|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non résolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
15 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 15

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiĂ©s sur le site...
Enfant martyre de l'A10 : les conséquences du drame sur ses frères et soeurs. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/06/2018 19:56
Syndrome du bébé secoué : une nourrice avoue avoir tué Rose, cinq mois. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/06/2018 15:07
Accusé du meurtre de Laëtitia Bauwens, Cédric Maton est en aveux partiels. L’acte d’accusation du parquet général est accablant et pointe des éléments troublants. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/06/2018 12:13
Disparition d'un gendarme de Montpellier à La Réunion : Mathieu Caizergues est déclaré décédé... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/06/2018 19:33
Les parents de Narumi à Besançon pour rencontrer le juge d'instruction. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/06/2018 19:26
Mathis Jouanneau, disparu le 4 septembre 2011 , devrait avoir 15 ans ce 20 juin 2018. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 19:58
Nelly BALMAIN & Eric FORAY le point sur les disparus de la DrĂ´me. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 14:52
Disparition de LĂ©a Petitgas, des recherches dans l'Edre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/06/2018 12:11
Le père de Vicente « Jason Lopez » va comparaître Jeudi 21/06/2018 devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/06/2018 16:47
L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais . Une vidéo circule sur les réseaux sociaux prétendant montrer Nordahl Lelandais au Fort de Tamié. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/06/2018 13:01

Maison de l'horreur : ils attachent et affament leurs 13 enfants...

Publié par Walda Colette Dubuisson le 20-03-2018 (706 lectures) Articles du même auteur
ENCORE L'HORREUR .....

ÉTATS-UNIS
20/03/2018 : Maison de l'horreur en Californie : les enfants séparés mais "heureux d'avoir changé de lieu de vie"
****************************************
19/01/2018 : «Maison de l'horreur» en Californie: L'école à domicile au banc des accusés...
*******************************************
17/01/2018 : Les treize enfants découverts enchaînés à leur lit dans une maison de Perris en Californie faisaient partie d’une «secte familiale» selon le psychologue Hubert Van Gijseghem.
«C’est une vraie secte familiale»...
*************************************
Maison de l'horreur : ils attachent et affament leurs 13 enfants...

Treize frères et soeurs enfermés, dont un bébé de deux ans, certains enchaînés, affamés par leurs propres parents: la police a découvert une nouvelle maison de l'horreur, en Californie, faisant frémir les Etats-Unis et au-delà.

"On avait vu deux ou trois adolescents l'an dernier qui tondaient la pelouse, et installer des décorations de Noël. Je n'aurais jamais cru que quelque chose de la sorte arriverait", a réagi, stupéfait, Julio Reyes, un voisin de 38 ans.

"Je suis très choqué, j'ai une fille vous voyez, et c'est horrible que ça puisse arriver dans notre communauté", ajoute-t-il interrogé par l'AFP.


A deux heures, au sud-est de Los Angeles, pendant des années, 13 frères et soeurs ont vécu, reclus, affamés par leurs propres parents, parfois enchaînés à leurs lits dans une odeur pestilentielle...

Derrière les murs de ce pavillon récent de la ville de Perris, c'est une maison de l'horreur que la police californienne a découverte après le coup de fil d'une des victimes, une jeune fille de 17 ans que la police a cru âgée de 10 ans.

Les parents David et Louise Turpin, 57 et 49 ans, ont tout deux été incarcérés pour "torture et mise en danger d'enfants". Une caution de 9 millions de dollars chacun a été fixée.

"Cette famille a gardé ses enfants captifs dans leurs maisons et les a enchaînés, leurs enfants, à leur lit.. C'est vraiment choquant", explique une femme qui vit deux rues plus loin.

Sept des 13 enfants étaient âgés de 18 à 29 ans et six autres étaient mineurs, le plus jeune avait deux ans. Ils étaient mal-nourris et très sales quand la police les as retrouvés.

Les services de protection de l'enfance commencent leur enquĂŞte. Le couple venait du Texas, il vivait ici depuis 2010 et avait fait faillite deux fois.

