|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
9 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 9

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Disparition de Tiphaine Véron : le parquet de Poitiers ouvre une enquête pour enlèvement et séquestration. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/09/2018 15:37
La marraine d’Angelina, la petite fille de Sylviane Finck: «La justice va enfin pouvoir se faire»... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/09/2018 10:06
Affaire Dutroux: Jean-Denis Lejeune amer envers le monde politique à propos du projet de libération de Marc Dutroux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/09/2018 09:39
VIDEO. Autisme : quand toute une classe de CE1 remercie Paul pour lui avoir appris la différence, la patience, la bienveillance... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/09/2018 14:12
Le père d’Eefje va porter plainte contre Bruno Dayez, l’avocat de Marc Dutroux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/09/2018 12:01
Les parents d'Arthur Noyer passent « en mode guerrier ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/09/2018 16:03
Affaire Grégory Villemin La femme et la fille du juge Lambert vont poursuivre France 2 pour diffamation et atteinte à la mémoire d’un mort. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/09/2018 15:57
Nordahl Lelandais: pourquoi tant d'attente avant un procès ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/09/2018 09:30
Affaire Grégory Villemin : Murielle Bolle peut-elle faire annuler sa garde à vue de 1984 ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/09/2018 09:20
Disparus du fort de Tamié : l'homme sur les vidéos filmées en 2012 n'est pas Nordahl Lelandais. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/09/2018 10:39

Le 10 janvier 2002, Elodie Kulik, 24 ans, disparaissait ….

Publié par Walda Colette Dubuisson le 11-07-2018 (6915 lectures) Articles du même auteur
11/07/2018 : La Cour de cassation a validé ce mercredi le renvoi devant les assises de Willy Bardon, soupçonné du meurtre et du viol d’Élodie Kulik dans la Somme en 2002. L'Agence France Presse cite son avocat, Patrice Spinosi. La haute juridiction a rejeté le pourvoi de cet homme de 43 ans contre son renvoi devant la cour d'assises pour enlèvement, séquestration, viol et meurtre, confirmé en avril par la cour d'appel d'Amiens.
NOUS DEMANDONS :JUSTICE POUR ÉLODIE ...
*****************************************
13/06/2018 : Hondelatte raconte : Elodie Kulik, la banquière assassinée (Récit Intégral). Posté le le 12 juin 2018. ( Vidéo)
***********************************************
17/04/2018 : Les avocats de Willy Bardon ne désarment pas : Bardon se pourvoit en cassation !!!
************************************
13/04/2018 : Affaire Kulik: Willy Bardon renvoyé aux assises...
*****************************************
30/03/2018 : Ce 30 mars au matin, la Chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens a reçu les avocats de la partie civile et de la défense dans l'affaire Kulik. Il leur a été notifié l'existence d'un nouvel élément, une lettre anonyme. Les juges diront le 13 avril si l'enquête est rouverte ou non.
************************************
10/03/2018 : Affaire Kulik : des détails sur la lettre anonyme...
********************************
06/03/2018 : Une mystérieuse lettre anonyme envoyée en début d'année au parquet général reporte la décision de la chambre d'instruction de la Cour d'Appel d'Amiens dans l'affaire Elodie Kulik. Une nouvelle audience est programmée le 30 mars pour décider si cette lettre doit être retenue dans l'instruction.
************************************
23/02/2018 : Le destin maudit de Jacky Kulik, assoiffé de justice : "Chacun sur terre a une croix à porter, mais moi j'en porte plusieurs". Après avoir perdu deux enfants dans un accident de la route, Jacky Kulik a dû affronter le meurtre de sa fille Elodie en 2002, et oeuvre sans relâche pour que les coupables soient traduits en justice.
**************************************
22/01/2018 : Au premier rang ce dimanche matin dans l’église de Monchy-Lagache, pour la messe annuelle en mémoire de sa fille assassinée et violée en 2002, Jacky Kulik nous a confié espérer un procès devant les assises, mais pas au mieux «avant 2019, voire début 2020»
«J’attends ce procès, parce qu’il faut qu’il parle»…
*******************************************
17/01/2018 : Willy Bardon sera-t-il renvoyé devant les assises ?
La chambre d'instruction d'Amiens rendra sa réponse le 6 mars prochain. Elle examinait hier le recours déposé par la défense du meurtrier présumé de la jeune Élodie.

Les avocats de Bardon contestent le renvoi de leur client devant les assises de la Somme.

Incroyable non ???????
***********************************
29/12/2017 ; Première nationale du spectacle rendant hommage à Élodie Kulik ». Sous l’affiche de Meurtres à domicile, pièce de théâtre inédite jouée vendredi 29 décembre à Mac-Orlan à Péronne, ces mots annoncent l’ambition de son créateur.
« Avec le soutien et l’aide de Jacky Kulik », le père de la jeune banquière assassinée voici une quinzaine d’années entre Cartigny et Tertry. Jacky Kulik, papa courageux, recommande la pièce ...
********************************
21/10/2017 : France 3 Picardie revient sur les affaires criminelles qui ont marqué la Picardie. Elodie Kulik, Marcel Barbeault, Alain Lamare, beaucoup de mystères peuvent encore planer sur des affaires pourtant résolues…
***********************************
19/10/2017 : Elodie Kulik: audience le 16 janvier 2018...
****************************************
19/08/2017 . Annonce du papa d’Élodie:
Citation :

Le samedi 26 Aout à 16h05 TF1 diffuse un reportage consacré à Elodie...Jacky Kulik, papa d’Élodie.

*************************************
14/05/2017 : Le gendarme Emmanuel Pham-Hoai est un biologiste de formation. Il a eu une idée qui allait tout changer dans l'affaire Elodie Kulik : La première utilisation de la recherche ADN par parentèle pour résoudre un cold case…
************************************
06/04/2017 : Le juge d'instruction a décidéde renvoyer Willy Bardon, meurtrier présumée d'Élodie Kulik, devant la cour d'Assises pour séquestration et enlèvement suivi de la mort de la victime.
********************************************
10/01/2017 Il y a 15 ans, le meurtre d'Elodie Kulik bouleversait la Picardie.
Après l'identification d'un suspect grâce à de l'ADN et la mise en examen de Willy Bardon, la date du procès de celui-ci est suspendu à la décision de 3 juges.
*********************************************
15/12/2016 :L’affaire Elodie Kulik inspire une pièce de théâtre que le papa d’Elodie apprécie. L’idée de la pièce, selon son créateur, était aussi de «redonner un aspect humain» à l’affaire.
**********************************************
15/09/2016 : Hondelatte raconte - Elodie Kulik, la banquière assassinée ... ( Vidéo)
*********************************************
03/06/2016 : à la demande du papa d'Elodie, merci de signer la pétition "Pour que la justice soit rendue" à Elodie
Voir commentaire.
MERCI
**************************************
18/02/2016 : Fin de l'instruction de l'Affaire Kulik après 14 ans d'enquête : la réaction du père d'Elodie Kulik ... (Vidéo).
Que justice soit enfin rendue à Elodie. De tout coeur avec vous Monsieur Kulik ...
********************************
10/01/2016 : PÉRONNE (80) 300 personnes marchent dans les rues de la ville en mémoire d’Élodie Kulik
*****************************************
Ce 29/12/2015 Élodie aurait 38 ans : pensées pour elle ,sa famille et son papa qui se bat sans cesse pour que justice soit rendue à sa fille .
Courage ...
*****************************
20/04/2018 : ce pourrait être la fin de l’enquête
Selon une information , un nouvel élément a été versé au dossier dans l’affaire du viol et du meurtre de la banquière de Péronne qui pourrait permettre de clore l’enquête. Pour l’avocat du père d’Elodie Kulik, « c’est une bonne nouvelle ».Voir dernier commentaire
***************************
10/04/2014:La colère du père d’Élodie
Citation :
«Si les juges de la cour d'appel d'Amiens libèrent Willy Bardon, je saurais m'en souvenir», prévient sur un ton déterminé Jacky Kulik, 64 ans, le père meurtri et outragé

-----------------------------
18/03/2014 à 14h 20 :Monsieur Kulik ( papa d'Elodie) nous annonce

Citation :
La Cour de Cassation a rejeté tous les pourvois de Bardon

----------------------


Rappel des faits :

http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=125


Meurtre de la banquière Élodie Kulik , 24 ans
Vers minuit, le 11 janvier 2002, les pompiers de Péronne dans la Somme reçoivent un terrible appel au secours.

Au bout du fil, une jeune femme hurle qu'elle vient d'être enlevée.

Seulement très vite, la communication coupe. Deux jours plus tard son corps est découvert calciné dans une décharge.

C'est Élodie Kulik, 24 ans, une jeune et jolie banquière de la région. Elle a été violée et étranglée. Près de son corps les gendarmes découvrent un préservatif et un mégot. Grâce à ces preuves, l'ADN de l'un des agresseurs est identifié. Sauf qu'il est inconnu des services de police...

C'est le début d'une incroyable enquête qui va durer plus de dix ans.

Les gendarmes n'ont que peu de pistes, car la jeune femme était appréciée de tous, et personne ne lui connaissait d'ennemis.

Quelques heures avant le drame, Élodie Kulik a passé la soirée avec un ami au restaurant, puis elle est rentrée chez elle en voiture.

A-t-elle été suivie ? A-t-elle été la proie d'un ou plusieurs prédateurs sexuels ?

Seul indice dont disposent les enquêteurs : le dernier appel passé par la jeune femme aux pompiers.

L'analyse audio de cet enregistrement permet d'identifier deux voix d'homme au fort accent picard.
De toute évidence les agresseurs vivent dans la région.


L'enquête semble dans une impasse quand, en 2011, un incroyable rebondissement se produit. 9 ans après les faits, le fichier national des empreintes génétiques révèle enfin le nom d'un des meurtriers présumé. Grégory Wiart. C'est bien son ADN qui a été retrouvé dans le préservatif sur la scène du crime !

Seulement l'homme est décédé quelques mois après le meurtre. Reste maintenant à démasquer ses complices...





Ce 12/01/2013 : y a douze ans presque jour pour jour, Élodie Kulik, 24 ans, trouvait la mort dans des circonstances tragiques, toujours entourées de zones d’ombre. Depuis, tous les ans à cette époque, les proches de son père, Jacky Kulik, se recueillent lors d’une messe à Monchy-Lagache, dans la Somme.

Image redimensionnée


«Il y a toujours du monde à la messe. Les gens ne l’oublient pas», observe Jacky Kulik, qui tient ses soutiens au courant de l’évolution de l’enquête sur son blog et sur les réseaux sociaux. À mesure que celle-ci progresse après avoir piétiné des années, ce père meurtri retrouve de l’optimisme. «À chaque fois qu’il y a eu du mieux du côté de l’enquête, c’était à ce moment de l’année, peu avant ou peu après la célébration», explique-t-il.

Dernière avancée en date, la mise en examen début 2013 de Willy Bardon, un Axonais de 40 ans. De fortes présomptions laissent penser qu’il aurait participé à la funeste soirée du 10janvier 2002. Jacky Kulik espère un procès d’ici la fin de l’année. «Je pense qu’il va y avoir de nouvelles révélations, Grégory Wiard et Willy Bardon n’étaient pas seuls.» Il veut que l’enquête aille jusqu’au bout et que «toute cette bande soit mise hors d’état de nuire».

1 novembre 2003
Décès de Grégoy Wiart
Grégory Wiart meurt dans un accident de voiture. On saura plus tard qu'il s'agit en fait du principal suspect


Claude Goupil, habitante de Monchy, connaît bien Jacky, ancien receveur des postes du village. Elle a gardé Élodie quand celle-ci était enfant.«On pense toujours à elle, mais peut-être encore plus à ce moment-là.

Chaque année, des gens viennent de loin pour se recueillir. Certains n’ont pas de lien avec l’affaire mais éprouvent de la sympathie pour Jacky.» Elle estime qu’il ne faut surtout pas cesser de parler de l’affaire. «Même après plusieurs années, la médiatisation peut permettre d’obtenir de nouveaux éléments. Ça ne fera pas revenir Élodie mais chaque parent a le droit de savoir dans quelles circonstances s’est produite la mort de son enfant.»



Image redimensionnée



----------------------------

10/04/2014 : Affaire Kulik : la colère du père d’Élodie

Une dernière expertise affirme qu'il est impossible d’identifier catégoriquement les voix enregistrées sur l'appel au secours passé par Elodie Kulik aux pompiers juste avant d'être tuée. Willy Bardon avait été inculpé dans cette affaire car les enquêteurs estimaient qu’on reconnaissait sa voix parmi celle des agresseurs sur l’enregistrement. Le suspect lui-même avait reconnu sa propre voix sur cette bande ainsi que ses proches à qui les gendarmes l'avaient fait écouter. La cour d'appel d'Amiens accordera cette remise en liberté ou pas après une enquête du service de probation.

«Ceux qui ont tué ma fille ont aussi tué notre famille»

«Je ne pardonnerai pas cette remise en liberté. Les juges doivent savoir dire non et devront y réfléchir à deux fois car il ne s'agit pas d'un simple vol mais du massacre d'une jeune femme, ma fille. Je suis révolté. J'ai attendu douze ans que la justice avance et je n'ai rien dit. Mais là, je ne peux me taire. C'est une insulte à la mémoire de ma fille. Le frère du suspect a reconnu sa voix sur la bande et lui aussi a admis que c'était bien lui», s'insurge encore Jacky Kulik, lui le fils de mineur polonais, qui après avoir «encaissé» le choc de cette annonce reconnaît vouloir «mettre un coup de pression sur la justice».

«Les avocats du suspect l'ont fait avec cette expertise qui n'en est pas une et je ne m'en prive pas non plus», explique l'ancien receveur des postes à la retraite qui aujourd'hui «n'a peur de rien car j'ai déjà tout perdu deux fois». La mère d'Elodie, Marie-Rose, a mis fin à ses jours en juillet 2002, six mois après le décès d'Elodie en avallant un produit anti-taupe. Elle restera 9 ans dans le coma avant de décéder le 10 juillet 2011. Longtemps, Jacky Kulik, a été surveillé discrètement de crainte qu'il ne se fasse justice lui-même avant de trouver l'apaisement.

«Ceux qui ont tué ma fille ont aussi tué notre famille», répète Jacky Kulik qui depuis des années tient un blog consacré à sa fille et se rend à de nombreux procès d'assises de tueurs en série comme Jean-Paul Lecomte ou de violeur meurtrier récidiviste comme Alain Penin. Il y relève à chaque fois «les erreurs de la justice qui ont permis à ces hommes d'être libre et de tuer encore».

VIDEO. L'un des tueurs d'Elodie identifié : l'émotion de son père janvier 2012


L'un des tueurs d'Elodie identifié : l'émotion... par leparisien

Source : http://www.leparisien.fr/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/07/2018 19:16  Mis à jour: 11/07/2018 19:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Meurtre d'Elodie Kulik: le renvoi aux assises du suspect validé en cassation
La Cour de cassation a validé ce mercredi le renvoi devant les assises de Willy Bardon, soupçonné du meurtre et du viol d'Elodie Kulik dans la Somme en 2002 a appris l'Agence France Presse. La haute juridiction a rejeté le pourvoi de ce Picard de 43 ans.

La Cour de cassation a validé ce mercredi le renvoi devant les assises de Willy Bardon, soupçonné du meurtre et du viol d'Elodie Kulik dans la Somme en 2002. L'Agence France Presse cite son avocat, Patrice Spinosi. La haute juridiction a rejeté le pourvoi de cet homme de 43 ans contre son renvoi devant la cour d'assises pour enlèvement, séquestration, viol et meurtre, confirmé en avril par la cour d'appel d'Amiens.
Quatorze ans d'enquête

Mis en examen et incarcéré en 2013, Willy Bardon est sorti de prison en avril 2014, sous surveillance électronique. Seul à être poursuivi dans cette affaire, il clame son innocence. Alors âgée de 24 ans, Élodie Kulik, directrice d'une agence bancaire à Péronne, avait été violée puis tuée en janvier 2002. Son corps avait été retrouvé en partie calciné dans un champ à Tertry, à une quinzaine de kilomètres de là.

L'enquête avait été clôturée en février 2016 à l'issue de 14 ans d'investigations. "Nous attendons désormais les débats sur le fond de l'affaire aux assises", a déclaré Maître Spinosi, qui a défendu Willy Bardon devant la Cour de cassation.

https://www.francebleu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/06/2018 09:56  Mis à jour: 13/06/2018 09:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Hondelatte raconte : Elodie Kulik, la banquière assassinée (Récit Intégral). Posté le le 12 juin 2018. ( Vidéo)
Elodie Kulik, 24 ans, a été violée et étranglée par plusieurs hommes dans la nuit du 10 janvier 2002 sur la route entre Saint-Quentin et Péronne. Malgré les nombreux indices retrouvés sur la scène de crime, malgré l’enregistrement de son agression en direct, l’enquête n’est pas si simple qu’elle ne parait…

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/04/2018 15:53  Mis à jour: 17/04/2018 15:53
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Kulik : Bardon se pourvoit en cassation!!!
Les avocats de Willy Bardon ne désarment pas. Vendredi, les juges de la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Amiens avaient rendu leur décision : ils renvoient devant la cour d’assises de la Somme Willy Bardon, le seul suspect vivant dans l’affaire Elodie Kulik, cette banquière de 24 ans, enlevée, violée, et étranglée, en janvier 2002 à Tertry.

Ce lundi, Mes Stephane Daquo et Gregoire Lafarge ont saisi la Cour de cassation pour contester cette décision. La plus haute juridiction devra d’abord dire si le mémoire déposé par les avocats est recevable ou non. Si c’est le cas, ils ont la possibilité de casser la décision des juges de la chambre de l’instruction et de les charger de réexaminer leur position. Ils peuvent aussi se prononcer directement sur les suites à donner à cette affaire : renvoyer Willy Bardon aux assises ou lui faire bénéficier d’un non-lieu.

