|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
12 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 12

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. 11/12/2018 : Direct. Procès Heaulme: " Il ne sortira pas de prison, ça sert à rien"..... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/12/2018 15:59
L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais ; «Je ne différenciais pas une femme d'une enfant» !!! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/12/2018 15:17
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Direct. Procès de Francis Heaulme: Patrick Dils entendu comme témoin. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/12/2018 11:17
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Procès de Francis Heaulme : audition très attendue de Patrick Dils lundi matin. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/12/2018 09:51
Double meurtre de Montigny-lès-Metz: revivez le quatrième jour du procès de Francis Heaulme. Le Calvaire de Cyril Beining et Alexandre Beckrich… Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 08/12/2018 14:12
Jonathann Daval ,le principal suspect du meurtre de sa femme Alexia a avoué l'avoir tuée seul avant de transporter son corps, a annoncé le procureur. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 07/12/2018 16:42
L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais Nouvelle mise en examen pour Nordahl Lelandais... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 07/12/2018 13:16
Affaire Grégory Villemin: LA MALÉDICTION DE LA VOLOGNE EN REPLAY (12 vidéos)-> que pour les Français !!! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 07/12/2018 12:22
Affaire Grégory Villemin. Affaire Grégory: le cousin de Murielle Bolle porte plainte après la sortie du livre Briser le silence ... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 07/12/2018 12:09
Meurtre d'Anne-Sophie Girollet : Jacky Martin condamné en appel à la réclusion criminelle à perpétuité ( Vidéos) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 07/12/2018 09:59

Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich

Publié par Walda Colette Dubuisson le 10-12-2018 (5291 lectures) Articles du même auteur
10/12/2018 : Procès de Francis Heaulme : audition très attendue de Patrick Dils lundi matin...
***********************************
08/12/2018 : Double meurtre de Montigny-lès-Metz: revivez le quatrième jour du procès de Francis Heaulme. Le Calvaire de Cyril Beining et Alexandre Beckrich…
*************************************
05/12/2018 : EN DIRECT - «Trouvez le vrai coupable», lance la sœur de Francis Heaulme...
* Francis Heaulme : «J'ai commis des meurtres, mais Montigny, c'est pas moi»...
*************************************
02/12/2018 : Le tueur en série Francis Heaulme rejugé à partir de mardi pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz.
********************************************
22/11/2018 : Meurtres de Montigny: « De quel droit ils en font un film ? » s'insurge Chantal Beining
La mère de Cyril Beining, massacré à 8 ans avec Alexandre Beckrich le 28 septembre 1986 à Montigny-lès-Metz, a lancé une procédure contre France 2. Elle a été très touchée par un téléfilm sur l’affaire, « un truc plein d’inepties ».
**********************************
03/04/2018 : Le procès en appel de Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz est désormais fixé.
La cour d’assises de Versailles devrait juger le routard du crime du 4 au 21 décembre 2018. Ce sont les dates annoncées aux différentes parties.
*******************************************
24/01/2018: France 2/20H55 – « Je voulais juste rentrer chez moi »: retour raté sur l’affaire Patrick Dils
Le téléfilm d’Yves Rénier retrace l’affaire au fil d’un scénario à la psychologie sommaire qui accumule tous les poncifs. Une déception pour le chroniqueur judiciaire.
***************************************
05/01/2018 : Le tueur en série Francis Heaulme doit être jugé en appel pour le meurtre de deux enfants ( Cyril et Alexandre) à Montigny-lès-Metz en 1986 ( A une date pour l’instant inconnue). Il s’agira a priori de la dernière apparition du « routard du crime ».
****************************************
13/08/2017 : Longtemps soupçonné d'avoir participé au crime de Cyril et Alexandre, Henri Leclaire attaque l'État pour les erreurs judiciaires "qui lui ont gâché sa vie".
*******************************************
13/07/2017 : Francis Heaulme sera rejugé à Versailles, pour le double meurtre à Montigny-les-Metz, où Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, ont été assassinés en 1986. Bientôt son sixième procès. (Vidéo)
*********************************************
18/05/2017 : Double meurtre de Montigny-lès-Metz : la perpétuité pour Francis Heaulme
La réclusion criminelle à perpétuité pour Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz (Moselle). Le condamné a décidé de faire appel.

*********************************************
17/05/2017 : : EN DIRECT - PROCÈS HEAULME : SUIVEZ LA DERNIÈRE JOURNÉE D'AUDIENCE AVANT LE VERDICT
*****************************************
16/05/2017 : DIRECT : Mardi 16 mai, suite du procès de Francis Heaulme devant la Cour d'assises de Moselle à Metz. Envoyée spéciale LCI Maud Vallereau live-tweete ce procès
******************************************************
12/05/2017 Suivez en direct le douzième jour du procès de Francis Heaulme.
******************************************
10/05/2017 :Suivez en direct le dixième jour du procès de Francis Heaulme
***************************
09/05/2017 :DIRECT. Procès de Francis Heaulme : l'ex-gendarme Jean-François Abgrall entendu
*************************************
06/05/2017 :Depuis le début du procès de Francis Heaulme il y a deux semaines, seule Chantal Beining, la mère de Cyril, a assisté à toutes les audiences. Pour le reste des familles, la douleur est trop forte et c'est bien compréhensible.Nous sommes de tout coeur avec vous, malheureusement, nous ne pouvons faire grand chose ...
Courage !!!
*******************************************
02/05/2017
Double meurtre de Montigny-lès-Metz : suivez en direct le 5ème jour du procès de Francis Heaulme
********************************
25/04/2017 : Suivez le procès de Francis HEAULME JOUR APRES JOUR EN CLIQUANT ICI.
****************************************
20/04/2017 Le procès de Francis Heaulme, jugé pour les meurtres de Cyril Beining et Alexandre Beckrich en septembre 1986 à Montigny-lès-Metz, s’ouvre dans quelques jours.L'histoire sans fin à Montigny-lès-Metz (VIDEO).
*************************************************
12/04/2017 : La Cour de cassation a validé ce mardi le non-lieu dont a bénéficié Henri Leclaire dans l'affaire du meurtre de deux petits garçons en 1986 à Montigny-lès-Metz, en Moselle.
Francis Heaulme sera seul aux assises
******************************
05/04/2017 : Déjà condamné pour neuf homicides, Francis Heaulme sera bientôt jugé une dernière fois pour les meurtres de deux enfants en 1986, en Lorraine. Le tueur en série nie et entretient le mystère sur ce dossier.
*****************************************
16/01/2017 : Le tueur en série Francis Heaulme sera jugé du 24 avril au 18 mai pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986, a indiqué la cour d'assises de la Moselle aujourd'hui, lundi.
*****************************************************
10/01/2017 : Henri Leclaire ne sera pas jugé

La Cour de cassation a rendu son arrêt mardi 10 janvier 2017. Elle a validé le non-lieu dont avait bénéficié Henri Leclaire pour le meurtre de Cyril et Alexandre en 1986 à Montigny-les-Metz, affaire dans laquelle le tueur en série Francis Heaulme est renvoyé désormais seul devant la Cour d'assises.
*************************************************
15/12/2016 L’état de santé de Francis Heaulme, mis en examen pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz (Moselle) en 1986, est compatible avec une comparution devant les assises, selon une récente expertise médicale.
**************************************************
29/11/2016 : Double meurtre de Montigny : la crainte d’un procès sans Francis Heaulme. La santé de Francis Heaulme se dégrade (Deux infarctus et des pathologies lourdes) et pendant ce temps les délais judicaires s'allongent...
******************************************
08/10/2016 :VIDEO. Cyril et Alexandre : 30 ans de quête et pas de vérité

C’est une funeste date. Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, ont été tués à coups de pierres le 28 septembre 1986 à Montigny-lès-Metz. Le départ d’une odyssée judiciaire vertigineuse. Trente ans de mystère.
*****************************************************
23/09/2016 : Qui a tué à coups de pierres Cyril et Alexandre, 8 ans, le 28 septembre 1986 sur un talus SNCF près de Metz ? Trente ans après la justice cherche encore, mais la question pourrait rester sans réponse, faute de preuves.
****************************************************

LIRE LA SUITE


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=223

07/07/2016 : Francis Heaulme sera jugé seul...

Henri Leclaire n’est finalement pas renvoyé devant les assises dans l’affaire du meurtre de deux petits garçons à Montigny-lès-Metz (Moselle) et le tueur en série Francis Heaulme se retrouvera donc seul dans le box des accusés.
********************************************************

07/06/2016 : Les juges de la chambre de l'instruction de Metz se penchent mardi en appel sur le renvoi ou non d'Henri Leclaire aux assises, au côté de Francis Heaulme, pour le meurtre de deux enfants en 1986 à Montigny-lès-Metz (Moselle).
***************************************************
20/04/2016 Henri Leclaire sera jugé avec Francis Heaulme
C'est une information du Républicain Lorrain : malgré le non-lieu du procureur de la République de Metz requis le 2 mars dernier, Henri Leclaire sera bien jugé devant les assises de la Moselle, avec Francis Heaulme, pour le double homicide de Cyril Beining et Alexandre Beckrich.
****************************************************

21/03/2016 : Le réquisitoire vient d’être notifié aux parties civiles de l’affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz. Le procureur de la République de Metz ne demande pas le renvoi d’Henri Leclaire devant les assises de la Moselle.

Quel nouveau choc pour les familles !!!
Que bientôt ce calvaire se termine !!!
Une pensée spéciale pour la grand mère d'Alexandre qui a plus de 90 ans et continue à se battre . Pensées pour la maman de Cyril et tous les proches...
Courage .
Les petites victimes Alexandre et Cyril : que justice vous soit ENFIN rendue pour que vous puissiez reposer en paix !!!
Colette ( Nounoursaris)

*********************************************
30/12/2015 : DOUBLE MEURTRE DE MONTIGNY-LÈS-METZ : LECLAIRE VA ÊTRE FIXÉ SUR SON SORT
*************************

21/07/2014 : Le procès de Francis Heaulme, en mars dernier, avait tourné court, suite à de nouveaux témoignages qui impliqueraient Henri Leclaire dans le meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. L'homme est convoqué chez l’un des deux juges d’instruction le 5 août et pourrait être mis en examen.
******************************************
***********************************************
************************************************






28 septembre 1986. On est dimanche et comme n’importe quels enfants, Alexandre Beckrich et Cyril Beining, deux copains de 8 ans, décident de profiter de ce dernier jour de repos avant de reprendre le chemin de l’école, pour faire un petit tour de vélo dans leur commune de Montigny-lès-Metz.

Les deux enfants se retrouvent vers 17h30. Mais à 19h, leurs parents inquiets de ne pas les voir revenir, décident de prévenir pompiers et policiers. Une demi-heure plus tard, leurs corps allongés sur le dos littéralement massacrés à coups de pierre, sont retrouvés. C’est le début d’une affaire qui, encore aujourd’hui, demeure entourée d’un flou épais.

Plusieurs semaines après la découverte des corps, l’enquête piétine. Les policiers ont bien entendu à deux reprises Patrick Dils, ce jeune homme de 16 ans, roux, efflanqué et apprenti cuisiner habitué à flâner à l’endroit même où ont été découverts les deux corps. Mais sa culpabilité ne saute pas aux yeux et Dils est relâché à chaque fois. Le meurtrier d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining reste introuvable.

En avril 1987, l’affaire connaît un rebondissement inattendu avec le témoignage d’un couple qui affirme avoir vu le 28 septembre 1986 sur les lieux du crime… Patrick Dils. Confronté une nouvelle fois aux enquêteurs, ce dernier avoue. Oui, il est l’auteur du double meurtre de Montigny-lès-Metz. 36 heures de garde à vue plus tard, Patrick Dils est poursuivi pour homicides volontaires et est incarcéré en maison d’arrêt le temps que son procès a lieu. Le 27 janvier 1989, Dils est reconnu coupable et écope de la réclusion criminelle à perpétuité.

Le problème c’est que Patrick Dils n’est pas celui qu’on croit. Certes, il est passé aux aveux. Mais ses confessions ne sont autres que des affabulations prononcées devant des policiers confrontés à un jeune homme dont le profil colle parfaitement à celui du suspect numéro 1.

Le 26 juillet 1990, une première demande en révision est sollicitée par les avocats de Dils auprès de la Cour de cassation. Demande rejetée. L’affaire semble bouclée.

Sauf que sept ans plus tard, le 24 octobre 1997, un adjudant-chef de la gendarmerie transmet à la justice française le compte-rendu d'un entretien qu’il a eu avec Francis Heaulme, un Messin incarcéré pour un triple meurtre et mis en examen pour six autres. Il affirme à l’aide de détails précis être passé sur les lieux du crime avant et après les assassinats d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining. Même s’il n’avoue pas le double meurtre, ses déclarations fracassantes font figure de coup de tonnerre onze ans après l'éclatement de l’affaire.

Conforté par les propos de Heaulme, la défense de Patrick Dils réclame une nouvelle demande en révision en 1998. Cette fois-ci la justice française daigne se replonger dans cet épineux dossier. L’enquête repart de 0 : nouvelles investigations, nouveaux témoignages et nouveau procès pour Patrick Dils confronté directement à Francis Heaulme.

Pour Dils, la fin d'un long tunnel paraît proche. Pourtant, le 29 juin 2001, il est condamné à 25 années de prison supplémentaires. Stupeur dans la salle d'audience convaincue de son innocence. Dils fait appel. Un troisième procès s’ouvre. Ce sera le dernier pour Patrick Dils, définitivement acquitté le 24 avril 2002. Il reçoit un million d’euros au titre de l’indemnisation de l’Etat. « Ce que j’ai vécu ne se chiffre pas », commente-t-il alors. L’assassin des deux enfants, lui, reste introuvable.



Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/12/2018 15:59  Mis à jour: 11/12/2018 15:59
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. 11/12/2018 : Direct. Procès Heaulme: " Il ne sortira pas de prison, ça sert à rien".....
Sixième jour d'audience. Hier, la cour d'assises des Yvelines, qui a auditionné Patrick Dils, n'a pas eu l'occasion d'entendre le son de la voix de Francis Heaulme. Ce devrait être le cas aujourd'hui. Plusieurs témoins, enfants à l'époque du double meurtre, vont venir à la barre. Dont David Herrlich, qui pense avoir vu l'accusé à 17h10 à proximité du talus SNCF...

Suivre le lien -> https://www.republicain-lorrain.fr/act ... proces-de-francis-heaulme
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/12/2018 11:17  Mis à jour: 10/12/2018 12:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Direct. Procès de Francis Heaulme: Patrick Dils entendu comme témoin.
Bonjour. L'audience va bientôt reprendre. On attend le passage de Patrick Dils en visioconférence.

. Le témoin vient de prendre place. Francis Heaulme est également arrivé. Tout sourire, il salue ses avocats. Il a l'air content d'être là. Patrick Dils, beaucoup moins. Il avait passé un moment désagréable à Metz, en 2017.


. "Je m'appelle Dils Patrick. J'habite en Gironde. Sans profession."

. "Je suis une nouvelle fois devant une cour d'assises. Pour moi, c'est pénible et douloureux. Ce qui n'enlève en rien sur le fait que j'ai un grand respect pour les familles des victimes. Mais je garde un souvenir douloureux du procès à Metz. Je n'ai pas eu l'impression d'être témoin mais accusé. Une nouvelle fois, je vais me replonger trente-deux ans en arrière et vous expliquer qui était Patrick Dils."

Suivre le lien ->

http://www.lefigaro.fr/actualite-fran ... les-metz-patrick-dils.php


Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/12/2018 09:51  Mis à jour: 10/12/2018 09:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Procès de Francis Heaulme : audition très attendue de Patrick Dils lundi matin.


Pour la deuxième semaine du procès de Francis Heaulme pour le meurtre de deux garçons en 1986, Patrick Dils va être auditionné en visioconférence. Il a passé 16 ans en prison pour ce double meurtre dont il a été acquitté en 2002.
Au procès en appel de Francis Heaulme qui se déroule à Versailles, dans les Yvelines, une audition est très attendue lundi matin, celle de Patrick Dils. Alors adolescent, le jeune homme avait été reconnu coupable du meurtre de deux garçonnets à Montigny-lès-Metz en 1986. Après 16 ans de prison, il a été définitivement acquitté en 2002. Pourtant, les avocats de Francis Heaulme continuent de tenter de refaire son procès.

Du procès de Francis Heaulme à celui de Patrick Dils. Lors du procès en première instance de Francis Heaulme en 2017, les quelque quatre heures d'audition de Patrick Dils avaient laissé un profond malaise. La défense de l'accusé n'avait alors qu'une idée en tête : faire douter les jurés de l'innocence de l'ancien condamné pour qu'ils acquittent celui qui a été surnommé "le Routard du crime".

Ils avaient donc "cuisiné" le timide quadragénaire, cheveux en brosse et visage juvénile. Après 16 ans de prison à tort, Patrick Dils a refait sa vie. Il est désormais marié et père de deux petites filles. Mais à le voir se tasser sur sa chaise sans oser s'emporter, le public avait vite compris comment l'adolescent de l'époque avait pu se laisser embarquer par la police dans des aveux plus vrais que nature. Devant la brutalité des questions, il avait simplement soufflé : "Vous refaites mon procès".

Patrick Dils toujours coupable selon la famille de l'une des victimes. Dès la semaine précédente, les avocats de Francis Heaulme ont annoncé la couleur en réclamant que Patrick Dils soit présent physiquement. Cela ne sera pas le cas puisqu'il sera interrogé en visioconférence. Mais comme en première instance, ils vont pouvoir compter sur le soutien de la famille d'Alexandre Beckrich, toujours convaincue que Patrick Dils est responsable de la mort de leur fils et petit-fils. Un de leurs avocats avait même osé dire : "Vous avez fait perdre 16 ans à la justice".

https://www.europe1.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/12/2018 14:12  Mis à jour: 08/12/2018 14:12
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Double meurtre de Montigny-lès-Metz: revivez le quatrième jour du procès de Francis Heaulme. Le Calvaire de Cyril Beining et Alexandre Beckrich…
Double meurtre de Montigny-lès-Metz: revivez le quatrième jour du procès de Francis Heaulme
Il est beaucoup question, depuis deux jours, de l'enquête judiciaire qui a conduit Patrick Dils à passer aux aveux pour le double meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Un passage essentiel et obligé avant l'audition, lundi matin, du principal intéressé qui a passé quinze ans de sa vie derrière les barreaux pour rien. Aujourd'hui, la cour a entendu l'ancien magistrat qui a requis au procès de Lyon. Et qui est convaincu de l'innocence de Patrick Dils. A la barre, ont également été entendus les Jaskula, qui sont passés rue Venizélos, le jour du crime. Un témoignage important.

Bonjour, le procès reprend par l'audition du médecin-légiste qui a autopsié les deux enfants.

. "Concernant Cyril, le visage avait été l'objet d'un écrasement complet. L'ensemble du visage était enfoncé."

" Concernant le crâne, le côté droit était aussi l'objet de fracture. D'importantes lésions du cerveau."


. "Il y avait un peu de sang dans les poumons, ce qui veut dire que le décès n'était pas strictement immédiat."

. "Les coups à la face étaient portés avec une grande violence. Une pierre de 5,9 kg nous était présentée, elle peut être l'objet contondant utilisé pour ces blessures. "

. "Alexandre Beckrich. On retrouve des lésions similaires. Chez lui, on a trouvé des traces d'éraflures sur l'épaule droite. Rien ne laisse penser qu'il y a eu de tentative de strangulation. Lui aussi a eu quelques mouvements respiratoires après les coups subis."

. "Il n'y pas de lésions de défense."

. Le président: "Vous avez parlé de coups d'avant en arrière. Pouvez préciser?
- L'application de l'objet contondant a provoque le fracas facial. Vraisemblablement, l'enfant était allongé sur le sol, sur un pan dur." Ces détails sont toujours aussi durs à écouter.

. "Faut-il de la force pour provoquer ces blessures?
- Oh oui..."

. L'expert poursuit: "Le premier coup a pu être porté quand les enfants étaient debout. Mais ce n'est pas possible pour tous les coups. A un moment donné, ils étaient au sol."

. "Avez-vous constaté d'autres blessures, par exemple aux genoux qui voudraient dire qu'à un moment donné ils sont tombés?
- Non."

. "Venons en à l'heure de la mort. Le Dr Leupold, qui avait procédé à la levée du corps le jour des fais à 20h35, estime l'heure à moins de trois heures. Qu'en dites-vous?
- L'estimation de l'heure du décès est difficile en médecin légale. Deuxièmement, la température du corps n'a pu être prise à l'époque. Le touché du corps n'a aucune valeur." Rappelons que le médecin venu sur place n'avait pas de thermomètre...

. "La rigidité du corps est un mécanisme très précis. Là, ce que j'ai compris, elle n'a pas été observée. On est donc à moins de trois heures. Les lividités apparaissent trente minutes après le décès et sont de plus en plus visibles au fil du temps. Effectivement, ça me permet correct de parler de moins de trois heures."

