|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
16 Personne(s) en ligne (16 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 16

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : : revivez le neuvième jour du procès de Francis Heaulme. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/12/2018 12:33
Le père de la petite martyre de l'A10 restera en prison. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/12/2018 11:29
"Jeu et défis dangereux ":un jeune écrasé par un utilitaire lors d'un défi dangereux, le "keke challenge". Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/12/2018 15:57
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Le 8° jour du procès de Francis Heaulme consacrée à deux protagonistes majeurs de cette affaire: Henri Leclaire et Jean-François Abgrall. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/12/2018 15:28
Petite martyre de l'A 10 :l'enquête accablerait la mère... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2018 18:12
Un animal n’est pas un cadeau de Noël !!! 13/12/2018 Le cadeau de Noël ne sera pas animal cette année en Allemagne. Interdit!!! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2018 15:09
L'attente d'un père. Cela fait un an que Léa Petitgas a disparu. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2018 12:34
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Deux témoins affirment avoir vu Francis Heaulme en sang le soir des meurtres. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2018 12:27
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. 11/12/2018 : Direct. Procès Heaulme: " Il ne sortira pas de prison, ça sert à rien"..... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/12/2018 15:59
L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais ; «Je ne différenciais pas une femme d'une enfant» !!! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/12/2018 15:17

Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan, 20 ans …

Publié par Walda Colette Dubuisson le 07-12-2018 (718 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnéeImage redimensionnée


France/INTERNATIONAL :

Afin d’élargir leurs investigations, la police judiciaire a lancé des demandes de renseignements aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg et en Allemagne, pour creuser la piste d’éventuelles disparitions non-signalées.

07/12/2018 : Il y a trois mois disparaissait Sophie Le Tan. Depuis, chaque week-end des dizaines de bénévoles participent à des recherches en forêt pour tenter de retrouver sa trace. Le principal suspect se mure dans le silence.
****************************************
27/11/2018 : Disparition de Sophie Le Tan: des plongeurs à la Ballastière ( Vidéo)
***************************************
11/11/2018 : Deux mois après la disparition de Sophie Le Tan à Strasbourg, la mobilisation pour retrouver l'étudiante de 20 ans se poursuit. Une affiche avec le portrait du principal suspect Jean-Marc Reiser, est diffusée en Allemagne.

09/11/2018 : Depuis la disparition de la jeune femme, tout accuse Jean-Marc Reiser. Pour la police, il pourrait même être un prédateur en série.
******************************
20/10/2018 : Où se trouve Sophie Le Tan ? Malgré les avancées notables des enquêteurs et les battues citoyennes, la jeune femme reste introuvable.
Le téléphone du suspect a «borné» à l'entrée de vallée de la Bruche. ( Vidéo)
******************************
18/10/2018 : VIDÉO - Un mois et demi après la disparition de Sophie Le Tan près de Strasbourg, sept membres de la famille de l'étudiante sont reçus ce jeudi par la juge d'instruction Éliette Roux. Un moment «important», estime leur avocat Me Gérard Welzer.

**Désormais, les enquêteurs s’intéressent donc à la voiture de Jean-Marc Reiser. Plus précisément ce qu’ils ont trouvé dans le coffre de la berline : un couteau, une lame de cutter, une toile cirée orange et une bâche en plastique de couleur bleu et kaki. Les housses et tapis du véhicule vont également être analysés.
******************************
*12/10/2018 : Disparition de Sophie Le Tan : les nouvelles révélations accablantes sur Jean-Marc Reiser...
** du sang retrouvé "en grande quantité" chez Jean-Marc Reiser, sa version mise à mal...
** Des bâches retrouvées dans la voiture de Jean-Marc Reiser.
*************************************
06/10/2018 : Audition de Jean-Marc Reiser : le suspect change de version et reconnaît que Sophie Le Tan est montée chez lui...
*****************************
05/10/2018 : Jean-Marc Reiser, principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, sera entendu vendredi 5 octobre par la juge d'instruction. Il avait déjà été soupçonné dans une autre disparition, celle de Françoise Hohmann en 1987, avant d'être acquitté. Les parents de la jeune femme sortent du silence.
************************************
02/10/2019 : VIDEO. Affaire Sophie Le Tan: Sa famille s'est constituée partie civile ce lundi, et toujours aucune trace de la jeune femme disparue.
*********************************
29/09/2018 : INFO RTL - Après s'être muré dans le silence face aux policiers, Jean-Marc Reiser, le principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, doit être entendu par le juge d'instruction vendredi 5 octobre.
***********************************
26/09/2018 : Disparition de Sophie Le Tan près de Strasbourg : des perquisitions et deux personnes entendues.
Une marche de soutien organisée samedi
***********************************
25/09/2018 : La disparition de Sophie Le Tan met en lumière celle - jamais élucidée - de Françoise Hohmann en 1987 à Strasbourg. Mis en cause, Jean-Marc Reiser avait été acquitté en 2001. La cousine de Françoise Hohmann s'est confiée à France 3 Alsace. Elle évoque son choc et son sentiment de colère.
*************************************
23/09/2018 :C ’est un nouveau témoignage qui renforce, encore un peu plus, l’image d’une personnalité trouble et peu rassurante. Plus de 10 jours après la disparition de Sophie Le Tan à Schiltigheim, le principal suspect de l’affaire, Jean-Marc Reiser, est décrit comme "malsain" par le doyen de la faculté des sciences historiques de Strasbourg, Jean-Yves Marc.
**************************************
*22/09/2018 : Affaire Sophie Le Tan: la seconde jeune fille recherchée est bien vivante !

*Le suspect numéro un sort du silence et nie toute implication

*22/09/2018 : Nouvelle battue ce dimanche pour retrouver Sophie Le Tan.
*Le passé du principal suspect passé au crible ( L'ombre d'un prédateur?)...

*Mise en examen de Jean-Marc Reiser dans la disparition de Sophie Le Tan : "Ce sont des prédateurs d'une très grande dangerosité"...
********************************
21/09/2018 : Sophie Le Tan a disparu le 7 septembre dernier. *Elle avait rendez-vous en début de matinée pour visiter un appartement à Schiltigheim.
Un deuxième ADN féminin a été retrouvé au domicile de Jean-Marc Reiser, soupçonné d'avoir assassiné Sophie près de Strasbourg.(Un homme déjà condamné pour viols a été mis en examen pour « assassinat ».)

*En Alsace, la Police judiciaire étudie d’anciennes disparitions.

*Jean-Marc Reiser volait de puissants anesthésiants dans des cabinets vétérinaires.

*Le suspect avait été condamné en mai 2003 en appel à 15 ans de réclusion criminelle pour deux viols, dont un aggravé sous la menace d'une arme, en 1995 et en 1996. Et avait été acquitté en 2001 dans une autre affaire de disparition. Une jeune femme de 23 ans disparu à Strasbourg et qui n'a jamais été retrouvée. ( Vidéos)
Ce que l'on sait de la disparition de la jeune étudiante en Alsace…( Vidéos)
*Mise en examen de Jean-Marc Reiser dans la disparition de Sophie Le Tan : "Ce sont des prédateurs d'une très grande dangerosité"


Des voisins se sont donné rendez-vous à 9 heures, jeudi 20 septembre, dans l'espoir de retrouver d'éventuelles traces de Sophie Le Tan. Toute la matinée, des habitants du Bas-Rhin ont fouillé les abords du plan d'eau de la Ballastière, au nord de Strasbourg (Bas-Rhin). Cette jeune femme de 20 ans, étudiante en économie et gestion à l'Université de Strasbourg, est introuvable depuis treize jours. Elle n'a plus été vue depuis la visite d'un appartement ce matin-là, en banlieue strasbourgeoise.

Dans quelles circonstances Sophie Le Tan a-t-elle disparu ? Qui est le principal suspect et comment l'enquête avance-t-elle ? Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de l'affaire.

Une disparition tout de suite considérée comme "très inquiétante"

L'étudiante a disparu le matin du 7 septembre à Schiltigheim (Bas-Rhin), une commune située en banlieue de Strasbourg. Selon Le Parisien, Sophie Le Tan s'est rendue dans cette ville seule ce matin-là, afin de visiter un appartement. Elle n'a plus donné signe de vie depuis.

Dès le signalement de la disparition, la justice et les enquêteurs ont "acquis la conviction" que celle-ci était "très inquiétante", a souligné la procureure de la République de Strasbourg, Yolande Renzi, au cours d'une conférence de presse mardi.

Afin de localiser Sophie Le Tan, les enquêteurs ont lancé des recherches dans "un rayon très large", a indiqué Christophe Allain, directeur régional de la police judiciaire du Grand Est. A l'aide d'appels à témoins, d'enquêtes de voisinage, de recherches avec "un certain nombre de chiens" mais aussi d'analyses de communications téléphoniques, les enquêteurs ont été amenés à s'intéresser à Jean-Marc Reiser, un habitant de Schiltigheim âgé de 58 ans. Ce dernier a été arrêté samedi soir au volant de sa voiture, dans la périphérie de Strasbourg.

Un suspect mis en examen, des traces de sang retrouvées dans son appartement

Plusieurs éléments décisifs de l'enquête ont conduit, mardi, à la mise en examen du suspect pour assassinat, enlèvement et séquestration à Strasbourg, dix jours après la disparition de Sophie Le Tan.

Selon Christophe Allain, Jean-Marc Reiser avait déjà tenté d'attirer deux jeunes filles "dans un piège fatal" à Schiltigheim, dans ce même appartement que Sophie Le Tan devait visiter. Le suspect aurait tenté de piéger ces jeunes filles à l'aide d'annonces immobilières publiées sur internet. Elles étaient venues accompagnées et Jean-Marc Reiser n'était finalement jamais apparu, selon France 3.

Pour ne pas se faire remarquer, il restait très flou sur la localisation de l'appartement. Le seul but était de les attirer sur son territoire de chasse, [utilisant] des moyens de téléphonie permettant de garantir l'anonymat.
Christophe Allain, directeur régional de la police judiciaire du Grand Est
lors d'une conférence de presse

Une perquisition dans l'appartement du suspect a ensuite révélé "l'existence de traces de sang, malgré manifestement un nettoyage en profondeur et très récent des lieux", a dévoilé Yolande Rezi mardi, lors de cette même conférence de presse. Du sang, dont l'ADN a été "attribué à Sophie Le Tan", a-t-elle révélé. "Au vu de ce nouvel élément d'enquête", la justice a décidé de poursuivre le suspect pour "assassinat", en plus des premiers chefs d'"enlèvement" et de "séquestration".

Les enquêteurs ont par ailleurs découvert un deuxième ADN féminin inconnu dans l'appartement, a indiqué une source proche de l'enquête à franceinfo. Ils ont notamment trouvé un cheveu, précise une source policière à France 3. Les enquêteurs de la police judiciaire de Strasbourg ne savent pas pour le moment à qui appartient ce nouvel ADN.

Le suspect condamné pour deux viols en 2003

Jean-Marc Reiser est un suspect aux lourds antécédents judiciaires. Ce fils de forestier alsacien, selon Le Parisien, a étudié à l’Institut régional d’administration (IRA) de Bastia (Haute-Corse). Il est aujourd'hui inscrit à l'Université de Strasbourg et sans profession. Il vit seul mais a une amie, selon les enquêteurs. Lors de sa garde à vue, il "a fait le choix de ne répondre à aucune question" sur la disparition de la jeune femme, a expliqué la procureure de la République de Strasbourg.