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/04/2018 12:32  Mis à jour: 13/04/2018 12:32
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Kulik: Willy Bardon renvoyé aux assises.
Les juges décident que le dossier est suffisamment solide pour juger le seul suspect vivant après le viol et le meurtre d’Elodie Kulik, en janvier 2002 à Tertry (Somme). La lettre anonyme, qui a semé le trouble dernièrement, ne sera finalement pas exploitée.

Les magistrats de la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Amiens ont rendu ce vendredi leur décision : ils ne rouvrent pas l’enquête concernant le meurtre d’Élodie Kulik, en janvier 2002 à Tertry (Somme). Ils ont décidé de suivre la décision des juges d’instruction et de renvoyer le seul suspect vivant dans cette affaire, Willy Bardon, devant la cour d’assises de la Somme. Il sera jugé pour enlèvement et séquestration suivis de mort. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

La gérante de bar ne sera pas entendue

En janvier dernier, les avocats de la défense, Mes Stéphane Daquo et Grégoire Lafarge, avaient contesté devant la chambre de l’instruction le renvoi en justice de leur client, estimant que le dossier ne contenait pas suffisamment d’éléments à charge pour que cela soit le cas. Les magistrats avaient mis leur décision en délibéré, mais dans ce délai, une lettre anonyme avait été envoyée au parquet général. Son auteur avait pris la plume après avoir vu un reportage sur l’affaire diffusée sur TF1. Il indiquait avoir entendu une tenancière de bar discuter avec des tiers sur le meurtre d’Elodie Kulik. Cette gérante aurait dit bien connaître Willy Bardon, et qu’à l’époque des faits, il faisait des sorties en 4X4 avec Grégory Wiart (formellement identifié par son ADN mais décédé en 2003), mais aussi avec une troisième personne.

Les juges ne se sont donc pas prononcés dans l’immédiat sur le renvoi ou non de Willy Bardon devant les assises. Une nouvelle audience avait été fixée au 30 mars. Là, l’avocat général et l’avocat des parties civiles avaient estimé qu’il serait bon de rouvrir l’instruction de l’affaire, donc l’enquête, pour que la gérante de bar soit entendue par les enquêteurs.
La défense réfléchit à un pourvoi en cassation

Au final, les magistrats de la cour d’appel ont estimé que ce nouvel élément n’aurait rien apporté d’important dans cette affaire. Et ils ont jugé que les charges étaient suffisantes pour que Willy Bardon soit renvoyé devant la cour d’assises de la Somme. Les avocats de la défense attendent de pouvoir examiner l’arrêt pour se prononcer s’ils se pourvoient en cassation ou pas. Ils ont cinq jours pour le faire.

Elodie Kulik, 24 ans, était banquière à Péronne. La jeune femme revenait d’une soirée à Saint-Quentin seule dans sa voiture. Elle a été enlevée par des personnes à Cartigny, près de Péronne (sa Peugeot 106 a été retrouvée dans le bas-côté de la chaussée). La Samarienne a passé un appel au secours aux pompiers au cours de son enlèvement. Cet appel a été enregistré. Entre les cris de la jeune femme, on y distingue des voix d’hommes. C’est l’élément essentiel du dossier : cinq proches de Willy Bardon ont dit reconnaître sa voix, tandis que les experts de police scientifique estimaient qu’il était impossible de conclure s’il s’agissait bien de sa voix.

Le corps d’Elodie Kulik a été retrouvé à Tertry, à quelques kilomètres de Cartigny. Elle a été violée et étranglée, et son corps a été incendié. Après 10 ans d’enquête, Grégory Wiart est identifié comme l’un des agresseurs grâce à une nouvelle technique scientifique. C’est son ADN qui se trouve ans un préservatif présent sur le lieu du crime. Le suspect est mort à 23 ans en 2003. C’est en enquêtant sur son entourage que les gendarmes se sont intéressé à Willy Bardon.

Ce dernier nie avoir participé aux faits. Incarcéré en janvier 2013, il est remis en liberté en juin 2016. Les juges de la chambre de l’instruction ont maintenu son contrôle judiciaire.

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/03/2018 12:39  Mis à jour: 30/03/2018 12:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 On saura le 13 avril si le dossier Kulik est rouvert...
L’enquête sur le viol et le meurtre d'Elodie Kulik en 2012 doit-elle reprendre sur la base de la lettre anonyme reçue en janvier ou s’arrêter là ? La Chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens a réuni ce 30 mars les avocats de la partie civile et de la défense pour leur notifier officiellement l'existence de ce nouvel élément. Elle leur a également indiqué qu'elle se donnait jusqu'au 13 avril pour décider d'une éventuelle réouverture de l'enquête, close en février 2016.


Les juges et toutes les parties ont demandé que le corbeau soit formellement identifié et entendu. En fonction de ses déclarations, il sera décidé ou non s’il y a lieu d’exploiter ce témoignage et de reouvrir l’instruction..

Selon nos informations, cette lettre désigne l’existence d’un 3ème homme, avec Willy Bardon et Grégory Wiart, décédé peu de temps après le meurtre d’Elodie Kulik. Et c’est un témoignage qui n’est pas anodin dans ce dossier. L’hypothèse d’une 3ème personne a souvent été mise en avant. Et jusqu’ici, les preuves de l’implication de Willy Bardon sont minces. Si ce n’est une absence d’alibi, et la bande d’enregistrement des pompiers, de faible qualité, et où certains proches pensent reconnaître la voix de Willy Bardon en fond. Ce dernier nie toujours son implication dans le viol et le meurtre.

En fonction de cette décision du 13 avril, il sera de nouveau question de la tenue d’un procès d’Assises ou non. Quoiqu’il en soit, un procès dans l’affaire Kulik paraît bien compromis pour l’année 2018.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/03/2018 12:51  Mis à jour: 10/03/2018 12:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Kulik : des détails sur la lettre anonyme...
Des détails sur le contenu de la lettre anonyme adressée à la justice ont été dévoilés. L'auteur évoque un témoin possédant des informations sur Willy Bardon soupçonné d'avoir tué Elodie Kulik en janvier 2002 à Tertry, dans la Somme.

Le contenu de la lettre anonyme adressée au parquet général dans le dossier Elodie Kulik se précise. Un courrier dont l'existence a été révélé ce mardi alors que la chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens devait dire si les éléments contre Willy Bardon étaient suffisants pour renvoyer le suspect du meurtre de la jeune banquière devant les Assises de la Somme.

Une patronne de bar en possession d'informations sur le suspect
L'auteur anonyme révélerait dans ce courrier l'existence d'un témoin, la patronne d'un bar en possession selon lui d'éléments sur Willy Bardon et son cercle proche. Selon nos informations, l'auteur expliquerait avoir entendu une conversation entre cette commerçante et ses clients, cette dernière leur parlant d'un trio passant tout leur temps ensemble. Willy Bardon connaissait bien Grégory Wiart décédé depuis mais identifié comme le violeur présumé de la jeune banquière en 2002 et avec qui l'axonais participait à des virées 4X4. Quant a cette troisième personne, son identification permettrait peut-être de confondre un autre suspect. Depuis 16 ans, un doute plane toujours autour d'une troisième voix distinguée sur l'appel de détresse d'Elodie Kulik aux pompiers le soir de son enlèvement.

L'espoir est mince

" On ne sait jamais" admet l'avocat du père de jacky Kulik qui refuse d'en dire plus sur ce nouvel élément. Me Robiquet pour qui l'espoir reste tout de même très mince.

La chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens étudiera l'importance à donner à cette lettre anonyme le 30 mars . La justice décidera ensuite de convoquer ou non cette fameuse patronne de bar citée dans le courrier.

https://www.francebleu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/03/2018 11:42  Mis à jour: 08/03/2018 11:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Meurtre d'Élodie Kulik : "J’attends beaucoup de cette lettre, elle peut faire avancer les choses" lance son père sur LCI ( Vidéo)
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/03/2018 14:18  Mis à jour: 07/03/2018 14:18
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Kulik: une lettre anonyme sème le trouble ...
Coup de théâtre ce mardi 6 mars à 9 heures. Les juges de la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Amiens devaient rendre leur décision : dire si oui ou non le dossier criminel de l’affaire Élodie Kulik comportait suffisamment d’éléments à charge pour renvoyer le seul suspect vivant, Willy Bardon, devant la cour d’assises de la Somme.

Les trois juges d’instruction avaient décidé de ce renvoi, mais les avocats de la défense avaient fait appel. Dans la salle d’audience, où le public n’a pas le droit d’entrer, la présidente n’a mis que quelques minutes à annoncer la décision. Et c’est un rebondissement.

Une lettre anonyme est intervenue entre le 16 janvier, date à laquelle cette demande d’annulation a été plaidée par les différentes parties, et ce 6 mars. Elle a été adressée au parquet général. Cet écrit, pour l’heure, reste mystérieux car ni les parties civiles ni la défense n’en ont avaient eu connaissance ce mardi.

Ce courrier a été envoyé après la diffusion de l’émission Grand reportage sur TF1, le 21 janvier. D’après nos informations, l’auteur de la lettre écrit que la tenancière d’un bar aurait des informations sur Willy Bardon, le principal suspect. Les gendarmes ont vérifié que cette commerçante existait bien, ce qui a été confirmé.

Que contient précisément cette lettre ? Cette tenancière aurait-elle uniquement des renseignements de personnalité sur Willy Bardon ou a-t-elle eu vent d’informations sur le meurtre d’Elodie Kulik ? Ce mardi, ces questions restaient en suspens.

Ce courrier constitue un énième rebondissement dans l’affaire Kulik. Bien des lettres ont été versées au dossier. Mais pas forcément les bonnes. Certaines d’entre elles, si elles l’avaient été, auraient peut-être permis aux enquêteurs d’interpeller Grégrory Wiart (dont l’ADN a été retrouvé dans un préservatif sur les lieux du crime), alors qu’il était encore vivant. Sa concubine d’alors s’envoyait, en 2002 et 2003, les courriers à elle-même : « Tu as tout vu, je suis foutu. (…) Je vais te violer, t’étrangler et te brûler (…) Je vais agir avec toi comme avec les autres femmes ». La jeune femme avait déposé plainte contre Wiart, et c’est finalement elle qui a été condamnée pour dénonciations calomnieuses. Si un rapprochement avait été fait avec l’affaire Elodie Kulik, un prélèvement ADN sur Grégory Wiart aurait permis son identification immédiate.

--
<<L’impatience du père d’Elodie>>

Une nouvelle fois, Jacky Kulik, le père d’Elodie, a fait le déplacement au palais de justice d’Amiens. L’audience n’étant pas publique, il a attendu à l’extérieur de la salle l’issue des débats. Seize ans après l’horrible meurtre de sa fille, l’homme pensait savoir si enfin, un procès se profilait. C’est son avocat, Me Didier Robiquet, qui lui a annoncé le rebondissement. Jacky Kulik cherche à comprendre. « Mais dans cette lettre, on ne sait pas si cette dame sait des choses quant à l’événement ? » « Bien sûr que non, répond son avocat. Des lettres, on a eu des milliers ». « Donc n’importe quel dingue qui envoie une lettre en disant je connais bien Bardon et on rouvre l’instruction à chaque fois ? ». Et l’avocat d’expliquer que les juges ne pouvaient pas faire autrement…

Jacky Kulik montre son impatience. L’homme attend depuis 2002 que justice soit faite. Il se demande si l’auteur de la lettre anonyme n’est pas une personne qui cherche à faire retarder l’échéance. « Parce que si c’est ça, on peut en avoir des dizaines de lettres, et de deux mois en deux mois, imaginez-vous, ça va nous faire repousser tout ça. J’aurai 80 ans ! » Il se veut toutefois optimiste : « J’ai 68 ans, plus la même force qu’à 52 ans, mais je tiendrai.

--
<<La défense ne s’y attendait pas>>

Mes Stéphanes Daquo et Grégoire Lafarge n’étaient pas au palais de justice ce mardi matin. Ils ont rapidement été mis au courant de ce coup de théâtre, auquel ils ne s’attendaient pas. « De toute façon, dans ce dossier, compte tenu de l’ancienneté des faits, on se rend compte que l’affaire est très mal ficelée. Nous ne sommes pas à l’abri de rebondissements. Car cette affaire est loin d’avoir livré tous ses secrets », réagit Me Stéphane Daquo.

Pour la défense, les éléments à charge sont insuffisants pour renvoyer Willy Bardon en justice. Ils reposent sur la bande sonore de l’appel aux pompiers d’Elodie Kulik au moment de son enlèvement. Plusieurs proches de Bardon ont reconnu sa voix : « Cet élément sonore, dans lequel on croit reconnaître une intonation, dure 0,98 seconde. Vous croyez que cela suffit pour envoyer quelqu’un devant les assises ? », a réagi Me Grégoire Lafarge
Que peut-il se passer le 30 mars?

La décision aurait dû être rendue ce mardi 6 mars. Les juges de la chambre de l’instruction d’Amiens devaient dire si Willy Bardon, le seul suspect vivant dans l’affaire Elodie Kulik, sera renvoyé ou non devant la cour d’assises de la Somme. Cela est intervenu après un appel formulé par les avocats de la défense. Ils ont contesté la décision des trois juges d’instruction chargés de l’affaire, rendus en avril 2017, qui consistait à envoyer Willy Bardon devant la cour d’assises pour enlèvement et séquestration suivis de mort. Pour Mes Grégoire Lafarge et Stéphane Daquo, le dossier ne contient pas suffisamment d’éléments à charge pour que l’Axonais soit jugé. Cette lettre anonyme est venue bouleverser les plans. Elle est intervenue entre la date d’audience devant la chambre de l’instruction, où les différentes parties ont plaidé, et ce mardi, jour du rendu de la décision. Aussi, avec cet élément nouveau, la cour n’avait pas d’autre choix que de rouvrir le débat. Cette nouvelle pièce du dossier va être mise à la connaissance des différentes parties.

Le 30 mars prochain, rien ne se décidera. Les avocats de la défense, ceux des parties civile, ainsi que l’avocat général, vont se prononcer sur la nécessité, ou non, d’entendre la gérante de bar qui est mentionnée dans ce courrier. Les magistrats mettront plusieurs jours à se prononcer. S’ils décident que le témoignage est important, un supplément d’information judiciaire sera ordonné, et le témoin pourra alors être entendu. Dès lors, quelques jours plus tard, les magistrats aviseront pour savoir si ce nouvel élément bouleverse le dossier ou non. Si ce n’est pas le cas, ils pourront enfin rendre leur décision : renvoyer Willy Bardon en justice ou pas. Et si d’aventure ce témoignage rebat les cartes de cette affaire, l’instruction pourrait reprendre.

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/03/2018 13:36  Mis à jour: 06/03/2018 13:36
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Elodie Kulik :« Ils ont reçu une lettre anonyme qui désigne une personne qui aurait des renseignements sur Bardon et son entourage. »
Image redimensionnée

Ce matin, la chambre d’instruction de la cour d’appel d’Amiens devait confirmer ou non le renvoi devant les assises du seul accusé encore vivant dans l’affaire du viol et du meurtre d'Elodie Kulik. Mais une nouvelle audience a été programmée à cause d'un élément nouveau.

C'est une lettre anonyme qui vient relancer l'affaire Elodie Kulik. Ce matin, la chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens devait dire si oui ou non Willy Bardon serait renvoyé devant les assises. S'il allait y avoir un procès ou pas.

En avril 2017, les 3 juges en charge du dossier avaient décidé de renvoyer le seul accusé encore vivant dans cette affaire devant une cour d'assises. Ce qu'ont contesté les avocats de Willy Bardon. Et c'est sur cette contestation que la chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens devait se prononcer ce matin.


Envoyée après un reportage sur TF1


Mais les juges ont fait savoir qu'une nouvelle audience aurait lieu le 30 mars à cause d'un élément nouveau : ils ont reçu une lettre anonyme qui désigne une personne qui aurait des renseignements sur Willy Bardon et son entourage.
C'est l'émission Grands Reportages diffusée le 16 janvier sur TF1 à propos de l'affaire Kulik qui aurait motivé le geste de l'auteur de cette missive. Pour éviter tout vice de procédure, la chambre d'instruction a préféré soumettre cet élément à toutes les parties et débattre de son utilité dans le dossier lors de l'audience du 30 mars. La décision sera alors mise en délibérée.

Vers une réouverture de l'instruction ?

Si les parties estiment que cette lettre est importante pour l'enquête, il faudra auditionner la personne désignée dans ce courrier. L'instruction, close en février 2016, serait donc réouverte et le procès repoussé.

Un rebondissement qui a provoqué la colère de Jacky Kulik. Le père d'Elodie a en effet l'impression que le procès est tout le temps repoussé.

Dans la nuit du 10 au 11 janvier 2002, Elodie Kulik, 24 ans, est enlevée par plusieurs agresseurs, violée et tuée sur une route près de Péronne dans la Somme. Son corps en partie calciné sera retrouvé au petit matin dans un champ à Tertry.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/03/2018 11:33  Mis à jour: 06/03/2018 11:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Elodie Kulik.Une lettre anonyme retarde la décision sur un procès de Willy Bardon dans l'affaire Elodie Kulik.
Une mystérieuse lettre anonyme envoyée en début d'année au parquet général reporte la décision de la chambre d'instruction de la Cour d'Appel d'Amiens dans l'affaire Elodie Kulik. Une nouvelle audience est programmée le 30 mars pour décider si cette lettre doit être retenue dans l'instruction.


