|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
23 Personne(s) en ligne (20 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 23

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Disparition d'un gendarme de Montpellier à La Réunion : Mathieu Caizergues est déclaré décédé... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/06/2018 19:33
Les parents de Narumi à Besançon pour rencontrer le juge d'instruction. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/06/2018 19:26
Mathis Jouanneau, disparu le 4 septembre 2011 , devrait avoir 15 ans ce 20 juin 2018. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 19:58
Nelly BALMAIN & Eric FORAY le point sur les disparus de la Drôme. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 14:52
Disparition de Léa Petitgas, des recherches dans l'Edre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 12:11
Le père de Vicente « Jason Lopez » va comparaître Jeudi 21/06/2018 devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/06/2018 16:47
L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais . Une vidéo circule sur les réseaux sociaux prétendant montrer Nordahl Lelandais au Fort de Tamié. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/06/2018 13:01
Harcèlement scolaire : de la dépression au suicide ... Violence à l’école : comment réagir quand mon enfant en est victime ? Une vidéo LCI .fr Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/06/2018 18:01
e mystère des disparues de Perpignan reste entier !« J'étais le dernier rendez-vous de Benitez ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/06/2018 15:57
STOP MALTRAITANCE ! Le groupe Boko Haram a utilisé 6 fillettes dans des attentats suicides et des attaques à la grenade, ce week-end. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/06/2018 13:04

Encore l’horreur ! Mort et viol de Joyanae, âgée de 18 mois à Agen !!!

Publié par Walda Colette Dubuisson le 15-12-2017 (487 lectures) Articles du même auteur
France
15/12/2017 : Le père de la fillette tuée et violée à Agen reconnu partie civile.
Le père n’avait jamais vu son enfant !
******************************************
28/11/2017 : Le père biologique de Joyanae, qui habite Toulouse, voudrait se constituer partie civile ce lundi après-midi. Néanmoins, il se heurte à un obstacle et non des moindres : reconnaître l’enfant qu’il n’a jamais reconnu.
******************************************
26/11/2017 : La mère d'un bébé de 18 mois et son compagnon ont été mis en examen samedi, six jours après la mort de l'enfant qui a subi des coups et un viol, a-t-on appris auprès du parquet.
***********************************************
25/11/2017 : Depuis hier, la ville d’Agen est sous le choc. Le décès de la petite Joyanae, âgée de 18 mois, est dans tous les esprits. Il est vrai que le drame est particulièrement sordide, la fillette ayant été violée – selon le rapport d’autopsie – et victime de coups mortels. Sa mère, âgée d’une vingtaine d’années, et son compagnon sont toujours en garde à vue, et seront présentés à un magistrat cet après-midi. Ils contestent avoir commis des violences physiques et sexuelles sur l’enfant.

La Mouette se portera partie civile


Le nourrisson avait 18 mois. La mère de la petite fille et son compagnon sont suspectés de l'avoir violée et tuée avant de l'emmener aux urgences. Ils nient les faits.

Par Christine Le Hesran. Publié le 24/11/2017 https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Le couple nie les faits depuis qu'il est entendu dans cette terrible affaire. Joyanae était une petite fille de 18 mois. Le couple, la mère du bébé et son compagnon, tous deux âgés d'une vingtaine d'années, se sont présentés aux urgences de l'hôpital d'Agen dimanche dans la matinée, avec la fillette en arrêt cardio-respiratoire. L'équipe médicale est brièvement parvenue à ranimer l'enfant mais n'a pu la sauver.

La mère du nourrisson et son compagnon ont transporté la petite aux urgences en évoquant une chute à la maison. Mais l'équipe médicale a été intriguée par des "traces suspectes" sur le corps de l'enfant. Un signalement a été fait au Parquet.

L’autopsie révèle des lésions graves

Le corps de l'enfant, chez qui les médecins avaient repéré une hémorragie au niveau de l'abdomen, a fait l'objet d'une autopsie à Bordeaux. Des résultats terribles qui ont révélé des traumatismes et lésions au niveau des organes génitaux, laissant supposer des violences sexuelles.

Garde à vue prolongée

Le couple de jeunes Martiniquais, ensemble depuis quelques mois, est toujours entendu par les enquêteurs du commissariat de police d’Agen. Au domicile du couple, rue du Puits-du-Saumon en centre-ville, des investigations ont été menées.
Le Parquet a prolongé la garde à vue pour interrogatoire jusqu'à samedi 25 novembre.

