|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
12 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 12

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Valentin VERMEESCH déjà malmené par le passé ! Alexandre Hart aurait aussi racketté un sexagénaire ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/05/2019 18:21
Traite d’êtres humains .Union européenne : la traite des êtres humains est en constante évolution. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/05/2019 12:25
Les grands-parents et l’oncle de Valentin lancent un appel au calme: «Les menaces envers les parents des accusés doivent cesser»! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/05/2019 10:14
Procès Valentin: Alexandre Hart est un PSYCHOPATHE selon les experts. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 14:57
Re : Le corps sans vie de Valentin VERMEESCH, 18 ans repê... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 13:28
Affaire Sophie Le Tan : les recherches pour retrouver la jeune fille sont suspendues... La famille sous le choc! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 13:18
Huit mois après sa disparition en Corse, les proches de Kevin Vanneste ne veulent pas se résigner Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 12:41
Meurtres des «disparues de l'A6». 16/05/2019 : "Disparues de l'A6" : la justice annule un non-lieu dans l'affaire Sylvie Aubert... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 12:25
Affaire Sophie Le Tan : les enquêteurs suspendent leurs recherches... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/05/2019 19:37
Meurtres des «disparues de l'A6» : Le meurtre de Sylvie Aubert n'a jamais été résolu. Elle fait partie de la douzaine de victimes surnommées "les disparues de l'A6". Son dossier pourrait être clos. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/05/2019 11:21

Tiphaine Véron, Française de 36 ans, dont on n'a plus donné de nouvelles depuis le 29 juillet dernier 2018.

Publié par Walda Colette Dubuisson le 14-05-2019 (1157 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée

France/JAPON/INTERNATIONAL.

UTSUNOMIYA, TOCHIGI PREF.
14/05/2019 : Tiphaine Véron a disparu depuis plus de neuf mois au Japon dans la région de Nikko. Sa famille, qui mène actuellement des opérations de recherche sur place, a rencontré des enquêteurs nippons, ce lundi 13 mai. Une des équipes france3-regions les accompagne pendant plusieurs jours. ( Vidéo).
*************************************
06/05/2019 : Neuf mois après la disparition de la Poitevine Tiphaine Véron au Japon, sa famille engage de nouveaux experts.
******************************
20/14/2029 : Pour la première fois, la famille de Tiphaine Véron, qui prépare une opération de recherches courant mai, a été reçue par la juge d’instruction, jeudi.
*******************************
30/03/2019 : Tiphaine Véron, une jeune Poitevine de 36 ans a disparu au Japon le 29 juillet 2018. Sa famille à Poitiers garde l'espoir de la retrouver et attend des nouvelles de l'enquête ouverte à Poitiers pour disparition inquiétante.
*****************************
26/03/2019 : Disparition de la Poitevine Tiphaine Véron au Japon : les données téléphoniques sont toujours en souffrance
Enfin traduit, le rapport des enquêteurs japonais a été transmis au juge d'instruction et à la famille. Mais la faiblesse des données téléphoniques persiste.
*****************************
25/02/2019 : Pour la première fois depuis la disparition de Tiphaine Véron au Japon, il y a près de 7 mois , la famille sera reçue par la juge d'instruction en charge du dossier. La rencontre aura lieu dans le courant du mois d'avril, a-t-on appris hier auprès de son avocate, M Emmanuelle Bernard. ...
****************************
02/02/2019 : France 2 a diffusé jeudi soir un reportage sur Tiphaine Véron, via son émission Complément d'Enquête ( voir replay ).
************************************
29/01/2019 : Disparition de Tiphaine Véron : six mois après les recherches n’avancent pas!
*L’hypothèse du typhon vite écartée.
*Les loupés des enquêteurs japonais…
**************************************
28/01/2019 : En voyage au Japon, Tiphaine Véron, mystérieusement disparue à l’été 2018. Ses proches dénoncent une lenteur de la police locale. Une enquête à retrouver sur RTL ce lundi dans « L’heure du crime ».
******************************************
19/01/2019 : toujours zéro trace de la Française disparue au Japon .
« Il faut continuer de faire parler de Tiphaine, pour que l’on ne l’oublie pas et que l’enquête continue ! Et malheureusement, l’enquête peut durer encore très longtemps… » explique Sybille Véron, la sœur de Tiphaine.
**********************************
29/12/2018 : Cinq mois après la disparition de Tiphaine Véron, sa famille attend toujours des réponses.

Malheureusement pour l'instant, il n'y a rien, pas d'indices, pas de preuves... Rien !" Sibylle Véron"
*************************************
29/11/2018 : Pourquoi la police japonaise n’enquête pas plus sur la disparition de Tiphaine Véron ?
Malgré des éléments troublants, les autorités refusent d’envisager la piste criminelle.
Aux premières heures de l’affaire, rapidement médiatisée en France, la piste de l’accident semblait effectivement la plus probable.
«Pour le suspect décrit sur le panneau, la police nous assure qu’il ne se trouvait plus à Nikkō. Quant aux autres affaires, on ne peut rien nous dire».
«Inlassablement, on nous répète que tant qu’il n’y a pas un élément précis, la police ne se penchera pas sur la piste criminelle. Mais comment trouver un élément si on ne cherche pas?»
Autre élément faisant espérer: l’ouverture d’une enquête pour «séquestration et enlèvement» –une qualification sans ambiguïté– par le parquet de Poitiers.
*************************************
30/10/2018 : LA police a procédé vendredi à une autre opération de recherche à grande échelle à la recherche d'une ressortissante française ayant disparu fin juillet à Nikko, (préfecture de Tochigi).
***********************************
18/10/2018 : La sœur de Tiphaine Véron a interpellé mercredi dans la cour de l’Elysée le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Shinzo Abe pour exprimer son inquiétude.
Macron et Abe « se sont engagés à ce que leurs polices coopèrent »…
**************************************
17/10/2018 : Le frère de Tiphaine Véron, disparue au Japon, à Emmanuel Macron : «Vous êtes notre dernier espoir» … E Macron reçoit justement le Premier ministre japonais, ce mercredi 17/10/2018 .
*************************************
29/09/2018 : Deux mois après la disparition de Tiphaine Véron au Japon, sa famille reste déterminée. Elle s'est portée partie civile dans l'enquête pour enlèvement et séquestration. Et veut la vérité. Le frère aîné de Tiphaine repart à Nikko dimanche pour lancer des fouilles plus approfondies en rivière.
*********************************************
20/09/2018 :Un mois après la disparition de Tiphaine Véron, cette jeune poitevine partie à Nikko au Japon, une information judiciaire vient d'être ouverte par le parquet de Poitiers.
********************************
18/09/2018 : La poitevine Tiphaine Véron est portée disparue au Japon depuis le 29 juillet dernier. Le parquet de Poitiers ouvre une information judiciaire pour enlèvement et séquestration, bien que cette piste ne soit pas privilégiée pour le moment.
***************************************
Citation :

RAPPEL DES FAITS : La jeune française, en vacances dans Nord du pays, est introuvable. Sa famille en appelle au président de la République, Emmanuel Macron, pour faire avancer l'enquête. Tiphaine Véron a atterri au Japon le 27 juillet dernier. Deux jours plus tard, alors qu'elle a donné de ses nouvelles à sa famille à son arrivée, elle est introuvable. Sur place, les recherches sont lancées après l'alerte du responsable de l'hôtel où elle séjournait et l'ambassadeur de France au Japon prend contact avec les autorités. Dix jours plus tard, toujours sans nouvelles de leur proche, la mère et la fille de Tiphaine Véron se sont adressé à Emmanuel Macron dans une lettre en espérant faire avancer les recherches.
Toute personne susceptible d’apporter un renseignement utile peut appeler le poste de police de Nikkō au + 812 88 53 01 10, écrire à missing.tiphaineveron@gmail.com ou joindre sa famille sur Twitter, notamment via les comptes @sibyllevron et @lfemma ou le hashtag #findtitinow


16/09/2018 : Que va permettre l'ouverture d'une information judiciaire?
Lire la suite et voir vidéos.

