|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
13 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 13

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Affaire Arthur Noyer : Nordahl Lelandais : Une énième audition pour tenter d'éclaircir les circonstances du meurtre du caporal Arthur Noyer. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/07/2019 17:15
eurtre de Martine Escadeillas . Malgré le temps, le suspect reste en prison ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/07/2019 13:37
Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan. Affaire Sophie Le Tan : troisième audition pour le suspect ( En vidéo). Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/07/2019 16:18
Média SUISSE : QUI A VU ADRIEN? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/07/2019 13:09
RLes avocats du mari de la Theutoise Sylviane Finck contestent ses aveux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2019 14:45
Disparition de Mathieu Caizergues : un gendarme mis en cause se pourvoit en cassation. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2019 13:15
Disparition de Martine Escadeillas en 1986 près de Toulouse : le suspect demande sa remise en liberté. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2019 12:42
La famille de Fouzia milite pour l’extradition de Abdelkarim El Kadaoui ,le mari meurtrier. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/07/2019 12:27
La mère de la martyre de l'A10 demande sa mise en liberté... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/07/2019 18:50
Disparition de Théo Hayez en Australie: "Nous appelons la communauté à se mobiliser et poursuivre ce travail vital" ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 08/07/2019 17:32

Cédric Mahieu , le père suspecté d'infanticide interpellé..

Publié par Walda Colette Dubuisson le 11-12-2016 (4264 lectures) Articles du même auteur
11/12/2016 :Il était en cavale depuis six mois, suspecté d’avoir donné la mort à sa fille Léa, 3 ans. Un acte qu’il aurait commis pour se venger de son épouse avec qui il était en instance de divorce. ( voir vidéo 7 à 8 de TF1)
***********************************************
29/11/2016 : Après 6 mois de cavale, Cédric Mahieu, le père de la petite Léa âgée de 3 ans, soupçonné de l’avoir tuée, a été interpellé dans la région Paca. Pour l’heure, on ne connaît pas les circonstances précises qui ont conduit les enquêteurs jusqu’au suspect.
*******************************************
31/10/2016 ; cinq mois après le meurtre de Léa, sa mère raconte son combat quotidien, Après le meurtre de Léa, 3 ans, à Margencel, en mai dernier, sa mère, Blandine Guilloux témoigne pour que « l’affaire reste dans la lumière ». Cédric Mahieu, le père, est le principal suspect et est toujours recherché.
******************************************************
06/09/2016 :La terrible quête de Blandine,maman de la petite Léa qui a été retrouvée morte le 23 mai.
Où est passé Cédric Mahieu, ce père de famille qui s'est volatilisé après avoir tué sa fille de 3 ans ? Un crime commis par vengeance envers sa femme qui l'avait quitté.
*********************************************
30/06/2016 : TOUJOURS EN CAVALE !!!
Le père de Léa condamné pour harcèlement par contumace à Thonon-les-Bains
************************************
27/05/2016 :La gendarmerie de la Haute-Savoie diffuse un appel à témoin pour retrouver Cédric Mahieu suspecté d'avoir tué sa petite fille Léa, 3 ans.
@Gendarmerie Nationale

Recherché depuis mardi 24/05/2016, le père reste introuvable



http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=1231

Cédric Mahieu, 38 ans, reste introuvable, après la découverte du corps sans vie de sa fille à son domicile. Jeudi 26 mai, un hélicoptère de la gendarmerie a survolé l’agglomération de Thonon et d’Evian.
Les gendarmes ont également lancé un appel à témoins d’ampleur nationale, notamment via les réseaux sociaux, avec son signalement : le père mesure 1,8 mètre, il est de corpulence mince, a les cheveux bruns et courts et porterait une veste en cuir de couleur sombre.

Dès mardi 24 mai en fin de journée, le parquet d’Annecy chargé de l’enquête avait déjà lancé un appel à témoins, plus localisé : « Dans le cadre du meurtre de la petite Léa, un appel à témoins est lancé afin de rechercher son père Cédric M., qui pourrait être un témoin important dans cette affaire. »

La voiture du père abandonnée à Douvaine

Les enquêteurs recherchaient également son véhicule « une Renault Mégane grise ancien modèle (avec un pare-chocs avant plus clair) immatriculée : DL-141-KP ». Celui-ci a été retrouvé mercredi 25 mai dans la matinée, à Douvaine.
La voiture était garée sur le parking situé derrière le Crédit Agricole des Savoie, au centre de la commune. D’après nos informations, ce serait un employé de la banque qui aurait prévenu les gendarmes. Les enquêteurs ont passé la matinée sur place pour inspecter la voiture qui a été enlevée du lieu à midi, pour subir des analyses plus poussées.

