|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
18 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 18

plus...

Julien et Gabriel ont mystérieusement disparu depuis le 03/12/2019 ont été assassinés.

Publié par Walda Colette Dubuisson le 07-02-2021 (747 lectures) Articles du même auteur
FRANCE :
07/02/2021 : Un an après l'arrestation des deux suspects, l'enquête sur le double homicide progresse. La piste d'un guet-apens et d'une exécution des deux Audois reste à l'étude.
Gabriel Ferchal et Julien Boumlil ont été achevés d'une balle en pleine tête…
*************************************
01/12/2020 : Dans l’affaire de la disparition de Julien Boumlil et Gabriel Ferchal, une reconstitution mettra mardi les deux frères soupçonnés d’homicide volontaire face à leurs déclarations. Le 3 décembre 2019, les deux victimes avaient été tuées dans leur propriété du Luberon.
*************************************
27/02/2020 : Double meurtre des Audois : quel est le degré d'implication de chacun des frères Merino ?
**************************************
18/02/2020 : L’avocat du père d’un des jeunes Audois retrouvés enterrés croit à la préméditation...
***************************************
12/02/2020 : Mort de Gabriel Ferchal et Julien Boumlil : les deux hommes tués pour une dette de stupéfiants ?
********************************
10/02/2020 : Disparus du Luberon : deux frères mis en examen et écroués.
*******************************
06/02/20 : Disparus du Luberon : un deuxième suspect en garde à vue...
*******************************
05/02/2020 : Aude : Gabriel et Julien, les deux jeunes portés disparus depuis 3 mois, retrouvés morts, enterrés dans un sous-bois…
Nous présentons nos sincères condoléances à la famille et proches...
*****************************
01/02/2020 : Deux mois sans nouvelles de Gabriel et Julien. L'inquiétude de leur famille grandit...
******************************
02/01/2020 : Un mois sans aucune nouvelle de Gabriel et Julien portés disparus à Revest-du-Bion.
********************************
28/12/2019 : Deux jeunes de l’Aude ont disparu à leur arrivée début décembre dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Une enquête pour enlèvement et séquestration a été ouverte, menée par les gendarmes de la section de recherche de Marseille, sous l'autorité d'un juge d'instruction du pôle criminel d'Aix-en-Provence. .


Qu'est-il arrivé à Julien et Gabriel, deux intérimaires de 25 et 26 ans, qui n'ont plus donné signe de vie depuis le début du mois ? C'est la question que ressassent les proches de ces deux amis d'enfance, originaires du petit village de Malves-en-Minervois, près de Carcassonne (Aude).

Le 3 décembre dernier, Julien Boumlil et Gabriel Ferchal prennent la route pour les Alpes-de-Haute-Provence pour « un dépannage poids lourd », disent les amateurs de mécanique à la mère de Gabriel. Près de 400 km et plus de cinq heures de route, pour un rendez-vous avec une connaissance, dans la petite commune de Revest-du-Bion (Alpes-de-Haute-Provence), au cœur du Lubéron, nous retrace Geoffrey Not, le cousin de Julien.

Vers 17 heures ce même jour, le duo arrive dans ce village de montagne, selon l'enquête menée par leurs proches. Ils retrouvent alors cette connaissance, rencontrée quelques années plus tôt dans la région de Carcassonne. « Ils sont restés quelques heures, ont bu un verre avec lui », raconte le cousin. Vers 21h30, selon cet homme, dont Geoffrey Not n'avait jamais entendu parler, le duo quitte Revest-du-Bion pour Perthuis, à 70 km de là. Julien doit y retrouver un ami d'enfance. « Sur la route, mon cousin avait contacté ce copain pour lui donner rendez-vous dans la soirée. » Mais la Volkswagen Passat des Audois n'arrive jamais là-bas. Et les deux amis ne donnent plus de nouvelles depuis.

« Que s'est-il passé entre 21h30 et 1 heure du matin ? »

« Ce n'est pas le genre de Julien de donner rendez-vous et de ne pas venir », appuie Geoffrey Not, qui a décidé d'enquêter. « On n'a pas été pris au sérieux par les gendarmes », assure-t-il.