Enlèvement et séquestration: pas la seule piste envisagée.



RAPPEL 06/08/2018
Une Française de 36 ans est portée disparue au Japon depuis huit jours. Sa soeur témoigne sur RMC et demande l'aide de l'Etat français après avoir constaté que la police japonaise manque d'informations.
Disparition inquiétante d'une Française au Japon. Un appel à témoins a été lancé par les autorités japonaises et relayé par l'ambassade de France au Japon pour retrouver Tiphaine Véron, 36 ans, 1,62 m.
Cette Française originaire de Poitiers est partie en vacances en terres nippones vendredi 27 juillet et n'a plus donné signe de vie depuis le dimanche 29 juillet. Elle a été vue pour la dernière fois a Nikko, ville du nord-est du Japon où elle devait rester 2 jours. Sans nouvelles, la famille demande l'aide de la France.

Son passeport retrouvé dans sa chambre d'hôtel
C'est le propriétaire de l'hôtel dans lequel Tiphaine résidait qui a donné l'alerte, lundi dernier. La jeune femme devait quitter sa chambre ce matin là, mais personne ne s'est présenté à l'accueil. Selon l'établissement, la dernière fois que Tiphaine a été vue date de la veille, le dimanche matin, où elle aurait pris le petit déjeuner avec un couple d'Allemands.
Elle aurait décidé ensuite de visiter la ville de Nikko. Sans nouvelles, les policiers locaux ont alors fouillé la chambre de la Française. Ses affaires et son passeport ont été retrouvés, mais pas son téléphone portable.
"Je ne désespère pas de la retrouver (...) mais il faut faire quelque chose, et vite"
La famille se dit très inquiète car Tiphaine souffre d'épilepsie, ce qui nécessite un traitement. Sa soeur et ses 2 frères ont rejoint le Japon ce week end pour être au plus près de l'enquête. Dimanche soir, ils ont donné une conférence de presse devant les médias locaux.
"Depuis qu'on est arrivés, on se rend compte du manque d'informations collectées par la police. Aujourd'hui toutes les pistes sont possibles. Sans ses médicaments elle peut faire des crises convulsives graves. J'appelle à l'aide les autorités françaises pour retrouver ma soeur. J'aimerai qu'ils contactent les autorités japonaises pour qu'il y ait plus de moyens et des personnes spécialisées dans la recherche de personnes disparues. Je ne désespère pas de la retrouver, je me dis qu'elle n'est pas loin et qu'il faut faire quelque chose. Et vite. J'ai peur qu'on soit trop longs."

16/09/2018 : Que va permettre l'ouverture d'une information judiciaire?

Malgré des battues, et des moyens importants, la police japonaise en charge de l'enquête n'a toujours pas retrouvé de trace de Tiphaine Véron.
L'ouverture d'une instruction va donc permettre davantage de coopération sur le plan pénal entre la France et le Japon. Jusque-là, les policiers français étaient régulièrement sollicités par les enquêteurs japonais pour des vérifications.
Enlèvement et séquestration: pas la seule piste envisagée
C'est notamment le cas concernant l'exploitation du téléphone portable de Tiphaine Véron ou bien encore celle de ses données bancaires, sans pouvoir pour autant faire d'acte d'investigation de leur propre initiative.
Désormais, le juge d'instruction en charge du dossier aura notamment la possibilité de se rendre sur place à Nikko avec des enquêteurs français.
Enfin, même si l'information judiciaire est ouverte pour enlèvement et séquestration, cela ne veut pas dire que c'est la seule piste envisagée aujourd'hui, explique une source proche du dossier. Mais après 7 semaines de disparition, sans aucune trace de Tiphaine Véron, la thèse criminelle ne peut pas être écartée.
Toute personne qui pourrait apporter un renseignement utile peut écrire à missing.tiphaineveron@gmail.com ou joindre sa famille sur Twitter, notamment via les comptes @sibyllevron et @lfemma







https://rmc.bfmtv.com/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/05/2019 13:47  Mis à jour: 14/05/2019 13:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Disparition de Tiphaine Véron : sa famille rencontre la police japonaise.
iphaine Véron a disparu depuis plus de neuf mois au Japon dans la région de Nikko. Sa famille, qui mène actuellement des opérations de recherche sur place, a rencontré des enquêteurs nippons, ce lundi 13 mai. Une de nos équipes les accompagne pendant plusieurs jours.

Par Élodie Gérard, Antoine Morel, Mai Takachiyo avec Mary Sohier
Publié le 13/05/2019 à 16:41 Mis à jour le 14/05/2019 à 12:36

La famille Véron est au Japon depuis plusieurs jours pour mener ses propres recherches. Au cours de ce séjour, ils espèrent convaincre la police locale de relancer l’enquête. Ce lundi 13 mai, Damien et Sybille Véron, le frère et la soeur de Tiphaine, avaient rendez-vous au commissariat de Nikko. L’ambassadeur de France a fait spécialement le déplacement depuis Tokyo pour être à leurs cotés.

Piste accidentelle ou piste criminelle ?
Les proches de Tiphaine attendaient beaucoup de ce rendez-vous avec les autorités nippones. Deux petites heures de réunion à huis clos avec des policiers qui n'ont guère permis d'avancer sur la disparition de Tiphaine. À la sortie du commissariat, l'émotion est palpable.

"À chaque fois, je suis épuisé quand je sors de ces réunions. Est-ce que les réponses qui ont été apportées sont suffisantes ? On va voir. Mais depuis hier, j'ai envie de pleurer.
- Damien Véron, frère de Tiphaine"

Après dix mois d'enquête, les policiers japonais campent sur leurs positions et privilégient toujours la piste accidentelle alors que le parquet de Poitiers a ouvert depuis septembre 2018 une information judiciaire pour "séquestration et enlèvement". Damien et Sybille, eux, en sont persuadés : Tiphaine aurait fait une mauvaise rencontre quelque part dans les rues de la ville.

À Nikko, où les policiers eux-mêmes concèdent ne pas avoir beaucoup de moyens, certains habitants s’interrogent : "J’ai vu la police chercher là-bas dans la rivière à l’époque où elle a disparu mais moi, ils ne sont pas venus me voir. Ils ne m’ont pas demandé si je l’avais vue alors que je vois beaucoup de touristes passer." Un habitant de Nikko imagine, lui, déjà le pire : "Je regarde les faits divers dans la région. Si une autre jeune femme disparait elle aussi, ça voudra dire qu’il y a un criminel en liberté à Nikko."