Retrouvez les détails de ce drame dans l’édition Chablais du Messager de ce jeudi 26 mai : journal.lavoix.com/lemessager.

Les faits
La fillette n’avait pas été ramenée chez sa mère et n’avait pas été à l’école de la journée, lundi 23 mai. D’après le maire de Margencel, Jean-Pierre Rambicur, c’est le frère du père, qui vivait à proximité, qui a fait la macabre découverte le jour-même.
Suspecté d’avoir commis l’irréparable, son père est activement recherché par les gendarmes. Un hélicoptère a survolé Margencel, les communes avoisinantes et la région toute la journée de mardi 24 mai. « Une quarantaine de gendarmes sont mobilisés », a indiqué une source proche de l’enquête.

A l’école maternelle de Margencel, où la petite fille est scolarisée en petite section, une réunion a eu lieu mardi matin avec l’équipe éducative, le maire, l’inspecteur d’académie et une psychologue scolaire. « La cellule psychologique a été mise en place dès ce matin », a indiqué l’inspection d’académie.

Le couple en instance de divorce

Les gendarmes sont ont également inspecté le domicile du père, avec la cellule d’identification criminelle.
D’après des proches, ce couple de trentenaires, mariés en 2012 par le maire de Margencel, était en instance de divorce depuis environ un an. La fillette était en garde alternée.

La fillette aurait été étouffée

Les premières autopsies de la fillette, réalisées à Grenoble au lendemain de la découverte du corps, concluraient à une mort par étouffement. « C’est effectivement l’hypothèse privilégiée, » confirme au Messager le procureur d’Annecy, Eric Maillaud.

Le corps de Léa ne présentait aucune trace de violence. A-t-elle été étouffée par un oreiller ? A-t-elle été victime d’un empoisonnement ? Les analyses plus poussées, notamment toxicologiques, doivent permettre de le déterminer.
L’étouffement reste pour l’heure la piste privilégiée : « Mais il faut attendre les analyses complémentaires dans 15 à 20 jours pour en être certain », affirme le procureur Maillaud.

Toute personne susceptible d’avoir des informations est priée de contacter la brigade de recherche de Thonon-les-Bains au 04 50 71 09 20.Ou le poste de police d'urgence : numéro Européen 112

Retrouvez les détails de ce drame dans l’édition Chablais du Messager de ce jeudi 26 mai : journal.lavoix.com/lemessager.
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/12/2016 12:51  Mis à jour: 11/12/2016 12:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Cédric Mahieu était en cavale depuis six mois, suspecté d’avoir donné la mort à sa fille Léa, 3 ans. ( Vidéo)


Il était en cavale depuis six mois, suspecté d’avoir donné la mort à sa fille Léa, 3 ans. Un acte qu’il aurait commis pour se venger de son épouse avec qui il était en instance de divorce.

Cédric Mahieu a été arrêté la semaine dernière à La Ciotat. Il s’y était installé sous une fausse identité et travaillait comme chef de cuisine dans un restaurant. Retrouvez l'intégralité de cette enquête de Sept à Huit, magazine de l'information présenté par Harry Roselmack, dimanche 11 décembre sur TF1.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/11/2016 17:36  Mis à jour: 30/11/2016 17:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Cédric Mahieu suspecté d'avoir tué sa fille de 3 ans arrêté six mois après ( Vidéo)
Un père de famille, suspecté d'avoir tué sa fille de trois ans fin mai en Haute-Savoie et qui était recherché depuis, a été arrêté lundi dans le Sud-Est de la France, a-t-on appris mardi auprès du parquet.


