|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
15 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 15

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
DISPARITION INQUIETANTE de Théo Hayez.Des chiens renifleurs amenés par des volontaires à Byron Bay. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/08/2019 08:36
Sophie Le Tan :Une marche à la lanterne et un lâcher de colombes sont prévus à la colline de Mundolsheim (Bas-Rhin), samedi 7 septembre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/08/2019 09:17
Il y a 20 ans, à Tilly-sur-Seulles. L’affaire Godard, un des plus énigmatiques faits divers de ces 50 dernières années. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/08/2019 16:07
Affaire Paquita Parra: le corps va être exhumé..."On n'est pas si loin d'aboutir", selon l'avocate de sa famille. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:51
Wintzenheim : enlèvement de la petite la petite Elisabeta : ouverture d'une information judiciaire... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:31
Nora Quoirin, 15 ans. La mort de la jeune Nora en Malaisie pose question: “Tout est possible”. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:20
Le corps retrouvé en Malaisie est celui de l’adolescente franco-irlandaise disparue Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/08/2019 16:49
Information judiciaire ouverte ce mardi après l'enlèvement d'un bébé par sa mère (annonce le parquet de Colmar ce mardi). Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/08/2019 13:50
Disparition de Nora Quoirin ,une ado franco-irlandaise en Malaisie: un corps découvert.( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/08/2019 13:22
Hondelatte raconte - Stéphane Moitoiret, un fou en prison ? #REDIFF SAISON 2018 - 2019 15h31, le 09 août 2019. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/08/2019 11:03

Meurtre d’Angélique : comment fonctionne le fichage des délinquants sexuels. (En hommage à tous les petits bouts assassinés par des récidivistes).

Publié par Walda Colette Dubuisson le 26-05-2019 (2008 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée

26/05/2019 : Meurtre d’Angélique six heures durant, une reconstitution minutieuse et douloureuse à Wambrechies...
**********************************
24/05/2019 : Meurtre d'Angélique Six : une reconstitution en cours à Wambrechies ( Vidéo).
*********************************
09/05/2019 : L’épouse du meurtrier présumé d’Angélique Six sort du silence...
************************************
*** Wambrechies : La plaine de l’Agrippin, là où habitait Angélique Six et où elle avait l’habitude de jouer. Depuis ce mercredi 01/05/2019, porte officiellement le nom de « square Angélique ».
******************************
30/04/2019: David Ramault entendu un an après le meurtre d'Angélique Six : “Il coopère toujours”, indique son avocat...
**************************
28/04/2019 :Meurtre d'Angélique Six : un an après le drame, où en est l'enquête ?
La famille de la petite fille s'impatiente…
Un an après le meurtre de la petite Angélique : «Toute notre vie, on aura ce vide»(Corinne Six, sa maman et Anais Six la soeur d'Angelique...
************************************
25/04/2019 : Une marche en hommage à l'adolescente de 13 ans tuée il y a un an à Wambrechies est organisée ce dimanche 28/04/2019.
************************************
08/09/2018 : L’association le Sourire d’Angélique organise une journée cabaret, le 23 septembre, en mémoire de la jeune fille. Entretenir la mémoire d’Angélique et faire perdurer son sourire : voilà ce qu’ambitionnent les fondatrices de l’association Le Sourire d’Angélique, des voisines de la famille Six qui ont épaulé dès les premières heures les parents et la sœur de la jeune fille.
************************************
24/06/2018 : Meurtre d’Angélique : La femme de David Ramault est "atteinte par la vindicte populaire".
La constitution de partie civile de la femme de David Ramault rejetée
Les deux juges d'instruction de Lille en charge du dossier ont estimé les trois demandes de constitution de partie civile "irrecevables", arguant de "l'absence de lien suffisamment direct" entre "les dommages allégués et les faits"
************************************
28/05/2018 : Par la voix de son avocate, la famille d’Angélique Six brise le silence. Les parents et la sœur de la jeune fille sont « en colère » après la révélation, ce week-end, des écrits de David Ramault, arrêté pour le viol et le meurtre.
*****************************************
27/05/2018 : David Ramault, poursuivi pour le meurtre de la petite Angélique a écrit une longue lettre à son avocat depuis sa cellule, qu'ont pu se procurer les journalistes du JDD. En voici quelques extraits.
*******************************************
17/05/2018 : Des fichiers pédopornographiques se trouvaient sur l’ordinateur de David Ramault, ce dernier les avait effacés. La découverte a été faite par les enquêteurs de la police judiciaire.
*****************************************
13/05/2018 : Le tueur présumé de la fillette est incarcéré à l'isolement depuis ses aveux et a, selon son avocat, conscience que sa «vie est finie». Sa femme, effondrée, a quant à elle décidé de se constituer partie civile, et de lancer une procédure de divorce.
***************************************
***10/05/2018 : Une avocate dénonce : «Il vaut mieux violer un enfant que de vendre du shit en France»

***10/05/2018 :David Ramault, le meurtrier présumé d’Angélique Six, 13 ans, à Wambrechies fin avril, a été transféré mardi 8 mai de la maison d’arrêt de Sequedin à l’unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) de Seclin, en raison de son état psychologique.
*******************************************

****Obsèques d'Angélique Six : "Chaque jour, tu nous manqueras"…( Vidéo)
Repose en paix petite puce, que justice te soit rendue.*****
***************************************
QUI EST CE DAVID RAMAULT ???
05/05/2018 : "La France est l'eldorado des pédophiles" ( Vidéo).
Selon l'avocate pénaliste Marie Grimaud, invitée ce lundi de Radio Brunet, la France ne sait pas protéger ses enfants des pédophiles, notamment en ce qui concerne le suivi des personnes déjà condamnées.
***********************************
05/05/2018 : une autre enquête ouverte contre David Ramault pour exhibition sexuelle...
**********************************
04/05/2018 : les anciennes victimes de David Ramault témoignent
Agressées dans les années 1990, leurs récits révèlent que David Ramault, qui a avoué le viol et le meurtre d'Angélique, employait à l'époque un mode opératoire similaire à chacune de ses attaques.
************************************
03/05/2018 : une des premières victimes de David Ramault, le principal suspect, raconte son agression. "C'est impardonnable qu'ils l'aient laissé sortir comme ça, dit-elle, bouleversée. Il faut qu'il soit mis en prison mais qu'il n'en sorte plus." !
*****************************************
02/05/2018 : "Il faut faire de la protection de l'enfant une priorité" : après le meurtre d'Angélique, l'association Innocence en danger interpelle les politiques
Dans une tribune à franceinfo.fr, la présidente d'Innocence en danger, Homayra Sellier, demande "une véritable impulsion" pour mettre en œuvre des campagnes de prévention.
***************************************
QUI EST David Ramault ???

02/05/2018 : Le passé du violeur et meurtrier présumé d'Angélique va être épluché.

David Ramault, le violeur et meurtrier présumé d’Angélique, 13 ans, a-t-il pu commettre d’autres crimes ?
Les enquêteurs vont décortiquer la vie du violeur et meurtrier présumé d’Angélique depuis ses premiers abus sexuels commis en 1994.
Image redimensionnée

*************************************************
01/05/2018 : VIDEO. "Quand elle a commencé à se débattre, il a su qu’il fallait la tuer" : le récit glaçant du calvaire d'Angélique...

" le procureur a précisé les circonstances du drame avec force détails, s'appuyant sur les aveux du suspect. Après avoir absorbé des pilules contre les troubles de l'érection, l'homme aurait consommé de la bière." Nous constatons, une fois de plus , que ce n'est pas une camisole chimique qui aide , vu que ces troubles horribles SONT DANS LA TÊTE !!!
******************************************
30/04/2018 : L’enfant de 13 ans avait disparu depuis mercredi, à deux pas du domicile de ses parents à Wambrechies ( France Nord). Le suspect est un homme de 45 ans, déjà condamné pour viol sur mineur. Une marche blanche aura lieu mardi.
Le corps de la jeune Angélique a été retrouvé, dénudé, dimanche 29/04/2018 dans une forêt. Pour remonter jusqu’au meurtrier présumé, dont la garde à vue a été prolongée dimanche soir, les enquêteurs ont examiné le fichier des délinquants sexuels.

Un homme de 45 ans, chauffeur de bus habitant Wambrechies, a été interpellé et placé en garde à vue samedi en fin de journée. Il a « très rapidement avoué les faits », a annoncé le parquet de Lille dimanche à la mi-journée.

À Wambrechies, les habitants du quartier de l’Agrippin qui s’étaient mobilisés depuis la disparition d’Angélique sont sidérés. : «Savoir que le meurtrier est du quartier est encore pire»

QUAND "ARRETERA-T-ON " de libérer ces monstres ? Pourquoi on-t-ils droit à une 2° chance ? Leurs victimes et leurs familles n’ont pas ce droit !!!
HONTE !!!


Comment fonctionne le fichage des délinquants sexuels ?



C’est vers 2 du matin dimanche, dans une forêt de Quesnoy-sur-Deûle (Nord), que le corps d’Angélique Six a été découvert. La jeune fille de 13 ans était dénudée. Quelques heures plus tôt, samedi, vers 21h30, les enquêteurs de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) avaient interpellé David R., un ancien voisin de la famille à la sortie de son travail puis placé l’homme en garde à vue. Auparavant, le domicile de ce chauffeur de bus de 45 ans, marié et père de deux garçons, avait été perquisitionné.