Les services de protection de l'enfance ont ouvert une enquête. David Turpin est cité comme directeur d'une école privée à Perris, Sandcastle Day School, par un site internet du département de l'Education listant l'établissement, et mentionne une date d'ouverture en 2011.

L'adresse, dans une résidence pavillonnaire récente, correspond à celle où vivent les Turpin. D'après le Los Angeles Times citant des registres publics, le couple vivait à cette adresse depuis 2010 et auparavant au Texas. Ils auraient fait faillite deux fois. Sur une page Facebook au nom de David-Louise Turpin, on voit le couple, dont la police a publié des photos prises au moment de leur incarcération, lors d'une cérémonie qui semble être un mariage.

Mariage "kitsch" de Las Vegas
Louise Turpin est en robe longue blanche, son époux en costume et ils sont entourés de treize personnes qui semblent toutes des enfants ou jeunes adultes, les filles aux cheveux longs et chatains portant toutes la même robe mauve à imprimé quadrillé sauf le bébé en robe rose. Les garçons arborent la même coupe au bol que David Turpin.

Des clichés montrent le couple échangeant des alliances devant un homme habillé en Elvis Presley et tenant un micro, évoquant les mariages "kitsch" de Las Vegas. Leur portfolio d'images sur la page Facebook les représente lors d'une autre cérémonie de mariage ou d'anniversaire d'épousailles dans la même tenue avec le même avatar d'Elvis mais plus jeunes, en 2013 - le bébé n'est pas encore née.

"Maman m'aime"
D'autres photos datant de 2010 à 2016 montrent le couple entouré de ses enfants tous souriants, en jean et T-shirt rouge ou roses. Sur l'un des clichés, le bébé est tenue par sa mère et vêtue d'un T-shirt où l'on lit "maman m'aime".

Sur une autre photo de couverture publiée en avril 2016, les 13 enfants apparaissent avec leurs parents, tous souriants et portant le même tee-shirt rouge avec chacun un numéro, semblant les classer du plus âgé au plus jeune: on y voit notamment "thing 3" ("chose 3"), "thing 5" ou encore "thing 12".

guessing these are the children who were locked up: #Turpin David and Louise Turpin : pic.twitter.com/Zja61GybSN

Une voisine, Kimberly Milligan, a confié au quotidien Los Angeles Times que beaucoup de choses sur cette famille semblaient étranges: les enfants étaient très pales, ils avaient "le regard de ceux qui veulent se rendre invisibles", ils ne sortaient jamais jouer alors qu'ils étaient très nombreux.

"Quelque chose de louche"
"Je me suis dit qu'ils étaient suivaient des cours à domicile", ce qui est relativement fréquent aux Etats-Unis, ajoute-t-elle. "On sentait qu'il y avait quelque chose de louche mais on ne veut pas penser du mal de gens". Elle se sent à présent terriblement coupable après les révélations sur les mauvais traitements subis par cette fratrie: "Comment personne n'a rien vu?".

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent Ă  leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 20/03/2018 13:09  Mis Ă  jour: 20/03/2018 13:09
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4050
 Maison de l'horreur en Californie : les enfants sĂ©parĂ©s mais "heureux d'avoir changĂ© de lieu de vie". ( VidĂ©o).


ETATS-UNIS - Trois mois après l'arrestation de David et Louise Turpin, soupçonnés d'avoir séquestré et torturé leurs 13 enfants dans leur maison de Californie, la presse américaine a pris des nouvelles de la fratrie.

20 mars 10:34La rédaction LCI https://www.lci.fr/

La découverte remonte à janvier dernier. Trois mois après l'arrestation du couple Turpin, accusé d'avoir séquestré et torturé ses 13 enfants pendant des années dans leur maison en Californie, CNN a pris des nouvelles de la fratrie.

Les enfants, âgés de 2 à 29 ans, avaient été retrouvés pour certains enchaînés à un lit, dans des conditions d'extrême saleté et de malnutrition sévère. C'est l'une des filles, âgée de 17 ans, qui a donné l'alerte après avoir échappé à la surveillance des parents geôliers.