Depuis, une information judiciaire a été ouverte pour enlèvement et séquestration, sans libération volontaire. L'enquête a été confiée aux gendarmes de la Section de recherches (SR) de Marseille. Selon les premiers éléments, le téléphone de l'un des disparus a borné pour la dernière fois cette nuit-là, à 00h46, à Rognes (Bouches-du-Rhône), une commune située à 1h15 de route de Reves-du-Bion.

« Environ quatre heures après leur départ de ce village, ils bornent encore tout près. Que s'est-il passé entre 21h30 et 1 heure du matin ? », s'interroge Philippe Terras, , sollicité par les familles. « Pour l'heure, nous n'avons aucune piste, nous continuons les recherches », affirme Olivier Poulet, procureur adjoint d'Aix-en-Provence.

« Ce serait étonnant qu'ils aient voulu disparaître »

Alors, les deux jeunes gens ont-ils eu un accident sur la route de Perthuis ? Geoffrey Not balaie rapidement l'hypothèse du verre de trop avant de prendre le volant. « Julien ne boit pas d'alcool et ils avaient pris sa voiture, ça devait être lui qui conduisait. » A défaut de boire, Julien se présente sur les réseaux sociaux comme un amateur de cannabis. Pour vérifier l'hypothèse d'une sortie de route, les amis des deux disparus ont loué, dans les premiers jours de la disparition, un hélicoptère pour scruter les abords des départementales sinueuses de la région. Aucune trace n'est repérée, ni de la voiture, ni des deux garçons.

Peut-être Julien et Gabriel ont-ils décidé de tout quitter ? Mais du côté de la famille, on ne croit pas vraiment à cette piste. « Gabriel a trois enfants à charge, le sien et ceux de sa compagne. Julien allait commencer un nouveau travail. Ils n'étaient pas dépressifs. À quelques jours de Noël, ce serait étonnant qu'ils aient voulu disparaître », conteste encore Geoffrey Not.

"On a passé deux semaines à se démerder tout seuls!"

Très inquiets de ne pas les voir revenir et de ne pouvoir les joindre au téléphone, les proches des deux Malvois ont rapidement signalé cette disparition inquiétante à la gendarmerie de Conques-sur-Orbiel. "On a passé deux semaines à se démerder tout seuls!, témoigne Geoffrey Not. On est allé à la rencontre des gens qu'ils devaient voir, qui nous ont confirmé qu'ils étaient passés. Une fugue? Moi, je n'y crois pas. Gabriel a trois enfants à charge dont le sien, il ne serait jamais parti comme ça à la veille de Noël. Un accident de la circulation? Nous avons loué un hélicoptère durant deux jours pour survoler le secteur, mais ça n'a rien donné..."

Sources diverses...

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/02/2020 12:16  Mis à jour: 27/02/2020 12:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5544
 Double meurtre des Audois : quel est le degré d'implication de chacun des frères Merino ?
S'ils ont avoué devant les enquêteurs, les frères Merino, Frédéric et Vincent, ne seraient pas impliqués à la même hauteur dans la commission du double meurtre de Julien et Gabriel. Du moins selon leurs déclarations...

Qui a tué et qui a participé à la dissimulation ? Qui ment et qui dit la vérité ? Malgré les aveux des deux principaux suspects dans l'affaire des disparus de Malves-en-Minervois, des zones d'ombre persistent.


Depuis la découverte des deux corps à Revest-du-Bion sur la propriété des frères Merino, le 5 février et l'interpellation des suspects, le dossier serait bouclé "à 75%", selon les dires d'une source judiciaire, sollicitée par le quotidien régional La Provence. Pour autant, de nombreux actes sont encore à accomplir et de nouvelles auditions des suspects vont avoir lieu.

Selon les renseignements recueillis par L'Indépendant, Vincent, le frère cadet et le "copain" de Julien Boumlil, a reconnu qu'il avait tenu le fusil de chasse et tiré sur les deux Malvois. Son avocat, Me Eric Passet (barreau d'Aix-en-Provence) admet qu'il est "le principal intéressé" dans ce dossier. Décrit comme un marginal, consommateur régulier de stupéfiants, il aurait "pris peur" et se serait "senti coincé" lors de la rencontre les deux Malvois, selon une source proche de l'enquête. Mais les investigations se poursuivent pour établir le contexte précis de ces meurtres.