La géolocalisation, pièce manquante de l'enquête

Depuis le début, les données de géolocalisation du téléphone de Tiphaine n'ont toujours pas été communiquées. Et pour la famille, c’est le seul moyen de savoir où chercher et faire enfin avancer l’enquête comme l'expliquait Damien Véron, sur notre plateau le 2 janvier 2019.



https://france3-regions.francetvinfo.f ... ce-japonaise-1668733.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/05/2019 12:42  Mis à jour: 06/05/2019 12:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Neuf mois après la disparition de la Poitevine Tiphaine Véron au Japon, sa famille engage de nouveaux experts.
Cela va faire neuf mois que Tiphaine Véron, une Poitevine de 36 ans a disparu au Japon. Mais sa famille n'abandonne pas. Son frère et sa sœur embarquent ce 7 mai pour la région de Nikko, et cette fois-ci, ils emmènent avec eux des experts français du secours en milieu difficile et isolé.

Poitiers, France
La famille de Tiphaine Véron ne désarme pas ! Cela va faire 9 mois maintenant que la Poitevine de 36 ans a disparu au Japon. C'était le 29 juillet 2018. Ses frères et sœur se mobilisent pour qu'on ne l'oublie pas.

Nouvelles recherches à Nikko
Grâce au soutien de la cagnotte en ligne, ils ont pu partir plusieurs fois dans la région de Nikko, pour poser des avis de recherches, solliciter les enquêteurs nippons, les autorités locales et françaises sur place, réclamer des battues et des fouilles en rivière. Ce mardi 7 mai, nouvelle phase de recherches : Damien et Sibylle vont repartir pour le Japon et ils ne seront pas seuls ! car cette fois, ils embarquent des experts avec eux.

Des spécialistes du secours en montagne et en milieu difficile
Cinq membres de Mountain Medic Events seront du voyage. Mountain Medic Events, une société de Haute-Savoie spécialisée dans le secours et l'assistance médicale en milieu difficile et isolé. L'objectif cette fois-ci, c'est d'aller fouiller les berges des rivières Daiya et Kinu à Nikko. On ne sait pas ce qui est arrivé à Tiphaine mais elle a peut-être fait une crise d'épilepsie avant de basculer dans l'eau. Alors, même si elle refuse d'envisager un tel drame, la famille se force à imaginer le pire, et éliminer les pistes, au fur et à mesure.

"C'est le seul moyen d'avancer", explique Damien, le frère de Tiphaine.

Deux zones à sonder
Avec des techniciens haut-savoyards, la famille a défini deux zones de recherches encore non explorées par la police nippone : les berges de la Daiya river sur 5 à 6 km en aval de Turtle inn, l'hôtel où la Poitevine de 36 ans a été vue pour la dernière fois et une partie de la Kinu river.

Damien Véron explique que ces rivières sont basses en ce moment, "la Daiya, c'est une peu comme le Clain, à Poitiers,", souligne-t-il, "mais _en période de typhons, le cours d'eau se transforme en torrent de montagne_" charriant tout sur son passage.

"Les enquêteur japonais ont déjà survolé la zone par temps clément, l'eau était transparente, ils auraient repéré quelque chose", raconte le frère de Tiphaine.

Il y a eu des plongées et des battues également, mais pour l'instant, les berges n'ont pas été sondées. D'où cette nouvelle expédition.


Cinq secouristes dont un maître-chien, et 200 kg de matériel
Rémi Devidal, le patron de Mountain Medic, sensibilisé à l'histoire de Tiphaine, a accepté d'accompagner Damien et Sibylle au Japon pour un moindre coût. Cinq secouristes dont un maître chien décolleront donc de Genève avec eux. Pour l'aider dans sa mission, l'équipe a embarqué 200 kilos de matériel : cordages, baudriers, pics d'ancrage, sondes, radios etc. Et même des hydrospeeds pour se déplacer rapidement sur l'eau. Sur place, c'est l'ambassade du Japon qui les logera dans une maison mise à disposition. La mission qui va durer 10 jours va coûter à 15.000 euros environ à la famille Véron.

Pendant ce temps à Poitiers...
Pendant ce temps, l'enquête officielle continue au Japon. A Paris, les liens diplomatiques entre les deux pays se poursuivent autour de cette affaire. Et à Poitiers, pour la première fois, la famille a pu rencontrer la juge d'instruction Anne Etienne. C'était le 18 avril dernier. Pour l'instant, aucun enquêteur français n'a pu être envoyé sur place. Les liens diplomatique, eux aussi, se poursuivent.

https://www.francebleu.fr/infos/faits- ... ge-de-nouveaux-1556824544
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/04/2019 13:19  Mis à jour: 20/04/2019 13:19
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Pour la première fois, la famille de Tiphaine Véron, qui prépare une opération de recherches courant mai, a été reçue par la juge d’instruction, jeudi.
Neuf longs mois après la disparition de la Poitevine Tiphaine Véron, la famille a été reçue, ce jeudi 18 avril 2019, dans la matinée, par la juge d’instruction en charge de l’information judiciaire ouverte pour « enlèvement et séquestration ». L’auxiliaire de vie scolaire a disparu sans laisser de trace le 29 juillet 2018, à Nikko (Japon).
Pas d’opposition à l’envoi de policiers français mais pas de rapidité non plus
Anne Désert, la maman, Benoît Véron, le papa et les trois enfants, Sibylle, Damien et Stan, accompagnés de leur avocate, Emmanuelle Bernard, ont pu s’entretenir longuement avec la magistrate. « Enfin ! se félicite Damien Véron, nous avons pu la voir les yeux dans les yeux. Elle a beaucoup d’empathie. C’était important pour nous, constructif. Nous avons énormément parlé de la personnalité de Tiphaine, je pense qu’elle avait besoin de la connaître. »

Pour autant, malgré deux heures trente de discussion, la famille n’a rien appris de nouveau concernant la disparition de Tiphaine. L’envoi d’officiers de police judiciaire français au Japon ? « Il n’y a pas d’opposition, pas de raison que les Japonais refusent, selon elle. Mais il n’y a pas de rapidité non plus. Ils sont lents », se désole le frère qui pense qu’elle s’attendait à un rapport d’enquête japonais (dont la traduction a été transmise seulement fin février) « plus fourni, plus détaillé ».
“ J’ai senti qu’on était compris ”
« Le gros point noir, c’est la téléphonie. Même l’ambassadeur de France au Japon avait tenté d’actionner des leviers auprès de la police à Tokyo », a souligné Damien Véron, qui s’est dit « soulagé », pour la première fois, à l’issue de cet entretien. « J’espère que cette juge ne sera pas embêtée pour l’envoi de policiers français. Mais elle a insisté sur le fait qu’il allait être compliqué d’organiser des recherches physiques. » En clair, il n’y aura pas de moyens comme on aurait pu en mobiliser en France. Une fois de plus, la famille ne peut compter que sur elle-même. C’est tout l’objet d’une grosse expédition de recherches organisée par Sybille et Damien Véron, du 6 au 18 mai à Nikko.
Un budget de 30.000 € pour l’opération de recherches
« Nous partons avec une équipe d’experts spécialisés dans la recherche en montagne et rivières de Genève, Moutain Medic Events, comprenant des alpinistes, plongeurs et peut-être un chien. L’objectif est de lever un doute sur la disparition accidentelle de Tiphaine dans la rivière. Nous allons faire des recherches sur 25 km de berges et dans le cours d’eau avant l’arrivée des typhons au mois de juillet. On le fait pour éviter d’avoir des regrets. C’est con, parce qu’en France, cette recherche aurait été organisée immédiatement. Mais on est obligés de lever le doute… »

La famille peut compter sur la mise à disposition d’une maison appartenant à l’ambassade de France au Japon, située près du lac Chuzenji, à trente minutes de Nikko. « C’est grâce à l’ambassadeur Laurent Pic et sans ça, ce serait impensable de le faire. Il faut payer les salaires et les billets d’avion de l’équipe de recherches… »

Le budget de cette expédition sans précédent est évalué à 30.000 €. Elle est entièrement financée par la famille de Tiphaine Véron. Et ceux qui voudront les aider via une cagnotte en ligne.