Le suspect a été condamné en appel en mai 2003 à quinze ans de réclusion criminelle pour deux viols – dont un aggravé sous la menace d'une arme – en 1995 et 1996. Jean-Marc Reiser avait été interpellé en 1997, lors d'un contrôle de routine des douaniers. Ces derniers avaient découvert dans sa voiture un arsenal d'armes de poing, un fusil à pompe, mais également des cagoules et stupéfiants, ainsi que des photos pornographiques. Interrogé par Le Parisien, l'avocat Eric Braun, qui le défendait à l'époque, évoque des photos de femmes "nues, endormies ou mortes" dans le coffre de son véhicule.

A l'été 2000, Jean-Marc Reiser avait tenté de s'enfuir du palais de justice de Besançon (Doubs), lors d'une audience de la cour d'appel examinant sa demande de mise en liberté. Il avait été condamné pour cela à huit mois de prison ferme. L'année suivante, l'homme a été acquitté dans une autre affaire, la disparition d'une jeune femme de 23 ans, représentante de commerce, en 1987 à Strasbourg. Jean-Marc Reiser a été le dernier client à lui rendre visite et son corps n'a jamais été retrouvé, rapportent Les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Au-delà de son passé judiciaire, c'est également le "profil" de Jean-Marc Reiser qui a attiré l'attention des enquêteurs, selon la procureure Yolande Rezi. Plusieurs voisins du suspect évoquent, auprès du Parisien, un "homme solitaire", "autoritaire et taciturne", voire "étrange".

Il vous fixait du regard jusqu'à vous mettre mal à l’aise.
Une voisine de Jean-Marc Reiser
au "Parisien"

D'après Les Dernières Nouvelles d'Alsace, certains de ses ex-collègues d'Inter Mutuelles Habitat (IMH) le qualifiaient de "vieux pervers", en 2010 et 2011. L'une d'elles raconte au journal régional que Jean-Marc Reiser n'était "pas très assidu au travail" et "avait un regard bizarre". Il avait, dit-elle, une façon "étrange de toujours vouloir coller les jeunes filles".

Vidéos -->
https://www.lci.fr/police/etudiante-di ... -marc-reiser-2099000.html

https://www.lci.fr/police/video-affair ... disparitions-2098996.html




Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/11/2018 13:59  Mis à jour: 27/11/2018 13:59
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan : des plongeurs à la Ballastière.
Après avoir sillonné le Bas-Rhin pendant plus de deux mois dans l'espoir de retrouver Sophie Le Tan, l'étudiante disparue le 7 septembre à Schiltigheim, le groupe de bénévoles "On lâche rien" s'est associé à l'Association "Assistance sauvetage recherche" (ASR) pour sonder l'un des étangs de la Ballastière, ce dimanche matin.

"L'ASR nous épaule et mènera les opérations qui requièrent technicité et expérience. Nous sommes très heureux qu'ils nous rejoignent. Nos perspectives de recherches s'élargissent", expliquent les responsables du groupe de bénévoles.


Après avoir méthodiquement quadrillé le petit étang, des plongeurs se sont immergés et ont débuté les recherches peu avant 10h, tandis que d'autres bénévoles restaient mobilisés sur la terre ferme. Une pelle a été retrouvée et filmée. Les images seront transmises aux enquêteurs.



https://www.lalsace.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/11/2018 13:01  Mis à jour: 11/11/2018 13:01
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan. des tracts diffusés en Allemagne. ( Vidéo)
Alsace, France
Plus de deux mois après la disparition de Sophie Le Tan, étudiante à Strasbourg, la mobilisation citoyenne pour tenter de la retrouver ne faiblit pas. "Des battues" sont organisées en semaine et le week-end, à Mutzig (Bas-Rhin) samedi et dimanche. Une affiche est également diffusée en Allemagne avec le portrait de Jean-Marc Reiser.

Il est le principal suspect dans cette affaire. L'homme de 59 ans a été mis en examen pour assassinat, enlèvement et séquestration le 17 septembre, dix jours après la disparition de la jeune femme de 20 ans.

Devant la juge d'instruction, il a reconnu avoir croisé Sophie Le Tan le jour de sa disparition et l'avoir fait monté chez lui parce qu'elle était blessée. C'est sa version pour expliquer les traces d'ADN de l'étudiante retrouvée à son domicile.

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/11/2018 09:05  Mis à jour: 09/11/2018 09:05
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Depuis la disparition de la jeune femme, tout accuse Jean-Marc Reiser. Pour la police, il pourrait même être un prédateur en série.
Sophie Le Tan : la dernière proie .

Depuis la disparition de la jeune femme, tout accuse Jean-Marc Reiser. Pour la police, il pourrait même être un prédateur en série.

C’est en une de leur journal qu’ils ont reconnu son nom : Reiser. Celui qui les hante depuis trente ans, depuis que leur fille Françoise a disparu sans laisser de traces. Le visage de René Hohmann, 80 ans, s’est aussitôt empourpré, comme à chaque fois. Quelques jours plus tard, nous assistons à la même scène. D’abord, il fait bonne figure ; mais sitôt qu’on aborde l’histoire de Françoise, les larmes montent. Et Marie-Antoinette, 79 ans, se lève pour aller, sans un commentaire, chercher un mouchoir. Une croix portée à deux. Le récit évoquait la disparition de Sophie Le Tan, le jour de ses 20 ans. La jeune fille s’est évanouie dans la banlieue de Strasbourg, à Schiltigheim, à seulement 37 kilomètres de leur maison de Kaltenhouse. Presque à la date anniversaire de la disparition de leur fille.

En 1987, Françoise, 23 ans, travaille à temps partiel comme démonstratrice d’aspirateurs. Cette jeune femme blonde parcourt les alentours de Strasbourg au volant de la 205 rouge prêtée par Guy, son petit ami. Puis elle fait du porte-à-porte avec un discours bien rodé. Le 8 septembre, elle se rend dans le quartier populaire de Hautepierre. Après avoir fait la tournée de deux HLM, elle pénètre au 38 boulevard Victor-Hugo. Comme à son habitude, elle commence par l’étage le plus élevé puis, palier par palier, descend jusqu’au rez-de-chaussée. Il est 17 h 30 quand Jean-Marc Reiser, 27 ans, employé des PTT, lui ouvre la porte.


Il dira plus tard qu’elle est repartie vers 18 heures. Plus aucun voisin n’a, ensuite, reçu la visite de la démonstratrice, mais un témoin assure que sa voiture était toujours garée devant l’immeuble vers 19 heures. Puis plus personne n’a eu de nouvelles. Le 11 septembre, des amis retrouvent la 205 rouge dans le centre-ville, rue du Faubourg-National. Le matériel de démonstration n’est pas à l’intérieur. Et le siège conducteur est reculé au maximum, bien trop loin pour le 1,63 mètre de Françoise. Mais elle est majeure, et elle se dispute parfois avec Guy… Elle a bien le droit de faire ce qu’elle veut ! On attend encore. Enfin, le 14 septembre, six jours après sa disparition, René se rend à la police.

Les regards se tournent très vite vers deux suspects : Guy, le compagnon, et le dernier client, Reiser. Selon le rapport de l’enquête initiale, les deux ont des alibis. Guy, parce qu’il était au travail. Reiser, parce que sa compagne, Joëlle F., assure qu’ils étaient ensemble ce soir-là. Seule ombre dans le passé de Reiser, des violences sur sa précédente petite amie, qu’il a, un jour, en pleine crise de jalousie, traînée et battue dans la forêt de Vendenheim. Mais lorsque les proches de Françoise apprennent qu’il est fils de bûcheron, qu’il connaît les bois comme sa poche, ils organisent des fouilles – « pendant des semaines », se remémore Marie-Antoinette Hohmann. Les recherches ne donnent rien. Rien non plus du côté des enquêteurs. On est au début des années 1990, ils ne disposent pas de l’arme fatale, l’analyse ADN, et ne trouvent aucun indice, aucune preuve. Pas de cadavre. En 1992, l’instruction se termine par une ordonnance de non-lieu.
Jean-Marc Reiser, 58 ans.

Dès lors, à part Marie-Antoinette et René, tout le monde semble oublier Françoise… Cinq ans plus tard, il y a ce banal contrôle douanier, dans le Doubs. Et le nom de Reiser refait surface. Les policiers découvrent dans son coffre des armes de poing, une cagoule, une pelle pliante, des ustensiles sadomasochistes, des produits anesthésiants et des photos de femmes endormies dans des poses pornographiques. Selon Reiser, ce sont des prostituées de l’Est. Les clichés sont présentés à sa maîtresse, qui se reconnaît, mais n’a aucun souvenir de s’être livrée à ces exhibitions ; elle devait être inconsciente. Sous le choc, elle porte plainte pour viol, puis renonce. Le parquet décide pourtant de continuer les poursuites. Car cette affaire en évoque une autre, celle du viol de la nationale 10.
En 1995, Linda, la vingtaine, auto-stoppeuse allemande en vacances dans les Landes, monte dans le véhicule d’un homme qui, sous la menace d’un cutter, la viole. Sur photo, elle reconnaîtra Reiser. Une accusation répétée courageusement devant le tribunal de Besançon, en mars 2001, face à l’homme et à sa gestuelle intimidante qui étonne jusqu’à son avocat, Me Degeneve. Lui se souvient encore d’« un dossier difficile » et d’« un accusé autoritaire qui saccage la défense ». Reiser est condamné à 15 ans de réclusion.

L’instruction concernant la disparition de Françoise est relancée. Joëlle, l’ancienne compagne de Reiser, est revenue sur son témoignage et avoue avoir menti. L’alibi tombe et, en mai suivant, le détenu se retrouve devant les assises. A la barre, Marie-Antoinette Hohmann vient raconter comment on célèbre une morte quand on n’a pas de tombe à fleurir… « A chaque Toussaint, on va mettre des jonquilles dans le jardin de notre maison. » Elle fixe le box de l’accusé : « Je voulais croiser son regard. Cela n’est jamais arrivé. » Le parquet requiert la peine maximale pour meurtre : 30 ans. Mais les jurés ne suivent pas. Manque de preuves, absence de cadavre… Ils optent pour l’acquittement. Ce sera désormais la vérité judiciaire : Reiser est innocent de la disparition de Françoise. Que René Hohmann s’énerve n’y change rien.
Certaines femmes confient à leurs maris qu’elles n’aiment pas se retrouver seules avec Reiser

« J’ai un grand respect pour la famille, mais en l’état du dossier, Jean-Marc Reiser est innocent », insiste son avocat d’alors, Eric Braun. L’homme sort de prison en 2012, métamorphosé. Il s’inscrit en licence d’histoire à la faculté de Strasbourg et, après cinq ans d’études, obtient un master 2 en archéologie des mondes anciens. Matin et soir, on peut apercevoir cet élève assidu devant un ordinateur de la bibliothèque. En 2017, il tente un nouveau cursus, cette fois en troisième année de licence d’histoire de l’art mais échoue aux examens de juin. Il se réinscrit pour la rentrée suivante. Etrange étudiant, dont le casier judiciaire se remplit en même temps que le parcours universitaire.