Selon nos informations, des recherches sur les téléphones portables des suspects et des victimes seraient en cours. Par ailleurs, les résultats des analyses balistiques pourraient être communiqués prochainement.

Le frère aîné de Vincent, Frédéric Merino, âgé de 34 ans, présente un profil différent. "Agriculteur qui vit de ses ventes de bois", selon son conseil Me Silvio Rossi-Arnaud (barreau de Marseille), il n'aurait pas assisté à l'exécution de Julien et Gabriel mais aurait "aidé à la dissimulation des corps." "Il a découvert la situation et a eu le mauvais réflexe de défendre son frère", nous explique-t-on, pour justifier le laps de temps de deux mois durant lequel les Audois étaient recherchés et les frères Merino n'ont rien dit aux enquêteurs. Pour rappel, les deux Audois, Julien Boumlil et Gabriel Ferchal, âgés respectivement de 26 et 25 ans, ont été abattus dès le 3 décembre, jour de leur disparition.

Plus d'informations sur la personnalité des deux frères dans notre zone "abonnés" ce soir ou demain dans l'édition carcassonnaise de L'Indépendant.
-> https://www.lindependant.fr/2020/02/26 ... -pour-homicide-volontaire,8757696.php
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/02/2020 14:48  Mis à jour: 18/02/2020 14:48
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5544
 L’avocat du père d’un des jeunes Audois retrouvés enterrés croit à la préméditation.
Depuis quelques jours c’est un avocat gersois, Me François Roujou de Boubée, qui défend les intérêts de la famille de Gabriel Ferchal, l’un des deux jeunes Audois, assassinés début décembre dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Gabriel Ferchal, assassiné le 3 décembre avec son ami d’enfance Julien Boumlil à Revest-du-Bion (Alpes-de-Hautes-Provence), serait une "victime incidente", selon les termes de Me François Roujou de Boubée. L’avocat gersois du père et de la grand-mère de Gabriel s’exprime dans nos colonnes en exclusivité.


Vous représentez donc la famille de Gabriel Ferchal…

Plus exactement le père Jean-Pierre et la belle-mère de Gabriel, mais aussi la grand-mère paternelle chez qui il vivait à Malves-Minervois, la famille étant plutôt originaire de Carcassonne. Gabriel avait une sœur plus jeune qui aujourd’hui vit à Paris. Ce garçon, spécialisé dans la mécanique et fana de bricolage, vivait de petits boulots. Ayant apparemment entendu parler de moi, ils m’ont contacté pour les représenter devant le juge d’instruction d’Aix-en-Provence, dans la procédure criminelle ouverte pour "homicide volontaire" et certainement "dissimulation de cadavre".

Une mise en examen qui d’emblée, ne vous satisfait pas totalement ?

Je crois effectivement que le juge d’instruction doit s’interroger sur la préméditation. Il faudra m’expliquer comment, pour une dette, on arrive à isoler deux personnes et à ce que la réclamation de la dette se termine comme on le sait désormais. Il faudra m’expliquer aussi comment, dans un laps de temps assez court, on arrive à trouver un engin pour creuser un trou puis le recouvrir avec les corps dedans. J’attends donc de voir comment le juge d’instruction va qualifier définitivement les faits : si jamais l’instruction n’est pas ouverte pour meurtre avec préméditation, je regarderai de près les éléments qui accréditent cette décision.

Comment le fils de votre client s’est-il retrouvé embringué dans cette affaire ?

Gabriel avait le cœur sur la main, il était toujours prêt à aider les gens. Le premier à aller dépanner une voiture, filer un coup de main pour du bricolage chez les uns ou les autres. Julien était un ami d’enfance. Gabriel l’a accompagné parce que son ami le lui a tout simplement demandé. Gabriel est totalement une victime collatérale, une victime incidente.

Dans quel état d’esprit se trouve la famille ?

Tout le monde est effondré et ne comprend pas. Son père est dans un état de tristesse infinie. Sa belle-mère aussi. Sa grand-mère est totalement anéantie. Gabriel avait une relation très proche avec elle. Tous trois veulent des réponses. Ils aspirent aussi et surtout à ce que l’on respecte la mémoire de Gabriel. Ils ne supportent pas d’entendre qu’il est allé là-bas pour une dette de stups et ils ne veulent absolument pas qu’on le croie. Ils veulent pour l’instant faire leur deuil, puis retrouver une paix intérieure, ne plus être dérangés. Et surtout que l’on ne salisse pas Gabriel, qui, on ne doit pas l’oublier, avait un jeune enfant. Heureusement, la famille est soutenue.