L'attente une nouvelle fois prolongée pour Jacky Kulik, le père de la jeune banquière de Péronne violée et tuée en janvier 2002 à Tertry. Une lettre anonyme envoyée au parquet général après la diffusion d'un reportage télévisé reporte la décision de la chambre d'instruction de la Cour d'Appel d'Amiens censée tranchée ce mardi matin sur le renvoi de Willy Bardon devant les Assises de la Somme pour le meurtre d'Elodie Kulik. Une nouvelle audience est programmée par la Chambre d'Instruction le 30 mars pour décider si cette lettre doit être retenue dans l'instruction.

"On ne m'aura rien épargné"
Un courrier dont on ne sait quasiment rien si ce n'est selon Me Robiquet, l'avocat de Jacky Kulik que son auteur anonyme dénoncerait un témoin ayant des informations sur le suspect, l'axonais Willy Bardon et son cercle proche. Le père d'Elodie Kulik accuse le coup : " C'est encore de l'attente, on ne m'aura rien épargné" réagit Jacky Kulik qui voit dans ce nouveau report "encore un gain de temps favorable à Willy Bardon". "Cela n'en finit pas, j'ai l'impression que j'aurai 80 ans quand Willy Bardon passera aux Assisses". Jacky Kulik qui pensait "que l'instruction aujourd'hui était close" accuse le coup rappelant que "ce genre de témoignage, on en a eu des centaines". Le père de la jeune banquière espère désormais que celui-ci ne sera pas "un témoignage farfelu".

Elodie Kulik, jeune banquière de 24 ans, a été enlevée, violée et tuée à Tertry et Willy Bardon est le seul mis en examen dans ce dossier.

https://www.francebleu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/02/2018 11:53  Mis à jour: 23/02/2018 11:53
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Elodie Kulik : Le destin maudit de Jacky Kulik, assoiffé de justice .
"Chacun sur terre a une croix à porter, mais moi j'en porte plusieurs". Après avoir perdu deux enfants dans un accident de la route, Jacky Kulik a dû affronter le meurtre de sa fille Elodie en 2002, et oeuvre sans relâche pour que les coupables soient traduits en justice.

Par AFP
Publié le 23/02/2018 .

Dans sa maison de Violaines, à une trentaine de minutes de Lille, Jacky Kulik, 68 ans, a coché sur son calendrier la date du 6 mars. La chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Amiens se prononcera sur le renvoi du principal suspect de l'assassinat d'Elodie Kulik, dans ce qui constitue l'une des plus longues et médiatiques affaires criminelles françaises du XXIe siècle.

"C'est mon combat, je continuerai à me battre quoi qu'il arrive", promet ce "vrai ch'ti", passionné de jardinage et de football, à la poignée de main chaleureuse. "Il a un courage fou, plein de personnes se seraient effondrées dans sa situation", appuie Georges Charrières, journaliste au Courrier picard, qui suit l'affaire depuis le début.

Destin tragique
A l'âge de 13 ans, Jacky Kulik doit affronter un premier drame : son père, mineur d'origine polonaise, atteint de silicose, meurt d'un accident de mobylette le jour de ses 41 ans. Sa mère doit élever seule ses cinq enfants. En 1976, devenu postier, Jacky Kulik dérape en voiture sur une plaque de verglas. Après 21 jours en réanimation, son épouse lui annonce la mort de son fils et sa fille de cinq et six ans dans l'accident. Les séquelles l'obligent à partir chaque année en cure en pays catalan.

Après ce dramatique accident, "on recrée la même chose, avec la naissance d'une fille et d'un garçon, treize mois d'écart aussi. On avait une vie de famille magnifique et un avenir superbe s'ouvrait à eux...", dit-il, ému aux larmes, dans son salon à la décoration méridionale.

Sa fille Elodie, ravissante jeune femme qui dirigeait une agence bancaire à Péronne, disparaît le 10 janvier 2002. Elle téléphone aux pompiers, pleine d'effroi, dans un message de 26 secondes où l'on entend les voix de deux hommes. Deux jours plus tard, elle est retrouvée morte dans un terrain vague à Tertry (Somme), violée et étranglée. "Ca a été pour lui la disparition d'une fille brillante et la destruction de la famille qu'il avait réussi à reconstruire", explique son avocat historique Me Didier Robiquet.

'Je ne veux pas me venger'
Mis en invalidité par la Poste à 52 ans, il se lance à corps perdu dans sa propre enquête, interrogeant des témoins et tentant d'exploiter la moindre piste, au point de se voir accuser de polluer le travail de gendarmes... Sa femme, elle, ne supporte pas la mort de son 3e enfant et meurt en 2011 après neuf ans de coma, suite à une tentative de suicide. "Elle n'a pas su pour les coupables, j'avais espéré qu'en lui disant les noms ça fasse un choc et qu'elle se réveille", se souvient M. Kulik.

Car l'enquête, après avoir longtemps piétiné malgré des moyens colossaux, connaît un premier dénouement : en 2012, grâce à la technique de l'ADN par parentèle, la juge d'instruction annonce à Jacky Kulik le nom du violeur. Il s'agit de Grégory Wiart... décédé dans un accident de voiture en 2003. "Un suicide", selon lui. L'autre voix serait celle de Willy Bardon, aujourd'hui en liberté conditionnelle, renvoyé en 2017 devant la cour d'assises de la Somme pour enlèvement suivi de mort, mais qui a fait appel de cette décision.

Jacky Kulik, devenu grand-père après la naissance de la fille de son fils gendarme, continue chaque dimanche de se rendre sur la tombe d'Elodie au cimetière de Lens. "Je ne veux pas me venger, je veux punir", assure cet homme hostile à la peine de mort, qui fréquente assidûment les assises pour se "préparer".

"Il est le père que tout le monde rêverait d'avoir, d'une extrême gentillesse", dit Isabelle Boquel, une amie. Avant d'ajouter : "Je ne souhaite à personne la vie qu'il a".
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/01/2018 15:40  Mis à jour: 22/01/2018 15:40
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Elodie Kulik : Jacky Kulik a confié espérer un procès devant les assises « J’attends ce procès, parce qu’il faut qu’il parle»…
Élodie Kulik, assassinée non loin d’ici il y a 16 ans. » À l’église de Monchy-Lagache, près de Péronne, ce dimanche matin, le livret de messe rappelait les recommandations de prières du jour. Mais les fidèles n’ont pas eu besoin de le lire pour savoir vers qui adresser leurs pensées. Massés face à une grande photo de la jeune femme posée au pied de l’autel, ils étaient presque 150 à participer à une messe du souvenir. Une cérémonie donnée chaque année en mémoire d’Élodie Kulik, la jeune banquière de Péronne, sauvagement assassinée dans la nuit du 10 au 11 janvier 2002, à Tertry.

« Le (Willy) Bardon, il y était, on le sait fort bien »
Assis au premier rang, son père, Jacky Kulik, se montrait volontiers reconnaissant pour ce soutien qui ne se dément pas malgré le temps qui passe : « Seize après, je suis content de voir qu’il y a toujours du monde, de la famille, des amis et d’autres anonymes. Il faut dire aussi que j’ai fait ce qu’il fallait pour que l’on continue de parler de l’affaire » . Jacky Kulik espère plus que jamais que le dossier va trouver son issue en justice, désormais, avec un seul homme dans le box des accusés. « Le (Willy) Bardon, il y était, on le sait fort bien », n’en démord pas Jacky Kulik, sachant qu’un autre suspect, Grégory Wiart, est mort en 2003 avant que son ADN ne soit formellement identifié et le désigne comme violeur présumé de la victime.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Amiens doit bientôt confirmer, ou non, le renvoi de Willy Bardon devant la cour d’assises. « J’espère que le 6 mars, décision sera prise. Il ne faut pas oublier que j’ai tout perdu dans cette affaire. Ma femme aussi en est morte. J’attends ce procès, parce qu’il faut qu’il parle. J’ai assisté à plusieurs procès d’assises. Il y règne une certaine pression. Et je pense qu’il parlera », reste persuadé Jacky Kulik. Qui sait aussi qu’il va encore devoir se montrer patient, compte tenu des possibilités d’appel en Cassation. Ce qui pourrait dans ce cas repousser d’un an la décision de renvoi. À la suite de quoi, il faudrait ajouter six mois environ pour la préparation du procès.

« C’est inimaginable ce qu’il doit souffrir »
En attendant, « quelqu’un est dehors. S’il y a procès, il comparaîtra libre. C’est inadmissible », déplore Isabelle Boquel, porte-parole de l’association Angélique – du nom de cette jeune fille assassinée en forêt de Compiègne en 1996 – dont l’action a contribué à la création du Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FAEG). « Au mieux, je ne m’attends pas à un procès avant 2019, voire début 2020 », table pour sa part Jacky Kulik, dont la dignité a encore forcé l’admiration de l’assistance.

« C’est un homme courageux. Essayons de nous mettre à sa place un instant. C’est inimaginable ce qu’il doit souffrir », nous a ainsi confiés Gérard Van Isacker, un habitant de Dompierre-Becquincourt, un habitué de la cérémonie du souvenir. « Je connaissais Élodie. Nous avons tous été malheureux de la voir partir ainsi. Un crime aussi odieux devrait être puni. Il est honteux que ça ne soit pas déjà le cas. La justice finira bien par dire qui l’a tuée ».

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/12/2017 11:33  Mis à jour: 29/12/2017 11:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Du théâtre sur fond de l’affaire Elodie Kulik à Péronne.
Un hommage penseront certains, une curieuse façon de revenir sur un terrible drame estimeront d’autres. À chacun de se faire son opinion en allant voir la pièce, vendredi 29 décembre à l’espace Mac-Orlan.

Première nationale du spectacle rendant hommage à Élodie Kulik ». Sous l’affiche de Meurtres à domicile, pièce de théâtre inédite jouée vendredi 29 décembre à Mac-Orlan à Péronne, ces mots annoncent l’ambition de son créateur. Suivie de cette phrase entre parenthèses : « Avec le soutien et l’aide de Jacky Kulik », le père de la jeune banquière assassinée voici une quinzaine d’années entre Cartigny et Tertry.

Si la pièce n’est absolument pas la transposition d’une affaire qui attend toujours une conclusion judiciaire, elle a bien pour toile de fond ce terrible fait divers ayant marqué la Picardie et même la France.

Retour sur des crimes passés

L’histoire en quelques mots : le personnage principal est un policier qui travaille sur l’affaire Kulik et qui en devient fou. Schizophrène, sa personnalité se dédouble, ce qui amènera le spectateur, par son truchement et celui des autres comédiens de la troupe Viromandui, à se pencher sur les plus grands crimes passés que les Hauts-de-France aient connus.

Le scénario et la mise en scène sont nés de l’esprit de Fabien Richard, à la manœuvre, jeudi 28 décembre, à Mac-Orlan avec les comédiens pour les dernières répétitions. « J ’ai d’abord voulu écrire sur les grandes affaires criminelles de l’Aisne. Je me suis rendu aux archives et j’en ai compilé, nous expliquait-il lors de la genèse de la pièce. Le problème, c’est qu’elles n’avaient pas de socle commun qui leur donnait une consistance, excepté le bourreau, présent dans chacune d’entre elles. À cette époque, je regardais aussi énormément d’émissions comme Faites entrer l’accusé. C’est comme cela que je me suis attaché à l’affaire d’Élodie . »

La prise de risque d’avoir en fil conducteur une histoire encore présente dans les esprits sera-t-elle couronnée de succès ? Première réponse ce vendredi 29 décembre au soir à Mac-Orlan, avant une tournée de plusieurs dates.

****************************

Les dates de la tournée
La pièce sera jouée à ces prochaines dates à 20 h 30. L’entrée sera de 5 €, sauf en milieu rural où elle sera gratuite (nous vous communiquerons les tarifs au fur et à mesure du calendrier) :

le 6 janvier à Monchy-Lagache,

le 13 et 14 janvier à La Manufacture Hors Les Murs de Saint-Quentin,

le 20 janvier à Ribemont,

le 10 février à Vailly-sur-Aisne,

le 22 février au Méliès à Ham,

le 3 mars à Violaines (Pas-de-Calais),

le 24 mars à Braine,

le 31 mars à Saint-Gobain,

le 14 avril à Homblières,

le 21 Avril à Bohain-en-Vermandois.

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/11/2017 10:48  Mis à jour: 06/11/2017 10:48
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 .... 16 ans avant Alexia, l'affaire Élodie Kulik, le papa d'Elodie soutient la famille d'Alexia.
Le meurtre de la joggeuse Alexia réveille d'anciens souvenirs parmi les familles de victimes. Il y a 16 ans, Élodie Kulik avait été tuée et brûlée dans la Somme. Son père témoigne.

Plus de 400 kilomètres séparent la Somme de la petite ville de Gray, en Haute-Saône. Et presque seize ans ont passé depuis la découverte du cadavre calciné d'une jeune banquière blonde prénommée Élodie. Malgré le temps et la distance, s'il est un homme que le drame d'Alexia Daval a particulièrement touché, c'est bien Jacky Kulik. "Ça remue", confie pudiquement celui qui a enterré sa fille en 2002, puis son épouse en 2011 après neuf ans de coma consécutif à une tentative de suicide.

"Les techniques d'enquête comme la recherche d'ADN ont beaucoup progressé"
Aux parents d'Alexia, dont le corps calciné a été retrouvé lundi dans un bois près de Gray, il ne peut exprimer que sa solidarité et les encourager à "faire confiance aux enquêteurs, qui ­finiront, même si c'est difficile, par trouver ce monstre ; il n'y a pas d'autres mots… Ils brûlent les corps pour faire disparaître les preuves, mais ils commettent toujours une ­erreur. Il ne faut pas se décourager. Les techniques d'enquête comme la recherche d'ADN ont beaucoup progressé".

En 2011, les gendarmes avaient dû innover pour identifier le violeur d'Élodie. L'ADN prélevé dans un préservatif retrouvé sur la scène de crime ne figurait pas dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg). En ciblant la composante familiale de l'identité génétique, ils ont pu remonter jusqu'à un parent du meurtrier dont le profil figurait dans le Fnaeg et identifier finalement un jeune plombier de la région décédé en 2003. Ce qui a malgré tout permis de confondre un de ses proches, trahi notamment par sa voix enregistrée lors du dernier appel déchirant d'Élodie au standard des pompiers.

Lutter contre l'oubli
Miné par ses désirs de vengeance et l'absence de progrès dans l'enquête, Jacky Kulik est allé, courant 2005, jusqu'à proposer une récompense de 100.000 euros pour obtenir des renseignements. Une initiative qu'il regrette aujourd'hui : "C'est une mauvaise idée. Ça n'a amené que des fausses informations, et parmi ceux qui savaient, personne n'a parlé." En revanche, il ne regrette aucune des marches blanches auxquelles il a participé, ni les messes qu'il a fait célébrer chaque année parce qu'"il faut lutter contre l'oubli".

Installé près d'Arras (Pas-de-Calais), Jacky Kulik attend impatiemment désormais janvier 2018 et la confirmation par la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Amiens du renvoi devant les assises d'un suspect pour l'"enlèvement suivi de mort" de sa fille. "Même si c'est inadmissible qu'il puisse comparaître libre, je veux le voir devant moi dans le box des accusés", assure l'ancien receveur des postes

https://www.msn.com/fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/10/2017 15:52  Mis à jour: 21/10/2017 15:52
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Elodie Kulik et bien d'autres : Les affaires criminelles qui ont marqué la Picardie…(Vidéos)
21/10/2017 : France 3 Picardie revient sur les affaires criminelles qui ont marqué la Picardie. Elodie Kulik, Marcel Barbeault, Alain Lamare, beaucoup de mystères peuvent encore planer sur des affaires pourtant résolues…

De 1969 à 1976, la Picardie a connu son premier tueur en série. En 7 ans, Marcel Barbeault a tué sept femmes et 1 homme près de Creil dans l'Oise. Surnommé "le tueur de l'ombre", il a été condamné à perpétuité en 1981.


********************************************************
1978

En 1978, braquages, tirs sur des passants, cyclistes renversés et vols de voitures se multiplient. En décembre une jeune femme est tuée de plusieurs balles en forêt de Chantilly. Le tueur était un gendarme de 22 ans qui participait à l'enquête. Jugé schizophrène et irresponsable de ses actes, Alain Lamare sera interné.



*********************************************
2002

En janvier 2002, le corps d'Elodie Kulik, 24 ans, est retrouvée près de Cartigny dans la Somme. Elle a été violée, étranglée et brûlée. Avant de mourir, elle a pu appeler les pompiers. Les enquêteurs ont retrouvé deux empreintes génétiques sur les lieux et isolé des voix sur la bande de l'appel. En 2012, l'ADN a mené à Grégory Wiart, mort en 2003 et la voix à Willy Bardon. Arrêté en 2013, son procès pour viol et séquestration n'a toujours pas eu lieu.


http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/10/2017 14:38  Mis à jour: 19/10/2017 14:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Le 10 janvier 2002, Elodie Kulik, 24 ans, disparaissait...Audience le 16 janvier 2017...
En avril dernier, un juge d’instruction a décidé de renvoyer Willy Bardon devant la cour d’assises pour répondre de l’enlèvement et de la séquestration, suivis de la mort, d’Elodie Kulik, le 10 janvier 2002.
Sa défense a interjeté appel de cette décision.

La chambre de l’instruction devait examiner ce recours avant-hier, mardi 17, mais a finalement décidé de remettre sa décision au 16 janvier.

