser les abords de la Garonne ou du canal ? La question se repose après la mort, la semaine dernière d'un garçon de 20 ans, retrouvé dans le fleuve.
Il s'appelait Camille Cano et se faisait une joie de «bambouler» à Toulouse. Ce Gersois n'a pas survécu à sa soirée dans la nuit du 30 au 31 mars. Après une semaine d'inquiétude, son corps a été repêché à hauteur de la chaussée du Bazacle jeudi dernier. Camille, 20 ans, n'a pas survécu à une hydrocution. En recherchant sa trace sur les enregistrements vidéos des caméras qui «veillent» sur la place Saint-Pierre, les policiers l'ont retrouvé à 2 h 22. Sa manière de progresser ne laissait aucun doute sur son alcoolisation.

Avant lui, d'autres «fêtards» ont connu des sorts identiques. Fortuné un informaticien de 35 ans est tombé dans le canal du Midi début mars. Antoine a lui aussi chuté mais cette fois dans le canal de Brienne après une nuit de la Saint-Sylvestre 2015 prétexte à tous les excès. Cette liste macabre mentionne également le nom d'un autre Antoine, venu de Perpignan, et qui a plongé dans la Garonne le 20 décembre 2014 ou encore Iring, un Aveyronnais mort noyé en octobre 2014 après avoir, lui, sauté du pont Saint-Pierre à l'issue d'une soirée, toujours, très arrosée.


Alcool danger

«Malheureusement, ces drames ont toujours existé», lâche un officier de police qui se souvient d'un étudiant coréen, mort noyé dans le canal du Midi 15 jours après son arrivée à Toulouse. C'était en octobre 2007 et ce brillant étudiant venait de découvrir les soirées à la mode toulousaine. «Où sûrement on boit trop, juge un policier. Plus qu'avant ? Je l'ignore. Mais chez toutes ces victimes, les analyses montrent des excès d'alcool importants.»

La police ne tient pas de lignes statistiques sur ces événements tragiques qui s'accumulent depuis 2014. À qui la faute ? Chacun tourne la tête mais il va pourtant falloir trouver des solutions pour stopper cette trop longue série. Les idées ne manquent pas. L'une paraît simple à mettre en place : des caméras de surveillance vidéo qui garderaient un œil sur le fleuve. «Oui mais de nuit… Et puis les caméras tournent. C'est impossible de toutes les surveiller en même temps. Une noyade, c'est une affaire de minutes. Est ce que cela sera vraiment utile ?», interroge un spécialiste.

Christophe Vidal, ex «maire» de la nuit et président de Toulouse nocturne veut associer communication et prévention, avec une barge aux pieds des escaliers de Saint-Pierre. Et les policiers municipaux, déjà présents à Saint-Pierre et dans les lieux festifs de la ville ne pourraient-ils pas assurer une surveillance nocturne des quais de la Garonne ? Surtout entre 2 et 3 heures quand, à la sortie des établissements de nuit, les excès aux comptoirs se transforment en piège pour ceux qui se risquent sur les quais.


Jean Cohadon http://www.ladepeche.fr/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
0 + 5 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10