Et maintenant ?

On attend d’être convoqués devant le juge d’instruction. En fonction de l’avancée de la procédure, nous demanderons certainement à ce que certains actes soient réalisés : auditions, expertises… J’attends de voir ce qu’il y a exactement dans le dossier. Je pense qu’il existe encore pas mal de zones d’ombre. Les auteurs présumés doivent en tout cas assumer leurs responsabilités… La question d’éventuelles complicités peut aussi se poser. On verra. Je ne veux pas qu’il y ait de dissimulations. La famille attend trop de réponses. Elle y a droit…

Une affaire encore floue

Julien Boumlil (26 ans) et Gabriel Ferchal (25 ans), deux copains de Malves-en-Minervois (Aude), portés disparus depuis le 3 décembre, ont été retrouvés morts le 4 février à Revest-du-Bion (Alpes-de-Hautes-Provence). Des tirs par armes à feu, vraisemblablement des fusils de chasse, qui sont à l’origine de leur décès, remonteraient à la soirée même de leur disparition ou au lendemain. Très vite, deux suspects sont interpellés : Vincent et Frédéric Mérino, deux frères qui habitent les lieux où les corps ont été retrouvés enterrés. Une dette de plusieurs milliers d’euros opposant Julien à Vincent serait à l’origine du double meurtre.

https://www.ladepeche.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/02/2020 10:39  Mis à jour: 12/02/2020 10:39
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5544
 Mort de Gabriel Ferchal et Julien Boumlil : les deux hommes tués pour une dette de stupéfiants ?
Accueil Info Info nationale Mort de Gabriel Ferchal et Julien Boumlil : les deux hommes tués pour une dette de stupéfiants ?
logo Ouest-France
Mardi 11 février 2020 16:13 -
Mort de Gabriel Ferchal et Julien Boumlil : les deux hommes tués pour une dette de stupéfiants ?...
photo des gendarmes sur le terrain (photo d’illustration). © béatrice le grand / archives ouest france
Des gendarmes sur le terrain (photo d’illustration).© BÉATRICE LE GRAND / ARCHIVES OUEST FRANCE


PUBLICITÉ


Et si Gabriel Ferchal et Julien Boumlil, les disparus du Lubéron, avaient été tués pour une histoire de dette sur fond de drogue ? C’est en tout cas ce qu’avance le quotidien Le Parisien. Vincent Merino, mis en examen avec son frère Frédéric pour homicide volontaire, aurait demandé de l’argent à Julien Boumlil pour acheter des stupéfiants il y a plusieurs années de cela, sans que ce dernier ne soit remboursé.
L’enquête se poursuit pour tenter de comprendre comment Gabriel Ferchal et Julien Boumlil, deux amis de 25 et 26 ans, portés disparus en décembre dans l’Aude, sont morts. Leurs corps avaient été retrouvés dans le village de Revest-du-Bion (Alpes-de-Haute-Provence), le 4 février dernier.

Quelques jours plus tard, Vincent et Frédéric Merino, étaient mis en examen puis écroués pour homicide involontaire, annonçait le parquet.

Après avoir été entendus, les deux frères auraient reconnu « une partie de leur implication » dans les deux meurtres, rapporte Le Parisien .

Un prêt d’argent pour acheter des produits stupéfiants comme motif
Selon les informations du quotidien Julien Boumlil aurait prêté de l’argent à Vincent Merino il y a plusieurs années, pour que ce dernier puisse acheter des stupéfiants. Problème : Vincent Merino n’a jamais remboursé son prêteur.

Cette pour cette raison précise que Julien Boumlil décide de rendre visite à Vincent Merino à Revest-du-Bion, où se situe la propriété de Frédéric Merino, en compagnie de son « ami de toujours » Gabriel Ferchal. Toutefois impossible pour les enquêteurs de connaître les raisons qui ont poussé M.Ferchal à l’accompagner.