. "Une rigidité plus importante a été constaté chez Alexandre, qu'en pensez-vous?, prolonge le président.
- S'il y a eu un effort physique intense juste avant, ça peut l'expliquer. On parle de stress intense, ça ne me convainc pas. "

"Si l'enquête montrait que le décès d'un enfant était différé par rapport à l'autre, je reconsidérerais la chose. Mais je pense que la différence de rigidité n'est pas assez importante pour être prise en compte."

. "J'aime pas trop le mot mais je lâche quand même le mot: il y a eu un acharnement!", lance l'expert.

. Me Dominique Rondu: " Ce qui pose problème, c'est l'absence de lésions de défense. Comment peut-on l'expliquer rationnellement?
- Je dis qu'on n'en a pas constaté. Ils ont peut être empoignés et se débattre, sans en voir les traces.
- Peut-on imaginer qu'ils étaient face à quelqu'un en qui il avaient toute confiance?
- Je ne pense pas. Mon sentiment, c'est qu'ils ont été tués l'un après l'autre. Donc un a vu l'autre mourir."

. Me Alexandre Bouthier, avocat de la défense: " Dans les rapports médico-légaux, il est indiqué une heure de la mort constatée à moins de trois heures. Et, une fois, on parle d'autour de trois heures après la découverte des cadavres. Qu'en dites-vous?
- Autour de trois heures, j'aime pas trop. Je préfère inférieur à trois heures. Il ne faut pas trop s'attacher à vouloir préciser une heure très précise. Il faut rester parfaitement prudent."

. Le président fait lecture de l'expertise biologique qui s'est intéressée aux pierres. En même temps, les photos de ces pierres sont diffusées à l'écran.

. "La grosse pierre de 5,9 kg porte des tâches de sang des deux enfants et des cheveux. La pierre de petite taille comporte du sang de Cyril Beining..."

. "La pierre de taille moyenne porte des tâches des deux enfants. Pas de cheveux, ni de poils."

. "Monsieur Heaulme... " Il se lève. "Voulez-vous réagir à ces expertises?
- Je ne comprends rien à ces expertises. Je sais pas ce que ça veut dire."

. "Je voulais revenir avec vous sur les témoins d'hier, notamment ceux des anciens salariés de Lorraine TP, qui travaillait surtout sur des chantiers SNCF. Vous souvenez-vous d'un chantier à Montigny, au pont Saint-Ladre ?
- Je ne me rappelle plus. Je me souviens d'un hangar avec des wagons. Je vois que ça.
- On est dans le même périmètre que les lieux du crime. Je dis pas qu'il faut faire le lien."

. "Vous avez expliqué aller à la piscine de Montigny lorsque vous étiez jeune. Et vous avez expliqué que pour appeler plus vite, vous montiez sur le talus de la rue Venizélos, vous coupiez par les voies SNCF. C'est dangereux mais si on fait attention, on arrive à la piscine.
- Oui.
- Là aussi, on n'est pas loin de la découverte des corps."

"A la demande des enquêteurs, vous avez réalisé trois croquis des lieux, à trois moments différents." Ils sont diffusés à l'écran. "Ce premier croquis datant de 99 est relativement précis", note le président. Heaulme observe, les bras croisés.

. "Le deuxième croquis est de 2000. C'est bien le vôtre?
- Oui.
- Il est encore plus précis."

"Le dernier date de 2002. Sur celui-là, vous indiquez la présence deux vélos...
- Oui, j'ai vu les vélos en passant.
- En passant. Vous indiquez les poubelles...
- Elles sont connues les poubelles", interrompt l'accusé.

. Il manque encore des témoins, notamment un ancien policier de la PJ. L'audience est donc terminée pour ce matin. Reprise à 14h.

. L'audience de cet après-midi devrait également être réduite à cause des Gilets Jaunes. Les escortes de Francis Heaulme ont été réquisitionnées demain matin et doivent terminer tôt leur service aujourd'hui.

. Premier témoin: un magistrat qui était, au début des années 90, juge d'instruction à Avignon. Il a instruit les investigations autour de la mort de Jean-Joseph Clément. L'enquête avait abouti à un non-lieu pour Francis Heaulme.

. "Il avait été entendu une première fois parce que Heaulme était passé à proximité des lieux du crime. Deux ans plus tard, il s'était accusé des faits mais donnait des détails qui ne correspondait pas. C'était troublant quant à la sincérité des aveux."

14h34. "A l'époque, la personnalité de Francis Heaulme, on parlait déjà d'un tueur en série, a fait que je me suis dessaisi rapidement des faits au profit d'un juge d'instruction de Reims qui enquêtait déjà sur deux meurtres non élucidés. C'était intéressant de regarder s'il y avait des rapprochements à faire. "

. "Je me souviens que Heaulme disait des choses pour faire plaisir. Il m'avait expliqué que si je le tutoyais, c'était une sorte de confiance que je lui faisais et qu'il était prêt à me dire des choses. C'était déroutant. Cette ambiance était très particulière."
. "Heaulme a une très bonne mémoire visuelle, photographique."

. 'Le travail du gendarme Abgrall était pertinent. C'était la méthode qui m'embêtait."

. "Aujourd'hui, l'affaire Clément aurait été résolue, je pense. A l'époque, c'était compliqué."

. Liliane Glock: "Je recentre le débat. Vous avez été cité comme témoin pour comprendre dans quelles conditions vous avez recueilli les aveux de Francis Heaulme qui s'avèreront faux."

"Il a passé des aveux devant les gendarmes, pas devant moi", rétorque l'ancien juge d'instruction.

. La pénaliste lit une audition datant de 94. "Merci de me rafraîchir la mémoire. Oui, il voulait faire plaisir", se souvient le magistrat. "Je me souviens aussi que parfois il en avait marre. Il a une personnalité où par moment il a envie de porter une vérité, il y a des moments où il n'en peut plus et veut que cela s'arrête."

. Francis Heaulme se lève: "A chaque fois qu'il y avait un enquêteur, il y avait Jean-François Abgrall. Il me disait, allez c'était un accident Francis, on fait ça pour les familles. Il me tutoyait."
. Le travail de sape et de critique à l'encontre du gendarme Abgrall a démarré.

. Nouveau témoin: "Ce que j'ai à dire, c'est que je ne me souviens plus de rien. C'est tout."

. "Vous souvenez quand même que vous habitiez à Montigny-lès-Metz en 86.
- Ca oui.
- Vous êtes passé avec votre épouse et deux enfants rue Venizélos le 28 septembre 86.
- Oui, il y avait le chien aussi. On voulait qu'il court un peu.
- Vous avez donné une heure...
- Ca, je ne sais plus.
- Vous avez dit 18h15. Vous avez également parlé de deux vélos d'enfants.
- Oui..., dit-il hésitant. A l'époque, je savais même la couleur mais là, c'est compliqué."

. "A l'époque, vous aviez dit entendre aucun cri venant du haut du talus, lit le président. Vous seriez restés vingt-cinq minutes."

. "Vous avez encore dit que votre fille criait ce jour-là, mais ne pleurait pas."

. On lui présente la photo des vélos en bas du talus. "Ca, c'est la photo du journal. Moi je me souviens qu'une roue d'un vélo se trouvait sur l'autre."




. Un avocat général précise: "Un des parents des enfants a effectivement bougé les vélos. Mais quand on entend les témoins, chacun donne des informations différentes... Est-ce que vous avez vu passer un cycliste à ce moment-là? Parce qu'à un moment, Heaulme dira avoir vu une voiture bleue avec une dame jouant avec un chien. Du coup, on a pensé qu'il parlait de vous."

. Le nouveau témoin a vu des enfants passer le jour du crime. Ils étaient chemin des sources. On ne sait pas trop s'il s'agit des deux petites victimes. Personne n'a de question à lui poser.

. C'est désormais Isabelle Jaskula qui va être entendue. Le témoignage de la famille Jaskula permet de fixer les horaires. Et Heaulme parle d'elle dans un de ses récits.

. "Je me souviens de pas grand-chose, commence-t-elle. On a sorti le chien, il y avait les vélos. Voilà. On est rentré chez nous. Voilà."

. "On a quitté la rue Venizélos à 18h40", indiquait le témoin lors de sa première audition à la PJ de Metz. "Oui, c'est ça. On est allé ensuite chez mes beaux-parents."

16h14."Mon mari jouait avec notre fille ainée près des bennes de la société Le Lorrain. Moi j'étais restée à côté de la voiture parce qu'il y avait notre bébé. Je lançais des pierres au chien pour jouer. Je n'ai pas entendu de bruits sur le talus. Des pleurs m'auraient alerté. "

Pas de questions des parties. Audience suspendue quelques minutes.

16h43. Dernier témoin: François-Louis Coste, avocat général au procès de Lyon en 2002, où Patrick Dils a été acquitté.

. "De quoi ai-je été témoin? Pas des faits. Mais d'une procédure qui a abouti à une erreur."

. "Quand on prend ce dossier, j'ai été frappé par sa présentation. Jusqu'aux constatations, tout est logique et banal."

. "La surprise devient forte à la saisie du juge d'instruction. Là, on ne sait plus l'ordre des procès-verbaux. Ils étaient numérotés au crayon. L'ordre chronologique est important dans un dossier."

. "Là, passez-moi le mot, c'est le foutoir! Comme si un grand coup de vent avait tout balayé."

. "J'étais furieux. Je pensais que des auditeurs de justice m'avait mis le bazar."

. "J'étudie le dossier, j'arrive aux aveux de Patrick Dils. Une catastrophe. J'avais jamais vu ça. C'était d'abord sept mois après les faits. Sept mois, c'est long. Dans sept mois, vous ne vous souviendrez plus de ma tête. Sa garde à vue est longue. D'abord, il nie. Ca dure longtemps. Puis il y a des aveux. Des aveux atroces. Au milieu des aveux, j'ai du aller respirer, j'en pouvais plus. Il y avait une foule de détails, il parle de la végétations, des gestes... Et puis, il y a cette phrase: lorsque je frappais les têtes enfants avec les pierres, ça faisait le bruit d'un melon qu'on écrase."

. "A un moment donné, il me donne des précisions, des détails sur les voies... Je me dis, mais attend: il a eu des plans sur les lieux. Alors forcément, il pouvait dessiner tout ce qu'on voulait. Il a des précisions invraisemblables. Et puis sept mois après, il reconnaît les pierres..."

. "Ah... C'est sûr. Ce ne pouvait être que lui. Je crois surtout que c'était une sorte de mauvaise chance."

. "Et puis, il y a les faits. Après 17h15, il n'y a plus aucun signe de vie des enfants. Les Dils, qui rentrent de Meuse, sont encore très loin à ce moment-là."

. Me Dominique Rondu, avocat de la famille Beckrich, ne partage pas l'avis de l'ancien magistrat: " Mais quand même, quand on relit l'audition de Dils, il indique qu'il n'y a pas eu de pression. Il y a des filtres judiciaires, un avocat qui aurait pu demander une remise en liberté ou des demandes d'acte. Il ne l'a jamais fait.
- Mais enfin, Maître... Un avocat qui vient me dire ça... Dans une affaire comme ça, quand on a des aveux pareils qui vous font passer l'envie de les relire, bien sûr que vous prenez ses aveux et vous condamnez."

. " Nous ne remettons pas en cause le procès de Lyon qui a acquitté Patrick Dils. Simplement, vous devez comprendre que les familles des victimes qui ont lu les aveux de Patrick Dils, vous poouvez imaginer l'exigence des familles des victimes, c'est l'exigence de la preuve, ou des aveux. Malheureusement, dans cette affaire, il n'y a rien.
- Je n'ai jamais dit que parce que Dils est innocent que Heaulme doit être coupable. J'en sais rien. Je n'ai pas été saisi de ça."

. Le témoin va au bout de sa pensée: "On ne doit pas refaire le procès de Patrick Dils. Aucun avocat ne devrait le faire."

. Me Glock se sent visée par le témoin et l'avocat général. Elle apprécie guère. "Je n'ai de leçon à recevoir de personne", tonne-t-elle.

Audience suspendue. Elle reprendra lundi à 9h30. On entendra Patrick Dils.


Kevin GRETHEN

https://www.republicain-lorrain.fr/act ... proces-de-francis-heaulme
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/12/2018 17:45  Mis à jour: 06/12/2018 17:45
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Direct. Francis Heaulme: l'ancienne juge d'instruction sur le grill.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/12/2018 12:52  Mis à jour: 05/12/2018 12:57
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 EN DIRECT - «Trouvez le vrai coupable», lance la sœur de Francis Heaulme.Francis Heaulme : «J'ai commis des meurtres, mais Montigny, c'est pas moi»
Suivez le lien :

http://www.lefigaro.fr/actualite-fran ... tre-montigny-les-metz.php

Francis Heaulme : «J'ai commis des meurtres, mais Montigny, c'est pas moi»

Hier s'est ouvert le sixième procès (trois pour Dils et déjà deux pour Heaulme) pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986. Déjà condamné une première fois, Francis Heaulme clame toujours son innocence.

Hier s'est ouvert le procès en appel du tueur en série Francis Heaulme, condamné le 17 mai 2017 à la perpétuité pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986. Cyril Beining et Alexandre Beckrich, huit ans, avaient été retrouvés morts sur le talus d'une voie ferrée dans une commune voisine de Metz, le crâne fracassé à coups de pierres.

Dans le box des accusés, Francis Heaulme, rictus habituel et larges lunettes sur le nez, vêtu d'une parka bleu foncé trop grande sur un pull rayé, est un habitué des tribunaux, déjà reconnu coupable de neuf autres meurtres et condamné. Mais voilà ce double meurtre, «le Routard du crime» comme il a été surnommé, l'a toujours nié.

«Pas un délai raisonnable»
«Son procès ne peut plus être équitable», s'est exclamée dès l'ouverture des débats l'avocate de la défense, Me Liliane Glock, qui a, comme en première instance, formulé une déclaration liminaire, demandant «l'acquittement» de son client. Des conclusions jugées peu après «irrecevables» par la cour. «Ce procès n'a pas un délai raisonnable : Francis Heaulme est mis en cause depuis 20 ans dans cette affaire, sans être jugé définitivement», a poursuivi son avocate.

Un premier procès, en 2014, avait été interrompu car le nom d'un autre homme était revenu de façon spectaculaire dans la procédure : Henri Leclaire, déjà soupçonné dans les années 1980 et finalement mis hors de cause début 2017, faute d'éléments suffisants.

Deuxième procès, le 17 mai 2017. La cour d'assises de la Moselle le reconnaît coupable et le condamne à la perpétuité. Durant tout le procès, Heaulme n'a pourtant cessé de répéter inlassablement : «Montigny, c'est pas moi».

Hier, trente-deux ans après les faits, Me Glock a dénoncé l'absence de preuves matérielles : tous les scellés ont en effet été détruits en 1995, le parquet considérant l'affaire close avec Patrick Dils sous les verrous.

81 témoins attendus
Mais pour l'accusation, la culpabilité de Heaulme ne fait aucun doute. Sa présence sur les lieux à l'époque des faits, les témoignages de deux anciens codétenus ayant recueilli ses confidences et des similitudes avec quatre de ses meurtres – une «quasi-signature criminelle» – le désignent comme le meurtrier.

Côté parties civiles, seule la mère de Cyril Beining, Chantal Beining, était assise sur le banc hier matin. «J'espère que, à la fin de ce mois, on aura terminé cette épopée judiciaire», a déclaré son avocate Me Dominique Boh-Petit, qui soutient avec sa cliente la thèse d'un Francis Heaulme coupable, contrairement à la famille Beckrich.

Dans ce dossier, «on a des impressions, des intuitions», mais «on ne soutiendra pas l'accusation parce qu'une partie civile ne peut se contenter d'une intime conviction», avait expliqué leur avocat, Me Dominique Rondu.

Le procès devant la cour d'assises des Yvelines durera 14 jours, au cours duquel 81 témoins seront entendus, avec un verdict attendu le 21 décembre.

https://www.ladepeche.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/12/2018 19:05  Mis à jour: 03/12/2018 19:05
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich:les familles affrontent un sixième procès ( Vidéos)
Ce mardi s'ouvre le sixième procès du crime de Montigny-les-Metz. Trois semaines d'audiences à la cour d'assises des Yvelines. Dans le box des accusés, le tueur en série Francis Heaulme, qui a fait appel de sa condamnation en 2017. Une nouvelle épreuve pour les familles des deux enfants assassinés.

Les familles d'Alexandre et Cyril divisées

Si 32 longues années sont passées depuis le drame, les familles des victimes restent sur des positions très différentes. Chantal Beining se bat depuis 32 ans pour savoir qui a tué son fils Cyril. Malgré les errements de l'enquête, l'acquittement de Patrick Dils, le premier accusé dans cette affaire, puis le non-lieu en faveur de Francis Heaulme en 2007, cette mère courage avait quand même obtenu le renvoi du tueur en série devant les assises.

Savoir comment son fils est mort et pourquoi' - Me Boh-Petit, avocate de Chantal Beining

De ce sixième procès, la mère de Cyril Beining n'attend qu'une chose, explique son avocate Me Boh-Petit : "La confirmation de la condamnation de Francis Heaulme. Elle a intégré en tout cas que ce n'était pas Patrick Dils".



Pour l'autre famille, celle d'Alexandre Beckrich, c'est en revanche le procès de trop, d'autant plus qu'ils doutent de la culpabilité de Francis Heaulme.

Celui-ci n'a jamais avoué. L'avocat de la famille Beckrich, Me Rondu, explique : "La famille que je représente, qui a eu cette conviction que c'était Patrick Dils, peut difficilement, comme une girouette, se tourner vers Francis Heaulme, sans avoir la preuve de sa culpabilité".



Les Beckrich, qui veulent tourner la page, ne feront que rarement le voyage à Versailles. La mère de Cyril, elle, aimerait bien s'y rendre, mais sa santé très fragile pourrait l'empêcher d'assister à l'audience.

https://www.francebleu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/12/2018 15:11  Mis à jour: 02/12/2018 15:11
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Francis Heaulme rejugé à partir de mardi pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz.
Un sixième procès, trente-deux ans plus tard: le tueur en série Francis Heaulme est rejugé à partir de mardi à Versailles pour le meurtre en 1986 de deux enfants à Montigny-lès-Metz, qui valut à Patrick Dils d'être condamné et incarcéré à tort pendant 15 ans.

Cinq procès d'assises ont déjà eu lieu dont trois pour Patrick Dils, condamné à la perpétuité avant d'être acquitté à la faveur de la révision de son procès après quinze années derrière les barreaux.

Francis Heaulme, lui, a déjà comparu deux fois. Son premier procès avait été annulé en raison de révélations impliquant un autre suspect, qui a finalement bénéficié d'un non-lieu.


Le 17 mai 2017, la cour d'assises de la Moselle a estimé que le "routard du crime" était, malgré ses dénégations, coupable de ce double crime et l'a condamné à la perpétuité. Mais le tueur en série, déjà condamné pour neuf meurtres, a immédiatement fait appel.

Pendant trois semaines, jurés et magistrats des assises des Yvelines vont se pencher à nouveau sur ce dossier dans lequel toutes les preuves matérielles ont été détruites ou restent introuvables.

Pour l'accusation, la présence attestée sur les lieux de Francis Heaulme, les témoignages de deux anciens codétenus ayant recueilli ses confidences et des similitudes avec quatre de ses meurtres - une "quasi-signature criminelle" - le désignent comme le meurtrier.

Pourtant, s'il a reconnu avoir vu les enfants vivants puis morts et a décrit avec précision les lieux, il a toujours nié les avoir tués. "Montigny, c'est pas moi", a-t-il inlassablement répété jusqu'aux derniers instants de son procès en 2017.

https://www.nicematin.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 22/11/2018 14:33  Mis à jour: 22/11/2018 14:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : « De quel droit ils en font un film ? » s'insurge Chantal Beining.
La mère de Cyril Beining, massacré à 8 ans avec Alexandre Beckrich le 28 septembre 1986 à Montigny-lès-Metz, a lancé une procédure contre France 2. Elle a été très touchée par un téléfilm sur l’affaire, « un truc plein d’inepties ».


Rien n’est épargné à Chantal Beining. Sa vie n’est que souffrance depuis le 28 septembre 1986, et la perte de Cyril, 8 ans, massacré avec Alexandre Beckrich à coups de pierres sur le talus de la rue Vénizelos de Montigny-lès-Metz. Elle a tout subi. Après trente-deux ans de turpitudes judiciaires et de rebondissements, l’affaire connaîtra, peut-être, son dénouement en décembre avec le procès en appel de Francis Heaulme devant la cour d’assises des Yvelines.

