|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
14 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 14

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Affaire Dieterich : la mère de la victime raconte son fils Stéphane, sa "lumière"... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/01/2019 16:43
S'ABONNER La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse vient de rejeter la demande de Maître Simon Cohen de «démise en examen» de son client Guerric Jehanno. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/01/2019 12:22
Estelle Mouzin: , la plainte du père contre l’État jugée recevable. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/01/2019 12:05
Affaire Narumi : la demande d'entraide internationale entre la France et le Chili en cours de traduction. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/01/2019 10:13
Affaire Fiona : les pourvois en cassation de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf renvoyés au 20 février. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/01/2019 10:05
Retour de la peine de mort pour les MONSTRES qui tuent des enfants Les nouvelles Visiteurs 09/01/2019 17:35
Eric Mouzin , papa d’Estelle s’exprime « Il y a un manque de volonté politique, de prise en compte de l’intérêt public ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/01/2019 17:23
STOP MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS INNOCENTS : Maltraitance de l’enfant: des répercussions sur la santé mentale et physique à l’âge adulte. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/01/2019 12:46
disparition Luca Tacchetto et Édith Blais : Bobo-Dioulasso, une région déconseillée aux voyageurs Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/01/2019 11:16
Procès de l'assassin présumé de Stéphane Dieterich : “Cela fait 24 ans qu'on attend d'être en face de lui”... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/01/2019 11:07

Luca Tacchetto et Édith Blais manquent à l'appel dans le nord-ouest de l'Afrique.

Publié par Walda Colette Dubuisson le 09-01-2019 (445 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée

09/01/2019 :!!! Disparition d'Edith Blais : Bobo-Dioulasso, une région déconseillée aux voyageurs !!!
*********************************
07/01/2019 : Une Sherbrookoise et son compagnon de voyage italien manquent à l'appel depuis trois semaines dans le nord-ouest de l'Afrique.
Édith Blais aurait-elle été enlevée au Burkina Faso?

Édith Blais et son ami Luca Tacchetto, tous deux âgés de la trentaine, voyageaient en voiture au Burkina Faso lorsqu'on a perdu leur trace. Ils semblent avoir disparu entre la capitale, Ouagadougou, et Bobo-Dioulasso, la deuxième ville en importance au pays.
Selon les médias, la canadienne et son compagnon avaient quitté l’Italie en voiture depuis le mois de septembre 2018, traversé le détroit de Gibraltar, et se trouvaient à Bobo-Dioulasso, la deuxième plus grande ville située dans l’ouest du Burkina Faso, quand ils ont été vus la dernière fois.

Les proches de la jeune femme sont sans nouvelles depuis le 15 décembre. Elle avait alors publié des photos de son périple sur les réseaux sociaux.
« Ils sont complètement disparus dans le néant »

Les autorités sécuritaires du Burkina Faso n’ont pas encore communiqué sur cette disparition.
Sur son site destiné aux voyageurs, le gouvernement du Canada recommande d’éviter tout voyage non essentiel au Burkina Faso en raison de la menace terroriste. Il déconseille aussi tout voyage à proximité des frontières avec le Mali, le Bénin et le Togo, également à cause du terrorisme et des risques d’enlèvement.
Le gouvernement canadien a été avisé et Interpol serait impliqué dans le dossier.



Jocelyne Bergeron, la mère d'Edith Blais, raconte ce qu’elle sait de leur périple. Le duo donnait des nouvelles régulières jusqu’au 15 décembre. Depuis, plus rien, aucune trace de leur voiture non plus. Ils se trouvaient alors visiblement à Bobo-Dioulasso et devaient en repartir le lendemain matin pour Ouagadougou. Elle craint qu'ils aient été enlevés.

« Elle communiquait avec nous tous les deux ou trois jours », explique sa soeur.
« Puis abruptement, il n'y a plus de communication avec personne. Il n'y a pas de transaction financière non plus à partir du compte d'Édith depuis le 11 décembre », s'alarme Mélanie Bergeron Blais.

Le tandem devait se rendre au Togo afin de prendre part à un projet de reforestation, en passant par le Ghana.
Sur son site destiné aux voyageurs, le gouvernement du Canada recommande d'éviter tout voyage non essentiel au Burkina Faso en raison de la menace terroriste. Il déconseille aussi tout voyage à proximité des frontières avec le Mali, le Bénin et le Togo, également à cause du terrorisme et des risques d'enlèvement.

Mélanie Bergeron Blais dit toutefois ne pas s'être inquiétée outre mesure pour sa sœur cadette jusqu'à tout récemment.
« Avant, on lui a laissé beaucoup de'lousse'en se disant qu'elle est une voyageuse un peu bohème, que ça se peut qu'elle ne donne pas de nouvelles pendant quelques jours, raconte-t-elle. C'est plus à partir du 29 et du 30 décembre qu'on a commencé à se dire que ce n'est vraiment pas normal. »

La famille multiplie maintenant les entrevues avec les médias et sollicite l'aide de ressortissants québécois établis sur le continent africain.
En entrevue sur les ondes du 98,5 FM, la mère d'Édith Blais a dénoncé le manque de suivi du gouvernement canadien.
« J'appelle les Affaires étrangères aux deux jours et ils n'ont jamais de nouvelles. Il n'y a rien qui bouge », s'est désolée Jocelyne Bergeron.

Dans une déclaration transmise par courriel à La Presse canadienne, Affaires mondiales Canada a confirmé la disparition d'un citoyen canadien au Burkina Faso et s'est dit en contact avec les autorités locales pour amasser plus d'information.
La ministre fédéral du Développement international et députée de la région, Marie-Claude Bibeau, a écrit sur Twitter que les autorités canadiennes « faisaient tout sur le terrain pour recueillir l'information pertinente, en étroite collaboration avec les autorités du Burkina Faso ».