Il l’étrangle parce qu’elle se débat !

Selon nos informations, David R. a très vite avoué le meurtre d’Angélique alors que les policiers ne disposaient pas d’éléments à charge déterminants. L’homme a reconnu avoir entraîné l’adolescente chez lui sous un prétexte fallacieux. Il aurait reconnu avoir déshabillé la jeune fille puis tenté d’abuser d’elle avant de l’étrangler parce qu’elle se débattait.

Le père de famille a lui-même conduit, dans la nuit, les enquêteurs sur les lieux où il s’était débarrassé du corps. Un endroit ronceux et touffu, difficile d’accès. Le meurtrier présumé aurait caché le corps d’Angélique en le recouvrant de végétation avant de s’enfuir. Selon nos informations, les éléments recueillis par le médecin légiste sur les lieux indiquent une mort par asphyxie et des violences.

L’autopsie pratiquée ce lundi devrait déterminer les circonstances exactes de la mort d’Angélique, et préciser si l’adolescente a été violée.

Un témoignage capital

C’est le témoignage d’un garçon de 10 ans qui avait vu la jeune fille rejoindre volontairement un homme dans le parc de Wambrechies qui a mis les enquêteurs sur la piste de David R. Le père de famille avait été inscrit en 2001 au Fichier automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais). En 1996, le meurtrier présumé d’Angélique avait déjà été condamné à 9 ans de prison pour viol avec arme commis deux ans plus tôt, sur une adolescente de 13 ans. Le détenu était sorti en mars 2000 avec obligation d’un suivi thérapeutique. On ignore encore la nature et la durée de cette injonction.

Depuis, David R. n’avait plus fait parler de lui, si ce n’est par un rappel à la loi en 2014. Le père de famille avait oublié de signaler un changement d’adresse comme la loi l’impose aux individus fichés au Fijais.

La garde à vue du suspect a été prolongée dimanche soir et il devrait être déféré devant un juge lundi après-midi.

Vendredi, un avis de disparition inquiétante avait été diffusé, pour tenter de retrouver la préadolescente, volatilisée dans l’après-midi de mercredi. Angélique avait juste laissé un mot à ses parents indiquant qu’elle devait rejoindre des amies.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Comment fonctionne le fichage des délinquants sexuels ?

Créé en 2005, un fichier localise les délinquants sexuels et est supposé prévenir la récidive. Plus de 78000 personnes y sont inscrites à ce jour.

C’est grâce à ce fichier que les enquêteurs ont pu remonter jusqu’à David R., ce quadragénaire, père de famille, qui a rapidement reconnu samedi avoir tué la jeune Angélique, retrouvée morte à Quesnoy-sur-Deule, près de Lille (Nord).

David R. était en effet inscrit au Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV), créé en 2004 après l’affaire Michel Fourniret, ce tueur en série surnommé « L’Ogre des Ardennes » et qui a fait au moins 11 victimes. Depuis 2005, ce fichier a été élargi aux auteurs d’infractions particulièrement violentes.

A quoi sert ce fichier ? Selon la Cnil, il vise à éviter la récidive, doit faciliter les enquêtes en permettant une identification des suspects.

Qui y est inscrit ? Le FIJAISV recense les auteurs de crimes ou délits à caractères sexuels : les auteurs de meurtres ou assassinats sur mineurs, précédant des viols, les auteurs de viols simples ou aggravés, les auteurs d’agressions sexuelles ou aggravées, les auteurs ou détenteurs de pédopornographie.Les délinquants sexuels ou violents condamnés à plus de 5 ans de prison y sont automatiquement inscrits, prévoit la loi. Pour les peines inférieures à cinq ans, c’est le tribunal, le procureur de la République ou le juge d’instruction (dans le cadre d’un contrôle judiciaire) qui prend la décision. Au total, 78 197 personnes y étaient inscrites au 31 mars 2018. David R. s’y trouvait car il avait été condamné à neuf ans de prison pour un « viol avec arme » sur une enfant de 13 ans en 1994.

Quelles informations contient le fichier ? L’identité du délinquant sexuel, sa filiation, sa date de naissance, sa nationalité, ses adresses successives et les dates correspondantes. La nature et la date de la condamnation sont également notées, ainsi que la localisation des faits, les dates de mises sous écrou et de libération.

Quelles sont les obligations des fichés ? Au moins une fois par an, le fiché doit justifier d’une adresse auprès des autorités. Pour les infractions les plus graves, c’est tous les six mois et si le juge le décide, le délinquant doit justifier d’une adresse tous les mois, précise la Cnil. Toute personne inscrite au FIJAISV doit informer les autorités d’un éventuel changement d’adresse dans les 15 jours. Dans l’affaire de Quesnoy-sur-Deûle, David R. avait fait l’objet d’un rappel à la loi en 2014 : le père de famille avait en effet omis de signaler son déménagement aux autorités.

Qui consulte ce fichier ? Seules les autorités judiciaires, la police, la gendarmerie, les préfets ou les « agents de greffes spécialement habilités par les chefs d’établissement pénitentiaire », ont accès à ce fichier, énumère la Cnil. La loi précise qu’ils sont soumis à un «strict respect de la confidentialité», sous peine d’être poursuivi.

Combien de temps une personne reste fichée ? Entre 20 et 30 en fonction de la gravité des faits. La fiche est détruite en cas de non-lieu ou de relaxe, en cas de décès du délinquant sexuel ou sur ordre du procureur de la République.

Est-ce-que ce fichier fonctionne ? «Pas vraiment», répond la psychiatre Muriel Salmona, auteure du « Manifeste contre l’impunité des crimes sexuels », remis en octobre à la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes. Outre son éventuel effet dissuasif sur les délinquants sexuels, «ce fichier n’est pas vraiment conçu pour exercer une réelle surveillance, une prévention. Il est utilisé a posteriori », dénonce l’experte qui rappelle : «Il faut des scandales comme celui de l’instituteur de Villefontaine pour que la Justice transmette enfin le nom des criminels sexuels à l’Education nationale... »


http://www.leparisien.fr/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/05/2019 13:07  Mis à jour: 26/05/2019 13:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique :Meurtre d’Angélique Six heures durant, une reconstitution minutieuse et douloureuse à Wambrechies...
Ce vendredi, un peu plus d’un an après les faits, la reconstitution du viol et du meurtre d’Angélique Six, 13 ans, à Wambrechies, près de Lille, s’est déroulée pendant six heures, en présence de la famille et dans le calme. David Ramault, qui a avoué les faits, était fortement protégé.

La reconstitution du viol et du meurtre d’Angélique Six, ce vendredi, a logiquement commencé par le square situé au pied de l’immeuble où habitait la jeune fille, dans le quartier de l’Agrippin à Wambrechies. Selon les aveux de David Ramault, passés trois jours après les faits, survenus le 25 avril 2018, le chauffeur de bus de 46 ans y avait rencontré la préadolescente vers 16 h.

Angélique et le quadragénaire, qui avaient habité le même immeuble, se connaissaient. Elle n’avait pas de raison de se méfier. Dans le square, il y avait même un...

LIRE LA SUITE PAYANTE -> https://www.lavoixdunord.fr/588370/art ... t-douloureuse-wambrechies
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/05/2019 15:04  Mis à jour: 24/05/2019 15:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 24/05/2019 : Meurtre d'Angélique Six : une reconstitution en cours à Wambrechies ( Vidéo).
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/05/2019 12:39  Mis à jour: 09/05/2019 13:34
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique :L’épouse du meurtrier présumé d’Angélique Six sort du silence.
Lorsque David Ramault avouait, il y a un an, le viol et le meurtre d’Angélique Six à Wambrechies, la famille de la fillette sombrait subitement en enfer et toute une ville était sous le choc. La vie d’une autre famille a aussi basculé, celle de celui qui a avoué le meurtre. Aujourd’hui, son épouse, qui n’a pas encore obtenu le divorce, a accepté de se confier.

– Un an après le drame, comment allez-vous ?

« J’essaie d’avancer du mieux que je peux. Tout ce que j’avais construit s’est écroulé d’un coup. Je suis en reconstruction. Mes enfants et moi avons dû déménager et changer d’identité. Il y a un an, j’avais l’impression d’être comme en dehors des événements, comme dans un film dont on est spectateur. »
Le 25 avril 2018, Angélique Six, 12 ans, disparaissait du quartier de l’Agrippin, à Wambrechies, alors qu’elle était sortie pour jouer. Trois jours plus tard, David Ramault, un quadragénaire qui avait habité dans le même immeuble que la famille Six, avouait le viol et le meurtre de l’adolescente.

La famille de la fillette sombrait subitement en enfer et toute une ville était sous le choc. La vie d’une autre famille a aussi basculé, celle de celui qui a avoué le meurtre. Un an après, l’épouse de David Ramault a accepté de se confier à notre journal car elle dit avoir « confiance en la Voix du Nord ».

Elle raconte qu’au moment de l’interpellation de son mari, elle le croyait innocent : « Il m’a même confié au téléphone avoir eu mal au cœur pour le père d’Angélique qu’il avait vu à la télé. » Cette mère de famille évoque également l’explication à ses enfants et sa vie de couple avec un homme qu’elle n’avait « jamais vu violent, ni s’intéresser à des petites filles ». Enfin, elle parle de sa reconstruction, aussi difficile soit-elle, et s’adresse à la famille d’Angélique...