La discussion entre les protagonistes aurait mal tourné. La suite des faits est encore floue pour les enquêteurs. Des coups de feu ont été tirés à courte distance vers les deux amis audois pour les tuer, « probablement de fusil de chasse » comme le précisait le procureur de la République d’Aix-en-Provence, le 8 février dernier.

https://larochesuryon.maville.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/02/2020 11:00  Mis à jour: 10/02/2020 11:00
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5544
 Gabriel et Julien , disparus du Luberon : deux frères mis en examen et écroués
La mise en examen survient trois jours après une découverte macabre à leur domicile. Deux frères, Vincent et Frédéric M., ont été mis en examen pour homicides volontaires et placés en détention provisoire après la découverte de deux corps sur leur propriété, dans le Luberon. Cadavres qui, selon le parquet, seraient bien ceux des deux hommes de 25 et 26 ans portés disparus depuis décembre dans l'Aude.

Les autopsies pratiquées jeudi ont d'ores et déjà permis de dire que les deux personnes retrouvées assassinées sur la propriété des deux frères, dans le village de Revest-du-Bion, dans les Alpes-de-Haute-Provence, ont été tuées avec des armes à feu, « probablement de type fusil de chasse », précise le communiqué du procureur de la République d'Aix-en-Provence.

Les deux amis avaient été vus pour la dernière fois à Revest-du-Bion le 3 décembre, et leur disparition avait été signalée à la gendarmerie le 19 décembre par leurs proches.

Rendez-vous avec un des deux frères
Gabriel et Julien s'étaient rendus dans le Luberon pour « un dépannage de poids lourds ». Ils avaient rendez-vous à Revest-du-Bion avec Vincent M., un des deux frères, qu'ils auraient rencontré précédemment dans l'Aude.

Les investigations menées par les enquêteurs ayant rapidement permis de penser à un enlèvement ou une séquestration de plus de sept jours, le procureur de la République de Digne-les-Bains avait transmis le dossier au parquet d'Aix-en-Provence, compétent en matière criminelle.

http://www.leparisien.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/02/2020 13:58  Mis à jour: 06/02/2020 13:58
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5544
 Julien et Gabriel Disparus du Luberon : un deuxième suspect en garde à vue.
Au lendemain de la découverte de deux corps enterrés dans un village des Alpes-de-Haute-Provence, l'enquête progresse à grands pas. Selon nos informations, les gendarmes de la section de recherche de Marseille ont interpellé Vincent M., mercredi soir dans le sud de la France. Ce jeune trentenaire avait rendez-vous avec Julien Boumlil et Gabriel Ferchal le soir du 3 décembre, à Revest-du-Bion. Les deux jeunes gens n'avaient plus donné signe de vie après ce rendez-vous.

Vincent M. avait affirmé que les deux jeunes gens avaient quitté sa maison vers 21h30 le soir de leur disparition. Mais mardi, les enquêteurs ont découvert deux corps enterrés sur son terrain. Le même jour, son frère, Frédéric M., qui vit aussi sur cette propriété de Revest-du-Bion, était placé en garde à vue. Il pourrait être déféré ce jeudi. Vincent M. était recherché depuis.

Toujours selon nos informations, les gendarmes explorent entre autres la piste d'un litige lié à une dette de stupéfiants.
Autopsies en fin de semaine

Une autopsie doit être pratiquée en cette fin de semaine sur les corps découverts enterrés à Revest-du-Bion. Ces examens devraient confirmer l'identité des victimes et éclairer sur les circonstances des décès.

Originaires de Malves-en-Minervois, près de Carcassonne (Aude), Julien et Gabriel, deux amis d'enfance âgés de 25 et 26 ans, avaient pris la route pour Revest-du-Bion le 3 décembre dernier. Gabriel avait expliqué à sa grand-mère s'y rendre pour « un dépannage poids lourds » chez une connaissance rencontrée « en teuf » voilà plusieurs années.

Les deux garçons avaient disparu ce soir-là. Dans un premier temps ouverte pour « enlèvement et séquestration sans libération volontaire », l'information judiciaire a été mardi et l'enquête se poursuit désormais pour homicide volontaire.

http://www.leparisien.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/02/2020 12:58  Mis à jour: 05/02/2020 12:58
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5544
 Aude : Gabriel et Julien, les deux jeunes portés disparus depuis 3 mois, retrouvés morts, enterrés dans un sous-bois…
Les parents auraient appris la nouvelle dans la nuit de ce mardi 4 février à ce mercredi 5 février. Les corps de Julien Boumlil et Gabriel Ferchal, recherchés depuis le 3 décembre 2019, ont été retrouvés.