Mais comme rien n’est épargné à cette femme, elle n’a pas pu attendre tranquillement ce dernier acte d’un long combat judiciaire. Pas assez tourmentée, elle a découvert il y a quelques mois, sur France 2, le téléfilm Je voulais juste rentrer chez moi. Son réalisateur Yves Régnier le présente comme une œuvre adaptée de l’autobiographie de Patrick Dils, condamné à tort dans cette affaire. Cette femme le juge autrement : « C’est un truc plein d’inepties. J’ai déjà du mal à saisir de quel droit ils en font un film qui passe à la télé… C’est mon problème, mon affaire ! Et personne ne m’a contactée. Pas un appel, rien. »

« Ça commence par là, ça s’appelle le respect », soupire son avocate Me Dominique Boh-Petit. « Surtout que Madame Beining, ce n’est pas le genre à envoyer balader. »

« On ne peut pas assimiler les souffrances des mères »
Et puis, poursuit la maman, « ça aurait évité toutes ces choses honteuses que l’on voit dans le film. On me voit courir sur le talus, crier “Cyril, Cyril !” Ça n’a jamais existé. On me voit chez Mme Dils, me confier à elle, monter dans la chambre de son fils, ça n’a jamais existé ! Je ne la connaissais pas, cette femme ! »

On voit encore dans ce téléfilm, qui avait réalisé un beau chiffre d’audience, la messe d’enterrement des enfants. Les cercueils sont côte à côte. « Ça ne s’est pas passé comme ça ! », se plaint Chantal Beining.

« La difficulté de ce téléfilm, c’est qu’on met en scène des personnages à travers des événements qui ne se sont jamais produits », considère Me Antoine Fittante, l’avocat spécialiste en droit de la communication internet et nouvelles technologies, qui a assigné, devant le TGI de Metz, Yves Régnier, France Télévision et les sociétés de production. « Il y a une atteinte de la vie privée et une altération de sa personnalité. On assimile les douleurs des uns et des autres. On laisse penser que, si Mme Beining continue le combat judiciaire, c’est en raison de l’amitié envers les Dils. On ne peut pas assimiler la souffrance que vit une mère en raison de l’incarcération injuste de son enfant à la souffrance d’une mère dont on a sauvagement tué le fils. Il y a un mélange des genres insupportable pour elle. »

Sollicités hier par l’intermédiaire de leur avocat, les mis en cause n’ont pas réagi.

Kevin GRETHEN https://www.republicain-lorrain.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/01/2018 11:57  Mis à jour: 24/01/2018 11:57
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : « Je voulais juste rentrer chez moi »: retour raté sur l’affaire Patrick Dils.
En manque-t-il seulement un? Non, tous les poncifs du genre se succèdent à un rythme soutenu dans le téléfilm Je voulais juste rentrer chez moi, tiré du récit autobiographique de Patrick Dils (éditions Michel Lafon).

Vous retrouverez ainsi des musiques qui font peur, la garde à vue menée alternativement par le gentil flic et le méchant flic, le chantage aux aveux extorqués à un innocent terrifié - «Parle et tu rentres chez toi» -, la fouille intégrale à la maison d’arrêt, le braqueur-détenu-bougon-au-grand-cœur-et-à-la-conscience-politique-agissante (interprété par le réalisateur de ce téléfilm, Yves Rénier, l’ex-Commissaire Moulin), le viol sous les douches, le courage d’une mère (Mathilde Seigner) qui refuse de se plier à la fatalité contrairement à son mollasson de mari et à ses avocats défaitistes, ses larmes dans la chambre vide de son garçon injustement accusé, son amitié inattendue et tellement prévisible avec, devinez qui, mais oui: la fille du détenu bougon au grand cœur!

Vous aurez également droit au journaliste moins ballot que les autres, aux taulards compatissants, aux taulards ignobles, et à l’attendrissant rapprochement de la mère de l’innocent et de celle d’une des victimes, dans la chambre où, tout à l’heure, sanglotait la première. Cette chambre d’enfant qui ressemble tellement à celle de la victime, etc.

L’affaire Dils est de celles qui pourraient permettre à un scénariste motivé de proposer un point de vue sur une des plus retentissantes erreurs judiciaires de la fin du XXe siècle. Pourvu qu’il renonce à la facilité des stéréotypes pour disséquer les singularités du dossier. Patrick Dils est cet adolescent de 16 ans condamné à perpétuité pour le meurtre sauvage de deux enfants, commis en septembre 1986 près de Metz. Il faudra attendre des années pour que la justice découvre que Francis Heaulme, tueur en série patenté, se trouvait sur les lieux le jour des faits. Une procédure de révision, enfin, est lancée. Procédure au terme de laquelle, après deux autres procès, M. Dils est acquitté. Il a passé quinze ans derrière les barreaux. Francis Heaulme, lui, a été condamné au printemps 2017 pour le double crime de Montigny-lès-Metz ; il a fait appel.

Le parti pris de la grosse caisse
Comment un innocent peut-il se laisser happer par les «vertiges de l’aveu» (titre de l’excellent livre de Julie Brafman, aux éditions Stock)? Pourquoi son propre avocat peut-il douter de son innocence, qu’il proclame depuis qu’il est revenu sur ses aveux téléguidés par la police? Comment un premier procès en révision peut-il se solder par une nouvelle condamnation? Peut-on enquêter sereinement sur un crime dont deux enfants sont les victimes?

Quel rôle l’emballement médiatique joue-t-il par rapport à la procédure judiciaire? Pourquoi l’enquête de gendarmerie déterminante intervient-elle si longtemps après les faits? Autant de questions qui appellent des réponses fines, des analyses subtiles, de l’épaisseur humaine, un regard de cinéaste.

Mais l’équipe de Je voulais seulement rentrer chez moi a pris le parti de la grosse caisse. Psychologies sommaires, dialogues téléphonés, effets standards, ce téléfilm pourrait aussi bien retracer n’importe quelle affaire dans laquelle la justice s’est trompée de coupable. À la fin, l’acteur qui joue Patrick Dils (Thomas Mustin) abandonne ses moches lunettes fumées et se rase la moustache. Il ne ressemble plus à Patrick Dils, mais à un cousin lorrain de Matt Damon. On voudrait juste éteindre la télévision.

À savoir - Le téléfilm sera suivi d’un débat présenté par Julian Bugier sur le thème: «Accusé à tort, faut-il avoir peur de la justice?», en présence de Patrick Dils, Yves Rénier, Me Dupond-Moretti, Olivier Leurent, Julie Brafman, Georges Fenech et Mathieu Delahousse.

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv ... 0-11e8-9bfb-34363ea0ffae/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/10/2017 12:29  Mis à jour: 09/10/2017 12:29
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich: TÉMOIGNAGE - Innocenté en 2002 après avoir passé 15 ans en prison, Patrick Dils n’est toujours pas débarrassé de l’ombre du doute aux yeux de certains.
Aujourd’hui père de deux enfants, il aspire à la normalité. Dans le portrait de la semaine, il raconte à Thierry Demaizière comment cette affaire pèse encore sur sa vie.

Il a passé quinze années derrière les barreaux, accusé d’avoir tué deux enfants à Montigny-lès-Metz (Moselle). Mais Patrick Dils pensait enfin avoir tourné la page depuis son acquittement en avril 2002. Sauf que l’ombre du doute plane sur lui à chaque apparition publique. Comme lors du procès de Francis Heaulme où il a eu l’impression de retourner dans le box des accusés alors qu’il était interrogé en qualité de témoin. "J’avais l’impression qu’on refaisait mon procès", affirme-t-il sans cacher son énervement.

Ce qui lui est insupportable ? "Devoir encore me justifier alors que la justice a reconnu mon innocence", regrette-t-il. Ainsi, Patrick Dils demande un droit à l’oubli. Car si l’erreur judiciaire a été reconnue, il ne se sent pas encore complètement libéré de l’affaire.

Incarcération, combat judiciaire mais aussi des moments heureux comme sa rencontre avec celle qui deviendra sa femme et la naissance de ses enfants… Patrick Dils se livre sans concessions devant les caméras de TF1. Un témoignage poignant à retrouver dans la vidéo en tête d’article.

http://www.lci.fr/societe/video-repla ... -moi-la-paix-2066741.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/08/2017 11:08  Mis à jour: 13/08/2017 11:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Henri Leclaire demande réparation.
Longtemps soupçonné d'avoir participé au crime de Cyril et Alexandre, Henri Leclaire attaque l'État pour les erreurs judiciaires "qui lui ont gâché sa vie".
Par Marine Schneider

Publié le 11/08/2017 à 15:00 Mis à jour le 11/08/2017 à 15:44 http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Trois mois après la condamnation à perpetuité de Francis Heaulme en mai dernier, Henri Leclaire demande des comptes à la justice.

Pendant près de trente ans, le sexagénaire a été soupçonné d'avoir participé aux meurtres de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, retrouvés inertes au pied d'un talus de la voie ferrée à Montigny-lès-Metz, leurs crânes fracassés à coups de pierres.

Lui-même avait avoué les faits le 10 décembre 1986 avant de se rétracter.


28 ans plus tard, même si Francis Heaulme l'a accusé en pleine audience en 2014, Henri Leclaire n'a pas donné d'éléments assez fiables à la barre du tribunal, ce qui a mené au report du procès.

Il est finalement mis hors de cause par un non lieu de la Cour de Cassation en janvier dernier.

"Une multiude d'erreurs judiciaires ont gâché sa vie"
assure maître Thomas Hellenbrand, l'avocat d'Henri Leclaire à nos confrères du Républicain Lorrain. Aujourd'hui, son client demande réparation pour ces aléas judiciaires qui ont marqué les trente dernières années de sa vie.

L'avocat a lancé une procédure en responsabilité contre les dysfonctionnements des services judiciaires.

Selon lui, ce raisonnement erroné des magistrats relève d'une totale méconnaissance du déroulement d'une garde à vue à l'époque des faits.

Ce vice de procédure pourrait coûter cher à l'État.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/07/2017 14:15  Mis à jour: 24/07/2017 14:15
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich: VIDEO. "13h15". L'"enquête inversée" qui confond Francis Heaulme dans le double crime de Montigny-lès-Metz en 1986.
En 1992, le gendarme Jean-François Abgrall recueille en prison des confidences en de Francis Heaulme. Des faits décrits par le tueur en série ne correspondent à rien de connu par lui… Jusqu’à ce que l’avocate de Patrick Dils, dont elle est persuadé de l’innocence dans l’affaire du double crime d’enfants de Montigny-lès-Metz, en Moselle, lui adresse une lettre, quatre ans plus tard… Extrait du magazine "13h15".


VIDEO. "13h15". L'"enquête inversée" qui confond Francis Heaulme dans le double crime de Montigny-lès-Metz en 1986

Jean-François Abgrall, alors gendarme, a arrêté le parcours criminel du tueur en série Francis Heaume en 1992. Et pendant dix ans, il a décrypté les indices laissés par celui qui sera finalement condamné en mai 2017 à la réclusion criminelle à perpétuité pour le double crime, en 1986, de Montigny-les-Metz (Moselle). Grâce au temps qu’il a passé à l’interroger, l’ancien gendarme est l’un de ceux qui connaît le mieux celui qui n’a jamais avoué avoir tué les petits Cyril et Alexandre, âgés de 8 ans. Patrick Dils a fait quinze ans de prison pour cette affaire, en dépit de la rétractation de ses aveux, avant d'être acquité en 2002.

Jean-François Abgrall est en quelque sorte un "traducteur" de Francis Heaulme : "Il est clair que je comprends comment il fonctionne. J’ai eu le temps de l’étudier au fil des mois. Il a des capacités classées normales, contrairement à ce que l’on peut penser. Il peut vous dire des choses normalement, mais a quand même une structure perverse. Il n’a pas envie de se faire attraper tout en étant content de vous donner des informations. Il a un petit côté : 'Je vous dis, mais ce n’est pas moi', sans pouvoir s’empêcher de le dire. On va considérer que c’est son point faible."

"On a eu besoin de son discours" pour "faire des rapprochements"

"C’est ce que j’ai appelé une 'enquête inversée', car on a eu besoin de son discours pour le confondre, explique l’enquêteur. Si Francis Heaulme n’avait rien dit, il aurait été impossible de faire des rapprochements. Après son arrestation, je vais en maison d’arrêt à Brest. Il ne cache pas qu’il a commis d’autres crimes, énumérant des faits que je ne sais pas traduire, car il ne dit pas avoir tué à un endroit. Un jour, Heaulme me dit qu’il passe à vélo, me décrivant les choses de manière très lente, comme s’il distribuait ses mots. On voit que c’est important pour lui. Il précise qu’il y a une rue avec des pavillons sur la gauche et un talus à droite, une voie de chemin de fer en haut avec des wagons et un pont au bout…"

Francis Heaulme se fait de plus en plus précis dans la description que recueille alors le gendarme : "Il y a une poubelle, un stop… Je passe à vélo et je reçois des pierres lancées par des enfants qui sont en haut. Je tourne à gauche, je reviens avec l’intention de les corriger. Finalement, je monte sur la talus et là, je vois les enfants morts… Il y a des policiers et des pompiers…" En 1992, Jean-François Abgrall constate que ces faits ne correspondent à rien de connu par lui. Quatre ans plus tard, il reçoit une lettre de l’avocate de Patrick Dils, persuadée que son client est innocent. Il n’avait jamais entendu parler de cette affaire. Le résumé du double crime de Montigny-les-Metz qu’elle lui fait colle parfaitement avec ce que Francis Heaulme a raconté en prison au gendarme venu l’interroger. Le lien est enfin établi : "On a recherché ça pendant quatre ans", se souvient-il.

http://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/07/2017 16:25  Mis à jour: 13/07/2017 16:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Francis Heaulme sera rejugé à Versailles, pour le double meurtre à Montigny-les-Metz, où Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, ont été assassinés en 1986.

Francis Heaulme : bientôt son sixième procès, à Versailles

Le 17 mai 2017 la cour d'assises de la Moselle a condamné Francis Heaulme, accusé de l'assasinat de deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986, à la réclusion criminelle à perpétuité. Il a décidé de faire appel du verdict. Francis Heaulme sera rejugé par la Cour d'Assise des Yvelines, à Versailles. La date d'ouverture des débats n'est pas encore connue.

Un long procès

Le meurtre des deux enfants il y a plus de trente ans a conduit Patrick Dils devant les Assises.
Mais en 2002, l'annonce de la présence de Francis Heaulme à proximité du lieu du crime a donné une autre vision du dossier.

Patrick Dils a été acquitté et Francis Heaulme condamné.

Francis Heaulme, responsable de neuf assassinats et connu comme « le routard du crime », a toujours clamé son innocence dans le cas de Montigny-lès-Metz.


Par Mariana Diaz avec AFP
Publié le 13/07/2017 à 11:22 http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/05/2017 20:59  Mis à jour: 20/05/2017 20:59
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : ANNONCE : NT1 ( chaîne 11 de la TNT) , Samedi 20 Mai à 21h00 Affaire Francis Heaulme…
Sur les routes du crime. Pendant des années, il a assassiné sans logique apparente des adultes et des enfants. C'est l'un des tueurs en série les plus difficiles à appréhender. Mais a-t-il vraiment livré tous ses secrets ?

• La disparue du lac. Le 26 mai 2013, Rhonda s'absente de chez elle. Le lendemain, un pêcheur retrouve son corps, à moitié dénudé, en bordure d'un lac du Michigan. La jeune femme de 32 ans a été étranglée.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/05/2017 17:52  Mis à jour: 18/05/2017 17:52
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : La condamnation de Francis Heaulme ne referme pas les plaies des familles de victimes.Francis Heaulme a fait appel. Les familles qui n'en attendent plus rien on déjà prévenu, elles n'iront pas à ce nouveau procès.

La condamnation de Francis Heaulme ne referme... par Europe1fr

La cour d'assises de la Moselle a condamné mercredi le tueur en série Francis Heaulme à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de deux enfants en 1986, malgré l'absence d'aveux et de preuves dans ce dossier hors norme.

Francis Heaulme n'a pas cillé dans le box à l'annonce du verdict mercredi soir : sa condamnation à la réclusion à perpétuité pour les meurtres de deux garçons, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, en 1986, à Montigny-lès-Metz. Les familles non plus. Elles étaient comme sonnées par cette vérité judiciaire qu'elles n'attendaient plus et qui continue de les diviser.

"Maintenant, je sais qui a tué mon fils". Chantal Beining, la mère d'un des deux enfants tués, a fini par écraser une larme. C'est elle qui a lutté pour que ce procès Heaulme ait lieu. "C'est très lourd en émotion. Elle m'a dit, 'maintenant je sais qui a tué mon fils'. Et je pense que tous ceux qui ont assisté à ce procès ne s'autoriseront plus à dire que c'est un coupable de substitution", a commenté mercredi soir son avocate Me Boh Petit.

"La décision n'est pas accrochée par des preuves". Pourtant, sur le banc d'en face, les parents Beckrich restent accrochés à la culpabilité de Patrick Dils, qui avait été condamné en 1989 pour ce double meurtre avant d'être acquitté quinze ans plus tard. Pour l'un de leur représentant, Me Rondu, ce verdict est insatisfaisant : "Ce n'est pas une décision qui est accrochée par des preuves, par des éléments vraiment matériels donc ce n'est qu'une intime conviction, comme il y en a eu quatre (lors de précédents procès). C'est difficile de se dire que l'on est soulagé."

Des plaies vives. 30 ans après, les plaies sont encore vives et les errements de la justice ne cessent de les rouvrir. Francis Heaulme a déjà annoncé son intention de faire appel. Les familles qui n'en attendent plus rien on déjà prévenu, elles n'iront pas à ce nouveau procès.

http://www.europe1.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/05/2017 12:56  Mis à jour: 18/05/2017 12:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : la perpétuité pour Francis Heaulme ( Vidéo)
La réclusion criminelle à perpétuité pour Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz (Moselle). Le condamné a décidé de faire appel.


heaulme

Condamné à la perpétuité. Après des semaines de procès, Francis Heaulme a été reconnu coupable des meurtres de deux enfants à Montigny-lès-Metz (Moselle), il y a 31 ans. Pourtant, celui qui est surnommé le routard du crime, déjà condamné pour neuf meurtres, nie. L'absence de preuves matérielles sème le doute.

Heaulme a évoqué "un pépin"


Il aurait pu être acquitté comme ce fut le cas pour Patrick Dils en 2002. mais les jurés en ont décidé autrement. Francis Heaulme était bien présent sur les lieux du crime le 28 septembre 1986. Plusieurs de ses confidences évoquent, selon ses mots, un pépin avec des gamins qui jettent des pierres. Pour l'avocat des parties civiles, Francis Heaulme n'est pas un simple témoin. Francis Heaulme a exprimé son souhait de faire appel. La requête sera déposée ce jeudi 18 mai.

http://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/05/2017 13:42  Mis à jour: 17/05/2017 13:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : La réclusion criminelle à perpétuité requise contre Francis Heaulme.
L’avocat général et le substitut du procureur ont demandé aux jurés de ne pas s’attacher au manque d’aveux de l’accusé du meurtre de deux enfants.

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise contre Francis Heaulme, mercredi 17 mai, par l’avocat général de la cour d’assises de la Moselle, qui le juge depuis le 25 avril pour les meurtres de Cyril Beining et d’Alexandre Beckrich, 8 ans, à Montigny-lès-Metz, le 28 septembre 1986.

Après un peu plus de deux heures de réquisitoire, l’avocat général Jean-Marie Beney et la substitute du procureur Brigitte Harmand-Colette ont demandé aux jurés de ne pas s’attacher au manque d’aveux de l’accusé, qui a répété, en boucle : « Montigny, c’est pas moi. »

« Nous nous passerons d’autant plus volontiers de ces aveux que nous savons que les aveux peuvent fausser le raisonnement. L’absence d’aveux est une manière d’aggraver la douleur des familles, mais ça n’est pas une façon d’égarer la justice », a conclu M. Beney, après avoir listé les éléments concordants qui, selon lui, démontrent sans l’ombre d’un doute, la culpabilité de Francis Heaulme.

Déclarations et similitudes

Il est notamment revenu sur les multiples déclarations de l’accusé, qui a reconnu être monté sur le talus, sur les similitudes avec ses autres crimes, et sur sa personnalité. « Vous mettrez tous ces éléments en perspective, en ne vous laissant pas aveugler par un quelconque rideau de fumée qui viserait à obscurcir votre raison », a-t-il dit aux jurés.

« A l’issue d’un raisonnement rigoureux, vous rendrez une décision motivée », a-t-il poursuivi. « Francis Heaulme vous dit “Montigny, c’est pas moi”. Par votre juste verdict, vous lui direz “Alexandre, c’est vous, Cyril, c’est vous”, et au nom de de l’intérêt général, vous prononcerez la peine de réclusion criminelle à perpétuité. »

Francis Heaulme, 58 ans, a déjà été condamné pour neuf meurtres, dont deux fois à la perpétuité, pour ceux d’une adolescente et d’un enfant de 9 ans. Il a obtenu un non-lieu et un acquittement dans deux autres affaires.

AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/05/2017 17:08  Mis à jour: 16/05/2017 17:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Au 13°jour du procès F Heaulme, s’est adressé à la maman de Cyril et à son avocate, sans pour autant reconnaître les faits.( vidéo).
Devant la cour d’assises de la Moselle, Francis Heaulme, qui était muet depuis le début de cette 13e journée d’audience, s’est adressé à la maman de Cyril et à son avocate Dominique Boh-Petit. Le tueur en série comparait devant la cour d’assises de la Moselle pour le meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, à Montigny-lès-Metz les Metz, le 28 septembre 1986.