L’une des raisons est la décision du parquet général d’ajouter aux charges pesant sur cet Axonais de 43 ans l’accusation de meurtre. Cette décision étant récente, la défense a considéré qu’elle ne pouvait matériellement y répondre, d’où le délai.

http://www.courrier-picard.fr/64746/a ... ik-audience-le-16-janvier
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/08/2017 10:43  Mis à jour: 27/08/2017 10:43
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Replay :Faits divers du 26 août 2017 - L'affaire Elodie Kulik / L'affaire Amandine Estrabaud.
Affaire Elodie Kulik
Un reportage de Nicolas Deliez et Hervé Lavigne Images : Guillaume TaverneMontage : Hervé LavigneAgence de presse : Alert Press Quinze ans après les faits, nous revenons sur l’affaire Elodie Kulik, une jeune et jolie banquière sauvagement violée et assassinée en janvier 2002 à Péronne, un petit village du Nord de la France. Sur la tombe de la jeune femme, son père Jacky fait le serment de se battre jusqu’au bout pour retrouver les assassins de sa fille. Après de nombreux rebondissements, grâce à un travail de fourmi et aux progrès de l’ADN, les enquêteurs mettront plus de dix ans à retrouver la trace des assassins. Le père d’Elodie Kulik, ses plus proches amis mais aussi les enquêteurs, ont accepté de se confier et de livrer les secrets de cette affaire hors-norme.


Affaire Amandine Estrabaud
Un reportage d’Albert Bohbot Images : Guillaume TaverneMontage : Pierre Le Chaponnier et Yoann BeaulieuAgence de presse : TF1 Production Le 19 juin 2013, près de Castres, dans le Tarn, Amandine Estrabaud, 30 ans, disparaît mystérieusement alors qu’elle rentrait en stop à son domicile. Depuis ce jour-là, personne n’a revu la jeune et jolie assistante d’éducation. Et son corps n’a jamais été retrouvé.Alors, que s’est-il passé ? Toute la région, bouleversée, vit depuis plus de quatre ans au rythme des nombreux rebondissements de l’enquête, qui a permis d’interpeller un suspect. Sa mère, sa tante et ses plus proches amis se confient sur cette absence qui mine leur vie et surtout sur leur espoir de connaître enfin la vérité. Une enquête inédite racontée par Jacques Pradel, qui lève le voile sur une affaire dramatique et émouvante.



Si vous ne voyez pas ce reportage, cliquez sur ce lien pour vous abonner à MYTF1

https://www.tf1.fr/tf1/grands-reportag ... e-amandine-estrabaud.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 25/08/2017 12:33  Mis à jour: 25/08/2017 12:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Une pièce de théâtre qui évoque le meurtre d'Élodie Kulik.
Le metteur en scène de la compagnie saint-quentinoise "Viromandui" Fabien Richard a créé une pièce de théâtre, "Meurtres à domicile", qui a pour point de départ l'affaire Élodie Kulik. Une pièce validée par le père de la défunte.

Par Célia Mascré http://france3-regions.francetvinfo.fr
Publié le 24/08/2017

Tout le monde se souvient du terrible meurtre de la jeune Elodie Kulik, dont le corps en partie calciné a été retrouvé un 12 janvier 2002, dans un champ près de Tertry, dans la Somme. C'était il y a 15 ans mais ce fait divers reste gravé dans les mémoires. D'ici quelques mois, le metteur en scène Fabien Richard offrira sa toute première représentation de "Meurtres à domicile", une pièce qui a pour point de départ cette affaire.

Élodie Kulik comme fil conducteur

"Au départ, on n'avait pas vraiment de fil conducteur, nous voulions explorer les meurtres historiques dans la région de 1866 à 1965", relate Fabien Richard. À la même époque, le metteur en scène rédige un texte en hommage à Elodie Kulik. Il le présente à son père via l'intermédiaire de sa meilleure amie. Ce dernier l'approuve. "Des monstres, il y en a eu hier et il y en a aujourd'hui", réalise M. Richard, qui décide de faire de cette affaire son fil conducteur. "Toutes les histoires racontent en quelque sorte celle d'Elodie".

Toutes les histoires racontent en quelque sorte celle d'Elodie


La pièce raconte l'histoire d'un policier qui, en 2002, découvre ce meurtre à la télévision. Il réalise qu'il sera chargé de l'enquête, ce qui le rend fou. Et se produit un phénomène de dédoublement de la personnalité : "le flic devient également un coupeur de tête du XIXe siècle", raconte le metteur en scène.

Une manière de parcourir les siècles et de mener une réelle réflexion sur la place de la justice dans la société. La pièce mêle rêve et réalité. Le policier est-il fou ? Alcoolique ? Le public ne le saura jamais. "Avec cette affaire, il ouvre une boîte de pandore qui va le faire retomber dans le passé", décrit Fabien Richard.

Un succès inexpliqué ?

"S'il n'y avait pas l'accord du papa, il n'y avait pas d'Élodie dans la pièce", se souvient M. Richard. "Il était important qu'il soit d'accord à 100%". Pourtant, de nombreuses personnes, ayant écho de la pièce, ont accusé le metteur en scène de tirer avantage du drame. "Nous n'avons pas de positionnement de profit", précise-t-il. C'est pour cette raison, entre autres, qu'il a tenu à ce que le tarif soit unique et peu élevé (5€). "Je veux aussi que la pièce soit accessible. Et montrer aux gens que ce qu'ils voient à la télé, c'est de la poudre aux yeux".

Depuis l'annonce de cette pièce, les villes se bousculent pour avoir leur représentation. "Ils sont quinze à m'avoir appelé, ils n'ont pourtant pas vu la pièce !", s'étonne le metteur en scène, qui a toutefois son idée à propos d'un tel succès. "Les gens veulent connaître la vérité. On veut comprendre, savoir qui est le méchant".

Sur Facebook, une page en hommage à Élodie Kulik regroupe plus de 5000 personnes. "Les gens ont du ressentiment, ils sont en quête de la vérité, en plein questionnement sur cette histoire", interprète-t-il.

La pièce va être éditée en livre. La première aura lieu à Péronne le 29 décembre.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/05/2017 11:15  Mis à jour: 14/05/2017 11:15
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Le gendarme Emmanuel Pham-Hoai est un biologiste de formation. Il a eu une idée qui allait tout changer dans l'affaire Elodie Kulik : La première utilisation de la recherche ADN par parentèle pour résoudre un cold case…
Un gendarme, biologiste de formation, a réalisé des analyses inédites à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN). Il voulait "faire parler davantage un profil génétique" qui n’apparaissait pas dans le fichier central. Emmanuel Pham-Hoai a utilisé la recherche ADN par parentèle pour la première fois en France… Extrait de "13h15 le samedi" du 13 mai 2017.


VIDEO. "13h15". La première utilisation de la recherche ADN par parentèle pour résoudre un cold case

Le gendarme Emmanuel Pham-Hoai est un biologiste de formation. Il a eu une idée qui allait tout changer dans l’affaire Elodie Kulik, une jeune femme violée et étranglée en 2002 dans la Somme. C’était un cold case, une affaire non élucidée… Jusqu’au jour où il a réalisé des analyses inédites à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

C’est ce chef d’escadron qui a réussi à faire parler un ADN retrouvé sur le lieu du crime et qui était resté silencieux pendant dix ans. Pour la première fois en France, il a utilisé la technique de la recherche par parentèle : "Je m’aperçois que le seul élément qui a survécu au temps est l’ADN. L’idée est de faire parler davantage ce profil génétique qui ne correspond à aucun profil génétique dans la base."

"Un profil génétique, c’est 50% du père et 50% de la mère"

Le chef d’escadron du département Biologie de l’IRCGN découvre que des enquêteurs ont réussi, aux Etats-Unis, à identifier un violeur en série grâce à la recherche par parentèle. Le fichier des empreintes génétiques recense en France toutes les personnes condamnées pour un crime ou un délit. Le violeur d’Elodie, inconnu de la justice, n’y figurait pas… Le biologiste a alors cherché dans le fichier des profils génétiques proches de celui retrouvé sur la scène du crime…

"Un profil génétique, c’est 50% du père et 50% de la mère pour chaque individu. J’ai donc demandé que l’on recherche dans le fichier tous les profils génétiques qui présentent 50% de similitude avec celui retrouvé", explique le gendarme. Et les enquêteurs découvrent un ADN très proche de celui du violeur de la jeune femme. C’est celui d’un homme condamné pour agression sexuelle. Le propriétaire de l’ADN inconnu est en réalité… son fils ! Dix ans après les faits, les gendarmes tiennent enfin leur principal suspect.

http://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/04/2017 13:40  Mis à jour: 07/04/2017 13:40
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Meurtre d'Elodie Kulik : le père est "prêt" à faire face à Willy Bardon . Vidéo Europe1

Meurtre d'Elodie Kulik : le père est "prêt" à... par Europe1fr

Willy Bardon, principal suspect du viol et du meurtre d'Elodie Kulik en 2002, a été renvoyé devant les assises de la Somme. Pour le père de la victime, c'est un soulagement.

"Enfin".
C'est le premier mot qu'a prononcé Jacky Kulik en apprenant jeudi le renvoi de Willy Bardon devant les assises de la Somme. Ce dernier est accusé du meurtre d'Elodie Kulik, fille de Jacky Kulik, en 2002. La jeune fille de 24 ans, dont le corps avait été retrouvé en partie calciné, avait été violée et étouffée. Willy Bardon nie toute implication mais a pourtant avoué que l'on reconnaissait bien sa voix dans un appel d'Elodie Kulik aux pompiers juste avant sa disparition.

"Je pense que ma fille m'a appelé."
Pour Jacky Kulik, cette décision du juge d'instruction est un véritable soulagement. "J'attends que Willy Bardon parle. J'attends de savoir comment ça s'est exactement passé. J'attends de savoir si, quand c'est arrivé, ma fille m'a appelé. Je pense qu'elle l'a fait. Je pense que dans ses cris d'au secours, elle appelé son papa", a-t-il confié.

"Cette fois-ci, il sera obligé de me faire face." Le père d'Elodie Kulik se dit prêt à faire face à celui qui est accusé du meurtre de sa fille : "Il y a énormément de zones d'ombre. S'il ne parle pas, il restera dans son mutisme, mais je suis prêt. (...) Cette fois-ci, il sera obligé de me faire face. J'ai rien gagné, j'ai tout perdu. Mais je suis quand même content d'avoir tenu ma parole. J'avais fait serment à mon épouse qu'on arriverait à trouver les assassins de ma fille et aujourd'hui on y est arrivé." La date du procès n'a, quant à elle, pas encore été fixée.

http://www.europe1.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/04/2017 14:50  Mis à jour: 06/04/2017 14:50
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Jacky Kulik ( papa d’Elodie) est satisfait du renvoi du suspect numéro 1. Mais un appel est toujours possible [VIDEO]
Jacky Kulik, le père d’Elodie Kulik, a appris ce jeudi, du juge d’instruction que Willy Bardon serait renvoyé devant la cour d’assises de la Somme pour séquestration suivi du meurtre d’Elodie Kulik.

« Enfin ! »

« Le premier mot que j’ai prononcé c’est enfin, cette affaire date de 15 ans », nous a confié Jacky Kulik, le père de la jeune banquière tuée, à la sortie du palais de justice




Elodie Kulik a été violée puis tuée le 10 janvier 2002 près de Péronne, Somme. Un premier suspect, Gregory Wiart, est mort en 2003. Willy Bardon est le deuxième suspect. Il a fait de la détention provisoire et est actuellement sous contrôle judiciaire.
Appel possible
Le renvoi effectif de Willy Bardon n’est pas encore définitif, la défense a la possibilité de faire appel de ce renvoi devant le jury populaire.

http://www.courrier-picard.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/04/2017 11:11  Mis à jour: 06/04/2017 11:11
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Willy Bardon, principal suspect dans le dossier Kulik, renvoyé devant les assises.
Mis en examen en janvier 2013, Willy Bardon, principal suspect dans le viol et le meurtre d'Elodie Kulik, a passé plus d'un an et demi en détention provisoire derrière les barreaux. Sorti de prison en avril 2014, il avait été placé sous contrôle judiciaire et assigné à résidence avec port d'un bracelet électronique.

Willy Bardon est le seul accusé dans l'affaire Elodie Kulik. Une affaire dont le parquet d'Amiens a décidé de clore l'instruction en février dernier après 14 ans d'enquête et pour laquelle il n'y a toujours pas eu de procès.

Elodie Kulik, 24 ans, directrice d'une agence bancaire à Péronne (80), avait été violée puis étouffée en janvier 2002. Son corps avait été retrouvé en partie calciné dans un champ à quelques kilomètres, à Tertry (80).

Avant d'être tuée, la jeune femme avait eu le temps d'appeler avec son téléphone portable les pompiers qui avaient distingué, derrière la voix de la victime, au moins deux voix d'hommes avec un fort accent picard.

10 ans plus tard, l'enquête avait connu un tournant avec l'identification par recoupement d'ADN d'un suspect, Grégory Wiart, mort dans un accident de voiture quelques mois après le meurtre. Willy Bardon était l'un de ses amis.


La voix de Willy Bardon avait été reconnue sur l'enregistrement par l'ancienne compagne de Grégory Wiart et 5 des 6 hommes placés en garde
à vue en même temps que lui en janvier, ainsi que dans une première expertise. C'est la seule preuve contre Willy Bardon.


Le mis en examen lui-même avait dit aux enquêteurs que la voix sur la bande-sonore ressemblait à la sienne, avant de nier les faits


http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/01/2017 11:11  Mis à jour: 16/01/2017 11:11
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Élodie Kulik: un hommage émouvant avant peut-être un renvoi aux assises ?
Une messe a été donnée en son hommage ce dimanche 15 janvier 2017.

Image redimensionnée


Le regard fixe et attentif, il a le visage d’un homme marqué par les dures épreuves mais qui n’a pas renoncé. Ce dimanche matin, Jacky Kulik, le père d’Élodie, ignoblement assassinée il y a 15 ans, est entouré de dizaines d’amis dans la charmante église de Monchy-Lagache (Somme), son village. Jacky enchaîne les accolades et les poignées de mains, un mot de remerciement à voix basse pour chacun.

Devant l’autel, deux portraits d’Élodie, et toujours, en cette mi-janvier, la crèche de Noël. Le père Jean-Paul Bouvier rappelle aussi la mémoire de Rose-Marie (la mère d’Élodie morte de chagrin), Angélique, Christelle, Patricia, également victimes d’un tueur sur le territoire picard, et David, un jeune homme victime d’une agression mortelle le long d’une route de Belgique, sans que la justice n’ait encore rattrapé personne depuis 2011. « Reçois-les dans ta Lumière. Rassure-nous devant les épreuves », déclame le prêtre.

De nombreux paroissiens s’approchent pour communier. Mais pas Jacky Kulik, resté dans sa travée, au premier rang, auprès de la meilleure amie d’Elodie, de la mère d’Angélique et celle de David. « Après ce qui m’est arrivé, vous feriez quoi ? », interroge le père de famille, qui avait également perdu deux enfants dans un accident de la route.

De sa petite voix, il invite la foule d’une centaine de personnes à se rendre au foyer rural pour un pot de l’amitié. À propos de Willy Bardon, seul suspect encore en vie, pour qui les juges devraient rendre leur décision dans les semaines à venir, il dit : « J’attends qu’il soit dans le box des accusés pour pouvoir lui demander comment tout ça s’est passé ». Même si la justice pourrait estimer le contraire, le père d’Élodie l’affirme : « Il y a suffisamment d’éléments et d’expertises pour le faire tomber (...) L’enfant de chœur qui a été remis en liberté n’en est pas un ».

Après la cérémonie, Fabien Richard, journaliste, chanteur et acteur originaire de l’Aisne, a présenté son projet d’hommage théâtral avec l’association Viromandui de Saint-Quentin. Intitulée « Meurtres à domicile », sa pièce pourrait être présentée pour la première fois à Monchy-Lagache le 29 décembre prochain, jour anniversaire d’Elodie. « Mon idée était de créer une pièce autour de tous les monstres criminels de Picardie au 19º et 20º siècle. L’histoire d’Élodie sera le lien entre toutes les affaires », explique Fabien Richard.

Le jeune homme a grandi à Lesquielles-Saint-Germain, dans l’Aisne. Pas loin du village de Fieulaine où Willy Bardon a tenu un bistrot, et de Montescourt-Lizerolles, où résidait Grégory Wiart, formellement identifié mais qui est décédé.« Pendant des années je les ai rencontrés sans le savoir. Mon ambition n’est pas me servir de l’affaire mais de servir l’affaire. » Dans une courte lecture du texte de son personnage principal (un enquêteur), Fabien Richard a imploré « tous ceux qui savent mais se taisent » à sortir du « silence de cette monstruosité. »

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/01/2017 12:23  Mis à jour: 15/01/2017 12:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Une pièce de théâtre saint-quentinoise en hommage à Elodie Kulik. Un extrait a été lu ce matin à la messe organisée en hommage à Elodie .
Une messe était organisée ce matin en hommage à Elodie Kulik, dont le corps a été retrouvé il y a 15 ans. Auprès du père d'Elodie, Jacky Kulik, un metteur en scène qui écrit en ce moment une pièce de théâtre autour d'Elodie et d'autres affaires criminelles en Picardie.

/ Picardie

Une pièce de théâtre saint-quentinoise en hommage à Elodie Kulik

Une messe était organisée ce matin en hommage à Elodie Kulik, dont le corps a été retrouvé il y a 15 ans. Auprès du père d'Elodie, Jacky Kulik, un metteur en scène qui écrit en ce moment une pièce de théâtre autour d'Elodie et d'autres affaires criminelles en Picardie.


Elodie Kulik avait été retrouvée morte le 12 janvier 2002 à Tertry. Son corps était à demi calciné. Les expertises révéleront qu'elle avait été violée et tuée.