Ils se parlent régulièrement sur Skype. Ils sont tous heureux d'avoir changé de lieu de vie .Une source à CNN
Selon la chaîne américaine, citant une source proche de l'enquête, les six enfants encore mineurs ont été placés dans deux familles d'accueil - quatre dans l'une et deux dans l'autre.

Après avoir passé deux mois au centre médical Corona, les sept adultes sont finalement sortis avant d'être placé dans une autre maison. Aujourd'hui, le premier enjeu est éducatif. "Leur éducation est inexistante, assure une source à CNN. La jeune fille de 17 ans, qui a réussi à s'échapper, a le niveau scolaire d'une élève de grande section".

Cette même source indique à CNN que les enfants sont tous restés en contact malgré la distance : "Ils se parlent régulièrement sur Skype. Ils sont tous heureux d'avoir changé de lieu de vie".

"Les parents ont plaidé non coupable"

David et Louise Turpin, âgés respectivement de 57 et 49 ans, sont visés par douze chefs d'accusation de torture - l'enfant de deux ans n'aurait pas été torturé et était bien nourri -, douze de séquestration, sept de maltraitance d'un adulte à charge et six de maltraitance ou négligence d'enfant. Les parents californiens ont plaidé non coupable de tous les chefs d'accusation.
RĂ©pondre
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 19/01/2018 14:21  Mis Ă  jour: 19/01/2018 14:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4050
 Maison de l'horreur : Une douche par an et obligĂ©s de rester Ă©veillĂ©s la nuit: l'enfer des enfants Turpin.
Les parents californiens David et Louise Turpin ont plaidé non coupable jeudi de tous les chefs d'accusation dont torture et séquestration, le procureur précisant que leurs treize enfants ne pouvaient se doucher au maximum qu'une fois par an et n'avaient jamais vu de dentiste.

"Ce qui a commencé comme de la négligence s'est achevé par ces maltraitances brutales", a déclaré Mike Hestrin, procureur du comté de Riverside, en annonçant en fin de matinée en Californie les chefs d'inculpation visant le couple arrêté lundi soir. Présentés quelques heures plus tard devant un juge, ils ont plaidé non coupable. Leur prochaine comparution est prévue le 23 février.

Les enfants, âgés de 2 à 29 ans, ont été retrouvés pour certains enchaînés à un lit, dans des conditions d'extrême saleté et de malnutrition sévère. C'est l'une des filles, âgée de 17 ans, qui a donné l'alerte après avoir échappé à la surveillance des parents geôliers.

Dans le détail, David et Louise Turpin, âgés respectivement de 57 et 49 ans, sont visés par douze chefs d'accusation de torture - l'enfant de deux ans n'aurait pas été torturé et était bien nourri -, douze de séquestration, sept de maltraitance d'un adulte à charge et six de maltraitance ou négligence d'enfant. David Turpin est également poursuivi pour acte obscène sur un enfant de moins de 14 ans avec usage de la force, la menace ou la contrainte.

Le procureur a précisé qu'il s'agissait de la façon dont le père avait ligoté l'une de ses filles. "Ce sont de graves maltraitances émotionnelles et physiques, (...) un comportement pervers", a estimé le procureur. "C'est une enquête en cours", a-t-il poursuivi, précisant que d'autres inculpations pourraient être ajoutées.

Évasion préparée
Ces chefs d'accusation portent sur des faits présumés survenus depuis 2010. S'ils sont reconnus coupables de tous, les parents encourent entre 94 ans de réclusion et la perpétuité. La fratrie préparait "depuis plus de deux ans" un plan d'évasion, a indiqué le procureur. A leur arrivée, les agents du bureau du shérif de Perris, ville à environ 110 kilomètres au sud-est de Los Angeles, ont découvert trois enfants enchaînés, avec des cadenas, dans cette maison typique d'une banlieue américaine en apparence extérieure mais sordide et aux relents irrespirables à l'intérieur.

D'après l'état des locaux, les enfants - dont sept ont plus de 18 ans- - "souvent n'étaient pas libérés de leurs chaînes pour pouvoir aller aux toilettes", a indiqué le procureur. Selon lui, ces maltraitances ont "commencé comme une punition" mais "ont empiré avec le temps" lorsque la famille habitait près de Fort Worth, au Texas, et après son arrivée en Californie à Murietta en 2010 puis Perris en 2014.