LIRE LA SUITE PAYANTE !

https://www.lavoixdunord.fr/579921/art ... t-cherche-se-reconstruire
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/04/2019 12:59  Mis à jour: 30/04/2019 12:59
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 David Ramault entendu un an après le meurtre d'Angélique Six : “Il coopère toujours”, indique son avocat.
Le Wambrecitain, mis en examen pour le meurtre et le viol de la fillette de 13 ans, a tenté plusieurs fois de mettre fin à ses jours.

David Ramault, le meurtrier présumé d'Angélique Six, a pu être entendu vendredi par une juge d'instruction, un an quasi jour pour jour après la mort de la fillette, selon une information de La Voix du Nord confirmée auprès de son avocat.

Ce même vendredi, l'avocate de la famille Six Me Audrey Jankielewicz indiquait que depuis l'audition antérieure à sa mise en examen, David Ramault n'avait pas pu être auditionné. C'est désormais chose faite.

Coopération avec les enquêteurs
Me Éric Demey, l'avocat du Wambrecitain de 45 ans, chauffeur de bus chez Transpole, explique que son client "coopère toujours, il n'a pas changé sur ce point." Le 28 avril 2018, trois jours après la disparition de la jeune fille de 13 ans et au lendemain d'une battue, David Ramault était placé en garde à vue. Rapidement, il avouait le viol et le meurtre d'Angélique, avant d'emmener les enquêteurs dans le bois de Quesnoy-sur-Deûle où elle avait été enterrée. Il est mis en examen et écroué quelques jours après.

"Il m'a dit qu'il était bouleversé, qu'il était rongé par le remords, qu'il était perdu", indiquait à l'époque Me Demey, ajoutant : "Il a pleuré à plusieurs reprises".

Depuis, David Ramault est incarcéré à la maison d'arrêt de Sequedin, "à l'isolement depuis un an, il s'habitue autant que l'on puisse s'habituer à ses conditions de détention", résumées au "strict minimum".

"Il ne va plus tenter de mettre fin à ses jours" ajoute l'avocat, précisant que plusieurs tentatives avaient été mises à mal par l'étroite surveillance dont son client fait l'objet. David Ramault, qui est suivi une fois par mois, a décidé d'assumer les conséquences de ses actes "au moins jusqu'au tribunal".


Un procès imminent ?
Si l'avocate de la famille Six pense que le procès n'aura pas lieu avant au moins 2021, Éric Demey pense, lui, qu'il pourrait avoir lieu plus tôt. "Après la reconstitution, je ne vois pas ce qui pourrait y avoir d'autre."

Des vérifications ont dû être faites sur les vingt ans qui se sont écoulés depuis sa première condamnation pour viol avec arme sur mineure, en 1996. Les enquêteurs ont dû vérifier "s'il ne pouvait pas y avoir d'autres infractions, mais rien n'a pu être trouvé".

Une autre enquête

Enfin, concernant l'enquête ouverte en mai 2018 pour exhibition sexuelle, Me Demey estime qu'"il n'y aura rien du tout là-dessus". À l'époque, un témoin entendu par les enquêteurs avait affirmé avoir vu David Ramault s'exhiber dans un bus devant des adolescents quelques jours avant le meurtre.

"Dans le cadre de son métier de chauffeur de bus, il y avait une caméra qui le filmait non-stop" rappelle Me Demey, qui précise qu'"avant les faits, aucune plainte n'avait été déposée contre lui."

https://france3-regions.francetvinfo.f ... e-son-avocat-1662009.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/04/2019 12:05  Mis à jour: 28/04/2019 12:05
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Un an après le meurtre de la petite Angélique : «Toute notre vie, on aura ce vide»(Corinne Six, sa maman et Anais Six la soeur d'Angelique)...
Un an après la mort d’Angélique Six, 13 ans, violée et tuée à Wambrechies (Nord) par un récidiviste, sa mère et sa sœur se confient.
Leur douleur se niche dans ces phrases suspendues. Dans les larmes qui coulent, muettes, quand il s’agit d’évoquer l’absence. Le 25 avril 2018, leur fille et petite sœur, Angélique Six, 13 ans, enfant de Wambrechies (Nord), disparaissait. L’effroi. Les vaines recherches. Puis l’horreur. Le corps sans vie retrouvé dans un bois. Violé et meurtri.

Très vite, la police arrête un voisin, David Ramault, un père de famille de 45 ans. Insoupçonnable et pourtant. Il est un homme au lourd passé judiciaire, déjà condamné pour viol sur mineure vingt-deux ans auparavant. En garde à vue, il avoue. Tout. En détail.

Image redimensionnée



Un an après, Corinne Six, 53 ans, la maman d’Angélique, et Anaïs, 22 ans, son aînée, ont accepté de se confier. Le père, Frédéric, n’a pu venir mais leur parole vaut pour les trois tant ils s’expriment « à l’unisson », relève leur avocate Me Audrey Jankielewicz. La rencontre se déroule dans son cabinet, à Lille. Ce même après-midi, sait-on, David Ramault, incarcéré à l’isolement depuis le 28 avril 2018, doit être entendu sur les faits par les juges d’instruction – son premier interrogatoire au fond. Mis en examen pour séquestration, viol et meurtre sur mineure de 15 ans, ce père de famille de 46 ans, chauffeur de bus, avait déjà été condamné pour viol avec arme sur mineure en 1996.

«Ils veulent savoir»
L’avocate confirme et déplore : « Un an après, compte tenu de l’engagement initial du procureur de la République de Lille à ce que l’enquête avance vite, c’est extrêmement long. Et eux attendent. Ils veulent savoir, à la seconde près, comment cela s’est passé. Comment Angélique est partie. Ce qu’elle a vu en dernier… » Elle souligne : « Il n’y aura que sa version, et on le sait depuis le début. Et c’est pour cela qu’il était important qu’il soit interrogé vite. » Corinne et Anaïs Six acquiescent : « On attend. Et ça fait long. » Voici leurs mots.

Comment vous portez-vous ?

CORINNE ET ANAÏS SIX. « On vit au jour le jour. On est resté là où l’on vivait, dans notre quartier. On nous a proposé de déménager mais nous avons dit non, par choix. Il y a tous les souvenirs… Il y a les voisins, les amis… On est toujours très soutenus.

Pourquoi prendre la parole ?

Parce qu’il ne faut pas oublier Angélique. Parce que la justice est lente. Parce qu’il faut que les lois changent, en ce qui concerne la récidive des délinquants sexuels. Il y a des disparitions tous les jours, Angélique n’était pas la première et ne sera pas la dernière. Il faut que les choses bougent. Il faut plus de suivi après une condamnation. Et pas seulement une obligation de confirmer une adresse pour un fichier une fois par an.

Personne, à Wambrechies, ne connaissait le passé de David Ramault ?

Non. Sinon on aurait fait beaucoup plus attention… Au moins il serait bien que les autorités locales soient informées. Le maire, les écoles… À son travail aussi (NDLR : de chauffeur de bus), qu’un casier judiciaire soit demandé. Parce qu’il transportait des enfants. Sa femme faisait partie de l’association de l’école et parfois il aidait. Des personnes comme ça, il ne faut pas qu’elles s’approchent des enfants. Et ça il faut que ça change.

C’est à la télévision, en écoutant une conférence de presse du procureur, que vous aviez appris les circonstances de la mort d’Angélique…

Oui, à la télévision, tout… Nous l’avons très mal pris. Ce qui nous a choqués surtout, ce sont les détails… Plus tard, le procureur nous a reçus. Il s’est excusé, il pensait que la police était venue, c’était ce qui était convenu. Il ne savait pas que nous n’étions pas au courant.

La publication d’extraits d’une lettre de David Ramault à son avocat vous a également bouleversés…

Oui. C’est paru le jour de la fête des mères. Nous n’avons pas compris. Était-ce fait exprès pour nous toucher ? Pourquoi son avocat laisse sortir ça, qui l’enfonce ? Il dit qu’il a hésité « entre l’eau et le feu » (NDLR : pour faire disparaître le corps). Ça, ça reste gravé. Ce qu’il a dans la tête, c’est encore pire que ce qu’on imaginait.

L’enquête vous a-t-elle apporté des réponses ? Sur son absence de récidive, a priori, durant vingt-deux ans notamment ?

Sur ce point pour l’instant non. Sinon oui, nous avons eu quelques réponses, surtout sur qui il était… Mais nous attendons plus. Il a raconté le pire, mais il y a des choses qu’il ne dit pas. Nous ne savons toujours pas où sont les affaires d’Angélique, ses vêtements, son téléphone portable. Son téléphone, on aimerait bien le récupérer. Il y avait sa vie dedans, des petites vidéos avec ses copines, tout ça. Il va aussi y avoir une reconstitution. On sait que ça va être compliqué de l’avoir en face de nous.

Quand avez-vous su qu’il était le suspect ?

Anaïs. Quand j’étais à la PJ le 29 avril au matin. Je l’ai reconnu. Je me suis écroulée. On pensait à un inconnu. Pas à un voisin qui avait habité des années dans le même immeuble. Il était simple, normal, il sortait au parc avec ses enfants… Il cachait bien son jeu.

Comment avez-vous réagi quand sa femme s’est constituée partie civile (NDLR : ce qui a été rejeté) ?