En juin 2016, il est interpellé, entre autres, pour avoir forcé la porte, avec un pied de biche, d’un cabinet vétérinaire. « C’était, selon les dires de M. Reiser, pour voler la caisse », explique Emmanuel Spano, nouveau défenseur commis d’office. Les enquêteurs le suspectent d’avoir voulu dérober des produits anesthésiants pour les chevaux. Toujours l’idée d’une drogue pour endormir ses proies… En avril 2017, après une perquisition à son domicile, il écope de 5 mois pour recel. La peine n’est pas suivie d’incarcération immédiate. Il peut continuer ses études, vivre du RSA et des aides au logement. En octobre, il s’installe rue Perle, à Schiltigheim. Un immeuble de six étages, des familles qui ont l’habitude d’évoquer la pluie et le beau temps dans l’ascenseur. Avec lui, qui habite le dernier étage, aucun mot n’est jamais échangé. Certaines femmes confient à leurs maris qu’elles n’aiment pas se retrouver seules avec lui. Un voisin de palier remarque qu’il a arraché le numéro de sa porte. Il le surprend à bidouiller sa serrure. Reiser intrigue. Surtout depuis qu’une femme, Betsy, d’origine nigériane, a sonné chez d’autres voisins : elle leur raconte avoir rencontré Reiser aux Restos du Cœur, qu’il lui a proposé de venir chez lui. Mais, là, elle se serait brusquement sentie en danger. Elle n’a pas porté plainte.
Son avocat prend sa défense. « J’ai rencontré un homme poli qui, me semble-t-il, est prisonnier de son passé. »

Le 7 septembre dernier, Sophie Le Tan, étudiante, répond à une annonce immobilière postée sur Le Bon Coin. Rendez-vous lui est donné au 54 route de Bischwiller. Sophie n’est pas la seule à avoir réagi à l’annonce. Deux autres filles l’ont précédée, mais elles sont venues accompagnées. Et, quand elles ont appelé, personne n’a décroché. Sophie, elle, était seule. Et on lui a répondu. Un voisin assure qu’il a vu la jeune femme se diriger vers l’ascenseur. Il était 9 h 30. Sophie ne répondra plus à aucun des SMS qui s’accumulent sur sa messagerie pour lui souhaiter un bon anniversaire.
Aucun signe d’agitation de la part de Reiser. S’il contacte Me Spano, c’est pour évoquer la procédure d’aménagement de sa peine. A-t-il oublié les deux autres filles qui ont répondu à l’annonce ?

Elles se manifestent auprès de la police qui « borne » leurs téléphones et découvre le numéro correspondant à une carte Sim prépayée. Le 15 septembre, Reiser est arrêté à Strasbourg. A un feu rouge, sa voiture est encerclée par des policiers cagoulés et armés. Une perquisition est ordonnée. Cette fois, la police dispose du luminol, ce produit chimique que tous les amateurs de séries policières connaissent. Ils retrouvent le sang de Sophie puis un deuxième ADN féminin, toujours non identifié. Ils découvrent aussi que, depuis son balcon, Reiser a une vue plongeante sur l’entrée de son immeuble. Reiser nie. C’est au tour d’un nouvel avocat, Francis Metzger, de prendre sa défense. « J’ai rencontré un homme poli qui, me semble-t-il, est prisonnier de son passé. »

Les battues en forêt, les appels à témoins... René et Marie-Antoinette, les parents de Françoise, ne connaissent que trop. « Ma fille est donc morte pour rien ? » répète le père. Pour eux, l’automne est décidément la saison la plus triste, celle où la chambre de leur fille, avec ses photos sur la commode, ses affaires dans le placard, leur semble encore plus vide. Parents orphelins qui en sont réduits à cultiver, impuissants, ce terrible espoir : qu’on retrouve le corps de Sophie, parce que, près de lui, il y aura sûrement celui de Françoise. Alors, enfin, ils auront une tombe où déposer leurs jonquilles.

https://www.parismatch.com/Actu/Faits- ... cebook&Echobox=1541741441
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/10/2018 13:07  Mis à jour: 20/10/2018 13:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Où se trouve Sophie Le Tan ? Malgré les avancées notables des enquêteurs et les battues citoyennes, la jeune femme reste introuvable.
Le téléphone du principal suspect impliqué dans la disparition de Sophie Le Tan aurait borné à l'entrée de la vallée de la Bruche (Bas-Rhin), des recherches citoyennes sont organisées ce week-end…

Où se trouve Sophie Le Tan ? Jeune étudiante de 20 ans a disparu depuis le 7 septembre dernier alors qu’elle se rendait, pour visiter un appartement, à Schiltigheim. Malgré les avancées notables des enquêteurs et les battues citoyennes, la jeune femme reste introuvable.

Selon des informations recueillies par Franceinfo, une nouvelle zone de recherche serait privilégiée par les enquêteurs. Elle s’étend sur une vingtaine de km2, à l’ouest de Strasbourg et à l’entrée de la vallée de la Bruche autour de trois villages proche de la route des vins. Le téléphone du principal suspect, Jean-Marc Reiser, aurait en effet borné dans le secteur juste après la disparition de la jeune femme. La zone est vallonnée et la forêt y est importante.



« L'espoir est toujours là »
Jeudi, la famille a été reçue à sa demande par la juge d’instruction chargée de l’affaire Eliette Roux. A l’issue de l’audition, l’avocat de la famille Me Welzer a expliqué qu’il y avait dans le dossier, « déjà beaucoup d’éléments accablants et ce n’est pas parce qu’il nie (Reiser) qu’il n’est pas coupable. » Un cousin de Sophie Le Tan a pris la parole au nom de la famille et déclaré : « Nous attendons que justice soit faite (…) et nous comptons sur les jours et les semaines à venir pour avoir de nouveaux éléments qui permettront de retrouver Sophie (…) L’espoir est toujours là. »

https://www.20minutes.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/10/2018 10:33  Mis à jour: 19/10/2018 10:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition de Sophie Le Tan : « Un échange spontané » entre la famille et la juge.
Un mois et demi après la disparition de Sophie Le Tan, sept membres de la famille de l’étudiante ont été reçus ce jeudi par la juge d’instruction Éliette Roux. Un moment « émouvant » qui a permis aux proches de la jeune femme d’échanger avec la juge quant aux incohérences de Jean-Marc Reiser.

« Nous avions beaucoup de questions à poser, surtout par rapport aux incohérences dans les explications de Jean-Marc Reiser », confie Laurent, le cousin de Sophie La Tan, au sortir de l’entretien avec la juge d’instruction, Eliette Roux.

Plus d’un mois après la disparition de l’étudiante en économie, sept membres de sa famille – ses parents, son frère, sa sœur, sa tante et son oncle paternels et un cousin – ont été reçus pour la première fois par la juge, hier après-midi.


« Pour la famille, il était très important que le magistrat instructeur les reçoive et puisse faire le point sur la procédure et l’état des recherches, rapporte Me Gérard Welzer, l’avocat des parties civiles. Il est essentiel que la famille soit associée à la chose judiciaire, et qu’elle puisse mettre un visage sur la personne qui instruit. »

Après avoir expliqué aux parties civiles le fonctionnement de la justice et le déroulement de la procédure, Eliette Roux a répondu à leurs sollicitations « lors d’un échange spontané », indique le conseil, refusant « de rentrer dans les détails » du dossier.

« La famille s’est livrée à un témoignage très émouvant. Elle a décrit avec dignité la générosité de Sophie, ses qualités », précise encore Me Welzer. Il rappelle que la jeune femme, « qui devait fêter son vingtième anniversaire », ne serait jamais partie d’elle-même sans en avertir ses parents.

« Je n’attends rien » de Jean-Marc-Reiser
Face à l’épreuve, les proches « restent solidaires, unis. C’est une famille meurtrie et anéantie », ajoute le conseil, qui tient à remercier « la police judiciaire pour son excellent travail », qui amène « des charges accablantes » contre le principal suspect.

Un suspect dont Me Welzer n’attend rien : « Après avoir nié, il n’a fait qu’adapter sa version aux éléments du dossier en racontant des mensonges. »

Réunie sur le parvis du tribunal de grande instance, la famille espère dorénavant que « d’autres éléments soient mis en évidence pour faire avancer l’enquête et surtout retrouver Sophie », insiste Laurent, avant de glisser : « L’espoir est toujours là ».

https://www.dna.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/10/2018 13:37  Mis à jour: 18/10/2018 14:27
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 La famille de Sophie Le Tan reçue pour la première fois par la juge d'instruction.La voiture de Jean-Marc Reiser passée au crible ( vidéos)
- Un mois et demi après la disparition de Sophie Le Tan près de Strasbourg, sept membres de la famille de l'étudiante sont reçus ce jeudi par la juge d'instruction Éliette Roux. Un moment «important», estime leur avocat Me Gérard Welzer.

Le 7 septembre 2018, Sophie Le Tan disparaissait sans laisser de traces. Ce jour-là, l'étudiante en économie devait aller visiter un appartement à Schiltigheim, en banlieue de Strasbourg, puis rejoindre ses parents pour fêter son vingtième anniversaire. 41 jours exactement après cette disparition, sept proches de la jeune femme - ses parents, son frère, sa sœur, sa tante et deux de ses cousins - seront reçus pour la première fois par la juge d'instruction Éliette Roux ce jeudi après-midi à partir de 14h30.

«Il est important que la famille soit associée à la chose judiciaire, et encore plus qu'elle voie physiquement qui mène l'enquête. L'aspect humain est primordial», indique au Figaro Me Gérard Welzer, l'avocat de ces sept parties civiles. La magistrate devrait «faire un point sur l'enquête et expliquer aux proches de Sophie où en sont les recherches». Selon LCI, les enquêteurs s'intéressent particulièrement à la voiture du principal suspect Jean-Marc Reiser, et ont orienté leurs investigations vers un secteur forestier des Vosges que le quinquagénaire connaît bien. Des informations que Me Welzer n'est pas en mesure de confirmer.



Le suspect continue de nier
«La famille Le Tan est anéantie. Le papa est dans l'action, mais la maman... Ils sont anéantis», reprend Me Welzer. Le 5 octobre dernier, alors que Jean-Marc Reiser était entendu par la juge d'instruction, le père de la jeune femme a fait lire un message par un interprète au cours d'un «rassemblement citoyen» sous les fenêtres du tribunal: «Nous espérons que la lumière soit faite et que le coupable soit puni. Nous appelons les personnes responsables et les personnes qui aiment la justice à faire en sorte que ce drame soit bien élucidé. Nous aimerions trouver la vérité».

De son côté, Jean-Marc Reiser, mis en examen pour assassinat, enlèvement et séquestration, a continué à nier toute implication dans la disparition de l'étudiante tout au long des six heures d'interrogatoire. Le suspect s'en est tenu à sa version des faits: «Selon lui, il n'a aucune responsabilité dans la disparition de Sophie Le Tan», a déclaré Me Pierre Giuriato à l'issue de l'audition de son client. «C'était une journée très éprouvante», mais les déclarations du quinquagénaire au lourd passé judiciaire ont été «plus fluides que pendant sa garde à vue» et quelques «nouveautés» ont fait surface, a conclu l'avocat.

http://www.lefigaro.fr/

******************************************
La voiture de Jean-Marc Reiser passée au crible.

Aujourd’hui, les enquêteurs cherchent à contredire sa seule version des faits. Devant le juge d’instruction, le 5 octobre dernier, il avait reconnu dans un long interrogatoire avoir fait monter Sophie Le Tan chez lui. Mais selon lui, tout venait d’une bonne intention : il voulait la soigner car elle s’était blessée à la main. Elle serait alors restée une dizaine de minutes avant de repartir, vivante.


A 58 ans, ce fils de forestier connaît la forêt vosgienne comme sa poche et a un casier judiciaire bien rempli, notamment pour des accusations de viols. Mais selon nos informations, il a soutenu devant le juge d’instruction avoir été condamné à tort en 2001 pour le viol d'une auto-stoppeuse et de son ex-maîtresse.

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/10/2018 15:39  Mis à jour: 12/10/2018 15:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition de Sophie Le Tan : Affaire Le Tan : les étonnantes recherches Internet de Jean-Marc Reiser...
Ce sont les curieuses recherches internet de Jean-Marc Reiser qui intriguent pour l'heure les enquêteurs. Comme le rapporte Le Parisien ce vendredi, le suspect, sorti de prison en 2012, a notamment cherché à en savoir plus sur les conventions d'extradition des ressortissants français à l'étranger, en particulier dans les pays asiatiques et africains.