Disparue sans laisser de trace
Le 27 juillet 2018, Tiphaine Véron avait atterri à l’aéroport international de Tokyo (Japon) où elle devait passer trois semaines de vacances dans le pays. Descendue dans un hôtel de Nikko, dans une ville touristique à 150 km de la capitale, Tiphaine Véron est officiellement portée disparue le 29 juillet 2018. Courant août, la sœur et les deux frères de Tiphaine participent aux recherches avec les policiers nippons pendant que la maman, Anne Désert, adresse un courrier au président de la République, Emmanuel Macron, pour « réclamer plus de moyen de recherches ». Le 17 octobre 2018, Sibylle Véron, sœur de Tiphaine et journaliste, interpelle Emmanuel Macron dans la cour de l’Élysée à l’occasion de la visite du Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Le 10 novembre 2018, près de 500 citoyens participent à une marche à Poitiers « pour retrouver Tiphaine » et continuer à faire pression. Une déclaration de « présomption d’absence » a été déposée au tribunal d’instance de Poitiers le 20 février. Courant mars, le dossier d’enquête japonais enfin traduit avait été adressé à la juge d’instruction et à la famille. Jeudi 18 avril 2019, la famille a été reçue pour la première fois par la juge d’instruction.

https://www.lanouvellerepublique.fr/po ... -expedition-de-recherches
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/03/2019 11:04  Mis à jour: 30/03/2019 11:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 8 mois après la disparition de Tiphaine Véron au Japon sa famille garde espoir ( vidéo)
Sa famille a remué ciel et terre pour tenter de la retrouver, se rendant au Japon pour participer aux recherches. Peu à peu, c'est l'hypothèse criminelle qui a été privilégiée par la police nippone et le parquet de Poitiers a ouvert une information pour disparition inquiétante.

La famille de Tiphaine garde espoir

Les proches de Tiphaine Véron restent mobilisés pour essayer d'avoir des nouvelles. Ils attendent beaucoup de l'entretien qu'ils auront le 18 avril avec la juge d'instruction.
Elle a reçu les conclusions de l'enquête des autorité japonaises. Lors de déplacements au Japon, ils ont aussi été aidés dans les recherches par des habitants de la region de Nikko et ont gardé des contacts. Ils ont d'ailleurs reçu la visite d'une Japonaise qui les avait hébergés pendant leurs recherches sur place. Un séjour touristique avec notamment une visite au parc du Futursocope, mais une façon aussi de la remercier pour son soutien dans cette épreuve.


Reportage Antoine Morel, Sébastien Hondelatte et Alexandre Liégard. Intervenants ; Noriko Fujita, habitante de Nikko, au Japon. Damien Véron, frère de Tiphaine.



https://france3-regions.francetvinfo.f ... garde-espoir-1646316.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/03/2019 12:34  Mis à jour: 26/03/2019 12:34
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Tiphaine Véron, Française de 36 ans. L'enquête japonaise épluchée
La disparition de Tiphaine Véron au Japon, le 29 juillet 2018, reste une énigme, huit mois après sa disparition (lire repères). Mais depuis notre dernière publication sur le sujet (édition du 22 février), quelques nouveautés sont apparues. Nous avons notamment eu confirmation que l'opérateur téléphonique de l'auxiliaire de vie scolaire à Poitiers, Free, avait pour partenaire commercial Soft bank au Japon.
« Pour la famille, c'est à la fois un soulagement et une frustration » Selon nos informations, Free a demandé (au moins à deux reprises) à son homologue nippon les « cellules » (données). Mais ces demandes, qui reposent sur la bonne volonté de l'opérateur, n'auraient pas appelé de réponse. Sollicité, le service de presse de l'opérateur Soft bank n'a pas répondu à nos questions.

Hasard du calendrier, un élément plus capital a fait le voyage depuis le pays du Soleil-Levant : le rapport d'enquête des policiers japonais, enfin traduit en français, réceptionné par la juge d'instruction en charge du dossier à Poitiers, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte pour « enlèvement et séquestration ».

La famille a également accès à ces informations. Selon une source proche de dossier, elle a notamment pu découvrir que la police japonaise avait obtenu de Soft bank des données téléphoniques : « Ce n'est pas complet mais les enquêteurs ont fait des demandes auprès de Soft bank. Pour la famille, c'est à la fois un soulagement d'obtenir ces informations et une frustration parce qu'elle n'a pas plus de réponses à ses questions? La famille attend de savoir comment elle peut orienter les investigations pour en savoir plus sur la disparition de Tiphaine. »
Tiphaine Véron a reçu plusieurs appels à 23 heures (heure locale) Il manque encore les précieuses données de géolocalisation. La dernière preuve de vie de Tiphaine Véron provient d'une photographie prise par des touristes allemands au matin du 29 juillet 2018. On sait que son portable a borné sur le wifi de l'hôtel de Nikko à 11 heures. Le rapport des policiers japonais indique que son portable Samsung a reçu plusieurs appels à 23 heures (heure locale) auxquels elle n'a pas répondu (ou pas pu répondre ?). Mais une fois de plus, à cette heure précise, on ne sait pas où le portable de Tiphaine Véron se trouve précisément, en l'absence de données de géolocalisation. C'est tout l'enjeu des recherches. Sans ces précieuses informations, impossible de retracer le parcours de la Poitevine.

Comme nous l'avions déjà indiqué, la famille Véron attend désormais beaucoup de la rencontre ? la première en huit mois ? avec la juge d'instruction, courant avril. L'enquête japonaise étant bouclée, des investigations françaises vont-elles prendre le relais ?
La famille Véron a lancé une cagnotte pour l'aider au financement des recherches au Japon sur le site Le Pot commun.