Corinne. J’étais en colère. Pour moi, elle était au courant de son passé. Elle savait où elle mettait les pieds. Elle n’a perdu personne ! Elle ne peut pas se mettre à ma place. J’ai perdu ma fille ! Elle perdrait un enfant, elle saurait. Surtout… La violence…

Voulez-vous dire quelques mots d’Angélique ?

Angélique, c’était la joie de vivre. Un sourire. Elle avait toujours besoin de nous… Un câlin, un bisou… C’est pour ça qu’on a su tout de suite que ce n’était pas une fugue. On a senti tout de suite que quelque chose n’allait pas… Notre vie a changé complètement. Il y a un vide. Toute notre vie on aura ce vide.

Un procès se tiendra, qu’en espérez-vous ?

Pour l’instant, il n’est que « présumé ». Nous voulons qu’il soit coupable et condamné. Qu’il paye pour ce qu’il a fait.

Une émotion toujours très vive
À Wambrechies (Nord), l’émotion reste très vive. À la demande de ses parents et de sa sœur, une marche d’hommage est organisée ce dimanche depuis leur quartier de l’Agrippin jusqu’au cimetière. Mercredi, le square où elle jouait tant et où David Ramault l’a convaincue de le suivre, sera rebaptisé de son nom. La solidarité autour de la famille, implantée dans cette commune depuis des générations, reste forte. Une association (le sourire d’Angélique) s’est créée, pour relayer leur souhait : « Faire changer les lois sur la récidive. »<

http://www.leparisien.fr/faits-divers ... de-27-04-2019-8061738.php
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/04/2019 19:24  Mis à jour: 27/04/2019 19:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d'Angélique Six : un an après le drame, où en est l'enquête ? La famille de la petite fille s'impatiente…
"Ils ont vraiment cru que ça irait vite." Un an après la mort d'Angélique Six, ses proches sont toujours dans l'attente. David Ramault "a reconnu les faits en garde à vue" rappelle leur avocate Me Audrey Jankielewicz, "alors pourquoi ça doit prendre autant de temps ? Ça suspend beaucoup de choses dans leur deuil." Et de préciser : "Il y a eu des détails sur lesquels il ne s'est pas expliqué, des détails qui ont leur importance pour la famille."
De nombreux hommages
Le 1er mai, David Ramault est mis en examen pour séquestration, viol et meurtre de l'adolescente de 13 ans. Plus de 3000 personnes se rassemblent à Wambrechies pour une marche blanche et plusieurs personnalités rendent hommage à Angélique, dont le footballeur Neymar (la jeune fille était supportrice du PSG) ou encore le chanteur Kendji Girac
Image redimensionnée

Un an plus tard, David Ramault, toujours incarcéré à Sequedin, n'a "pas été entendu sur les faits" rappelle Me Jankielewicz, qui estime toutefois que "ça ne saurait tarder". "À ce point là, un an après les faits, ce n'est pas du tout satisfaisant".


Pas de procès avant 2021 ?
Ceci dit, "pendant toute cette période, il ne s'est pas rien passé : il y a eu une enquête de personnalité, il a vu des experts psychologiques, des experts psychiatriques." David Ramault a bien rencontré les juges d'instruction, mais une succession d'imprévus a empêché son audition : "par exemple, il n'y avait pas d'escorte pour aller au tribunal".

On sait que la justice est lente, mais pour l'avocate ce délai pose le problème de la mémoire. "Il devrait y avoir une reconstitution avant cet été, le délai est à peu près d'un an."

Malgré les aveux de David Ramault, l'enquête est en tout cas loin d'être terminée. "La première chose que les juges d'instruction ont dû faire, c'est de vérifier ses déplacements" depuis sa première condamnation pour viol avec arme et agression sexuelle sur une fille de 12 ans en 1996. "Est-ce qu'il a pu être en sommeil pendant aussi longtemps ?" s'interroge Me Jankielewicz. "Il restera, selon ce qui va se dire, des vérifications à faire".

Pour ces raisons, et à cause de la saturation des Cours d'assises du Nord, le procès ne devrait pas se tenir avant au moins 2021, estime-t-elle. Deux ans pendant lesquels les proches d'Angélique Six devront retenir leur souffle.

https://france3-regions.francetvinfo.f ... -est-enquete-1660551.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 25/04/2019 16:38  Mis à jour: 25/04/2019 16:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique Six: Une marche en hommage à l'adolescente de 13 ans tuée il y a un an à Wambrechies est organisée ce dimanche 28/04/2019.
"Marche en mémoire d'Angélique". C'est ainsi qu'est titrée l'invitation publiée par l'association "le sourire d'Angélique".

Cette marche en sa mémoire est organisée ce dimanche 28 avril 2019.
Le rendez-vous est fixé à 14 h au square de l’Agrippin, rue Braine le Château à Wambrechies (près de Lille dans le Nord). Le cortège se rendra au cimetière pour un moment de recueillement.



https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/05/2018 22:02  Mis à jour: 28/05/2018 22:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Par la voix de son avocate, la famille d’Angélique Six brise le silence...
« L’indécence ajoutée à l’horreur. » C’est ainsi qu’Audrey Jankielewicz, l’avocate des parents et de la sœur d’Angélique, tuée et violée le 25 avril, qualifie la longue lettre écrite depuis sa prison de Sequedin par David Ramault, le meurtrier présumé, et révélée ce week-end. Une « stratégie de défense » qu’elle regrette : « Il n’a vraiment aucun égard pour la famille d’Angélique, fulmine Me Jankielewicz. Ce n’est pas une lettre pour se répandre en excuses. Avant de penser à lui, il pourrait penser aux conséquences… »


Depuis un mois et la découverte du corps d’Angélique, 13 ans, dans la nuit du 28 au 29 avril, la famille Six s’astreint au silence, de même que son avocate. « Mais depuis hier (dimanche), ils sont vraiment en colère, insiste cette dernière. À eux, on leur demande d’attendre, le temps que la procédure se poursuive. Et lui, pendant ce temps, il se répand dans la presse ! »

Alors que les projecteurs se braquent sur le meurtrier présumé, et après la vague d’émotion qui a parcouru la ville de Wambrechies au moment des faits, la famille Six souhaiterait aujourd’hui, selon l’avocate, « qu’on n’oublie pas Angélique ».

Désormais, « ce qu’ils veulent, appuie Me Jankielewicz, c’est savoir. Connaître la vérité. Comment ça a pu se passer ? Pourquoi Angélique ?… »

http://lavdn.lavoixdunord.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/05/2018 11:28  Mis à jour: 27/05/2018 11:28
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique : David Ramault a écrit une lettre d'explication...
Image redimensionnée

C'est la première fois qu'il s'exprime sur les faits, par l'intermédiaire de son avocat. Par une longue lettre, écrite sur de multiples feuilles blanches, David Ramault, poursuivi pour le meurtre d'Angélique Six, revient sur les faits, et le contexte.

Plana Radenovic, notre consoeur du JDD, a pu se procurer cette longue lettre. Dans laquelle il tente de donner une explication à ce geste tragique. "Je ne peux plus cacher ça [ce viol]", explique-t-il. David Ramault se trouve "dégueulasse", dit regretter.

Détails morbides

Le Wambrecitain donne ensuite moult détails sur les minutes et les heures qui ont suivi le meurtre. Alors qu'il tente de se débarrasser du corps, il explique manipuler "délicatement" la victime, mais "n'achète pas la bonne pelle".

Alors, retour auprès de sa famille, auquel il veut se confier mais il y renonce "en voyant ses fils à l'arrière de la voiture". "C'est l'enfer des mensonges qui commence."


Contestations

Dans cette lettre, le meurtrier présumé s'attache en revanche à démentir deux éléments de l'enquête. D'abord, il nie formellement avoir une quelconque appétence pour les sites ponographiques.

Ensuite, il conteste le témoignage selon lequel il aurait été surpris en train de s'exhiber dans un bus - alors qu'il était chauffeur. Une enquête préliminaire a été ouverte pour ces faits d'exhibition sexuelle.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/05/2018 11:13  Mis à jour: 17/05/2018 11:13
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique : Des fichiers pédopornographiques se trouvaient sur l’ordinateur de David Ramault.
La découverte a été faite par les enquêteurs de la police judiciaire.

David Ramault qui a reconnu et qui est incarcéré pour le viol et le meurtre de la petite Angélique Six, a supprimé des fichiers pédopornographiques qu’il détenait sur son ordinateur.

Les policiers ont fait la découverte après avoir analysé l’ordinateur du présumé coupable, qui avait été saisi à son domicile révèle BFMTV.

David Ramault a été mis en examen pour « séquestration de mineur de 15 ans pour faciliter un crime ou un délit », « viol sur mineur de 15 ans » et « meurtre sur mineur de 15 ans » et placé en détention provisoire.

https://actu17.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/05/2018 19:12  Mis à jour: 13/05/2018 19:12
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique : : David Ramault a «conscience que sa vie est finie».
Le tueur présumé de la fillette est incarcéré à l'isolement depuis ses aveux et a, selon son avocat, conscience que sa «vie est finie». Sa femme, effondrée, a quant à elle décidé de se constituer partie civile, et de lancer une procédure de divorce.