Une démarche qui pourrait laisser croire qu'il pensait à fuir hors de France ou à commettre une infraction à l'étranger. D'autant que son historique est rempli de consultations de sites de rencontres le mettant en relation avec des femmes de nationalité étrangère. Les forces de l'ordre vont désormais scruter à la loupe ses déplacements, potentiellement nombreux, hors de l'Hexagone.

Un nouveau périmètre de recherche délimité

Une nouvelle zone de recherche pour retrouver le corps de Sophie Le Tan a été délimitée, selon des informations recueillies par franceinfo.

Ce nouveau périmètre de recherche a été dessiné à partir des données du téléphone de Jean-Marc Reiser : selon le média, il a été ""borné" juste après la disparition de la jeune femme, dans une zone de 20 km², à l’ouest de Strasbourg".
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/10/2018 10:35  Mis à jour: 12/10/2018 14:36
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition Sophie Le Tan : du sang retrouvé "en grande quantité" chez Jean-Marc Reiser, sa version mise à mal. ( Vidéo)
- Selon les informations de LCI, d'importantes traces de sang ont été retrouvées un peu partout dans la salle de bain de Jean-Marc Reiser par les enquêteurs. De quoi mettre à mal la version du principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan.

Jean-Marc Reiser a toujours nié son implication dans la disparition de Sophie Le Tan, étudiante strasbourgeoise de 20 ans dont les proches sont sans nouvelle depuis le 7 septembre. Pour expliquer la présence de traces ADN de la jeune femme découvertes dans sa baignoire, il affirme aux enquêteurs qu'après l'avoir rencontrée à la faculté, il lui avait proposé de monter chez lui pour se soigner, alors qu'elle s'était blessée profondément à la main.

Mais selon les informations de LCI, cette version est mise à mal par les récentes recherches des enquêteurs. Ils ont en effet révélé des traces de sang "en quantité importante" dans la salle du bain du principal suspect.

Le lieu du crime ?

Ces traces pouvant mesurer un demi-mètre de long ont été retrouvées un peu partout dans la pièce, et pas uniquement dans la baignoire. Selon nos informations, les outils techniques de police scientifique ont pu prouver que du sang se trouvait sur les murs, le plafond et les canalisations.

De nouvelles révélations qui laissent penser que la salle de bain de Jean-Marc Reiser pourrait avoir été la scène de crime.

https://www.lci.fr


Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/10/2018 10:30  Mis à jour: 12/10/2018 10:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan: les nouvelles révélations accablantes sur Jean-Marc Reiser.
L’étau se resserre autour de Jean-Marc Reiser, principal suspect dans l’enquête sur la disparition de Sophie Le Tan, 20 ans, à Strasbourg depuis le 7 septembre.

Des bâches ont en effet été retrouvées dans la voiture de cet homme de 59 ans qui a plusieurs fois changé de version des faits et qui a été mis en examen pour "assassinat, enlèvement et séquestration", rapporte France info.

Les enquêteurs ont également trouvé que la photo utilisée par Jean-Marc Reiser pour illustrer son annonce immobilière sur Le Bon Coin — à laquelle la jeune femme avait répondu — était en fait une photo de l’appartement de sa mère. Le suspect °1 a d’ailleurs reconnu dernièrement que Sophie Le Tan était bien montée chez lui le jour de sa disparition.

D'étranges consultations sur internet
Autre découverte : Jean-Marc Reiser s’était renseigné sur internet sur les conventions d’extradition des ressortissants français à l’étranger, en particulier dans les pays asiatiques et africains, révèle Le Parisien. Cherchait-il à fuir dans un pays où il ne pourrait pas être extradé ?

Son historique de navigation comporte aussi des consultations de sites de rencontres et de mariages qui le mettaient en relation avec des femmes de nationalité étrangère, note également nos confrères. Pourquoi ? Celui qui a été responsable de l’admission des étudiants étrangers au Crous de Strasbourg a-t-il commis un crime à l’étranger ou avait-il l’intention de commencer une nouvelle vie dans un autre pays ? Les enquêteurs, lors de leur prochain interrogatoire, ne manqueront sûrement pas de le questionner à ce sujet.

https://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/10/2018 11:45  Mis à jour: 06/10/2018 11:45
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Audition de Jean-Marc Reiser : le suspect change de version et reconnaît que Sophie Le Tan est montée chez lui...
Le principal suspect dans l'affaire de la disparition de Sophie Le Tan est revenu sur ses premières déclarations devant le juge.



Jean-Marc Reiser a finalement reconnu que Sophie Le Tan était montée chez lui au 6e étage de son appartement en banlieue de Strasbourg, a appris franceinfo de source proche du dossier vendredi 5 octobre, confirmant une information de BFMTV. En revanche, il dément toujours son implication dans sa disparition.

Sophie Le Tan était blessée à la main, selon lui
Lors de son audition au palais de justice de Strasbourg, Jean-Marc Reiser a expliqué qu'il avait rencontré Sophie Le Tan par hasard à la faculté et que la jeune femme était blessée à la main. Il lui a alors proposé son aide. Elle aurait accepté de se rendre à son domicile, puis serait repartie.

Cela expliquerait la présence de l’ADN de Sophie le Tan dans la salle de bain, sur un robinet et un cumulus de son appartement, d'après ce qu'affirme Jean-Marc Reiser. Il a ensuite nettoyé les lieux. Sa femme s’était même étonnée de la propreté des lieux, a indiqué une source policière à franceinfo.

Le suspect numéro 1 dans la disparition de la jeune femme de 20 ans était entendu vendredi au palais de justice de Strasbourg. Il a été mis en examen pour "assassinat, enlèvement et séquestration" et placé en détention provisoire depuis mardi 18 septembre.

https://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/10/2018 11:56  Mis à jour: 05/10/2018 11:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Affaire Sophie Le Tan : la colère d'un Pradéen dont la famille aurait été victime du suspect il y a 30 ans.(Vidéo)
A Prades, Jacques Mehauden, le beau-frère d'une femme disparue il y a 30 ans, ne décolère pas. A l'époque, le suspect dans l'affaire Sophie Le Tan avait été jugé pour cette disparition. Mais Jean-Marc Reiser avait été acquitté. Aujourd'hui le Pradéen demande un meilleur suivi des prédateurs sexuels.

Il arpente les rues de Prades pour faire partager sa lettre citoyenne. Depuis 3 jours, Jacques Mehauden ne décolère pas. Cet habitant des Pyrénées-Orientales a vite fait le lien entre l'affaire Sophie le Tan et la disparition de sa propre belle-soeur, il y 31 ans, également à Strasbourg.

Le suspect présumé du meurtre de Sophie Le Tan déjà jugé en 2001 mais acquitté

Pour le Pradéen, la nouvelle affaire ravive une blessure jamais refermée. Il y a 31 ans, quand sa belle-soeur Françoise Hohmann disparaît à Strasbourg, Jean-Marc Reiser est rapidement suspecté. Il sera jugé pour cette disparition en 2001. 30 ans de prison requis mais il sera finalement acquitté.

Un meilleur suivi des prédateurs sexuels

Selon Jacques Méhauden, même si la justice a acquitté Jean-Marc Reiser à l'époque faute de preuve (le corps n'a pas été retrouvé), les peines dont le suspect a écopé par la suite (15 ans pour viol d'une jeune Allemande et de sa propre compagne) auraient dû suffire à identifier la dangerosité de l'individu.

Reiser a été libéré en 2016. Deux ans plus tard, sa mise en examen pour meurtre après le piège tendu à Sophie Le Tan qui recherchait un logement à Strasbourg pourrait relancer sa présomption de culpabilité dans la disparition de Françoise Hohmann. En tout cas, le beau-frère de celle-ci reste persuadé que Reiser est coupable de son enlèvement.

Le témoignage de Jacques Mehauden, recueilli à Prades par Alain Sabatier.



https://france3-regions.francetvinfo.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/10/2018 11:47  Mis à jour: 05/10/2018 11:52
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Sophie Le Tan. Jean-Marc Reiser : les parents de Françoise Hohmann sortent du silence( Vidéo)
Jean-Marc Reiser, principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, sera entendu vendredi 5 octobre par la juge d'instruction. Il avait déjà été soupçonné dans une autre disparition, celle de Françoise Hohmann en 1987, avant d'être acquitté. Les parents de la jeune femme sortent du silence.



Trente et un ans plus tard, le mystère n'est toujours pas résolu. La disparition de Sophie Le Tan à Strasbourg (Alsace) a replongé les parents de Françoise Hohmann en plein cauchemar. Jean-Marc Reiser, soupçonné du meurtre de la jeune étudiante, aurait été impliqué dans la disparition de leur fille en 1987. La nouvelle a fait l'effet d'un choc pour la famille. "Quand on est rentré de vacances, j'ai rentré le journal et on ne savait encore rien. Je lis les titres et je vois le nom 'Reiser'. Ça m'a tout de suite agressé. Ça recommence, c'est la même histoire", déplore Mariette Hohmann.

Acquitté pour la disparition de Françoise Hohmann
Françoise Hohmann a 23 ans lorsqu'elle disparaît en 1987. Elle travaille alors comme représentante de commerce. Les enquêteurs se penchent rapidement sur l'un de ses anciens clients, Jean-Marc Reiser. D'abord laissé hors de cause, il est jugé en 2001 pour la disparition de Françoise Hohmann. Faute de preuves, il est finalement acquitté. Une décision inacceptable pour les proches de la jeune femme, qui vivent dans "l'espoir d'une justice".

https://www.francetvinfo.fr/

Image redimensionnée
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/10/2018 12:30  Mis à jour: 02/10/2018 12:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 VIDEO. Affaire Sophie Le Tan: Sa famille s'est constituée partie civile ce lundi, et toujours aucune trace de la jeune femme disparue.
ENQUÊTE: Malgré une forte mobilisation et l’interpellation d’un suspect de 57 ans, Sophie Le Tan, disparue le 7 septembre, n’a toujours pas été retrouvée. Sa famille se constitue partie civile…

La famille de Sophie Le Tan s’est constituée partie civile ce lundi. Son avocat, maître Gérard Welzer, le confirme à 20 Minutes : « La famille de Sophie Le Tan est très meurtrie et souhaite être associée aux recherches et que la vérité soit prouvée, précise-t-il. Ses membres souhaitent être informés des avancées de l’enquête. » Alors que le principal suspect, Jean-Marc Reiser, un homme de 57 ans, sera entendu pour la deuxième fois par la juge d’instruction ce vendredi, 20 Minutes fait le point.

Une disparition puis une interpellation, une semaine après
Voici plus de trois semaines que Sophie Le Tan, étudiante de 20 ans, a disparu. Les faits remontent au 7 septembre dernier, jour de son anniversaire. La jeune femme se rendait en début de matinée à Schiltigheim, près de Strasbourg, pour visiter un appartement. On ne l’a plus revue depuis. Une semaine plus tard, le principal suspect, un homme de 57 ans, Jean-Marc Reiser, était interpellé après des recoupements téléphoniques. Il dispose de lourds antécédents judiciaires, ayant été notamment condamné par le passé à quinze ans de prison pour deux faits de viols. Il a également été acquitté dans une affaire de disparition jamais élucidée à Hautepierre. Lors d’une perquisition chez lui le 15 septembre, des traces de sang ont été retrouvées par les enquêteurs malgré un nettoyage récent. L’ADN de Sophie Le Tan y a été décelé. Jean-Marc Reiser a été mis en examen le 17 septembre pour « assassinat, enlèvement et séquestration ».