Elodie Kulik avait été retrouvée morte le 12 janvier 2002 à Tertry. Son corps était à demi calciné. Les expertises révéleront qu'elle avait été violée et tuée.

C'est une pièce de théâtre particulière qu'est en train de préparer Fabien Richard, metteur en scène au sein de la comapgnie saint-quentinoise "Viromandui". Depuis 6 ans, le jeune homme avait la volonté de mettre en avant les grandes affaires criminelles de la région depuis 1870. "J'ai commencé à étudier différentes histoires à partir de livres, d'archives...", explique le metteur en scène. "Mon but était de définir qui sont les victimes et qui sont les bourreaux." Avec pour résultat, une pièce de théâtre, intitulée "Meurtres à domicile".

L'affaire Elodie Kulik l'a toujours passionné. "A un certain moment, je me suis rendu compte que c'était le socle de la pièce", explique Fabien Richard. Il décide donc de créer un personnage d'enquêteur, qui pourrait aussi être le père d'Elodie Kulik, bien qu'elle ne soit jamais nommée directement.

Une réflexion autour de l'affaire

"Mon but est de servir l'affaire, pas de me servir de l'affaire", précise d'emblée le metteur en scène. Dès lors, et même si la pièce est encore inachevée, il prévoit un débat à chaque fin de représentation, pour terminer la pièce sur une réflexion collective.

Il y a 3 semaines, le jeune homme a fait parvenir le texte au père d'Elodie, Jacky Kulik. "Il m'a dit qu'il n'avait jamais vu un texte comme ça, que cela apportait une autre vision sur l'affaire." Sa rencontre avec Jacky Kulik est décisive. "C'était une rencontre extraordinaire, qui m'a amené à refléchir à de nouvelles pistes." L'artiste accepte tout de suite de participer à l'hommage de ce dimanche.

"J'ai choisi un extrait de la pièce sur le silence, ajoute Fabien Richard. Parce que ceux et celles qui savent se taisent." La première de la pièce devrait avoir lieu fin 2017.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/01/2017 17:08  Mis à jour: 14/01/2017 17:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Elodie Kulik : Les 3 juges d’instruction en charge du dossier doivent bientôt rendre leur décision. On saura si un procès aura lieu ou si le seul suspect bénéficie d’un non-lieu.
Ce dimanche, comme tous les ans, une messe en la mémoire de la plus jeune banquière de France, décédée le 10 janvier 2002 à l’âge de 24 ans, est donnée à 10 h 30 en sa mémoire en l’église de Monchy-Lagache (Somme).
L’ambiance pourrait y être particulière. Tout le monde est en attente de la décision des trois juges d’instruction chargés de cette affaire : vont-ils renvoyer le seul suspect vivant devant la cour d’assises de la Somme ?

Les magistrats planchent sur le volumineux dossier depuis mars 2016. Le parquet a requis le renvoi de l’Axonais Willy Bardon, 44 ans, en justice, pour « enlèvement, arrestation, détention ou séquestration suivis de la mort de la victime ». Rien n’oblige les juges d’instruction à suivre ces réquisitions. S’ils concluent que les preuves manquent, ils peuvent même ordonner un non-lieu en faveur du suspect.

Dans cette affaire, Grégory Wiart, un habitant de Montescourt-Lizerolles (Aisne) né en 1979, a été formellement identifié en janvier 2012, dix ans après le crime. Il l’a été grâce à une nouvelle technique de comparaison d’ADN. L’homme était décédé depuis 2003. Les gendarmes de la section de recherches d’Amiens ont ensuite enquêté sur son entourage. Et c’est ainsi qu’ils sont remontés jusqu’à Willy Bardon.

Willy Bardon a toujours clamé son innocence. Interpellé en janvier 2013, il a été placé en détention provisoire avant d’être libéré en avril 2014. Pour l’accusation, plusieurs éléments font de lui un suspect. À l’époque des faits, il fréquentait Grégory Wiart, notamment lors de soirées alcoolisées. L’Axonais a fêté le Nouvel An 2002, soit quelques jours avant le meurtre, dans le restaurant chinois le Pavillon de Shangaï, à Saint-Quentin, l’établissement où Élodie Kulik a mangé le soir des faits avant de se faire agresser. Il était en compagnie de Grégory Wiart et de leurs concubines respectives.
L’accusation a relevé l’inquiétude du suspect quand les premières personnes ont été placées en garde à vue. Il multipliait les coups de téléphone pour savoir ce qui se tramait. À charge, figure également un comportement envers les femmes que l’accusation avait qualifié de « particulier », car grossier et porté sur le sexe. Enfin, il y a surtout cet enregistrement sonore : l’appel aux pompiers passé par la victime au moment de son agression. Sur les deux voix d’hommes que l’on distingue, cinq proches de Willy Bardon ont dit reconnaître sa voix.

Ces éléments sont-ils suffisants pour renvoyer un homme en justice dans une affaire aussi grave ? Pour les avocats de la défense, Mes Stéphane Daquo et Grégory Lafarge, la réponse est non. Après les réquisitions du parquet, les avocats ont fait part aux juges d’instruction de leurs observations sur les charges retenues à l’encontre de leur client. Ainsi, ils notent qu’aucun élément, téléphonie, achat par carte bleue ou autre, ne montre que Willy Bardon était présent entre Saint-Quentin et Cartigny le soir des faits. Ils notent qu’à Cartigny, là où la voiture accidentée de la jeune banquière a été retrouvée, aucune preuve n’est apportée sur la présence de leur client (ADN, empreintes, etc.). Ils mettent en exergue qu’à Tertry, là où le corps a été découvert, il n’a été trouvé aucun ADN, rien qui prouve la présence de Willy Bardon.

La défense s’attarde sur la bande sonore, le seul élément matériel du dossier. Ils fustigent l’expertise effectuée par Norbert Pheulpin, qui a conclu à la fiabilité de la reconnaissance de la voix par des tiers. Les avocats ont versé au débat cette déclaration faite par l’expert sur France 2 en octobre 2011 : « C’est un cas d’école. En vingt ans que je travaille sur le sujet avec mes collaborateurs, qui travaillent aussi depuis très longtemps, eh bien c’est un cul-de-sac, c’est une impasse, c’est une impasse ».

Et la défense de souligner que les cinq personnes qui affirment reconnaître la voix de Willy Bardon ont leur ADN (incomplet ou transportable) sur la scène de crime. Elle souligne que les expertises scientifiques réalisées sur la bande sonore (qui dure 26 secondes) n’ont rien donné.
Ainsi, celle réalisé par un laboratoire de police scientifique estime que sur une échelle de – 4 à + 4, l’indice de probabilité qu’il s’agisse de la voix de Willy Bardon est fixé entre – 1 et – 2.
Si le renvoi du seul suspect devant la justice pourrait être vécu comme une victoire pour le père d’Elodie Kulik, le chemin vers la vérité semble encore bien long.

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/01/2017 12:08  Mis à jour: 10/01/2017 12:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Il y a 15 ans, le meurtre d'Elodie Kulik bouleversait la Picardie.
Le 12 janvier 2002, le corps en partie calciné d'Elodie Kulik était retrouvé dans un champ près de Tertry (80). C'était il y a 15 ans.

Après l'identification d'un suspect grâce à de l'ADN et la mise en examen de Willy Bardon, la date du procès de celui-ci est suspendu à la décision de 3 juges.


C'est le renvoi de Willy Bardon devant les Assises pour "séquestration suivie de la mort de la victime" qui est toujours examiné par les juges.

C'est le Parquet d'Amiens qui avait fait cette demande. La défense du principal suspect encore en vie dans l'affaire Kulik n'ont pas fait appel de cette demande comme ils en avaient le droit.

C'est désormais à un collège de 3 juges d'instruction de décider s'il y aura ou non procès. Ils examinent le dossier depuis maintenant 9 mois et n'ont toujours pas rendu leur décision.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/01/2017 12:55  Mis à jour: 07/01/2017 12:55
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : ANNONCE SUR NT1 Samedi 7 Janvier à 20h55 « Elodie Kulik : qui a tué la jolie banquière ? »…
Magazine de société - 2017
Durée : 1h45
Audio description
Présenté par : Magali Lunel

Résumé du programme

Affaire Elodie Kulik : qui a tué la jolie banquière ?

Le 11 janvier 2002, les pompiers de Péronne, dans la Somme, reçoivent un appel au secours. L'interlocutrice, Elodie Kulik, 24 ans, vient d'être enlevée. Le lendemain, son corps est retrouvé partiellement brûlé sur le site d'un ancien aérodrome, près de Tertry. Elle a été violée et étranglée.

Pour la première fois, le père de la victime, ses amis et les enquêteurs ont accepté d'évoquer l'affaire



• Meurtre au bout de l'échelle. En 1991, Denise Colins, une jeune artiste, est agressée sauvagement à son domicile d'Orlando, dans le comté d'Orange, en Floride.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/12/2016 17:36  Mis à jour: 15/12/2016 21:29
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 L’affaire Elodie Kulik inspire une pièce de théâtre que le papa d’Elodie apprécie. L’idée de la pièce, selon son créateur, était aussi de «redonner un aspect humain» à l’affaire.
Image redimensionnée



Fabien Richard prépare une pièce dont le fil directeur est le meurtre de la jeune femme.

Presque quinze années plus tard, le meurtre d’Élodie Kulik, jeune banquière péronnaise, est encore dans toutes les mémoires. Et devrait le rester, puisqu’il constituera le fil conducteur de Meurtres à domicile, la future pièce de la compagnie Viromandui, dont les premières représentations devraient se tenir à la fin de l’année 2017.

Le scénariste, le Saint-Quentinois Fabien Richard, n’abordera bien sûr pas la tragédie de manière frontale. «Il s’agit plutôt d’un socle commun à toutes les affaires que j’évoque dans la pièce, précise ce dernier. Je mets en scène un enquêteur en charge de résoudre l’affaire Kulik. Pour parvenir à ses fins, il va étudier des affaires passées, comme il n’arrive pas à trouver de réponses. Élodie Kulik est dans la pièce sans y être. D’ailleurs, elle ne s’y appelle pas Élodie.»

La future pièce de théâtre ne devait pas évoquer l’affaire au départ. «J’ai d’abord voulu écrire sur les grandes affaires criminelles de l’Aisne. Je me suis rendu aux archives et j’en ai compilé, raconte Fabien Richard. Le problème, c’est qu’elles n’avaient pas de socle commun qui leur donnait une consistance, excepté le bourreau, présent dans chacune d’entre elles. À cette époque, je regardais aussi énormément d’émissions comme Faites entrer l’accusé. C’est comme cela que je me suis attaché à l’affaire d’Élodie.» La proximité géographique a bien sûr joué son rôle. «Le hasard a voulu qu’une de mes connaissances soit un ami de Jacky Kulik, le père d’Élodie.»

Le père d’Élodie a apprécié la pièce


Il était bien évidemment impensable que l’ascendant de la victime ne soit pas informé du projet de Fabien Richard. «Il l’a lue et a validé la démarche, annonce le metteur en scène. Je dois prochainement déjeuner avec lui.»

La pièce ne s’évertue pas à trouver des réponses sur une affaire dont le procès n’a pas encore eu lieu. «En dehors des faits premiers et du rebondissement avec la découverte de l’ADN de Grégory Wiart, il n’y a rien. Il est davantage intéressant d’évoquer des affaires qui font penser à Élodie Kulik. D’autant plus que nous sommes en attente du procès de Willy Bardon. Je ne voulais bien sûr pas prendre position.»


L’idée de la pièce, selon son créateur, était aussi de «redonner un aspect humain» à l’affaire. «Lorsque vous évoquez l’affaire Kulik, les gens ne voient que deux choses: le portrait d’une jeune femme blonde et souriante, et un fait divers dans lequel elle a été violée et brûlée dans un champ.» C’est pour cette raison que Fabien Richard souhaite que des débats soient menés lors des représentations.


Celles-ci devraient avoir lieu à Saint-Quentin, mais pas seulement. «Je souhaite jouer à Péronne et à Ham en premier», annonce le metteur en scène. Dans une région encore meurtrie par la mémoire de l’affaire. BENJAMIN MERIEAU
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/09/2016 12:38  Mis à jour: 15/09/2016 12:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Hondelatte raconte - Elodie Kulik, la banquière assassinée ... ( Vidéo)


Christophe Hondelattepropose aux auditeurs d’Europe 1 de revenir durant une heure, sur les aventures humaines et les histoires vraies qui ont marqué la France, en les ponctuant d’archives de la station.


Elodie Kulik, la banquière assassinée


Elodie Kulik, 24 ans, a été violée et étranglée par plusieurs hommes dans la nuit du 10 janvier 2002 sur la route entre Saint-Quentin et Péronne. Malgré les nombreux indices retrouvés sur la scène de crime, malgré l’enregistrement de son agression en direct, l’enquête n’est pas si simple qu’elle ne parait…
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/06/2016 10:19  Mis à jour: 03/06/2016 10:19
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : PETITION "Pour que la justice soit rendue" à Elodie Kulik...
Citation :
Pour que la justice soit rendue
Auteur : Jean Paul Soye
Créé le 02/06/2016
À l'attention : de la Cour d'Assises de la Somme - 80000 Amiens

Honteux, Willy Bardon a été libéré, auteur présumé du viol et du meurtre d'Elodie Kulic.

En attendant le jugement, nous demandons sa réincarcération.

POUR SIGNER , CLIQUEZ ICI

http://www.mesopinions.com/petition/j ... justice-soit-rendue/20217
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/06/2016 12:24  Mis à jour: 02/06/2016 12:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : AISNE Affaire Kulik: Bardon peut sortir de chez lui.
Willy Bardon, 42 ans, doit respirer. Libéré de son assignation à résidence et de son bracelet électronique en avril après sa remise en liberté en avril 2014, l’Axonais restait sous un contrôle judiciaire très strict. Vendredi, les magistrats ont décidé, à la demande de ses avocats, d’assouplir considérablement les conditions de ce contrôle judiciaire. Le quadragénaire peut sortir de chez lui le jour, du lundi au vendredi. Il peut également rendre visite à son enfant le week-end. Willy Bardon est également désormais autorisé à sortir du département de l’Aisne, même s’il a interdiction de quitter le territoire français. Enfin, s’il lui est toujours interdit d’entrer en contact avec les différents acteurs du dossier, il peut voir ses frères. Willy Bardon doit en revanche continuer de pointer une fois par semaine au commissariat.

« Cet assouplissement du contrôle judiciaire va permettre à Willy Bardon de travailler. C’est son seul objectif », réagit Me Stéphane Daquo, l’un des avocats de l’Axonais.

Willy Bardon est le seul suspect dans l’affaire Élodie Kulik, violée et sauvagement tuée en janvier 2002 à Tertry, près de Péronne (Somme). Il nie depuis son interpellation, en 2013, les faits qui lui sont reprochés. L’instruction est close dans cette affaire hors norme. Le parquet a requis à l’encontre de l’Axonais un renvoi devant la cour d’assises de la Somme pour enlèvement et séquestration suivis de mort. Au juge d’instruction maintenant de décider s’il dispose d’éléments à charge suffisants pour renvoyer le Picard aux assises.

Si procès il y a, il ne devrait pas intervenir avant novembre 2017.

GAUTIER LECARDONNEL http://m.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/05/2016 09:57  Mis à jour: 05/05/2016 09:57
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Affaire Kulik : au juge d’instruction de se prononcer désormais
Cette fois, 14 ans après l’horrible meurtre d’Élodie Kulik près de Péronne (Somme), l’enquête est définitivement bouclée. Les avocats de la défense, Mes Grégoire Lafarge et Stéphane Daquo, avaient jusqu’à ce mardi 3 mai pour formuler des observations sur les réquisitions du parquet dans cette affaire. Il n’en a rien été.

C’est désormais au juge d’instruction, qui s’est chargé de cette enquête, de se prononcer. Dans les semaines qui viennent, il dira s’il y a, à ses yeux, suffisamment d’éléments pour renvoyer le seul suspect (vivant) dans cette affaire, Willy Bardon, devant la cour d’assises de la Somme, et pour quels motifs.

Le mois dernier, le parquet d’Amiens s’est prononcé en faveur d’un procès. Il a requis un renvoi pour « séquestration suivie de la mort de la victime ». En clair, il a jugé ne pas disposer de suffisamment d’éléments pour que Willy Bardon, 43 ans, soit jugé pour homicide. Aucun ADN de l’Axonais, qui clame son innocence, n’a été retrouvé sur les lieux du crime.

L’accusation se fonde sur le fait que des proches ont reconnu sa voix sur l’appel au secours passé par Élodie Kulik au moment de son enlèvement à Tartigny (Somme). Les expertises scientifiques de la bande n’ont pas pu conclure qu’il s’agissait effectivement de la voix de Willy Bardon.

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/04/2016 18:39  Mis à jour: 18/04/2016 18:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re :Affaire Kulik : Willy Bardon n’a plus de bracelet électronique
Depuis sa sortie de prison, en avril 2014, Willy Bardon était assigné à résidence. Porteur d’un bracelet électronique, il ne pouvait sortir de son domicile, dans l’Aisne, qu’à des horaires bien précis, sous peine de retourner derrière les barreaux.

Les conditions de vie ont changé la semaine dernière pour le seul mis en examen dans l’affaire Élodie Kulik. Le bracelet électronique lui a en effet été retiré. Non qu’un juge lui ait fait une fleur, c’est la loi qui imposait ce retrait. L’assignation à résidence ne peut en effet pas durer plus de deux ans.

Willy Bardon n’est pas totalement libre pour autant. L’Axonais reste sous contrôle judiciaire. Et il serait très strict, si bien que, selon son avocat Me Stéphane Daquo, ses conditions de vie n’ont pas spécialement évolué.