Quand l’audience manque de basculer


Le président fait venir Francis Heaulme à la barre et l’interroge sur les faits. Et celui-ci lui répond : "Je ne veux plus rien dire. J'ai décidé. Aucune question"

Durant quarante minutes, le président lit longuement les déclarations faites par Francis Heaulme en 2002, devant le gendarme Francis Hans. Il a reconnu à l'époque qu’il était monté sur le talus et avait vu les enfants. Depuis le début de ce procès, Francis Heaulme se contente de dire que ce n’est pas lui qui les a tués et évoque la pression des enquêteurs pour justifier les déclarations

"Le chagrin de madame Beining, je le comprends très bien. Ça m'a touché beaucoup" –> Francis Heaulme

Dominique Boh-Petit tente alors avec douceur de faire naître une émotion chez Francis Heaulme. L'avocate de Chantal Beining lui parle de sa mère, qu’il allait voir au cimetière de l’Est, comme Chantal Beining va voir son fils au cimetière, depuis ce 28 septembre 1986.

- Vous l'avez entendu pleurer. Vous avez pensé quoi ?

- Elle n'a pas fait son deuil.

Soudain dans ce tribunal, on dirait qu'ils ne sont plus que trois : la maman de la victime, le tueur en série, et l'avocate qui, avec humanité, tente de faire accoucher celui dont on dit qu'il est insensible.

Dominique Boh Petit poursuit : "Madame Beining, elle a du chagrin, comme vous avec votre maman."

Et Francis Heaulme se retourne et se met à parler à Chantal Beining : « Madame Beining, je suis franc, je n'ai pas touché à votre fils, ni le petit Alexandre ».

L’avocate continue à lui poser des questions, en douceur, car la parole de Francis Heaulme peut facilement s’échapper.

- Elle voudrait savoir si c'est Cyril qui est mort le premier ? Vous y étiez, vous savez ? Et Leclaire ? Et l'homme qui frappait les enfants. Vous les avez séparés ? »

- Non. J'allais pas m'en mêler.

Un instant, on croit qu'il va parler plus, expliquer. Un silence pesant enveloppe le tribunal.

Mais Francis Heaulme repart en boucle. "Montigny c'est pas moi. Si je savais qui c'était, j'aurais dit".

Plus que quelques jours pour savoir

Dominique Boh Petit est l'avocate de Chantal Beining. Sans elle, le procès de Francis Heaulme n'aurait jamais eu lieu. C'est la seule partie civile qui a fait appel du non-lieu de 2007 et qui a permis que le tueur en série soit renvoyé devant les assises.


Le chagrin de ma cliente, je le sens, c’est palpable. Et Francis Heaulme, on doit pouvoir trouver un terrain pour parler avec lui. Je ne sais pas s'il est au bord de quelque chose, mais j’ai vu qu’il avait de l’empathie pour madame Beining"

Et l'avocate espère bien, pour sa cliente, trouver les clés afin que le tueur en série se livre, d'ici la fin du procès



https://www.francebleu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/05/2017 15:07  Mis à jour: 16/05/2017 15:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re :Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. La maman d’Alexandre dénonce «l’insupportable justice»
Dominique Beckrich, la mère du petit Alexandre, tué à coups de pierre en 1986, est venu à la barre dire tout le mal qu’elle pensait de la justice dans cette affaire...

A la cour d’assises de la Moselle,
Cela fait bientôt quatre semaines que la cour d’assises de la Moselle tourne autour sans vraiment oser les nommer. Dominique Beckrich n’a, elle, pris que dix minutes, ce mardi matin, pour mettre des mots sur les errements de la justice dans le traitement du dossier du double meurtre de Montigny-lès-Metz, commis le 28 septembre 1986.

Son fils de 8 ans, Alexandre, est l’un des deux enfants massacrés à coups de pierre ce jour-là. « J’ai le cœur qui saigne encore. C’est gravé dans ma mémoire », attaque-t-elle. Mais plus que sa douleur, c’est surtout sa colère qu’elle veut livrer à la cour. « On nous dit tout et son contraire, balance-t-elle calmement alors que son mari passe tendrement un bras autour de son cou pour la soutenir à la barre. Toutes ces péripéties qu’on nous fait subir, cette folie de procès, de mensonges, d’aberrations… C’est insupportable. On parle de la justice des hommes. Mais il n’y a pas de justice des hommes ! »

Entre les lignes, c’est Patrick Dils qu’elle désigne

A sa gauche,Francis Heaulme est toujours avachi dans le box où il est jugé pour ces faits, trente ans après. Les cheveux aussi gris que sa veste, Dominique Beckrich ne lui jette pas un regard. Elle sait bien qu’il est là. C’est le cinquième procès censé faire la lumière sur cette affaire auquel elle assiste. Celui de trop ?
« Je n’ai pas besoin d’être ici, reprend-elle. Moi je sais. Je sais ! Et il n’y a rien qui viendra me démontrer le contraire. » Le nom de Patrick Dils est soigneusement évité. Il a été définitivement innocenté après avoir passé 15 ans en prison. Mais c’est bien lui qu’elle désigne comme coupable entre les lignes de son argumentation. « Les aveux [qu’il a passés], ça ne compte pas ? Les aveux circonstanciés, ça ne compte pas ? »

Dils, Haulme, Leclaire : le bateau ivre de la justice

Mais c’est surtout à l’institution judiciaire qu’elle en veut. « La justice a détruit les scellés ! Je lui en voudrais toujours pour ça. Je ne pardonnerai jamais. Grâce aux scellés aujourd’hui, on saurait qui est l’assassin. »
Avec son mari, Serge, et leurs deux autres enfants, Thibaut et Allison, les Beckrich en sont donc réduits à être « bringuebalés sur le bateau ivre » de la justice, comme le rappelle leur avocate, Alexandra Turpin. Un coup, celui-ci met le cap sur Patrick Dils avant de bifurquer vers Francis Heaulme, de faire une pause après les témoignages mettant en cause Henri Leclaire pour finalement tanguer à nouveau vers ce même Francis Heaulme. « Là, on va encore nous dire une chose. Et on va encore attendre 15 ans et y revenir, insiste-t-elle. La justice nous a porté l’estocade. La justice nous a cassé les bras jusqu’à la mort… »

Alexandre, son bicross, son jus pomme-cassis…

Car il n’y a pas un jour. Pas une nuit où les Beckrich ne pense pas à Alexandre. Au bicross jaune et noir qu’il enfourchait. A son dernier repas composé de bœuf, de frites et de jus pomme-cassis. Et à cette nuit noire dans laquelle ils l’ont cherché avant qu’on ne leur annonce : « C’est fini… »
Alexandre avait 8 ans quand il a été tué. Il en aurait 39 aujourd’hui. « La seule volonté de mes clients, conclut Alexandra Vautrin. C’est que ce procès soit le dernier ! » Le verdict doit être rendu jeudi.

http://www.20minutes.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/05/2017 14:53  Mis à jour: 16/05/2017 14:53
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Au procès Heaulme, une partie civile refuse un « coupable de substitution »...
La première et sans doute la plus forte plaidoirie en défense de Francis Heaulme a été prononcée mardi 16 mai. Elle ne vient pas de ses avocats mais de celui de la grand-mère paternelle d’Alexandre Bekrich, l’un des deux enfants assassinés le 28 septembre 1986. Me Dominique Rondu a porté la voix de cette femme, aujourd’hui âgée de 91 ans, qui n’a pas pu, pas voulu assister à cet énième procès sur le double meurtre de Montigny-les-Metz.

Sa conviction est acquise, elle s’est cristallisée il y a vingt-huit ans, lorsque Patrick Dils a été déclaré coupable du double meurtre de Montigny-les-Metz. La révision de sa condamnation, puis son acquittement n’y ont rien changé, trois semaines de débats avec un autre accusé non plus. « Nous attendions des certitudes absolues, nous sommes dans le procès des hypothèses et des probabilités », a observé Me Rondu. Alors, a-t-il ajouté, disons le tout de suite, nous avons un sentiment mitigé sur la culpabilité de Francis Heaulme. Mais avoir une opinion, ce n’est pas rendre un jugement. »

C’est aux jurés et à eux seuls que l’avocat parle désormais. « C’est toute la différence entre votre vie d’avant et celle d’aujourd’hui, où vous êtes assis ici, sur ces bancs. Vous avez atteint une autre dimension. Les familles des victimes ont un droit, vous, vous avez un devoir. Votre devoir, c’est de leur dire que vous êtes absolument certain de la culpabilité de celui qui est dans le box. »

Au nom de la grand-mère qu’il représente, l’avocat s’adresse à ces six hommes et femmes, à leur bonne conscience, à la compassion qu’ils éprouvent forcément à l’égard de l’inconsolable chagrin des familles des enfants et à la crainte qui est la leur de l’accroître encore par leur décision. Et il les libère.

– Si, au terme de votre réflexion, cela devient pour vous une mission impossible, eh bien sachez qu’elle ne vous en tiendra pas rigueur. Si le doute devait l’emporter, elle saluerait votre courage. » Ginette Bekrich, leur dit-il encore, ne veut pas que « sous le prétexte que Francis Heaulme est un routard du crime et qu’il mourra de toute façon en prison, vous vous disiez qu’une condamnation de plus ou de moins ne changera rien. Elle ne veut pas d’un coupable de substitution. »

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/ ... coupable-de-substitution/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/05/2017 10:30  Mis à jour: 13/05/2017 10:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Au procès de Francis Heaulme, Chantal Beining revit la dernière journée de son "petit Cyril", tué à l'âge de 8 ans en 1986...
La maman de Cyril Beining a témoigné devant la cour d'assises de Metz, vendredi après-midi.

Elle s'avance à la barre, dans son tailleur gris élégant, ses courts cheveux blonds toujours soigneusements arrangés. Chantal Beining est prête à témoigner. Pendant ces trois semaines de procès, cette petite femme de 73 ans a regardé et écouté les témoins défiler depuis sa chaise, quittant de temps en temps la salle quand les auditions s'annonçaient trop dures. Elle a entendu les dénégations de l'accusé, Francis Heaulme. Maintenant, c'est à son tour de parler. La mère de Cyril, 8 ans, tué à coups de pierre avec Alexandre il y a trente ans à Montigny-les-Metz, s'élance, ce vendredi 12 mai, en milieu d'après-midi.

"Je veux maintenant vous parler de mon petit Cyril, il m’appelait Bibiche."

Chantal Beining
devant la cour d'assises de Metz


La cour n'est plus à Metz, dans le decorum de la salle d'assises, mais à Montigny, ce dimanche 28 septembre 1986. Cyril "dit 'bon, je vais faire un tour de vélo'. Puis il revient au goûter et il me dit, 'j’ai faim !'. Alors je lui ai fait son sandwich. Il me dit 'j’ai soif !', alors je lui ai dit 'Qu’est ce que tu veux ?' Je lui ai dit donné du coca." Dominique Beining fond en larmes. Elle continue :

"Où tu étais?

- J’étais au bord de l’eau, sur une barque.

- Et si tu étais tombé ?!

- Tu me feras un bon souper, je voudrais des pâtes au gratin."

"Elles sont restées trois jours dans le four." Le chagrin la submerge. "C’était un bon gosse, il aimait bien aller aux courses avec moi car il avait ce qu’il voulait. Il me disait 'Bibiche, prends-moi le cadeau là, prends moi ce livre'. Et puis : "Il allait à l’école, il aimait pas trop l’école." Le petit Cyril faisait parfois des détours sur le chemin du retour : "Bah, alors Bibiche, t’en as mis du temps pour rentrer de l’école ? Bibiche, je t’ai ramené des fleurs, tiens Bibiche, c’est pour toi, je t’aime." Ses pleurs sont contagieux dans la salle.

"Ça fait 30 ans mon Cyril. Voilà"


Ce 28 septembre 1986, en fin de journée, "ça sonne à la porte. Je vais ouvrir la fenêtre, y a un monsieur qui frappe." C’est le père d’Alexandre Beckrich, 8 ans également. "On se connaissait pas avec la famille Beckrich, Alexandre et Cyril, c’était pas des copains", souligne Chantal Beining. Ils jouaient ensemble pour la première fois ce jour-là. "J’ouvre la fenêtre et je dis 'oui c’est pourquoi ?'. 'Votre fils est là ?', je dis 'non'". "Je prends la voiture, je vais le chercher, je vais au bord de l’eau, je crie 'bibiche, Cyril !'. Pas de Cyril.

"Je suis repartie à la maison, le papa de Cyril m’attendait." Entre temps, les deux petits vélos ont été retrouvés en bas du talus, rue Venizelos. "Je vois passer les pompiers. Je dis 'mon gosse, le train, le train !'."

Un policier arrive. "Il me dit 'vous voulez venir ?'. J’ai fait trois maisons, j’ai même pas fait 50 mètres…" Chantal Beining repart vers chez elle. C'est le vertige. Le bord du précipice. "Le médecin m’a fait monter me coucher, il m'a fait trois piqûres, m’a bordée. J’ai attendu, attendu. Le papa de Cyril est rentré, il m’a rien dit."

"Le soir, il y a un policier qui vient, je lui ai dit, 'il est mort mon gosse ?' Il m'a dit 'oui il est mort'."

Chantal Beining
devant la cour d'assises de Metz


Elle prend un journal posé devant elle sur le pupitre. "Alors voilà comment j’ai appris comment mon fils était mort, vous voyez ?" Elle déplie l'édition jaunie du 29 septembre 1986 du Républicain lorrain et marche au devant des jurés. L'article, on le sait, mentionne la cause de la mort. "Je suis montée en criant 'Jean-Claude, Jean-Claude' et lui, il m’a rien dit, rien dit du tout.""Après ça, il y a eu un divorce." Le père de Cyril n'est pas dans la salle ce vendredi.

Sur l’écran fixé en hauteur apparaît le visage d'un petit garçon souriant et à l'air malicieux. Sa maman le regarde : "Voilà ma bibiche. Ça fait 30 ans mon Cyril. Voilà." Le président, délicatement : "Vous voulez arrêter madame ?" "Oui, c’est bon." Elle retourne s'asseoir. Son avocate lui passe un bras autour du cou. L’audience est suspendue. Francis Heaulme, jugé pour le double meurtre, sera fixé sur son sort le 18 mai.

http://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/05/2017 12:30  Mis à jour: 12/05/2017 12:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Procès Heaulme: A la recherche du wagon, des photos et du bocal d’excréments tous « perdus » !!! Des convictions, c’est tout ce qu’il reste de ce dossier, 30 ans après les faits. Le verdict est attendu le 18 mai.
A la cour d’assises de la Moselle,
Laurent Iltis s’est présenté, à la barre, en tenue officielle de gendarme. Droit comme la rigueur. Et la cour d’assises de la Moselle a tout de suite compris que l’ancien lieutenant-colonel n’était pas du genre à laisser les choses au hasard. Comme Jean-François Abgrall et Francis Hans, il a été chargé d’enquêter sur le double meurtre des enfants de Montigny-lès-Metz pour lequel Francis Heaulme est jugé, depuis le 25 avril.

LIRE LA SUITE
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/05/2017 10:17  Mis à jour: 12/05/2017 10:17
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich.Procès de Francis Heaulme : "Quelque chose ne va pas dans ce procès" ( Vidéo)
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/05/2017 10:14  Mis à jour: 12/05/2017 10:14
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Un ancien codétenu de Francis Heaulme : "il m'a dit qu'il avait baissé le froc du plus grand"…
Un ancien codétenu de Francis Heaulme : "il m'a dit qu'il avait baissé le froc du plus grand"…

LIRE LA SUITE
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/05/2017 20:04  Mis à jour: 10/05/2017 20:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich.Le témoignage implacable d’un enquêteur (ex-gendarme Francis Hans) contre Francis Heaulme…
Pour l’ex-gendarme Francis Hans, il ne fait pas de doute que Francis Heaulme ait participé au double meurtre de Montigny-lès-Metz, en 1986. Il a expliqué pourquoi à la cour d’assises.

« Ces années-là, il ne faisait pas bon croiser la route de Francis Heaulme. Or, les enfants Alexandre Beckrich et Cyril Beining, ce 28 septembre 1986, ont croisé sa route. » L’ancien gendarme Francis Hans, membre de la section de recherches de Metz, n’a pas trouvé la preuve matérielle attestant que le « routard du crime » a bien tué ces deux garçons de 8 ans, ce dimanche après-midi, à Montigny-lès-Metz. Mais l’enquêteur a une conviction. Francis Heaulme a participé au double meurtre. Ce gendarme, aujourd’hui retraité, a réétudié tout le dossier durant 19 mois, de juillet 2000 à février 2002 (juste avant l’acquittement de Patrick Dils), avec une cellule composée de six autres gendarmes et de deux analystes criminels.

Les enquêteurs ont ainsi pu retracer le parcours de Francis Heaulme, ce 28 septembre 1986, qui à cette époque était employé comme manœuvre dans une entreprise d’étanchéité, située à proximité de la scène de crime. En début d’après-midi, il quitte à vélo le domicile de sa grand-mère où il réside, et passe par la rue Vénizelos, en contrebas du talus donnant sur la voie ferrée où ont été tués les deux enfants.

Énervé par des jets de cailloux

Des enfants lui jettent des cailloux. Il s’arrête puis repart. Il se rend à Metz, square du Luxembourg où il boit plusieurs bières. Puis il revient en passant par le même chemin. « A 17 h 30, un adolescent le voit passer non loin de là. A 17h40, il est rue Vénizelos […] Dans une audition, il déclarera que les jets de cailloux l’ont vraiment énervé », rapporte l’enquêteur qui a témoigné ce mercredi matin devant la cour d’assises de Moselle.

Au fil des multiples auditions et actuellement encore, devant la cour d’assises, Francis Heaulme a toujours admis sa présence sur les lieux l’après-midi du double meurtre et avoir reçu des jets de cailloux. Pour le reste, ses déclarations ont beaucoup varié et il a toujours nié avoir tué les deux garçons. Dans l’une d’elles, il a raconté avoir retourné le corps d’Alexandre Beckrich.

Mais si ce n’est pas Francis Heaulme l’assassin, « quelle est la probabilité que ces enfants aient croisé la route d’un second tueur ? », s’interroge Francis Hans.

Un corps déshabillé

L’ex-gendarme a d’autres éléments pour étayer sa conviction. Sur l’un des croquis dessinés par Francis Heaulme, retraçant les lieux du crime, l’accusé a crayonné un chemin en terre qui débouche précisément « à l’aplomb de la scène du crime […] Il nous a aussi affirmé qu’il connaissait très bien les lieux ».


Enfin, selon les constatations des enquêteurs, le double meurtre de Montigny-lès-Metz présente bien des similitudes avec les neuf autres meurtres pour lesquels Francis Heaulme a déjà été condamné. « La plupart des victimes ont été totalement ou partiellement déshabillées. Alexandre Beckrich avait son pantalon baissé. Après chacun de ses meurtres, Francis Heaulme se fait hospitaliser. Une manière sans doute de se mettre à l’abri des enquêteurs. Dans le cas de Montigny, il a été hospitalisé onze jours après les deux meurtres… »

Mais si l’ex-gendarme a une conviction, il lui reste une interrogation : le « routard du crime » a-t-il tué les deux enfants en étant seul ou avait-il un complice, comme lors de certains de ses meurtres ? A plusieurs reprises, Heaulme a mis en cause Henri Leclaire qui a récemment bénéficié d’un non-lieu. Cet homme trapu qui était aussi présent rue Vénizelos ce dimanche après-midi, sera entendu en fin de journée comme témoin.

http://www.ouest-france.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/05/2017 10:04  Mis à jour: 10/05/2017 10:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Au procès Heaulme, Jean-François Abgrall déchiffre les "pépins" de "Francis"
L'ancien gendarme, devenu spécialiste du tueur en série, a exposé les "éléments objectifs" qui pèsent, selon lui, contre l'accusé dans l'affaire de Montigny-lès-Metz.

Ils ne se sont pas vus depuis quinze ans. Lorsque Francis Heaulme sort de son box pour rejoindre la barre, mardi 9 mai, Jean-François Abgrall témoigne déjà depuis quatre heures devant la cour d'assises de Metz. Les deux hommes échangent un bref regard. Ils ne font pas la même taille mais ils ont le même âge, à "quelques jours près". Cinquante-huit ans. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à se tutoyer, voici près de trente ans, et à se donner du "Francis" et du "François". C'était en juin 1989, en Normandie, au cours d'une garde à vue.

La suite de cette rencontre, l'ancien gendarme l'a longuement racontée à la cour. L'arrestation, le 6 janvier 1992 à Bischwiller (Bas-Rhin), pour le meurtre d'Aline Pérès sur une plage bretonne, trois ans plus tôt. Puis les auditions, pendant lesquelles l'enquêteur remonte le fil du parcours criminel du vagabond, qui lui confie ses nombreux "pépins". Parmi ceux-ci, Francis Heaulme évoque l'affaire pour laquelle il est renvoyé devant la justice depuis quinze jours : le meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, à Montigny-lès-Metz, le 29 septembre 1986.