Silencieux malgré des « indices graves et concordants »
Le suspect a choisi dans un premier temps de se murer dans le silence devant les enquêteurs lors de ses auditions, comme l’a expliqué le procureur de la République de Strasbourg après sa mise en examen. En revanche, devant son avocat Francis Metzger, le suspect nie avoir rencontré Sophie Le Tan. Selon les déclarations de son avocat à France 3 Grand Est, Jean-Marc Reiser a affirmé « n’avoir rien à voir dans la disparition de Sophie Le Tan » et « qu’il est à la fois prisonnier dans le cadre de cette procédure judiciaire mais aussi d’un passé qui est relativement lourd. » Sans toutefois donner aucune explication sur les éléments découverts chez lui par la police scientifique.

La famille de Sophie Le Tan espère que le suspect parlera devant le juge d’instruction, l. Leur avocat, Gérard Welzer, complète : « Le suspect n’a pas été mis en examen par hasard. Comme le procureur l’a rendu public, des indices graves et concordants ont été découverts, comme l’ADN de Sophie Le Tan à son domicile. La famille souhaite connaître la vérité. »

Des recherches (policières et citoyennes) vaines jusqu’ici
La vérité est donc encore recherchée. Vaste mobilisation des enquêteurs de la police judiciaire de Strasbourg, battues citoyennes lancées par un groupe de bénévole sur les réseaux sociaux, marche solidaire pour la famille… Les initiatives se multiplient. Dimanche, près de 800 personnes ont marché en silence dans les rues de Schiltigheim, en présence de la famille. « Une famille anéantie, comme l’a rappelé à 20 Minutes Gérard Welzer, mais qui est aussi très touchée par les marques de solidarité et les gens qui veulent les aider, comme lors des recherches ou la marche blanche organisée. » Mais pour l’instant, Sophie Le Tan reste introuvable.

https://www.20minutes.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/09/2018 15:40  Mis à jour: 29/09/2018 15:40
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 VIDEO. Affaire Sophie Le Tan : nouvelles recherches citoyennes dans une forêt.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/09/2018 15:22  Mis à jour: 29/09/2018 15:22
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition de Sophie Le Tan : "Sa famille est anéantie", confie Me Gérard Welzer.
L'avocat de la famille de la jeune étudiante disparue le 7 septembre dernier demande au principal suspect de "s'exprimer".

"Il leur arrive le pire qui puisse arriver à des parents". En Alsace, l'angoisse des parents de Sophie Le Tan ne cesse de s'accroître. Cela fait maintenant plus de trois semaines que l'étudiante de 20 ans a disparu, alors qu'elle se rendait à une visite d'appartement à Schiltigheim, dans la banlieue de Strasbourg.

"Sa famille est anéantie. Ses parents vont mal", a confié au micro de RTL l'avocat de la famille de la disparue. Me Gérard Welzer poursuit : "Les parents de Sophie ne comprennent pas, et veulent la vérité. Nous, ce qui compte, c'est de savoir ce qu'est devenue Sophie".

Un suspect a été arrêté et mis en examen dans cette affaire. Il s'agit de Jean-Marc Reiser, déjà condamné à 15 ans de prison pour le viol d'une auto-stoppeuse en 1995, et soupçonné d'être à l'origine de la disparition d'une jeune fille en 1987.

L'ADN de Sophie retrouvé chez le suspect
Sophie Le Tan avait rendez-vous avec l'homme âgé de 58 ans le jour de sa disparition. L'ADN de la jeune fille avait d'ailleurs été trouvé dans des traces de sang retrouvées chez le suspect. Mais face aux enquêteurs, ce dernier ne cesse de nier son implication dans la disparition de l'étudiante.

"Lorsqu'on voit le casier judiciaire de monsieur Reiser, il est évident que le dossier va poser d'autres questions. Qu'il s'exprime et dise ce qu'il s'est passé", implore l'avocat au nom de ses clients. Me Welzer a également confié qu'il n'avait pas osé demandé aux parents s'ils avaient encore l'espoir de retrouver leur fille en vie.

Ce samedi 29 septembre, deux nouvelles battues sont organisées pour retrouver la trace de la jeune fille. Une marche blanche aura également lieu à 19 heures à Schiltigheim.

https://www.rtl.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/09/2018 15:08  Mis à jour: 29/09/2018 15:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition de Sophie Le Tan : Jean-Marc Reiser va être entendu le 5 octobre.
S'il a toujours refusé de s'exprimer jusqu'à présent, Jean-Marc Reiser, principal suspect dans l'affaire Sophie Le Tan, disparue le 7 septembre dernier près de Strasbourg, doit être entendu par le juge d'instruction vendredi 5 octobre. Son avocat a pu le rencontrer pour la première fois mercredi 26 septembre.

Va-t-il enfin parler ? Me Francis Metzger l'assure, alors que ce fils de forestier de 58 ans s'était muré dans un silence obstiné face aux policiers. "Il a parlé, il a pris une position radicale qui consistait à dire qu'il n'est nullement impliqué dans la disparition de cette jeune fille", a-t-il expliqué au micro de RTL.

Selon les propos rapportés par son avocat, Jean-Marc Reiser a l'impression d'être "désigné par la rumeur et par les enquêteurs comme étant déjà présumé coupable". "C'est très difficile pour lui d'assumer cela. Il a l'impression d'être prisonnier de son passé", poursuit-il.

Un lourd casier judiciaire
Il faut dire que son casier judiciaire est déjà bien rempli. Il a été condamné en 2001 par la cour d'assises du Doubs à 15 ans de réclusion pour des viols commis en 1995 et 1996, peine confirmée ensuite par la cour d'assises d'appel de Côte d'Or en 2003.

En 1995, il avait violé une auto-stoppeuse allemande sous la menace d'une arme, dans les Landes. L'année suivante, il avait violé à plusieurs reprises une ancienne maîtresse avant d'être interpellé lors d'un contrôle de routine des douaniers dans le Doubs en 1997.

https://www.rtl.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/09/2018 10:26  Mis à jour: 26/09/2018 10:26
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition de Sophie Le Tan près de Strasbourg : des perquisitions et deux personnes entendues.
L'enquête se poursuit autour de la disparition de Sophie Le Tan, une jeune étudiante près de Strasbourg (Bas-Rhin). Deux personnes sont entendues par la police ce mercredi.

Trois perquisitions ont eu lieu mercredi 26 septembre 2018 durant la matinée dans l’entourage de Jean-Marc Reiser. Elles se sont déroulées à Strasbourg et à Schiltigheim (Bas-Rhin), révèlent France Bleu et France 3.

Jean Marc Reiser, âgé de 58 ans, est le suspect numéro un dans cette affaire. Il a été mis en examen et incarcéré pour « assassinat » après la disparition de Sophie Le Tan à Schiltigheim le 7 septembre dernier.

Deux personnes entendues

Par ailleurs, selon France 3, deux personnes sont actuellement entendues à l’hôtel de police de Strasbourg en audition libre.

Un homme de 60 ans, habitant à Schiltigheim, et dont l’appartement et la voiture ont été fouillés, est interrogé par les enquêteurs de la police judiciaire. Une seconde personne, domiciliée dans le quartier de la Robertsau à Strasbourg, dans un immeuble dans lequel a vécu Jean-Marc Reiser, intéresse également les policiers.
Une marche de soutien organisée samedi

Tandis que les battues citoyennes continuent pour tenter de retrouver Sophie Le Tan, une marche de soutien va être organisée ce samedi.

L’événement doit se dérouler en présence de proches à Schiltigheim, où la jeune étudiante a disparu.

Des membres de la famille de la disparue ont par ailleurs participé samedi à une des trois battues citoyennes, organisées dans des espaces naturels à Bischheim, Souffelweyersheim, communes situées près de Schiltigheim, et à Strasbourg.
https://actu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 25/09/2018 12:39  Mis à jour: 25/09/2018 12:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan. “Nous étions convaincus que c’était Jean-Marc Reiser” témoigne une cousine de Françoise Hohmann, disparue en 1987.
La disparition de Sophie Le Tan met en lumière celle - jamais élucidée - de Françoise Hohmann en 1987 à Strasbourg. Mis en cause, Jean-Marc Reiser avait été acquitté en 2001. La cousine de Françoise Hohmann s'est confiée à France 3 Alsace. Elle évoque son choc et son sentiment de colère.

Catherine (le prénom a été modifié) est rentrée de vacances il y a quelques jours. "De superbes vacances en Sardaigne". Des vacances pendant lesquelles, cette mère de famille de 45 ans, habitante de Haguenau, ne se doutait pas que sa vie allait à nouveau basculer.

"Au retour, ça a été la douche froide. J’ai allumé la télé, j’ai vu les photos de ma cousine qui tournaient en boucle, j’ai vu qu’une autre jeune femme avait disparu. J’avais l’impression d’être dans un mauvais film, confie-t-elle par téléphone à France 3 Alsace, avant d’ajouter, en larmes, je ne dors plus, je ne mange plus, l’histoire se répète."

A l’époque de la disparition de Françoise Hohmann, en 1987, Catherine avait 14 ans. "J’étais encore jeune, ma famille m’a protégée, mais ça a été très difficile. Nous étions très proches elle et moi, nous passions nos vacances ensemble, c’était une super fille", se souvient-elle. Françoise Hohmann, jeune vendeuse d’aspirateurs à domicile, s’était volatilisée un 8 septembre, le dernier client à qui elle avait rendu visite avant sa disparition, dans le quartier de Hautepierre, à Strasbourg, était Jean-Marc Reiser. "Difficile de ne pas faire le parallèle avec la disparition de Sophie Le Tan, disparue un 7 septembre", constate-t-elle avec amertume.



"À l’époque, on ne nous a même pas crus. Il a fallu attendre un mois pour que nous puissions déposer plainte". Mis en cause, Jean-Marc Reiser a finalement été acquitté par les jurés de la cour d'assises du Bas-Rhin en 2001, faute de preuves tangibles.

Quand mon oncle et ma tante ont appris l’acquittement, ça a été l’horreur. Ils sont devenus fous. Ils ont dit à l’avocat de Reiser qu’il était le diable.


"Nous étions convaincus que c’était lui. Il y a des éléments qui ont été retrouvés dans sa voiture en 1997. Une pelle, une cordelette sans compter son passé judiciaire déjà bien fourni. C’est parlant tout de même, non?" Un procès, auquel les parents de Françoise Hohmann, 80 ans aujourd'hui, ont évidemment assisté. "Quand mon oncle et ma tante ont appris l’acquittement, ça a été l’horreur. Ils sont devenus fous. Ils ont dit à l’avocat de Reiser qu’il était le diable."


En trente-et-un ans, Françoise Hohmann, n’a jamais été retrouvée. "Nous n’avons jamais pu savoir ce qui était arrivé à notre cousine. Nous n’avons jamais pu faire notre travail de deuil. Imaginez ce que ressentent les parents. Perdre un enfant c’est déjà difficile, mais dans ces conditions, c’est inimaginable. On m’a volé ma cousine, on leur a volé une fille». Depuis plusieurs années, la famille avait choisi de ne plus parler de ce drame. "Nous nous étions conditionnés à mourir sans savoir."

La disparition de Sophie Le Tan le 7 septembre à Schiltigheim, et la mise en examen dix jours plus tard de Jean-Marc Reiser pour enlèvement, séquestration et assassinat, ravive dorénavant le passé et la douleur. "Nous sommes en colère contre la justice. Pourquoi cet homme n’était-il pas suivi correctement? Tout le monde savait qu’il était dangereux. Même les voisins disent aujourd'hui qu’ils avaient des doutes et des interrogations sur son profil. Avec ses antécédents, Reiser a pu travailler dans une médiathèque, approcher des jeunes femmes. Ce n’est pas normal. Malheureusement il a fallu une disparition pour que ça ressorte. Ça ne m’étonne même pas", s’emporte Catherine.

