|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
16 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 16

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Re : Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan : Disparition de Sophie Le Tan : le suspect utilisait le bon coin pour attirer les filles... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/09/2018 13:23
Après avoir tué son fils (Haroun, 22 mois), 20 ans de réclusion pour la mère d’Haroun, l’enfant martyr Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/09/2018 13:06
Stop aux violences faites aux femmes : "Il faut que cela s’arrête" : 88 personnalités lancent un appel à Macron pour agir contre les violences conjugales. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/09/2018 12:36
Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan : le suspect numéro un sort du silence et nie toute implication. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/09/2018 14:32
Affaire Sophie Le Tan: la seconde jeune fille recherchée est bien vivante Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/09/2018 14:02
Mise en examen de Jean-Marc Reiser dans la disparition de Sophie Le Tan : "Ce sont des prédateurs d'une très grande dangerosité"... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/09/2018 12:30
Nouvelle battue ce dimanche pour retrouver Sophie Le Tan, le passé du principal suspect passé au crible ( L'ombre d'un prédateur?)... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/09/2018 12:09
VIDEO. Ehpad : des pensionnaires assis devant des repas qu'ils ne peuvent pas manger, d'autres qui se blessent en tombant sans arrêt... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/09/2018 17:54
VIDEO. Ehpad : manger pour 4 euros par jour quand on paie des frais d'hébergement de plus de 3 000 euros par mois... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/09/2018 17:51
VIDEO. "Faites quelque chose pour moi, j'ai soif" : découvrez un extrait de l'enquête d'"Envoyé Spécial" sur les Ehpad privés... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/09/2018 17:48

Affaire Troadec : l'ex-beau-frère de Pascal Troadec a avoué avoir démembré et brûlé les corps...

Publié par Walda Colette Dubuisson le 12-04-2018 (1560 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée


12/04/2018 : L’ADN de la jeune Charlotte n’avait jusque-là jamais été identifié dans la maison familiale, suscitant le mystère…
FIN D'UN MYSTERE : « Le sang de Charlotte a été retrouvé dans la maison du drame » !
******************************************
11/04/2018 : Les corps des quatre membres de la famille Troadec avaient été retrouvés en avril 2017 dans la ferme de Hubert Caouissin, à Pont-de-Buis, dans le Finistère, quelques semaines après leur disparition à Orvault, près de Nantes. Un peu plus d'un an après le drame, les langues des proches se délient.
******************************
09/02/2018 : Un an après le massacre de la famille Troadec, le mobile reste obscur.
**************************************
06/04/2017 :Une nouvelle étape très importante dans l'affaire du meutre de la famille Troadec. Pour la première fois depuis sa mise en examen pour assassinat et son incarcération, Hubert Caouissin va être entendu jeudi 6 avril par les juges d'instruction à Nantes. Sa compagne Lydie Troadec le sera vendredi.
***********************************
le 06/03/2017, le procureur a relaté le récit du drame. (vidéo)
Nous sommes scandalisés et triste de ce drame MONSTRUEUX pour du fric !!!
Que justice soit rendue à cette famille R.I.P...
******************************************
06/03/2017 : L'ex beau-frère de Pascal Troadec a avoué dimanche aux enquêteurs avoir tué les quatre membres de la famille.
************************************
05/03/2017 :Affaire Troadec à ORVAULT: deux proches placés en garde à vue a annoncé ce dimanche le procureur de la République Pierre Sennès.
*****************************************
02/03/2017 :La voiture du fils retrouvée à Saint-Nazaire.
Aucun corps découvert dans la voiture du fils Sébastien
***************************************
01/03/2017: Le pantalon et la carte Vitale de Charlotte Troadec ont été retrouvés, ce mercredi, à Diniron, près de Brest (Finistère).
**********************************************
28/02/2017 : Famille disparue à Orvault: pourquoi le fils est soupçonné d'être l'auteur "d'un projet funeste" (vidéo)
****************************************************
26/02/2017 : DISPARITION MYSTÉRIEUSE À ORVAULT : QUE SAIT-ON DE LA FAMILLE TROADEC ?
Les prélèvements ADN ont mis moins de 48 heures à parler. Selon une source proche du dossier, le sang retrouvé dans la nuit de jeudi à vendredi au 24, rue d'Auteuil, à Orvault (Loire-Atlantique) est bien celui «de membres de la famille Troadec.» Une disparition qui fait désormais l'objet d'une enquête ouverte pour «homicide volontaire», confiée à la PJ de Nantes.

*****************************************
25/02/2017 L'affaire rappelle celle de la famille Dupont de Ligonnes. A Orvault, près de Nantes, un couple et ses deux enfants de 18 et 20 ans n’ont pas donné signe de vie depuis le 17 février. Une disparition prise très au sérieux par les autorités. Des traces de sang ont été retrouvées dans la maison.

Aucune nouvelle depuis le 16 ou 17 février...
Des scellés ont aussi été posés sur les porte, portail et boîte aux lettres du pavillon.
Voir vidéo


Un petit pavillon et son jardinet fleuri de crocus, dans une rue du quartier de la Ferrière, à Orvault. C’est ici que vit cette famille « sans histoires, discrète, voire distante » selon le voisinage. Jeudi soir, la police judiciaire a investi les lieux, alertée par la sœur de la mère de famille qui n'avait plus de ses nouvelles depuis une semaine.

Aucune nouvelle depuis le 16 ou 17 février

Aucun des membres de la famille n’a passé de communication téléphonique « depuis le 16 ou le 17 février » confirme Pierre Sennès, le procureur de la République de Nantes. La fille de 18 ans et le fils de 20 ans n’ont rien posté sur les réseaux sociaux. Les collègues du père, salarié de l'entreprise Arlux à Orvault et de la mère, employée au centre des impôts de Nantes, ne les ont pas revus à leur travail.

Un véhicule manquant

Dans la maison, la police a retrouvé l’un des téléphones portables de la famille. Et, sur celui-ci, des traces de sang. « D’autres traces de sang ont été relevées dans une pièce de la maison » indique le procureur. « C’est une affaire qui nous inquiète. Ces traces nous font croire, à tout le moins, à un épisode de violences. Mais aucune orientation n’est à ce stade privilégiée. »
Deux des trois voitures de la famille, stationnées sur place, ont été saisies par la police. Il manque le troisième véhicule, celui du fils, introuvable.

Un collègue : "C'est vraiment une disparition..."

Cette affaire résonne d’un écho particulier à la police judiciaire nantaise. Il y a six ans, une enquête démarrait sur les mêmes bases. Une famille disparue. Du sang. L’affaire, qui s'était révélée totalement hors normes, était celle de la disparition de la famille Dupont de Ligonnès.

Sur Facebook, un collègue du père de famille, qui travaille dans la même entreprise, réagissait vendredi soir : "C'est mon collègue de taf. Il n'est pas en vacances, c'est sûr. C'est vraiment une disparition..."


Isabelle Labarre http://www.ouest-france.fr/pays-de-la ... epuis-une-semaine-4820072




*********************************

26/02/2017 : DISPARITION MYSTÉRIEUSE À ORVAULT : QUE SAIT-ON DE LA FAMILLE TROADEC ?




26 févr 09:30La rédaction de LCI
Mais qu'a-t-il bien pu se passer derrière les murs blancs de ce pavillon ? Depuis le 17 février, la famille Troadec a disparu mystérieusement. Le couple, qui habite le quartier résidentiel d'Orvault, près de Nantes, et ses deux enfants n’ont plus donné signe de vie depuis maintenant dix jours. L'affaire a commencé jeudi dernier. Inquiète de ce silence inhabituel, la sœur de la mère, qui habite en Bretagne, a alerté la police.

Bien lui en a pris : sur les lieux, au 24 rue d'Auteuil, des traces de sang ont été découvertes par les enquêteurs sur un téléphone portable et dans une pièce de la maison, laissant craindre un possible drame. "Une enquête criminelle des chefs d'homicides volontaires, enlèvements et séquestrations a été ouverte et donne lieu à d'importantes investigations afin de tenter de retrouver les membres de la famille", a précisé samedi un communiqué le procureur de Nantes, Pierre Sennès

http://www.lci.fr/faits-divers/faits- ... ille-troadec-2027313.html
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/04/2018 15:20  Mis à jour: 12/04/2018 15:20
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Affaire Troadec : les proches sortent du silence...
INFOGRAPHIE - Les cousines et tantes de Pascal Troadec, le père de la famille qui a été tué dans le massacre d'Orvault, s'expriment pour la première fois. Elles reviennent sur la surmédiatisation de l'affaire et invoquent un «fantasme» concernant le mobile du principal suspect.

Leur nom est rattaché à un sombre fait divers qui a agité l'ouest de la France l'année dernière. Les cousines germaines et tantes paternelles de Pascal Troadec, père de famille assassiné à Orvault (Loire-Atlantique) avec sa femme et ses deux enfants en février 2017, sortent de leur silence un peu plus d'un an après le drame. Dans le journal Ouest-France , elles reviennent ce mercredi sur les aveux du beau-frère, Hubert Caouissin, âgé de 47 ans. Mais aussi, sur le rôle, pour le moins intrigant, de la grand-mère, Renée.

Elles seront du côté des parties civiles lors du procès, dont la date n'a pas encore été fixée. «On porte la parole de la famille Troadec», lancent-elles d'abord au quotidien régional. Pour la première fois, elles s'expriment sur la mort de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte, tués par Hubert Caouissin, puis démembrés avec l'aide de sa compagne Lydie, la sœur du père.

Contacté par Le Figaro, leur avocat Olivier Pacheu précise qu'elles ont d'abord refusé de communiquer, «la grande médiatisation de l'affaire a été difficile à vivre pour elles». Mais aujourd'hui, ces femmes ne veulent plus d'une «affaire Troadec»: «On veut savoir pourquoi il les a tués. Pourquoi ce massacre, pourquoi les quatre? Pourquoi continue-t-on de parler de l'affaire Troadec? C'est l'affaire Caouissin!» ont-elles vivement réagi dans les colonnes du quotidien Ouest-France.

Le trésor caché, un «fantasme» d'Hubert Caouissin

Deux semaines après le meurtre, le 5 mars 2017, Hubert Caouissin avait reconnu en garde à vue avoir tué tous les membres de la famille. Après avoir précisé les détails lugubres de la tuerie, il avait justifié son acte en assurant que le père de famille avait volé à Renée Troadec, la mère de Pascal et Lydie - la complice présumée - un trésor retrouvé par son défunt mari pendant des travaux dans leur maison. Ce mystérieux magot aurait contenu des pièces et des lingots d'or datant peut-être de la Seconde Guerre mondiale... Sur ce mobile du crime, les cousines et tantes sont catégoriques: il s'agit d'un pur «fantasme».



Pourtant, depuis le début de l'enquête, la grand-mère Renée ne cesse de soutenir cette thèse. «Cette affaire terrifiante trouve son origine dans un trésor composé de lingots et de pièces d'or que mon mari avait caché dans le garage de notre maison», assurait-elle en mars 2017 dans les colonnes du Parisien. «Il a spolié sa sœur Lydie! J'ai bien essayé d'intervenir et d'arbitrer. J'ai dit que je n'étais pas d'accord, mais Pascal est devenu très autoritaire et m'a dit de me taire», ajoutait-elle encore avant de trancher: «cet or a tout brisé».

Le rôle «déstabilisant» de grand-mère Renée

Dans leur interview, les cousines et tantes de Pascal, dont le prénom a été volontairement modifié par le quotidien, évoquent un déjeuner entre Hubert Caouissin, Lydie Troadec et Renée, le midi avant la tuerie au domicile de cette dernière. Si leur avocat Olivier Pacheu ne confirme pas cette information, il reconnaît que la grand-mère a un rôle pour le moins «déstabilisant». Mais il assure qu'il n'y a, à ce jour, pas de moyen de savoir si «elle avait pu avoir connaissance du crime que s'apprêtait à commettre son gendre.»

Alors qu'Hubert Caouissin est poursuivi pour assassinat et Lydia Troadec pour modification des lieux d'un crime et recel de cadavre, Renée Troadec, aujourd'hui âgée de 77 ans, n'est pas inquiétée par la justice. Elle trouve à son gendre des «circonstances atténuantes». La garde de son petit-fils, Henri, 9 ans, lui a par ailleurs été enlevée: alors que son père est en détention à la maison d'arrêt de Nantes et que sa mère est actuellement libre, il a été placé en famille d'accueil.

C'est sans doute autour de ces zones d'ombre que les policiers poursuivent l'enquête. Maître Pacheu confirme que l'instruction est toujours en cours et l'expertise psychiatrique d'Hubert Caouissin n'est pas terminée.
Elle permettra peut-être à la justice de faire toute la lumière sur ce huis clos qui s'est joué dans cette famille bretonne.


http://www.lefigaro.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/04/2018 15:06  Mis à jour: 12/04/2018 15:06
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Affaire Troadec : Le sang de Charlotte a été retrouvé dans la maison du drame...
* Pascal et Brigitte Troadec, ainsi que leurs deux enfants Sébastien et Charlotte, ont été assassinés il y a un an, près de Nantes.
* Après avoir avoué les crimes, Hubert Caouissin a été mis en examen et écroué en mars 2017.
* Les proches des victimes ne croient pas en la version donnée par le principal suspect.

C’était l'un des mystères entourant le quadruple assassinat de la famille Troadec, dans la nuit du 16 au 17 février 2017 à Orvault près de Nantes. Pourquoi le sang de la fille cadette, Charlotte, n’avait-il jamais été trouvé dans la maison familiale, contrairement aux trois autres victimes ? Le suspect principal, Hubert Caouissin, avait pourtant avoué avoir tué les quatre victimes à cet endroit précis, avant de les transporter à dans sa propriété du Finistère à Pont-de-Buis-les-Quimerch (Finistère).