ARRESTATION PERE DE LEA
ARRESTATION PERE DE LÉA

Cédric M. a été interpellé dans le cadre d'un mandat d'arrestation et il devrait être présenté à un juge d'instruction d'Annecy dans "plusieurs jours" en raison des procédures inhérentes à une arrestation qui s'est déroulée à plus de 200 kilomètres de là, a expliqué la procureure d'Annecy, Véronique Denizot, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Selon des informations du quotidien régional, que la procureure n'a pas souhaité commenter, l'homme, originaire de Marcq-en-Baroeul, aurait cherché des photos de sa fille sur Internet, ce qui aurait permis de retrouver sa trace.

Fin mai, le corps de la fillette avait été retrouvé chez cet homme à Margencel, une commune bordant le lac Léman près de Thonon-les Bains. Séparé de la maman il ne l'avait pas rendue à son ex-compagne à l'issue d'un week-end de garde. Âgé d'environ 37 ans, le père de famille, est déjà connu de la justice pour des faits de violence.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Visiteurs
Posté le: 29/11/2016 13:21  Mis à jour: 29/11/2016 14:16
 Cédric Mahieu intercepté !
Bonjour,

Une bonne nouvelle, le père de la petite Léa vient d'être en région PACA:

http://www.ledauphine.com/haute-savoi ... interpelle-en-region-paca
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/10/2016 15:24  Mis à jour: 31/10/2016 15:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Appel à témoins pour retrouver Cédric Mahieu. Chablais: cinq mois après le meurtre de Léa, sa mère raconte son combat quotidien ...
Après le meurtre de Léa, 3 ans, à Margencel, en mai dernier, sa mère, Blandine Guilloux témoigne pour que « l’affaire reste dans la lumière ». Cédric Mahieu, le père, est le principal suspect. Il est toujours recherché.

Image redimensionnée


Margencel

Blandine Guilloux, 29 ans, ne sera plus la même. Pour que personne n’oublie l’innommable, elle revient sur l’enquête et raconte son quotidien.

Quelles sont les nouvelles de ces derniers mois ?

« Concernant l’enquête, il n’y a pas grand-chose qui avance. Je n’ai pas de nouvelles depuis plus d’un mois. Concernant les autopsies, la toxicologie a été réalisée. Elle n’avait rien dans le corps, ni drogue ni rien. De savoir qu’il ne lui a pas donné de cachet, je n’ose même pas imaginer comment ça a été fait… J’attends encore les résultats de l’autopsie des organes. C’est très long. »

Et vous, comment allez-vous ?

« Avec Kévin, mon compagnon, nous avons déménagé de Thonon. C’était trop dur de voir la chambre de ma fille, les souvenirs. En plus de mon travail, j’ai pris une autre activité. Je voulais être plus occupée. »

Vous parvenez à sortir, à voir vos proches ?

« Je me suis renfermée sur moi-même. Moins je vois de monde, mieux c’est. Je me bats, du moins j’essaie. Mes amis et mon compagnon, c’est ça qui me sort la tête de l’eau. Ça ne sert à rien de rester là avec des cachets… Je viens de m’inscrire au sport, j’y vais pour me défouler. »

Comment ça se passe avec votre ancienne belle-famille ?

« Pas très bien. On a coupé les ponts, je ne veux plus de leurs nouvelles. »

Vous devez encore vous occuper des affaires de M. Mahieu, votre ex-mari ?


« Normalement, je serai divorcée officiellement en novembre, plus d’un an après le lancement de la procédure. Le fait qu’il ait été jugé le 28 juin* ajoute une faute grave à son dossier, ce qui me permet de divorcer sans qu’il soit là. En attendant, je dois régler ses dettes, cela représente 21 000 euros. Petit à petit, j’essaie d’effacer ce que je peux. »

Vous avez été très soutenue notamment via les réseaux sociaux. Les gens continuent de vous encourager ?

« Beaucoup de monde essaie de me contacter via Facebook. Je recevais plus de 100 messages par jour avant que je me coupe des réseaux sociaux. Il y a ceux qui vivent la même chose que vous, ceux qui disent qu’ils seront toujours là et d’autres qui lui veulent du mal (à Cédric Mahieu, ndlr). »

Vous souhaitez passer un message ?