"Il y a longtemps, un dimanche, je passais à vélo dans une rue. C'était dans l'Est. Il y avait des maisons sur la gauche. A droite, il y avait un talus et une voie de chemin de fer. Deux gamins m'ont jeté des pierres lorsque je suis passé. (...) Lorsque je suis revenu plus tard, j'ai vu le corps des gamins morts près des wagons. Il y avait des policiers et des pompiers." Ce récit, Jean-François Abgrall le connaît presque par cœur et le récite devant la cour, tel un début de conte macabre. Ce sont les mots prononcés, selon lui, par l'accusé en 1992, couchés sur PV en 1997, rapportés dans un livre en 2002, Dans la tête du tueur, et interprétés dans le film éponyme en 2014.

"Il y a eu des jets de pierre"

"Votre notoriété est intimement liée à celle de Francis Heaulme", siffle Stéphane Giuranna, avocat de la défense, mettant en doute l'existence même de ces propos et s'interrogeant sur l'opportunité de ce PV de 1997, "un peu tombé du ciel" et qui "permet de lancer la procédure de révision" en faveur de Patrick Dils, sur la requête d'une "avocate stagiaire" (Estelle Dubois). Interrogé par la suite plus d'une dizaine de fois sur l'affaire de Montigny-lès-Metz, Francis Heaulme a varié sur ces déclarations. Tantôt il a reconnu être monté sur le talus, tantôt il l'a démenti, tantôt il a affirmé avoir vu les enfants morts, tantôt il l'a nié. Seule constante : le tueur en série a toujours reconnu être passé en vélo près des lieux le jour du crime et avoir reçu des cailloux de la part d'enfants. Il s'en est tenu à cette version des faits depuis le début de ce procès. Et l'a maintenue sous les yeux de son ancien "ami", mardi.

Je n'ai jamais dit ça à Jean-François Abgrall.

Francis Heaulme
devant la cour d'assises de Metz

"J'étais sur la route, juste au moment où je passais sous le tunnel, il y a eu des jets de pierre. Je me suis arrêté, il n'y avait plus personne. Je suis allé sur la tombe de ma mère, je suis repassé sous le tunnel puis j'ai pris la route de Pont-à-Mousson et je suis rentré à Vaux", explique-t-il en se penchant vers le micro, les mains derrière le dos, encadré par trois colosses de la pénitentiaire. A ses côtés, l'ex-enquêteur en costume noir se rapproche à son tour du micro, pour assurer qu'à l'époque, celui qui n'était encore qu'un marginal aux yeux de la justice lui a bien dit avoir vu les enfants morts.

De cet étrange duo, reformé de façon éphémère à la barre, émane une certaine tension mais aussi une forme de lien. Une "liaison dangereuse", pour reprendre l'expression employée dans son livre par Jean-François Abgrall, qui a mis fin au parcours criminel de Francis Heaulme, comme l'a souligné le président Gabriel Steffanus.

Gabriel Steffanus : "Vous en voulez à Monsieur Abgrall ?"

Francis Heaulme : "Un petit peu."

Gabriel Steffanus : "Pourquoi ?"

Francis Heaulme : (Silence) "Parce qu'il s'est occupé de mes affaires."

Gabriel Steffanus : "Il y a une chose dont vous devriez le remercier, c'est de vous avoir arrêté."

Francis Heaulme : "J'aurais arrêté."

Gabriel Steffanus : "Vous êtes mieux là-bas [en prison], non ?"

Francis Heaulme : "Non. Ça fait 25 ans que j'y suis. J'ai changé."

Francis Heaulme a changé, il est vrai. La détention et les traitements l'ont vieilli prématurément. Une de ses mains tremble régulièrement. Jean-François Abgrall dit le trouver "fatigué", "éteint". Une flamme qui vacille dans le box, dont la furie d'autrefois ne transparaît qu'à travers les récits terrifiants de ses meurtres, commis entre 1984 et 1992.

Des "similitudes" en guise preuve ?

Appuyant sur la pédale d'accélérateur pour aborder enfin le fond du dossier après deux semaines passées à revisiter les tomes Dils, le président a dessiné la scène de crime typique de Francis Heaulme sous les yeux des jurés, mardi matin : "Pas de mise en scène, c'est brut, brut de décoffrage, des lieux isolés, un champ de tournesols, une route de campagne, un bosquet, une forêt... Des victimes croisées au hasard, partiellement ou totalement dénudées, souvent défigurées, pas de mobile, un acharnement excessif." Objectif : pointer les "similitudes" entre les neuf affaires pour lesquelles l'accusé a déjà été condamné et celle de Montigny, à défaut d'éléments matériels, d'aveux ou de témoins directs, trente ans après les faits.

Telle une oraison funèbre, Gabriel Steffanus a égrené pendant cinquante-cinq minutes les noms des victimes et leur supplice : Laurence Guillaume, 14 ans, une "agonie de dix minutes", 15 coups de couteau ; Georgette Manesse, 86 ans, 53 coups de couteau ; Joris Viville, 9 ans, étranglé et transpercé de 83 coups de tournevis ; Jean Rémy, cinq coups de couteau, le visage défiguré avec une pierre... "Pourquoi, pourquoi?", a-t-il demandé à Francis Heaulme. "On se moque de moi", a marmonné l'accusé, avant d'invoquer "la boisson" et de se refermer comme une huître face à l'insistance du président, répétant comme un gimmick : "Montigny, ce n'est pas moi."

Les métaphores morbides de Heaulme

Jean-François Abgrall a complété le tableau dans l'après-midi, déchiffrant pour les jurés le logiciel criminel de Francis Heaulme. D'une voix posée, l'ancien gendarme reconverti dans le privé et spécialisé en criminologie explique comment il "transpose les affaires de l'une à l'autre" mais "n'invente rien". Meneur de jeu pendant les auditions, il "abat ses cartes" : "Tout est là, mais pas à sa place." A chaque phrase sybilline correspond un meurtre : "Un jour, j'ai étranglé un arbre et il est devenu mou" (Joris Viville), "Je suis allé voir la mer" (Jean Rémy) ou encore "J'ai rêvé qu'il y allait avoir un meurtre à Brest" (Aline Pérès). Dans ce pas de deux exécuté par les deux hommes "pendant cinq ans", le témoin découvre que ce tueur en série "atypique" est plus intelligent qu'il n'y paraît. Il en accuse souvent "un autre", comme dans l'affaire Montigny, se réfugie à l'hôpital après les faits, comme dans l'affaire Montigny, réalise des croquis appliqués, comme dans l'affaire Montigny.

Pour le spécialiste ès Heaulme, la justice dispose de suffisamment d'"éléments objectifs" contre l'accusé dans ce dossier, dont le témoignage de deux pêcheurs disant l'avoir vu couvert de sang séché peu de temps après le double meurtre – ils seront entendus mercredi. Une opinion conspuée par la défense, qui rejette la notion de "signature criminelle" pour Francis Heaulme.

Il n'y a qu'un seul point commun à ce stade de la procédure dans les affaires le concernant, il a toujours, au moins une fois, reconnu les faits.

Stéphane Giuranna, avocat de Francis Heaulme
devant la cour d'assises de Metz

"Ce coup-ci, ce n'est pas moi", répète Francis Heaulme à la barre. "Je suis passé par hasard. D'ailleurs, chaque fois que je passe quelque part, il y a un meurtre", balance-t-il devant la cour. En une phrase, l'accusé se fait le meilleur avocat de l'ancien gendarme. Il l'a prononcée, mot pour mot, devant lui en 1992 et elle figure noir sur blanc dans son livre. Au terme de cette énième et peut-être dernière confrontation, le témoin quitte la salle et l'accusé regagne son box.

Certaines des parties civiles ont visiblement été convaincues par le personnage Abgrall. "Je vous remercie pour vos explications et votre gros travail dans le dossier", a ponctué Thierry Moser, avocat du père d'Alexandre Beckrich. Les jurés ont-ils eu la même impression ? Ils ont encore un peu plus d'une semaine pour se forger une conviction.

http://www.republicain-lorrain.fr/
Répondre
Visiteurs
Posté le: 09/05/2017 17:24  Mis à jour: 10/05/2017 10:16
 Procès Montigny-lès-Metz ( La 3ème semaine du procès démarre avec l'audition l'ancien gendarme Jean-François Abgrall )
Bonjour,
La 3ème semaine du procès démarre avec l'audition l'ancien gendarme Jean-François Abgrall

http://www.francetvinfo.fr/societe/ju ... ler-temoigne_2181651.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/05/2017 10:49  Mis à jour: 06/05/2017 10:50
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Procès de Francis Heaulme : pour la famille Beckrich, "c'est le procès de trop" ! ( Vidéo)

Procès de Francis Heaulme : pour la famille... par Europe1fr


C'est un procès difficile à supporter pour les familles. Cela fait maintenant deux semaines que Francis Heaulme est jugé devant les Assises de Metz, pour le meurtre de deux enfants, Cyril et Alexandre, en septembre 1986, à Montigny-lès-Metz.

Chantal Beining, seule à suivre le procès quotidiennement. Trente ans après les faits, les familles n’assistent quasiment pas aux audiences. Il y a bien Chantal Beining, la mère de Cyril, assise dans sa chaise spéciale, à côté de son avocate. Elle la soutient en lui tenant régulièrement la main. Chantal Beining est la seule à suivre le procès tous les jours, les autres n'en ont pas la force.

"On ne peut pas oublier la mort d'un gosse", confie Chantal Beining



Montigny-lès-Metz : le témoignage de Chantal... par Europe1fr

"Tellement de souvenirs dramatiques".
Me Dominique Rondu représente une partie de la famille Beckrich. "Pour la maman, Dominique Beckrich, ça a été particulièrement pénible le jour où elle est venue. Elle a été confrontée à l'audition de Patrick Dils. Ça lui rappelle tellement de souvenirs dramatiques… Et puis d'une manière générale, c'est le procès de trop pour eux."

Pour l'instant, la famille ne croit pas en la culpabilité de Francis Heaulme.
Lors des quelques fois où ils assistent à des témoignages affaiblissant l'hypothèse Dils, on les voit hocher frénétiquement la tête. Selon leur autre avocate, la douleur reste plus importante que leur infime espoir de connaître un jour la vérité.

http://www.europe1.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/05/2017 10:30  Mis à jour: 05/05/2017 10:41
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Procès de Francis Heaulme : «Montigny, c'est pas lui», affirme l'ex-enquêteur Bernard Varlet ( Vidéo)
Ex-directeur d'enquête de la PJ de Metz qui a piloté les investigations dès le jour des faits en 1986, Bernard Varlet témoigne en ce moment devant la cour d'assises de la Moselle, au septième jour du procès de Francis Heaulme dans le double meurtre de Montigny-lès-Metz. Dans l'interview exceptionnelle qu'il nous accordé il estime toujours que Patrick Dils, pourtant innocenté définitivement en 2002, est bien le coupable. "Heaulme? Oui, c'est un coupable possible. Mais Montigny, ce n'est pas lui". L'ex-policier, très attendu lors de cette journée consacrée à l'enquête initiale (policiers, légistes...), revient aussi sur ses méthodes, sa façon d'obtenir les aveux et s'accroche à sa conviction: il a résolu l'affaire de Montigny-lès-Metz, il y a trente ans.

Images et reportage: Alain MORVAN.


Bernard Varlet: Heaulme est un coupable... par republicain-lorrain

**********************************************************************

Publié le vendredi 5 mai 2017 à 08:48
(AFP) - L'enquête mal ficelée qui a envoyé Patrick Dils en prison pour les meurtres de deux enfants en 1986, dont répond aujourd'hui Francis Heaulme, a été jeudi au coeur d'une audience explosive dans laquelle l'accusé a été totalement oublié.

Assis dans son box, arborant la même chemise bleu-grise à rayures depuis le début de la semaine, le «routard du crime», condamné pour neuf meurtres mais qui nie avoir tué Alexandre Beckrich et Cyril Beining le 28 septembre 1986, est resté muet et attentif tandis que s'écharpaient président, défense et témoin phare.

Ce dernier, l'inspecteur Varlet, a recueilli les aveux de Patrick Dils, 16 ans, en avril 1987. L'adolescent s'était ensuite rétracté mais, condamné deux fois, il a passé 15 ans en prison avant d'être définitivement acquitté en 2002.

Dans son costume noir, M. Varlet s'agace tandis que la cour pointe les dysfonctionnements de son enquête. Il rétorque avoir travaillé, et bien «120 heures par semaine».

Trente ans après, l'inspecteur est toujours persuadé que les aveux de Dils sont la seule résolution possible à cette affaire.

Et tant pis s'il a perdu son procès en diffamation contre ce dernier qui, dans un livre, l'accusait d'avoir extorqué les aveux de l'adolescent «docile» qu'il était.

Il ne sourcille pas quand le président lui fait remarquer qu'il manque des pièces au dossier - par exemple, aucune trace de l'empreinte de pas relevée sur le talus, qui a été prise en photo.

«Une empreinte de pas ?», demande Varlet. «Ca ne vous dit rien ?» «Non. Non.»

Pas plus quand Me Moser, avocat du père d'Alexandre, lui demande comment il parvient à obtenir des aveux de trois personnes - «Quatre», corrige Varlet - des «mises en cause infirmées totalement par la justice ?».

«Vous dites que je suis un mauvais flic... ? », s'énerve l'inspecteur à la retraite, sans répondre.

Outre Patrick Dils, deux hommes, dans le dossier, ont avoué: Henri Leclaire, qui obtiendra un non-lieu en 2017, et M. G., dont les déclarations, à l'époque, sont jugées «fantaisistes». Et un quatrième donc, mentionné à l'audience.

«L'ambassadeur du Luxembourg», un «dérangé», dont les aveux ne seront jamais versés au dossier, explique Varlet.

Pleurs d'enfants

Les premières constatations médico-légales, elles, sont effectuées par une jeune médecin généraliste remplaçant, qui les rédigera sur ses genoux, à la lueur d'une lampe de poche, sur une feuille d'ordonnance.

Il décrit un corps «souple» et «tiède», l'autre présentant une rigidité des membres supérieurs et inférieurs. Pour lui, «la mort remonte à moins de 3H»

«Pourquoi un corps souple et un rigide ? Vous avez cherché ?», demande le président.

«J'ai demandé au professeur en médecine légale qui a effectué l'autopsie. Il m'a expliqué qu'il n'y avait pas d'explication scientifique», commence Varlet.

«La première réponse qui selon moi est juste c'est lorsque nous avons eu les aveux» de Dils. Ce dernier avait expliqué que l'un des deux enfants était «raidi par la peur» pendant qu'il tuait l'autre.

Tant pis si le procureur général rappelle, haussant le ton, que l'acquittement de 2002 est définitif, et qu'on ne devrait plus mentionner Dils - faisant hurler la défense.

En l'absence de preuves matérielles, les aveux sont pour les familles, une partie de leurs avocats et la défense, la seule branche à laquelle se raccrocher.

Les aveux, et un témoin, une voisine, qui affirme avoir entendu, entre 18h30 et 19h, des pleurs d'enfants «apeuré».

Or si les garçons sont morts après 18h45/18h50, soutiennent le policier et la défense, Patrick Dils aurait pu les tuer. Il était rentré du week-end qu'il venait de passer en famille.

Quand il arrête la première fois Patrick Dils, en octobre 1986, c'est d'ailleurs là que ça coince: le policier a bien entendu parler de ce témoin, mais ne le retrouve pas. Il relâche donc l'adolescent.

En avril 1987, Mme D. est retrouvée et entendue: cinq jours plus tard, Patrick Dils est interpellé.

Appelée à témoigner mercredi, elle a encore affirmé avoir entendu les pleurs, «quand elle préparait le dîner, donc avant 19h», forcément, avant de descendre voir si elle pouvait aider.

«Quand vous êtes arrivée, la police était là ?» demande le président. «Oui».

La police, le 28 septembre 1986, a été appelée à 19h24.

AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 04/05/2017 11:03  Mis à jour: 04/05/2017 11:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril & Alexandre.Courage aux pauvres familles dans un tel embrouillamini depuis une éternité !!! « Le témoin-clé qui a orienté l'enquête vers Patrick Dils… »
La cour d'assises de Moselle a entendu, ce mercredi, Isabelle D. qui habitait près du lieu du meurtre de Cyril et Alexandre, au moment des faits, en septembre 1986. Son témoignage, à l'époque, avait rendu possible la culpabilité de Patrik Dils, condamné en 1989 avant d'être acquitté en 2002.

Envoyé spécial à Metz http://www.lefigaro.fr/actualite-france/

Le témoignage qui a fait basculer l'enquête sur le double meurtre de Montigny-les-Metz, commis le 28 septembre 1986, ne sera recueilli que le 23 avril 1987. Entre-temps, deux hommes ont avoué qu'ils avaient massacré à coups de pierres Cyril et Alexandre, 8 ans, mais la PJ a une intuition: le coupable se nomme Patrick Dils, 16 ans. Problème: le légiste appelé sur les lieux situe l'heure de la mort des enfants aux alentours de 17h30 et, à cet instant, le suspect potentiel est assis à l'arrière de la voiture de ses parents, quelque part entre leur maison de campagne de la Meuse et leur domicile de Montigny.

Le 23 avril 1987, donc, Isabelle D., 20 ans, a la surprise d'être attendue à la sortie de son travail par deux inspecteurs qui la conduisent au commissariat. Elle déclare que le soir des faits, alors qu'elle préparait le repas, soit entre 18h30 et 19 heures, elle a entendu, par la fenêtre ouverte, «des pleurs d'enfants, pas des cris», suivis par la voix d'une «mère qui appelait son enfant». Mlle D. réside dans une artère parallèle à la rue Venizelos bordée par le fameux talus, théâtre de la tuerie. Elle dit à son compagnon qu'il se passe peut-être quelque chose, et ils descendent tous deux dans la rue, équipés d'une lampe de poche car il fait déjà très sombre. A leur arrivée, la police est présente, déclare-t-elle aux assises de la Moselle. «Quand le médecin légiste est redescendu du talus et qu'il a dit qu'il n'y avait plus rien à faire, nous sommes rentrés», ajoute-t-elle.



« J'avais 20 ans, je ne pensais pas que mon témoignage était important »
Isabelle D.


Si Mlle D a bien entendu des enfants pleurer, si ces enfants étaient Cyril et Alexandre, s'il était entre 18h30 et 19 heures, l'heure du crime est compatible avec la présence de Patrick Dils sur les lieux. «Alors ça change tout», se félicite - le témoin s'en souvient - un policier. Dans son procès-verbal de synthèse, l'inspecteur Varlet, qui sera entendu ce jeudi, écrivait qu'on pouvait «enfin confondre» M. Dils. «Enfin», comme si, depuis des semaines, il attendait de pouvoir avancer sa pendule accusatrice de 90 minutes. Car jusqu'à présent, aucun témoin n'évoquait plus la présence d'enfants vivants, en train de jouer sur le talus, à partir de 17h15, ce qui correspondait à l'estimation du légiste.

On connaît la suite: Patrick Dils avoue de manière étonnamment circonstanciée, se rétracte, il est condamné, en 1989, à la réclusion criminelle à perpétuité. La présence de Francis Heaulme à Montigny-les-Metz n'est révélée qu'en 1997 et, à l'issue d'une procédure de révision, Patrick Dils est acquitté en 2002. Accusé à son tour, M. Heaulme répète: «Montigny, c'est pas moi.»

Isabelle D. a aujourd'hui 51 ans mais elle a l'air bien plus jeune. Elle s'en veut de n'être pas allée spontanément déposer à la police mais, soupire-t-elle, «j'avais 20 ans, je ne pensais pas que mon témoignage était important».

Le président: «Vous étiez sur place le soir des faits, avec votre compagnon. Un policier a-t-il relevé vos identités?»

Le témoin: «Non». C'est pourtant la routine de ce type d'enquête.

Plus troublant: le juge d'instruction n'a pas auditionné Mlle D., devenue en avril 1987 un témoin-clé. Au reste, la police n'a pas jugé opportun de se transporter à son domicile, afin de vérifier que sa fenêtre donnait bien du côté de la rue Venizelos et qu'on pouvait entendre des bruits provenant des lieux du crime, assez éloignés. Cette expertise sera réalisée en urgence dans le cadre de la procédure de révision, mais un jour de neige, ce qui modifie considérablement l'acoustique du quartier. De sorte qu'on ne peut rien en déduire de définitif: Mlle D. a pu, c'est vrai, entendre «des pleurs d'enfant» émis depuis l'endroit où le tueur a frappé. Mais il est aussi possible qu'elle n'aurait pas pu les percevoir. Les avocats de Francis Heaulme ont, entre autres singularités, celle de détester le doute, alors que celui-ci est souvent leur meilleur allié. Me Liliane Glock, qui défend par décrets - au premier jour, elle exigeait l'«acquittement immédiat» de son client -, conclut à destination du témoin qu'il est «indiscutable que vous pouviez les entendre».