Selon Ouest-France, une minuscule trace de sang a finalement été découverte l'été 2017, au domicile d’Orvault, lors de nouveaux prélèvements.

La scène de crime nettoyé aux produits ménagers

Cette trace de sang appartenant bel et bien à la jeune fille de 18 ans a été retrouvée dans l’une des chambres, confirmant ainsi le scénario macabre tel qu’il avait été décrit par le suspect. Ce dernier avait aussi expliqué avoir nettoyé les lieux avec des produits ménagers.

L’absence de sang de Charlotte Troadec avait donné matière au questionnement et à des rumeurs fantaisistes sur les réseaux sociaux.

Les corps de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte auraient été démembrés, dépecés et brûlés à Pont-de-Buis-les-Quimerch.

Après d’intenses recherches, des restes des corps leur appartenant ont bel et bien été identifiés et retrouvés...

RAPPEL



https://www.20minutes.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/04/2018 17:33  Mis à jour: 11/04/2018 17:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Affaire Troadec : "Tout le monde s’est écrié : c’est Caouissin !".
Les corps avaient été retrouvés dans une ferme à Pont-de-Buis, dans le Finistère...

Un peu plus d’un an après le massacre de la famille Troadec à leur domicile d'Orvault, près de Nantes, les tantes paternelles et cousines germaines du père, Pascal, tué avec sa femme Brigitte et ses enfants Charlotte et Sébastien, sortent de leur silence dans les colonnes du journal Ouest France.

Elles annoncent qu'elles seront partie civile au procès, dont la date n'a pas encore été arrêtée et reviennent sur les aveux du beau-frère, Hubert Caouissin, ainsi que sur le rôle déstabilisant de la grand-mère, Renée.

"Pascal était très malheureux qu’elle l’ait mis dehors"

L'une d'elles raconte : "Le 24 février 2017, nous étions en famille à Vannes. Une tante téléphone. Elle nous demande d’allumer la télé". Stupeur : la famille Troadec a disparu. "Tout le monde s’est écrié : c’est Caouissin !" raconte-t-elle. Pourquoi cette certitude ? A cause de l'histoire des lingots d'or, qui serait le mobile du crime.

Concernant les relations entre Pascal et sa mère, Renée, elles semblaient tendues : "Pascal était très malheureux qu’elle l’ait mis dehors. Il n’y avait plus de relations" témoignent-elles.

Les jours qui suivent la disparition, les cousines expliquent : "On téléphone à Renée avec l’espoir d’en savoir plus. Elle me répond de ne pas nous inquiéter, qu’ils vont revenir de voyage". Puis la grand-mère aurait demandé à l'une d'elles de "comprendre Hubert car il n’avait pas pris ses médicaments"

Le midi du drame, Hubert Caouissin et son épouse Lydie Troadec, la soeur de Pascal, auraient déjeuné chez Renée...

https://www.republicain-lorrain.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/02/2018 12:28  Mis à jour: 14/02/2018 12:28
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Affaire Troadec : l'auteur présumé a "exprimé des regrets" mais croit toujours à l'existence d'un trésor".
La famille Troadec a été assassinée dans la nuit du 16 au 17 février 2017. L’auteur présumé du quadruple homicide, Hubert Caouissin, beau-frère du père de famille, est incarcéré pour ces faits depuis bientôt un an. Selon son avocat, il maintient l’existence d’un trésor qu'il prend pour mobile et a exprimé "regrets et remords" après son geste.

Un peu plus de trois semaines après la commission des faits, il était passé aux aveux. Le 6 mars 2017, Hubert Caouissin, beau-frère des parents Troadec, avait reconnu avoir assassiné Pascal, Brigitte, 49 ans, et leurs deux enfants Sébastien et Charlotte, âgés de 21 et 18 ans, dans leur pavillon d’Orvault, en Loire-Atlantique.


Le suspect avait indiqué les avoir ensuite transportés jusqu’à sa ferme de Pont-de-Buis-lès-Quimerch, dans le Finistère, où ils les avaient démembrés, avant de brûler ou d’enterrer plusieurs parties de leurs corps. Mis en examen pour "assassinats" et "atteintes à l’intégrité d’un cadavre", Hubert Caouissin avait été écroué le 6 mars. Sa compagne, qui avait été mise en examen pour "modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres", a été remise en liberté en juillet dernier.

https://www.lci.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/02/2018 12:20  Mis à jour: 09/02/2018 12:20
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Affaire Troadec : Un an après le massacre de la famille Troadec, le mobile reste obscur.
Le 6 mars 2017, les aveux d’Hubert Caouissin, beau-frère du père de famille, levaient le voile sur la mystérieuse disparition un peu plus de deux semaines plus tôt des époux Troadec et de leurs deux enfants, et sur une enquête dont chaque rebondissement, de la Loire-Atlantique au Finistère, avait tenu la France en haleine.

Placé en garde à vue la veille, cet homme sans antécédent judiciaire, ouvrier d’État à l’arsenal de Brest, avait reconnu avoir tué Pascal et Brigitte, 49 ans tous les deux, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans, les avoir démembrés et s’être employé à faire disparaître leurs corps: une partie des restes aurait été brûlée dans un four de sa propriété, à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère), l’autre partie enterrée. Un crime effroyable qui trouverait son origine dans une spoliation familiale de pièces d’or, qui l’obsédait.



«J’ai eu des affaires médiatisées, des affaires vraiment sordides, mais c’est la première fois que personnellement j’ai été confronté à une affaire de cette nature», confie le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès.

L’enquête avait démarré le 23 février, après l’alerte donnée par l’une des sœurs de Brigitte Troadec, inquiète d’un silence inhabituel depuis près d’une semaine. Un téléphone souillé de sang est trouvé, la maison d’Orvault rapidement passée au crible.

«Nous partons de rien. Une famille disparaît, personne n’a de nouvelles, et des traces de sang sont découvertes dans la maison, on se dit donc qu’il s’est passé quelque chose de relativement dramatique», retrace le procureur. «Les hypothèses sont multiples, d’où un travail d’enquête extrêmement complexe», qui a mobilisé 150 enquêteurs de la police judiciaire, souligne-t-il.
«Ça partait dans tous les sens»

«Il fallait travailler vite, car dans une telle affaire, ce que l’on craint par-dessus tout, c’est de voir des semaines qui passent sans une évolution significative de l’enquête», poursuit M. Sennès, pointant une «autre difficulté», la gestion du «tsunami médiatique».

«Ça partait dans tous les sens», se souvient le procureur, qui «recadrera un peu les choses» en «fermant des pistes», lors d’une première conférence de presse, cinq jours après l’ouverture d’une information judiciaire. Des livres de jeunesse du père et le pantalon de la fille viennent d’être retrouvés, distants de 500 mètres et à deux jours d’intervalle, dans une forêt près de Brest, région d’où est originaire la famille Troadec.



Des découvertes «pas anodines», mais c’est le véhicule du fils, Sébastien, découvert à Saint-Nazaire, qui apportera des «éléments déterminants». Du sang y est découvert, ainsi que des traces génétiques appartenant à Hubert Caouissin. Son ADN sera aussi trouvé sur un verre dans le pavillon d’Orvault.

Interrogé au début de l’enquête, il avait assuré ne plus avoir de contacts avec sa belle-famille, avec laquelle il était fâché depuis longtemps. Interpellé avec sa compagne Lydie, la sœur de Pascal Troadec, il passera aux aveux et sera mis en examen pour «assassinats» et «atteinte à l’intégrité du cadavre».



En garde à vue, il explique s’être rendu le 16 février, à la nuit tombante, au domicile des Troadec, muni d’un stéthoscope avec l’intention de les «espionner» pour trouver des preuves de la spoliation. Réussissant à pénétrer dans la maison, il serait tombé nez-à-nez avec les époux Troadec, se serait emparé d’un pied-de-biche et aurait massacré les quatre membres de la famille.

L’arme du crime, il affirme s’en être débarrassé en la jetant par-dessus un pont. Malgré des fouilles, elle n’a pas été retrouvée.

Des restes humains -mais pas les crânes-, seront retrouvés dans la vaste et isolée propriété de Pont-de-Buis, permettant d’identifier les quatre victimes et de leur offrir une sépulture.

Le trésor, «je n’y ai jamais cru »

Quid de ce «trésor», cet héritage de pièces d’or qu’Hubert Caouissin soupçonnait Pascal Troadec de s’être approprié pour ne pas le partager avec Lydie, à l’origine du conflit familial ? Les enquêteurs n’en ont jusque-là pas trouvé la trace, ni la preuve de l’existence réelle.

Une question toujours sans réponse qui était au cœur du quatrième interrogatoire d’Hubert Caouissin, entendu mardi pendant six heures par les juges chargés de l’instruction.

Pour l’un de ses avocats, Thierry Fillion, «que l’or existe ou pas, ce n’est pas essentiel. Il a une croyance très forte dans cette histoire de spoliation, ce qui a entraîné cette détérioration, à tort ou à raison, des relations familiales».

«M. Caouissin gagnait sa vie, il n’avait pas dans l’idée de récupérer l’argent à son profit, pour lui il s’agissait de rétablir une forme de justice vis-à-vis de son épouse», ajoute Me Fillion.



«Pour mes clients, il y a un vrai mystère sur le mobile réel d’Hubert Caouissin et de Lydie Troadec», pointe Cécile de Oliveira, avocate de la mère, des deux sœurs, des beaux-frères et des neveux de Brigitte Troadec. Le trésor, «je n’y ai jamais cru, je suis persuadée que cet or est ce qu’Hubert Caouissin pense être un alibi», affirme-t-elle.
Pas de procès avant l'automne 2019

Le procès ne devrait pas se tenir avant l’automne 2019.

AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/07/2017 16:46  Mis à jour: 05/07/2017 16:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec : la compagne d'Hubert Caouissin, assassin présumé de la famille d'Orvault, a été remise en liberté ( vidéo)


Lydie Troadec, la compagne de l'assassin présumé de son frère Pascal Troadec, de sa femme et de ses deux enfants, dans la nuit du 16 au 17 février à Orvault (Loire-Atlantique) près de Nantes, a été remise en liberté il y a quelques jours et placée sous contrôle judiciaire. Elle avait été mise en examen en mars pour "modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres", des qualifications qui relèvent de la correctionnelle.

Sa remise en liberté s'est faite en toute discrétion. Il y a quelques jours, Lydie Troadec, compagne de l'assassin présumé de son frère Pascal Troadec, de sa femme, Brigitte et de leurs deux enfants , Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans, dans la nuit du 16 au 17 février 2017 dans la maison familiale d'Orvault près de Nantes, a quitté la maison d'arrêt. Elle a été placée sous contrôle judiciaire.


Cette remise en liberté est "l'effet de la loi", a expliqué le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. Lydie Troadec a été mise en examen début mars pour "modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres", des qualifications qui relèvent de la correctionnelle. Dans ce cas, "la loi limite du durée de la détention provisoire à quatre mois", a précisé le procureur.


Hubert Caouissin et Lydie Troadec ont été mis en examen et placés en détention, le même jour, le 6 mars précisément. Lui avait été alors mis en examen pour "assassinat" et "atteinte à l'intégrité d'un cadavre".

http://www.lci.fr/faits-divers/affair ... book#link_time=1499258501
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/06/2017 15:14  Mis à jour: 14/06/2017 15:14
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec : la police de retour dans "la ferme de l'horreur" ( vidéo)


- Quatre mois après les meurtres de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec à Orvault (Loire-Atlantique), la police judiciaire s'est de nouveau déplacée ce mardi au domicile d'Hubert Caouissin, assassin présumé et beau-frère du père tué. C'est là, dans cette maison surnommée depuis la "ferme de l'horreur" et située à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère), qu'en mars dernier les restes humains de la famille avaient été retrouvés.


De nouvelles fouilles sur un terrain désormais maudit. Ce mardi, la police judiciaire de Nantes s'est de nouveau rendue dans la propriété d'Hubert Caouissin, l'assassin présumé des quatre membres de la famille Troadec. "Une instruction est en cours, les enquêteurs se sont rendus sur place pour réexaminer la scène de crime", a indiqué à l'AFP le parquet de Nantes.


Ces nouvelles recherches interviennent après la deuxième audition d'Hubert Caouissin la semaine dernière. Il a été entendu pendant cinq heures par les juges d'instruction en charge du dossier, se montrant coopératif. L'interrogatoire du principal suspect a porté sur le transport des corps des époux Troadec, Pascal et Brigitte, tous deux âgés de 49 ans, et leurs deux enfants, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans, jusqu'à la ferme de M.Caouissin à Pont-de-Buis-lès-Quimerch, près de Brest, et sur le nettoyage de la maison des Troadec, à Orvault (Loire-Atlantique). Selon le Télégramme, l'homme devrait être de nouveau interrogé ce jeudi sur la partie destruction des corps.

La rédaction de LCI http://www.lci.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/05/2017 16:37  Mis à jour: 16/05/2017 16:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Les obsèques de Pascal Troadec, son épouse Brigitte et leurs deux enfants, Sébastien et Charlotte, seront célébrées vendredi prochain ( 19/05/2017) à Landerneau dans le Finistère.
L'heure de la cérémonie n'est pas encore divulguée et une réunion doit se tenir en mairie de Landerneau dans la soirée au sujet de ce triste événement. C'est dans cette commune du Finistère que, selon nos informations, seront célébrées vendredi prochain, plus de trois mois après le drame, les obsèques de la famille Troadec.

Un avis d'obsèques devrait être publié mercredi 17 mai dans la presse quotidienne régionale. "Les gendarmes de la brigade de Landerneau seront sur place pour permettre que cette cérémonie puisse se dérouler dans le respect et la dignité", précise une source du dossier à LCI.