Repères
Déjà huit mois d'une enquête troublante
Le 27 juillet 2018, Tiphaine Véron avait atterri à l'aéroport international de Tokyo (Japon) où elle devait passer trois semaines de vacances dans le pays. Descendue dans un hôtel de Nikko, dans une ville touristique à 150 km de la capitale, Tiphaine Véron est officiellement portée disparue, le 29 juillet 2018. Courant août, la soeur et les deux frères de Tiphaine participent aux recherches avec les policiers nippons pendant que la maman, Anne Désert, adresse un courrier au président de la République, Emmanuel Macron, pour « réclamer plus de moyen de recherches ». Le 17 octobre 2018, Sibylle Véron, soeur de Tiphaine et journaliste, interpelle Emmanuel Macron dans la cour de l'Élysée à l'occasion de la visite du Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Le 10 novembre 2018, près de 500 citoyens participent à une marche à Poitiers « pour retrouver Tiphaine » et continuer à faire pression. Une déclaration de « présomption d'absence » a été déposée au tribunal d'instance de Poitiers le 20 février. Courant mars, le dossier d'enquête japonais enfin traduit a été adressé à la juge d'instruction et à la famille.

https://www.centre-presse.fr/article-6 ... e-japonaise-epluchee.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/02/2019 12:03  Mis à jour: 02/02/2019 12:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 France 2 a diffusé jeudi soir un reportage sur Tiphaine Véron, via son émission Complément d'Enquête ( voir replay ).
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/01/2019 12:46  Mis à jour: 29/01/2019 12:46
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Disparition de Tiphaine Véron : les loupés des enquêteurs japonais...
Les proches de la Française disparue depuis six mois estiment que les enquêteurs locaux ont négligé de nombreuses pistes, notamment l’analyse de ses appels téléphoniques ou de ses connexions Internet.
C’est un élément central de toute enquête. Encore plus en cas de disparition : l’analyse des données issues des téléphones, des ordinateurs ou de tout objet connecté. Des investigations élémentaires qui n’ont pas encore été réalisées dans le cadre de la disparition de Tiphaine, cette Française partie en voyage au Japon et dont la famille est sans nouvelle depuis le 29 juillet.

Sur le sol japonais, elle était munie de son smartphone français, enregistré chez l’opérateur Free. Dans le cadre de l’information judiciaire ouverte à Poitiers, ce dernier a rapidement communiqué les données en sa possession.



Mais au Japon, avec le « rooming » - le partage de réseaux entre opérateurs -, le téléphone de la Française était enregistré chez Softbank, une marque locale. En parallèle, Tiphaine s’est connectée par wi-fi dans les deux hôtels où elle a logé. Enfin, le téléphone est repérable via les données GPS qu’il transmet au réseau. Autant d’éléments qui pourraient donner une indication de l’heure et du lieu où le téléphone de Tiphaine a été activé pour la dernière fois.

Sauf que, côté japonais, « il n’existe officiellement aucunes données jointes à l’enquête », se désespère Sybille Veron, la sœur de Tiphaine. Si certaines pourraient finalement avoir été intégrées au rapport d’enquête japonais, en cours de traduction, « j’ai le sentiment que les enquêteurs n’en disposent pas », se désole Sybille. Ce qui ne manque pas d’attiser la frustration et l’angoisse de la famille de Tiphaine.

« C’est insupportable. La clé de sa disparition est peut-être là. Le pire, c’est qu’il est peut-être déjà trop tard, et que ces données ne sont plus disponibles car effacées par les opérateurs. »

http://www.leparisien.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/01/2019 14:03  Mis à jour: 28/01/2019 14:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Disparition de Tiphaine Véron : six mois après les recherches n’avancent pas!
Elle n’a plus donné signe de vie depuis le 29 juillet. Six mois d’une quête éperdue menée par sa famille pour retrouver Tiphaine Véron, 36 ans, qui n’y ont rien changé : la jeune femme, auxiliaire de vie pour enfants handicapés dans une école de Poitiers (Vienne), s’est comme volatilisée.

De longue date, la Française était passionnée par le Japon. « L’un des seuls pays où elle se sentait de voyager seule », selon sa sœur, Sybille. Elle y avait atterri à Tokyo, le vendredi 27, pour un périple censé durer trois semaines. Moins de 48 heures plus tard, sa trace se perdait à Nikko, une ville touristique à 150 km au Nord de la capitale nippone.



Logée dans une auberge, Tiphaine l’a quittée le dimanche matin. Sur place, sa valise, son passeport ont notamment été retrouvés dans sa chambre. Rendues à la famille, ces quelques affaires sont aujourd’hui stockées dans l’appartement poitevin loué par Tiphaine, que sa famille n’a pu se résoudre à vider.

L’hypothèse du typhon vite écartée
C’est que Sybille en a l’intime conviction : « c’est évident qu’elle est en vie, quelque part, et qu’il faut se dépêcher de la sauver. » Plus qu’un meurtre, ses proches ont ainsi la conviction qu’elle aurait pu avoir été enlevée. L’hypothèse d’un suicide ? « Elle se ravissait de ce voyage et était à une belle période de sa vie », martèlent ses proches. La piste, toujours privilégiée par les policiers japonais, d’un accident ? La famille Véron n’y croit plus, si tant est qu’elle y ait jamais cru.

LIRE AUSSI >Les loupés des enquêteurs japonais


« Il aurait fallu beaucoup de pas de chance », résume Me Emmanuelle Bernard, l’avocate de la famille. Une conviction renforcée par les vidéos tournées sur place par Damien, le frère de Tiphaine, qui avait une nouvelle fois fait le déplacement à Nikko mi-décembre. « Quand on voit la configuration des lieux, la probabilité d’une chute est très faible », estime ainsi Me Bernard.

Un temps, les Japonais ont invoqué le passage, la veille, d’un typhon. Mais les données hydrologiques montrent que ce jour-là, les eaux de la rivière qui aurait pu avoir englouti Tiphaine n’étaient guère plus hautes que d’habitude. « Dans tous les cas, complète Sybille, le corps aurait fini par être retrouvé, et ce d’autant plus que cette rivière est très canalisée, parsemée de nombreux barrages… »

La famille a interpellé le Premier ministre japonais
Désemparée, rongée par l’incertitude, la famille Véron se sent également abandonnée. Face à ce qu’elle considérait comme une inertie des autorités japonaises, elle avait manifesté à l’été son ras-le-bol. Mi-octobre, Sybille Véron avait profité de la venue en France du Premier ministre nippon, Shinzo Abe, pour l’interpeller publiquement alors qu’il se tenait aux côtés du président Macron.

Depuis, le contact a été établi avec les enquêteurs locaux de la Préfecture de Tochigi, en charge des investigations. La famille Véron sait aussi pouvoir compter sur les services de l’ambassade de France à Tokyo, ainsi que sur les membres de la communauté franco-japonaise installés dans l’archipel.

Pour le reste, « l’agacement monte », reconnaît pour sa part Me Emmanuelle Bernard. A mots choisis, l’avocate regrette que « les enquêteurs japonais n’aient pas mené ce que l’on considère, en France, comme les bases d’une enquête de police en pareil cas. » Me Bernard en veut pour preuve, par exemple, la perquisition de la chambre d’hôtel de Tiphaine, qu’elle avait quitté le dimanche dans la matinée. « Elle a fini par être diligentée, mais plusieurs semaines après la disparition ! »

Une cagnotte pour financer une enquête privée
De même, les données du téléphone de la Française semblent jamais n’avoir été ne serait-ce que réclamées aux opérateurs par les enquêteurs de la préfecture de Tochigi. Quant aux « recherches », elles ont concerné une zone plus que restreinte, sur à peine 500 m de rivière. « Plus globalement, on a l’impression qu’ils ne comprennent pas ce que l’on veut, ou qu’ils manquent de motivation », pointe Me Bernard.

Côté français, une information judiciaire a été ouverte mi-septembre, et un juge d’instruction nommé qui a confié le dossier à la PJ de Poitiers. Dont les demandes doivent transiter par le biais de la coopération policière internationale, forcément trop lente aux yeux des proches de Tiphaine.