« Je voudrais lui dire que, où qu’il soit, il ne nous a pas atteints et qu’il est loin de nous atteindre. Le temps est un excellent juge. »

*Cédric Mahieu, en fuite, a été condamné à 12 mois de prison ferme pour harcèlement
sur Blandine Guilloux.
Le père de Léa, Cédric Mahieu, est toujours recherché


Depuis le 23 mai Cédric Mahieu est introuvable. C’est son frère (l’oncle de la petite) avec qui il vivait, qui a découvert le corps après que la mère, inquiète de l’absence de la fillette à l’école, l’a appelé. La petite fille était alors en garde alternée.

Cédric Mahieu avouait le meurtre dans une lettre envoyée à son ex-femme et reçue quelques jours après. Alcoolique depuis plusieurs années, il n’aurait pas supporté la séparation survenue un an avant le drame. Il l’a harcelée durant des mois, devenant de plus en plus violent, la poussant à demander la garde exclusive de l’enfant. C’est, selon la mère, une des raisons du passage à l’acte de son ex-mari.

Une salamandre dans le cou

Voici son signalement :

– Cédric Mahieu

– 38 ans

– 1,80 m

– Allure mince

– Cheveux bruns

– Il a un tatouage en forme de salamandre dans le cou.

Si vous avez des informations :++33(0)4 50 71 09 20.

http://www.lemessager.fr/chablais/cha ... -sa-mere-ia923b927n171323
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/09/2016 11:32  Mis à jour: 06/09/2016 11:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Où est passé Cédric Mahieu, ce père de famille qui s'est volatilisé après avoir tué sa fille de 3 ans ? Un crime commis par vengeance envers sa femme qui l'avait quitté.
La terrible quête de Blandine

Image redimensionnée

'est un espoir qui lui sert de phare pour ne pas sombrer, une ultime faveur qu'elle demande à la vie, quand celle-ci semble déjà lui avoir tout pris. C'était le 23 mai, il y a déjà trois mois, mais pour Blandine Guilloux, le temps semble s'être suspendu. Ce jour-là, sa fille Léa, 3 ans, manquait à l'école. Son père, qui en avait la garde, ne l'y avait pas amenée. Dans la soirée, le petit corps sans vie a finalement été retrouvé à 7 km de Thonon-les-Bains, à Margencel (Haute-Savoie), au domicile de Cédric Mahieu, 38 ans, ce mari qu'elle avait quitté un an plus tôt et qui depuis, dans un fracas de SMS vengeurs, la menaçait sans cesse, lui promettant de lui « pourrir la vie ».

Depuis, l'homme reste introuvable. Une situation intolérable pour Blandine Guilloux, qui implore ceux qui auraient pu apercevoir le bourreau de sa fille de venir témoigner. « Je veux qu'il paie, dit-elle franchement, sur un ton pourtant dénué de toute acrimonie. C'est la colère qui me fait tenir debout. » Une haine en réponse à cet homme qui a pris soin, par une lettre d'une cruauté sans bornes, de revendiquer le meurtre de Léa tout en se réjouissant du mal qu'il causerait à Blandine.

Lorsqu'ils s'étaient rencontrés, en 2004, Blandine et Cédric, alors âgés de 17 et 25 ans, pensaient pourtant ne plus jamais se quitter. Leur désir d'enfant avait vaincu les difficultés et, après trois inséminations artificielles et une fécondation in vitro, était arrivée Léa, en juillet 2012. Un bonheur vite terni par les excès d'alcool de Cédric. « Quand il était sobre, il s'occupait bien de la petite, et elle l'adorait. Mais il buvait de plus en plus... », raconte Blandine. En juin 2015, elle décide de rompre. Cédric fait une tentative de suicide, devient agressif.

« Il venait me menacer sur mon lieu de travail, chez moi et même dans la salle d'attente, juste avant l'audience de jugement pour la garde de Léa. J'ai accepté une garde alternée en pensant que ça calmerait les choses. Mais il a découvert que j'avais retrouvé quelqu'un et il a aussi menacé mon ami, il a dégonflé nos pneus... » La justice se met alors en branle et, le temps de l'enquête, ordonne à Cédric de ne pas entrer en contact avec Blandine et de se soigner. Pour autant, ses droits de garde ne sont pas révoqués. « Il venait chercher ma fille, ivre, drogué, dans des états pas possibles », se souvient-elle. Une semaine avant les faits, un énième incident l'incite à demander la garde exclusive. « Je pense qu'il a reçu le courrier lors de ce week-end-là et qu'il a pété les plombs... », souffle la jeune femme de 29 ans, « écoeurée » par les résultats de l'autopsie. Celle-ci a en effet montré que Léa était morte par asphyxie, mais aucun somnifère n'a été retrouvé dans son organisme.