Vidéo : Sept à Huit Life : le mystère de la disparition de la famille Troadec
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/04/2017 11:07  Mis à jour: 13/04/2017 11:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec. Le récit d'une nuit d'horreur .

Affaire Troadec. Le point sur l'enquête au 12... par Letelegramme

Dimanche 5 mars, 16 h. « On tient les bons ». Les enquêteurs en charge de la disparition de la famille Troadec, à Orvault (44), soufflent enfin, après dix-sept jours de marathon judiciaire. En garde à vue, un témoin vient de craquer. Il s'appelle Hubert Caouissin. Il a 46 ans. Ses aveux glaçants, détaillés, tiennent en 17 pages d'un insoutenable récit.
Hubert Caouissin, le meurtrier présumé de la famille Troadec ? Tous ceux qui l'ont approché lors de l'enquête disent la même chose : « C'est monsieur tout-le-monde ». Un détail a cependant frappé ces mêmes personnes : son obsessionnel souci du détail.

Son récit, il l'a livré, presque sans interruption, pendant quatre heures devant les enquêteurs. Et près de six heures devant les deux juges d'instruction, pour n'évoquer que les trois seules heures du drame, le 17 février dernier. Sa version ? Oui, il a tué sa belle-soeur et toute sa famille : Brigitte et Pascal Troadec, 49 ans, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans. Il les a tués pour une histoire d'or, une histoire d'héritage dont aurait été privée, sept ans plus tôt, la famille Troadec (sa compagne Lydie et sa belle-mère, Renée) restée dans le Finistère.
À lire sur le sujet

Vendredi 16 février, 22 h. Parti quelques heures plus tôt de sa ferme de Pont-de-Buis, dans le Finistère, Hubert Caouissin vient de parcourir 260 km jusqu'à la maison de son beau-frère, en périphérie de Nantes. Ce n'est pas la première fois qu'il vient épier les Troadec à Orvault. Il cherche à trouver la preuve et la trace du trésor volé. Il a un stéthoscope pour tenter de saisir des conversations. Il scrute la maison. Brigitte Troadec ouvre une porte pour appeler le chat de la famille. Qui ne vient pas. La porte reste ouverte. Dans la pénombre, Hubert attend. Vers 23 h 30, il s'engouffre dans la maison et se cache dans la buanderie. De l'étage où ils dorment, son beau-frère et sa belle-soeur l'auraient ensuite entendu et seraient descendus « à pas de loup ». Le face à face a lieu au rez-de-chaussée. Toujours selon Hubert Caouissin, Pascal Troadec l'empoigne, hurle qu'il va « le tuer ». Hubert recule dans le garage. C'est peut-être là, selon lui, que Pascal aurait saisi le pied-de-biche.

Corps à corps

S'en suit un terrible corps à corps. Hubert parvient à s'emparer du pied-de-biche. Il frappe le couple. Les enfants, dont les chambres sont au rez-de-chaussée, font irruption. Le pied-de-biche s'abat sur Sébastien, en pleine tête. Puis sur Charlotte, jusque dans sa chambre. Malgré les coups, le couple Troadec lutte toujours. Hubert Caouissin achève son beau-frère, alors que Brigitte Troadec se réfugie dans la salle de bain. La suite semble tout droit sortie du film « Shining ». Brigitte referme la porte sur le pied-de-biche, tente de le faire tomber. Tente de résister. En vain. La famille Troadec vient d'être décimée. Hubert Caouissin est couvert de sang. Il quittera le domicile au petit matin, pour rentrer chez lui, dans le Finistère. Il lui faudra les deux nuits suivantes pour terminer sa sinistre besogne. Il revient avec Lydie. Elle reste dans la voiture avec un talkie-walkie, prête à donner l'alerte. Il a tout prévu. D'abord nettoyer, méthodiquement, avec soin, toute la maison souillée de sang. Hisser, seul, les corps les plus corpulents. Puis les enfants. À 260 km de là, le couple a laissé son unique enfant âgé de 8 ans, seul dans cette ferme isolée où le couple vit reclus depuis deux ans. C'est là, dans une dépendance attenante, qu'Hubert entreprend, pendant trois jours, de démembrer les corps et de les réduire à néant. Lydie et l'enfant, eux, sont priés d'aller se promener.

« Cela chauffait trop »

Là encore, le meurtrier présumé fait preuve d'une extraordinaire méticulosité. Il brûle une partie des corps dans le chauffage central à bois de la ferme, dont les alarmes virent au rouge. « Cela chauffait trop », confiera Lydie aux enquêteurs. Une deuxième partie est enfouie en zone marécageuse. Le reste est disséminé sur l'immense propriété de 27 hectares, grande comme une quarantaine de terrains de football. Hubert Caouissin pensait que les renards viendraient faire disparaître ces ultimes morceaux de chair. Des corps, il ne reste rien. À tel point que les policiers ont été contraints d'activer la procédure réservée à l'identification des victimes de catastrophes (IVC). La terrible collecte prendra des semaines, voire des mois. Malgré les indications d'Hubert Caouissin, les restes des têtes n'ont toujours pas été retrouvés. Quant à l'arme du crime, le pied-de-biche, le meurtrier présumé soutient l'avoir lancée par-dessus le pont de 800 m qui surplombe l'Elorn et domine la rade de Brest. Il faudra attendre les prochaines grandes marées, fin avril, pour que des recherches soient lancées.

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/a ... 7.php#JLvPbdFWBIKi8rGY.99
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/04/2017 13:27  Mis à jour: 06/04/2017 13:27
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec , les suspects entendus par les juges d'instruction
Une nouvelle étape très importante dans l'affaire du meutre de la famille Troadec. Pour la première fois depuis sa mise en examen pour assassinat et son incarcération, Hubert Caouissin va être entendu jeudi 6 avril par les juges d'instruction à Nantes. Sa compagne Lydie Troadec le sera vendredi.


Ces deux auditions sont très attendues pour en savoir plus sur les circonstances du quadruple meurtre, et la disparition des corps à Pont de Buis dans le Finistère. Les deux accusés sont incarcérés à la maison d'arrêt de Nantes.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/03/2017 17:28  Mis à jour: 21/03/2017 17:28
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Les ADN des 4 membres de la famille Troadec identifiés…
Les analyses ADN réalisées sur les fragments de corps retrouvés autour de la ferme du suspect Hubert Caouissin ont permis d'identifier les parents et les deux enfants de la famille Troadec.

Il n'y a plus le moindre doute. Les ADN des quatre membres de la famille Troadec, disparus le 16 février, ont été relevés sur des restes humains retrouvés lors de fouilles au domicile du suspect. Les analyses ont en effet permis d'identifier les parents Pascal et Brigitte, ainsi que leurs enfants Sébastien et Charlotte.

Ces fragments de corps avaient été retrouvés les 8 et 9 mars autour de la ferme de Hubert Caouissin, mis en examen pour assassinat et atteinte à l'intégrité de leurs cadavres. Des objets dérobés sur les lieux du crime avaient également été découverts dans une zone très marécageuse de la propriété de 32 hectares. Des fouilles étaient aussi entreprises dans la maison et dans le four, qui, selon Hubert Caouissin, lui a servi pour brûler une partie des restes des corps qu'il a dit avoir démembrés.

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits- ... tifies-par-adn-7787760590
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/03/2017 15:14  Mis à jour: 18/03/2017 15:14
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec :Les fragments de quatre corps découverts à Pont-de-Buis.
Les fragments de quatre victimes distinctes ont été retrouvés autour de la ferme de Hubert Caouissin, à Pont-de-Buis, dans le Finistère. Les résultats des analyses ADN permettront de savoir, la semaine prochaine, s'il s'agit bien des quatre membres de la famille Troadec.

Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes, est formel : « Aux vues des premières autopsies, quatre victimes distinctes ont été retrouvées au cours des recherches menées à Pont-de-Buis ». Et d'ajouter, « il ne faut cependant pas aller trop vite. Attendons les résultats d'analyse ADN avant d'affirmer qu'il s'agit bien des quatre membres de la famille Troadec, tués à Orvault, dans la nuit du 16 au 17 février. »

Les recherches étaient concentrées autour de la ferme du Stang, dans les vasières de l’Aulne maritime, où résidaient Hubert Caouissin et sa compagne, Lydie Troadec.

Elles avaient débuté le mercredi 8 mars, en présence d'Hubert Caouissin. Rapidement, des fragments humains avaient été retrouvés.

Les recherches avaient été suspendues le vendredi 10 mars. « Elles reprendront si les juges d'instruction l'estiment nécessaire, indique Pierre Sennès, peut-être pour retrouver des objets particuliers. »

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la ... orps-pont-de-buis-4866006
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/03/2017 08:20  Mis à jour: 15/03/2017 08:20
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec. Un enfant de 8 ans au coeur de la tourmente .
Il n'a que 8 ans et il est l'une des victimes collatérales du quadruple meurtre de la famille Troadec. Le fils d'Hubert Caouissin et Lydie Troadec, tous deux emprisonnés depuis leur mise en examen, il y a une semaine, a été recueilli chez sa grand-mère maternelle, dans la banlieue brestoise. « Je sais qu'on risque de me l'enlever, mais, pour l'instant, il reste avec moi », déclarait-elle la semaine dernière. En effet, il demeure fort possible que le parquet de Nantes (c'est là-bas que l'enquête est dirigée) saisisse un juge des enfants pour qu'il statue sur l'avenir du petit garçon. « Il peut être considéré comme étant en danger, compte tenu du drame dans lequel ses parents sont mêlés, détaille un professionnel du droit. Cela peut-être un danger physique mais aussi psychologique et il s'agit désormais de le protéger au mieux ».

Le parquet de Nantes peut également demander au parquet de son domicile (celui de Brest s'il est officiellement domicilié à Plouguerneau ou celui de Quimper s'il est domicilié à Pont-de-Buis) qu'une procédure d'assistance éducative soit mise en place. Si le juge des enfants l'estime nécessaire, il pourra alors décider s'il peut rester chez sa grand-mère ou s'il doit être placé en foyer ou chez un autre tiers digne de confiance.


La famille de Brigitte Troadec, elle aussi, peut être assistée

Autres victimes, les membres de la famille de Brigitte Troadec (ses soeurs, sa mère, notamment) peuvent également, en théorie, être accompagnés par une association d'aide aux victimes. Le parquet de Nantes peut saisir son homologue brestois de façon à mettre en place un accompagnement.

« Ce n'est pas très habituel », remarque ce professionnel du droit, mais ce n'est pas impossible. « Toutes les personnes qui estiment être victimes dans cette affaire peuvent aussi se porter partie civile ».

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/u ... 0.php#r2XcXiAEs5DqTVLl.99
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/03/2017 16:04  Mis à jour: 11/03/2017 16:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 ANNONCE .Chroniques criminelles : Samedi 11 Mars à 20h55, Affaire Troadec : le massacre d'Orvault…
Au sommaire :

Affaire Troadec : le massacre d'Orvault

Dans la nuit du 16 au 17 février 2017, un quadruple meurtre a lieu dans un pavillon de Loire-Atlantique. Comment les policiers ont-ils mené leur enquête jusqu'aux aveux du meurtrier présumé ? Quels sont les dessous de cette affaire hors-norme ?

Affaire Dupont de Ligonnès : la tuerie de Nantes

Retour sur l'affaire de la famille Dupont de Ligonnès : Xavier, père de famille en apparence sans histoires, aurait tué ses quatre enfants et sa femme avant de disparaître. Les corps ont été retrouvés enterrés sous la terrasse de leur maison, à Nantes, en avril 2011. Lui reste introuvable.

Affaire Flactif : le chalet de l'horreur

En 1993, en Haute-savoie, la famille Flactif disparaît mystérieusement. Après avoir envisagé l'accident, la police doit se rendre à l'évidence : la famille a été assassinée.

Rappel:
L’affaire Flactif1 ou tuerie du Grand Bornand est une affaire criminelle française qui a défrayé la chronique en 2003, à la suite de la disparition et des meurtres le 11 avril 20031 d'un promoteur immobilier nommé Xavier Flactif, 41 ans, de sa femme Graziella, 36 ans, et de leurs trois enfants âgés de sept à dix ans, au Grand-Bornand en Haute-Savoie.


Lire la suite -> https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Flactif
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/03/2017 09:27  Mis à jour: 10/03/2017 09:27
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Meurtre de la famille Troadec à Orvault: le récit d'une nuit d'horreur .


Après avoir assassiné la famille Troadec, Hubert Caouissin s'est confié à son fils de 8 ans. Le suspect est ensuite retourné sur les lieux du crime avec sa compagne - et sœur du père de famille tué - et a nettoyé la maison pendant que cette dernière faisait le guet.

Le scénario de cette nuit d'horreur se précise. Juste après le massacre des parents et des deux enfants Troadec à Orvault, en Loire-Atlantique, Hubert Caouissin rentre chez lui, dans sa ferme isolée, située à Pont-de-Buis-lès-Quimerch, dans le Finistère. Il se confie alors à son fils de 8 ans. Et raconte son crime.

"On te racontera que je suis un monstre mais voilà la vérité", a-t-il dit au garçonnet.

En contact permanent par talkie-walkie


Il va ensuite parler avec sa compagne, Lydie Troadec, la sœur du père de famille assassiné, Pascal. Tous deux retournent alors sur les lieux des assassinats, dans la nuit du 17 au 18 février. Hubert Caouissin nettoie la maison tandis que Lydie reste à l'extérieur. Tous deux sont en contact permanent par talkie-walkie.

Les corps sont récupérés, chargés dans la voiture de Sébastien, le fils de Pascal Troadec. Pour les emmener à 280 kilomètres de là, dans sa ferme, à une quarantaine de kilomètres de Brest.