Mis en examen pour «séquestration», «viol», et «meurtre sur mineur de moins de 15 ans», David Ramault serait parfaitement conscient que sa «vie est finie», selon son avocat Me Éric Demey interrogé dans Le JDD. Le corps d'Angélique, une fillette de 13 ans, avait été découvert dans la nuit du 29 au 30 avril près de Lille trois jours après sa disparition. Interpellé à la sortie de son travail, ce chauffeur de bus avait rapidement avoué avoir tué la jeune fille, avant d'abandonner son corps dans la forêt. Il encourt la perpétuité.

«Il ne se plaint pas de ses conditions de détention, il trouve ça normal. Il a conscience que sa vie est finie», a déclaré son avocat au journal . Il a d'abord été placé en isolement à la prison de Sequedin (Nord), à la fois pour le protéger de lui-même et des autres. De lui-même, parce qu'il avait déjà confié son envie d'en finir à son avocat. Des autres, parce que les «pointeurs» (violeurs d'enfants, ndlr) n'ont pas bonne réputation en prison et qu'il entendait insultes et menaces à travers les fenêtres et les portes. Chaque heure, les surveillants jetaient un oeil à travers l'œilleton, pour vérifier qu'il était toujours en vie.

Toujours seul, en promenade comme en cellule, il ne recevait aucune visite, hormis celle de son avocat, et passait la majorité de son temps à écrire. «Tout ce qu'il lui reste, c'est un travail psychologique pour comprendre», explique, là encore, Me Demey. Il a été transféré mardi dans une prison-hôpital de Seclin, l'Unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA), pour suivre un traitement psychiatrique.
«Toute leur vie s'est effondrée»

Sa femme assure quant à elle que sa «vie s'est effondrée». Cette mère de deux enfants, qu'elle a eu avec David Ramault, n'arriverait toujours pas à comprendre comment son mari a fait pour lui cacher la vérité depuis leur rencontre en 2000. À cette époque, alors qu'il avait été condamné pour agressions sexuelles et viol avec un couteau sur une mineure, David Ramault avait prétendu qu'il était coupable d'une «agression sexuelle sur mineure, mais que la fille paraissait plus vieille, et qu'elle semblait consentante», affirme Me Hervé Corbanesi, l'avocat de la femme de l'accusé. Ils s'étaient mariés deux ans plus tard, sans qu'elle ne se doute de rien.

Pour parvenir à comprendre, elle a donc décidé de se constituer partie civile, afin d'avoir accès au dossier pénal, selon RTL. Elle serait prête à collaborer avec la justice pour que la culpabilité de son mari soit établie. Une décision qu'elle prend pour elle, mais surtout «pour ses enfants, et notamment l'aîné, qui connaissait la victime». Du même âge qu'elle, il avait souvent joué avec Angélique lorsqu'ils vivaient dans le même immeuble il y a deux ans. Selon Me Hervé Corbanesi, elle souhaiterait également enclencher une procédure de divorce pour faute. «Lætitia est totalement anéantie. Elle réalise qu'elle a vécu pendant près de vingt ans et eu deux enfants avec un étranger», expliquait-il au Figaro début mai. «Toute leur vie s'est effondrée en quelques instants. C'est d'une violence inouïe.»

Le domicile de la famille, à Wambrechies, a été la cible de dégradations volontaires début mai, la poussant à porter plainte pour dégradations. Son avocat annonçait alors qu'une autre plainte pourrait être déposée après que des photos de la famille, accompagnées d'insultes et de menaces, ont circulé sur les réseaux sociaux. «Plus jamais ils ne retourneront à Wanbrechies», a-t-il précisé au JDD.

http://www.lefigaro.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/05/2018 13:17  Mis à jour: 10/05/2018 13:17
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique : Une avocate dénonce : «Il vaut mieux violer un enfant que de vendre du shit en France»!!!( Vidéo)
Invitée le 30 avril à l'émission Radio Brunet sur RMC, l'avocate pénaliste Marie Grimaud, a multiplié les accusations contre une justice trop laxiste envers les agressions sexuelles sur des enfants en France, notamment sur le suivi des condamnations.

our l'avocate pénaliste Marie Grimaud, invitée le 30 avril de l'émission Radio Brunet sur RMC, la France ne sait pas protéger ses enfants des pédophiles, notamment en ce qui concerne le suivi des personnes déjà condamnées. Pointant une justice laxiste, la magistrate, qui n'a pas mâché ses mots, a lancé en début d'émission : «Il vaut mieux violer un enfant que de dealer ses grammes de shit dans la rue. La sanction est beaucoup plus lourde pour le dealer que pour celui qui viole un enfant. C'est une réalité, il est grand temps de l'affronter et peut-être que nous aurons moins de drames comme celui d'Angélique».

Une référence à Angélique, une adolescente de 13 ans violée et assassinée le 25 avril dans la commune de Wambrechies, près de Lille, par un homme déjà condamné en 1996 pour «viol avec arme», «attentats à la pudeur aggravés» et «vol avec violence». L'homme qui a été interpellé, et qui a tout avoué aux enquêteurs, était inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS). Il n'était pas soumis à une obligation de soins, a précisé le procureur de Lille. Depuis, le suspect «respecte globalement les obligations que cette inscription entraîne, c'est-à-dire une présentation tous les ans aux services de police et le signalement de ses changements d'adresse».

Des décisions juridiques trop légères

Pour Marie Grimaud, avocate référente de l'association Innocence en danger, «la France est l'Eldorado des pédophiles». Expliquant que la culture judiciaire française est très attachée à la préservation des libertés fondamentales dont celle du droit à l'oubli, l'avocate a assuré que la plupart des condamnations dans les affaires de pédophilie relevaient du sursis. Des magistrats qui prennent des décisions «qui ne sont pas à la hauteur de la gravité des faits», selon l'avocate. De plus, elle dénonce un manque criant de suivi socio-judiciaire des pédophiles condamnés. Ceux-ci peuvent être tenus pendant 20 années à un suivi auprès d'un psychiatre ou d'un psychologue. Dans les affaires les plus graves des cours d'assises, les magistrats pourraient ordonner un suivi socio-judiciaire «mais il est rarement prononcé, et quand il est prononcé c'est sur 5 ans», s'est indigné Marie Grimaud ajoutant : «Notre arsenal juridique permet une prise en charge très dure, mais nous avons des décisions qui ne suivent pas.» Pour l'avocate, une nouvelle loi consécutive à l'affaire Angélique ne servirait à rien : «Ce n'est pas une question de loi, c'est une question de mentalité». Une mentalité portée par des «magistrats qui sont à côté de leurs pompes», selon Marie Grimaud.

Quand vous avez des magistrats qui estiment qu'un enfant de cinq ou six ans peut éventuellement consentir à un rapport sexuel et qu'ils vont relaxer des individus pour cela, c'est que nous avons un problème dans la formation de nos magistrats



Une seconde chance pour les pédophiles

L'avocate a également battu en brèche «le principe de la seconde chance» qui n'existe pas dans les textes de loi mais qui est bien présent selon elle. «Comme si quelqu'un qui allait passer à l'acte sur un enfant pouvait avoir une seconde chance, s'est elle exclamée. C'est bien mal connaître ce qu'est la réalité de la pédophilie». Pour l'avocate, «une fois qu'on est pédosexuel, c'est-à-dire actif dans sa pédophilie, une fois que le premier passage à l'acte a été fait, la récidive est au bout du chemin».

https://francais.rt.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/05/2018 13:01  Mis à jour: 10/05/2018 13:01
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique : Le meurtrier présumé d’Angélique transféré en unité psychiatrique.
Ce mardi 8 mai, David Ramault a quitté la maison d’arrêt de Sequedin, où il était placé à l’isolement depuis son arrivée le lundi 30 avril, pour être transféré à l’UHSA de Seclin, nous a-t-on indiqué ce mercredi soir, confirmant une information du Journal du dimanche. Le meurtrier présumé d’Angélique Six, le 25 avril à Wambrechies, n’aurait, selon nos informations, pas tenté de mettre fin à ses jours ; c’est plutôt l’état psychologique du père de famille, chauffeur de bus chez Transpole, qui aurait nécessité ce transfert.

L’UHSA, une structure ouverte en 2013 et qui dépend à la fois de la maison d’arrêt de Sequedin et du CHRU de Lille, accueille des prisonniers souffrant de troubles psychologiques. « Je n’ai pas rencontré un monstre froid, mais un homme bouleversé qui a conscience de l’abomination de ce qu’il a fait », nous avait confié son avocat, MeÉric Demey, au moment de la mise en examen de son client pour séquestration, viol et meurtre sur mineure de moins de 15 ans. Cette « conscience » des faits pourrait expliquer la fragilité psychologique du meurtrier présumé d’Angélique Six.

http://lavdn.lavoixdunord.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/05/2018 16:39  Mis à jour: 05/05/2018 20:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Obsèques d'Angélique Six : "Chaque jour, tu nous manqueras"…( Vidéo)
Des centaines des personnes ont assisté samedi à l'enterrement de l'adolescente violée et tuée par un ancien voisin.



Plusieurs centaines de personnes ont assisté aux funérailles de la jeune fille, tuée le 25 avril dernier. "Elle est le symbole d’un cœur arraché à notre ville", a déclaré l'adjoint au maire.
L'émotion après la stupéfaction. De nombreuses personnes sont venues rendre un dernier hommage à d'Angélique, 13 ans, violée et tuée le 25 avril par un ancien voisin. L'église de Wambrechies, dans le Nord, d'où elle était originaire, était pleine et plus de deux cent personnes ont suivi la cérémonie sur le parvis, grâce à des hauts-parleurs. "Elle est le symbole d’un cœur arraché à notre ville, comme si une partie de nous-mêmes avait été volée, détachée à jamais", explique, émue, le premier adjoint au maire de la ville.