Ainsi, un rapport d’enquête des policiers japonais, a priori étonnement expurgé d’une partie de ses éléments, a été fourni par le Japon en novembre. Il serait toujours… en cours de traduction, et n’a en tout cas pas encore été versé au dossier. « Alors que chaque heure compte », se désole Sybille Véron, submergée par l’émotion, se refusant à envisager une fin tragique.

D’autant qu’au niveau local, d’anciens policiers et des journalistes d’investigation se disent eux aussi persuadés que la disparition de Tiphaine est un acte criminel. Pour mettre toutes les chances de son côté, la famille Véron va s’adjoindre les services d’enquêteurs privés. Une cagnotte en ligne a été ouverte, qui permettra notamment de les financer.*

http://www.leparisien.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/01/2019 14:20  Mis à jour: 19/01/2019 14:20
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Tiphaine Véron : toujours zéro trace de la Française disparue au Japon... NE L'OUBLIONS PAS!
« Il faut continuer de faire parler de Tiphaine, pour que l’on ne l’oublie pas et que l’enquête continue ! Et malheureusement, l’enquête peut durer encore très longtemps… » explique Sybille Véron, la sœur de Tiphaine. Avec son frère Damien Véron, ils se rendent très régulièrement au Japon pour être au plus près de l’enquête. Leur dernier voyage remonte au 24 décembre, et malheureusement l’enquête n’a pas vraiment avancé. Le 18 décembre, la famille Véron a été reçue par la police japonaise et l’ambassadeur français, dans l’espoir d’obtenir quelques informations sur le travail qui est opéré en ce moment : « Nous savons qu’il n’y aura pas de nouvelles recherches sur le terrain spécifiquement pour Tiphaine (dans la rivière ou dans la forêt) tant qu’aucun indice ne permettra d’aller dans une direction en particulier. Une surveillance en hélicoptère est assurée régulièrement dans la région de Nikko, parce que c’est une zone montagneuse et on sait qu’une « attention particulière » est portée à Tiphaine lors de ces sorties aériennes. »


Malgré les efforts des services de police japonais, un point majeur reste encore dans l’ombre à ce jour : le téléphone de Tiphaine. Ce dernier n’a toujours pas pu être localisé et les démarches de mandats auprès des opérateurs privés sont très longues et compliquées : « Il est possible de récupérer des données du téléphone de Tiphaine, même si c’est un téléphone étranger sur le sol japonais, mais à ce stade ce n’est toujours pas le cas. Nous ne comprenons pas ce qui coince. Ça pourrait pourtant faire avancer l’enquête… L’attente est très difficile pour notre famille. » À ce jour, la police japonaise a envoyé le rapport d’enquête à la justice française de Poitiers en charge du dossier « enlèvement et séquestration », qui a été ouvert le 14 septembre, lors de la coopération judiciaire internationale qui lie la France et le Japon. Ce dossier est pour l’instant en cours de traduction.



Pour moi, il ne peut s’agir que d’un enlèvement…



Les ressentis de la famille sur l’enquête


Pour Sybille et son frère, les autorités sur place sont investies dans l’enquête sur la disparition de leur sœur : « Les enquêteurs n’ont pas compté leur peine pour regarder des caméras de surveillance et en plus, ils prenaient le temps de nous expliquer leurs démarches. Il y a eu une battue le 10 août avec survol, en hélico et en drone, de la rivière, puis des recherches à pied dans la rivière le 26 octobre sur 3 km à partir du pont Rouge à Nikko. » Malgré les recherches, Tiphaine est toujours portée disparue et certains témoignages n’ont pas été entendus directement. Et aujourd’hui, selon Sibylle, tous les experts qu’ils ont pu rencontrer ne croient pas une seconde à la piste accidentelle. « Pour moi, il ne peut s’agir que d’un enlèvement… Et l’association des compétences est forcément utile dans ce genre de cas, non ? » explique-t-elle. « Il est urgent que les policiers japonais de la préfecture de Tochigi s’accordent avec des brigades spécialisées. Nous avons entendu dire que les policiers de la préfecture de Kanagawa, par exemple, sont extrêmement habitués à résoudre ce genre d’affaires. Peut-être pourraient-ils travailler ensemble ? »


La géolocalisation du téléphone de sa sœur reste le dernier espoir pour avoir des informations supplémentaires sur son emploi du temps, et même quelques minutes d’écoute pourraient être révélatrices. La distance et la barrière de la langue sont aussi des problèmes majeurs pour Sibylle et son frère : « Si nous parlions japonais, je suis sûre que nous pourrions appeler les policiers directement, ils ont toujours été accessibles et à l’écoute de notre famille. Pour compenser cette « distance », nous avons des interlocuteurs réguliers : l’interprète de la police, l’équipe de l’Ambassade, l’Ambassadeur lui-même et en France, l’équipe de crise du Quai d’Orsay. »

https://lepetitjournal.com/tokyo/tipha ... n-japon-disparition-nikko
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/12/2018 13:46  Mis à jour: 29/12/2018 13:46
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Cinq mois après la disparition de Tiphaine Véron, sa famille attend toujours des réponses.
Samedi 29 décembre, ça fera cinq mois que la Poitevine Tiphaine Véron a disparu au Japon dans la région de Nikko. En début de semaine, son frère Damien et sa soeur Sibylle sont revenus d'un nouveau voyage sur place.


Poitiers, France
Ça fera bientôt cinq mois que Tiphaine Véron a disparu au Japon. Cette auxiliaire de vie à l'école Alphonse Daudet des Couronneries, à Poitiers, et grande passionnée du Japon, n'a donné aucun signe de vie depuis le 29 juillet, alors qu'elle se trouvait dans la région de Nikko. Elle est sortie de son hôtel en y laissant ses affaires et n'est jamais revenue.

Pas encore de géolocalisation et pas de nouvelles fouilles
L'enquête japonaise menée sur place n'a pour l'instant rien donné. C'est le sentiment de Sibylle et Damien, sœur et frère de Tiphaine, qui sont revenus lundi 24 décembre d'un nouveau voyage au Japon. Ils sont restés une dizaine de jours sur place. "Nous avons été reçus par les policiers, explique Sibylle Véron. Ils ont accepté de faire un point sur l'enquête, de répondre à nos questions."

Malheureusement pour l'instant, il n'y a rien, pas d'indices, pas de preuves... Rien !" Sibylle Véron"

La famille espère toujours récupérer les données de géolocalisation du portable de Tiphaine. "On l'a demandé un mois après sa disparition, puis deux, puis trois, puis quatre mois... Et on n'a pas de réponse favorable!", explique Sibylle. Damien Véron espérait aussi de nouveaux survols de la zone où a disparu sa sœur. "On nous avait parlé de survols en hélicoptère avant l'hiver, avant l'arrivée de la neige en janvier, mais ils n'ont pas fait de nouveaux survols pour Tiphaine."

Des policiers français au Japon ?
La famille de Tiphaine Véron attend maintenant l'envoi d'enquêteurs français au Japon, dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet de Poitiers. "On sait que la police judiciaire de Poitiers travaille très dur, un travail remarquable, détaille Damien. Mais après le fait que ça se passe au Japon, ils ne peuvent pas tout faire depuis la France." Mais pour cela le juge d'instruction doit consulter le dossier de la police de Nikko et choisir s'il demande la mobilisation de policiers français.