Ils vont devoir expliquer ce terrible constat des légistes. Ils nient pour l'instant. Le parquet d'Agen a déjà fait savoir qu'il n'y aurait "aucune communication" sur ce dossier

La Mouette se portera partie civile


Chargée de la protection de l’enfance depuis une trentaine d’années sur Agen, via l’association La Mouette qu’elle préside, Annie Gourgue est elle aussi très touchée. « Nous avons atteint le summum de l’horreur et du dégoût, déclare-t-elle. Nous avons reçu de nombreux appels téléphoniques depuis la révélation de l’affaire, et je vous annonce d’ores et déjà que la Mouette va se porter partie civile dans ce dossier. Je travaille depuis plus de trente ans dans le domaine de l’enfance maltraitée, mais je n’ai jamais vu cela. Nous avons déjà été saisis par le passé dans des affaires de sévices sexuels sur des tout-petits, mais avec ce décès nous avons atteint un niveau inégalé dans l’horreur. Dès lundi, nous nous portons partie civile, sauf si un magistrat nous désigne directement en tant qu’administrateur ad hoc pour représenter l’enfant. Mais quoi qu’il en soit, il est de notre devoir de nous impliquer dans ce terrible dossier. »

L’enquête des policiers a permis d’entendre plusieurs voisins du couple. L’une de ces personnes est ensuite venue se confier auprès d’Annie Gourgue, à la sortie du commissariat. « Il s’agit d’un père de famille, ajoute la présidente de la Mouette, et cette affaire l’a rendu malade. Il n’a rien vu, si ce n’est le départ de la voiture du couple dimanche matin [N.D.L.R. : pour l’hôpital]. Ils avaient entre eux des relations de voisinage normales, il voyait la petite. L’annonce du décès l’a démoli. Alors il s’est arrêté à la Mouette pour parler. Comme nous tous, il est sidéré. »
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/12/2017 10:22  Mis à jour: 15/12/2017 10:22
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4047
 Mort et viol de Joyanae, âgée de 18 mois. Le père de la fillette tuée et violée à Agen reconnu partie civile....
Le père de la fillette de 18 mois morte aux urgences du centre hospitalier d’Agen le 19 novembre dernier a fait savoir que la juge d’instruction chargée de ce dossier criminel a accepté sa constitution de partie civile. Ce Toulousain de 24 ans peut donc aujourd’hui avoir accès au dossier d’enquête portant sur la mort et les viols que son enfant a subis, selon les experts en médecine légale.

La décision du magistrat instructeur met un terme à une vraie fausse polémique entretenue à petit feu. Courant décembre, les avocates de la famille et de la mère placée en détention provisoire pour non-dénonciation de crime avaient par voie de presse protesté contre le "mercantilisme" présumé de la démarche enclenché par le père biologique. Il n’avait en effet pas reconnu l’enfant à sa naissance, mais l’a fait post mortem.
Le père n'avait jamais vu son enfant

Me Grolleau son conseil avait alors précisé que son client "voulait juste savoir ce qui s’est passé" dans les cinq semaines de ce huis clos terrible d’un appartement T2 de la rue Puits du Saumon. "Son but n’est pas d’obtenir des dommages et intérêts mais réellement de savoir."

Ce Martiniquais salarié à Toulouse maintient à ce sujet qu’il ne lui a jamais été possible de voir son enfant. Il n’a fait sa connaissance qu’au travers de vidéos et de photos adressées par la mère de l’enfant. Le dimanche 19 novembre, il a appris le décès par un appel téléphonique de son ex-compagne, qui ne l’avait d’ailleurs pas, selon ses dires, informé de sa maternité en 2016.

La mère et son compagnon écroués


Le dossier est entre les mains d'un juge d'instruction du palais de justice d'Agen. La mère de la petite fille et son compagnon ont été placés en détention préventive. L'homme est poursuivi pour «violences volontaires par personne ayant autorité sur mineure de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner, viols sur mineure de 15 ans, violences habituelles sur mineure de 15 ans». La mère, 25 ans, a été mise en examen pour «non-assistance à personne en danger et non dénonciation de crime».

Le rapport d’autopsie avait mis en avant "plusieurs lésions traumatiques hémorragiques chez la fillette, occasionnées par un tiers au niveau de l’abdomen, des ecchymoses du cuir chevelu ainsi que des lésions génitales avec ecchymose", ajoutant qu’il y avait eu "défloration".
STÉPHANE BERSAUTER https://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/11/2017 11:37  Mis à jour: 26/11/2017 11:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4047
 Viol et mort d'un bébé de 18 mois à Agen : la mère et son compagnon mis en examen...
La mère d'un bébé de 18 mois et son compagnon ont été mis en examen samedi, six jours après la mort de l'enfant qui a subi des coups et un viol, a-t-on appris auprès du parquet.

Le compagnon, âgé de 30 ans, a été mis en examen pour "violences volontaires par personne ayant autorité sur mineure de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner, viol sur mineure de 15 ans, violences habituelles sur mineure de 15 ans".

La mère, 25 ans, a été mise en examen pour "non assistance à personne en danger et non dénonciation de crime". Ils ont été écroués après avoir été entendus pendant cinq heures par le juge d'instruction et la juge des libertés et de la détention.

L'homme, qui vivait avec la jeune femme depuis un mois, "reconnaît les violences traumatiques le jour des faits, des violences habituelles, mais conteste le viol", selon la procureure de la République d'Agen, Manuella Garnier.

L'autopsie a révélé que le bébé présentait "des lésions traumatiques avec hémorragie interne dans l'abdomen, des ecchymoses sur le cuir chevelu et lésions génitales avec défloration", a-t-elle précisé.

http://www.midilibre.fr/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
2 + 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10