|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
26 Personne(s) en ligne (25 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 26

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org

Précarité : 500 enfants dorment chaque soir dans les rues de Paris...

Publié par Walda Colette Dubuisson le 12-12-2019 (68 lectures) Articles du même auteur
SCANDALEUX !!!

URGENCE: Dans un communiqué commun, plusieurs associations déplorent le fait qu'une partie des places d'hébergement d'urgence prévues par l’État ne sont pas encore accessibles.

Plus de 500 enfants sont chaque jour sans solution d’hébergement à Paris, avec une multiplication par trois du nombre d’appels au 115 en trois ans, rappellent-elles.


Plus de 500 enfants restent chaque soir dans la rue à Paris. C’est le triste constat dressé par plusieurs associations. « Certains locaux prévus pour l’hébergement et la mise à l’abri des personnes et familles sans domicile fixe sont actuellement disponibles et leur ouverture reportée à la chute des températures », s’indignent dans un communiqué commun huit associations dont la Fédération des acteurs de la solidarité, la Fondation de l’Armée du salut, Emmaüs solidarité ou encore le Samu social de Paris.

Fin octobre, le ministre du Logement Julien Denormandie a annoncé qu’en plus des 146.000 places d’hébergement d'urgence ouvertes toute l’année, jusqu’à 14.000 places seront mobilisables entre le 1er novembre et le 31 mars, dont 7.000 en Ile-de-France.

Selon les associations, 6.400 places temporaires sont actuellement ouvertes. Les autres peuvent être mises à disposition sur décision des préfets en cas de grand froid. « Cette gestion au thermomètre de l’hébergement qui laisse des locaux vides quand des milliers de personnes et enfants dorment dehors est intolérable », s’indignent les associations.
Multiplication par trois du nombre d’appel au 115 en trois ans

Plus de 500 enfants sont chaque jour sans solution d’hébergement à Paris, avec une multiplication par trois du nombre d’appels au 115 en trois ans, rappellent-elles. La situation est tout aussi critique en Seine-Saint-Denis, à Lyon ou Toulouse, ajoutent les associations, qui ont recensé des locaux vides notamment dans l’ancien hôpital du Val-de-Grâce à Paris, ainsi que dans plusieurs départements en France.

Ces locaux « pourraient être rapidement investis par les associations pour répondre aux besoins criants des familles sans hébergement », suggèrent-elles, demandant l’ouverture « sans délai » de toutes les places disponibles. « Aucun enfant ne doit être contraint de vivre dehors ou dans des abris de fortune cet hiver », affirment-elles, soulignant la gravité de la situation et les risques pour la santé des plus précaires.

Parallèlement, selon les associations, 1.200 places d’urgence en hôtel pour les familles en demande d’asile seront supprimées par une baisse du budget alloué en Ile-de-France pour 2020.

https://www.20minutes.fr/paris/2673075 ... nt-chaque-soir-rues-paris
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/12/2019 14:44  Mis à jour: 12/12/2019 14:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5174
 Lucas, 5 ans, distribue des viennoiseries aux SDF à Amiens...
Image redimensionnée

Les enfants font parfois preuve d'une générosité sans limite. Lucas, 5 ans, et son papa Serge Ducasse distribuent tous les samedis depuis une quinzaine de jours des viennoiseries à des SDF dans le centre ville d'Amiens.

Serge Ducasse et son petit garçon Lucas âgé de 5 ans, se sont donnés pour mission d'aider les SDF dans le centre ville d'Amiens. Ils distribuent des pains au chocolat et autres viennoiseries depuis une quinzaine de jours. Tous les samedis, le couple va à la rencontre des plus démunis avec ces présents qui sont les bienvenus en cette période hivernale. Leur générosité nous inspire et on les applaudit !

Lucas, 5 ans, est à l'origine de cette belle initiative

Serge Ducasse 39 ans n'en est pas à sa première action envers les SDF d'Amiens. L'été dernier, l'Amiénois avait lancé l'opération "leur eau pour 1 euro" sur les réseaux sociaux. Il avait encouragé les habitants à distribuer des bouteilles d'eau aux personnes sans-abri suite à la vague de chaleur.


Un Amiénois organise des distributions d’eau pour les sans-abris



Cet hiver, il écoute à nouveau son cœur et surtout son petit garçon de 5 ans Lucas pour un autre élan de générosité. "Mon petit garçon m'a dit papa est-ce que l'on pourrait donner de la nourriture pour les malheureux, j'ai acheté 10 pains aux chocolats et il les a distribué aux sans-abris dans le centre ville d'Amiens".

Après cette distribution et animé par le désir de venir en aide au plus démunis, Serge en parle sur les réseaux sociaux, il publie sur sa page des photos et une vidéo de Lucas donnant un pain au chocolat à un SDF.

"J'en ai parlé sur Facebook, une boulangerie m'a contacté pour me donner des viennoiseries les vendredis soir". Et Serge ne compte pas en rester là, il envisage de distribuer également des boissons chaudes, du café, du chocolat mais aussi de la soupe.

https://france3-regions.francetvinfo.f ... x-sdf-amiens-1760899.html
"La générosité aussi petite soit-elle est à la portée de tout le monde. Ce sont les enfants qui nous montrent parfois le sens du partage. La misère des SDF, c'est du 1er janvier au 31 décembre. Il faut prendre le temps le temps d'aller dans les rues à la rencontrer de ces 'gueules cassées' de la vie pour les aider".
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
5 - 1 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10