Évaporés dans la nature depuis le 3 décembre 2019, Gabriel Ferchal et Julien Boumlil, deux Audois respectivement âgés de 25 et 26 ans, étaient activement recherchés depuis le signalement de leur famille.

D'après les informations recueillies par L'Indépendant ce mercredi 5 février, les corps sans vie des jeunes Malvois ont été retrouvés ce mardi 4 février.

Une affaire particulièrement mystérieuse

Selon une source proche de la famille, les parents de Gabriel et Julien auraient reçu un coup de fil dans la nuit pour les avertir de la terrible nouvelle. Un dénouement tragique pour cette affaire particulièrement mystérieuse.

"Les gendarmes ont en effet retrouvés deux corps à Revest-du-Bion dont tout porte à croire qu'ils pourraient être ceux des disparus", a confirmé à Midi Libre Achille Kiriakides, le procureur de la République d'Aix-en-Provence.

Enterrés dans un sous-bois

D'après les informations de Nice-Matin, les corps étaient enterrés dans un sous-bois, sur la commune de Revest-du-Bion. C'est là que Gabriel Ferchal et Julien Boumlil avaient rendu visite à un ami le soir de leur disparition.

Toujours selon le quotidien des Alpes-Maritimes, des gardes à vue et des perquisitions sont en cours dans le cadre de cette affaire. Une enquête pour "enlèvement et séquestration" avait été ouverte par le parquet d'Aix-en-Provence.

(SOURCE : L'INDEPENDANT)
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/02/2020 14:07  Mis à jour: 01/02/2020 14:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5544
 Deux mois sans nouvelles de Gabriel et Julien. L'inquiétude de leur famille grandit
Une attente aussi longue qu'insupportable. Voilà près de deux mois que dans l'Aude, leurs proches sont sans nouvelles de Gabriel Ferchal et Julien Boumlil. Les deux Audois, 25 et 26 ans, ont quitté Malves-en-Minervois, le 3 décembre dernier, pour se rendre dans les Alpes-de-Haute-Provence avant de s'évaporer sur la route entre Rognes et Pertuis. Depuis, les jours sont interminables et les nuits souvent sans sommeil. "Nous n'avons pas de nouvelles. L'enquête est en cours, répond laconiquement Geoffrey, le cousin de Julien. Les gendarmes nous ont demandé de les laisser travailler".

Les familles, qui voulaient organiser une battue sur la route où les deux amis ont disparu, ont été priées d'attendre. Les militaires travaillent dans la discrétion depuis que le parquet d'Aix-en-Provence a ouvert une information judiciaire contre X pour enlèvement et séquestration sans libération volontaire.

L'enquête, sur commission rogatoire, a été confiée à la Section de Recherche de Marseille. "La thèse de l'accident semble écartée", confie ce proche. Mais alors qu'est-il arrivé à ces deux amis d'enfance sans histoire et qui début décembre dernier, avait un rendez-vous à Revest-du-Bion ? "Il n'y a que des hypothèses", ajoute Geoffrey.

Ce jour-là, les Audois, tous deux sont intérimaires, ne travaillaient pas. Ils ont pris la route, direction les Alpes-de-Haute-Provence pour rencontrer une connaissance. Initialement, selon Maëva, la compagne de Gabriel, "Julien devait donner un coup de main pour réparer un véhicule". Mais, réfute un proche de Julien, "c'est faux. On ne sait pas vraiment ce qu'ils allaient faire là-bas". Seule certitude, Gabriel et Julien, se sont rendus à Revest-du-Bion. Ils ont honoré leur rendez-vous et Julien qui avait un ami à Pertuis, voulait en profiter pour lui rendre visite dans la soirée. Si cet ami en question a bien reçu un coup de fil l'informant de la venue, en soirée des deux Audois, il ne les a jamais vus arriver.