Le juge se prononcera dans quelques semaines

Willy Bardon continue de clamer son innocence dans cette affaire. Dans quelques semaines, le juge d’instruction chargé du dossier va rendre ses conclusions : renvoyer l’Axonais devant la cour d’assises de la Somme s’il juge disposer de suffisamment d’éléments de preuve, ou délivrer un non-lieu.

Le parquet, lui, s’est déjà prononcé (la défense a jusqu’au 3 mai pour formuler des observations). Il demande le renvoi en justice pour « séquestration suivie de la mort de la victime ». Et non pour meurtre ou assassinat.


Même si la peine encourue reste la même, ce choix du parquet montre que les éléments à charge reposent essentiellement sur l’enregistrement téléphonique de l’appel au secours d’Élodie Kulik quand elle a été enlevée par ses agresseurs, à Cartigny
.

Des proches ont dit avoir reconnu la voix de Willy Bardon.

Pour le reste, aucune trace ADN du quadragénaire n’a été retrouvée sur les lieux du crime, à Tertry, si bien que l’accusation ne disposerait d’aucune preuve de sa présence à cet endroit au moment des faits.

http://www.aisnenouvelle.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/04/2016 10:26  Mis à jour: 05/04/2016 10:26
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Affaire Kulik : le parquet d’Amiens demande le renvoi de Willy Bardon devant les assises.
Le parquet d’Amiens a requis le renvoi de Willy Bardon, mis en examen en 2013, devant les assises, pour séquestration suivie de mort.

Jacky Kulik, père d’Élodie, la jeune banquière de Péronne (Somme) violée et tuée en 2002, a reçu il y a quelques jours les réquisitions du procureur de la République d’Amiens. Le parquet demande le renvoi devant les assises de Willy Bardon, seul mis en examen dans cette affaire, pour séquestration suivie de la mort de la victime.
Après quatorze années d’enquête, ces réquisitions constituent une étape supplémentaire avant le procès tant attendu par Jacky Kulik, mais elle est loin d’être la dernière.
D’abord, l’un des avocats de Willy Bardon, Me Stéphane Daquo, a jusqu’au 3 mai pour formuler des observations sur ces réquisitions. Ensuite, les juges décideront soit le renvoi aux assises, soit un non-lieu. « La partie adverse fera sans doute appel en cas de renvoi aux assises », avance Me Didier Robiquet, avocat de Jacky Kulik. Qui ajoute : « La qualification (séquestration suivie de la mort) est la plus adaptée, car la moins contestable ».

Mis en examen en 2013 pour viol, séquestration et meurtre, Willy Bardon est sorti de prison en avril 2014, sous contrôle judiciaire et bracelet électronique. Un des agresseurs d’Élodie Kulik a été formellement identifié, grâce à l’ADN, en 2012, mais il ne sera jamais jugé : Grégory Wiart est mort dans un accident de la circulation, un an après le meurtre de la jeune femme.


DENIS DESBLEDS http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/03/2016 14:31  Mis à jour: 06/03/2016 14:31
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Monchy-Lagache (80) : les proches d'Elodie Kulik lui rendent hommage (ce dimanche 6 mars une messe en sa mémoire à 10h30 )
Le père de la jeune banquière Elodie Kulik, tuée en 2002 organisait ce dimanche 6 mars une messe en sa mémoire à 10h30 à Monchy-Lagache dans la Somme. Après 14 ans d'enquête, le parquet d'Amiens a décidé de clore l'instruction le mois dernier.

Image redimensionnée

© Aurélien Barège Une messe en mémoire d'Elodie Kulik était organisée ce dimanche 6 mars à Monchy-Lagache dans la Somme.


Près de 150 personnes se sont retrouvées, comme chaque année, depuis la mort de la jeune banquière de Péronne, assassinée il y a 14 ans. Une messe en hommage à Élodie Kulik était organisée par son père, Jacky Kulik, en l'église de Monchy-Lagache, dans la Somme.

En février dernier, le parquet d'Amiens avait décidé de clore l'instruction concernant le viol et le meurtre d'Elodie Kulik dans la Somme en 2002. Le père de la jeune femme attend toujours, selon nos confères de L'Union, un procès. Le parquet doit formuler ses réquisitions dans les prochains jours auprès du juge d'instruction qui délivrera ensuite "dans les prochains mois" une ordonnance de renvoi devant les assises ou une ordonnance de non-lieu, avait expliqué le procureur d'Amiens, Bernard Farret, le 17 février.

Willy Bardon, mis en examen en 2013 pour séquestration, viol et meurtre, risque de comparaître devant les assises. Placé en détention provisoire lors de sa mise en examen, il est sorti de prison en avril 2014 mais sous surveillance électronique. Il est le seul mis en examen dans cette affaire.

http://france3-regions.francetvinfo.f ... kulik-lui-rendent-hommage
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/03/2016 13:34  Mis à jour: 05/03/2016 13:34
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Affaire Kulik: «J'ai juré sur la tombe d'Élodie de trouver ses assassins», témoigne son père qui a perdu trois enfants, pour lui, les questions continuent de se bousculer.
L’instruction ouverte après le viol et le meurtre d’Élodie Kulik en 2002 est désormais close. Son père, qui organise une messe pour sa fille, ce dimanche 6 mars à 10h30 en l’église de Monchy-Lagache, attend maintenant la date d’un procès.

Image redimensionnée

Jacky Kulik, le père d’Élodie, espère un procès à la fin de l’année ou début 2017.

L’homme impose le respect. Le mari et le père encore plus. Dans sa maison de Violaines, près de Lens, Jacky Kulik, le père d’Élodie, cette jeune banquière tuée dans d’atroces conditions en janvier 2002 près de Péronne, se bat. Il ne se plaint pas. S’il a de la haine contre ceux qui ont tué sa fille, il n’en veut pas à cette justice qui a mis plus de quatorze ans avant de clore l’instruction du meurtre de sa fille, voilà quelques semaines.

Et pourtant… À 66ans, Jacky Kulik a vu son destin et celui de sa famille brisé à plusieurs reprises. À chaque fois il a relevé la tête et, aujourd’hui, le combat se poursuit. Pour Élodie, bien sûr, mais aussi Rose-Marie, sa femme décédée en 2011, après neuf ans de coma à la suite d’une tentative de suicide quelques mois suivant le meurtre de leur fille.

«Nous avions déjà perdu deux enfants de 6 et 7ans dans un accident de la circulation en 1976, raconte Jacky Kulik qui, à l’époque, venait de passer quelques années comme facteur dans la Marne. J’étais resté plusieurs mois hospitalisé. Ma femme s’en était sortie mais c’est elle qui avait dû tout supporter à l’époque. Lors de l’accident, c’est elle qui était à côté de nos enfants morts sur le bord de la route en attendant les secours. Derrière, il a fallu se reconstruire. Élodie est née le 29décembre1977. Son frère Fabien, un an plus tard. Elle était talentueuse, plus jeune directrice d’une banque en France. Son frère, lui, a opté pour la gendarmerie. On avait tout ce qu’il fallait jusqu’à ce mois de janvier 2002…»

Pour ce père de famille les questions continuent de se bousculer...

http://www.lunion.fr/675731/article/2 ... er-ses-assassins-temoigne
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/02/2016 18:36  Mis à jour: 18/02/2016 18:36
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Fin de l'instruction de l'Affaire Kulik après 14 ans d'enquête : la réaction du père d'Elodie Kulik ... (Vidéo).
C'est la fin de l'instruction de l'affaire Kulik, après 14 ans d'enquête sur le viol et le meurtre d'Elodie Kulik dans la Somme en 2002. Le parquet a un mois pour faire ses réquisitions.

Il y a 14 ans que Jacques Kulik attend le procès des meurtriers de sa fille Elodie Kulik. Avec la fin de l'instruction de l'enquête ouverte par le parquet d'Amiens, l'espoir renaît pour Jacky Kulik, encore quatre semaines avant de savoir si oui ou non, le procès du seul suspect dans cette affaire, Willy Bardon aura lieu.


Affaire Elodie Kulik : la réaction du père d'Elodie Kulik après l'annonce de la fin de l'instruction

En mémoire à sa fille, Jacky Kulik organise une messe à Monchy-Lagache dans la Somme, le 6 mars prochain.


http://france3-regions.francetvinfo.fr

UNE CHANSON COMPOSÉE POUR ÉLODIE

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/02/2016 18:51  Mis à jour: 17/02/2016 18:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re :Affaire Elodie Kulik : clôture de l'instruction après 14 ans d'enquête !
Après 14 ans d'enquête, l'instruction ouverte par le parquet d'Amiens après le viol et le meurtre d'Elodie Kulik dans la Somme en 2002 est close, a-t-on appris mercredi auprès du parquet.

Image redimensionnée

Jacky Kulik, père d'Elodie, se bat depuis 14 ans pour que justice soit rendue à sa fille.

L'instruction "est close depuis la semaine dernière" et le parquet a maintenant "un mois" pour formuler ses réquisitions auprès du juge d'instruction qui délivrera ensuite "dans les prochains mois" une ordonnance de renvoi devant les assises ou une ordonnance de non-lieu, a expliqué le procureur d'Amiens, Bernard Farret.

Willy Bardon, mis en examen en 2013 pour séquestration, viol et meurtre, risque de comparaître devant les assises. Placé en détention provisoire lors de sa mise en examen, il est sorti de prison en avril 2014 mais sous surveillance électronique. Willy Bardon, qui est le seul mis en examen dans cette affaire, est accusé d'avoir participé au viol et au meurtre d'Elodie Kulik.

Deux voix d'hommes
Alors âgée de 24 ans, Elodie Kulik, directrice d'une agence bancaire à Péronne (Somme), avait été violée puis étouffée en janvier 2002 et son corps avait été retrouvé en partie calciné dans un champ à quelques km de là, à Tertry. Avant d'être tuée, la jeune femme avait eu le temps d'appeler avec son téléphone portable les pompiers qui avaient distingué, derrière la voix de la victime, au moins deux voix d'hommes avec un fort accent picard.

Un préservatif et un mégot avaient été retrouvés près du corps de la victime, permettant le relevé de deux empreintes ADN. Mais malgré plusieurs milliers d'expertises ADN, les enquêteurs n'avaient à l'époque pas réussi à identifier de suspect.

Dix ans plus tard, en 2012, l'enquête avait connu un tournant avec l'identification par recoupement d'ADN d'un suspect, Grégory Wiart, mort dans un accident de voiture quelques mois après le meurtre. Willy Bardon était l'un de ses amis.

L'enregistrement de l'appel d'Elodie Kulik aux pompiers juste avant sa mort, est, selon la défense de Willy Bardon, le seul élément à charge de l'accusation. La voix de Willy Bardon avait été reconnue par l'ancienne compagne de Grégory Wiart et par cinq des six hommes placés en garde à vue en même temps que lui en janvier 2013, ainsi que dans une première expertise.

Le mis en examen avait lui-même dit aux enquêteurs que la voix sur la bande sonore ressemblait à la sienne, avant de se rétracter, en niant toute implication dans l'affaire.

http://france3-regions.francetvinfo.f ... ans-d-enquete-930983.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/02/2016 10:21  Mis à jour: 17/02/2016 10:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Jacky Kulik, le père d'Elodie Kulik, violée et tuée en janvier 2002, réagit vendredi 18 janvier à la mise en examen d'un suspect. ( Vidéo)
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/01/2016 14:18  Mis à jour: 11/01/2016 14:18
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Péronne : les proches d'Elodie Kulik attendent toujours que justice soit rendue...
Les proches d'Elodie Kulik craignent de ne jamais voir se tenir le procès pour le viol et le meurtre de la jeune femme, violée et tuée près de Péronne en janvier 2002. 150 personnes ont manifesté hier, pour demander que justice soit faite, 14 ans après.


Aujourd'hui encore, les réponses et la vérité se font attendre. Un seul homme est mis en examen dans ce dossier. Willy Bardon dont la voix a été reconnue sur l'enregistrement d'un appel au secours d'Elodie aux pompiers.

L'homme a été assigné à résidence sous bracelet électronique depuis avril 2014 dans l'attente d'un procès. Cela va faire deux ans, il pourra donc être remis en liberté fin avril.

Insupportable pour Cindy Audegond, une amie d'enfance d'Elodie Kulik. Elles s'étaient rencontrées en classe de CM2.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/01/2016 16:40  Mis à jour: 10/01/2016 16:40
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : PÉRONNE (80) 300 personnes marchent dans les rues de la ville en mémoire d’Élodie Kulik .
Image redimensionnée


14 ans après son assassinat le 11 janvier 2002, la famille et les amies d’Élodie Kulik ne l’oublient pas.

Emmené par son père Jacky, un cortège d’environ 300 personnes vient de partir pour une marche de 3,8 kilomètres dans les rues de la ville, passant devant les endroits où a vécu, où a travaillé et qu’affectionnait l’ancienne plus jeune chef de banque de France. Elle a débuté par une petite allocution de Jacky Kulik. Elle se poursuit derrière un véhicule qui diffuse des morceaux de musique qu’affectionnait Élodie Kulik.

La marche devrait se terminer vers 16 h 30 place Audinot, devant le Château, après avoir emprunté les rues de la république, du Quinconce, Charles-Boulanger, Saint-Sauveur, Saint-Fursy, Saint-Jean, le Boulevard des Anglais, le Faubourg de Paris, la rue Saint-Fursy et la rue du Noir-Lion.

Le cortège, où ont pris part de nombreux élus du secteur, se déplace escorté par plusieurs patrouilles de gendarmerie et la police municipale.

http://www.courrier-picard.fr/region/ ... rues-de-la-ia201b0n703168
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/12/2015 11:46  Mis à jour: 01/12/2015 11:46
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : " affaire " Elodie Kulik, 24 ans: Willy Bardon n’aura plus de bracelet au printemps!
L’enregistrement de la garde à vue de Willy Bardon n’a pas fonctionné. La justice veut savoir pourquoi. L’enquête ne sera close qu’après les résultats de l’expertise.

Dans toutes les affaires criminelles, les gardes à vue doivent être filmées. L’interrogatoire de Willy Bardon, principal suspect dans l’affaire Élodie Kulik, l’a bien été. Mais un problème technique a surgi. Si les images ont bien été enregistrées, le son est absent. Et cela pose des questions à la défense. Parce que dans cette affaire, on sait que l’essentiel de l’accusation repose sur la bande sonore de l’appel téléphonique émis par Élodie Kulik aux pompiers alors qu’elle est en train de se faire agresser. Derrière ses horribles cris, on distingue deux voix d’hommes. L’accusation retient que lors de sa garde à vue, Willy Bardon a dit, en substance, que cela pouvait être sa voix. Avant de se rétracter. Dans quel contexte a-t-il lancé cette phrase lors de sa garde à vue ? « Le fait que l’enregistrement du son n’a pas fonctionné est surprenant. Cette expertise va peut-être nous permettre d’en comprendre la raison », réagit Me Stéphane Daquo, l’un des avocats de Bardon. « Le principe de ces vidéos est que l’on puisse les visionner si l’on veut contester quelque chose. Or, dans le cas précis, on ne peut plus rien contester ».

L’instruction de cette terrible affaire criminelle, qui dure depuis 2002, était sur le point de s’achever. Mais les avocats de Willy Bardon, ont fait des demandes d’actes. La première était d’identifier une policière qui a téléphoné à l’ex-femme de Grégory Wiart (identifié comme violeur et décédé en 2003) avant qu’elle n’ait été entendue en garde à vue, en 2013. Cette demande a été acceptée et les vérifications ont été effectuées. La deuxième demande portait sur un cardan de voiture, retrouvé sur les lieux du crime. D’où sort-il ? De quel véhicule vient-il ? Les avocats ont été déboutés sur ce point. Enfin, la dernière demande d’actes concernait cette expertise sur la vidéo de Willy Bardon lors de sa garde à vue. Déboutés, les avocats ont saisi la chambre de l’instruction. Les magistrats ont décidé vendredi 20 novembre de répondre favorablement à leur demande. Une expertise a été ordonnée. Elle a été confiée à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale qui devrait rendre ses conclusions le 15 décembre prochain.

Cela repousse le procès


Pour Me Didier Robiquet, avocat de Jacky Kulik, le père d’Élodie, « il s’agit là d’une investigation sur une mesure d’investigation qui ne servira en rien à la manifestation de la vérité. Cela ne va pas changer grand-chose à l’affaire ». Mais pour lui, cette nouvelle expertise « pose un problème de délai », car cela va allonger encore le temps de la procédure. « Pour M. Kulik, ce sont des délais pénibles à supporter ». Le procès était initialement possible à la fin de l’année 20016. Avec cette nouvelle expertise, il sera sans nul doute repoussé. À condition bien sûr, que les juges d’instruction chargés de l’enquête jugent qu’ils ont assez d’éléments pour renvoyer Willy Bardon devant la justice.

L’Axonais de 40 ans nie depuis le début avoir participé aux faits. On sait qu’en 2002, il fréquentait très régulièrement Grégory Wiart, qui a été identifié grâce à son ADN. Il n’y a en revanche aucune trace d’ADN de Bardon sur les lieux du crime. L’enquête le concernant a essentiellement été axée sur la bande sonore de l’appel aux pompiers. Les expertises scientifiques n’ont pas pu établir formellement que l’une des voix sur cette bande était bien la sienne. Une dernière expertise a conclu que la reconnaissance de la voix par des proches était fiable. Cinq personnes qui ont écouté cette bande ont dit reconnaître la sienne.