Depuis ce 23 mai, Cédric Mahieu semble s'être volatilisé : son portefeuille a été retrouvé près de son domicile, et sa voiture sur un parking à Douvaine, à quelques kilomètres. Mais un automobiliste assure l'y avoir pris en stop avant de le déposer à Annemasse. Blandine ne croit pas qu'il ait pu mettre fin à ses jours, malgré les sous-entendus contenus dans la lettre qu'elle a reçue cinq jours après les faits. « Il a visiblement renoncé, il n'a même pas eu ce courage », souffle-t-elle, avant d'ajouter : « Je voudrais tellement le regarder dans les yeux et lui dire : Tu ne m'as pas détruite. Ça va être dur, mais je vais y arriver. »


Une lettre cruelle

C'est une missive qui suinte la haine et la vengeance, rédigée pour attiser la douleur. Une lettre écrite sans doute aussi sous l'emprise de l'alcool. En attestent les nombreuses fautes d'orthographe et de syntaxe, que nous avons corrigées pour une meilleure compréhension. Après son geste fatal sur sa fille Léa, Cédric Mahieu a en effet pris le soin d'adresser à Blandine Guilloux un terrible courrier revendiquant son geste. Après avoir longtemps gardé son contenu pour elle, la jeune femme a accepté d'en publier de larges extraits, pour « montrer jusqu'où il est allé ».


Citation :
« Salut Blandine,
Je suis très heureux aujourd'hui, tu as dû apprendre la bonne nouvelle. Hi hi. Je t'avais dit de jamais toucher à Léa mais tu n'as pas voulu m'écouter. Nous sommes partis. Dommage tu ne lui as pas dit au revoir. Tu as voulu une nouvelle vie. Maintenant tu peux la refaire sans Léa. [...]

Aujourd'hui ça doit être dur d'aller dans la chambre de Léa en te disant que tu ne la verras plus jamais. Je ne te souhaite pas une bonne fête de mère puisque tu ne l'es plus. Hiiiiiii. Comme je suis très heureux aujourd'hui de voir que tu vas pleurer tous les jours la mort de ta fille. Tu m'as forcé à faire ça. Je t'avais dit de ne jamais me séparer de ma fille. [...] J'espère que cette année tu vas bien souffrir avec la mort de ta fille et bientôt celle de ton père (très malade). Champagne !!! Allez sois la plus malheureuse possible. Je ne regrette rien. Content de t'avoir fait vivre un enfer. Moi j'ai bien vécu jusqu'à aujourd'hui.

Cédric »





Le Parisien http://www.leparisien.fr/faits-divers ... ne-05-09-2016-6093723.php
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 04/07/2016 14:38  Mis à jour: 04/07/2016 14:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Meurtre de la petite Léa : Une famille face à l'horreur : un mois après la mort de Léa, 3 ans, son père reste introuvable!!!


Image redimensionnée


SEPT À HUIT - Il est l'unique suspect depuis la découverte du corps sans vie de Léa, le 23 mai, à son domicile de Margencel, en Haute-Savoie. Depuis, Cédric Mahieu, 38 ans, est activement recherché. Une équipe de TF1 a pu rencontrer la mère de la fillette.
Elle "n'aimait pas [la] voir pleurer". Alors quand Léa évoque sa fille, Blandine retient ses larmes. Depuis plus d'un mois, cette jeune mère de famille n'attend qu'une chose : comprendre. Comprendre ce qu'il s'est passé le 23 mai. Ce jour-là, le corps sans vie de sa fillette de 3 ans est découvert dans le lit de la chambre qu'elle occupait chez son père à Margencel, en Haute-Savoie. Elle serait morte étouffée. Depuis le drame, Cédric Mahieu, 38 ans, parti sans carte bleue ni téléphone, est introuvable. Seule sa voiture a été récupére. Il fait, pour les enquêteurs, figure d'unique suspect.
"Jamais je ne me serais doutée de ça. C'était un papa attentionné, qui faisait des activités avec elle, qui s'en occupait plutôt bien. Parfois même quand je la récupérais, elle ne voulait pas partir, elle voulait rester avec lui", explique Blandine aux équipes de Sept à Huit. Elle n'a que 18 ans quand elle rencontre Cédric. En 2012, ils se marient et voient naître Léa. Mais leur relation se dégrade, notamment en raison des problèmes de Cédric avec l'alcool. Début 2015, Blandine "décide d'arrêter". "Pour moi, pour ma fille", dit-elle. Elle et Léa quittent le domicile familial six mois plus tard.