"Une histoire tout à fait romanesque"

Concernant ses motivations, Hubert Caouissin parle d'un désaccord concernant un héritage. Des pièces et des lingots d'or que Pascal Troadec se serait attribués au détriment du reste de la famille. Des accusations mensongères selon l'avocate de la famille de Brigitte Troadec.

"Il y a une manipulation qui consiste à inventer une histoire tout à fait romanesque, dénonce Cécile De Oliveira pour BFMTV. Une histoire dans laquelle il se prétend victime. À quel titre, je n'en sais rien. En tout cas une histoire qui continue à envahir la parole de l'assassin aujourd'hui."

En garde à vue, Hubert Caouissin a reconnu avoir tué les parents et les deux enfants Troadec, puis les avoir démembrés avant de brûler certains morceaux de corps, et d'enterrer les autres sur son terrain. Il a été mis en examen lundi à Nantes pour assassinats et atteinte à l'intégrité d'un cadavre. Sa compagne a également été mise en examen pour modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres.
La mère du suspect ne croit pas à "cette histoire de lingots"

La mère de Pascal et Lydie Troadec a évoqué jeudi cette piste dans Le Parisien. "Cette affaire terrifiante trouve son origine dans un trésor composé de lingots et de pièces d'or que mon mari avait caché dans le garage de notre maison", selon elle. Son fils aurait placé cet "or volé" à Monaco et Andorre.

Ce "trésor", dont on ne connaît pas le montant et dont l'existence n'a pas été confirmée, aurait été découvert en 2006 par son mari, ex-artisan plâtrier, lors de travaux dans un immeuble ancien d'un vieux quartier de Brest. Lundi, toujours dans Le Parisien, la mère du suspect affirmait de son côté que "cette histoire de lingots", c'était "n'importe quoi".
Harcelés depuis plusieurs années par Hubert Caouissin

La famille de Brigitte Troadec n'a pas été surprise d'apprendre le nom de l'assassin, indique Europe 1. Car le couple était harcelé depuis plusieurs années par Hubert Caouissin, a indiqué Cécile de Oliveira. Un "harcèlement" de la part de l'assassin présumé envers ses futures victimes qui aurait débuté "en 2014, 2015". "Pascal Troadec avait fait une démarche auprès de la gendarmerie pour se plaindre d'avoir été accusé mensongèrement et de manière répétée sur cette histoire de lingots d'or qui sort de l'imaginaire d'Hubert Caouissin", a-t-elle certifié à l'AFP.

"On a la conviction que (les époux Troadec) étaient accusés à tort et vivaient évidemment comme un harcèlement complètement invraisemblable, absurde et nocif (...) ces accusations mensongères."

Selon nos informations, une enquête patrimoniale est en cours pour retrouver la trace de ce trésor. Et déterminer s'il a réellement existé.

C.H.A. avec Pierre-Emmanuel Becet http://www.bfmtv.com/police-justice/m ... it-d-horreur-1118751.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/03/2017 19:56  Mis à jour: 09/03/2017 19:57
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Affaire Troadec : le fils Sébastien a eu la «mémoire souillée»: rendons hommage à ce malheureux jeune homme et lavons son honneur, volé par . R.I.P Sébastien !
Le jeune homme de 21 ans a un temps été soupçonné d'avoir tué sa famille à Orvault, près de Nantes, dans la nuit du 16 au 17 février. Avant qu'Hubert Caouissin, le beau-frère de Pascal Troadec, avoue les assassinats, le 5 mars.

Les habitants de la ville d'Orvault, dans la banlieue de Nantes, tentent petit à petit de retrouver une vie normale, après trois semaines d'investigations policières et de sollicitations des médias.

Au Petit-Chantilly, quartier où vivaient les Troadec, assassinés à leur domicile dans la nuit du 16 au 17 février, les voisins ont placardé sur les poteaux électriques de la ville une «lettre ouverte aux journalistes». Ils déclarent vouloir désormais «se réapproprier» leur lieu de vie.
Image redimensionnée


Mais derrière ce désir de tranquillité, un sentiment d'agacement voire d'injustice semble s'installer dans cette petite ville de Loire-Atlantique.

«La mémoire de la famille et en particulier du fils, Sébastien, a été souillée par les médias et la police. Ils ont beaucoup trop vite considéré qu'il était le coupable, alors qu'on a appris que ce n'était pas du tout le cas», s'indigne un boucher.


Le 5 mars, Hubert Caouissin, le beau-frère de Pascal Troadec, a avoué avoir tué les quatre membres de la famille. «Je ne dis plus rien, vu comment a été accusé le fils. Laissons la justice décider maintenant», lâche une boulangère

«Je ne dis plus rien, vu comment a été accusé le fils. Laissons la justice décider maintenant», lâche une boulangère.


«Rare sont les médias qui ont su garder la neutralité dans leurs propos»
Clément, ami de Sébastien Troadec

Clément, son ami sur internet depuis un an et demi, raconte. «Il était vraiment gentil avec tout le monde. Même les gens qu'il ne connaissait pas, il ne les rejetait pas et était très sociable. Il passait une phase dépressive de sa vie, ça arrive à tout le monde sauf que lui en faisait part ouvertement sur internet». Il regrette le raccourci réalisé par certains médias. «Rare sont ceux qui ont su garder la neutralité dans leurs propos», déplore-t-il.

Au lycée Nicolas-Appert, dans lequel Sébastien a étudié pendant trois ans, on se souvient d'un garçon «comme les autres». «Il a fait quelques bêtises, comme tous les adolescents, mais jamais rien de grave», note la proviseur. La gardienne de ce même établissement s'indigne. «C'est grave, très grave ce qui a été dit sur lui. J'ai un fils de son âge, et ce genre de casseroles, on peut les traîner toute une vie. Mais Sébastien lui, n'est plus là pour voir le procès qu'on lui a fait».


Que justice soit rendue à Sébastien et sa famille , rien ne les ramènera , ayons une pensée pour cette famille tuée par un barbare pour du fric !!!

sos-enfants.org
Image redimensionnée


Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/03/2017 16:26  Mis à jour: 08/03/2017 18:35
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec : des fragments de corps humains retrouv ( Vidéo))és.
Mercredi 8 mars, les fouilles pour retrouver les restes des quatre corps de la famille Troadec ont abouti à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère), dans la ferme du principal suspect, le beau-frère d'une des victimes, présent sur les lieux pendant les recherches. Le procureur a annoncé vers 16h que des fragments de corps humains et des bijoux appartenant à la famille disparue ont été découverts.

Hubert Caouissin, le beau-frère du père de la famille assassinée, était arrivé sur les lieux vers 7 h 30, dans une voiture aux vitres teintées, alors qu'un important dispositif de CRS bouclait les accès au vaste corps de ferme entouré de 32 hectares de terrain. Une vingtaine de personnes de la police judiciaire étaient sur place, ainsi qu'un médecin légiste.


Affaire Troadec: Des restes humains de la... par 20Minutes
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/03/2017 13:19  Mis à jour: 07/03/2017 13:19
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Orvault : la ferme sinistre où le meurtrier s'est débarrassé des corps des Troadec. ( Vidéo)
L'ex beau-frère, qui a avoué le quadruple meurtre, s'est réfugié dans une ferme perdue dans le Finistère où il a rejoué une scène de film d'horreur.

Image redimensionnée

La ferme d'Hubert Caouissin à Pont-de-Buis dans le Finistère.
Crédit : FRED TANNEAU / AFP

Les circonstances de l'assassinat des quatre membres de la famille Troadec s'éclaircissent après les aveux de l'ex beau-frère, mis en examen et incarcéré à Nantes lundi 6 mars. Selon les premiers éléments dévoilés par le procureur Pierre Sennès, le meurtrier présumé a tué Pascal Troadec, sa femme Brigitte et leurs deux enfants à Orvault, dans la nuit du 16 au 17 février dernier. Avant de transporter les corps à 250 kilomètres de là, dans le Finistère, jusqu'à une petite ferme située sur la commune de Pont-de-Buis.

Hubert Caouissin, l'ex beau-frère, avait acheté cette maison il y a deux ans pour 220.000 euros, explique ainsi Le Parisien. La ferme, décrépie et sinistre, est posée au fond d'un vallon, au bord de l'Aulne, à l'abri de la route et des regards.

C'est là que le meurtrier s'est débarrassé des corps. Les quatre cadavres ont été éviscérés et démembrés à l'aide de tenailles à métaux et d'une hache, avant d'être brûlés "méthodiquement". Hubert Caouissin a aussi éparpillé certaines parties des corps dans les bois aux alentours et broyé des ossements avant de les disperser dans la basse-cour.




La zone de la ferme bouclée par les enquêteurs


C'est dans cette ferme, le lendemain du quadruple meurtre, que l'ex beau-frère avoue les faits à Lydie Troadec, la soeur de Pascal. Le soir même, le couple revient à Orvault pour nettoyer la maison et tout faire disparaître. Une version démentie par Lydie Troadec au cours de sa garde à vue. Le 18 février dans la soirée, Hubert Caouissin charge les corps dans la voiture du fils, Sébastien Troadec, pour les transporter jusqu'à sa ferme de Pont-de-Buis. Après cette scène d'horreur, il dépose le véhicule près du port de Saint-Nazaire. "Une sorte de diversion pour orienter les fouilles", a précisé le procureur.

À Pont-de-Buis, les voisins sont sous le choc après ces révélations sur les agissements macabres d'Hubert Caouissin. "Il n'était pas très sociable et ne parlait pas. Jamais il ne s'est présenté à nous lorsqu'il est arrivé. On ne savait pas ce qu'il faisait", a confié une voisine dans Le Parisien. La zone de la ferme est bouclée pour les besoins de l'enquête. Des prélèvements, effectués dans le foyer de la grande cheminée qui trône au milieu de la maison, donneront peut-être des indices supplémentaires.

http://www.rtl.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/03/2017 13:07  Mis à jour: 07/03/2017 14:13
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaires Troadec . Xavier Dupont de Ligonnès, Yves Godard : ces autres familles disparues dans d’étranges circonstances…
Image redimensionnée

Xavier Dupont de Ligonnès avec une de ses filles. / Photo DR

Cette affaire où l'on voit disparaître toute une famille rappelle deux autres drames récents, l'affaire Godard et l'affaire Dupont de Ligonnès.

Xavier Dupont de Ligonnès, unique suspect de l'assassinat de son épouse et de leurs quatre enfants à Nantes en avril 2011 a été aperçu pour la dernière fois le 15 avril alors qu'il quittait un hôtel de Roquebrune-sur-Argens dans le Var. Âgé de 50 ans à l'époque, il n'a pas donné signe de vie depuis.

Le 21 avril 2011, les corps de son épouse et de leurs quatre enfants, ont été retrouvés dissimulés sous la terrasse de la maison familiale. Agnès, 48 ans et ses quatre enfants, Arthur, 21 ans, Thomas, 18 ans, Anne, 16 ans, et Benoît, 13 ans ont été tués à la 22 Long Rifle, vraisemblablement deux semaines plus tôt, entre le 3 et le 5 avril, d'au moins deux balles dans la tête, selon le procureur. Le père, endetté et ayant précédemment évoqué dans un mail la possibilité d'un suicide, avait envoyé le 11 avril un courrier à neuf de ses proches affirmant qu'il allait être exfiltré vers les États-Unis en raison de sa supposée vie d'agent double.

Suicide ? Fuite ? La police judiciaire est toujours sur l'affaire, qui a fait l'objet de près de 900 signalements de personnes ayant cru reconnaître le père de famille et de milliers de procès-verbaux. Sans succès jusqu'ici.

Affaire Dupont de Ligonnès -> http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=180
-------------------------------------------------


Image redimensionnée


Acupuncteur se volatilise en 1999 avec femme et enfants


Le Dr Yves Godard, 45 ans, acupuncteur à Caen (Calvados) criblé de dettes, s'est volatilisé avec sa femme et ses deux enfants de 4 et 6 ans en septembre 1999.

La famille a quitté le 1er septembre le port de Saint-Malo pour une croisière de cinq jours et n'est jamais réapparue. Seuls des ossements du médecin et de sa fille, Camille, ont été retrouvés au large de la Bretagne en 2001 et 2006.

Le docteur Godard était jusque là soupçonné d'avoir tué son épouse dont d'importantes traces de sang avaient été retrouvées à leur domicile de Tilly-sur-Seulles (Calvados) et dans leur voiture.

Le dossier a été refermé en septembre 2012.


http://www.ladepeche.fr/

Image redimensionnée


Dossier ->http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=1161
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/03/2017 12:47  Mis à jour: 07/03/2017 12:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Disparus d'Orvault : le 06/03/2017, le procureur a relaté le récit du drame. (vidéo)


Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a tenu une conférence de presse ce lundi pour revenir sur les événements récents survenus dans l’enquête sur la disparition des quatre membres de la famille Troadec, à Orvault, le 16 février.


06 mars 16:42 La rédaction de LCI

Le mystère s’est quelque peu dissipé, mais des zones d’ombre demeurent. Hubert C, beau-frère de Pascal Troadec, a reconnu devant les enquêteurs avoir démembré puis brûlé les corps de Pascal, son épouse Brigitte, et leurs enfants Sébastien et Charlotte, disparus depuis le soir du 16 février. Il a été mis en examen et écroué lundi soir pour ce quadruple assassinat. En fin d'après-midi, le procureur de Nantes a donné de nouveaux détails face aux médias.

http://www.lci.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/03/2017 13:06  Mis à jour: 06/03/2017 13:06
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec : l'ex-beau-frère de Pascal Troadec a avoué avoir démembré et brûlé les corps.
L'affaire plonge dans le macabre. En garde à vue depuis hier, l'ex-beau-frère de Pascal Troadec a avoué avoir tué les quatre membres de la famille Troadec.

Devant les enquêteurs, l'homme a donné des précisions, relayées par RTL : il a ainsi affirmé avoir démembré les corps des quatre membres de la famille, puis les avoir transportés dans un véhicule avant de les brûler, dans le Finistère.