Outre les chaînes cadenassées, les punitions comportaient aussi coups et strangulations. A une époque, lorsque la famille habitait encore le Texas, parents et enfants vivaient "séparément" et les parents "déposaient de la nourriture". Les enfants étaient "très peu nourris et en fonction d'un planning", n'avaient pas droit à plus d'une douche par an, n'ont jamais vu de dentiste ni de médecin depuis "au moins quatre ans".

Ils étaient obligés de rester éveillés la nuit et de dormir le jour. Ils allaient généralement au lit vers 4 à 5 heures du matin.

Plusieurs souffrent de "déficiences cognitives" et de lésions nerveuses dues à la malnutrition.

Parents biologiques
Un enfant de douze ans pèse comme la moyenne d'un enfant de sept, et l'ainée de 29 ans ne fait que 37 kilos, a ajouté le procureur, précisant que les enfants "sont soulagés" et "sont tous hospitalisés". Il a raconté qu'aucun d'entre eux n'avait accès à des jouets alors que de très nombreux ont été retrouvés dans ce qui a été surnommé comme "la maison de l'horreur", toujours dans leur emballage.

La police avait fait savoir que, d'après les premiers éléments disponibles, il ne semblait pas y avoir eu d'abus sexuel dans la maisonnée. Ce qu'a réitéré M. Hestrin.

Selon le procureur, à ce stade, les autorités pensent que David et Louise Turpin sont bien les parents biologiques des treize enfants. D'après la police, la famille avait déclaré pratiquer l'enseignement à domicile, courant aux Etats-Unis. Ils avaient enregistré leur maison comme établissement scolaire. Mais "plusieurs" enfants présentent des "lacunes dans les connaissances de base" et ignorent par exemple ce qu'est un policier ou ce que sont des médicaments, a relevé M. Hestrin.

Ils pouvaient néanmoins tenir un journal et les enquêteurs en ont récupéré "des centaines". Ces écrits "seront des éléments de preuve forts sur ce qu'il s'est passé dans cette maison", a-t-il relevé.

http://www.7sur7.be/
RĂ©pondre
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 19/01/2018 13:47  Mis Ă  jour: 19/01/2018 13:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4050
 Â«Maison de l'horreur» en Californie: L'Ă©cole Ă  domicile au banc des accusĂ©s...
En l'absence de contrôle autour du «homeschooling», treize frères et sœurs ont vécu l'enfer sans que personne ne soit au courant...

Philippe Berry : http://www.20minutes.fr/

Pour les services éducatifs et sociaux, les treize frères et sœurs torturés et séquestrés pendant des années en Californie étaient des fantômes. « J’aimerais pouvoir vous dire comment une telle chose a pu se produire », a déclaré, désabusé, un porte-parole du bureau du shérif de Riverside, lundi, expliquant qu’aucune plainte n’avait été déposée auprès des autorités ou des services sociaux. Alors que les époux Turpin, inculpés jeudi, risquent la prison à vie, plusieurs associations dénoncent l’absence totale de garde-fous autour du « homeschooling » (scolarisation à domicile), qui a permis à ces abus de passer inaperçus.

« Aucun contrôle obligatoire »

Selon les estimations, 3 % des élèves américains sont scolarisés à la maison (1,7 million). Certains parents font ce choix pour des raisons de santé, financières, religieuses ou éducatives. Une minorité opte pour un enseignement en ligne, qui peut être suivi auprès d’un organisme public ou privé. Mais l’immense majorité, comme David Turpin, déclarent leur domicile comme une école privée. Et les parents sont alors seuls maîtres à bord.

« En Californie, il n’y a aucun contrôle obligatoire », explique à 20 Minutes Rachel Lazerus, de la Coalition pour une éducation à domicile responsable, un groupe qui milite pour réformer l'instruction à domicile. David Turpin a simplement eu besoin de remplir un formulaire pour enregistrer l’école Sandcastle Day School auprès des autorités, en 2011. Selon la loi californienne, les parents doivent être « capables d’enseigner » mais aucun diplôme n’est nécessaire. Contrairement à la France, il n’y a pas de visite annuelle pour vérifier que le programme scolaire est bien suivi, mesurer les progrès de l’enfant ou s’assurer que les conditions à domicile sont adéquates. Ce n’est qu’avant une éventuelle entrée à l’université qu’un élève est évalué par des tests standardisés.