«Il ne s'agissait pas vraiment de cris ou d'appels au secours. Je ne peux pas assurer avec certitude qu'ils venaient du talus ou de la rue Venizelos, ni qu'il s'agissait des malheureux enfants»
Déclaration d'Isabelle D. en 1999


La déposition de Mlle D., dont la bonne foi ne souffre aucune remise en cause, présente par ailleurs une autre difficulté: elle indique qu'au moment où son compagnon et elle se présentent au bord du talus avec leur lampe de poche, la police est sur place. On sait avec certitude que les fonctionnaires ne sont arrivés que vers 19h30 et que, depuis 18h50, le père d'Alexandre est monté sur le talus à la recherche de son fils: il n'a rien entendu, lui.

Me Thierry Moser, conseil de membres de la famille Beckrich, partie civile, monte au créneau: «Est-il possible de localiser précisément d'où venaient ces pleurs»?

Le témoin: «Non.

- En 1999, interrogée par un magistrat de la cour de cassation [qui instruisait la procédure en révision] vous avez déclaré: “Il ne s'agissait pas vraiment de cris ou d'appels au secours. Je ne peux pas assurer avec certitude qu'ils venaient du talus ou de la rue Venizelos, ni qu'il s'agissait des malheureux enfants.” Vous confirmez?

- Oui.

- En 2001, de nouveau entendue, vous déclarez: “Comme je l'ai déjà dit, je ne suis absolument pas en mesure de dire qu'il s'agit des deux victimes.” Vous confirmez?

-Oui».

Me Dominique Rondu assiste la grand-mère et la sœur d'Alexandre Beckrich, qui ne croient pas à la piste Heaulme. Il se lève à son tour et demande à Mlle D.: «Savez-vous pourquoi vous n'avez pas été entendue tout de suite? Tout simplement parce que, lorsque les policiers sont venus dans votre immeuble, les autres habitants n'ont pas mentionné votre appartement, tout en haut. Donc ils ignoraient que vous étiez là. Etiez-vous au courant?»

Le témoin: «Non…»

Le cœur des débats

Me Patrice Buisson, avocat du père de Cyril Beining, ne croit pas à la naïveté de policiers qui auraient pu, à tout le moins, regarder les noms sur les boîtes aux lettres du petit immeuble pour calculer le nombre de locataires: «Saviez-vous que le lendemain même des fait, votre nom figurait en toutes lettres dans le Républicain lorrain, car vous étiez l'un des rares témoins à l'avoir donné aux journalistes?»

Mlle D.: «Non…».

Plus d'une semaine après l'ouverture du procès Heaulme, on en est encore à refaire, en cachette, celui d'un acquitté. Mais on se rapproche du cœur des débats. Le président rappelle que la police avait demandé à tous les hôpitaux de Metz la liste des personnes admises les 28 et 29 septembre 1986. Or, par le fait d'une bévue ou d'un oubli, le nom de Francis Heaulme, soigné, par deux fois, à Sainte-Croix, le lendemain du double meurtre, n'entre pas dans le dossier aux premières heures des investigations.

En novembre 1984, il a signé son premier meurtre. Lors de son arrestation, en 1992, il en avait perpétré huit autres, selon le décompte actuel. Qu'a-t-il vraiment fait à Montigny-les-Metz, le 28 septembre 1986?

*******************************************************

Dils toujours en ombre au procès de Heaulme


Peut-on faire le procès de Francis Heaulme sans refaire, encore, celui de Patrick Dils ? Depuis 10 jours, le nom de l'homme définitivement acquitté en 2002 résonne aux assises de la Moselle, et il devrait à nouveau être au coeur des auditions jeudi.
Dès la fin de matinée, des enquêteurs qui ont recueilli ses aveux, en 1987, prendront place à la barre comme témoins au procès du "routard du crime", 58 ans, neuf meurtres, mais, clame-t-il, innocent de ceux de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, commis en 1986 à Montigny-lès-Metz.
Ces auditions sont un espoir pour la cour de clore définitivement "l'hypothèse Dils". Mais aussi une nouvelle possibilité pour la défense de faire peser le doute, et de refaire, une fois encore, son procès.
Comme au deuxième jour d'audience lorsque, sous le feu roulant des questions, la justice a semblé faire un bond de 15 ans en arrière.
Interrogé en visioconférence, témoin dans le procès des meurtres des deux enfants pour lesquels il a passé 15 ans en prison, Dils, 46 ans, arborait un visage d'éternel jeune homme.
"Monsieur Patrick Dils, 30 ans après, nous sommes toujours à la recherche de la vérité". De sa voix grave, les cheveux blanc soigneusement peignés en arrière, Me Dominique Rondu, avocat de la grand-mère d'Alexandre Beckrich, s'est placé face à l'écran.

"Quand je dis nous, c'est la famille que je représente. Nous ne recherchons pas une vérité forcément judiciaire, mais une vérité tout court", poursuit Me Rondu. "A la différence de Francis Heaulme qui n'a jamais avoué avoir tué les enfants, vous, Patrick Dils, avez fait des aveux précis, circonstanciés, concordants".

Des aveux qui paraissent indépassables alors que la justice ne pourra jamais remettre Patrick Dils en prison pour ces crimes.

Trop minutieux pour être vrais

"On doit reconnaître l'acquittement", admet Me Rondu. "Mais si on n'apporte pas à la famille une preuve détaillée - les aveux de Francis Heaulme - ils ne pourront pas effacer" ceux de Dils.
Des aveux tirés en 1987 par un inspecteur aux méthodes contestées, à un adolescent "docile", "apeuré", qui "voulait juste rentrer chez lui". Le policier sera entendu jeudi.

Leur minutie a convaincu et convainc toujours une partie des familles de Cyril et Alexandre. Même si l'avocat général qui a obtenu l'acquittement de Dils, François-Louis Coste, est venu expliquer qu'ils étaient trop beaux, trop minutieux justement, pour être vrais.
Appelé à témoigner le 2 mai, un ancien copain de Patrick Dils, Thierry Christmann, a raconté comment les policiers les ont traités lorsqu'ils les ont appréhendés au restaurant où ils étaient tout deux apprentis.
"On s'est retrouvés avec des menottes, puis a l'hôtel de police. J'avais 15 ans et ça m'a marqué, c'est la première fois que je me faisais arrêter par les forces de l'ordre. Je sais plus si c'était pendant deux ou trois jours de suite, mais ils sont venus nous chercher tous les jours à 13h. Ils nous ramenaient à 18h pour reprendre le service".
Le procureur général interroge: "Dans le dossier, je n'ai pas vu d'audition signée ...

Vous avez signé quelque chose ?"

"Jamais. J'ai pas le souvenir d'avoir signé quoi que ce soit".
"Vous nous dites que pendant plusieurs jours on vous a fait revenir, mais moi je n'ai pas retrouvé les procès verbaux, insiste M. Beney. "Ben.... ils existaient pas".

Depuis son box, silencieux la plupart du temps, Francis Heaulme semble très souvent spectateur d'un procès qui ne serait pas tout à fait le sien.
Interrogé au fil des auditions, sans que soit prévu un interrogatoire spécifique, il ne s'exprime que très peu, souvent interrompu dans ses réponses. Puis il retourne s'asseoir, et croise les bras.

04/05/2017 09:35:51 - Metz (AFP) - © 2017 AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/05/2017 20:40  Mis à jour: 03/05/2017 20:40
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Procès Heaulme : les ratés de l’enquête du double meurtre de Montigny les Metz. (Vidéo)
La cour d’assises de la Moselle entend jeudi 4 mai 2017 les enquêteurs qui sont intervenus dans le cadre du double meurtre de Montigny les Metz. Une enquête décriée depuis l’acquittement de Patrick Dils et la mise en examen de Francis Heaulme.

Ce jeudi 4 mai 2017, les enquêteurs qui ont interrogé les témoins de 1986 et Patrick Dils seront à la barre. C’est la septième journée d'audience du procès de Francis Heaulme aux assises de la Moselle. Il est jugé pour le double meurtre de Montigny les Metz, le 28 septembre 1986. Cyril et Alexandre, deux garçons de 8 ans avaient été massacrés à coups de pierre.

Le directeur d’enquête de l’époque, Bernard Varlet continue des années après de dire qu'elle a été bien menée. Interrogé récemment dans la revue Sang Froid, Bernard Varlet reste persuadé que la justice ne trouvera pas d’autre coupable que Patrick Dils.

Des aveux suggérés

En 1986, l’inspecteur Bernard Varlet interroge les témoins, et fait avouer trois personnes : Henri Leclaire, un marginal qui fait des déclarations fantaisistes et enfin Patrick Dils. Patrick Dils explique depuis que ces aveux ont été suggérés et recueillis sous pression.

Les interrogatoires ont lieu tard le soir, sans véritable pause, certains procès-verbaux ne sont pas signés et les heures d'audition ne sont pas fiables. Bernard Varlet est omniprésent, dans le reste de la procédure. Il est présent par exemple dans le bureau du juge d'instruction, quand Patrick Dils réitère ses aveux.



Les ratés de l’enquête

Les conditions dans lesquelles l'enquête de 1986 s’est déroulée sont aussi décriés sur d'autres points.

Certains témoins ont été écartés. On n'entendra jamais les témoins qui parlent d'un homme bizarre à vélo.

Personne n'a été interrogé dans la rue du Haut Rhèle. C'est dans cette rue située à 400 mètres des lieux du crime que travaillait Francis Heaulme dans l'entreprise CTBE. On n’y a interrogé personne alors qu'on a ratissé tous le quartier.
Les négatifs perdus. 108 photos des lieux du crime ont été prises et seules 35 ont été retrouvées. Sur l'une d'elle, se trouvait la photo d'une main ensanglanté sur un wagon SNCF. On aurait pu y relever une empreinte de main.
Les pièces à convictions, saisies mais non scellées. Un tube de colle, utilisé pour réparer des pneus de vélo et une cordelette seront saisis au moment des constatations, mais on oublie de les sceller. On ne peut donc les analyser

LIRE AUSSI : Double meurtre de Montigny-les-Metz : retour sur trente ans d'archives sonores -> https://www.francebleu.fr/infos/faits- ... chives-sonores-1492962442
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/05/2017 09:29  Mis à jour: 03/05/2017 09:29
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Double meurtre de Francis Heaulme: suivez en direct le sixième jour du procès de Francis Heaulme.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/05/2017 15:23  Mis à jour: 02/05/2017 15:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Procès Heaulme : les dernières heures de Cyril & Alexandre abordées...
Que s'est-il passé durant l'après-midi avant le meurtre de deux petits garçons à Montigny-lès-Metz le 28 septembre 1986 ? La cour d'assises de la Moselle, qui juge Francis Heaulme pour ces crimes, s'est attachée mardi à reconstituer, minute après minute, leurs dernières heures.

Premier appelé à la barre, le gendarme Thierry Perchat. Il fut chargé de la contre-enquête au début des années 2000, alors que Patrick Dils est encore en prison, accusé depuis 1989 d'avoir tué à coups de pierre Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans sur le talus SNCF. Ses conclusions ? Patrick Dils n'a pas pu tuer les enfants. Pour le démontrer, il a utilisé une méthode novatrice à l'époque : l'analyse criminelle, importée des Etats-Unis. Il en tire un "diaporama dynamique", une carte des lieux sur laquelle avancent ou reculent de petits personnages oranges, représentant les enfants, les témoins, les passants.

Un dimanche ensoleillé d'automne


Y prennent vie les dernières heures des deux garçons. On les voit jouer, bouger beaucoup, pour aller chercher un copain, pour taper le ballon de foot contre le garage d'une grand-mère. On entend presque ses réprimandes, scrupuleusement notées dans l'emploi du temps de la journée reconstitué par l'enquêteur. On imagine les copains qui se croisent, vont jouer "à la benne", reviennent près du talus. Une vie de quartier, un dimanche ensoleillé d'automne, où l'un des deux garçons lance à l'autre, "viens, on va dans notre endroit secret". "A 17 h environ, les garçons arrivent sur le talus et posent leur vélo", poursuit M. Perchat. "A 17h15, deux promeneurs aperçoivent les vélos et entendent des rires". Ce sera, assure le gendarme, "le dernier signe de vie des enfants".

L'omniprésent Dils


Dans les heures qui suivent, du monde se presse dans la rue Vénizélos, qui borde le talus, là où sont abandonnés les deux vélos. Une famille qui promène son chien, un pompier qui rentre d'une intervention, puis les parents qui cherchent, angoissés, leurs enfants. Trop de monde pour que Dils qui, rentré de week-end avec sa famille sur les coups de 18h45, selon le gendarme, ait pu monter sur le talus sans être vu. Oui mais ... la défense, extrêmement offensive depuis l'ouverture du procès le 25 avril, attaque. Un schéma fondé sur des témoignages, ça dépend de ceux qu'on choisi, pique Me Liliane Glock, qui attaque le gendarme sur les témoignages choisi pour établir l'heure d'arrivée des Dils à Montigny-lès-Metz. M. Perchat s'est fondé sur celui de la mère de famille, qui assure être partie de la Meuse à 17 heures.

Or, "j'ai un peu dans l'idée qu'on trouve d'autant plus facilement quelque chose qu'on le cherche. Et vous cherchiez l'innocence de Dils". Et revoilà la thèse Dils décortiquée. Entendu plusieurs fois, l'adolescent avait expliqué être parti à 16h00 de leur maison de vacances, à une centaine de km. Ce qui laisse, selon la défense, planer un doute sur une arrivée aussi tardive que 18h45. C'est si l'on omet que Patrick Dils a aussi raconté que la famille a fait demi-tour pour aller chercher un tire-bouchon, réplique le procureur général. Ce qui accréditerait à nouveau la thèse d'une arrivée à Montigny trop tardive pour avoir le temps de tuer Cyril et Alexandre.
Les corps découverts peu avant 20 heures

Des éléments déjà discutés lors du procès qui mena à l'acquittement de Patrick Dils, en 2002, à Lyon. Alors que le ton monte, comme la semaine précédente, entre la cour et la défense, le président s'agace. "Il faut refaire le procès de Lyon ?". Dans le box, Francis Heaulme, les bras croisés sur sa chemise bleu, fixe l'écran sur lequel, après le schéma, sont diffusées des photos des corps des enfants, le visage ensanglanté, enfoncé par les pierres. Le gendarme Perchat s'est assit dans la salle. Il a fini sa déposition depuis un moment, sur ces quelques mots : "Il est 19 h 50. Les fonctionnaires découvrent deux cadavres d'enfants. J'en ai terminé M. Le président".

En savoir plus sur http://www.midilibre.fr/2017/05/02/pr ... ures-des-enfants-abordees,1500801.php#l6Pdaz08BvT97fOj.99
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/04/2017 11:56  Mis à jour: 30/04/2017 11:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Procès de Francis Heaulme : "on n'est pas plus avancés, parce qu'on se perd dans les dossiers"

Procès de Francis Heaulme : "on n'est pas plus... par Europe1fr

Maître Dominique Boh-Petit, l'avocate de la famille de l'une des victimes regrette que le parcours judiciaire de Francis Heaulme soit étudié dans les détails, les familles s'impatientent.

INTERVIEW
Faut-il parler d'une semaine pour rien ? Beaucoup de frustration ressort de cette première partie du procès de Francis Heaulme, qui se tient devant les Assises de Metz. Le "routard du crime" est jugé pour des faits vieux de 30 ans : le meurtre de deux enfants, Cyril et Alexandre à Montigny-les-Metz (Moselle) mais l'audience piétine. Au cours de cette première semaine, les avocats ont refait le procès de Patrick Dils, et les familles s'impatientent.

Un procès dans lequel on se perd. "Voilà une semaine qui s'est passée, Francis Heaulme, on l'a vu une fois sortir de cette boîte en verre. On ne le voit même pas", remarque Maître Dominique Boh-Petit, l'avocate de la mère de Cyril, au micro d'Europe 1. "Tant par la configuration des lieux que l'absence totale de Francis Heaulme au débat, ça fait un peu comme si on faisait son procès sans lui. On n'est pas plus avancés, parce qu'on se perd. Je comprends bien que Francis Heaulme ait un parcours judiciaire hors normes, et qu'on puisse s'intéresser à d'autres dossiers pour la compréhension de celui-là, mais là on se perd littéralement."

Les familles ont besoin d'entendre Francis Heaulme. Une longue étude de la personnalité de l'accusé qui tend à trop se prolonger pour les familles des deux jeunes victimes. "Je vois les jurés qui, physiquement, sont affalés les uns sur les autres et Mme Beining [la mère de Cyril], je me rends compte qu'elle l'observe en permanence. Elle aimerait bien entendre les explications de Francis Heaulme. Je pense qu'on va finir par y arriver dans le courant de la semaine prochaine, enfin j'espère. Sinon dans la troisième semaine."

http://www.europe1.fr/societe/proces- ... arce-quon-se-perd-3314774
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/04/2017 08:44  Mis à jour: 28/04/2017 08:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Heaulme : le procès tourne à la guérilla judiciaire...
Les jurés savent encore très peu de choses sur la mort des enfants en 1986, sur les turpitudes de la procédure. Mais la défense de Francis Heaulme a déjà demandé son acquittement. Et hier, le renvoi du procès.

Quelques instants, le doute s’est emparé de la salle d’assises. Rien à voir avec une éventuelle culpabilité de l’accusé. On est tellement loin de tout ça pour le moment. Non. La défense de Francis Heaulme a exhumé, hier, des souvenirs de 2014, lorsque le premier procès avait été reporté au bout du deuxième jour pour permettre de faire toute la lumière sur Henri Leclaire. On sait que cela n’a abouti à rien.

Mardi, aux premiers souffles de l’audience, Liliane Glock, Alexandre Bouthier et Stéphane Giuranna ont demandé l’acquittement de leur client. Hier, ils ont réclamé le renvoi du procès pour des questions procédurales qui ont surgi sans prévenir. Au bout du bout de l’audition d’un ancien responsable Emmaüs qui a bien connu Heaulme, Me Liliane Glock lui a demandé quelques détails sur son arrivée au palais de justice de Metz. « J’étais au fond de la salle », répond-il honnêtement.

– « Où voulez-vous en venir ?, intervient le président Steffanus.

– J’ai le droit d’interroger le témoin comme je veux ! C’est pas la dictature ! se dresse la pénaliste nancéienne. On n’est pas au procès de Nuremberg. Maintenant, stop. Vous ne pouvez plus présider cette cour d’assises !

- Arrêtez avec vos réflexions à la gomme », gronde le magistrat, qui apprécie peu qu’on fasse référence à Nuremberg dans sa salle d’assises.

« Des témoins étaient dans la salle après la prestation de serment des jurés. Ils ont entendu notre déclaration liminaire et les propos des autres avocats, c’est un vice irréparable, éclaire Me Giuranna. Il faut renvoyer les débats, on n’a pas le choix. »
« La défense se trouve dépourvue »

Le président a balayé la question et refusé le renvoi. Elle donne en tout cas à ce dossier, déjà compliqué du fait des trente ans passés et des errements judiciaires, des allures de guérilla. Après avoir utilisé sa liberté de parole pour martyriser Patrick Dils, pourtant acquitté en 2002, la défense de Francis Heaulme est décidée à ne rien laisser passer.

« Je pense que la défense est fort dépourvue face aux griefs faits à Francis Heaulme et cherche, par des moyens éminemment contestables, à éluder le débat sur les faits », observe Thierry Moser, avocat d’une partie de la famille Beckrich. « Les choses doivent se faire, ma cliente attend ça depuis si longtemps », tente d’apaiser Dominique Boh-Petit, avocate de Chantal Beining.

Que la mort d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining semble loin depuis trois jours. Ce devait être un procès pour les victimes, et pour l’histoire. Pour le moment, ce n’est que malaise et incidents.

Kevin GRETHEN http://www.republicain-lorrain.fr/jus ... a-judiciaire?preview=true
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/04/2017 19:51  Mis à jour: 26/04/2017 19:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich.Procès de Francis Heaulme : Patrick Dils témoigne "On est en train de faire mon procès ou celui de Francis Heaulme ???!!!" (Vidéos).
Difficile journée pour Patrick Dils ce mercredi aux assises. Cité comme témoin dans le procès de Francis Heaulme pour le crime de Montigny-lès-Metz, il a été interrogé avec virulence par les avocats. Condamné deux fois, Patrick Dils a pourtant bien été acquitté en 2002 dans cette affaire.

Pendant plus de trois heures, ce lundi, Patrick Dils a été littéralement harcelé par les avocats de la partie civile et de la défense. Pourtant, c'est bien Francis Heaulme qui comparaît depuis mardi devant les assises de la Moselle pour le meurtre de deux enfants en 1986. Mais pour ce crime, Patrick Dils a été condamné deux fois (1989 et 2001) avant d'être acquitté en 2002. Malgré ses 15 années de prison, il semble qu'il n'ait pas fini de payer.