Les proches de Françoise Hohmann se disent solidaires de la famille de Sophie Le Tan. "Nous n’avons pas encore pris contact avec ses parents. Il faut d’abord qu’on digère". Concernant leur propre affaire, même si Jean-Marc Reiser ne pourra plus jamais être accusé du meurtre de Françoise Hohmann, son acquittement étant définitif, Catherine avoue "garder espoir de connaître un jour la vérité". "Je demande à la justice de nous rendre Françoise. Ce serait un miracle. Avec l’évolution des moyens de recherche et d’investigation, il y a peut-être encore un espoir».

Les parents de la disparue pourraient se rapprocher d’un nouvel avocat dans les prochains jours. "On sait que la suite va être difficile, mais nous sommes prêts à nous battre" conclut Catherine.

L'affaire Hohmann pourrait-elle être rouverte?

Maître Gletty, l'ancienne avocate de la famille Hohmann, est catégorique. "Il ne peut pas y avoir de procès en révision. Cela ne marche que pour innocenter quelqu'un qui a été déclaré coupable. Jean-Marc Reiser a été acquitté, il ne pourra plus jamais être condamné pénalement, même s'il avouait finalement avoir tué Françoise."

"Le fantôme de Françoise Hohmann planera inévitablement sur les débats à venir."


N'y a t-il alors aucune chance de relancer des recherches pour retrouver la disparue? "L'instruction pourrait être relancée concernant la recherche de Françoise Hohmann si des éléments tangibles étaient mis à jour. Mais une fois encore, on ne pourra aboutir à aucune condamnation". Dix-sept ans après le procès, l'avocate garde un sentiment d'amertume, avouant n'avoir connu qu'un échec marquant dans sa carrière : l'acquittement de Jean-Marc Reiser. Et elle l'affirme "le fantôme de Françoise Hohmann planera inévitablement sur les débats à venir."
Pendant la conférence de presse donnée par la procureure de Strasbourg, Yolande Renzi le 18 septembre, celle-ci avait évoqué cette affaire... tout en expliquant qu'on ne pouvait pas l'évoquer, mais en précisant que les enquêteurs avaient trouvé des "éléments intéressants" : "Il ne peut plus aujourd’hui être fait état de la décision d’acquittement qui a été prononcée par la cour d’assises du Bas-Rhin en mai 2001 du chef d’homicide volontaire sur cette jeune femme dont le corps n’a toujours pas été retrouvé à ce jour. Mais à l’examen de ce dossier, qui est définitif, qui ne pourra pas être repris, le juge d’instruction pourra trouver dans la lecture ce dossier trouver des éléments intéressants sur comment à l’époque les enquêteurs avaient été amenés à s’intéresser à Jean-Marc Reiser."

https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/09/2018 11:20  Mis à jour: 24/09/2018 11:20
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition de Sophie Le Tan : «Nous avons encore de l’espoir» disent ses parents …
Des fleurs. Des bougies. Et beaucoup de larmes silencieuses. Une cérémonie pour la « mémoire » de Sophie Le Tan, 20 ans, « jeune fille lumineuse et limpide », s’est tenue ce dimanche à Schiltigheim (Bas-Rhin), là où la jeune étudiante a disparu le 7 septembre 1987, jour de son anniversaire.

Natifs du Vietnam, ses parents attendaient son retour ce jour-là pour fêter ses 20 ans dans un restaurant à Cernay (Haut-Rhin), dans les environs de Mulhouse. Des proches espèrent encore « un miracle », chapelet en main, alors que d’autres, bouddhistes, allument des bâtons d’encens.

L’étudiante, qui devait débuter sa troisième année de licence d’économie et gestion le 11 septembre, cherchait un petit appartement dans l’agglomération strasbourgeoise. Ce 7 septembre, selon ses proches, Sophie avait emporté avec elle son téléphone portable et son ordinateur.

Elle serait tombée dans un piège diabolique fomenté par Jean-Marc Reiser, 58 ans, déjà condamné pour viols et cambriolages et désormais mis en examen et écroué pour assassinat, enlèvement et la séquestration. Quasi mutique, il a nié avoir rencontré la jeune femme dont l’ADN a pourtant été découvert dans sa salle de bains à Schiltigheim.

Malgré leur immense détresse, des proches de la disparue acceptent de parler d’elle. « Une enfant sage et sérieuse, mais aussi sportive. Elle continuait les études même si elle cherchait encore sa voie définitive », décrit Thaï An, jeune homme proche de Sophie. Toute la famille fait bloc autour des parents de Sophie, réfugiés dans leur pavillon propret de la rue Curie, à Cernay. Un autel bouddhiste est posé devant de la porte. Comme pour conjurer le mauvais sort.

« Chacun prie pour le retour de Sophie. C’est notre tradition », explique Laura B., sa cousine, étudiante en fin de cycle à la faculté de chirurgie dentaire. « Elle ne serait jamais montée en voiture avec un inconnu. Elle était méfiante. Je l’avais déjà mise en garde sur des fausses annonces », se souvient encore Thaï An.

Tri Le Tan, le père de famille, et son épouse Huog ont toujours voulu « le meilleur pour leurs enfants », selon Christophe, un cousin par alliance désemparé par l’absence de Sophie qui jure de « pouvoir faire parler » le suspect s’il en avait l’occasion. Bien conscient que les choses ne fonctionnent pas ainsi.

« Nous souhaitons que Sophie soit vivante »
Le papa, le premier à être arrivé en France il y a vingt-trois ans, travaille chez un grand constructeur automobile de la région, tandis que sa femme est mère au foyer. « Un couple modeste mais qui sacrifie tout pour ses enfants », résume un élu local. Effondré, le couple est rassemblé autour du frère et de la petite sœur lycéenne de Sophie « à laquelle elle est très liée », confie sa cousine Laura. Le papa n’a pas pu reprendre son travail depuis le 7 septembre. « Nous avons encore de l’espoir. Nous souhaitons que Sophie soit vivante », soupire une tante par alliance installée à Mulhouse.

Sophie Le Tan est allée au collège René-Cassin à Cernay. Elle s’y est forgé de solides amitiés. « Une bonne élève, calme, douce toujours à l’écoute des autres. Jamais renfermée ni casanière », se souvient Doriañ, 19 ans, sa camarade aujourd’hui étudiante en BTS à Thann (Haut-Rhin). « Nous avons pratiqué la gymnastique ensemble et fait des spectacles. Sophie, elle, se souvenait toujours de l’enchaînement des chorégraphies quand nous, on s’y perdait. Elle nous guidait », continue Doriañ qui avoue « ne pas croire » à ce qui se passe : « On croit toujours que cela n’arrive qu’aux autres et là c’est chez nous. »

« C’est une fille adorable et qui en veut. Une étudiante courageuse, sportive, qui pratique la musculation. Elle a aussi fait du cross fit. On enchaînait jusqu’à épuisement les pompes, des tractions, des séries d’abdos et le squat. Une véritable battante », assure encore la jeune femme.

Courageuse oui. Et pour aider à financer son quotidien, Sophie Le Tan, avait travaillé cet été comme réceptionniste dans un hôtel trois étoiles du quartier Ambassade à Strasbourg. Elle voulait assurer son indépendance. Jean-Marc Reiser ne lui en a pas laissé le temps.

http://www.leparisien.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/09/2018 19:41  Mis à jour: 23/09/2018 19:41
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan: “Les étudiantes étaient mal à l’aise en présence de Jean-Marc Reiser”, témoigne le doyen de la faculté de Strasbourg...
Depuis la disparition de Sophie Le Tan, les témoignages se succèdent concernant la personnalité de Jean-Marc Reiser, principal suspect dans cette affaire. Le doyen de la faculté des sciences historiques de Strasbourg décrit le malaise que suscitait cet homme inscrit comme étudiant en archéologie.


C’est un nouveau témoignage qui renforce, encore un peu plus, l’image d’une personnalité trouble et peu rassurante. Plus de 10 jours après la disparition de Sophie Le Tan à Schiltigheim, le principal suspect de l’affaire, Jean-Marc Reiser, est décrit comme "malsain" par le doyen de la faculté des sciences historiques de Strasbourg, Jean-Yves Marc.

"Les étudiantes me disaient souvent qu’elles avaient peur en sa présence. Certaines demandaient à des garçons d’être présents à leurs côtés pour se rassurer lorsqu’elles se savaient seules avec lui. Elles trouvaient cet homme lourd et déplacé" révèle Jean-Yves Marc. "Plusieurs d’entre elles ont été invitées à venir chez lui, ou à aller se baigner dans des rivières, choses qu’elles ont refusé".

Étudiant en archéologie byzantine, Jean-Marc Reiser, 58 ans, ne passait pas inaperçu dans les couloirs de la faculté. D’abord parce qu’il était "particulièrement assidu, fréquentant la bibliothèque matin, midi et soir, mais aussi parce qu’il était grand, massif, impressionnant physiquement. Il suscitait la méfiance. Il avait aussi un caractère inconvenant" se souvient encore le doyen.

Un malaise également éprouvé au sein du corps professoral. "Des étudiants d’un certain âge, nous en avons déjà eu plusieurs, mais c’est la première fois que des collègues me disaient qu’ils ne voulaient plus travailler avec l’un d’eux. Jean-Marc Reiser avaient souvent des propos déplacés". Et de conclure : "Malgré tout cela, nous ne pouvions pas nous douter qu’un jour il serait suspecté d’un tel acte. Ça fait froid dans le dos."

https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/09/2018 13:23  Mis à jour: 23/09/2018 13:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Re : Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan : Disparition de Sophie Le Tan : le suspect utilisait le bon coin pour attirer les filles...
Jean-Marc Reiser, mis en examen pour "assassinat" dans le cadre de la disparition à Strasbourg de Sophie Le Tan, 20 ans, aurait utilisé le site de petites annonces pour attirer les jeunes filles...

Le profil est de plus en plus inquiétant. Selon les Dernières Nouvelles d'Alsace, le suspect dans l'affaire de la disparition de l'étudiante de Strasbourg traîne un lourd passif. Jean-Marc Reiser, condamné en 2001 pour viols, aurait ainsi commis des cambriolages en 2012 et 2016.


L'homme de 58 ans s'introduisait dans des cliniques vétérinaires pour y voler des anesthésiants et des relaxants musculaires très efficaces. Il a été condamné en 2012 à deux ans de prison ferme et en 2016 à huit mois ferme, malgré la récidive.

Il allait bénéficier d'un aménagement de peine
Il avait également comparu devant le tribunal de Strasbourg en avril 2017 pour recel de vol, où il avait écopé de cinq mois de prison ferme mais il allait bénéficier d'une réduction de peine avant l'ouverture d'une information judiciaire concernant l'affaire Sophie Le Tan.

Mais ce n'est pas tout. BFM TV révèle aussi ce vendredi que Jean-Marc Reiser se servait du site leboncoin.fr pour poster des annonces afin d'appâter les jeunes filles. Il les publiait depuis un cybercafé pour passer incognito.

C'est de cette manière, en postant une annonce immobilière, qu'il avait déjà tenté d'attirer deux jeunes femmes, avant la disparition de Sophie Le Tan le 7 septembre dernier.

https://www.ledauphine.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/09/2018 14:32  Mis à jour: 22/09/2018 14:32
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan : le suspect numéro un sort du silence et nie toute implication.
Il est enfin sorti de son silence. Jean-Marc Reiser, principal suspect dans la disparition le 7 septembre dans la banlieue de Strasbourg de Sophie Le Tan, une étudiante en économie de 20 ans, a commencé à répondre aux questions des enquêteurs.