C’est ainsi que les treize frères et sœurs, âgés de 2 à 29 ans, ont passé toute leur vie sans voir une infirmière scolaire, un employé de la mairie, un représentant du rectorat ou de l’académie, qui auraient pu détecter des signes de malnutrition visibles. Selon le procureur, l’aînée ne pèse que 38 kilos, et un des enfants, âgé de 12 ans, fait le poids d’un enfant de 7 ans. Plusieurs souffrent de « déficiences cognitives » et de lésions nerveuses dues à des années de maltraitance.

Pas de loi fédérale sur l’éducation

Ce manque de supervision est dénoncé par l’élu californien Jose Medina, qui a promis de présenter un projet de loi prochainement. Paul Hill, expert des questions sur la scolarisation à domicile au Brookings Institute, relativise : « Le manque de contrôle dans l’instruction à la maison peut mener à des situations horrifiques comme en Californie, mais de tels cas sont rares. Et les enfants qui vont à l’école peuvent également être maltraités ».

Il n’y a pas de chiffres nationaux comparant le taux d’enfants maltraités en fonction du mode de scolarisation. Mais sur 27 cas de torture examinés en 2014 par la pédiatre Barbara Knox (pdf), de l'université de Washington, 76 % des enfants n’étaient pas inscrits à l’école, scolarisés à la maison ou en instance de l’être.

Pourquoi le Congrès américain ne vote-t-il pas une loi fédérale encadrant le « homeschooling » ? Aux Etats-Unis, le système éducatif « dépend de chaque Etat », précise Paul Hill – il n’y a même pas de programme scolaire national américain. Et au nom des libertés individuelles – et souvent religieuses – la moitié des Etats laissent une latitude absolue aux parents. Si les armes ont leur lobby avec la NRA, le « homeschooling » a le sien avec la HSLDA (Home School Legal Defense Association), qui s’oppose à toute régulation supplémentaire. Son président, Mike Smith, prend les devants et déclare à Reuters : « Est-ce qu’on devrait s’immiscer dans la vie de toutes ces familles innocentes à cause de cette famille [californienne] ? La réponse est non. » Aux Etats-Unis, ce drame horrifique n’est malheureusement pas le premier. Et il ne sera sans doute pas le dernier.

RĂ©pondre
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 17/01/2018 13:57  Mis Ă  jour: 17/01/2018 13:57
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4050
 La "maison de l'horreur" et l'illusion d'une vie de rĂŞve sur Facebook. L'affaire relance la polĂ©mique autour de l'Ă©cole Ă  la maison…
D'un côté, on a 13 frères et soeurs séquestrés et, de l'autre, une famille presque parfaite qui montre ses sorties familiales sur les réseaux sociaux.

Des jeunes de 17 ans qui en paraissent 10. C'est ce qu'ont trouvé les policiers lorsqu'ils sont arrivés chez les Turpin, à Perris, une ville-dortoir à mi-chemin entre Los Angeles et San Diego. Les parents, Louise et David, âgés respectivement de 49 et 57 ans, ont affamé et enchaîné durant des années leurs 13 enfants âgés de 2 à 29 ans.

Personne ne sait combien de temps leur calvaire aurait encore duré si l'une des filles, âgée de 17 ans, n'était parvenue, dimanche 14 janvier, à s'emparer d'un téléphone portable dans la maison-prison et à s'échapper par une fenêtre pour composer le numéro d'urgence 911.

Des adultes pris pour des mineurs

A leur arrivée, les policiers ont cru que la jeune fille n'avait que 10 ans, vu son visage émacié. "Mes frères et soeurs sont prisonniers à l'intérieur", a-t-elle alors confié. Là, dans l'obscurité et dans une odeur prenant à la gorge, les agents ont découvert une scène à faire frémir : les douze autres victimes, dont les membres étaient pour certaines entravés, livrées à l'abandon et à la saleté. Ils criaient famine.