Passionnée de football. L'oncle de la jeune fille a également pris la parole durant la cérémonie, retraçant le portrait d'une adolescente pleine de vie, passionnée de musique, fan de football et de Neymar. "Chaque jour tu nous manqueras", a-t-il conclu. Des applaudissements spontanés se sont élevés à la fin de la cérémonie, lors de la sortie de la famille, entourant le cercueil blanc. "Je ressens parfaitement ce que les parents ressentent, je suis de tout cœur avec eux", déclare au micro d'Europe 1, une habitante de la ville.

Cagnotte pour la famille. Au terme d'une cérémonie d'une heure et demie, le cortège a ensuite pris la direction du cimetière, pour une inhumation dans la plus stricte intimité. La solidarité a aussi pris la forme d'une cagnotte en ligne pour la famille qui a déjà permis de réunir 15.000 euros.

http://www.europe1.fr

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/05/2018 15:21  Mis à jour: 05/05/2018 15:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique : Meurtre d'Angélique: "La France est l'eldorado des pédophiles" ( Vidéo).


Selon l'avocate pénaliste Marie Grimaud, invitée ce lundi de Radio Brunet, la France ne sait pas protéger ses enfants des pédophiles, notamment en ce qui concerne le suivi des personnes déjà condamnées.

"La France est l'eldorado des pédophiles, dénonce ce lundi dans Radio Brunet l'avocate pénaliste Marie Grimaud, référence de l’association Innocence en danger (IED). Parce que la sanction judiciaire, lorsqu'elle existe, est bien moindre. Je le répète, aujourd'hui mieux vaut violer un enfant que de dealer du shit dans la rue. La sanction est beaucoup plus lourde pour le dealer que pour le violeur d'enfants. C'est la réalité, il est grand temps de l'affronter et peut-être pourront nous éviter des drames comme celui d'Angélique".

"Une sanction plus lourde pour le dealer que pour le violeur d'enfant".

Pour Marie Grimaud, il y a un manque criant de suivi socio-judiciaire des pédophiles condamnés. "Si vous avez commis un viol sur un enfant, vous pouvez, après votre peine, être tenu pendant 20 années à un suivi auprès d'un psychiatre ou d'un psychologue.

Lorsqu'il s'agit d'un délit, sans pénétration, vous êtes assigné à un suivi pendant 10 ans.

Dans les affaires les plus graves des cour d'assises, les magistrats pourraient prononcer ce suivi socio-judiciaire mais il est rarement prononcé, et quand il est prononcé c'est sur 5 ans. Notre arsenal juridique permet une prise en charge très dure, mais nous avons des décisions qui ne suivent pas".

"Des magistrats à côté de leurs pompes"

Et l'avocate de pointer du doigt les magistrats. "Ce n'est pas une question de loi - parce que nous avons des politiques qui ne savent répondre que par la loi, ni de moyens, mais de mentalité.
Or cette mentalité est portée par des magistrats qui sont à côté de leurs pompes.
Quand vous avez des magistrats qui estiment qu'un enfant de 5 à 6 ans peut éventuellement consentir à un rapport sexuel et éventuellement relaxer des individus pour cela, c'est que nous avons un problème dans la formation de nos magistrats. C'est ce que j'appelle la gouvernance des juges, qui va en deçà de ce que la loi prévoit".
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/05/2018 15:01  Mis à jour: 05/05/2018 15:01
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique : une autre enquête ouverte contre David Ramault pour exhibition sexuelle
Une enquête préliminaire pour exhibition sexuelle a été ouverte à l'encontre de David Ramault, déjà mis en examen pour le viol et le meurtre de la petite Angélique à Wambrechies.

David Ramault, 45 ans, a été mis en examen dans la nuit de lundi à mardi et placé en détention provisoire pour la séquestration, le viol et le meurtre de l'adolescente âgée de 13 ans, dont le corps a été retrouvé dimanche dans un bois à Quesnoy-sur-Deûle.

"Une enquête préliminaire distincte" pour exhibition sexuelle a été ouverte, a indiqué vendredi soir le procureur de la République de Lille, Thierry Pocquet du Haut-Jussé.

Selon BFMTV, un témoin entendu par les enquêteurs a affirmé l'avoir vu s'exhiber dans un bus devant des adolescents quelques jours avant le meurtre.

Le 25 avril à Wambrechies, Angélique avait suivi chez lui David Ramault, un ancien voisin, qui prétextait avoir des objets à lui remettre pour ses parents.

Ce père de deux enfants, chauffeur de bus, a avoué l'avoir alors violée puis étranglée. Il a caché ensuite son corps dans un bois.

Son avocat a souligné qu'il regrettait son crime, parlant d'"un homme complètement effondré, hagard, abasourdi, en larmes", lors de leur rencontre lundi.

Il avait été condamné en 1996 pour "viol avec arme", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence", et était inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS).

Une marche blanche a rassemblé mardi 3.300 personnes, selon la préfecture. Les obsèques de l'adolescente ont lieu ce samedi matin.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 04/05/2018 14:25  Mis à jour: 04/05/2018 14:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d'Angélique : les anciennes victimes de David Ramault témoignent...
Agressées dans les années 1990, leurs récits révèlent que David Ramault, qui a avoué le viol et le meurtre d'Angélique, employait à l'époque un mode opératoire similaire à chacune de ses attaques.

Les récits sont glaçants. Une semaine après le meurtre d'Angélique, deux anciennes victimes de David Ramault, principal suspect de cette affaire, et la fille de l'une d'entre elles relatent le calvaire qu'elles ont subi pour avoir eu le malheur d'avoir croisé un jour la route de cet homme, en janvier 1994.

À l'époque âgé de 21 ans, il commet trois agressions sexuelles et un viol dans l'agglomération lilloise, sur les communes limitrophes de Marquette-lez-Lille et La Madeleine. Pour les trois premières, il s'attaque à des femmes au moins quadragénaires, auxquelles il impose des attouchements. Il passe un stade supplémentaire lorsqu'il s'en prend à une jeune fille de 12 ans et demi, qu'il viole.

Ce qui frappe d'emblée, c'est le mode opératoire de l'agresseur. À chaque fois, il se déplace en mobylette, un casque intégral sur la tête. Le visage ainsi dissimulé, il surprend ses victimes en arrivant derrière elles. Il les tient en respect avec un couteau qu'il place sur leur gorge, les menace de mort afin qu'elles ne se débattent pas ou ne crient pas pendant qu'il les agresse.

«Si tu cries je te tue»
C'est ce qui est arrivé à Cécile*, qui était âgée de 50 ans, et dont le témoignage a été recueilli par TF1. Elle allait travailler, vers midi, lorsqu'il l'a «attrapée avec un cutter qu'il [lui] a mis sous la gorge. J'ai cru qu'il voulait voler mon sac donc je l'ai jeté. Mais en fait, il a dit qu'il voulait m'emmener sous le pont…» Cécile est alors sauvée par des passants.



Betty, 43 ans au moment des faits, a également réussi à se débarrasser de l'agresseur. Aujourd'hui décédée, c'est sa fille qui raconte à RTL l'agression subie par sa mère. Elle se fait surprendre alors qu'elle se trouve dans une cabine téléphonique. «Elle voulait passer un coup de fil et elle a entendu un bruit, la porte de la cabine téléphonique s'ouvrir. Il avait un casque intégral. Il a pris le couteau et lui a mis sur le côté. Il lui a dit: “Si tu cries je te tue”.»

Alors que David Ramault se livre à des attouchements sur elle, Betty a suffisamment de présence d'esprit pour élaborer le stratagème auquel elle doit peut-être la vie. «Elle lui a dit: “Si vraiment tu veux faire des choses, viens chez moi, mon mari est en déplacement”, et il a dit “ok”. Il a attaché sa mobylette et il a suivi maman jusqu'à la maison, toujours avec le couteau dans le dos.» Une fois arrivée, Betty ouvre la porte et se met à hurler. L'agresseur prend alors peur et s'enfuit. Betty restera marquée par cette agression, prenant des douches tout le temps, n'osant plus sortir de chez elle.

Condamné à 9 ans de prison
Enfin, vient le témoignage de Noémie*, recueilli par La Voix du Nord . Elle n'était qu'une adolescente à l'époque. Elle sortait du théâtre. «Il y a quelqu'un qui est arrivé derrière moi, [qui m'a mis] un couteau sous la gorge. Il avait un casque de moto. Il a essayé de trouver un endroit pour m'emmener tranquillement. Il y avait un chemin de fer à l'abandon, il y avait des murets en moins, il y avait un trou, il m'a emmené dans ce trou-là.» L'agresseur lui dit «de le laisser faire sinon il allait me tuer. Il appuyait sur le couteau au niveau de la gorge […] il appuyait fort.» Elle estime être toujours en vie parce qu'elle s'est «laissée faire»: «Il a voulu faire ce qu'il voulait avec moi et après il est parti.»