Des aveux insoutenables


Au début, c'est le président de la cour d'assises qui pose les questions. Patrick Dils intervient en visioconférence depuis Bordeaux. Le ton est calme bien qu'un peu anxieux. Il raconte l'après-midi du 28 septembre 1986, le jour du crime, dans cette rue de Venizelos où il habitait et près de laquelle Alexandre et Cyril sont morts.

Patrick Dils avait 16 ans, se décrit comme un garçon doux et mal dans sa peau. Placé en garde à vue, il avoue sous la pression et livre des descriptions insoutenables. Il explique qu'en avouant, il espérait échapper à cette pression.

Dils interrogé sur ses aveux explique. "L'enfant que j'étais a cru les enquêteurs qui m'ont dit que je pourrais rentrer chez moi"


L'audition se poursuit avec Me Rondu, l'avocat de la grand-mère d'Alexandre : il est dans la procédure depuis les tout débuts et il a fait face à Patrick Dils pour la quatrième fois. Les questions se succèdent sur les aveux, les pierres que Patrick Dils a décrites. La "confession" du suspect d'alors est lue à l'audience.

L'avocat interrogé Dils sur ces aveux. Cela interroge sur le respect du droit de la décision de justice qui l'a innocenté

Patrick Dils explose : "Qu'est ce que ça veut dire ? On est en train de faire mon procès ou on fait celui de Heaulme !" Un autre avocat de la partie civile enchaîne, Patrick Dils souffle, hoche la tête l'air atterré. "C'est hallucinant", proteste-t-il, mais le président n'intervient pas et laisse s'installer les silences.


Quand les avocats de Francis Heaulme enchaînent, le ton ne s'apaise pas, bien au contraire. Me Glock livre une véritable plaidoirie pour innocenter son client, lançant au témoin : "Votre plan des lieux, il est mieux que celui de Heaulme". Un de ses confrères demande à Patrick Dils s'il était sur le talus où les enfants ont été tués le 28 septembre. "Je ne suis pas monté sur le talus", martèle-t-il.

L'audition se termine sur un certain malaise.



Procès de Francis Heaulme : Patrick Dils témoigne

Montigny-les-Metz : retour sur le lieu du crime, trente ans après…


Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/04/2017 09:17  Mis à jour: 26/04/2017 09:17
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Procès Heaulme : Patrick Dils, l’ancien accusé dans la peau d’un témoin.
La deuxième journée du procès de Francis Heaulme devant la cour d'assises de la Moselle sera marquée ce mercredi 26 avril par l’audition de Patrick Dils. Il a été condamné par deux fois avant d’être définitivement acquitté en 2002 pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz.

Depuis le 25 avril, la cour d’assises de la Moselle juge pour la cinquième fois le double meurtre de Montigny les Metz. Le 28 septembre 1986, Cyril et Alexandre, deux enfants de 8 ans ont été retrouvés, le crâne fracassé le long de la voix de chemin de fer à Montigny-lès-Metz. Ce mercredi, le témoin très attendu, c'est Patrick Dils. Le jeune homme de 16 ans à l’époque a avoué les meurtres avant de se rétracter. Patrick Dils a été condamné par deux fois avant d’être définitivement acquitté en 2002.

"Je veux entendre ce qu’il a à dire, pour voir s’il est franc ou pas" - Jean-Claude Beining, le papa de Cyril"

Patrick Dils ne sera pas là en chair et en os, mais en visioconférence depuis le sud-ouest de la France à l'ouverture de la journée d'audience. Et beaucoup se demandent ce qu'il peut raconter de ce qu'il a vu ce jour-là, sans la pression ressentie quand on se trouve dans le box des accusés. Me Patrice Buisson, l'avocat du père de Cyril, qui a assisté aux deux derniers procès de Patrick Dils, espère que cela apportera quelque chose : "Il pourra nous dire si il y a des éléments qu’il peut livrer à la justice et qui aideraient à trouver le coupable." Mais Patrice Buisson s’interroge encore sur l’attitude de Patrick Dils lors des deux derniers procès, au moment des auditions de Francis Heaulme comme témoin.

"A Reims, j’ai eu le sentiment que Heaulme et Dils se parlaient avec les yeux" - Me Patrick Buisson"



La défense de Francis Heaulme, laisse planer un doute sur ce qu'elle attend des déclarations de Patrick Dils. Stéphane Giuranna, l'un des avocats du tueur en série : "Patrick Dils a été acquitté en faisant planer le doute sur sa culpabilité, parce que Francis Heaulme était là. Francis Heaulme, on veut le condamner. Pourquoi il ne bénéficierait pas du même doute parce que Patrick Dils était là ? "



Les familles des victimes qui ont demandé à ne pas intervenir juste après Patrick Dils seront entendues plus tard dans le courant de ce procès. Le procès doit durer jusqu’au 18 mai. Réécouter l'interview réalisée avec Patrick Dils en septembre 2016, pour les trente ans de l'affaire.



https://www.francebleu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 25/04/2017 18:45  Mis à jour: 26/04/2017 11:22
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich... "Montigny, ce n'est pas moi", affirme Francis Heaulme à son procès.
Au premier jour de son procès pour le meurtre de deux enfants en Moselle en 1986, Francis Heaulme, qui a toujours nié, a de nouveau clamé son innocence : « J'ai commis des meurtres, je le reconnais, mais Montigny, ce n'est pas moi », a-t-il lâché. Soupçonné d'avoir tué à coups de pierre Cyril Beining et Alexandre Beckrich, âgés de 8 ans, celui que l'on surnomme le « routard du crime », assis dans le box des accusés depuis le matin, s'est levé alors que l'affaire était résumée par le président. Ce dernier, croyant que Francis Heaulme demandait une interruption, lui a donné la parole. « J'ai commis des meurtres, je le reconnais, mais Montigny, ce n'est pas moi. Ce n'est pas moi », s'est alors exclamé Francis Heaulme, visiblement énervé. Gabriel Steffanus, qui préside les débats, venait tout juste d'évoquer les confessions de deux anciens codétenus du tueur en série. Ces derniers ont affirmé aux enquêteurs que Francis Heaulme leur avait fait des confidences sur ce double meurtre. Extrêmement pâle, saisi de tremblements fréquents, Francis Heaulme s'est ensuite rassis, les bras à nouveau croisés sur son pull.

Affaire hors-norme

Mis en examen depuis 2007 dans cette affaire hors norme, qui a vu un adolescent, Patrick Dils, condamné à la perpétuité avant d'être blanchi, puis un autre homme, Henri Leclaire, soupçonné sans jamais être condamné, puis blanchi, Francis Heaulme a toujours nié avoir tué les deux enfants. Le procès, le cinquième dans cette affaire, doit durer jusqu'au 18 mai. Plus d'une centaine de témoins sont attendus.

Selon AFP

Les enfants lui ont "lancé des cailloux", reconnaît Heaulme

Le procès qui se joue devant la cour d'assises de la Moselle ne peut donc se baser que sur des témoignages, ce que déplore l'avocate de Francis Heaulme, Me Liliane Glock. Dénonçant un "procès loin d'être équitable", elle a demandé son acquittement à peine l'audience entamée. Vaine tentative, rapidement balayée par les magistrats, qui veulent interroger le tueur.

Le client de l'avocate, déjà condamné pour neuf meurtres, l'a reconnu: il était effectivement présent à Montigny-lès-Metz, le 28 septembre 1986. Il a même croisé les deux enfants, qui lui ont "lancé des cailloux", a-t-il confié au gendarme Jean-François Abgrall. C'est lui qui a permis de relancer l'enquête, après s'être rendu compte de la présence du tueur en série sur les lieux du crime.

µ"Moi mon style quand je commets un meurtre, c'est l'opinel"


Ces cailloux lancés par Alexandre Beckrich et Cyril Beining, demeurent la seule constante dans les auditions de Francis Heaulme. Au cours de ses 12 rencontres avec les enquêteurs, ses versions se contredisent de façon sidérante. Il dit avoir vu les corps, les avoir touchés même, puis se rétracte. Dénonce la présence d'Henri Leclaire sur les lieux, puis n'est plus sûr de rien... "Des fois, je dis la vérité, des fois des mensonges. La dernière fois, j'ai dit n'importe quoi à cause des médicaments", s'explique ensuite l'accusé, pourtant mis en cause par plusieurs témoignages.

Le jour du meurtre, deux pêcheurs assurent l'avoir croisé, le visage en sang, près de la voie ferrée. Ils ne l'ont pourtant révélé que bien des années plus tard. Et puis, deux co-détenus du tueur en série sont persuadés d'avoir recueilli ses aveux lors de leur détention. Lui nie inlassablement, usant d'une défense déconcertante: "Moi mon style quand je commets un meurtre, c'est l'opinel. Des enfants tués à coups de pierres, ce n'est pas mon style", lâche-t-il un jour à un policier. La salle éructe, lorsque le président prononce cette phrase.

Ce mardi, l'accusé, un homme de 58 ans qui en paraît 10 de plus, a peu pris la parole. Mais, après 2h30 d'audience, il a tenu à nier les faits, une fois de plus. "J'ai commis des meurtres, mais Montigny ce n'est pas moi!", a hurlé Francis Heaulme, dans un haussement de voix inattendu, trahissant l'impulsivité de sa personnalité.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 25/04/2017 17:30  Mis à jour: 25/04/2017 17:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. COMPTE-RENDU D'AUDIENCE - Le "routard du crime" a repris le chemin des assises.
Depuis mardi matin, Francis Heaulme, déjà condamné pour neuf meurtres, est jugé à Metz pour celui de deux enfants à Montigny en 1986.

25 avr 16:22Maud Vallereau
Il est 10 heures lorsque le bouton rouge de l’ascenseur qui donne directement dans le box vitré des accusés se met à clignoter. Dos vouté, mains menottées, Francis Heaulme fait son entrée. Les flashs des photographes immortalisent ce qui devrait être sa dernière apparition sous les objectifs. "Montigny-lès-Metz" est la dernière affaire dans laquelle le nom du tueur en série est cité. Déjà condamné pour neuf meurtres, le "routard du crime" est désormais accusé d’avoir tué à coups de pierres Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, un dimanche du mois de septembre 1986. Francis Heaulme vient d’avoir 58 ans et en paraît 15 de plus. Cheveux blancs coupés courts, le teint aussi pâle que les murs de la cour d’assises, il parcourt du regard les membres du public, s’arrête sur certains. Et observe les caméras braquées sur lui. Puis, quelques minutes après, fait savoir qu’il refuse d’être filmé.

"Acquittez Francis Heaulme"

D’une voix quasi inaudible et monocorde, l’accusé décline brièvement son identité. "Le procès ne peut pas se tenir", enchaîne son avocate Liliane Glock, qui dénonce les failles de "30 ans de procédure", "les scellés, preuves absolues, qui ont été détruits" en 1995 à la demande du parquet. A l’époque, Patrick Dils avait été reconnu coupable des meurtres des deux enfants. L’ADN du sang retrouvé sur la scène de crime ne parlera plus. "La logique est d'acquitter Francis Heaulme immédiatement car pas de preuves, pas de procès", assène Me Glock.

Dominique Rondu, avocat de la grand-mère d’Alexandre Beckrich, abonde : "Les familles ont une exigence de la preuve et cette preuve a été détruite. Sans les pierres, sans les prélèvements ADN, la remarque de la défense, on la comprend". Les trente années de procédure ont laissé des traces. Sa cliente reste persuadée de la culpabilité de Patrick Dils.

http://www.lci.fr/faits-divers/proces ... -des-accuses-2049957.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 25/04/2017 14:37  Mis à jour: 25/04/2017 14:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 5° procès : Les avocats des parties civiles.
Sans Me Dominique Boh-Petit et sa cliente, la mère de Cyril Beining, le dossier de ce double meurtre serait déjà refermé depuis longtemps. L’avocate messine n’a eu de cesse de tenir l’affaire à bout de bras. Les intérêts du père de Cyril seront défendus par Me Patrice Buisson.
Me Thierry Moser porte, avec Me Alexandra Vautrin , la parole des parents d’Alexandre Beckrich. Ce Mulhousien est l’avocat historique de Christine et Jean-Marie Villemin, les parents du petit Grégory, qu’il accompagne toujours dans leur quête de vérité.
Nul besoin de le présenter également : Me Dominique Rondu est l’avocat de Ginette Beckrich, la grand-mère d’Alexandre, depuis octobre 1986. Il sera assisté de son fils, Me Olivier Rondu.

http://www.estrepublicain.fr/actualit ... ocats-des-parties-civiles
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/04/2017 17:24  Mis à jour: 23/04/2017 17:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich... VIDEO. Procès Heaulme : Chantal Beining raconte son 28 septembre 1986 à Montigny-lès-Metz.
Nous sommes 30 ans après les faits et à la veille du 5ème procès du double meurtre de Montigny-lès-Metz, et Chantal Beining ne sait toujours pas qui a tué son fils, Cyril et son copain Alexandre.

Dans l'entretien qu'elle nous accordé avec son avocate de toujours, Dominique Boh-Petit, la mère de Cyril raconte les heures qui ont fait basculé sa vie et celle de son fils Cyril, 8 ans, retrouvé mort aux côtés d'Alexandre le 28 septembre 1986, en fin de journée à Montigny-lès-Metz, au pied du talus SNCF de la rue Vénizelos.

Même si elle espère qu'une vérité judiciaire sorte des quatre semaines de procès qui s'ouvrent mardi, elle aurait préféré que Henri Leclaire soit aux côtés de Francis Heaulme dans le box pour éviter un remake du procès avorté de 2014.


Procès Heaulme : Chantal Beining raconte son 28... par republicain-lorrain
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/04/2017 15:50  Mis à jour: 21/04/2017 15:50
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Mardi s'ouvrira un nouveau procès dans l'affaire des meurtres de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Avec Francis Heaulme dans le box. Parties civiles et défense s'interrogent.
Mardi 25 avril 2017, c'est le "routard du crime", Francis Heaulme, déjà condamné pour 9 meurtres, qui sera dans le box des accusés.

Les parties civiles s'interrogent cependant, notamment sur l'éventuelle participation d'un ou plusieurs co-auteurs, tandis que la défense, estime qu'au bout de 20 ans de recherches de preuves, "il est permis de douter".

Les familles, quant à elle, espèrent une seule chose, la manifestation de la vérité, et savoir enfin qui est l'auteur des meurtres des deux enfants.

Le procès qui s'ouvrira à Metz est prévu pour une durée de 3 semaines
.


Affaire de Montigny : Francis Heaulme dans le box
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/04/2017 15:16  Mis à jour: 21/04/2017 15:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich . L'heure du crime de Jacques Pradel : replay . Le procès de Montigny-lès-Metz.
REPLAY - Début mai se tiendra le procès de Francis Heaulme pour le double meurtre le 28 septembre 1986 d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining.

Pour écouter, cliquez sur le lien :
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits- ... tigny-les-metz-7788185368
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/04/2017 13:18  Mis à jour: 20/04/2017 13:18
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Le procès de Francis Heaulme, jugé pour les meurtres de Cyril Beining et Alexandre Beckrich s’ouvre dans quelques jours. L'histoire sans fin à Montigny-lès-Metz (VIDEO).
Double meurtre de Montigny : le procès Heaulme dans six jours

Affaire hors norme, accusé hors norme, procès forcément hors norme. Celui qui s’ouvre mardi prochain à 10h, et qui va s’étirer jusqu’au 18 mai devant la cour d’assises de la Moselle, est particulièrement attendu. D’abord, par les familles des jeunes victimes, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, massacrés à coups de pierre en 1986 sur le talus SNCF de la rue Vénizelos à Montigny-lès-Metz. Privées de coupable et de certitude depuis l’acquittement de Patrick Dils en 2002, elles n’ont pas été épargnées par le parcours judiciaire du dossier.

Ce procès est aussi attendu par la justice, qui n’a pas toujours mis les bons ingrédients pour rechercher la vérité et espère voir l’audience aller à son terme, après le faux départ de 2014 à cause des soupçons pesant sur Henri Leclaire, finalement mis hors de cause en janvier dernier. Il est enfin attendu par les médias, qui seront plus d’une centaine à couvrir l’événement pendant quatre semaines.

Deux hommes tirent les ficelles en coulisse. Alexandre Stojanov, chef de cabinet des chefs de la cour d’appel de Metz, et Julien Le Gallo, secrétaire général du parquet général, pilotent le dispositif. « C’est lourd et compliqué, admet le second. Nous avons heureusement pu bénéficier de la feuille de route de 2014. Mais en même temps, nous n’avons eu que deux mois pour tout préparer puisqu’on a connu assez tardivement la décision de la Cour de cassation concernant le non-lieu dont a bénéficié Henri Leclaire. »
Francis Heaulme sera seul dans le box des accusés et la présence du routard du crime n’est pas anodine. « Cette histoire, tout comme la personnalité de l’accusé, va braquer les regards sur Metz », admet Julien Le Gallo.

Sécurité, vidéo et files d’attente
Le diable étant dans les détails, « il a fallu tout envisager ». En termes de sécurité, par exemple, « je pensais à un moment donné que tout était calé. Et puis, après une réunion avec le directeur départemental de la sécurité publique, il s’est avéré qu’il y avait des tonnes de choses à améliorer. » Des caméras de vidéosurveillance ont été installées dans le palais de justice messin. Trois files d’attente ont été imaginées pour accueillir les personnes convoquées, les journalistes et les curieux.

Comme en 2014, la salle des assises a été aménagée. Des caméras ont été installées pour permettre la retransmission en direct du procès dans une salle annexe, la salle 25 qui peut accueillir une centaine de personnes. La salle 26 sera réservée aux médias. Les parties civiles, forcément secouées par les débats, bénéficieront d’une pièce pour se reposer et reprendre leurs esprits.

Pendant l’affaire, les autres audiences auront souvent lieu dans la salle Verlaine, la salle souterraine. Certains contentieux ont été dispatchés dans les salles 225 et 226. La vie continuera au TGI, même si pendant quatre semaines, Metz promet de vivre au rythme d’un des plus grands mystères judiciaires français.

VIDEO. Procès Heaulme : l'histoire sans fin à Montigny-lès-Metz

"Ce 5ème procès est un piège pour les jurés", affirme Me Liliane Glock, avocate de Francis Heaulme. "Nous craignons d'être déçus une nouvelle fois", explique Dominique Rondu, avocat de Ginette Beckrich, grand-mère d'Alexandre, massacré le 28 septembre 1986 sur le talus SNCF de Montigny-lès-Metz, car "nous n'aurons pas de réponse à cette terrible question: qui (a tué les enfants, NDLR) et pourquoi?". Installé aujourd'hui dans le Sud-Ouest de la France où nous l'avons rencontré, Patrick Dils souhaite que ce procès apportera un peu de paix aux familles des victimes. "On a gâché quinze ans de ma vie, quinze ans de celle de mes parents et de mon frère".


Procès Heaulme : l'histoire sans fin à Montigny... par republicain-lorrain

http://www.republicain-lorrain.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/04/2017 13:22  Mis à jour: 12/04/2017 13:22
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Double meurtre de Montigny-les-Metz : Francis Heaulme sera seul aux assises.
La Cour de cassation a validé ce mardi le non-lieu dont a bénéficié Henri Leclaire dans l'affaire du meurtre de deux petits garçons en 1986 à Montigny-lès-Metz, en Moselle.
Un épisode de plus dans un feuilleton judiciaire qui dure depuis plus de trente ans. La Cour de cassation a validé ce mardi le non-lieu dont a bénéficié Henri Leclaire dans le meurtre de deux petits garçons en 1986 à Montigny-lès-Metz, en Moselle. L'ex-manutentionnaire, dont le nom est apparu plusieurs fois dans ce dossier, est ainsi mis hors de cause définitivement. Le tueur en série Francis Heaulme répondra donc seul devant les assises, lors d'un procès qui devrait se tenir au printemps devant la cour d'assises de la Moselle.

En 2014, des témoignages de dernière minute, susceptibles de mettre en cause Henri Leclaire, avaient conduit la cour d'assises de la Moselle à suspendre le procès de Francis Heaulme dans cette affaire. Un juge d'instruction avait alors été saisi d'une nouvelle information judiciaire. À l'issue de celle-ci, Henri Leclaire, mis en examen, avait dans un premier temps été renvoyé devant les assises, malgré ses dénégations. Puis la chambre d'instruction, qu'il avait saisie en appel, avait prononcé un non-lieu le 7 juillet dernier. La mère de l'une des deux victimes avait alors formé un pourvoi en cassation.

