|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
14 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 14

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

PROTECT : Une application adaptée aux collégiens pour les sensibiliser aux dangers d'internet !

Publié par Walda Colette Dubuisson le 31-01-2020 (138 lectures) Articles du même auteur

« PROTECT est né en janvier 2018. A l’époque, avec mon équipe, nous avons décidé de revoir notre manière de sensibiliser les adolescents lors de ces séances de prévention. Nous avons décidé d’élaborer un produit beaucoup plus efficace que les méthodes classiques utilisées jusqu’alors comme le Power Point, explique Jessica Dubois, adjudant-chef et responsable de la brigade de prévention de la délinquance juvénile au GGD 78.
A l’heure actuelle, une deuxième version est en cours d’élaboration. Le groupement de gendarmerie et l’association e-Enfance ont en effet sollicité un nouveau prestataire pour développer une version améliorée du produit, « plus ludique et avec de nouveaux graphismes ». Les premiers visuels seront présentés lors du FIC, et la nouvelle plateforme sera opérationnelle dans les prochains mois. L’expérience ne concerne aujourd’hui que les Yvelines, mais certains départements limitrophes se sont montrés intéressés par le produit, et « la direction générale de la gendarmerie nationale étudie la faisabilité d’un déploiement national ».



Le groupement de gendarmerie départementale des Yvelines participe cette année au FIC pour présenter PROTECT (programme territorial d’éducation à la cyber tranquillité), un outil numérique, conçu pour sensibiliser les collégiens aux dangers potentiels d’internet.

Afin d’informer des collégiens peu réceptifs aux moyens de communication traditionnels sur les risques du web, le groupement de gendarmerie départemental des Yvelines (GGD 78) a développé un outil numérique à la fois ludique, attractif, et simple d’utilisation. Cet outil, baptisé PROTECT (programme territorial d’éducation à la cyber tranquillité), est utilisé dans le cadre des séances de prévention aux dangers d’internet, comme le cyber harcèlement ou les risques de diffusion de photos et de vidéos, que les gendarmes animent dans les collèges.

« PROTECT est né en janvier 2018. A l’époque, avec mon équipe, nous avons décidé de revoir notre manière de sensibiliser les adolescents lors de ces séances de prévention. Nous avons décidé d’élaborer un produit beaucoup plus efficace que les méthodes classiques utilisées jusqu’alors comme le Power Point, explique Jessica Dubois, adjudant-chef et responsable de la brigade de prévention de la délinquance juvénile au GGD 78. Pour nous accompagner, nous nous sommes tournés vers l’association e-Enfance, spécialisée dans la lutte contre les cyberviolences. Grâce à leur aide, nous avons réussi à bâtir un projet dont le coût s’élève à 60 000 euros. Le comité interministériel de prévention de la radicalisation, le conseil régional et le conseil départemental nous ont également apporté leur soutien financier ».

Le produit, développé par une start-up spécialisée, se présente sous la forme d’une application disponible sur tablette. « Il s’agit d’une plateforme d’apprentissage par le jeu (quizz, vidéos, puzzles, questions ouvertes…) déclinée en trois parties. Le premier train de jeux est axé sur la protection des données, le deuxième sur le cyber harcèlement et le troisième sur la théorie des complots et les fake news ».

Les séances de prévention sont assurées dans les collèges auprès d’élèves de sixième, par les gendarmes mais également les policiers et l’association e-Enfance. « Concrètement, chaque séance dure deux heures aux cours de laquelle les enfants sont regroupés par trois autour d’une tablette. Placés en immersion complète, ils sont d’entrée de jeu confrontés aux pièges qu’ils peuvent rencontrer sur internet. Ainsi, il leur est demandé dès le départ leur nom et leur adresse postale. Beaucoup tombent dans ce premier piège et sont immédiatement prévenus qu’ils se sont placés dans une situation de vulnérabilité ». Entre chaque session de jeu, les intervenants ouvrent la discussion pour un débriefing sur les risques et les pièges d’internet, et délivrent des conseils sur les automatismes à acquérir sur internet. « 1500 élèves de 48 classes ont suivi ces séances en 2019, et les résultats sont vraiment encourageants. Nos messages de prévention passent beaucoup mieux avec PROTECT. Les questionnaires de début et de fin de séance nous permettent d’ailleurs de mesurer l’évolution de leurs connaissances du sujet et leur prise de conscience. »

A l’heure actuelle, une deuxième version est en cours d’élaboration. Le groupement de gendarmerie et l’association e-Enfance ont en effet sollicité un nouveau prestataire pour développer une version améliorée du produit, « plus ludique et avec de nouveaux graphismes ». Les premiers visuels seront présentés lors du FIC, et la nouvelle plateforme sera opérationnelle dans les prochains mois. L’expérience ne concerne aujourd’hui que les Yvelines, mais certains départements limitrophes se sont montrés intéressés par le produit, et « la direction générale de la gendarmerie nationale étudie la faisabilité d’un déploiement national ».
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10