Après plusieurs jours de mutisme, il a affirmé en garde à vue n’avoir jamais rencontré Sophie Le Tan et ce, malgré plusieurs éléments matériels à charge, selon BFMTV. Du sang de la jeune femme a, en effet, été retrouvé dans sa baignoire, chez lui, à Schiltigheim.

C'est ici que la jeune fille s'était rendue pour répondre à une petite annonce pour un logement. La présence de Reiser dans les environs est aussi corroborée par des données téléphoniques. Déjà mis en examen en début de semaine pour enlèvement, séquestration et assassinat, il continue pourtant de nier toute implication dans cette affaire.
Une voisine assure avoir vu Sophie le jour de sa disparition

Depuis le début, son profil de prédateur, particulièrement inquiétant, joue contre lui. Il a déjà été condamné pour plusieurs viols et acquitté dans une étrange histoire de disparition à Strasbourg en 1987, jamais résolue. A-t-il attiré l'étudiante chez lui pour l'assassiner ? Il avait en tout cas déjà tenté de piéger deux autres jeunes filles, en publiant des annonces immobilières sur internet, selon le directeur régional de la police judiciaire Christophe Allain.

Un témoignage vient encore alourdir les soupçons contre lui. Une voisine affirme avoir vu la jeune Sophie Le Tan devant l’immeuble le jour de sa disparition, selon BFMTV. Elle a même pu décrire très précisément les vêtements que portait la jeune femme. « J’ai aperçu une jeune femme en costume noir, à qui j’ai ouvert. Il n’y avait pas d’Asiatiques dans l’immeuble, donc ça m’a marqué. Je suis la dernière à l’avoir vue vivante », a-t-elle témoigné.

La présence d’un deuxième ADN dans l'appartement du suspect a été mise en évidence très tôt par les enquêteurs. Appartient-il à une autre victime potentielle ? On sait simplement pour l’heure que c’est celui d’une femme.
L’étudiante nigériane est bien vivante


Afin d’élargir leurs investigations, la police judiciaire a lancé des demandes de renseignements aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg et en Allemagne, pour creuser la piste d’éventuelles disparitions non-signalées.

https://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/09/2018 14:02  Mis à jour: 22/09/2018 14:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Affaire Sophie Le Tan: la seconde jeune fille recherchée est bien vivante
Les enquêteurs recherchaient une jeune étudiante nigériane brièvement hébergée chez Jean-Marc Reiser au mois de mai 2018. Selon France 2, qui a joint l'ambassade du Nigeria, la jeune femme est bien vivante.


L'hypothèse de la disparition d'une étudiante nigériane n'est plus à l'ordre du jour depuis vendredi soir. D'après France 2 qui a joint l'ambassade du Nigeria, la jeune femme qui avait été hébergée un temps par Jean-Marc Reiser, est bien vivante et serait retournée au pays. Plusieurs témoignages de voisinage de l'immeuble, rue Perle à Schiltigheim attestaient du passage en mai 2018 d'une jeune femme noire anglophone chez Jean-Marc Reiser. L'absence de nouvelles depuis quatre mois la concernant faisait craindre le pire.

Pour l'instant, il n'est pas possible de dire si les autres traces d'ADN - outre celles de Sophie Le Tan - découvertes chez Jean-Marc Reiser appartiennent à cette jeune femme nigériane.


https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/09/2018 12:30  Mis à jour: 22/09/2018 12:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Mise en examen de Jean-Marc Reiser dans la disparition de Sophie Le Tan : "Ce sont des prédateurs d'une très grande dangerosité"...
Michèle Agrapart-Delmas, psycho-criminologue, a réagi jeudi sur franceinfo après la mise en examen de Jean-Marc Reiser. Cet homme de 58 ans, est suspecté d'avoir enlevé et tué Sophie Le Tan, une étudiante de 20 ans, disparue dans les environs le 7 septembre.



"Ce sont des prédateurs d'une très grande dangerosité avec une anesthésie affective, qui n'ont aucun regret, remord ou repentir", a déclaré ce jeudi 20 septembre sur franceinfo Michèle Agrapart-Delmas, psycho-criminologue après la découverte d'un second ADN féminin inconnu dans les traces de sang présentes chez Jean-Marc Reiser à Schiltigheim (Bas-Rhin).

"Une très grande méchanceté"
L'homme est le principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, une étudiante de 20 ans qui n'a plus donné signe de vie depuis le 7 septembre dernier et dont l'ADN a été retrouvé dans les traces de sang découvertes chez Jean-Marc Reiser. L'individu de 58 ans qui possède de lourds antécédents judiciaires, a été mis en examen pour "enlèvement", "séquestration" et "assassinat" lundi 17 septembre dans cette affaire.

"Ce sont des individus immatures, d'une très grande - je n'ose plus dire méchanceté car le terme est devenu désuet - pourtant il dit bien ce qu'il veut dire et on trouve souvent chez eux, des antécédents de délinquance", a poursuivi la psycho-criminologue.

"La victime devient un objet"
"On est dans des méthodes de chasseurs. Ce sont des individus qui, souvent, ne sont pas dotés d'une très grande intelligence, qui ont une intelligence pratique, concrète, ils sont malins. Ils sont capables de mettre en place des véritables stratégies parce que le projet de ces gens-là est un projet de satisfaction de leurs pulsions sexuelles mais aussi d'agressivité, de mort, de domination, d'emprise... Et c'est en cela qu'ils sont dangereux."

"Ces gens-là sont complètement insensibles au stress, ajoute-t-elle, et ils ne sont pas du tout angoissés. Ils ont un sentiment de toute-puissance et ça leur donne de l'énergie pour passer à l'acte. Ils n'ont aucun respect pour les autres qui ne sont là que pour satisfaire leur perversité. La victime, dans ce cas-là, ne l'intéresse pas en tant qu'individu, elle devient un objet. Mais ces pervers ne peuvent pas être soignés puisqu'ils ne sont pas malades. Il y a donc des aides judiciaires, des suivis médicaux, psychologiques", conclut-elle.

https://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/09/2018 12:09  Mis à jour: 22/09/2018 12:09
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Nouvelle battue ce dimanche pour retrouver Sophie Le Tan, le passé du principal suspect passé au crible ( L'ombre d'un prédateur?)...


ENQUÊTE - Deux semaines après la disparition de Sophie Le Tan près de Strasbourg, une nouvelle battue est organisée ce dimanche pour tenter de retrouver la jeune étudiante. Les enquêteurs tentent de faire parler les moindres indices laissés par le suspect. Le parcours de Jean-Marc Reiser est aussi passé au peigne fin, les policiers étant convaincus que d’autres faits pourraient être imputés à cet homme au lourd casier judiciaire.


C’est un profil qualifié par les enquêteurs de "très inquiétant". Jean-Marc Reiser, 58 ans, mis en examen pour assassinat, enlèvement et séquestration après la disparition de Sophie Le Tan, il y a dix jours à Strasbourg, s'est muré dans le silence depuis son arrestation il y a une semaine. Mais les recherches se poursuivent "sur un large périmètre" pour tenter de localiser la jeune étudiante de 20 ans. Une nouvelle "battue citoyenne" a lieu ce matin, avec des forces de police et des bénévoles, pour tenter de retrouver l'étudiante disparue. LCI fait le point sur l'enquête.

Comment les enquêteurs ont remonté la trace du suspect ?
Le 7 septembre au matin, Sophie Le Tan avait rendez-vous à Schiltigheim, près de Strasbourg, pour visiter un appartement. Elle ne donnera plus signe de vie. Très vite, sa disparition est considérée comme "très inquiétante" par les policiers. Un appel à témoins est lancé, des voisins interrogés, une brigade cynophile déployée sur le terrain. Les enquêteurs finiront par retrouver l’annonce immobilière à laquelle Sophie Le Tan a répondu. Mais l'homme a pris ses précautions : le numéro de téléphone est associé à une ligne prépayée.



"C’est à partir du témoignage de deux jeunes filles qui ne se connaissent pas mais qui ont elles aussi répondu à une annonce d’un loueur potentiel pour un appartement situé dans la même zone de Schiltigheim et qui avaient eu un rendez-vous de fixer" que l'enquête prend un véritable tournant, explique mardi la procureure de la République à Strasbourg, lors d'une conférence de presse. "A partir de leur témoignage, les enquêteurs ont effectué un travail de recensement, d’analyse et d’identification de tous les déclenchements des relais téléphoniques de cette zone. Les recoupements les ont amenés à un certain Jean-Marc Reiser", développe alors Yolande Renzi.



Selon nos informations, l'homme donnait une fausse adresse près de son domicile et repérait les jeunes femmes depuis sa fenêtre.

Des traces ADN dans l'appartement de Jean-Marc Reiser
La perquisition menée dans son appartement à Schiltigheim a permis de révéler "l'existence de traces de sang, malgré manifestement un nettoyage en profondeur et très récent des lieux", avait indiqué la procureure. Cette trace ADN, c'est celle de Sophie Le Tan.



Depuis, une deuxième trace d'ADN féminin a été découvert à son domicile. S'agit-il d'une trace de sang ? Les "experts" ne peuvent pas encore se prononcer. Seule certitude, elle a été retrouvée parmi d'autres traces dans la baignoire du suspect, là où a été découvert l'ADN de Sophie Le Tan. Des analyses sont en cours pour tenter de savoir à qui appartient cette trace.



jean-Marc Reiser "connaît très certainement les méthodes de travail des policiers. C’est ce qu’on peut déduire du nettoyage méthodique de son appartement, ainsi que des précautions qu’il prend avec ses téléphones", a commenté auprès de LCI un enquêteur de la PJ.

D'autres affaires de disparition étudiées
Une cinquantaine d'enquêteurs de la police judiciaire de Strasbourg exploitent depuis méthodiquement les moindres indices laissés par le suspect. Une quinzaine de personnes ont par ailleurs organisé spontanément une battue sur les rives de l'étang de la Balastière, à Bischheim, au nord de Strasbourg, afin de retrouver Sophie Le Tan.



Dès les premières heures de l'enquête, plusieurs services de la Direction centrale de la police judiciaire ont été associés : la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité, la police scientifique et technique ainsi que l'Office central pour la répression des violences aux personnes OCRVP.

Selon nos informations, les enquêteurs de ce dernier service étaient en effet attendus vendredi à Strasbourg pour aider les policiers de la PJ à dresser le parcours du suspect. Car les policiers sont convaincus que d’autres faits pourraient lui être imputés. Son profil, son CV, son parcours vont ainsi être passés au crible et plusieurs dossiers de disparitions non résolues vont être confrontés pour effectuer d’éventuels recoupements.

L'ombre d'un prédateur ?
Le passé et le profil de Jean-Marc Reiser interpellent les enquêteurs. Il a été condamné par le passé pour viols sur deux femmes et acquitté pour une troisième affaire de disparition non résolue. Françoise Hohmann, une jeune représentante commerciale de 23 ans, avait disparu à Strasbourg en 1987. Son dernier client s’appelait Jean-Marc Reiser. Le corps de la jeune femme n’a jamais été retrouvé. L'homme sera acquitté en 2001 dans cette affaire.

"Très certainement, ce dernier fait (la disparition de Sophie Le Tan, ndlr) s’inscrit dans une sérialité de crimes", explique à LCI un enquêteur de la police judiciaire.

Isabelle Steyer, avocate d'une des anciennes victimes de Jean-Marc Reiser interrogée par LCI, se souvient lors du procès d'un homme qui "était dans la maîtrise de l’audience et des questions", "très sûr de lui". Me Steyer voit des "points communs avec Nordahl Lelandais dans le mode de défense utilisé". Des hommes qui ne "disent rien" et "ne commencent à parler" qu'à partir du moment où on leur présente des preuves.