Willy Bardon n’aura plus de bracelet au printemps

Le principal suspect a été mis en examen en janvier 2013 pour enlèvement, séquestration, viol en réunion et meurtre. Il a été placé en détention provisoire jusqu’au 22 avril 2014. Depuis, Willy Bardon est assigné à résidence. Il porte un bracelet électronique. Le quadragénaire, qui a pendant un moment été hébergé chez un ami, vit dans son appartement, dans l’Aisne. Selon l’un de ses conseils, l’homme voudrait reprendre une activité professionnelle, mais son bracelet électronique lui en empêche.
Selon la loi, l’assignation à résidence ne peut pas durer plus de deux ans. Le procès ne pouvant pas se tenir avant avril 2016, Willy Bardon devrait être débarrassé de son bracelet électronique en avril prochain. Il devrait alors être placé sous contrôle judiciaire, avec des obligations.

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/11/2015 18:32  Mis à jour: 24/11/2015 18:32
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re : Affaire Kulik : le silence des enregistrements vidéos...
La chambre de l'instruction du tribunal d'Amiens l'a décidé ce vendredi : une expertise sera menée pour déterminer l'origine des dysfonctionnements des enregistrements vidéos des gardes à vue de Willy Bardon, comme le réclamait son avocat. Une décision qui pourrait encore décaler la tenue du procès.

Le rappel des faits


Le corps d'Elodie Kulik, jeune femme de 24 ans, avait été découvert le 12 janvier 2002 par un agriculteur entre Cartigny et Tertry (Somme), partiellement calciné.

Elodie avait été violée, étouffée et brûlée. Les pompiers avaient enregistré deux appels téléphoniques, de quelques secondes, où l'on entendait la jeune femme hurler.


Grâce à l'ADN, les enquêteurs identifieront un supect, Grégory Wiart, décédé quelques mois après le meurtre. Sur les enregistrements des pompiers, il y aurait au moins deux voix d'hommes. Les amis de Grégory Wiart ont donc été auditionnés et un homme, Willy Bardon, a été accusé. C'est désormais le seul suspect aujourd'hui poursuivi en justice

Des enregistrements vidéos sans piste audio

En janvier 2014, Willy Bardon est entendu en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'Elodie Kulik. Il affirme à son avocat qu'en l'absence de celui-ci, l'une des auditions a été houleuse. La défense de Bardon réclame alors les enregistrements vidéos de l'audition en question.

Mais le juge d'instruction informe les avocats que la vidéo comporte un dysfonctionnement : si l'image est bien présente, il n'y a pas de son.

En réaction, Stéphane Daquo, qui représente Willy Bardon, demande l'expertise de cette vidéo, pour déterminer l'origine du dysfonctionnement : " soit c'est une faute à pas de chance, soit on ne sait pas, soit c'était volontaire" s'interroge l'avocat.

En première instance, le Juge d'instruction refuse l'expertise demandée par maître Daquo. Mais la Chambre de l'instruction revient sur ce refus, vendredi 20 novembre dernier, en faisant finalement droit à la demande d'expertise en question. La vidéo sera donc envoyée à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale.

L'assignation à résidence de Willy Bardon prend fin dans quelques mois


Une assignation à résidence avec port de bracelet electronique dans le cadre d'une information judiciaire, c'est-à-dire avant la tenue du procès, ne peut excéder deux ans.

Willy Bardon sera donc libéré de son bracelet electronique et libre de quitter son domicile, au printemps 2016, dans quelques mois. Ensuite, il pourra être placé sous contrôle judiciaire, avec des obligations bien moindres.

Un procès en 2016, au plus tôt


Pour maître Robiquet, avocat du père d'Elodie Kulic, "les nouvelles expertises vont retarder l'instance, donc le procès. Le délai raisonnable sera dépassé. Le procès ne devrait pas avoir lieu avant au moins un an. S'il avait lieu en 2016, ce serait un miracle."

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/04/2015 12:50  Mis à jour: 03/04/2015 12:50
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re: Non élucidé - L'affaire Elodie Kulik ( VIDEO)
Ajoutée le 3 avr. 2015
Non élucidé - L'affaire Elodie Kulik
Le soir du 10 janvier 2002, Elodie Kulik, une jeune femme de 24 ans, quitte l’agence bancaire qu’elle dirige à Péronne (Somme). Après avoir dîné avec un ami dans un restaurant de Saint-Quentin, elle prend la route vers 23h. Cette nuit-là, il fait froid, la route est gelée et la conduite délicate à cause du brouillard. À 0h21, victime d’un accident, la jeune femme appelle les pompiers et hurle "Au secours !". L’appel est brusquement interrompu.
Deux jours plus tard, un agriculteur découvre le corps de la jeune femme dans un champ à 6 kilomètres du lieu de l’accident. Elodie Kulik a été violée, étranglée puis brûlée.
Des prélèvements permettent d'isoler l’ADN de son violeur mais pendant dix ans, rien ne permet de l'identifier. L'affaire, dans l'impasse, est traitée en détail dans un numéro de "Non élucidé" en octobre 2011.
Trois mois plus tard, en janvier 2012, l’enquête rebondit soudain. Les gendarmes parviennent à identifier le violeur, mais découvrent aussitôt que l’homme est mort en 2003 dans un accident de voiture. Des recherches d'une envergure exceptionnelle permettent alors d’identifier ses fréquentations au moment du meurtre. Elles aboutissent, à la mise en examen d'un homme pour meurtre, viol et séquestration.

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/02/2015 15:54  Mis à jour: 08/02/2015 15:54
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re: Elodie Kulik, 24 ans : treize ans après, la science muette sur la voix !
RAPPEL DES FAITS
*Le 11 janvier 2002, Élodie Kulik, 24 ans, est violée et assassinée entre Cartigny et Tertry, dans la Somme.
*Janvier 2012. Grâce à une nouvelle technique, Grégory Wiart est identifié comme violeur. Il est décédé en 2003.
*18 janvier 2013. Willy Bardon, ami de Wiart, est mis en examen. Des proches ont reconnu sa voix sur l'appel aux pompiers passé par Elodie Kulik.
*18 avril 2014. Le suspect est libre sous contrôle judiciaire.
***
La bande sonore qui a immortalisé les derniers moments de vie d’Élodie Kulik permettra-t-elle de savoir la vérité sur ce qu’il s’est passé ? Saura-t-on, grâce à elle, qui a commis le crime ? Treize ans après les faits, l’enquête s’accroche à cette vingtaine de secondes, l’enregistrement de l’appel aux pompiers passés par la jeune banquière au moment de son agression.
Une nouvelle expertise vient d’être versée au dossier. Menée par des spécialistes de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, cet examen semble définitivement écarter la possibilité technique d’identifier les voix qui y apparaissent.
On sait que la qualité de cette bande sonore est très médiocre, et que les cris de la victime couvrent bien souvent la voix de ses agresseurs. La voix de cet homme, au fort accent picard, est-elle celle de Willy Bardon ? Depuis son interpellation, en janvier 2013, cet ancien habitant de Fieulaine clame son innocence. Ces dernières expertises confirment ce que l'on redoutait : il sera impossible de prouver quoi que ce soit sur le plan technique et scientifique.
Cependant, la dernière expertise souligne aussi en substance que « la méthode de reconnaissance vocale par des personnes familières est bonne », rapporte Me Didier Robiquet.
Pour l'avocat de Jacky Kulik, ce dernier élément « est accablant pour Willy Bardon ». Car quatre personnes sur six à qui l'on a fait écouter la bande sonore, des proches et des connaissances de Bardon, ont reconnu sa voix lors de leur garde à vue à la gendarmerie, après leurs interpellations en janvier 2013.

Les parties interprètent différemment les expertises
La défense de Willy Bardon, elle, interprète bien sûr différemment ces dernières expertises. Pour elle, celles-ci confirment que l'étude de la bande sonore ne peut incriminer Willy Bardon. « Si la reconnaissance vocale faite par des tiers peut être reconnue comme une bonne méthode, comme les dernières expertises l'affirment, encore faut-il que ces voix soient correctement audibles. Or, il apparaît depuis le début que cette bande n'est pas exploitable », argumente Me Stéphane Daquo, l'un des avocats du seul suspect.
Deux ans après l'interpellation de Willy Bardon, l'enquête semble marquer le pas. Aucun élément probant n'est intervenu pour faire pencher la balance, tant du côté de l'accusation que de celui de la défense.
L'Axonais est en liberté depuis avril 2014. Hébergé chez un proche, dans l'Aisne, pendant plusieurs mois, il vit désormais dans son propre appartement. Placé sous le régime du bracelet électronique, il ne peut quitter son logement que deux ou trois matinées par semaine. « Pour le moment, il attend. Il ne peut faire que cela. Il avait eu une proposition de travail, mais avec le bracelet, il ne peut rien faire », rapporte ce proche. Selon lui, Willy Bardon n'est inquiété par personne lorsqu'il sort dans la rue depuis sa remise en liberté. « Il est assez serein, il sait qu'il n'a rien à se reprocher. Mais il se retrouve quand même là dans une histoire de dingue ! »

Ont-ils tout dit ?
À Saint-Quentin et ses environs, là où vivait Grégory Wiart, décédé en 2003 et formellement identifié comme violeur d'Élodie après que son ADN ait été retrouvé, entre autres, dans un préservatif laissé sur les lieux du crime, des questions demeurent. L'ex-femme de Wiart a-t-elle tout dit sachant qu'il est établi qu'elle a menti à plusieurs reprises et qu'elle s'envoyait de fausses lettres de corbeau décrivant l'assassinat d'Élodie juste après l'assassinat ?
Et cet apprenti de Wiart, grand gaillard âgé de 16 ans en 2002, en sait-il plus qu'il ne le dit ? « Il m'a dit que le jour où je saurai qui a fait ça, je serai sur le cul », dit ce copain de Bardon. Il rapporte aussi que cet apprenti, qui fréquentait quotidiennement Bardon au moment des faits, lui a confié qu'un fourgon de l'entreprise de chauffagiste de Wiart avait brûlé peu après le crime. Et que c'est lui qui aurait sorti tout l'outillage avant la destruction totale. « Tout ça, je l'ai dit au juge d'instruction, mais je ne sais pas si ça a été vérifié », témoigne le copain de Willy Bardon.
Treize ans plus tard, malgré les avancées certaines de l'affaire, toute la lumière est loin d'être faite dans l'affaire Kulik. Un procès de Willy Bardon permettra-t-il de résoudre le mystère ? Ce ne sera assurément pas le cas.
GAUTIER LECARDONNEL
************************************************************
Pas de procès avant 2016

Selon l’avocat de Jacky Kulik, l’enquête se termine. Cette expertise effectuée récemment sur la bande sonore serait la dernière d’une longue série. Compte tenu du volume du dossier, il est matériellement impossible qu’un procès ait lieu cette année. Il n’y a pas de limite à la durée d’une instruction.

http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/01/2015 13:42  Mis à jour: 20/01/2015 13:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re: Affaire Élodie Kulik: ce pourrait être la fin de l’enquête
Selon une information , un nouvel élément a été versé au dossier dans l’affaire du viol et du meurtre de la banquière de Péronne qui pourrait permettre de clore l’enquête. Pour l’avocat du père d’Elodie Kulik, « c’est une bonne nouvelle ».

Image redimensionnée


Comme tous les ans depuis le 11 janvier 2002, la commune de Monchy-Lagache, d’où était originaire Elodie Kulik, s’est retrouvée le temps d’une messe pour rendre hommage à la jeune banquière de Péronne, violée puis tuée à Tertry, dans l’est de la Somme.
Pour une fois, cette année, les participants à la cérémonie avaient une raison d’espérer que justice soit enfin faite. En effet, selon l’avocat de Jackie Kulik, Me Didier Robiquet, répondant au micro de nos confrères de France Bleue Picardie, « l’enquête [arriverait] à sa fin », 13 ans après le drame. Et pour cause : une nouvelle expertise des enregistrements des coups de téléphone qu’Elodie Kulik avait passés aux pompiers, a été versée au dossier. Pour rappel, sur ces bandes, on peut entendre les hurlements de la jeune femme et la voix de l’un de ses agresseurs.

Ce dernier serait Willy Bardon, interpellé en janvier 2013. Il a dans un premier temps admis qu’il s’agissait de sa voix avant de se rétracter. Si des proches du suspect l’ont également reconnu sur l’enregistrement, il était toutefois impossible de le faire reconnaître formellement avec des outils informatiques, principal point d’appui de la défense de Willy Bardon jusque-là. Or, la dernière expertise faite sur l’enregistrement a conclu que « l’oreille humaine était la mieux placée pour reconnaître la voix ». Ce qui a permis de faire verser les enregistrements au dossier, en vue d’un futur procès.

Pour Me Didier Robiquet, « ça, c’est une bonne nouvelle ». « C’est la dernière expertise qui était encore en cause, a-t-il expliqué. […] Alors dans un an au moins, je pense que l’instruction sera close. »



http://www.lunion.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/01/2015 17:05  Mis à jour: 18/01/2015 17:05
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re: 200 personnes pour la messe en hommage à Elodie Kulik, violée et brulée en 2002
Comme chaque année, le père d'Elodie Kulik, jeune femme violée et tuée en 2002 dans la Somme, a fait donner une messe en hommage à sa fille. Entre 150 et 200 personnes étaient rassemblées en l'église de Monchy-Lagache, ce matin.

L'émotion est toujours là. L'empathie, la solidarité, encore forte 12 ans après que Jacky Kulik a perdu sa fille, Elodie, dans un drame qui continue de défrayer la chronique judiciaire. Ce dimanche 18 janvier 2015, à partir de 10h30, entre 150 et 200 personnes ont répondu présente à la messe donnée, comme chaque année, à Monchy-Lagache, en hommage à Elodie Kulik. Cela fait encore un peu plus de monde que l'année dernière.

Terrible fait divers


Monchy-Lagache est la commune où avaient eu lieu les obsèques d'Elodie Kulik, en 2002. Le corps de cette femme de 24 ans avait été découvert le 12 janvier 2002 par un agriculteur entre Cartigny et Tertry (Somme), partiellement calciné. Elodie avait été violée, étouffée et brûlée. Autre élément insupportable : les pompiers avaient enregistré deux appels téléphoniques, de quelques secondes, où l'on entendait la jeune femme hurler.

Grâce à l'ADN, les enquêteurs identifieront un supect, Grégory Wiart, décédé quelques mois après le meurtre. Sur les enregistrements des pompiers, il y aurait au moins deux voix d'hommes. Les amis de Grégory Wiart ont donc été auditionnés et un homme, Willy Bardon, a été accusé.

L'accusé en résidence surveillée

L'affaire a connu d'importants rebondissements durant l'année écoulée. Willy Bardon, seul suspect aujourd'hui poursuivi en justice, a d'abord vu sa garde-à-vue validée par le Conseil constitutionnel (les avocats de la défense l'avaient contesté). Puis il a obtenu la liberté conditionnelle.

Depuis plus de six mois, il vivrait dans une maison de l'Aisne, avec un bracelet électronique, avec l'interdiction de parler aux médias. Il continuerait de nier sa culpabilité et suspecterait l'existence de plusieurs coupables...

france3-regions.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/12/2014 22:26  Mis à jour: 29/12/2014 22:26
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re: aujourd'hui, Elodie Kulik aurait 37 ans ( message de son papa ) pensées pour Elodie : que justice te soit rendue !
Jacky Kulik


Citation :
Aujourd'hui, 29 Décembre, Elodie A 37 ans..
.Les monstres qui me l'ont arrachée à la vie après lui avoir fait subir les plus horribles souffrances ne sont malheureusement pas encore TOUS punis...
Depuis maintenant près de 13 ans je me bats pour que justice lui soit rendue...
Ces 13 années de combat n'ont en rien entamé ma détermination à connaitre la vérité..Je continue de penser à toi et à t'aimer ma fille...
Jacky, ton papa...


https://www.facebook.com/groups/201640193221137/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/08/2014 14:44  Mis à jour: 30/08/2014 14:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re Elodie Kulik, 24 ans . ANNONCE : magazine “Sept à Huit” diffusé dimanche 31 août à 18:10 sur TF1
Voici les reportages qui seront diffusés cette semaine dans le magazine “Sept à Huit”, présenté par Harry Roselmack, diffusé dimanche 31 août à partir de 18:10 sur TF1.

Rentrée Fitness
Cent-quarante-deux tapis de course, 252 coaches, 27.000 adhérents... La rentrée, c'est la haute saison pour le plus grand centre de fitness de France : le nombre d'abonnements explose. Séances d'aqua-zumba ou cours d'abdos-fessiers, avec quelles méthodes attire-t-on la clientèle ? Comment aider les nouvelles recrues à tenir leurs bonnes résolutions de rentrée ?

L'affaire KULIK
C'est un crime longtemps resté mystérieux. En janvier 2002, Elodie Kulik, 24 ans, est retrouvée violée et égorgée. En guise d'indices : un ADN inconnu et l'enregistrement d'un appel désespéré passé par la jeune femme juste avant le meurtre. En arrière-fond, les voix de deux agresseurs. Il faudra 10 ans d'enquête et toute la détermination du père d'Elodie Kulik pour que des suspects soient finalement identifiés.


Les filles de Genève
L'endroit est ouvert 24 heures sur 24. Il compte 15 chambres. Soixante-dix femmes s'y prostituent régulièrement. Marie Peyraube, Karine Guillaumin et Tony Casabianca se sont rendus dans l'une des 120 maisons closes de Genève, des établissements interdits en France mais autorisés en Suisse, où la prostitution est considérée comme n'importe quel autre commerce.