Les enquêteurs estiment donc, selon le site de la radio, qu'il est très peu probable de retrouver ces corps.

Ces aveux actent sans aucun doute la fin d'une histoire hors normes qui a tenu la France en haleine pendant plus d'une semaine, chaque jour apportant son lot d'indices laissant dans un premier temps les enquêteurs perplexes.

Lors de son audition, le suspect a confié avoir tué les parents Troadec (Pascal et Brigitte, 49 ans), la fille (Charlotte, 18 ans) et le fils (Sébastien, 21 ans) à l'intérieur du domicile, devant lequel il faisait le guet dans la nuit du 16 au 17 février.

On ne sait pas exactement de quelle façon il est entré dans la maison. Pour tuer les victimes, il affirme s'être saisi d'un objet métallique contondant, de type barre à mine ou pied de biche, avec lequel il a frappé un à un les membres de la famille. Il dit ensuite avoir démembré les corps pour les transporter dans un véhicule puis ensuite les brûler en Bretagne, dans le Finistère. Les enquêteurs estiment qu'il est très peu probable de retrouver les corps.

Page de l'émission ->
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits- ... ont-ete-brules-7787546225
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/03/2017 08:53  Mis à jour: 06/03/2017 09:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re :L'ex beau-frère de Pascal Troadec a avoué dimanche aux enquêteurs avoir tué les quatre membres de la famille.Quel est le profil du beau-frère passé aux aveux?
Alors que la famille Troadec est toujours introuvable, l'ex beau-frère de Pascal Troadec a avoué dimanche aux enquêteurs avoir tué le père ainsi que sa femme Brigitte et leurs deux enfants Sébastien et Charlotte, avant de faire disparaitre leurs corps.

Il avait été placé en garde à vue dimanche à Brest avec la soeur de Pascal Troadec. Les enquêteurs s'intéresseraient à la piste du différend familial sur fond d'héritage, selon les informations de Ouest France et du Parisien, citant des sources proches de l'enquête. Il s'agirait d'un trésor sous forme de lingots ou de pièces d'or, qu'aurait caché à l'administration Pascal Troadec.


Vendredi, Pierre Sennes a qualifié lors d'une conférence de presse ces disparitions d'«affaire hors-norme, à l'évidence criminelle». Il n'a pas exclu que «certaines [victimes] soient encore en vie». Le magistrat n'écartait ni la piste d'un «drame familial» ni celle de «l'intervention d'un tiers».

Pascal et Brigitte Troadec, deux quinquagénaires, leur fils Sébastien, 21 ans, et leur fille Charlotte, 18 ans, n'ont donné aucune nouvelle depuis le 16 février. Ils ne se sont pas présentés à leur travail, leurs téléphones portables se sont tus et des traces de sang ont été retrouvées dans leur pavillon, dans un quartier résidentiel d'Orvault près de Nantes.

Après la découverte du pantalon et des cartes appartenant à Charlotte, la fille, à Dirinon (Finistère) près de Brest, le mystère s'est épaissi. Les enquêteurs avaient ensuite retrouvé jeudi la voiture du fils, Sébastien, à Saint-Nazaire mais rien ne permettait de le décrire comme principal suspect. Selon le procureur, la dispersion des objets retrouvés peut laisser penser à «un jeu de pistes morbide».

Une centaine d'enquêteurs sont mobilisés. Les investigations se poursuivent dans le cadre d'une information judiciaire ouverte contre X pour homicides volontaires, enlèvements et séquestrations.

http://www.lefigaro.fr/

L’ADN du beau-frère trouvé dans la maison

L’ADN de l’ancien compagnon de la sœur de Pascal troadec aurait, selon RTL, été retrouvé dans la maison d’Orvault et dans la voiture de Sébastien Troadec, le fils lui aussi disparu et dont le véhicule soigneusement nettoyé avait été retrouvé à Saint-Nazaire. C’est cette information qui aurait poussé les enquêteurs à placer l’ex-beau-frère en garde à vue, dimanche 5 mars.Depuis la nuit du 16 au 17 février dernier, la famille Troadec n’avait plus donné aucun signe de vie. Pascal le père, Brigitte, la mère, Sébastien le fils et Charlotte la fille auraient donc été assassinés suite à un différend familial autour d’un héritage.

Des "corps atteints de blessures graves ont circulé"

Pour le procureur, des "corps atteints de blessures graves ont circulé. Soit des personnes blessées ont été mobiles, soit elles ont été transportées", a-t-il affirmé vendredi lors d'une conférence de presse, ajoutant que le décès était une hypothèse sérieuse. Mais malgré les nombreuses recherches menées sur place par la gendarmerie, qui ont mobilisé plus d'une cinquantaine de militaires, à grand renfort de plongeurs pour sonder les plans d'eau et appuyés par un hélicoptère, aucune autre trace de la famille disparue n'a été découverte dans ce secteur.

Depuis la disparition des Troadec, aucun mouvement n'a été décelé sur les cartes bancaires des quatre membres de la famille, qui n'était pas surendettée. Autre élément troublant pour les enquêteurs, une réservation d'un billet d'avion au nom du couple Troadec pour le Portugal, du 10 au 14 avril. Une information judiciaire a été ouverte il y a une semaine contre X pour homicides volontaires, enlèvements et séquestrations.

Image redimensionnée


http://www.ouest-france.fr/

Quel est le profil du beau-frère passé aux aveux?
L’ancien beau-frère de Pascal Troadec a avoué les meurtres des quatre membres de la famille disparue depuis le 16 février, comme l’a confirmé le procureur de Nantes, ce lundi. Âgé de 46 ans, il a été marié avec la sœur de Pascal Troadec. Il vivait dans la ville de Plouguerneau, près de Brest. Ancien ingénieur dans la construction, il a arrêté de travailler, il y a quatre ans, pour cause de dépression. La presse locale évoque quelqu’un de très discret. Par ailleurs, il semblait nourrir une rancœur contre la famille Troadec. Lors d’une première audition devant les enquêteurs, il avait avoué être fâché avec la famille de son ex-femme pour une question d’héritage.

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/03/2017 12:24  Mis à jour: 05/03/2017 16:43
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec à ORVAULT: la sœur et le beau-frère de Pascal Troadec en garde à vue. Une question d'héritage ?
INFO RTL - Le couple a été interpellé du côté de Brest, dans la matinée du 5 mars. Il est soupçonné d’avoir un lien avec la disparition de la famille Troadec. Les enquêteurs travaillent sur la piste d'un différend familial.

Peut-être un tournant dans l'enquête sur les disparus d'Orvault. Après dix jours de mystère, des indices disséminés partout, des traces effacées, une voiture nettoyée de fond en comble, la sœur et le beau-frère de Pascal Troadec, père disparu avec sa femme et leurs deux enfants, ont été interpellés et placés en garde à vue ce dimanche 5 mars à Brest. Les enquêteurs de la police judiciaire travaillent sur la piste d'un différend familial. Ils auraient retrouvé des traces de leur passage dans la maison ou bien dans la voiture de la famille - un point qui reste à éclaircir. Cette avancée déterminante pourrait permettre d'en savoir plus sur le sort de la famille Troadec, disparue depuis le 17 février.

La famille troadec a-t-elle été assassinée ? Les enquêteurs n'ont pas de corps, mais vue la quantité de sang retrouvée dans la maison, le procureur de Nantes expliquait lui-même que les blessures avaient été très graves et qu'il y avait probablement eu des morts. Reste également à savoir ce qui est arrivé à la fille de la famille, Charlotte Troadec, la seule dont l'ADN n'a pas été retrouvé dans la maison.

L’affaire des disparus d'Orvault est loin d'être élucidée. Tous les indices disséminés, toutes ces traces qui ont été dissimulées, la voiture lavée de fond en comble pour cacher les traces de sang, doivent encore livrer des secrets. Le placement en garde à vue de la sœur et du beau-frère de Pascal Troadec représente en tout cas un tournant capital dans cette enquête, alors que le fils faisait figure, jusqu'à lors, de suspect numéro un.

http://www.rtl.fr/




Une question d'héritage

Depuis le 16 février dernier, les Troadec, Pascal, Brigitte et leur deux enfants, Charlotte et Sébastien restent introuvables.

Selon les informations du "Monde" et celles de "Presse Océan", les enquêteurs s’intéressent désormais à "un différend familial, autour d’une question d’héritage".

L'enquête se poursuit dans le cadre d'une information judiciaire ouverte contre X pour homicides volontaires, enlèvements et séquestrations.

AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 04/03/2017 12:50  Mis à jour: 04/03/2017 12:50
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec: suspension des recherches à Dirinon, où ont été retrouvés des effets personnels des membres de la famille disparue...
Les recherches à Dirinon (Finistère) où ont été retrouvés des effets personnels des membres de la famille Troadec mystérieusement disparue depuis le 16 février, ont été suspendues samedi, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Plus d'une cinquantaine de gendarmes étaient mobilisés vendredi pour sonder les étangs et autres points d'eau autour de Dirinon, près de Brest, d'où est originaire la famille Troadec.

C'est là qu'un jean gris a été découvert mercredi, avec dans une poche, la carte bancaire, la carte vitale et une carte de fidélité attribuées à la fille, Charlotte, 18 ans.

Jeudi, deux livres de jeunesse ayant appartenu au père Pascal dont un quand il était en classe de 4e ont également été découverts à 500m de là. Selon le procureur de Nantes Pierre Sennès, la dispersion des objets retrouvés peut laisser penser à "un jeu de pistes morbide".

La gendarmerie du Finistère a précisé que "selon les évolutions de l'enquête, il se peut que des cherches ponctuelles s'effectuent".

L'affaire de la disparition des quatre membres de la famille Troadec s'oriente vers "une piste criminelle", a indiqué le procureur de Nantes, interrogé vendredi lors d'une conférence de presse.

L'enquête se poursuit dans le cadre d'une information judiciaire ouverte contre X pour homicides volontaires, enlèvements et séquestrations.

Source: AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 04/03/2017 11:02  Mis à jour: 04/03/2017 11:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : les enquêteurs s'activent pour tenter de retrouver la famille Troadec, disparue depuis le 16 février. Le procureur de Nantes a fait un point sur l'enquête ce vendredi 03/03/2017.
«Un ou plusieurs criminels, je n'en sais rien (...) une ou plusieurs victimes, je n'en sais rien, des victimes dont on ne peut pas exclure encore tout à fait aujourd'hui que peut-être certaines sont encore en vie. » Une semaine après la révélation de l'affaire des disparus d'Orvault, le procureur de Nantes, Pierre Sennès, a fait le point ce vendredi lors d'une conférence de presse sur une affaire «à l'évidence criminelle».

Exposant point par point les «éléments objectifs» dont disposent à ce stade les enquêteurs, Pierre Sennès a exposé la synthèse d'une longue semaine d'investigations. Il a fourni plusieurs détails qui complètent la chronologie de l'affaire que nous avons reconstituée.

Jeudi 23 février. Après une semaine de silence et d'absence des époux Troadec et de leurs deux enfants, âgés de 18 et 20 ans, la police judiciaire de Nantes se rend au domicile de la famille, à Orvault, dans la banlieue de Nantes. C'est la soeur de la mère de famille, mais également des collègues du couple, qui ont prévenu la police.

La famille n'a plus donné signe de vie depuis le 16 février, une semaine plus tôt. Comme on l'apprendra plus tard, les téléphones portables de la famille ont cessé d'être actifs le 16 et le 17 février. Le dernier, celui de Sébastien, cesse d'émettre dans la nuit à 3 h12.

À Orvault, des traces d'hémoglobine sont révélées au cours des différents prélèvements de la police scientifique au domicile de la famille. Il y a d'abord le sang des deux parents, Pascal et Brigitte, à l'étage, dans les escaliers, au rez-de-chaussée et dans le garage. Celui de Sébastien, 20 ans, également, dans sa chambre et sur son téléphone portable, trouvé au domicile largement souillé. Comme l'annoncera Pierre Sennès, le procureur de Nantes, une semaine plus tard, aucune trace de sang de sa soeur Charlotte n'a en revanche été mise en évidence.

Image redimensionnée

Les quatre membres de la famille Troadec (de gauche à droite : le père, la mère, le fils, la fille) . DR.

Samedi 25 février. Où sont passés Pascal, son épouse Brigitte et leurs deux enfants, Charlotte, 18 ans, et Sébastien, 21 ans ? Le procureur Pierre Sennes annonce qu'une enquête a été ouverte pour «homicides volontaires, enlèvements et séquestrations». La piste d'un drame familial se profile, mais aucun scénario ne s'impose. Des investigations sont menées à différents endroits du territoire national, dont Fontenay-le-Comte, en Vendée, où demeurait Charlotte, ainsi que dans le Maine-et-Loire, où son frère vivait.

Dimanche 26 février. Les analyses ADN des traces de sang parlent. On apprend que ces traces ont été succinctement nettoyées. Quelqu'un a cherché à les effacer. Les draps ont été enlevés, passés en machine et mis à sécher. Les enquêteurs ont la conviction qu'il ne s'agit pas d'un départ préparé à l'avance, comme semblent le prouver les étagères garnies du réfrigérateur...

L'enquête de voisinage fait émerger de nouveaux éléments de personnalité sur le couple Troadec, que l'on disait jusque-là très discret. Des voisins évoquent des disputes régulières entre Pascal et Brigitte et les épisodes dépressifs du mari.

Deux des trois voitures de la famille, stationnées devant le domicile, ont par ailleurs été saisies par les enquêteurs : une Audi noire et une BMW série 3. La troisième, une Peugeot 308 appartenant au fils, a disparu.