Pour ces agressions, David Ramault sera condamné à 9 ans de prison en mars 1996 pour les chefs d'accusation de «viol avec arme», «attentats à la pudeur aggravés» et «vol avec violence». Il sortira en juillet 2000 et ne fera plus parler de lui jusqu'au meurtre d'Angélique, mercredi dernier. Une agression pour laquelle l'homme qui a avoué les faits a changé de mode opératoire. Connaissant l'adolescente, il l'a attirée chez lui sous un prétexte fallacieux, avant de la tuer parce qu'elle se débattait. Comme à l'époque de son procès, il explique aujourd'hui aux enquêteurs que ses actes sont le fruit d'«une pulsion irrésistible» le plaçant dans «un état second».

(*) Les prénoms ont été modifiés
http://www.lefigaro.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/05/2018 14:26  Mis à jour: 03/05/2018 14:26
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique : Les policiers se focalisent sur les 18 années séparant la sortie de prison de David Ramault en mars 2000, et le meurtre d'Angélique.
Meurtre d'Angélique : comment les enquêteurs vont explorer le passé du suspect?

Les policiers vont se focaliser sur les 18 années séparant la sortie de prison de David Ramault en mars 2000, et le viol suivi du meurtre d'Angélique, dont il a avoué être l'auteur.


Dans la commune de Wambrechies, dans le Nord, l'heure est toujours à la stupéfaction. C'est ici qu'habitait Angélique, 13 ans, violée avant d'être tuée, mais également celui qui a avoué le crime. David Ramault était même un voisin de la jeune victime, puisqu'il logeait à deux rues de son immeuble.

Le profil du suspect se dessine peu à peu. L'homme de 45 ans qui a "dit vouloir dire toute la vérité" dès les premières minutes de son audition selon le procureur de la République de Lille, avait déjà été condamné en 1996 pour "viol avec arme sur une mineure de moins de 15 ans", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence".

Placé en détention provisoire en 1994, il était sorti de prison en 2000, sans obligation de soins. Sa condamnation avait entraîné son inscription au fichier des délinquants sexuels et selon le procureur, David Ramault respectait "globalement les obligations" liées à cette inscription. Elles consistaient selon Thierry Pocquet du Haut-Jussé en "une présentation tous les ans aux services de police et le signalement de ses changements d'adresse".

Ses lieux de loisirs passés au peigne fin

La question que se posent désormais les enquêteurs est de savoir si entre son incarcération et le calvaire qu'il aurait infligé à Angélique, le suspect a fait d'autres victimes. Pour faire toute la lumière sur ces 18 ans, les policiers vont ainsi se pencher sur le passé de David Ramault. Selon Le Parisien, ses lieux de vacances et de loisirs vont être passés au peigne fin.

Son entourage professionnel sera interrogé tout comme ses amis et sa famille. D'autre part, les enquêteurs éplucheront "les dossiers et synthèses judiciaires afin de trouver des affaires potentiellement similaires", selon nos confrère principalement dans le nord de la France mais aussi en Belgique et au Luxembourg.

Toujours selon les informations du Parisien, l'Office central pour la répression des violences aux personnes sera prochainement saisi par les juges en charge du dossier. Ce service regroupe toutes les affaires non résolues mais aussi "les séries de crimes tels que les viols".

http://www.rtl.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/05/2018 13:41  Mis à jour: 03/05/2018 13:41
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d'Angélique : une des premières victimes de David Ramault, le principal suspect, raconte son agression.
Selon LCI, qui a consulté le procès-verbal d'audition de l'époque, David Ramault avait reconnu vouloir imposer des attouchements sexuels à cette femme qu'il avait agressée en 1994.

Mis en examen et écroué dans la nuit du lundi 30 avril au mardi 1er mai pour la séquestration, le viol et le meurtre d'Angélique, 13 ans, David Ramault avait déjà commis des agressions dans le passé. En 1996, il avait été condamné pour "viol avec arme", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence", et inscrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles. Jeudi 3 mai, une de ses victimes a livré son témoignage à LCI.

Cette femme, aujourd'hui âgée de 74 ans et que la chaîne appelle Cécile, a été agressée en janvier 1994. Ce jour-là, alors qu'elle se rend à son travail, un homme l'attrape par derrière et lui met un couteau sous la gorge. "J'ai cru qu'il voulait voler mon sac, donc je l'ai jeté, raconte Cécile, mais en fait, il a dit qu'il voulait m'emmener en dessous du pont." Ce sont des passants qui lui viennent en aide et la sauvent.

"C'est impardonnable qu'ils l'aient laissé sortir"
LCI affirme avoir consulté le procès-verbal d'audition de David Ramault, interpellé après cette agression. Selon ce document, il a confirmé aux enquêteurs qu'il ne cherchait pas à voler sa victime, mais à lui imposer des attouchements sexuels. Il dit avoir été pris d'une "pulsion" irrésistible.

Voir ressurgir le nom de son agresseur a choqué Cécile : "C'est impardonnable qu'ils l'aient laissé sortir comme ça, dit-elle, bouleversée. Il faut qu'il soit mis en prison mais qu'il n'en sorte plus."

https://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/05/2018 14:22  Mis à jour: 02/05/2018 14:22
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 "Il faut faire de la protection de l'enfant une priorité" : après le meurtre d'Angélique, l'association Innocence en danger interpelle les politiques
Dans une tribune à franceinfo.fr, la présidente d'Innocence en danger, Homayra Sellier, demande "une véritable impulsion" pour mettre en œuvre des campagnes de prévention.

Le viol et le meurtre d'Angélique, 13 ans, suscite une émotion immense dans tout le pays. David Ramault, 45 ans, qui a avoué le crime, a été écroué dans la nuit de lundi à mardi pour séquestration, viol et meurtre sur mineur de moins de 15 ans.

Ce chauffeur de bus, père de deux enfants, avait déjà été condamné en 1996 pour "viol avec arme", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence". Il était ainsi inscrit au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes. Une récidive qui, 22 ans après ces faits-là, interroge sur le suivi des auteurs d'agressions sexuelles. Homayra Sellier, présidente de l'association Innocence en danger, dénonce le manque criant de moyens destinés à la protection de l'enfance. Elle demande également, dans une tribune sur franceinfo, la mise en œuvre de campagnes de prévention. Elle s'exprime ici librement.

Le cas d'Angélique provoque encore une fois, comme dans le passé, un émoi dans l'opinion publique. Or, il faut se demander ce qui n'a pas fonctionné pour que cette mobilisation citoyenne ne retombe pas comme un soufflé dans quelques jours.

Cet homme a été condamné à neuf ans de prison pour un viol sur mineur avec arme blanche et a été libéré avant d'avoir purgé la totalité de sa peine. Dans ces dossiers, il faut des condamnations plus longues assorties d'une période de sûreté. Remettre des délinquants sexuels en liberté, alors que l'on sait qu'un quart d'entre eux récidivent, qu'un grand nombre passe entre les mailles du filet, est irresponsable.

"Les violences faites aux enfants souffrent d'un déni sociétal coupable et irresponsable en France."
Homayra Sellier

De toute évidence, nous sommes face à un fléau dont les enjeux nous concernent tous. En 2005, l'antenne allemande d'Innocence en danger a lancé une ligne verte avec des partenaires locaux pour inviter les personnes qui ont une attirance sexuelle pour les mineurs et qui souhaitent éviter le passage à l'acte à demander de l'aide. Le premier mois, l'équipe composée d'experts a reçu plus de 700 appels au secours. Depuis près de 6 000 cas ont été traités. Faute d'une véritable impulsion et de volonté politique, nous n'avons pas réussi à mener cette campagne en France.

Manque de moyens
Or, comment faire face à un phénomène complexe avec un manque criant de moyens ? La protection des enfants coûte près de 9 milliards d'euros par an aux contribuables sans qu'à aucun moment il n'y ait une chaîne de responsabilités définie. On ne peut dissocier cette question de celle qui concerne le fonctionnement de la justice en France, l'enfant pauvre de l'Europe dans le budget par habitant.

"A cet égard, nous suggérons pour financer des programmes de prévention et d'éducation, que l'on ponctionne dans les dépenses publiques futiles, comme l'allumage de la tour Eiffel qui coûte 1,12 million d'euros par an."
Homayra Sellier

Arrêtons de larmoyer et déplorer. Il faut également rendre obligatoire la consultation du fichier FIJAISV par toutes les entités et les entreprises qui embauchent des personnes à des postes en contact avec des enfants. Sa non-consultation doit être une infraction et punissable par la loi. Pour le moment, l'inscription à ce fichier n'est pas automatique et toute personne condamnée à des peines de moins de 5 ans ne figure pas dans ce fichier.

Absence de prévention
Aujourd'hui, il n'y a aucune campagne d'éducation et de prévention à l'attention des enfants.

"Nous sommes à l'aune d'un tournant décisif. Il faut que les autorités décident si oui ou non la protection des mineurs est une priorité. Non pas dans les discours, mais dans les actes."
Homayra Sellier

Il faut oser remettre en question ce qui n'a pas marché par le passé : ayons le courage de revoir cette question au-delà des déclarations creuses. Ayons l'humilité de reconnaître la méconnaissance des responsables sur la question. Exigeons de nos responsables politiques de faire de la protection des enfants une priorité.


https://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/05/2018 11:44  Mis à jour: 02/05/2018 11:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Les enquêteurs vont décortiquer la vie du violeur et meurtrier présumé d’Angélique depuis ses premiers abus sexuels commis en 1994.
David Ramault, le violeur et meurtrier présumé d’Angélique, 13 ans, a-t-il pu commettre d’autres crimes ?

