|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
13 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 13

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Disparition de Tiphaine Véron : le parquet de Poitiers ouvre une enquête pour enlèvement et séquestration. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/09/2018 15:37
La marraine d’Angelina, la petite fille de Sylviane Finck: «La justice va enfin pouvoir se faire»... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/09/2018 10:06
Affaire Dutroux: Jean-Denis Lejeune amer envers le monde politique à propos du projet de libération de Marc Dutroux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/09/2018 09:39
VIDEO. Autisme : quand toute une classe de CE1 remercie Paul pour lui avoir appris la différence, la patience, la bienveillance... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/09/2018 14:12
Le père d’Eefje va porter plainte contre Bruno Dayez, l’avocat de Marc Dutroux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/09/2018 12:01
Les parents d'Arthur Noyer passent « en mode guerrier ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/09/2018 16:03
Affaire Grégory Villemin La femme et la fille du juge Lambert vont poursuivre France 2 pour diffamation et atteinte à la mémoire d’un mort. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/09/2018 15:57
Nordahl Lelandais: pourquoi tant d'attente avant un procès ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/09/2018 09:30
Affaire Grégory Villemin : Murielle Bolle peut-elle faire annuler sa garde à vue de 1984 ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/09/2018 09:20
Disparus du fort de Tamié : l'homme sur les vidéos filmées en 2012 n'est pas Nordahl Lelandais. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/09/2018 10:39

Réduire les risques de mort subite du nourrisson...

Publié par Walda Colette Dubuisson le 29-03-2018 (572 lectures) Articles du même auteur
29/03/2018 : Mort subite du nourrisson: un facteur génétique pourrait jouer un rôle.
***********************************
27/02/2017 : Parce qu'elle arrive sans crier gare chez un enfant jusqu'à alors en parfaite santé, la mort subite du nourrisson fait partie des angoisses légitimes des jeunes parents. Si le phénomène reste en partie inexpliqué, certaines études ont montré que nous pouvons prévenir les risques en prenant certaines précautions.

->Couchez votre enfant sur le dos
->Libérez le lit de bébé
->Evitez de surchauffer
->Eloignez le tabac
->Pensez à ventiler
->Les nouvelles recommandations de l'académie de pédiatrie des États-Unis (AAP)


Couchez votre enfant sur le dos
Après des années de polémique, le message est clair : on couche un bébé sur le dos, toujours. Cette position facilite en effet la respiration de l'enfant et l'aidera à bouger pendant son sommeil, ce qui limite les risques de mort subite du nourrisson. N'utilisez pas non plus ces coussins qui permettent de maintenir l'enfant sur le côté car il existe toujours un risque de bascule sur le ventre.

Libérez le lit de bébé
Choisissez un matelas ferme. Bannissez les oreillers, les peluches, les draps, couettes ou couvertures. Ces objets peuvent en effet se rabattre sur l'enfant et l'empêcher de respirer correctement. Utilisez plutôt une gigoteuse bien adaptée à sa taille et à la saison. Le visage de votre bébé doit être bien dégagé. C'est en effet cette partie du corps, à découvert, qui va l'aider à réguler sa température corporelle. Evitez aussi les chaînes ou les cordelettes autour du cou. Si bébé a droit de cité dans votre lit par exemple pour l'allaitement ou pour un câlin, veillez à ne pas vous endormir avec lui. Le lit des parents avec son matelas moins ferme, ses oreillers et ses couvertures n'est en effet pas sans risques, surtout lorsqu'il abrite deux corps adultes endormis.

Evitez de surchauffer

La chambre du bébé doit être correctement aérée et la température ne doit pas dépasser les 20 degrés chez les moins de 2 mois et 18 degrés ensuite. N'installez pas le lit près d'un radiateur, d'un tuyau de chauffage ou d'une fenêtre exposée au soleil. Idem lorsque votre enfant se trouve dans la voiture.


Eloignez le tabac
Le tabagisme de la maman peut entraîner un manque d'oxygène dans l'utérus pendant la grossesse, avec comme conséquence une naissance prématurée, un nouveau-né de petit poids et un risque accru de mort subite. Le tabac est donc à éviter pendant mais aussi après la grossesse aussi bien chez la maman que chez le papa et l'entourage proche. S'il reste des fumeurs dans la maison, veillez du moins à ce qu'ils ne fument pas dans la pièce où dort l'enfant, ou en sa présence, et aérez régulièrement.

Pensez à ventiler

Une récente étude américaine a montré que le fait d'installer un ventilateur dans la chambre de l'enfant avait tendance à diminuer de 72% le risque de mort subite. Laisser une fenêtre ouverte diminuait également le risque de 36%. Cette étude se basait sur l'une des théories concernant la mort subite, qui voudrait qu'elle soit liée à des réflexes de réveil insuffisants. Normalement, un bébé qui manque d'oxygène pendant son sommeil (par exemple parce qu'il y a une couverture trop près de son visage et qu'il respire donc de l'air riche en gaz carbonique qu'il vient d'expirer) va se réveiller, ou tout simplement bouger un peu dans son sommeil. Certains enfants n'auraient pas ce réflexe, et seraient donc en plus grand danger de mort subite. Créer un léger courant d'air dans la chambre empêcherait le gaz carbonique de s'accumuler près de l'enfant.

****************************************************************

L'académie de pédiatrie des États-Unis (AAP) vient d'émettre de nouvelles recommandations quant au syndrome de mort inattendue du nourrisson.


Faut-il coucher les nourrissons sur le dos ou sur le ventre ? Le débat revient régulièrement et les préconisations changent avec les avancées de la recherche pédiatrique.