Lundi 27 février. Le profil du fils Sébastien s'étoffe. Il comporte une part d'ombre, le jeune homme ayant notamment déjà proféré des menaces de mort à l'encontre d'un tiers deux ans plus tôt. Son domicile, dans le Maine-et-Loire, a été perquisitionné. C'est dans ce département que le jeune homme suit des études en BTS informatique.

Ses heures libres, ce «geek» les passe à jouer en ligne ou sur une multitude de réseaux sociaux, d'Instagram à Twitter ou Skyblog en passant par le forum de Jeuxvideo.com. C'est là que Sébastien se lâche et se confie. Sur un site, à la question «Où te vois-tu dans cinq ans ?», il répond : «Mort.» Est-il honnête ? Joue-t-il au «troll» ? Ses amis le décrivent comme un jeune homme beaucoup moins tourmenté que le laissent entendre ses publications sur Internet.

Mardi 28 février. D'après une fiche de recherche diffusée dès le 24 février et que Le Parisien s'est procurée, les enquêteurs affirment que «les premiers éléments recueillis pourraient orienter l'enquête sur la personnalité du fils». Ce dernier se voit même soupçonné d'avoir préparé et mis en place «un funeste projet visant à supprimer les membre de sa famille et peut-être lui-même».

Les similitudes avec l'affaire Dupont de Ligonnès intriguent. Comme en 2011, lors de ce premier drame, les téléphones portables et les ordinateurs ont disparu de la maison... Détail troublant supplémentaire, il s'avère que Sébastien Troadec étudiait en BTS systèmes numériques à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), établissement fréquenté par le fils aîné des époux Ligonnès, Arthur. Tous deux n'ont pas pu se croiser, mais l'établissement garde la mémoire du premier drame.

Mercredi 1er mars. Un jean gris renfermant la carte Vitale, la carte bancaire et une carte de fidélité commerciale de Charlotte Troadec est retrouvé par une joggeuse à Dirinon (Finistère), près de Brest, la ville d'où sont originaires les parents Troadec. Sébastien y a également vécu un temps, chez ses grands-parents. Non loin de là, sur la route communale qui mène à Daoulas, deux pièces de linge sont découvertes par la police judiciaire. Pour l'heure, rien ne dit toutefois qu'ils appartiennent à la famille Troadec.

Dans le même temps, une opération bancaire interpelle les enquêteurs. La mère et la fille ont demandé à faire opposition sur le compte de Charlotte le 16 février. Alors qu'on évoque d'abord une utilisation frauduleuse de sa carte bancaire, possiblement par Sébastien, cette piste est démentie deux jours plus tard par Pierre Sennès.

Charlotte Troadec voulait en effet... offrir un cadeau à son frère. Selon le procureur de Nantes, la jeune fille a pour cela acheté des crédits de jeux vidéo sur Internet auprès d'un serveur américain. L'argent débité sur son compte dépassant largement le prix auquel elle s'attendait, la jeune fille s'est crue victime d'une escroquerie et a préféré éviter d'autres prélèvements frauduleux. Sébastien n'a finalement rien à voir avec cette démarche.

Jeudi 2 mars. L'enquête s'accélère. La voiture de Sébastien est retrouvée à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), sur le parking d'une église située près du port. Problème, impossible, pour les enquêteurs, de s'accorder sur la date depuis laquelle le véhicule y est stationné.

Les rares témoignages sont contradictoires. Cette Peugeot 308 donne par ailleurs lieu à des investigations scientifiques poussées dont les résultats sont pour l'heure inconnus. Selon Presse Océan, des traces de sang auraient été détectées. Un tapis aurait par ailleurs été retiré du véhicule. Ni corps, ni arme n'ont été retrouvés.

Le même jour, les gendarmes retrouvent deux livres jeunesse, dont l'un porte une étiquette au nom du père, Pascal Troadec, à 500 mètres du lieu où a été découvert la veille le pantalon et la carte de Sécurité sociale de la fille, Charlotte.

Des fouilles sont menées l'après-midi dans l'étang de Roual sur la même commune de Dirinon. Des plongeurs de la gendarmerie sondent cet étang naturel qui alimente un moulin. Ces recherches se révéleront infructueuses.

Vendredi 3 mars. Au cours d'une conférence de presse, le procureur de Nantes, Pierre Sennès, confirme qu'il s'agit d'une affaire «à l'évidence» criminelle. Les zones d'ombre de l'enquête sont abyssales.

Des membres de la famille Troadec se confient dans nos colonnes. «Le coup de blues d'une famille qui part sur un coup de tête pour prendre le large, je n'y crois pas. Ma soeur est bien trop rationnelle pour cela», tonne Hélène, la soeur benjamine de Brigitte.

Dans le Finistère, les recherches continuent. Une dizaine de plans d'eau, étangs ou marais, mais aussi tourbières, vont être explorés dans les prochains jours par les plongeurs; Les enquêteurs indiquent qu'ils n'ont pas retrouvé un livre au nom de Pascal Troadec, le père, mais deux. Ces deux livres ne sont pas des manuels scolaires, contrairement à ce qui avait été dit dans un premier temps, mais des livres jeunesse, des bandes dessinées en format livre de poche. Le procureur a expliqué ce vendredi que l'un des deux livres comportait une étiquette au nom de Pascal Troadec en classe de 4e.

http://www.leparisien.fr/faits-divers ... es-03-03-2017-6729612.php
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 04/03/2017 10:54  Mis à jour: 04/03/2017 10:54
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Affaire Troadec, un cas d’école
A Nantes, l’ancien directeur de la BRI de Versailles se penche avec ses étudiants de l’université permanente sur l’affaire de la famille disparue, ses similitudes et ses différences avec celle des Dupont de Ligonnès.

Jeudi, 13 h 30, à Nantes. Trente-huit personnes, pour la plupart des retraités, sont venues assister à leur dernier cours de criminologie de l’université permanente de Nantes, dans une salle au deuxième étage des anciens chantiers navals de la ville, sur les bords de Loire. Depuis un mois, chaque semaine, ces adultes «curieux de tout» et «assoiffés de savoirs» découvrent les coulisses des enquêtes criminelles avec un prof pas comme les autres. Jean-Marc Bloch est en effet l’ancien directeur régional de la police judiciaire de Versailles (Yvelines). L’ancien chef de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI), plus connue comme «l’antigang», a travaillé sur les affaires les plus médiatiques, comme la disparition jamais résolue d’Estelle Mouzin à Guermantes (Seine-et-Marne) en 2003. Il a aussi longtemps coprésenté l’émission Non élucidé, avec Arnaud Poivre d’Arvor sur France 2 : sur les quarante énigmes qu’ils ont évoquées, sept ont pu avancer ou être résolues grâce à l’émission.

«Dans la peau des gendarmes»
En attendant, pour couler une paisible retraite, l’homme - âgé de 70 ans - a choisi le théâtre d’un autre fait divers mémorable : il a posé ses valises à Pornic (Loire-Atlantique), au bord de l’océan, à 45 minutes de Nantes, là où Tony Meilhon a tué puis découpé la jeune Laëtitia Perrais en 2011.

Bref, Jean-Marc Bloch est «un personnage», résume Marie-France Paugam. Cette ancienne professeure des écoles de 64 ans se rappelle très bien avoir vu son prof pour la première fois «à la télé». Après s’être passionnée pour les cours de sociologie de l’université permanente, cette fille de policier et belle-mère d’un médecin-légiste est enchantée par ses cours de criminologie. «J’aime beaucoup cette ambiance… On a un peu l’impression d’être dans la peau des gendarmes et policiers», confirme Jean-Pierre Gazeau, un retraité de Saint-Julien-de-Concelles (Loire-Atlantique). Cet ancien pharmacien de 71 ans a lui aussi été séduit par la «certaine étoffe» de Jean-Marc Bloch, qu’il a «vu chez Calvi», à la télé.

Ce jeudi, tous planchaient donc sur une «étude de cas» brûlante d’actualité : l’ancien grand flic a en effet choisi d’évoquer la mystérieuse disparition de la famille Troadec, à Orvault, juste à côté de Nantes. Tous prennent des notes, tels des étudiants à la fac de droit, et les questions fusent sur cette «belle affaire» dans le jargon policier. L’ancien flic s’excuse d’ailleurs par avance auprès d’eux pour cette «déformation professionnelle». «C’est horrible de dire ça, quand on y repense… C’est comme les médecins-légistes, qui parlent d’un beau cas», se marre l’ancien patron de la BRI, de sa voix de stentor.

Points communs troublants
Mais très vite, Bloch s’attache à détricoter les rapprochements «complètement fictifs» faits par les médias avec l’affaire Dupont de Ligonnès, qu’il a déjà eu l’occasion d’évoquer dans son émission. Les deux énigmes présentent pourtant des points communs troublants : la disparition soudaine d’une famille entière, un crime selon toute vraisemblance sanglant, et une incontestable proximité géographique - la maison des Troadec à Orvault se trouvant à 4 kilomètres de la terrasse nantaise sous laquelle ont été retrouvés les corps de l’épouse et des quatre enfants de Xavier Dupont de Ligonnès. Autre coïncidence : les fils des deux familles étaient scolarisés - mais à cinq ans d’intervalle - dans le même lycée de Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), une institution catholique renommée, à une heure de Nantes.

Mais la comparaison s’arrête là, selon Jean-Marc Bloch. «Dans l’affaire Troadec, tout a été fait de façon improvisée et impromptue : toute la maison n’est pas lavée, par exemple, et on retrouve la montre cassée de la mère sous son lit, souligne l’ancien grand flic. Si la découverte a lieu tard, ce n’est pas à cause d’artifices de la part de l’auteur mais surtout en raison de la discrétion habituelle de la famille.» L’ancien directeur régional de la police judiciaire de Versailles en veut pour preuve que l’information judiciaire a été ouverte pour de simples «homicides volontaires», et non des assassinats - qui impliqueraient une préméditation.

«Presque un roman policier»

En attendant, ces rapprochements médiatiques montrent combien la «tuerie de Nantes», en 2011, a durablement marqué les journalistes et la population locale. La vente de la «maison de l’horreur» à de nouveaux occupants, quatre ans après le drame, a ainsi alimenté un feuilleton annexe dans la presse locale et nationale. Des dizaines d’internautes se sont aussi pris immédiatement de passion pour l’affaire, comme «Chris la Vérité», un Angevin qui a longtemps alimenté une page Facebook nommée «Xavier Dupont de Ligonnès : enquête et débat», avec des éléments glanés par ses propres moyens sur Internet. Cet «autoentrepreneur dans le domaine du Web» passait à l’époque ses journées à exhumer de vieux posts sous pseudo.

On retrouve aussi ce retentissement chez les étudiants de l’université permanente. «Le fait qu’il ait tiré sur sa propre famille et qu’il ait prémédité la chose, ça reste fou», confirme Marie-France, l’enseignante à la retraite. «Un crime qui touche toute une famille, c’est toujours extrêmement marquant : la famille, c’est le socle de la société dans notre tradition judéo-chrétienne, et le crime est, par définition, anormal», convient Jean-Marc Bloch, citant les disparitions de la famille du Dr Yves Godard au large des côtes bretonnes en 1999 ou de celle du promoteur immobilier Xavier Flactif au Grand-Bornand (Haute-Savoie) en 2003.

Toujours en Haute-Savoie, mais neuf ans plus tard, le meurtre de la famille Al-Hilli lors de la «tuerie de Chevaline» avait aussi marqué l’opinion publique. Reste que l’affaire Dupont de Ligonnès n’est pas un «drame familial» comme les autres, rappelle Jean-Marc Bloch : si elle est entrée dans les annales judiciaires et médiatiques, c’est aussi et surtout à cause des «artifices» mis en œuvre par l’auteur des faits pour retarder la découverte des corps par la police. «On répond aux SMS envoyés sur les portables, on envoie des courriers aux écoles des enfants… C’est presque un roman policier», explique Jean-Marc Bloch.

Le fait que l’auteur n’ait jamais été interpellé contribue aussi à rendre cette affaire mythique. «Dans toutes les affaires, un procès est socialement indispensable : il permet de mettre un point final à l’histoire et de laver l’offense faite à la société. C’est absolument essentiel ! insiste l’ancien policier. Je suis d’ailleurs étonné que Xavier Dupont de Ligonnès n’ait toujours pas été jugé en son absence, comme les textes le permettent : s’il mourrait demain, il mourrait innocent.»

Une famille plus «ordinaire»
L’origine sociale de Xavier Dupont de Ligonnès, un noble désargenté, n’est pas étrangère non plus à son retentissement dans la société française. «Il voulait se donner l’apparence d’un homme d’affaires prospère, qui évoluait dans le milieu catholique bien-pensant versaillo-nantais, rappelle l’ancien directeur de la police judiciaire de Versailles. Or, tout s’effondre du jour au lendemain : il apparaît qu’il n’a pas un sou, que les huissiers sont à sa porte et qu’il a une maîtresse.» Encore une différence selon lui avec l’affaire Troadec, une famille beaucoup plus «ordinaire»… Les courriers rocambolesques de Xavier Dupont de Ligonnès, qui disait être un agent secret des services antidrogue américains, ont enfin contribué à faire passer la disparition de sa famille à la postérité.

Une postérité qui a d’ailleurs donné lieu à un interminable débat : le père de famille s’est-il suicidé ou a-t-il refait sa vie sous une fausse identité ? Jean-Marc Bloch, lui, a son avis. Comme tous les Français, à vrai dire. «Je ne vois pas pourquoi il se serait donné tant de mal à brouiller les pistes si c’était pour se faire sauter la caisse», tranche l’ancien policier. De son point de vue, Dupont de Ligonnès serait ainsi toujours en vie, comme le pensent 67 % des 11 300 internautes interrogés en avril 2012 sur le site du Figaro…

On peut aussi avoir le même débat à la machine à café du palais de justice de Nantes, à 300 mètres à peine de l’université permanente. «Quand j’ai un blanc dans une conversation avec des invités, je lance le débat sur le suicide de Dupont de Ligonnès : on est repartis pour au moins une heure, se marre ainsi un avocat pénaliste. Et puis, c’est moins casse-gueule que de parler politique ou religion.»