Le suspect qui a été mis en examen lundi pour « séquestration, viol et meurtre d’un mineur de 15 ans en récidive légale » fait désormais l’objet de tous les soupçons. Son passé va se retrouver au cœur de la commission rogatoire délivrée par les deux juges chargés du dossier. Dans les semaines et mois à venir, les enquêteurs vont remonter les 18 ans qui séparent la sortie de prison de David Ramault, en mars 2000, à la tragédie de ce week-end.

Les policiers vont revenir sur les lieux de vacances et de loisirs fréquentés par le meurtrier présumé d’Angélique, interroger son entourage professionnel, amical et familial à la recherche d’éventuels abus sexuels, éplucher les dossiers et synthèses judiciaires afin de trouver des affaires potentiellement similaires. Dans le nord de la France, mais aussi dans les pays limitrophes comme la Belgique et le Luxembourg…

Une réunion stratégique doit avoir lieu ce mercredi entre les magistrats et les policiers de la Direction interrégionale de la police judiciaire de Lille (DIPJ). Selon nos informations, les juges vont aussi saisir l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), service spécialisé dans les homicides non résolus, les fameux cold case, ou les séries de crimes tels que les viols.
Un homme déjà condamné pour le viol d’une fillette

En 1996, David Ramault avait été condamné à neuf ans de prison pour viol avec arme blanche sur une fillette de 12 ans alors qu’il avait 20 ans, mais aussi pour agressions sexuelles sur deux femmes quadragénaires. La plus jeune va être contactée par les enquêteurs.

Le compte rendu du chroniqueur judiciaire local publié ce lundi par la Voix du Nord est saisissant à la lumière du drame d’aujourd’hui. « L’accusé les choisissait en circulant à cyclomoteur et casqué, le couteau à cran d’arrêt prêt à menacer, agressant des femmes de préférence quadragénaires avant de parvenir à libérer ses pulsions (par opportunité ?) sur une fillette qui n’était âgée que de 12 ans », rapporte à l’époque le journaliste.

Lors de l’audience, David Ramault parlait d’« une pulsion irrésistible ». C’est aussi l’explication qu’il a livrée en garde à vue ce week-end pour justifier son passage à l’acte, 18 ans plus tard. À sa sortie de prison, David Ramault n’avait fait l’objet d’aucune obligation de soins.

http://www.leparisien.fr/

Le reconnaissez vous ?
Image redimensionnée
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/05/2018 09:50  Mis à jour: 02/05/2018 09:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d'Angélique Six : "On va se battre", assure Anaïs, sa grande sœur . (Vidéos)


INTERVIEW - Anaïs Six s'est confiée devant les caméras de TF1 et LCI, après la marche blanche organisée en hommage à sa soeur, tuée le mercredi 25 avril à Wambrechies, dans le Nord. Elle y parle de sa "haine", de son incompréhension et de sa douleur.

02 mai 07:03 - La rédaction de LCI https://www.lci.fr/

"On dormait ensemble, on faisait toujours tout ensemble. On se disait tout, on était très fusionnelles. J'ai longtemps été toute seule, donc quand j'ai appris, j'en avais pleuré".

Après la marche blanche en mémoire de sa petite sœur, de huit ans sa cadette, au cour de laquelle elle a rendu un bouleversant hommage à cette dernière, Anaïs Six a longuement répondu aux questions de TF1 et LCI. Et est revenue sur les relations qu'elle entretenait avec la jeune adolescente, tuée mercredi 25 avril. "D'Angélique, je retiens le sourire. Il lui fallait pas grand chose pour être heureuse. J'aurais tout donné pour qu'elle soit là, j'aurais donné ma vie pour elle."


Anaïs, la grande soeur d'Angélique : "On était fusionnelles"

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/05/2018 16:30  Mis à jour: 01/05/2018 16:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Meurtre d’Angélique.VIDEO. "Quand elle a commencé à se débattre, il a su qu’il fallait la tuer" : le récit glaçant du calvaire d'Angélique.
Le procureur de la République de Lille, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, est revenu en détail sur le viol puis le meurtre d'Angélique Six, lors d'une conférence de presse, lundi 30 avril. Attention, certains passages de son intervention peuvent choquer.



"Il a eu envie d’elle." Le procureur de la République de Lille a livré, lundi 30 avril, un récit glaçant du meurtre de la petite Angélique. Thierry Pocquet du Haut-Jussé a d'abord évoqué le passé judiciaire du suspect, un homme de 45 ans voisin de l'adolescente de 13 ans.


"L'individu a été condamné le 26 mars 1996 pour viol avec armes sur mineur de moins de 15 ans et deux agressions sexuelles sur des femmes d'une quarantaine d'années", a-t-il indiqué, pour des faits commis en janvier 1994.

Des pilules contre les troubles de l'érection
Puis le procureur a précisé les circonstances du drame avec force détails, s'appuyant sur les aveux du suspect. Après avoir absorbé des pilules contre les troubles de l'érection, l'homme aurait consommé de la bière. C'est en sortant de chez lui "pour prendre l'air" qu'il serait passé devant le jardin où se trouvait l'adolescente ainsi qu'un petit garçon.

C'est à ce moment que l'homme affirme avoir eu envie de la jeune fille. Prétextant vouloir offrir un cadeau aux parents de celle-ci, il serait alors parvenu à emmener Angélique chez lui. Là, il lui aurait offert à boire puis aurait engagé la conversation avec elle, lui posant des questions de plus en plus intimes.

L’adolescente aurait alors cherché à partir, et aurait crié. Il l’aurait maintenue de force et commencé à la déshabiller. Il l’aurait enfermée dans les toilettes avec lui. A ce moment, selon ses déclarations, il l’aurait forcée à une "fellation" et imposé des "pénétrations digitales", avant d’étrangler la fillette avec son propre pantalon. "Quand elle a commencé à se débattre, il a su qu’il fallait la tuer", rapporte le procureur.

https://www.francetvinfo.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/04/2018 17:06  Mis à jour: 30/04/2018 17:06
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4672
 Angélique, 13 ans, a été séquestrée et violée avant d’être tuée : le terrible récit du procureur.
Un peu moins de deux jours après les aveux de David R., le procureur de la République Thierry Pocquet du Haut-Jussé, a donné des détails ce lundi sur les circonstances du décès de la petite Angélique, retrouvée morte samedi soir à Wambrechies, près de Lille.e

David R., 45 ans, devait être présenté ce lundi après-midi au parquet pour « séquestration de mineur de moins de 15 ans en vue de la préparation d'un crime, viol sur mineur de moins de 15 ans et meurtre sur mineur de moins de 15 ans». Le procureur de la République a détaillé la journée meurtrière de ce père de deux enfants.

Lors de sa garde à vue, David R. a expliqué que mercredi, son jour de repos, il était seul chez lui car sa famille se trouvait dans le sud de la France. Il serait allé à Lille (Nord) dans un sex-shop pour y acheter « des pilules contre les troubles de l’érection ». Il aurait également acheté « des bières », relativement « titrées », c’est-à-dire, fortement alcoolisées. Revenu chez lui, selon ses aveux, il aurait pris une ou deux pilules et bu deux ou trois canettes de bière. Il se serait ensuite endormi devant la télévision.



A son réveil, raconte-t-il encore, il ne « se sentait pas bien » et serait sorti « prendre l’air ». C’est là qu’il aurait croisé Angélique, dans le parc. Le procureur détaille : « Il a eu envie d’elle ». Le suspect aurait ainsi reconnu : « C’était plus fort que moi ». David R. aurait attiré la jeune fille chez lui en prétendant devoir lui rendre un objet appartenant à ses parents.

Angélique l’a suivi chez lui.

Il aurait tenté d’enterrer le corps
Là, il lui aurait offert à boire puis engagé une conversation posant des questions de plus en plus intimes. La victime aurait a plusieurs reprises tenté de fuir. Mais selon ce récit difficilement soutenable, le suspect l’aurait ensuite violé dans les toilettes avant de l’étrangler avec son pantalon. « Quand elle a commencé à se débattre, il a su qu’il fallait la tuer », rapporte le procureur.

Les événements s’enchaînent ensuite très rapidement : David R. aurait ensuite nettoyé les traces de sang et mis le corps d’Angélique dans une voiture qu’il aurait rangé dans son coffre. Il aurait ensuite pris le volant pour s’arrêter vers 19 heures afin d’acheter une pelle. Avant de conduire jusqu’au bois de Quesnoy-sur-Deûle afin d’y creuser un trou pour y cacher le corps. N’y parvenant pas, il l’a dissimulée dans un fourré.

Angélique est décédée d’une «asphyxie traumatique »
David R. serait rentré chez lui, et aurait écrit une lettre à sa femme et à ses enfants. Ses missives ont été retrouvées rangées à son domicile de Wambrechies.

Emu, le procureur Thierry Pocquet du Haut-Jussé raconte l’horreur et la tristesse des enquêteurs en découvrant le corps de la fillette dont l’autopsie pratiquée ce lundi « confirme globalement » les aveux de David R. La fillette est décédée d’une «asphyxie traumatique».

Ce dernier, selon les déclarations du procureur, était inscrit au fichier des délinquants sexuels car il avait été condamné pour un viol avec arme sur une enfant de 12 ans ainsi que les agressions sexuelles de deux femmes âgées d’une quarantaine d’années.

http://www.leparisien.fr/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
4 + 7 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10