« Mes pensées sont avec les proches qui vivent un moment extrêmement difficile », a-t-elle ajouté.
Selon Mélanie Bergeron Blais, ce sont les autorités italiennes qui ont appris que le duo de voyageurs aguerris n'avait soumis aucune demande de visa et n'aurait donc vraisemblablement pas quitté le Burkina Faso.

« Ils sont complètement disparus dans le néant », s'affole-t-elle.

Les autorités sécuritaires du Burkina Faso n’ont pas encore communiqué sur cette disparition.
La situation sécuritaire s’est dégradée depuis 2015 au Burkina Faso avec la multiplication des attaques terroristes et des enlèvements d’expatriés.

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a décrété le 1er janvier l’Etat d’urgence dans plusieurs régions du pays, en proie aux attaques terroristes.

Affaires Mondiales Canada n'a pas voulu préciser à La Presse canadienne quelles étaient les hypothèses envisagées par le gouvernement fédéral, affirmant par courriel que « la priorité du gouvernement du Canada est toujours d'assurer la sûreté et la sécurité des citoyens [canadiens] ».

Le cabinet de la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau n'a pas répondu aux sollicitations de l'agence de presse.
Samedi, Mme Bibeau avait écrit sur Twitter que les autorités canadiennes « faisaient tout sur le terrain pour recueillir l’information pertinente, en étroite collaboration avec les autorités du Burkina Faso ».

En entrevue dimanche matin avec François Gagnon au 98,5 FM, un commerçant québécois de Ouagadougou, Patrick Gagnon, qui met tous les efforts possibles pour retrouver la jeune femme et son conjoint, nous explique que la situation du pays s'est détériorée depuis quelques années.


Patrick Gagnon et un groupe sur place mettent tous les efforts afin de retrouver Édith Blais et Luca Tacchetto. Ils offrent une récompense pour toutes informations qui pourraient les mener vers les deux disparus.
Le tandem devait se rendre au Togo afin de prendre part à un projet de reforestation, en passant par le Ghana.

Vidéo ->
https://ici.radio-canada.ca/info/video ... 95/videos?isAutoPlay=true

La presse Canadienne

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/01/2019 11:16  Mis à jour: 09/01/2019 11:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4388
 disparition Luca Tacchetto et Édith Blais : Bobo-Dioulasso, une région déconseillée aux voyageurs
La dernière région dans laquelle Edith Blais et son compagnon de voyage italien ont été aperçus, Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, est réputée pour sa précarité, selon une journaliste du quotidien français «Le Monde».

«Bobo-Dioulasso est déconseillée [aux voyageurs], sauf pour raisons impératives», a expliqué la journaliste Sophie Douce en entrevue à TVA Nouvelles mardi.

Cette ville, qui est considérée comme la capitale économique du Burkina Faso et la deuxième en population derrière la capitale de Ouagadougou, se trouve dans le sud-ouest du pays.

«Il y a régulièrement des incursions des groupes armés, poursuit la journaliste. D’ailleurs, quand on regarde la carte sécuritaire du pays, toute la bande frontalière est en rouge et formellement déconseillée aux voyageurs. [...] Il a y a des risques d’enlèvement, mais aussi de banditisme.»

Bobo-Dioulasso ne se trouve toutefois pas dans ce secteur, mais le gouvernement français estime qu’elle se trouve dans une zone déconseillée. De son côté, le gouvernement canadien recommande d’éviter tout voyage non essentiel dans ce pays en raison de la menace terroriste.

D’après ce qui a été dit jusqu’à maintenant, Edith Blais et Luca Tacchetto devaient se rendre dans la capitale, Ouagadougou, à partir de Bobo-Dioulasso — où ils se sont arrêtés pour visiter un ami français à la mi-décembre – pour ensuite se diriger vers le Togo où ils devaient participer à la reconstruction d’un village.

Le Burkina Faso en parle

Même si la disparition des deux voyageurs n’est pas le sujet d’actualité principal au Burkina Faso, la nouvelle circule, particulièrement chez les expatriés installés dans le pays.

«On commence à en parler, mais moins que chez vous forcément, mentionne Mme Douce. Ici, la presse burkinabé se concentre surtout sur un conflit intercommunautaire qui a eu lieu il y a une semaine dans le centre-nord et qui a fait 46 morts. On parle aussi du président burkinabé qui a déclaré l’état d’urgence dans le pays.»

Le Burkina Faso est confronté depuis trois ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières. D'abord concentrées dans le nord du pays, elles se sont ensuite étendues à d'autres régions dont celle de l'est, frontalière du Togo et du Bénin.

Pas de nouvelles informations

La journaliste se montre très prudente quant aux hypothèses pouvant expliquer la disparition d’Edith Blais et de son compagnon. Plusieurs causes sont possibles, croit-elle.

«Il faut rester prudent, on a très peu d’informations, indique-t-elle. [...] La thèse de l’enlèvement, c’est évidemment possible, mais il y a aussi la thèse du banditisme, je pense qu’il ne faut pas aller trop vite.»

Dimanche, une nouvelle hypothèse a été avancée par le journal italien «Corriere Della Sera» selon laquelle le couple pourrait s’être fait enlever par des djihadistes après être allé visiter un site touristique important de la région des Cascades, dans le sud-ouest du pays africain après avoir quitté la ville de Bobo-Dioulasso.

Les proches d’Edith Blais sont sans nouvelle d’elle depuis le 15 décembre dernier. L’ambassade du Canada au Burkina Faso prend le dossier de la disparition de la Sherbrookoise Edith Blais «au sérieux».

https://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 3 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10