"Ils sont petits et il est très clair qu'ils sont dénutris", a décrit Mark Uffer, responsable d'un centre médical local. "Ils ont enduré un calvaire extrêmement traumatisant". Une longue prise en charge sera nécessaire pour reconstituer psychologiquement des enfants affamés et enchaînés par leurs parents à leur domicile, ont averti mardi des experts.

Ces spécialistes ont livré en conférence de presse quelques détails sur les treize frères et soeurs. Les victimes --dont une de deux ans à peine-- ont été hospitalisées. Sept membres de cette fratrie sont des adultes que les enquêteurs ont d'abord pris pour des mineurs, étant donnés leur fragilité et leur aspect chétif.

Ces enfants "vont requérir une prise en charge psychologique et psychiatrique sur le long terme, en raison des épisodes prolongés de mauvais traitements et de famine auxquels ils ont été soumis", a souligné la docteure Sophia Grant, à ce même point presse.

Les parents n'ont pour l'instant donné aucune explication sur les raisons qui les ont poussés à ligoter certains de leurs enfants à leur lit, avec l'aide de chaînes et de cadenas.

L'affaire relance la polémique autour de l'école à la maison

Depuis combien de temps durait la séquestration? Comment celle-ci n'a pas suscité d'alertes chez les voisins, les milieux sociaux, ou les personnes en contact avec le couple Turpin? Quelle est l'histoire de cette famille, qui a quitté le Texas pour la Californie il y a plusieurs années et s'est retrouvée plongée dans les déboires financiers?

La police a offert mardi quelques réponses. "Nous n'avions jamais été alertés sur des soupçons d'abus d'enfants dans cette résidence", a affirmé Greg Fellows, chef de la police de Perris. Il a précisé que les premiers éléments de l'enquête ne permettaient pas de savoir si des agressions sexuelles avaient été commises dans la maison, ni si les parents auraient fait partie d'une quelconque secte.

Kimberly Milligan, une voisine rencontrée par l'AFP vivant depuis plus de deux ans dans le quartier, se souvient d'avoir vu seulement trois enfants, un jour. "Ils étaient pâles comme des vampires et n'avaient que la peau sur les os", a-t-elle confié.

Les enfants étaient censés bénéficier d'une scolarisation à domicile, une pratique qui n'est pas rare aux États-Unis. Le couple a été incarcéré pour torture et mise en danger d'enfants.

"Quand des jeunes de 17 ans en paraissent 10, quand ils sont enchaînés à un lit... comment ne pas qualifier cela de torture?", a relevé M. Fellows.

Les services de protection de l'enfance ont de leur côté ouvert une enquête. Sur les photographies rendues publiques par le shérif local, Louise et David Turpin partagent un aspect négligé, elle a les cheveux poivre et sel en bataille, un sourire énigmatique aux lèvres, lui avec une barbe de trois jours, une longue frange et des mèches jusqu'aux épaules.

Une vie de façade sur Facebook

Sur une page Facebook au nom de David-Louise Turpin on retrouve entre, octobre 2010 et juillet 2016, des photos montrant la famille en visite à Disneyland, la naissance de la petite dernière, un bébé porte un tee-shirt où on lit "Maman m'aime" ou encore des voyages à Las Vegas. Sur l'une d'elles, on retrouve le couple lors d'une cérémonie. Louise Turpin est en robe longue blanche, son époux en costume et ils sont entourés de treize personnes qui semblent toutes des enfants ou jeunes adultes, les filles aux cheveux longs et châtains portant toutes la même robe mauve à imprimé, sauf le bébé en robe rose.

Les garçons arborent la même coupe au bol que David Turpin. Des clichés montrent le couple échangeant des alliances devant un homme habillé en Elvis Presley. Cet imitateur, qui dit avoir renouvelé les voeux de mariage du couple trois fois dans une chapelle de Las Vegas - en 2013, 2015 et 2016 -, s'est dit "révulsé". "J'étais choqué, et stupéfait, et très attristé", a déclaré Kent Ripley au journal New York Daily News. Il se souvient d'enfants "très doux et bien élevés". "Quelque chose de récent a dû changer les circonstances, médical ou en lien avec le travail", a-t-il avancé. "Je ne veux pas croire que les enfants ont souffert aussi longtemps".