"On ne ressent pas les émotions, comme s'il était témoin de sa propre histoire, détaché de ce qu’il a fait", a-t-elle aussi expliqué.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/09/2018 12:34  Mis à jour: 21/09/2018 12:34
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan. En Alsace, la Police judiciaire étudie d’anciennes disparitions.
La police judiciaire de Strasbourg travaille désormais avec l’office central pour la répression des violences aux personnes, chargé de regarder tous les dossiers de disparition et plus particulièrement s’agissant d’étudiantes.


Il faut dire que le profil de Jean-Marc Reiser interroge. Il est à la fois un jeune étudiant sérieux, qui a suivi des cours à l’Institut régional d’administration (IRA) de Bastia (Corse) et a passé les concours de la fonction publique. Un homme que les avocats qui ont croisé son chemin dépeignent à l’unisson comme « intelligent ». Il est aussi amateur de la nature, lui qui a grandi auprès d’un père forestier, et qui selon une source proche de l’enquête « connaît la forêt vosgienne comme sa poche ».

Mais, a contrario, Jean-Marc Reiser est également un grand gaillard que des connaissances décrivent comme « froid, étrange, extrêmement solitaire » voire « pervers, agressif et violent, au regard glaçant ».

Un homme qui, en 1997, avait été découvert, lors d’un contrôle de routine des douaniers dans le Doubs, avec un arsenal d’armes, et surtout des photos pornographiques de femmes nues semblant endormies ou inconscientes (non identifiées) dans le coffre de sa voiture.

Lors de son procès devant la cour d’assises du Bas-Rhin en 2001, dans une affaire de disparition d’une autre jeune femme de 23 ans qui s’est soldé par son acquittement, il avait évoqué l’alcoolisme de son père malade et son goût des voyages, tentant d’évacuer cette image d’irritabilité. Aux jurés, il avait même lancé, après avoir essuyé quelques larmes : « Je ne suis pas le monstre que l’on croit. »

Actuellement sans profession, il était inscrit à l’Université de Strasbourg et vivait seul dans son studio au sixième étage du premier immeuble de la rue Perle à Schiltigheim depuis moins d’un an. Là même où du sang de Sophie Le Tan a été découvert.

Une cinquantaine d’enquêteurs de la police judiciaire de Strasbourg poursuivent leurs recherches « intensives » sur un large périmètre pour retrouver l’étudiante.

Jeudi soir, une veillée a été organisée rue Perle à Schiltigheim en soutien des proches de Sophie Le Tan.

Il ne faut pas en tirer des conclusions hâtives

Une source proche de l’enquête

https://www.estrepublicain.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/09/2018 12:29  Mis à jour: 21/09/2018 12:29
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan : Jean-Marc Reiser volait de puissants anesthésiants dans des cabinets vétérinaires.
Par ailleurs, un 2e ADN féminin a été trouvé dans son studio.
Prédateur sexuel, homme solitaire et taciturne, collant parfois jusqu’à l’excès ses collègues féminines, Jean-Marc Reiser, 58 ans, fait l’objet d’un « crible » de la part de la police judiciaire pour remonter son parcours criminel. Cet homme déjà condamné pour viol dans le passé est mis en examen pour l’enlèvement, la séquestration et l’assassinat de Sophie Le Tan, une étudiante de 20 ans, disparue depuis le 7 septembre.

Les policiers se penchent sur son intérêt pour les cabinets vétérinaires. Il en a cambriolé au moins deux dans l’agglomération de la capitale alsacienne en 2012 et 2016, selon nos informations. « On y trouve des produits analgésiques puissants et des relaxants musculaires très efficaces qui permettent de mettre la victime dans un état léthargique et de soumission totale », confirme une source judiciaire.

Jean-Marc Reiser a déjà été condamné en 2012 pour avoir tenté de cambrioler un cabinet vétérinaire à Cronenbourg, un quartier de la capitale alsacienne. Il avait écopé de quatre ans de prison dont deux ferme.

Une libération… puis une récidive
La police judiciaire avait aussi retrouvé sa trace sur l’effraction d’une clinique vétérinaire, en juillet 2016, dans la commune de Hoenheim, là aussi dans les environs immédiats de Strasbourg. Il avait forcé une porte à l’arrière de cette clinique. Mais l’alarme silencieuse de la clinique avait donné l’alerte et deux agents de sécurité étaient intervenus pour arrêter l’homme jugé en comparution immédiate. Il avait été condamné à huit mois de prison ferme dont quatre avec sursis. Sans être incarcéré.

Son avocat avait plaidé la « réinsertion » de son client qui sortait d’une longue peine de quinze ans pour viol. Il avait été condamné à cette peine en 2001 pour le viol d’une étudiante allemande, Linda K., dans les Landes et des viols en série sur sa compagne.

Tous les cambriolages de cabinets vétérinaires dans la région vont être revus sous le prisme de l’assassin présumé de Sophie.

Un t-shirt retrouvé pendant la battue
Concernant l’enquête sur la disparition de la jeune étudiante, la PJ a bien découvert jeudi un second « ADN féminin » dans la salle de bains du studio de Reiser à Schiltigheim. Un ADN « inconnu différent de celui de Sophie ». Mais jeudi, la PJ refusait d’en tirer des conclusions hâtives. Car il n’y a pas, dans la région, d’autres signalements de femmes disparues récemment. L’Office central de la répression de la violence aux personnes (OCRVP) sera d’ailleurs saisi prochainement pour opérer tous les rapprochements utiles.

Jeudi matin, une vingtaine de personnes avaient choisi de fouiller les environs du lac de La Ballastière, à Bischheim, tout proche du domicile du suspect. Ils y ont alors trouvé un « tee-shirt noir de taille XS de marque H & M ». La police est venue le récupérer en milieu de journée.

http://www.leparisien.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/09/2018 12:23  Mis à jour: 21/09/2018 12:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4351
 Affaire Sophie Le Tan :“Autoritaire, directif, impossible à cerner”: un des anciens avocats de Jean-Marc Reiser témoigne.
Image redimensionnée

"Froid", "autoritaire", "j'avais peur de le croiser dans l'ascenseur"... : témoignage des personnes qui ont croisé Jean-Marc Reiser, mis en examen pour assassinat, enlèvement et séquestration dans l'affaire Sophie Le Tan, cette étudiante strasbourgeoise disparue le 7 septembre.

Qui est Jean-Marc Reiser ? Nous avons interrogé des personnes qui ont croisé cet homme de 58 ans, mis en examen pour assassinat, enlèvement et séquestration dans l'affaire de la disparition de Sophie Le Tan. Ses voisins, un de ses anciens avocats. Ils décrivent un homme froid, imposant et autoritaire, une personnalité impressionnante qui marque les esprits et reste en mémoire. Le procureur de la République et le directeur de la police judiciaire du Grand Est décrivent un homme taiseux au profil de prédateur.

L'affaire Françoise Hohman, disparue en 1984
Il y a trente-quatre ans, Jean-Marc Reiser a été au centre d'une autre sombre affaire de disparition. Une jeune femme de 23 ans, Françoise Hohmann, représentante en appareils ménagers disparaissait dans le quartier de Hautepierre en 1984 à Strasbourg. Son corps n'a jamais été retrouvé. Son dernier client s'appelait... Jean-Marc Reiser. Mis en cause onze ans plus tard pour le meurtre de cette jeune femme, il avait finalement été acquitté par la cour d'assise du Bas-Rhin en septembre 2001.

Un lourd passé judiciaire
Jean-Marc Reiser a été condamné par la cour d'assises de la Côte-d'Or en mai 2003 à 15 ans de réclusion criminelle pour viol en 1996 et pour viol aggravé sous la menace d'une arme en août 1995. Jean-Pierre Degeneve a été son avocat, lors d'un précédent procès en 2001. Commis d'office pour assurer la défense de Jean-Marc Reiser, il se souvient d'un homme "autoritaire" et "directif dans les entretiens". "Le président a eu toutes les peines du monde à essayer de le faire parler de lui-même, ajoute l'avocat. "Et d’ailleurs les experts psy avaient relevé à l’époque qu’il mettait des barrières à l’entretien les empêchant ainsi de creuser sa personnalité, c’est assez rare pour être relevé."

Trop de force, trop d'autoritarisme
Maître Degeneve garde un sentiment de malaise de ce procès et de cet homme : "Quand vous n’arrivez pas à avoir un contact profond avec vos clients, vous ne pouvez pas assurer une défense absolue. Un avocat doit puiser sa force dans les relations qu’il a avec son client pour pouvoir exprimer avec d’autres mots, des mots plus profonds, la personnalité de son client, ce qui peut conduire à douter des faits qui lui sont reprochées. Là il a un peu saccagé ma défense parce qu’il faisait preuve de trop de force, trop d’autoritarisme."



Quelqu'un qui fait peur
"Il était grand, un regard froid, toujours dans son coin. A peine s'il disait bonjour !" Quelques jours après l'interpellation de l'unique suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, Eric Petrovic, un voisin de l'immeuble, se souvient d'un homme très distant, à l'attitude peu avenante. Impression confirmée par un autre résident : "Beaucoup de gens de l'immeuble ne sentaient pas cette personne, avaient vraiment peur de cette personne." explique Xavier Lippert. "C'était quelqu'un de froid, qui fait peur. Beaucoup de femmes de l'immeuble m'ont dit qu'elles n'étaient pas rassurées avec cette personne dans l'ascenseur."

Dans les étages, une mère de famille nous confie en effet avoir eu peur en présence de Jean-Marc Reiser. "Il me dévisageait, il me "scannait" de la tête au pied, j'étais mal à l'aise". "Et puis, quand on sortait de l'ascenseur, il jetait un oeil pour repérer où chacun habitait".

Lors de la perquisition à son domicile le samedi 15 septembre, des traces de sang ont été découvertes, et l'analyse a par la suite prouvé qu'il s'agissait de celui de Sophie Le Tan. "Devant les enquêteurs, et devant le magistrat instructeur, interrogé sur ces constatations qui sont d'importance capitale, Monsieur Reiser a fait le choix de ne répondre à aucune question, il a fait le choix de se taire" a expliqué le procureur de la République Yolande Renzi lors de la conférence de presse annonçant la mise en examen du suspect à Strasbourg.



"On a affaire à un profil compliqué, qui n’a pas envie de participer ni d’aider les services de la justice à aider à découvrir la vérité" explique Christophe Allain, le directeur régional de la police judiciaire Grand Est. Sophie Le Tan a disparu alors qu'elle s'était rendue à Schiltigheim afin d'y visiter un appartement. Et c'est en lisant les circonstances de cette disparition que deux autres jeunes femmes ont pu apporter des témoignages déterminants car elles aussi peu de temps avaient eu une expérience similaire.


Un piège fatal
Elles s'étaient rendues au rendez-vous, mais personne ne s'est présenté, scène qu'elles ont rapporté aux enquêteurs. "En fait on peut imaginer qu’il observait ses futures victimes et en fonction de la situation, il passait à l’acte ou pas". "La stratégie était de les amener dans un piège fatal. Pour les deux jeunes femmes, elles ont eu le sentiment qu’il était possible qu’elles tombent dans un piège et elles ont eu le réflexe de pas y aller ce qui les a sauvées.

Jean-Marc Reiser a effectué un travail d'intérêt général au début de l'année dans une médiathèque de Strasbourg dans le cadre d'un sursis prononcé dans une condamnation. Son profil viadeo est encore visible dans le cache de Google.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
9 - 0 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10