"Je suis heureux de te savoir malheureuse"



Cédric devient alors très agressif, selon une amie du couple. "Dès ce jour, il lui a fait vivre la misère", se souvient-elle. Il harcèle son ex-femme à coups de messages menaçants, lui "promettant le pire". Alors qu'elle s'installe avec son nouveau compagnon et son fils, Blandine consent à une garde alternée. Après une nouvelle altercation, lors de laquelle Cédric s'accroche au capot de sa voiture, elle porte plainte. Cédric est placé en garde à vue. Son avocate commise d'office décrit alors "un homme perdu".



C'est à ce moment que Blandine décide de demander la garde exclusive de sa fille. L'audience devait avoir lieu mi-juin. Cinq jours après le drame, la mère reçoit une lettre qui laisse peu de place aux doutes. Une missive "en quelque sorte de revendication", selon le procureur d'Annecy, Eric Maillaud. "Tu as voulu une nouvelle. Maintenant, tu l'as, mais sans Léa. Tu as perdu ce que tu avais de plus cher au monde. Je suis très heureux de te savoir malheureuse", y est-il écrit. Un appel à témoins est toujours en cours pour retrouver Cédric, également visé par un mandat d'arrêt international.

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers ... ort-de-lea-3-8757224.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/06/2016 11:01  Mis à jour: 30/06/2016 11:01
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Le père de Léa condamné pour harcèlement par contumace à Thonon-les-Bains.
Il est toujours en cavale, suspecté d'avoir assassiné sa fille Léa âgée de 3 ans. Cédric Mahieu faisait par ailleurs l'objet d'une instruction pour harcèlement envers son ex compagne, la mère de la petite. Il a été condamné hier par contumace au Tribunal de Thonon.

Avant les faits, il avait été déféré pour harcélèment envers son ex épouse, la maman de la petite Léa, et placé sous contrôle judiciaire. Mardi 28 juin, le procès s'est tenu au tribunal Correctionnel de Thonon-les-Bains, en présence de la mère et de son avocat.

Cédric Mahieu n'était évidemment pas présent, il est introuvable depuis que le corps de la fillette a été découvert chez lui à Margencel le 23 mai. Un appel à témoins national avait été lancé dans la foulée. Il n'était alors recherché que comme témoin important. Depuis, une lettre écrite de sa main a été révélée, dans laquelle il avoue le meurtre de l'enfant à son ex compagne.

Hier il a été jugé par contumace, condamné à 12 mois de prison pour harcèlement ainsi qu'à une amende de 5.000 euros. Un mandat d'arrêt a été délivré, cette fois pour exécution de la peine.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/06/2016 14:53  Mis à jour: 05/06/2016 14:53
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re : Meurtre de la petite Léa : dans une lettre, le père aurait “revendiqué” son geste .
Deux semaines après le drame qui a coûté la vie à la petite Léa à Margencel (Haute-Savoie), son père suspecté d’avoir commis l’irréparable, est toujours introuvable.

Hier, le procureur de la République, Éric Maillaud, a confirmé que la mère de la fillette avait reçu une lettre de son ex-conjoint, « envoyée juste après le drame et postée du Chablais. » Dans ce courrier, « il reconnaît avoir tué la petite fille, disant ne pas supporter qu’elle ait plus souvent sa fille que lui. » Les obsèques de Léa ont été célébrées hier à Margencel.

http://www.ledauphine.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/05/2016 16:23  Mis à jour: 31/05/2016 16:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4624
 Re :Haute-Savoie : le père de famille soupçonné d'avoir tué sa fille de 3 ans toujours recherché . Selon la presse (Un individu "dangereux")
Image redimensionnée


Sept jours après l'appel à témoins lancé par la gendarmerie de Haute-Savoie, Cédric Mahieu, 38 ans, reste introuvable. Ce père de famille est soupçonné d'avoir tué Léa, sa fillette de trois ans, dont le corps a été retrouvé le lundi 23 mai au domicile du suspect à Margencel (Haute-Savoie).