Fanny Bouvard https://www.francebleu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/10/2018 13:04  Mis à jour: 30/10/2018 13:06
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 La police effectue une importante recherche pour Tiphaine Veron disparue à Nikko depuis juillet.
UTSUNOMIYA, TOCHIGI PREF. - LA police a procédé vendredi à une autre opération de recherche à grande échelle à la recherche d'une ressortissante française ayant disparu fin juillet à Nikko, préfecture de Tochigi.

Environ 60 personnes se sont jointes à la troisième recherche de Tiphaine Veron, 36 ans, le long de la rivière Daiya, près d'un logis où elle a séjourné pendant son voyage dans la destination touristique prisée du nord-ouest de Tokyo.

Au cours de la perquisition, impliquant des drones et des chiens renifleurs, des agents de police ont balayé des zones le long de la rivière.
Selon la police, Tiphaine Veron avait l'intention de passer deux nuits à Nikko à partir du 28 juillet. Elle a été vue pour la dernière fois en train de sortir de l'auberge le 29 juillet au matin.
Tiphaine Veron a laissé son passeport et sa valise à l'auberge et serait sortie en tenue décontractée.
La police a reçu des informations concernant une femme étrangère vêtue avec désinvolture qui se promenait toute seule sur un sentier de montagne près de la rivière.
La famille de Veron a rencontré le Premier ministre Shinzo Abe le 17 octobre lors de sa visite à Paris pour des entretiens avec le président français Emmanuel Macron lors de sa tournée européenne. Abe a dit à la famille qu'il continuerait à faire tout ce qui était en son pouvoir pour aider à trouver Tiphaine Veron dès que possible.

Selon sa famille, Tiphaine Veron souffre d'épilepsie. Elle mesure 165 cm et a les cheveux brun clair.


UTSUNOMIYA, TOCHIGI PREF. – Police conducted another large-scale search operation on Friday for a female French tourist who went missing in late July in Nikko, Tochigi Prefecture.

Around 60 personnel joined the third such search for Tiphaine Veron, 36, along the Daiya River near a lodging house where she stayed at during her trip to the popular tourist destination northwest of Tokyo.

During the search, which involved drones and sniffer dogs, police officers combed areas along the river.

According to police, Veron intended to spend two nights in Nikko from July 28. She was last seen walking out of the inn on the morning of July 29.

Veron left her passport and suitcase at the inn and is believed to have gone out wearing casual clothes.

Police received witness information about a casually dressed foreign woman walking by herself on a mountain trail near the river.

Veron’s family met Prime Minister Shinzo Abe on Oct. 17 when he visited Paris for talks with French President Emmanuel Macron during his European tour. Abe told the family he will continue to do all he can to help find Veron as soon as possible.

According to her family, Veron has epilepsy. She is 165 cm tall and has light brown hair.

https://www.japantimes.co.jp/news/2018 ... missing-nikko-since-july/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/10/2018 13:20  Mis à jour: 18/10/2018 13:20
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 La sœur de Tiphaine Véron a interpellé mercredi dans la cour de l’Elysée le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Shinzo Abe pour exprimer son inquiétude.
« Monsieur le président, je suis la sœur de Tiphaine Véron, disparue au Japon », a lancé Sibylle Véron alors que les deux dirigeants montaient le perron de l’Elysée après une déclaration commune à la presse. La jeune femme avait pris place au milieu des journalistes.

Emmanuel Macron s’est retourné vers elle pour lui déclarer : « Nous allons l’évoquer, mais dans un cadre approprié parce que je traite les sujets en profondeur ». « L’équipe diplomatique va vous prendre en charge, mais je n’ai pas l’habitude de traiter ces sujets-là devant la presse », a-t-il ajouté.

Macron et Abe « se sont engagés à ce que leurs polices coopèrent »
Sybille Véron a alors été invitée à entrer dans l’Elysée, alors que les dirigeants des deux pays allaient débuter un déjeuner de travail. « J’ai eu une entrevue de plusieurs minutes avec MM. Macron et Abe, en présence des délégations des deux pays », a expliqué Sybille Véron mercredi soir à l’AFP.

« Tous les deux m’ont écoutée et se sont engagés à débloquer la situation », a raconté la sœur cadette de Tiphaine, bouleversée d’avoir réussi à obtenir cette entrevue « inespérée et inattendue ». « Les deux chefs d’Etat se sont engagés à ce que les deux pays et leurs polices coopèrent », a-t-elle expliqué, soulignant que, jusque-là, la coopération a été « très limitée ».

« L’enquête n’avance pas, aucune preuve matérielle n’a été trouvée »
Plus de deux mois et demi après la disparition de Tiphaine, « on ne sait toujours ce qui a pu lui arriver, l’enquête n’avance pas, aucune preuve matérielle n’a été trouvée », selon cette journaliste de 33 ans. Interpeller ainsi les deux dirigeants « n’a pas été facile mais le désespoir mène à tout », a reconnu Sybille Véron, pour qui cette entrevue a redonné de l’espoir à toute la famille. « On ne s’arrêtera pas là, nous continuerons d’activer tous les leviers possible si cela n’avance pas », a-t-elle assuré.

Tiphaine Véron, 36 ans, domiciliée à Poitiers, dans le centre de la France, n’a plus été vue depuis le matin du 29 juillet. La jeune femme, épileptique, avait alors quitté, pour aller se promener, son hôtel de Nikko (une cité très touristique du nord-est du Japon) où elle devait en tout passer deux nuits.

Sybille Véron s’était rendue fin août à Nikko. Son frère aîné, Damien, s’y trouve actuellement afin d’enquêter et rechercher des indices. Le parquet de Poitiers a ouvert une information judiciaire pour enlèvement et séquestration.

https://actualite.20minutes.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/10/2018 09:37  Mis à jour: 17/10/2018 09:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Le frère de Tiphaine Véron, disparue au Japon, à Emmanuel Macron : «Vous êtes notre dernier espoir»...
Du Japon où il se trouve pour suivre l’enquête sur la disparition de sa sœur, Damien Véron interpelle le chef de l’Etat. Celui-ci reçoit justement le Premier ministre japonais, ce mercredi.
Il y a de l’usure dans sa voix. L’usure du doute et des regains d’espoir, de cette alternance impossible, écrasante, entre analyses glaciales et pressentiments soudains. Damien Véron ne se plaint pourtant pas. Au Japon, où il se trouve pour le mois d’octobre, il poursuit sa quête : à la recherche du moindre signe du passage de sa sœur, disparue fin juillet à Nikko, il ratisse les environs de cette petite ville de montagne, ses lieux de passage, ses chemins de traverse, ses berges de rivière…

Depuis août, son autre sœur, Sybille, son frère Stanislas et lui-même alternent ces longs séjours aux confins de l’enquête et du réflexe de survie. Une manière aussi, pour cette famille, de suivre, voire de suppléer l’investigation policière locale qu’elle soupçonne d’être au point mort. Celle-ci n’a toujours pas fourni le moindre début de piste permettant d’expliquer la disparition de la trentenaire originaire de Poitiers (Vienne), partie seule en vacances dans les environs.



Alors qu’Emmanuel Macron reçoit justement Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, ce mercredi à Paris, Damien Véron souhaite interpeller le chef de l’Etat. Avec, en tête, cette conviction inquiète : « Une simple conversation (entre les deux hommes) pourrait débloquer la situation ici, sur place ».