Ce mardi 3 décembre, la RD973 à l'entrée de la commune pertuisienne était fermée à la circulation en raison de la crue de l'Eze, deux jours plus tôt. Les deux amis, qui roulaient à bord d'une Volkswagen Passat gris-vert immatriculée BG-993-TB, auraient, en toute logique emprunté différentes routes départementales mais, parvenus à Pertuis, ils n'auraient pas franchi la Durance et auraient pris la route de Rognes. C'est là que leur trace s'est perdue. L'un des téléphones a bien borné dans les Bouches-du-Rhône, mais vers 0h46. Que leur est-il arrivé ensuite ? C'est ce que cherchent à savoir leurs familles et les enquêteurs.

Une transaction qui a mal tourné ?
Depuis la disparition, des recherches ont été menées sur le terrain, sur la route empruntée par les deux copains, mais tous ces ratissages n'ont rien donné. Et depuis le début, les proches de Gabriel et Julien répètent à l'envi que s'ils avaient été victimes d'un accident, leur voiture aurait été retrouvée. Mais la Volkswagen reste introuvable.

"L'hypothèse de l'accident est écartée", confirme une source proche du dossier.

La thèse de la fugue est toute aussi réfutée par les familles. Gabriel, père d'un enfant en bas âge, venait d'acheter un terrain avec sa compagne, Maëva. Très prévenant, il ne restait jamais plus de quelques heures sans lui donner de nouvelles. Quant à Geoffrey, il pense que Julien n'aurait jamais pu partir comme ça. "Pour moi, confie-t-il, il leur est arrivé quelque chose". Et puis, une disparition à deux reste peu probable...

L'enquête, d'après nos informations, s'orienterait vers une autre piste. Ce 3 décembre dernier, ils auraient pu, selon nos renseignements, faire une mauvaise rencontre effectivement liée à une transaction. Mais portait-elle sur des pièces mécaniques à vendre sur le Bon coin comme ils l'auraient laissé entendre à des proches ? Pas si sûr, pour une source proche du dossier. Les hommes de la SR de Marseille exploreraient aussi la thèse d'un "deal" qui aurait mal tourné.

Une cellule spéciale pour remonter la piste des disparus a été constituée. Chaque jour, depuis près de deux mois, huit à dix enquêteurs travaillent uniquement sur cette mystérieuse affaire.

https://www.laprovence.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/01/2020 13:16  Mis à jour: 02/01/2020 13:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5544
 Un mois sans aucune nouvelle de Gabriel et Julien portés disparus à Revest-du-Bion.
Ce vendredi cela fera un mois que Julien Boumlil et Gabriel Ferchal ​ n'ont plus donné de nouvelles.
Depuis le 3 décembre dernier les deux amis originaires de l'Aude et âgés de 25 et 26 ans sont partis en voiture de Revest-du-Bion, aux alentours de 21h/22h, à bord d'une Volkswagen Passat Grise, immatriculé BG-993-TB.

Leurs téléphones ont borné pour la dernière fois sur le secteur de Rognes dans les Bouches-du-Rhône vers 00h46, le 4 décembre. Depuis, ils sont éteints. Un appel à témoins a été lancé via le site d'Assistance et de Recherche de Personnes Disparues. Jusqu'à présent aucun élément n'a été trouvé qui puisse par exemple évoquer la possibilité d’un accident de la route.

Du côté de la famille, selon les propos recueilli par d'autres médias, Nicole, la grand-mère de Gabriel qui est parti sans carte bleue et sans papiers, ne s'attendait pas à ce que son petit-fils ne rentre pas. Il lui avait demandé 250€ avant de partir qu'il devait lui rendre le lendemain. Le jeune homme espérait toucher 1000€ à Marseille pour son dépannage. Sa grand mère pense plutôt à un guet-apens. Pour Jean-Pierre, le père de Gabriel, l'attente est de plus en plus difficile à vivre.

Une information judiciaire a été ouverte par le pôle criminel d'Aix-en-Provence pour "enlèvement et séquestration". L'enquête est désormais menée par les gendarmes de la section de recherche de Marseille sous l’autorité d’un juge du pôle de l'instruction criminelle d'Aix-en-Provence. La qualification de l’information judiciaire ouverte contre X pour "enlèvement et séquestration, sans libération volontaire" permet d'élargir le champ de l’enquête.


Si vous avez des informations contacter la gendarmerie de Conques sur Orbiel au 04.62.77.10.17
Ou le poste de police le plus proche.
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
4 - 2 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10