"Dans les commentaires, l'une des soeurs de Louise s'émerveille : "Je veux vivre en Californie !" Pour les grands-parents ou oncles et tantes, qui décrivent une famille aimante, mais qui ont reconnu qu'ils n'avaient pas vu les Turpin en chair et en os depuis des années, l'illusion était parfaite." précise Le Monde.

SOURCE AFP repris par divers médias .
RĂ©pondre
Walda Colette Dubuisson
PostĂ© le: 17/01/2018 10:52  Mis Ă  jour: 17/01/2018 10:52
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4050
 : Les treize enfants dĂ©couverts enchaĂ®nĂ©s Ă  leur lit dans une maison de Perris en Californie faisaient partie d’une «secte familiale»
«On appelle ça une secte endogame, c’est-à-dire, que plutôt que de faire une secte avec beaucoup de gens, il y a un type qui se prend pour un gourou et qui se dit "moi, mon empire c’est ma famille"», a-t-il expliqué en entrevue à l’émission Denis Lévesque.

«On appelle ça une secte endogame, c’est-à-dire, que plutôt que de faire une secte avec beaucoup de gens, il y a un type qui se prend pour un gourou et qui se dit "moi, mon empire c’est ma famille"», a-t-il expliqué en entrevue à l’émission Denis Lévesque.

Selon le psychologue, le père de famille, David Turpin, a dû endoctriner tous ses enfants l’un après l’autre.

«J’ai vu sur une photo que tous ces enfants avaient un chandail avec "chose numéro un", "chose numéro deux" inscrit dessus (...) Dans un contexte de secte comme cela, ces enfants n’ont pas d’existence, d’individualité. Ce sont des petites "choses" de leur père gourou.»Selon le psychologue, le père de famille, David Turpin, a dû endoctriner tous ses enfants l’un après l’autre.

«J’ai vu sur une photo que tous ces enfants avaient un chandail avec "chose numéro un", "chose numéro deux" inscrit dessus (...) Dans un contexte de secte comme cela, ces enfants n’ont pas d’existence, d’individualité. Ce sont des petites "choses" de leur père gourou.»

«Mon hypothèse est qu’il a endoctriné tous ses enfants. Probablement qu’à un certain âge, des enfants se sont échappés de cet endoctrinement en se rebellant peut-être. Je pense que c’est possiblement ceux-là qui étaient enchaînés. Les autres participent alors à la contention. C’est compatible avec ce que l’on sait de tels cas», a-t-il fait savoir.

Hubert Van Gijseghem est aussi revenu sur l’état dans lequel les enfants ont été retrouvés. Beaucoup étaient sales et malnutris, ce qui revient souvent dans des cas de séquestration selon lui.

«Pour un pervers comme lui, c’était maintenir ses "choses" comme dans un sphincter. C’est la "merdification" des siens», a-t-il dit.

Rôle de la mère
Le psychologue s’est enfin interrogé sur le rôle de la mère, Louis Turpin, dans cette triste histoire. Selon lui, ce rôle n’est pas clairement défini pour le moment.

«Jusqu’à quel point elle a participé aux troubles mentaux de son mari? Il se peut qu’elle ait participé de plein gré et qu’elle-même soit aux prises avec ce genre de pathologie», a-t-il avancé. ¸

«Mais il se peut aussi qu’elle soit une personne dépendante qui a été toute sa vie comme à la remorque de son mari et qui, en réalité, a été sa première victime possible.»

Rappel des faits
Les treize enfants du couple Turpin ont été découverts dans sa résidence en fin de semaine après qu’une de leurs filles se soit échappée par une fenêtre.

Elle a alors utilisé un téléphone cellulaire désactivé pour appeler le 911 et prévenir les policiers de se qui se passait dans cette maison dans.

VOIR VIDÉOS ->
http://www.tvanouvelles.ca/2018/01/16 ... une-vraie-secte-familiale
RĂ©pondre
DĂ©poser un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
2 + 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10