Le 19 septembre, le parquet de Poitiers a ouvert une information judiciaire pour « enlèvement » et « séquestration ». Cette qualification purement technique devait servir à fluidifier les échanges avec les autorités japonaises…

Cette avancée nous avait donné beaucoup d’espoir. Au nom de l’amitié franco-japonaise, la police judiciaire de Poitiers, qui fait un travail remarquable, peut notamment envoyer des agents sur place en tant qu’observateur. Le juge d’instruction peut également suivre les avancées de l’enquête au Japon. Mais nous pensions que toutes ces choses iraient vite… Aujourd’hui, nous restons très inquiets sur la façon dont sont menées les recherches pour retrouver Tiphaine.

Quels éléments de l’enquête vous alarment particulièrement ?

Je crois que les officiers de la police japonaise n’ont pas ménagé leurs efforts. Mais l’enquête est confiée à un petit commissariat qui doit compter, en tout et pour tout, 60 personnes. Deux mois et demi après la disparition de ma sœur, les enquêteurs n’ont toujours pas réussi à se procurer la facture géolocalisée de ses échanges téléphoniques auprès de son opérateur ! Globalement, on a l’impression que le commissariat de Nikko et la préfecture de Tochigi pourraient solliciter d’autres branches de la police japonaise… Mais qu’ils sont, peut-être, passés à autre chose.

Comment l’expliquez-vous ?

Depuis la disparition de Tiphaine, il est clair que la police insiste sur la thèse accidentelle. Avec notamment l’idée que ma sœur, épileptique, aurait pu tomber dans la rivière Daiya. Mais aucun de ses objets n’a jamais été trouvé ! Des barrages qui se trouvent justement sur cette rivière sont équipés de caméras de surveillance. Elles n’ont rien filmé d’anormal. Emporté par le courant, son corps aurait dû passer sous un pont très touristique, le plus fréquenté de Nikko. Là encore, personne n’a rien vu. Plus le temps passe, plus ma famille et moi-même craignons le pire : la piste criminelle.

Quel est votre message à Emmanuel Macron ?

Vous êtes notre dernier espoir. Une simple conversation avec le Premier ministre japonais pourrait débloquer la situation, ici, sur place. On voudrait que des moyens plus importants soient mis en place, que Tokyo soutienne davantage l’enquête, que celle-ci soit vraiment relancée. On perd beaucoup de temps… Nous avons besoin de savoir.

Le Quai d’Orsay réitère son soutien
Interrogé par Le Parisien, le ministère des Affaires étrangères assure que ses services sont « toujours pleinement mobilisés » sur le suivi de l’enquête.

« Notre ambassade est en contact permanent avec les autorités japonaises et continue d’assister les membres de la famille dans leurs démarches sur place », ajoute une source diplomatique.

http://www.leparisien.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/09/2018 14:58  Mis à jour: 29/09/2018 14:58
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Deux mois que la Poitevine Tiphaine Veron est portée disparue au Japon, sa famille reste déterminée.
Qu'est-il arrivé à Tiphaine Véron ? Cela fait deux mois, jour pour jour, que la Poitevine est portée disparue au Japon. Les espoirs de la famille se tournent désormais vers la procédure lancée le 18 septembre dernier : à défaut de pouvoir enquêter pour disparition inquiétante, le Parquet de Poitiers a ouvert une enquête pour enlèvement et séquestration. La famille qui a pris une avocate à Poitiers s'est portée partie civile.

Accéder à des données jusque-là confidentielles
Elle espère ainsi accéder à des données du dossiers auxquelles elle n'avait pas accès jusque-là. Le fait que la justice française se saisisse du dossier va peut-être débloquer la situation. La famille en tout cas espère que le juge d'instruction va envoyer des enquêteurs français au Japon. Elle mise vraiment sur une coopération diplomatique entre les deux pays. Pour l'heure, aucune piste n'est écartée.



La cagnotte en ligne va financer de nouvelles recherches
Grâce à la cagnotte en ligne, Damien, le frère de Tiphaine, va pouvoir retourner à Nikko dimanche pour tenter de lancer de nouvelles fouilles en rivière, et surtout maintenir l'intérêt des pouvoirs publics locaux pour ce dossier, car pour la famille de Tiphaine Véron, auxiliaire de vie scolaire à Poitiers, "le pire, ce serait l'oubli".

"La police japonaise a sondé la rivière seulement sur 500 mètres en aval de l'endroit le plus touristique, là où Tiphaine aurait pu tomber. Or il y a beaucoup de courant à cet endroit et la rivière s'élargit plus bas. Il y a des roseaux sur les côtés. Il faut une fouille approfondie, et c'est ce qu'on va tenter de faire maintenant en collaboration avec la police locale" explique le Poitevin Damien Véron, frère aîné de Tiphaine.

https://www.francebleu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/09/2018 14:32  Mis à jour: 20/09/2018 14:32
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Disparition de Tiphaine Véron : une information judiciaire ouverte. Vidéo
Un mois après la disparition de Tiphaine Véron, cette jeune poitevine partie à Nikko au Japon, une information judiciaire vient d'être ouverte par le parquet de Poitiers.

ors que l'enquête se poursuit, le procureur de la République de Poitiers annonce l'ouverture d'une information judiciaire pour "séquestration et enlèvement" ; la procédure de "disparition inquiétante" prévue par le droit français n'étant pas adaptée au Japon. Toutefois, le parquet précise que ces "qualifications ont été retenues au plan juridique" mais "aucun élément ne permet à ce jour de s'orienter vers une piste criminelle". Il s'agit de permettre une plus étroite collaboration avec les autorités japonaises et par exemple l'envoi d'officiers de police judiciaire sur place.

Plus aucun signe de vie depuis le 29 juillet
Cette jeune femme, originaire de Poitiers, n'a plus donné signe de vie depuis le 29 juillet alors qu'elle se trouvait dans la région de Nikko, dans le nord-est du Japon.

La soeur de Tiphaine Véron espère que l'ouverture de cette information judiciaire "accélérera la procédure". D'ailleurs, la famille va désormais pouvoir se constituer partie civile et accéder au dossier. Des informations importantes, comme les relevés de téléphonie mobile, devraient aussi être communiquées.

La famille se mobilise, la soeur et les deux frères de Tiphaine se sont rendus au Japon pour inspecter les sentiers de la région de Nikko et pour tenter de retrouver des indices. Le père de la Poitevine est toujours sur place et devrait rentrer d'ici une dizaine de jours.

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/09/2018 15:37  Mis à jour: 18/09/2018 15:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Disparition de Tiphaine Véron : le parquet de Poitiers ouvre une enquête pour enlèvement et séquestration.
Alors que Tiphaine Véron, poitevine disparue au Japon depuis le 29 juillet dernier, les recherches continuent. Le parquet de Poitiers vient d'ouvrir une information judiciaire pour séquestration et enlèvement. Rien n'accrédite cette thèse, mais "la procédure de disparition inquiétante prévue par le droit français n'est pas adapté au Japon" explique le Procureur de la République dans un communiqué.

L'ouverture de cette information judiciaire permet aux autorités françaises et japonaises de poursuivre les investigations pour retrouver Tiphaine Véron.

https://www.francebleu.fr/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
1 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10