Guillaume Frouin Correspondant à Nantes http://www.liberation.fr/france/2017/ ... ec-un-cas-d-ecole_1553165
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/03/2017 11:29  Mis à jour: 03/03/2017 11:29
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Famille disparue: ce que laisse supposer les traces de sang retrouvées dans le coffre de la voiture ( Vidéo)


Des traces de sang ont été retrouvées dans le coffre de la voiture de Sébastien Troadec, le fils de cette famille disparue depuis le 16 février dernier. "A l'intérieur, l'habitacle a été nettoyé avec grand soin", informe Julia Van Aelst, l'envoyée spéciale de BFMTV à Saint-Nazaire, où a été retrouvée la voiture ce jeudi. "Ce qui laisse penser qu'une ou plusieurs personnes auraient tenté d'effacer toute trace d'indice", précise notre journaliste. Désormais, les enquêteurs cherchent à savoir qui a été le dernier chauffeur du véhicule.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/03/2017 09:27  Mis à jour: 03/03/2017 09:27
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : INFO BFMTV - Famille disparue: des traces de sang retrouvées dans le coffre de la voiture du fils .
Des traces de sang ont été retrouvées dans le coffre de la voiture de Sébastien Troadec, apprend BFMTV ce vendredi. La voiture du fils de cette famille disparue depuis le 16 février a été retrouvée jeudi matin à Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, à près de 60 km du domicile familial d'Orvault. Le véhicule était garé sur le parking d'une église à proximité de la zone portuaire. Il n'y avait personne à bord de cette Peugeot 308.

La voiture de Sébastien Troadec était le seul véhicule manquant. Mercredi, le pantalon et la carte vitale de sa sœur Charlotte, âgée de 18 ans, ont été découverts dans un fossé d'une zone boisée de Dirinon, près de Brest, dans le Finistère, à près de 300 kilomètres du domicile parental. Mais à quelques minutes de la ville de naissance de Brigitte Troadec, la mère de famille. La carte bancaire de la jeune fille a également été retrouvée dans la poche du pantalon, apprend BFMTV.
"Tout le monde allait bien, Sébastien était épanoui"

Des plongeurs ont également été appelés en renfort pour sonder les points d'eau et le bras de mer situé à proximité. Une fouille de l'étang de Roual, sur la commune de Dirinon, a été effectuée. Elle s'est achevée sans donner de résultats.

RMC a pu recueillir le témoignage d'Hélène Troadec, la sœur de Brigitte, qui a disparu depuis maintenant 15 jours avec son mari Pascal et ses deux enfants, Charlotte et Sébastien, à Orvault. "Pour moi, explique-t-elle, la thèse la plus probable, c'est que quelqu'un les a tous séquestrés. Je tiens en me disant qu'ils sont tous en vie". Hélène insiste: "c'est une famille normale. La dernière fois que je les ai vus, c'était à Noël, tout le monde allait bien, Sébastien était épanoui".

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/03/2017 07:37  Mis à jour: 03/03/2017 07:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : La disparition mystérieuse de la famille Troadec : "Je veux croire qu'ils sont encore vivants" : la sœur de Brigitte Troadec sort du silence ( Vidéo).


- Dans une interview accordée au Parisien jeudi, Hélène, la sœur de Brigitte Troadec, et son mari David, se sont exprimés sur la disparition de la famille, espérant que les quatre membres soient "encore vivants".

Disparue depuis la mi-février de leur domicile d’Auteuil à Orvault, en Loire-Atlantique, la famile Troadec fait l’objet depuis plusieurs jours d’une vaste enquête. Ainsi, la carte vitale de la fille cadette, Charlotte, 18 ans, a été retrouvée à côté de Brest ce mercredi et la voiture de Sébastien, le fils ainé de 21 ans, a été découverte à Saint-Nazaire, à 60 kilomètres du domicile familial.

"On est peut-être venu les attaquer chez eux " -Hélène Troadec

Dans une interview accordée au Parisien ce jeudi, Hélène, la sœur de la mère de la famille, Brigitte, et son mari David ont exprimé leurs inquiétudes et leurs espoirs de retrouver la famille vivante. "Je veux croire qu'ils sont encore vivants ou séquestrés quelque part. On est peut être venu les attaquer chez eux", espère Hèlène, la sœur de Brigitte, qui a donné l’alerte pour la disparition de la famille. "Le coup de blues d'une famille qui part sur un coup de tête pour prendre le large, je n'y crois pas. Ma sœur est bien trop rationnelle pour cela", ajoute-t-elle.


David, le mari d’Hélène, a quant à lui donné son sentiment sur Sébastien, le fils ainé des Troadec : "C'est un gentil garçon qui venait souvent manger à la maison. Je n'ai rien vu, ni deviné quelque chose d'anormal chez lui." "Il n'y a pas d'ombre dans notre famille", ajoute-t-il.

"Ma mère n'avait plus de contacts depuis quelques jours" Hélène Troadec

Depuis maintenant deux semaines, Hèlène et David vivent "accrochés" à leur téléphone et doivent faire face à cette situation "dans l’attente et le stress". "Cette situation est angoissante pour toute la famille. Mais nous devons faire face pour nos deux enfants âgés de dix et douze ans. C'est difficile. Les mots manquent. Mais il faut aussi savoir leur expliquer", déclare David.


Hélène est également revenue sur les circonstances de la disparition de sa sœur Brigitte, la mère de la famille Troadec : "Ma mère, Denise, n'avait plus de contacts depuis quelques jours avec Brigitte alors qu'elles s'appelaient toutes les semaines." Désemparée, Hélène ne peut s'empêcher de penser au pire et conclut : "J'ai perdu quatre membres de ma famille...".

http://www.lci.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/03/2017 07:30  Mis à jour: 03/03/2017 07:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : La disparition mystérieuse de la famille Troadec : un incroyable jeu de piste.
Après la voiture du fils, deux linges ont été retrouvés en bord de route à Dirinon (Finistère), où le pantalon et la carte vitale de Charlotte Troadec avaient été découverts.

À chaque jour son événement dans l'affaire de la disparition de la famille Troadec. Jeudi matin, la voiture de Sébastien Troadec, 21 ans, une Peugeot 308 berline, a été retrouvée par une patrouille de police sur le parking de la sous-préfecture de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). A deux pas de l'église Saint-Joseph-de-Méan-Penhoët. Le véhicule était vide et a été transporté dans les locaux de la police judiciaire de Nantes. Les experts auraient détecté des traces de sang dans le coffre où le tapis a disparu, affirmait jeudi soir Presse Océan.

Une voiture découverte à 270 km de Dirinon (Finistère), là où se joue une véritable partie de Cluedo pour les enquêteurs. C'est dans ce même village, jeudi après-midi encore, qu'un livre scolaire au nom du père de famille, Pascal Troadec, 49 ans, a été retrouvé sur la route reliant la commune de Dirinon à Daoulas. Là même où, mercredi matin, à 2 km de là, une joggeuse était tombée sur un pantalon de type slim soigneusement plié sur un talus et contenant la carte Vitale de Charlotte Troadec, 18 ans. L'aspect neuf de ce vêtement avait intrigué la sportive qui a l'habitude de donner des habits à des oeuvres caritatives.


Plongeurs et hélicoptère


Sur ce même chemin vicinal, deux linges, sans doute des draps, ont été découverts par la police judiciaire, qui a remonté chaque mètre de cet itinéraire entre les deux villages dans l'après-midi. Sans que l'on sache si ce linge appartient ou non à la famille Troadec.

Ce jeu intrigant du Petit Poucet sème d'autant plus le trouble que la famille confirme « n'avoir jamais posé le pied à Dirinon ni même être allée à l'abbaye de Daoulas ».

Au même moment, des plongeurs de la gendarmerie ont ratissé l'immense étang du Roual d'une superficie de 13 ha toujours à Dirinon, de l'autre côté de la commune, pour chercher des indices. Dans une eau très trouble où la visibilité se limite à 5 à 10 cm, les plongeurs progressaient à tâtons dans une eau à moins de 10 °C et jusqu'à 8 m de fond. « On ratisse en ligne filière par groupes de sept plongeurs. Chacun a une main sur une ligne de vie qui est notre fil d'Ariane et l'autre main est en recherche d'indices dans l'eau », explique l'adjudant Jérôme Bertoche, du groupe subaquatique de Quiberon, une unité spécialisée dans ce type de missions.

Un hélicoptère a aussi survolé les vasières des côtes alentour, soumises à de fortes marées en ce moment, à la recherche d'éventuels corps. Une dizaine de plans d'eau, étangs ou marais, mais aussi tourbières, vont être explorés dans les prochains jours par les plongeurs.
Le Parisien http://www.leparisien.fr/faits-divers ... te-03-03-2017-6728526.php
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/03/2017 14:46  Mis à jour: 02/03/2017 14:46
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : La disparition mystérieuse de la famille Troadec rappelle deux affaires tragiques jamais totalement élucidées, celles des familles Godard et Dupont de Ligonnès.
Xavier Dupont de Ligonnès, unique suspect de l'assassinat de son épouse et de ses quatre enfants à Nantes en avril 2011, a été aperçu pour la dernière fois le 15 avril 2011 alors qu'il quittait un hôtel de Roquebrune-sur-Argens dans le Var. Âgé de 50 ans à l'époque, il n'a pas donné signe de vie depuis. Le 21 avril, les corps de son épouse et de leurs quatre enfants sont retrouvés dissimulés sous la terrasse de la maison familiale. Agnès, 48 ans, et ses quatre enfants, Arthur, 21 ans, Thomas, 18 ans, Anne, 16 ans, et Benoît, 13 ans ont été tués à la 22 Long Rifle, vraisemblablement deux semaines plus tôt, entre le 3 et le 5 avril, d'au moins deux balles dans la tête, selon le procureur. Le père, endetté et ayant précédemment évoqué dans un mail la possibilité d'un suicide, avait envoyé le 11 avril un courrier à neuf de ses proches affirmant qu'il allait être exfiltré vers les États-Unis en raison de sa supposée vie d'agent double. Suicide ? Fuite ? La police judiciaire est toujours sur l'affaire, qui a fait l'objet de près de 900 signalements de personnes ayant cru reconnaître le père de famille et de milliers de procès-verbaux. Sans succès jusqu'ici.

Dr Godard criblé de dettes Le Dr Yves Godard, 45 ans, acupuncteur à Caen (Calvados), criblé de dettes, s'est volatilisé avec sa femme et ses deux enfants de 4 et 6 ans, en septembre 1999. La famille a quitté le 1e r septembre le port de Saint-Malo (35) pour une croisière de cinq jours et n'est jamais réapparue. Seuls des ossements du médecin et de sa fille, Camille, ont été retrouvés au large de la Bretagne en 2001 et 2006. Le Dr Godard était jusque-là soupçonné d'avoir tué son épouse dont d'importantes traces de sang avaient été retrouvées à leur domicile de Tilly-sur-Seulles (Calvados) et dans leur voiture. Le dossier a été refermé en septembre 2012.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/bretagne/l ... ss&xtor=RSS-22#closePopUp
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/03/2017 12:57  Mis à jour: 02/03/2017 13:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re :Disparition de la famille Troadec : la voiture du fils retrouvée à Saint-Nazaire.
Image redimensionnée

La famille Troadec a disparu depuis le 16 février. Handout / POLICE JUDICIAIRE / AFP

Le véhicule, une Peugeot 308, a été découvert, jeudi, par la sécurité publique dans le quartier Méan, sur le parking d'une église. La famille est portée disparu depuis le 16 février.

Nouvelle avancée décisive dans l'enquête sur la disparition de la famille Troadec à Orvault. La voiture du fils, Sébastien, a été retrouvée ce jeudi matin à Saint-Nazaire, quartier Méan.

La Peugeot 308 grise immatriculée DQ 237 WL est stationnée sur le parking de la place de l'église Saint-Joseph. C'était le seul véhicule qui manquait après l'inventaire des véhicules de la famille disparue depuis le 16 février dernier à Orvault.

Les policiers sont en train d'installer un périmètre de sécurité en attendant les services de l'identité judiciaire .

Selon nos informations, la Peugeot va être bâchée, chargée sur un plateau puis transportée sous escorte vers Nantes après les premières constatations sur place.

Six jours après l'annonce de la disparition de la famille Troadec, à Orvault, et après de nombreux rebondissements et investigations, nous vous proposons ici un retour complet sur cette affaire, et ce qui a pu se passer le soir du jeudi 16 février, au 24 rue d'Auteuil à Orvault.

Lire la suite : http://www.presseocean.fr/actualite/a ... nazaire-02-03-2017-220919


Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/03/2017 17:07  Mis à jour: 01/03/2017 17:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Disparition DE LA FAMILLE TROADEC :Le pantalon et la carte Vitale de Charlotte Troadec ont été retrouvés, ce mercredi, à Diniron, près de Brest (Finistère).
Rebondissement dans l’enquête sur la disparition de la famille Troadec, à Orvault, près de Nantes (Loire-Atlantique). Selon nos informations, ce mercredi matin, une joggeuse a découvert le pantalon et la carte Vitale de Charlotte, la fille de la famille, sur la commune de Dirinon, tout près de Brest (Finistère). Cette sportive, intriguée de voir ce vêtement sur le chemin, a aussitôt prévenu la gendarmerie qui s’est immédiatement rendue sur place et qui a placé sous scellé le vêtement et la carte de Sécurité sociale de Charlotte.