En France, chaque année, on recense environ 400 à 500 nourrissons qui décèdent de mort subite du nourrisson ; expression qui désigne tout décès d'un nourrisson, entre la naissance et l'âge de 2 ans, survenant sans que rien ne le laisse prévoir. Il est pourtant difficile d'avoir des chiffres précis sur ces événements car les certificats de décès ne rendent pas toujours compte des multiples facteurs expliquant la mort inattendue du nourrisson.

Ainsi, il y a un grand enjeu autour de la mort subite du nourrisson, particulièrement brutale et culpabilisante pour les familles endeuillées. L’objectif, pour les professionnels de santé, est d'essayer d'en comprendre les causes et de mettre en place une prévention efficace. Aujourd'hui, on sait que plus d'un tiers des décès des enfants de moins de six mois sont dus à un sommeil dans un environnement non sécurisé : couchage sur le ventre ou sur le côté ou encore une literie non adaptée.

Une étude publiée dans la revue médicale Pediatrics ce lundi 24 octobre par l'académie de pédiatrie des États-Unis (American Academy Pediatry) vient apporter de nouvelles recommandations pour réduire ce risque de mort inattendue :

Nous savons que les parents peuvent être dépassés par la venue au monde d'un enfant et nous voulons procurer un guide clair et simple sur la manière et le lieu de le faire dormir.
a expliqué Rachel Moon, l'une des auteurs de ces conseils.

Il s'agit de la première mise à jour des recommandations de l'AAP depuis 2011 pour créer un environnement de sommeil plus sûr pour les nourrissons.

Ainsi, ces préconisations reposent sur trois bases

1- Faire dormir le nourrisson dans la chambre parentale

Faire dormir l'enfant dans la même pièce que ses parents serait associé à une réduction de 50% du risque de mort subite. Sur la base de ce constat, l’AAP estime qu'une telle pratique :
devrait être suivie pendant au moins les six premiers mois, et même jusqu'à un an.
Il s'agit d'offrir un environnement de sommeil plus sûr pour l'enfant et ainsi de générer le moins de stress possible.

2- Faire dormir le nourrisson sur le dos

Le rapport de l'AAP recommande de coucher les nourrissons sur le dos sur une surface ferme dans un berceau, enveloppés dans un drap bien ajusté et d'éviter les couvertures, les oreillers ou les peluches qui pourraient les étouffer et créer une chaleur excessive.

Les enfants courent le plus grand risque de mort subite entre un et quatre mois, mais de nouvelles études montrent que des couvertures, oreillers et autres objets mous sont dangereux pour les bébés de quatre mois et au-delà, selon l'AAP.


Des études ont montré que le fait de coucher les bébés sur le dos avait fait tomber le nombre de nourrissons mourant du syndrome de mort subite de 53% entre 1992 et 2001.

Exemple insolite : En Finlande, en faisant dormir les bébés dans des boîtes en carton, le taux de mortalité infantile aurait significativement chuté.

3- Nourrir l'enfant au sein

Enfin, nourrir l'enfant au sein accroîtrait également la protection contre le syndrome de mort subite.


Publié sur sos-enfants.org avec l'accord de notre partenaire http://www.e-sante.be & http://www.e-sante.fr
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/03/2018 12:39  Mis à jour: 29/03/2018 12:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4133
 Mort subite du nourrisson: un facteur génétique pourrait jouer un rôle.
La mort subite du nourrisson, qui angoisse nombre de parents, pourrait-elle avoir en partie une origine génétique? Cette piste est explorée par des chercheurs, qui insistent toutefois sur l'importance des mesures de sécurité à prendre pour le couchage des bébés.

Une étude américano-britannique suggère un possible lien entre des cas de mort subite du nourrisson et une mutation génétique rare, qui affecte le fonctionnement des muscles respiratoires.

Pour autant, même si ce lien était avéré, ce qui nécessite davantage de recherches, il n'expliquerait pas à lui seul la survenue de ces drames, soulignent les auteurs de ces travaux parus dans la revue médicale The Lancet.

D'où l'importance de respecter les préconisations destinées à prévenir les morts subites du nourrisson: coucher les bébés sur le dos et éviter de les faire dormir dans le lit des parents.

"Notre étude est la première à associer la mort subite du nourrisson à une faiblesse des muscles respiratoires dont la cause est génétique. Cependant, d'autres recherches seront nécessaires pour confirmer et comprendre ce lien", a indiqué l'un des auteurs de l'étude, le professeur britannique Michael Hanna, cité par The Lancet.

Cette mutation du gène SCN4A est rare: on estime qu'on la trouve chez moins de cinq personnes sur 100.000. Mais elle était présente chez quatre des 278 enfants décédés d'une mort subite du nourrisson examinés dans le cadre de cette étude.

En revanche, les chercheurs ne l'ont retrouvée chez aucun des 729 adultes sains également étudiés à titre de comparaison.

Ces mutations sont associées à une série de problèmes neuromusculaires génétiques (myopathies, syndromes myasthéniques...), ainsi qu'à des difficultés à respirer.

La mort subite du nourrisson (désormais appelée "mort inattendue du nourrisson") est le décès brutal et inattendu d'un enfant de moins de 2 ans - souvent de moins de 6 mois - pour lequel on ne retrouve pas de cause identifiée.

Dans les pays développés, le nombre de cas a spectaculairement baissé depuis la fin des années 1990, lorsque les autorités sanitaires ont préconisé de faire dormir les bébés sur le dos et non sur le ventre ou sur le côté.

Selon des chiffres officiels publiés début janvier aux Etats-Unis, quelque 3.500 nouveau-nés meurent chaque année dans leur sommeil dans ce pays de 320 millions d'habitants.

Les morts subites du nourrisson sont estimées à environ 300 par an en Grande-Bretagne et 250 en France.

https://www.rtl.be/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10