Manhattan-sur-mer
Pour devenir membre du club de golf, comptez 600.000 dollars. Pour y acheter une maison, de 5 à 100 millions ! Chaque été, les Hamptons, à 180 km de New-York, accueillent les plus grosses fortunes américaines. Des millionnaires et des milliardaires venus passer leurs vacances entre eux, en toute discrétion. Nicolas Mondoly et Jean-Charles Guichard sont partis à la découverte du refuge estival des ultra-riches new-yorkais.

Le mari de la meurtrière
Du jour au lendemain, Philippe Beau est devenu « le mari d'une meurtrière ». Son ex-épouse, Bettina, a été condamnée à 18 ans de prison pour l'assassinat de son patron. Elle avouera ce crime à son mari 10 jours après l'avoir commis et c'est lui qui l'emmènera à la gendarmerie pour qu'elle se rende. Philippe Beau nous livre le récit captivant d'une vie qui bascule.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/07/2014 11:19  Mis à jour: 22/07/2014 11:19
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re: Non élucidé-L'affaire Elodie Kulik ( VIDEO)
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/04/2014 11:59  Mis à jour: 19/04/2014 11:59
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 PETITION : Pour Elodie Kulik: que justice soit faite!!! Non a la liberation de Willy Bardon
CLIQUEZ SUR CE LIEN : MERCI

ICI

Pourquoi c'est important
Elodie Kulik sauvagement assassinée il y a 12ans maintenant... seul suspect Willy Bardon mis en examen en janvier 2013 vient d être libéré sous bracelet électronique que justice soit faite pour Élodie et non a sa libération!!!!
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/04/2014 18:37  Mis à jour: 18/04/2014 18:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Honte à cette justice: courage Monsieur Kulik : Affaire Kulik : Willy Bardon sort de prison mais assigné à résidence
L'unique suspect encore en vie du meurtre et du viol d'Elodie Kulik a été remis en liberté ce vendredi matin par le tribunal d'Amiens. Il va devoir porter un bracelet électronique.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/04/2014 13:08  Mis à jour: 18/04/2014 13:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re: Affaire Kulik : "Je ne veux pas le voir en liberté" dit Jacky Kulik, père d'Elodie . .
TÉMOIGNAGE E1 - La justice étudie vendredi la demande de remise en liberté de Willy Bardon, écroué pour le meurtre d'Elodie Kulik.

Willy Bardon, mis en examen et écroué pour le meurtre et le viol d'Elodie Kulik, va-t-il sortir de prison ? La chambre de l'instruction de la Cour d'appel d'Amiens doit étudier vendredi sa demande de remise en liberté sous bracelet électronique. Willy Bardon est en prison depuis 14 mois et pour Jacky Kulik, le père de la jeune femme tuée, libérer ce suspect serait un scandale. Et pourtant, la demande de remise en liberté du suspect a des chances d'être acceptée.

"Je ne veux pas le voir en liberté". J'espère qu'ils ne vont pas se tromper et ne pas remettre le loup dans la bergerie, ne pas le libérer. Même avec un bracelet électronique, je ne veux pas le voir en liberté. Moi je dis, que la place des criminels, c'est derrière les barreaux et nulle part ailleurs", estime le père d'Elodie Kulik. Dans l'affaire Kulik, Willy Bardon est poursuivi pour séquestration, viol et meurtre.

"J'ai peur qu'il nous échappe". Des écoutes téléphoniques ont notamment convaincu les enquêteurs qu’il était sur les lieux du drame le soir du viol et du meurtre de la jeune banquière, près de Péronne, dans la Somme, le 11 janvier 2002. "Mieux que les experts, ses proches et lui-même, avant d'être conseillé par ses avocats, ont reconnu qu'il s'agissait bien de sa voix. Alors on a besoin de quoi de plus ? On connait l'individu. Moi, j'ai peur qu'il nous échappe. Et je pense qu'il pourrait en profiter pour le faire. Je dis toujours : si Willy Bardon nous échappe, ceux qui l'ont remis en liberté ne lui échapperont pas", s'inquiète Jacky Kulik au micro d'Europe 1.

"Pas de preuve absolue de culpabilité". Mais, de son côté, les avocats de Willy Bardon contestent les expertises psychiatrique et vocale qui y ont mené. C'est pour ces raisons qu'ils réclament la remise en liberté du suspect. L'enregistrement de l'appel d'Elodie Kulik aux sapeurs-pompiers juste avant sa mort, sur lequel on distingue aux moins deux voix d'hommes avec un fort accent picard, est, selon la défense, le seul élément à charge de l'accusation. "Il y a de fortes présomptions, il n'y a pas la preuve absolue, en l'état, de la culpabilité de Bardon, mais ça ne met pas à néant les charges qui existent, d'autant qu'il ne s'agit pas d'une mise en liberté pure et simple", a reconnu Me Robiquet, l'avocat du Jacky Kulik.

"Le principe d'une remise en liberté paraît admis". C'est pour ces raisons que Willy Bardon pourrait bien être remis en liberté, mais, sous réserve d'une stricte surveillance. "Le principe d'une remise en liberté paraît admis par la chambre de l'instruction sous réserve qu'il puisse être placé dans des conditions de surveillance stricte de bracelet électronique et de contrôle judiciaire", a commenté Me Didier Robiquet.

Source: http://www.europe1.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/04/2014 13:06  Mis à jour: 09/04/2014 10:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Elodie Kulik: la cour d'appel d'Amiens accepte la demande de remise en liberté de Willy Bardon, seul mis en examen
Willy Bardon

La chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens vient d'accepter la demande de mise en liberté formulée par Willy Bardon, le seul accusé dans l'affaire Elodie Kulik.

Willy Bardon ne sera pas pour autant remis en liberté ce mardi: selon son avocat, Me Daquo, la chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens se donne 10 jours pour étudier les conditions de sa remise en liberté.

Une "enquête" du service pénitentiaire d'insertion et de probation (Spip) doit être menée d'ici au 18 avril pour préciser les conditions de sa libération: l'endroit où Willy Bardon logera et s'il sera en sécurité. Si une fois remis en liberté, Willy Bardon est en danger de mort, la justice peut décider de le garder en prison, non pas parce qu'elle reconnaît son implication dans l'affaire mais pour garantir sa sécurité.

Willy Bardon reste cependant mis en examen pour le meurtre d'Elodie Kulik: sa mise en examen a été validée le 18 mars, par la cour de cassation.

Elodie Kulik, 24 ans, directrice d'une agence bancaire à Péronne (80), avait été violée puis étouffée en janvier 2002. Son corps avait été retrouvé en partie calciné dans un champ à quelques kilomètres, à Tertry (80).

10 ans plus tard, l'enquête avait connu un tournant avec l'identification par recoupement d'ADN d'un suspect, Grégory Wiart, mort dans un accident de voiture quelques mois après le meurtre. Willy Bardon était l'un de ses amis.

La voix de Willy Bardon avait été reconnue sur l'enregistrement par l'ancienne compagne de Grégory Wiart et 5 des 6 hommes placés en garde
à vue en même temps que lui en janvier, ainsi que dans une première expertise. C'est la seule preuve contre Willy Bardon.

Le mis en examen lui-même avait dit aux enquêteurs que la voix sur la bande-sonore ressemblait à la sienne, avant de nier les faits.
http://picardie.france3.fr/

------------------------

Une décision de remise en liberté, pas plus qu’une détention préventive, ne peut présager de l’innocence ou de la culpabilité d’un homme. Après avoir passé quatorze mois en prison, Willy Bardon, seul mis en examen dans l’affaire du meurtre d’Élodie Kulik, pourrait être remis en liberté le 18 avril. Le mystère est toujours aussi épais.

Stéphane Daquo et Grégoire Lafarge, les deux avocats de Willy Bardon, sont très en colère contre la juge d’instruction. Point par point, ils contestent son travail, à commencer par les charges qui pèsent contre leur client. Au premier rang de celles-ci, l’enregistrement du dernier coup de téléphone d’Élodie Kulik. Un appel désespéré passé aux pompiers par la jeune femme dans la nuit du 10 au 11 janvier 2002, alors qu’elle était agressée. On y entend des voix d’hommes, dont l’une serait fortement teintée d’accent picard.

Un premier expert avait estimé probable que celle-ci est la voix de Willy Bardon. Il s’appuyait, entre autres, sur les témoignages de quelques-uns de ses proches, qui le reconnaissaient. « C’est n’importe quoi ! », tonne Grégoire Lafarge. L’avocat parisien conteste autant la méthode que le résultat. Il a d’ailleurs demandé une contre-expertise, dont il livre quelques conclusions : « L’enregistrement dure vingt secondes, mais on n’entend la voix que deux fois : le premier extrait (deux séries de mots) dure moins d’une seconde, le second (trois séries de mots) dure deux secondes. Sur une échelle de –4 à +4, les experts du ministère de l’Intérieur donnent – 2 et – 1 de crédibilité à ces extraits. »

Didier Robiquet, l’avocat de Jacky Kulik, tempère : « La cour crédite les reconnaissances des proches de Bardon, tout de même. Et ceux-ci, encore récemment confrontés, confirment ! »

Me Lafarge évoque également l’ADN : « On trouve des traces d’ADN en plusieurs endroits, mais jamais celui de M. Bardon ! » Enfin, implacable pour les enquêteurs, l’avocat parisien revient sur les deux gardes à vue subies par Grégory Wiart devant les gendarmes de l’Aisne, fin 2002 et début 2003 : « Sa compagne d’alors s’envoyait de fausses lettres anonymes, pour faire croire qu’elles venaient de lui. Ces lettres évoquaient des éléments du meurtre d’Élodie Kulik. Si les gendarmes avaient fait le rapprochement, Wiart aurait été arrêté, et on aurait aujourd’hui l’explication de cette affaire. » Au lieu de cela, Grégory Wiart n’a été identifié grâce à son ADN qu’après sa mort accidentelle, dans un accident de la route.

Manifestement, l’offensive de la défense a payé. Les juges amiénois pourraient faire droit à la demande de libération de Willy Bardon, même si elle y met des conditions. « La vie personnelle de mon client a explosé depuis sa détention. Il n’a plus d’adresse… » Selon Grégoire Lafarge, il suffira de trouver un logement discret et sûr à Bardon pour qu’il puisse sortir. Il a jusqu’au 18 avril pour cela.

Me Robiquet, avocat de Jacky Kulik, ne cache pas que « c’est une mauvaise nouvelle », pour son client : « Il n’y a pas la preuve absolue de la culpabilité de Bardon, mais il y a de fortes présomptions. La cour n’affirme pas que Bardon sera sorti la semaine prochaine. Il faudra un dispositif strict ! »

En effet, les services pénitentiaires d’insertion et de probation sont chargés d’étudier les modalités de cette sortie. Si les conditions ne sont pas réunies, la cour d’appel peut décider de garder en prison celui qui demeure le seul suspect, dans cette affaire vieille de douze ans.

Source: http://www.lavoixdunord.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 04/04/2014 16:27  Mis à jour: 04/04/2014 16:27
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Nouvelle demande de remise en liberté pour Willy Bardon, accusé dans l'affaire Elodie Kulik
04/04/2014

La défense de Willy Bardon, seul mis en examen pour le meurtre et le viol d'Elodie Kulik dans la Somme en 2002, a de nouveau demandé sa remise en liberté vendredi à Amiens, à la faveur d'éléments nouveaux. C'est la première demande de remise en liberté depuis que la Cour de cassation a validé, le 18 mars, la procédure contre M. Bardon.

Devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Amiens, Me Grégoire Lafarge s'est appuyé sur des éléments apparus après une nouvelle expertise d'un enregistrement vocal. L'enregistrement de l'appel d'Elodie Kulik aux sapeurs-pompiers juste avant sa mort, sur lequel on distingue au moins deux voix d'hommes avec un fort accent picard, est, selon la défense, le seul élément à charge de l'accusation.

Un corps en partie calciné dans un champ à quelques kilomètres, à Tertry

La dernière expertise effectuée par les gendarmes « met à néant les expertises précédentes », rapporte Me Lafarge. D'une part, les experts se disent quasiment incapables de distinguer les propos prononcés, d'autre part ils ne peuvent désigner la voix de M. Bardon comme l'une des deux voix entendues, a expliqué Me Lafarge.

« Comment est-ce qu'on peut détenir un monsieur sur une supposée reconnaissance de sa voix par ses proches alors qu'un des passages dure au maximum deux secondes, et l'autre 0,9 seconde? », regrette Me Lafarge. « La seule charge contre M. Bardon c'est cette voix, et l'élément devient très fragile », a-t-il soutenu. Elodie Kulik, 24 ans, directrice d'une agence bancaire à Péronne (Somme), avait été violée puis étouffée en janvier 2002. Son corps avait été retrouvé en partie calciné dans un champ à quelques kilomètres, à Tertry.

Le mis en examen nie les faits

Dix ans plus tard, l'enquête avait connu un tournant avec l'identification par recoupement d'ADN d'un suspect, Grégory Wiart, mort dans un accident de voiture quelques mois après le meurtre. Willy Bardon était l'un de ses amis. La voix de M. Bardon avait été reconnue sur l'enregistrement par l'ancienne compagne de Grégory Wiart et cinq des six hommes placés en garde à vue en même temps que lui en janvier, ainsi que dans une première expertise. Le mis en examen lui-même avait dit auenquêteurs que la voix sur la bande-sonore ressemblait à la sienne, avant de nier les faits.

« Il y a quelque chose qui m'inquiète dans cette affaire, c'est la nécessité de trouver un coupable coûte que coûte », a ajouté Me Lafarge. Selon lui, les gendarmes ont détenu deux fois Grégory Wiart fin 2002 et début 2003 pour une affaire de lettres anonymes écrites par sa compagne, dans lesquelles elle se faisait passer pour lui et reprenait des éléments de la mort d'Elodie Kulik.

AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/03/2014 12:44  Mis à jour: 19/03/2014 12:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 SOMME Reconstitution de l'affaire Elodie Kulik [VIDEO]
Depuis ce mercredi, les gendarmes effectuent une reconstitution de l'affaire Elodie Kulik sur les lieux du drame, dans la Somme. La reconstitution a démarré à 8h30 à Cartigny, là où Elodie Kulik a eu son accident, puis les enquêteurs ont été sur les lieux de la découverte du corps à Tertry. Le père d'Elodie Kulik est sur place. Willy Bardon, suspect dans l'affaire, a été amené sur les lieux entre 9 heures et 10h30. Sur place et avec les photos du crime devant lui, Bardon n'a pas craqué. Il continue de nier les faits.

Le suspect est reparti vers 10h35. La reconstitution se termine.


Reconstitution de l'affaire Elodie Kulik par courrier-picard
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/03/2014 15:57  Mis à jour: 18/03/2014 16:15
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 18/03/2014 : AFFAIRE KULIK. La cour de cassation rejette le pourvoi des avocats de Willy Bardon
Les avocats de Willy Bardon, mis en examen pour le viol et le meurtre d’Élodie Kulik en Janvier 2002 à Tertry dans la Somme, avaient déposé des requêtes devant la haute juridiction pour obtenir l’annulation d’une partie de la procédure criminelle. Les avocats visaient entre autres, l’enregistrement de l’appel au secours de la jeune banquière lors du drame. Élodie Kulik avait appelé les pompiers de la Somme le soir du drame. Cinq personnes avaient formellement reconnu la voix de Willy Bardon lorsque les gendarmes leurs avaient fait écouter l’enregistrement. La voix de Grégory Wiart dont l’ADN avait été retrouvé sur la scène de crime avait également été identifiée. ce dernier est décédé depuis.

Jacky Kulik, le père de la victime se disait mardi rassuré par cette décision judiciaire et attendre désormais la tenue du procès de Willy Bardon qui reste présumé innocent

Source :http://www.courrier-picard.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/02/2014 17:36  Mis à jour: 16/02/2014 17:36
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Affaire Kulik : Bardon de nouveau devant la Justice ...
AMIENS (80). La chambre criminelle de la cour de Cassation examinera ce mardi à Amiens le pourvoi de Willy Bardon . Soupçonné du viol et du meurtre d’Elodie Kulik en 2002 dans la Somme, il s’était pourvu en cassation après le rejet des requêtes en nullité présentées devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Amiens. Willy Bardon faisait partie des sept hommes âgés de 28 à 45 ans interpellés en janvier 2013 dans l’entourage de l’auteur présumé identifié mais décédé quelques mois après le meurtre dans un accident de voiture. Élodie Kulik, une directrice d’agence bancaire de 24 ans, avait été violée puis étouffée en janvier 2002.



La chambre avait notamment confirmé la mise en examen de Willy Bardon et renvoyé le dossier à l’instruction, ouvrant la voie à un premier procès dans cette affaire.

Source : L'union-L'Ardennais
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/02/2014 13:38  Mis à jour: 05/02/2014 13:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Re: Affaire Élodie Kulik: la Cour de cassation a les cartes en mains !

Image redimensionnée

La Cour de cassation a étudié hier le pourvoi formé par les avocats de Willy Bardon, mis en examen pour le meurtre d’Élodie Kulik, dans la Somme en 2002.

Mes Daquo et Lafarge contestent la mise en examen, à raison qu’« il n’y a pas d’indices sérieux ». Ni empreinte, ni ADN, en effet. L’accusation tient au message enregistré sur le téléphone portable de la jeune femme, qui avait appelé les secours au moment de l’agression. Cinq personnes ont reconnu la voix de Bardon, mais sa défense remarque que « l’enregistrement ne dure que 26 secondes, et il est de mauvaise qualité ».

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Amiens avait rejeté l’appel formé en fin d’année, d’où ce pourvoi, qui a été mis en délibéré.

Si la Cour de cassation confirme le rejet et renvoie le dossier à l’instruction, un procès pourrait avoir lieu en fin d’année. Dans le cas contraire…

La Voix du Nord
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10