La cellule des techniciens en investigation criminelle est sur place, renforcée par une équipe de policiers de Nantes qui ont été alertés. Cette découverte est un premier élément clé alors qu’aucune trace de vie de cette famille n’avait été signalée depuis près de 15 jours. Une découverte d’autant plus surpenante qu’elle se situe à plus de 250 km du domicile familial d’Orvault (Loire-Atlantique).

http://www.leparisien.fr/faits-divers ... st-01-03-2017-6722856.php
Répondre
Visiteurs
Posté le: 01/03/2017 08:53  Mis à jour: 01/03/2017 09:16
 disparition d'une famille à Orvault : l'émission d'Yves Calvi: pourquoi ils tuent leur famille?
Bonjour,

l'émission d'Yves Calvi: pourquoi ils tuent leur famille?

http://www.lci.fr/replay/24-heures-en ... leur-famille-2027662.html
*******************
Merci visiteur .


***********************

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/02/2017 16:35  Mis à jour: 28/02/2017 16:35
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Famille disparue à Orvault: pourquoi le fils est soupçonné d'être l'auteur "d'un projet funeste" (vidéo)



Douze jours après la disparition d'une famille à Orvault, les enquêteurs s'intéressent plus particulièrement au fils. Dans une fiche diffusée à la police, il est possible de lire que Sébastien Troadec est soupçonné d'avoir mis en place un funeste projet visant à supprimer les membres de sa famille. Les enquêteurs s'appuient notamment sur sa fragilité psychologique, qu'il avait par ailleurs partagée sur les réseaux sociaux.

Mise en ligne le 28/02/2017 http://www.bfmtv.com/mediaplayer/vide ... rojet-funeste-918947.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/02/2017 14:01  Mis à jour: 28/02/2017 14:01
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Disparition DE LA FAMILLE TROADEC : une montre retrouvée ensanglantée ( vidéo)


Alors que les enquêteurs sont toujours à la recherche de la voiture du fils Troadec, la montre de la mère de famille a été retrouvée cassée, tachée de sang et sous un lit. La famille, résidant à Orvault, près de Nantes, n'a plus donné de signe de vie depuis le 16 février.

De nouveaux éléments dans l'enquête sur la disparition d'une famille à Orvault, dans la banlieue nord de Nantes. Selon BFMTV, la montre de la mère de famille, retrouvée dans la chambre de la fille, était non seulement tachée de sang mais aussi cassée et se trouvait sous le lit.

Des endroits soigneusement nettoyés

Alors que dans certains endroits de la maison, comme sous l'escalier, les traces rosâtres ont été grossièrement essuyées, d'autres parties du pavillon semblent avoir été soigneusement nettoyées, apprend BFMTV. L'ADN présent dans les traces de sang appartient au père, à la mère et au fils, celui de la fille n'a quant à lui pas été retrouvé.

Pascal et Brigitte Troadec ainsi que leurs deux enfants Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans, n'ont plus donné de signe de vie depuis le 16 février. L'alerte a été donnée le 23 février par la sœur de la mère de famille.

Un steak, des yaourts et des sushis

BFMTV apprend également que dans la cuisine, l'évier n'était pas rempli de vaisselle sale: il n'y avait qu'une tasse et un verre. Dans le réfrigérateur, il n'y avait qu'un steak périmé depuis le 16, des yaourts périmés depuis le 14, et des sushis fabriqués le 16. Dans la boîte aux lettres, le plus ancien courrier remontait au 16.

Par ailleurs, les brosses à dent et à cheveux des membres de la famille n'ont pas disparu, comme le parquet l'avait dans un premier indiqué. Elles ont été saisies par les enquêteurs dans le cadre de leurs analyses ADN.

Deux juges d'instruction nommés

Lundi soir, une information judiciaire a été ouverte pour homicides volontaires, enlèvements et séquestrations. Deux juges d'instruction ont été nommés pour mener les investigations dans cette affaire entourée de mystères.

Pour le moment, aucun élément ne permet d'établir de scénario plausible. Si les indices retrouvés sur place "laissent supposer une scène violente, pour autant, il n'est pas possible à ce stade de déterminer avec précision le déroulement des faits", a expliqué le procureur. Drame familial ou intervention d'une personne extérieure, toutes les hypothèses restent envisagées.

http://www.bfmtv.com/police-justice/d ... s-troublants-1111967.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/02/2017 10:03  Mis à jour: 28/02/2017 10:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Disparition DE LA FAMILLE TROADEC : trois ADN identifiés, le sang de la fille pas retrouvé dans la maison.
Nouvel élément dans l'affaire de la disparition de quatre membres de la famille Troadec à Orvault (Loire-Atlantique). Les experts scientifiques ont rendu en partie leurs conclusions à ce stade. Des traces de sang avaient été retrouvées dans plusieurs pièces de la maison et sur le téléphone portable du fils de 21 ans. Les matelas ont souillés, les draps ont été lavés à la va-vite. Aucune ne correspond à l'ADN de Charlotte, la fille de 18 ans. Les policiers confirment en revanche avoir retrouvé des traces du père, de la mère, et même du fils Sébastien (21 ans).

Cet élément trouble énormément les enquêteurs. Au départ, la piste du fils était évoquée : on l'imaginait possiblement en fuite, puisque sa voiture avait disparu. Les enquêteurs appellent donc à la plus grande prudence. Aucune piste n'est écartée depuis la disparition de cette famille le 16 février. Une procédure pour "homicides volontaires, enlèvements et séquestrations" a été ouverte samedi 25 février.

Disparition près de Nantes : où en est l'enquête ?

Justement, les enquêteurs ont découvert certaines activités de la famille le jour de leur disparition. La mère et la fille ont signalé avant midi l’utilisation frauduleuse de la carte bancaire de Charlotte, qui a servi à acheter des jeux vidéos. Par ailleurs, la fille a eu une conversation sur Internet vers 20h, selon le quotidien Ouest France. Que se passe-t-il après ? Mystère. Quelques heures plus tard, tous les téléphones de la famille vont s'éteindre. Le portable du fils, celui sur lequel des tâches de sang avaient été retrouvées, est le dernier à avoir été désactivé : il était 3h15 du matin dans la nuit du 16 au 17 février.

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits- ... dans-la-maison-7787450348
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/02/2017 16:04  Mis à jour: 27/02/2017 16:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : L'enquête s'accélère après la disparition de la famille. Le profil psychologique du fils intéresse les enquêteurs, qui privilégient le drame familial. ( vidéo)
Disparition de la famille Troadec : le fils suspecté

Déjà condamné

Sur un forum, Sébastien fait part d'un état d'esprit très sombre : "Quelle est la chose que je déteste le plus ? Mon reflet". Sébastien Troadec, un nom déjà connu par la justice. Le jeune homme a écopé d'une peine de travail d'intérêt général pour avoir proféré des menaces de mort sur des tiers. Sa voiture, une Peugeot 307, est toujours introuvable. Une enquête pour homicides volontaires, enlèvement et séquestration a été ouverte.


troadec
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/02/2017 10:02  Mis à jour: 27/02/2017 10:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 Re : Disparition des Troadec: le téléphone portable de Sébastien, le fils, a été le dernier à s'éteindre. La personnalité du fils interroge.


L’enquête sur la disparition d’une famille de quatre personnes près de Nantes progresse. L’analyse des traces de sang retrouvées au domicile a montré qu’il appartenait bien à la famille, tandis que des tweets du fils révèlent une mésentente profonde avec son père.


L’enquête sur les disparus d’Orvault semble s’orienter sur la personnalité du fils de la famille Troadec, dont la voiture a disparu, alors que celles de ses parents ont été placées sous scellé pour les besoins de l’enquête.

Selon une source proche du dossier et selon des voisins, le père a souffert de « troubles dépressifs par le passé ». Le fils, lui, est décrit comme ayant « souffert de fragilités psychologiques ».

De source policière, ce dernier avait proféré des menaces de mort sur un blog en 2012, alors qu’il était scolarisé dans un lycée d’Orvault.

« Vivement ma mort, la vie me saoule »


Selon Le Parisien, il aurait par ailleurs écopé de travaux d’intérêt général pour harcèlement. Sur Twitter, le jeune homme semblait en vouloir à son père. « Punaise hier de 2h du mat a 20 h mon père gueuler j’arrêter pas d’lui dire « ferme ta gueule » il continuer à brayer », écrivait-il en 2013, ou encore « Mes parents gueule tout le temps et boivent ».

Visiblement déprimé, il écrivait la même année : « « Putain » vivement ma mort, la vie me saoule », ou « Si ont savait ce qui se passer réellement dans ma tête ont me prendrer pour un fou sans morale ». Il se livrait également sur un forum de jeux vidéo.

Du linge humide dans la machine

Alertés par la sœur de la mère de famille, les enquêteurs se sont rendus au domicile d’Orvault, dans la banlieue nord de Nantes, où vivent les Troadec depuis une dizaine d’années.

Sur place, les premiers policiers présents découvrent qu’aucun drap ne recouvre les lits. Dans la salle de bains, ils ne trouvent ni brosse à dents, ni brosse à cheveux. Dans le réfrigérateur, plusieurs aliments sont périmés. Le chauffage est coupé et des draps, pas tout à fait secs, sont étendus à l’intérieur. Du linge humide se trouve encore dans la machine à laver.

« C’est comme si la maison s’était arrêtée de vivre à un instant T », a déclaré dimanche le procureur de Nantes.

« Du sang essuyé sommairement »

Les enquêteurs de la police judiciaire, saisis de l’affaire, découvrent des traces rosâtres sous l’escalier, « comme si du sang avait été essuyé sommairement », selon une source proche du dossier. Dans une pièce, au rez-de-chaussée, un téléphone portable et ses oreillettes sont maculés de sang. Une paire de chaussettes également.

Julie, amie de lycée de la fille Charlotte, décrit le frère de celle-ci comme quelqu’un « qui vit comme dans une bulle ». « Charlotte ne parlait pas de sa famille. Son frère, on ne peut pas dire qu’il n’est pas normal mais il est un peu spécial, dans son monde », explique-t-elle. Elle décrit Charlotte comme quelqu’un de « timide, gentil et discret, qui ne ferait de mal à personne, mais pas très bien dans sa peau ». Une autre amie de Charlotte a été entendue dimanche par la police.

« À la suite des résultats du laboratoire que nous avions sollicité en urgence pour analyser les prélèvements sanguins, je vous confirme que les traces de sang retrouvées appartiennent aux membres de la famille, mais je ne souhaite pas donner plus d’éléments », a déclaré le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès, précisant avoir pris connaissance de l’information ce dimanche.

« Homicides volontaires, enlèvements et séquestrations »


La famille Troadec - les parents Pascal et Brigitte, et deux enfants, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans - n’ont pas donné signe de vie depuis le 16 février. Aucun ne répond aux appels depuis cette date.

La mère, qui travaille dans un centre d’impôts à Nantes, aurait dû reprendre le travail lundi. Le père, âgé de 49 ans, devait retourner quant à lui vendredi à son travail.

Une enquête a été ouverte pour « homicides volontaires, enlèvements et séquestrations ». « Il n’est pas possible à ce stade de déterminer avec précision le déroulement des faits, les enquêteurs de la police judiciaire retenant toutes les hypothèses envisageables », a reconfirmé dimanche le procureur de Nantes.

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la ... du-fils-interroge-4824938
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/02/2017 14:49  Mis à jour: 26/02/2017 16:12
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4154
 À Orvault ce dimanche 26 /02/2017 matin, la nouvelle de la disparition de la famille Troadec a fait le tour de la ville : Pascal, Brigitte, Charlotte et Sébastien n'ont pas donné de signe de vie depuis dix jours.(vidéo)

Disparition d'une famille à Orvault : le mystère demeure

Les habitants sont de plus en plus inquiets. Que s'est-il passé dans cette maison?

Tout laisse penser qu'une scène de violence s'y est déroulée. À côté de l'escalier, des traces rosâtres, comme du sang essuyé. Dans la chambre du fils, un téléphone portable avec des oreillettes et une paire de chaussettes, le tout taché de sang.

Une affaire qui rappelle celle de Xavier Dupont de Ligonnès


Élément troublant pour les enquêteurs : les draps des lits ont été enlevés dans toutes les chambres. Le jardin a également été fouillé minutieusement : aucune trace de la famille.

Une disparition inquiétante qui rappelle forcément aux habitants l'affaire Dupont de Ligonnès. Les deux voitures du couple ont été retrouvées devant la maison.

Celle du fils en revanche, une Peugeot, est activement recherchée par les policiers. Hier, en Vendée et dans le Maine-et-Loire, les domiciles des deux enfants âgés de 18 et 21 ans ont également été fouillés sans résultats pour l'instant.

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/

Une famille discrète

Les enquêteurs privilégient désormais la thèse d'un drame familial, d'après les premières auditions: "«Le seul trait marquant de cette famille, c'est justement qu'il n'y en a pas, et qu'elle était d'une extrême discrétion", selon un enquêteur.

À part quelques disputes bruyantes et régulières entre les deux époux, la famille était réputée "sans histoires". Seul le profil jugé "dépressif" du père est susceptible d'orienter les policiers, encore que cet aspect de sa personnalité serait récent.

La piste du fils?

En revanche, l’aîné des deux enfants, Sébastien, serait jugé "instable". Selon le Parisien, il y a deux ans, le jeune homme aurait "pété les plombs", avant de menacer de mort plusieurs personnes. Ni lui ni sa sœur ne vivait chez les parents. Leurs domiciles ont été perquisitionnés, mais sans résultat pour l'instant.

Les draps enlevés et lavés


Les draps ont été retirés, lavés, et séchés dans la maison. Au rez-de-chaussée du pavillon, les enquêteurs ont retrouvé un téléphone portable, lui aussi couvert de sang.

Le départ préparé n'est pas une hypothèse privilégiée par les enquêteurs, qui ont trouvé un réfrigérateur plein.
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
6 + 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10