|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non résolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
13 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 13

plus...

Annick Dupriez : relance

Publié par Walda Colette Dubuisson le 18-05-2015 (2775 lectures) Articles du même auteur

18/05/2015: Il y aura deux ans ce 18 mai qu’une Escaudinoise alors âgée de 49 ans, Annick Dupriez, de santé fragile et qui vivait dans la précarité, a disparu. Sa sœur Anne-Lise continue les démarches pour la retrouver.
********************************
20/05/2013 : il y a eu un an dimanche, Annick Dupriez, une Escaudinoise de 50 ans, disparaissait. Depuis sa sœur cadette remue des montagnes pour tenter de retrouver sa trace. En vain, car aucun signe de vie n'a pu être décelé tant par la police que par la sœur de la disparue qui a mené sa propre enquête.

***************************

14/11/2013 : FRANCE : Escaudain ( proximité frontière Belge) : toujours aucune nouvelle d’une femme disparue depuis six mois

Annick Dupriez, qui aura cinquante ans le 22 novembre, n’a pas donné le moindre signe de vie depuis le 18 mai dernier.
Une disparition très inquiétante.

Cela fait six mois que sa sœur, Anne-Lise, de trois ans sa cadette, remue ciel et terre pour retrouver Annick Dupriez, une femme dans un état de fragilité et de précarité particulièrement inquiétant.

Les derniers à l’avoir vu vivante sont son ami, qui l’hébergeait à Escaudain et chez qui elle a passé la nuit du 17 au 18 mai, et l’une de ses filles, avec qui elle a déjeuné le 18 mai. Depuis, pas la moindre nouvelle !
Et les différents appels à témoins que nous avions lancés dans nos colonnes les 17 août et 12 septembre ont été totalement infructueux. Cette maman de cinq enfants, dont quatre sont majeurs et la petite dernière est placée, semble s’être évaporée dans la nature…

Anne-Lise Dupriez a bien sûr signalé les faits à la police, fait une déposition pour « disparition inquiétante », tout en menant elle-même sa propre enquête.
Elle a fait le tour des hôpitaux, sondé les services psychiatriques et même interrogé des SDF du secteur, mais sans le moindre résultat. Les comptes d’Annick n’ont pas bougé d’un centime et le fait qu’elle n’avait pas de portable ne permet pas de recourir à une éventuelle géolocalisation. L’Escaudinoise aux yeux verts portait un jean et n’avait emporté que son traitement médical (ainsi qu’une partie des médicaments de son ami) et son paquet de tabac.

Très dépressive, d’une grande maigreur et d’une santé très précaire, elle prenait nombre d’anxiolytiques. Comme signe distinctif, elle a une tache de naissance près d’une oreille et un tatouage avec les initiales C et A sur le bras droit. On aurait pu imaginer que la période de chasse aurait permis de découvrir la disparue qui a peut-être mis fin à ses jours dans un endroit retiré de la campagne mais là aussi aucune découverte de cadavre n’a été effectuée.

Sa sœur continue inlassablement ses recherches. Elle a distribué récemment sur Escaudain, Denain, Douchy-les-Mines et Lourches des affichettes appelant à tout témoignage.

TĂ©moignages :

En cas de découverte ou pour tout élément permettant de retrouver cette femme, appeler le commissariat de Denain : 0033 (0) 3 27 38 17 17.
Ou appelez le poste de police le plus proche


Source : http://www.lavoixdunord.fr/


Image redimensionnée


***************************
18/05/2015
Escaudain : deux ans après, elle ne veut pas perdre l’espoir de retrouver sa sœur


Deux ans après, cette disparition qualifiée à juste titre d’inquiétante n’est pas résolue. Annick Dupriez, mère de cinq enfants dont quatre sont majeurs et la cinquième placée, était dépressive et vivait dans la précarité. Les cheveux mi-longs acajou et les yeux verts, ce bout de femme de 1,60 m pour une quarantaine de kilos a disparu en emportant des médicaments pour un mois et son paquet de tabac. La dernière à l’avoir vue est sa fille aînée, avec qui elle a déjeuné le 18 mai.
Deux ans après, la dernière à se préoccuper encore de sa disparition est sa sœur Anne-Lise, de trois ans sa cadette. Elles ont grandi à Haveluy dans une famille de huit enfants. De la disparition d’Annick, Anne-Lise n’a été informée que le mois suivant. Elle a déposé une main courante le 24 juin. La disparition a également été signalée par l’ami chez qui vivait Annick, mais sans plus. « Je ne sais pas depuis combien de temps elle vivait chez lui, ni ce qu’il s’est passé à cette période. »
« Dans cette affaire, c’est toujours moi qui ai tout fait. » Et qui continue, avec l’impression d’être bien seule. Anne-Lise reste certes en contact avec un inspecteur de police ; et le dossier n’est pas clôturé. « Je ne baisse pas les bras. J’attends qu’on la retrouve. » Elle se souvient avoir vu Annick pour la dernière fois le 1er mai. Elle l’avait trouvée maigrie ; l’avait « disputée », en raison de sa consommation d’alcool et de tabac. Annick lui avait demandé de la reprendre chez elle, comme Anne-Lise l’avait déjà fait dans le passé. La cadette explique que son aînée a commencé à prendre des cachets après la perte d’un premier fils en 1982.
Le compte de la disparue a été clôturé, sans retrait. Anne-Lise se déplace vers les SDF, pose des affichettes et s’en remet à Internet. « Tous les jours », elle remonte l’avis de recherche sur Facebook. D’amis en amis, son annonce est largement partagée, « pas que dans le 59 : elle voyage un peu partout ». Tant qu’Annick restera introuvable...
FRANCE : TĂ©l. : 03 27 38 17 17 (police), 06 12 32 20 12.

http://www.lavoixdunord.fr/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent Ă  leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
DĂ©poser un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
2 + 8 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10