Il y a eu des appels, il y a eu des pistes, des noms de villes où il aurait été vu, comme Nice ou Brest. Pourtant, une semaine après la découverte du corps sans vie de la petite Léa dans le F3 de son père à Margencel (Haute-Savoie), Cédric Mahieu demeure introuvable.

Cet homme âgé de 38 ans est soupçonné d'avoir tué son enfant au cours du week-end du 21 au 22 mai alors qu'il en avait la garde. C'est l'école qui avait alerté la maman de l'enfant, lundi 23 mai, après que la fillette n'a pas été conduite par son père en classe le lundi matin.

"Léa a été retrouvée morte le 23 mai dans une pièce pouvant s'apparenter à une salle de jeux située dans l'appartement où Monsieur Mahieu vivait avec son frère, absent le week-end des faits. Il n'y avait ni traces de coups, ni hématome sur le corps de la fillette. L'autopsie a conclu à une mort par asphyxie. La piste accidentelle est totalement écartée dans le cadre de cette enquête. La victime a probablement été étouffée, a indiqué le procureur de la République, Eric Maillaud, joint par metronews ce lundi. Malheureusement, une semaine après cette macabre découverte, il n'y a eu aucune avancée majeure puisque pour l'instant nous n'arrivons pas à mettre la main sur Monsieur Mahieu. On ne sait absolument pas où il peut être. La thèse du suicide n'est bien évidemment pas exclue…".

Son téléphone éteint

Le véhicule du principal suspect avait été retrouvé le mercredi 25 mai sur le parking d’un centre commercial de Douvaine, à une quinzaine de kilomètres de Margencel. "Cédric Mahieu ne travaillait pas et n'avait pas de carte bancaire. Impossible donc de constater d'éventuels mouvements sur son compte. Il semble qu'il soit parti avec son portable, mais il est éteint. Nous n'avons rien à ce stade qui nous permette de le tracer. Quant à d'éventuelles affaires qu'il aurait pu emporter, cela reste très difficile à établir dans la mesure où il faudrait savoir précisément ce qu'il avait ou non chez lui", poursuit Eric Maillaud.

La mère de Léa et son conjoint étaient en instance de divorce depuis environ un an dans un contexte particulièrement "houleux", selon le procureur. Ils ne vivaient plus sous le même toit. "Cédric Mahieu a été déféré au parquet de Thonon-les-Bains mi-mai dans le cadre de violences commises sur son ex-compagne. Il ne s'agissait pas de coups mais de harcèlement et de menaces de mort, ajoute-t-il. On lui avait notifié une date d'audience pour la fin juin et il avait été placé sous contrôle judiciaire en attendant. Cet événement est le seul connu récemment qui a pu déclencher la fureur de ce monsieur. Evidemment, c'est une hypothèse qui n'est pas exclue".

Un individu "dangereux"

La gendarmerie poursuit ses recherches pour tenter de retrouver le trentenaire. "C'est quelqu'un qui est susceptible d'être dangereux dans le cadre d'une relation conjugale en raison de son alcoolisation. A priori, ce n'est pas le genre d'individu qui va s'en prendre à des inconnus dans la rue pour un mauvais regard ou autre. S'il se confirme qu'il a tué sa fille, ses motivations seront certainement une vengeance à l'encontre de son ex-compagne", commente le procureur.

Un comité de soutien à la maman de Léa a été lancé sur Facebook et des collectes ont été mises en place pour lui venir en aide. Les obsèques de la petite Léa n'ont pas encore eu lieu. "Le corps de l'enfant n'a pas été restitué à la famille. Cela devrait être fait d'ici à la fin de la semaine, mais nous préférions attendre certains résultats complémentaires avant", conclut Eric Maillaud.

Toute personne susceptible d’avoir des informations est priée de contacter la brigade de recherches de Thonon-les-Bains au 04 50 71 09 20.

http://www.metronews.fr
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
6 - 3 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10