Patrick Dils, condamné à perpétuité, puis acquitté


Henri Leclaire avait été le premier à avouer en 1986 le meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, morts le crâne enfoncé à coups de pierre sur un talus SNCF où ils jouaient le 28 septembre, à Montigny-lès-Metz. Mais il s'était rapidement rétracté. Les enquêteurs avaient fini par écarter la piste Leclaire, relevant des inexactitudes dans ses déclarations, et estimant, après une reconstitution, que sa corpulence l'empêchait de monter sur le talus.
Quelques mois plus tard, un apprenti cuisinier âgé de 16 ans, Patrick Dils, avait aussi avoué les meurtres après 36 heures de garde à vue, avant de se rétracter. Trop tard pour stopper la machine judiciaire lancée autour de ce fait divers très médiatisé. En 1989, Patrick Dils était condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d'assises de la Moselle, à Metz. Premier mineur condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, il fut, en 2001, l'un des rares détenus en France à bénéficier d'une procédure de révision, qui aboutit à son acquittement l'année suivante.

«Le routard du crime» mis en examen en 2006


La présence du tueur en série Francis Heaulme à proximité du lieu du crime le jour du meurtre avait été un élément clef de cet acquittement. Un gendarme avait en effet rendu compte en 1997 d'une conversation au cours de laquelle celui qu'on surnomme «le routard du crime» lui avait signalé avoir été présent sur la scène du crime. Ce que Francis Heaulme confirmait en 1998 à un haut conseiller de la Cour de cassation.
Le tueur en série, déjà reconnu coupable dans huit autres affaires de meurtres, avait été mis en examen en 2006, avant le procès de 2014, très vite ajourné. Après des déclarations de son avocate au sujet de l'état de santé dégradé de son client, une expertise réalisée récemment a jugé son éta compatible avec une nouvelle comparution devant les assises.
AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/01/2017 10:36  Mis à jour: 16/01/2017 10:36
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Le tueur en série Francis Heaulme sera jugé du 24 avril au 18 mai pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986, a indiqué la cour d'assises de la Moselle lundi.
Au printemps 2014, le premier procès de M. Heaulme, déjà condamné deux fois à perpétuité pour neuf meurtres, avait été suspendu après des témoignages de dernière minute susceptibles de mettre en cause un autre homme.

Mais, le 10 janvier, la Cour de cassation a définitivement mis hors de cause cet ancien manutentionnaire qui travaillait non loin du talus SNCF sur lequel les deux garçons de 8 ans ont été retrouvés le crâne enfoncé à coups de pierre le 28 septembre 1986.
Francis Heaulme sera donc jugé seul, pendant trois semaines, par la cour d'assises de la Moselle, pour cette affaire qui connaîtra peut-être son épilogue judiciaire plus de 30 ans après les faits.

Quelques semaines après les meurtres d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, un adolescent de 16 ans, Patrick Dils, avait avoué, avant de se rétracter.
Premier mineur condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, il fut, en 2001, l'un des rares condamné en France à bénéficier d'une procédure de révision, qui aboutit à son acquittement.

La présence de Francis Heaulme à proximité du lieu du crime le jour du meurtre avait été un élément clef de cet acquittement, qui relança près de 15 ans de procédure.

http://loractu.fr/flash/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/01/2017 15:43  Mis à jour: 10/01/2017 15:43
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Henri Leclaire ne sera pas jugé !
La Cour de cassation a rendu son arrêt mardi 10 janvier 2017. Elle a validé le non-lieu dont avait bénéficié Henri Leclaire pour le meurtre de Cyril et Alexandre en 1986 à Montigny-les-Metz, affaire dans laquelle le tueur en série Francis Heaulme est renvoyé désormais seul devant la Cour d'assises.

La Cour de cassation a rendu ce mardi 10 janvier sa décision concernant le non-lieu dont avait bénéficié Henri Leclaire pour le meurtre de deux petits garçons en 1986 à Montigny-lès-Metz, affaire dans laquelle le tueur en série Francis Heaulme est renvoyé devant la Cour d'assises.

Le non-lieu est désormais définitif : Henri Leclaire est officiellement hors de cause dans cette affaire. Francis Heaulme se rendra seul à son procès devant la Cour d'Assise de la Moselle. L'audience devrait se tenir au printemps. La date n'étant pas encore fixée.

Lors de l'audience devant la chambre criminelle le 14 décembre, l'avocat général a estimé qu'une erreur de droit a été commise dans la procédure.
En 2014, des témoignages de dernière minute susceptibles de mettre en cause Henri Leclaire avaient conduit la cour d'assises de la Moselle à suspendre le procès de Francis Heaulme.
Un juge d'instruction avait alors été saisi d'une nouvelle information judiciaire.
A l'issue de celle-ci, Henri Leclaire, mis en examen, avait dans un premier temps été renvoyé devant les assises, malgré ses dénégations. Puis la chambre d'instruction, qu'il avait saisie en appel, lui avait accordé un non-lieu le 7 juillet dernier.
Au lieu d'ouvrir une nouvelle information judiciaire, il aurait fallu rouvrir le dossier pour "charges nouvelles", avait estimé l'avocat général à la Cour de cassation.

Henri Leclaire avait été le premier à avouer en 1986 le meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, morts le crâne enfoncé à coups de pierre sur un talus SNCF où ils jouaient, à Montigny-lès-Metz.
Mais il s'était rapidement rétracté. Les enquêteurs avaient fini par écarter la piste Leclaire, relevant des inexactitudes dans ses déclarations, et estimant, après une reconstitution, que sa corpulence l'empêchait de monter sur le talus.

Quelques mois plus tard, un adolescent de 16 ans, Patrick Dils, avait aussi avoué les meurtres avant de se rétracter. Premier mineur condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, il fut, en 2001, l'un des rares détenus français à bénéficier d'une procédure de révision, qui aboutit à son acquittement.

La présence du tueur en série Francis Heaulme à proximité du lieu du crime le jour du meurtre, le 28 septembre 1986, avait été un élément clef de cet acquittement.
Mais lorsqu'il a été entendu sur l'affaire, Francis Heaulme, le "routard du crime" - qui n'a jamais avoué celui-là - a mis en cause Henri Leclaire: il l'aurait vu, ensanglanté, à proximité des lieux du crime ce même 28 septembre 1986.

http://france3-regions.francetvinfo.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/12/2016 21:03  Mis à jour: 15/12/2016 21:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : L'état de santé de Francis Heaulme, mis en examen pour le meurtre de deux enfants, est compatible avec un procès.
L’état de santé de Francis Heaulme, mis en examen pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz (Moselle) en 1986, est compatible avec une comparution devant les assises, selon une récente expertise médicale.

Le médecin qui a examiné Francis Heaulme au centre pénitentiaire d’Ensisheim (Haut-Rhin), où il purge plusieurs peines de prison pour meurtres, estime que l’état de santé de Francis Heaulme n’altère ni son attention, ni sa compréhension, et permet donc qu’il assiste à un procès d’assises, a déclaré Me Thierry Moser, avocat du père d’Alexandre Beckrich.

Francis Heaulme est mis en examen pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz (Moselle) en 1986.

La demande d’expertise médicale dans ce dossier avait été déposée début décembre par Me Moser, qui s’est dit jeudi "pleinement satisfait d’avoir demandé, et obtenu, l’expertise médicale".

Un procès attendu par les familles

Cette demande faisait suite à des déclarations de l’avocate de Francis Heaulme, Me Liliane Glock, selon lesquelles son client serait au plus mal, après deux infarctus. «Il souffre aussi de pathologies graves», avait expliqué Me Glock.

Plus de 30 ans après les meurtres de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, le 28 septembre 1986 sur un talus SNCF de Montigny-lès-Metz, et 14 ans après l’acquittement de Patrick Dils, condamné à perpétuité en 1989 avant d’être blanchi, les familles espèrent que le procès de Francis Heaulme aura enfin lieu.

Un premier "procès Heaulme" en 2014
Sa présence à proximité du lieu du crime le jour du meurtre avait été un élément clef de l’acquittement de Patrick Dils, et un premier "procès Heaulme" s’était ouvert en 2014. Mais il avait été ajourné dès le deuxième jour après des témoignages de dernière minute incriminant un ex-manutentionnaire, Henri Leclaire.

En juillet dernier, après de nouvelles investigations, la chambre de l’instruction de Metz a décidé de ne pas renvoyer Henri Leclaire devant les assises. Une des parties civiles a fait appel de cette décision.
Le dossier est depuis entre les mains de la Cour de cassation, qui doit rendre sa décision le 10 janvier.


http://www.lalsace.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/12/2016 10:35  Mis à jour: 15/12/2016 10:35
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich: décision de la Cour de cassation en janvier sur le cas Leclaire.
La Cour de cassation rendra sa décision le 10 janvier concernant le non-lieu dont a bénéficié Henri Leclaire pour le meurtre de deux petits garçons en 1986 à Montigny-les-Metz, affaire dans laquelle le tueur en série Francis Heaulme est renvoyé devant la cour d'assises.

Lors de l'audience devant la chambre criminelle mercredi, l'avocat général a estimé qu'une erreur de droit a été commise dans la procédure. En 2014, des témoignages de dernière minute susceptibles de mettre en cause Henri Leclaire avaient conduit la cour d'assises de la Moselle à suspendre le procès de Francis Heaulme.

Un juge d'instruction avait alors été saisi d'une nouvelle information judiciaire. A l'issue de celle-ci, Henri Leclaire, mis en examen, avait dans un premier temps été renvoyé devant les assises, malgré ses dénégations. Puis la chambre d'instruction, qu'il avait saisie en appel, lui avait accordé un non-lieu le 7 juillet dernier.

Au lieu d'ouvrir une nouvelle information judiciaire, il aurait fallu rouvrir le dossier pour "charges nouvelles", a estimé mercredi l'avocat général à la Cour de cassation. Henri Leclaire avait été le premier à avouer en 1986 le meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, morts le crâne enfoncé à coups de pierre sur un talus SNCF sur lequel ils jouaient à Montigny-lès-Metz.

Mais il s'était rapidement rétracté. Les enquêteurs avaient fini par écarter la piste Leclaire, relevant des inexactitudes dans ses déclarations, et estimant, après une reconstitution, que sa corpulence l'empêchait de monter sur le talus.
Quelques mois plus tard, un adolescent de 16 ans, Patrick Dils, avait aussi avoué les meurtres avant de se rétracter. Premier mineur condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, il fut, en 2001, l'un des rares détenus français à bénéficier d'une procédure de révision, qui aboutit à son acquittement.

La présence du tueur en série Francis Heaulme à proximité du lieu du crime le jour du meurtre, le 28 septembre 1986, avait été un élément clef de cet acquittement. Mais lorsqu'il a été entendu sur l'affaire, Francis Heaulme, le "routard du crime" - qui n'a jamais avoué celui-là - a mis en cause Henri Leclaire: il l'aurait vu, ensanglanté, à proximité des lieux du crime ce même 28 septembre 1986.

- Henri Leclaire, premier suspect a avoir avoué le double meurtre -

http://loractu.fr/metz/14797-double-m ... -sur-le-cas-leclaire.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/12/2016 13:03  Mis à jour: 09/12/2016 13:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Le non-​​lieu d'Henri Leclaire remis en cause?
MONTIGNY-LÈS-METZ - La Cour de cassation examinera le 14 décembre le pourvoi formé par la mère d'un des deux petits garçons tués en 1986 à Montigny-lès-Metz.

Henri Leclaire avait été le premier à avouer en 1986 le meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining à Montigny-lès-Metz, avant de se rétracter.

Le 7 juillet dernier, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Metz avait prononcé un non-lieu à l'encontre d'Henri Leclaire et renvoyé Francis Heaulme seul devant la cour d'assises. Mais la mère de l'un des deux enfants a formé un pourvoi en cassation. Dans son avis écrit avant l'audience, l'avocat général à la Cour de cassation préconise d'annuler le non-lieu dont a bénéficié Henri Leclaire, selon une source proche du dossier.

Initialement prévu en février 2017, l'examen du pourvoi a été avancé à mercredi. Henri Leclaire avait été le premier à avouer en 1986 le meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, morts le crâne enfoncé à coups de pierre sur un talus SNCF sur lequel ils jouaient à Montigny-lès-Metz. Mais il s'était rapidement rétracté. Les enquêteurs avaient fini par écarter la piste Leclaire, relevant des inexactitudes dans ses déclarations, et estimant, après une reconstitution, que sa corpulence l'empêchait de monter sur le talus.

«Le routard du crime»

Quelques mois plus tard, un adolescent de 16 ans, Patrick Dils, avait aussi avoué les meurtres avant de se rétracter. Premier mineur condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, il fut, en 2001, l'un des rares détenus français à bénéficier d'une procédure de révision, qui aboutit à son acquittement. La présence du tueur en série Francis Heaulme à proximité du lieu du crime le jour du meurtre, le 28 septembre 1986, avait été un élément clé de cet acquittement.

Mais lorsqu'il a été entendu sur l'affaire, Francis Heaulme, le «routard du crime» - qui n'a jamais avoué celui-là - a mis en cause Henri Leclaire: il l'aurait vu, ensanglanté, à proximité des lieux du crime ce même 28 septembre 1986. L'avocat de la famille du deuxième enfant a récemment demandé une expertise médicale de Francis Heaulme, dont l'état de santé fait planer l'incertitude sur la tenue du procès, qui devrait se dérouler en 2017.

(L'essentiel/afp/)
Répondre
Visiteurs
Posté le: 07/12/2016 16:56  Mis à jour: 08/12/2016 12:12
 double meurtre de Montigny lès Metz : une expertise médicale de Francis Heaulme demandée.
Double meurtre de Montigny-lès-Metz : une expertise médicale de Francis Heaulme demandée

http://www.leparisien.fr/faits-divers ... ee-06-12-2016-6420702.php

Une expertise médicale de Francis Heaulme, principal suspect du meurtre de deux enfants en 1986 à Montigny-lès-Metz (Moselle), a été demandée, a déclaré aujourd'hui Me Thierry Moser, avocat d'une des deux familles, alors qu'un procès pourrait se tenir en 2017.


"J'ai déposé en fin de semaine dernière une demande d'expertise médicale", a dit Me Moser, avocat des parents d'Alexandre Beckrich, confirmant une information du Républicain lorrain. "Je tiens absolument à ce que ce procès se tienne enfin. Donc, il s'agit de savoir si Heaulme est valide ou pas", a-t-il ajouté. Sa demande fait suite à des déclarations de l'avocate de Francis Heaulme, Liliane Glock, selon lesquelles son client serait au plus mal, après deux infarctus. "Il souffre aussi de pathologies graves", a expliqué à l'AFP Me Glock. "Je ne suis pas sûre qu'il soit en état de passer plusieurs semaines dans un box."
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/12/2016 15:18  Mis à jour: 02/12/2016 15:18
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Le procès Heaulme aux calendes grecques ? Et Henri Leclaire ?
Plus de trente ans après le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz, les familles attendent encore une issue judiciaire. Le procès qui était prévu pour le mois de mars 2017 est à nouveau reporté. Malade, Francis Heaulme, le principal suspect, pourrait ne plus être en état de comparaître...

Le 17 février prochain, la Cour de Cassation décidera si Henri Leclaire, l'autre suspect, doit être lui aussi renvoyé aux assises.
Ce qui, évidemment, changerait radicalement la donne. Impossible, dans ces conditions, de juger l'affaire dès le mois de mars en raison des délais nécessaires pour préparer sa défense.

Dans le meilleur des cas, le procès n'aura donc lieu qu'après la rentrée judiciaire, soit à l'automne 2017. Or le temps qui passe accroît le risque d'une audience sans Francis Heaulme, qui est - à tort ou à raison - la "vedette" de cette triste affaire.



Double meurtre de Montigny-lès-Metz : le rappel des faits

Déjà condamné pour neuf meurtres depuis son arrestation en 1992, le "routard du crime" a aujourd'hui 57 ans et sa santé décline. Il a déjà été victime de deux infarctus et souffre de pathologies multiples. Son avocate l'a vu la semaine dernière dans la centrale d'Ensisheim (Haut-Rhin) où il purge une peine de perpétuité. Selon elle, son état de santé décline rapidement. Au point de poser la question de son aptitude à endurer trois semaines d'audiences aux assises de Metz.


Maître Liliane Glock, avocate de Francis Heaulme
Maître Liliane Glock, avocate de Francis Heaulme
"Dans l'état où il est, il faut vraiment se dépêcher" - France 3 Lorraine - B. de Butler / F. Carretier

http://france3-regions.francetvinfo.f ... des-grecques-1146021.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/11/2016 14:28  Mis à jour: 29/11/2016 14:28
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Double meurtre de Montigny : la crainte d’un procès sans Francis Heaulme.
De nouveaux délais font craindre l’absence de Francis Heaulme à son procès pour les meurtres de Montigny-lès-Metz.

En Lorraine, cette affaire judiciaire traîne depuis trente ans. Qui a tué les deux enfants de Montigny-lès-Metz, Alexandre Beckrich et Cyril Beining, en septembre 1986?

Le temps s’étire de tout son long. Le dossier de Montigny-lès-Metz est en attente, depuis juillet, d’une décision de la chambre criminelle de la Cour de cassation. Les parties patientent. Pour ne pas dire qu’elles se lamentent, pour l’une d’entre elles au moins, en attendant de savoir si Henri Leclaire rejoindra Francis Heaulme sur le banc des accusés pour répondre des meurtres d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining, commis en septembre 1986. Aujourd’hui, l’épreuve du temps fait même peser des doutes sur la présence du routard du crime lors du prochain procès…

Si on reprend les choses de façon chronologique, Francis Heaulme a été renvoyé devant les assises en 2013. Les charges sont nombreuses : des confidences à des codétenus, les croquis des lieux… Lors du procès d’avril 2014, les débats se concentrent pourtant sur Henri Leclaire, le premier homme à avoir avoué les faits avant d’être mis hors de cause.

De nouveaux témoignages fragilisent sa position. Renvoi du procès, ouverture d’information judiciaire et mise en examen. Cela devait aller vite : cela a mis un an et demi pour aboutir à sa mise hors de cause par la chambre de l’instruction de Metz, alors que les magistrats instructeurs voulaient le voir jugé.

Deux infarctus et des pathologies lourdes

Dans la logique qui est la sienne depuis 2008 – sans elle, le cas Heaulme serait enterré depuis longtemps –, Chantal Beining, la mère de Cyril, a décidé de se pourvoir en cassation. On en est là, aujourd’hui.

Le parquet général de Metz avait pris ses dispositions pour un procès en mars 2017. On sait depuis cette semaine que c’est râpé : l’examen du pourvoi sera seulement effectué le 17 février. Cela renvoie le procès à la rentrée suivante.

Si tout va bien… « J’ai vu mon client jeudi. Physiquement, Francis Heaulme décline. Les délais s’allongent encore. Je ne sais pas s’il pourra assister aux débats », prévient Me Liliane Glock.
Incarcéré à Ensisheim (Alsace), le tueur en série de 57 ans – il est en prison depuis 1992 – a subi ces derniers mois deux infarctus. « Les pathologies sont lourdes. » On craignait pour l’état de santé de certaines parties civiles. Ces craintes s’amoncellent dorénavant au-dessus de l’accusé.

Dans une procédure malmenée par la justice depuis trente ans, la perspective d’un procès de Francis Heaulme sans Francis Heaulme « est une peur énorme pour ma cliente , réagit Me Dominique Boh-Petit. Madame Beining tient le coup parce qu’elle attend que ces hommes s’expliquent. » Si Francis Heaulme décédait, « ce serait une catastrophe ».

Me Glock : « S’il ne résiste pas, il resterait comme l’éternel coupable. Ce n’est pas ce que mon client souhaite. Il espère être jugé. » En sera-t-il capable?

Avocat d’Henri Leclaire, Me Thomas Hellenbrand attend, comme tout le monde. En se montrant grinçant : « Ces délais ne sont plus compréhensibles pour une famille de victime ou pour quelqu’un qui a été livré en pâture depuis trente ans, comme l’a été mon client… »
Kevin Grethen et Éric Nicolas (Le Républicain lorrain)
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/10/2016 12:35  Mis à jour: 08/10/2016 12:36
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich ; VIDEO. Cyril et Alexandre : 30 ans de quête et pas de vérité!
C’est une funeste date. Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, ont été tués à coups de pierres le 28 septembre 1986 à Montigny-lès-Metz. Le départ d’une odyssée judiciaire vertigineuse. Trente ans de mystère.


Elle a porté de nombreux noms. L’affaire Dils, l’affaire Heaulme, l’affaire Heaulme-Leclaire. Elle a été aussi affublée de plusieurs qualificatifs. Les plus utilisés : le désastre ou le mystère de Montigny-lès-Metz… C’est dire s’il s’est passé des choses, depuis la découverte des corps suppliciés de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, en haut du talus SNCF de la rue Venizelos, à Montigny-lès-Metz. C’était le 28 septembre 1986. C’était il y a trente ans.

Dans la mémoire judiciaire, il y a l’affaire Grégory. Et celle de Montigny-lès-Metz. Les ressorts sont différents mais toutes deux gardent un côté énigmatique qui fascine les observateurs et décourage les familles touchées.

Montigny-lès-Metz, c’est d’abord l’horreur. Le meurtre à coups de pierres de deux gamins de 8 ans qui se connaissaient à peine. C’est ensuite l’une des plus graves erreurs judiciaires de l’histoire. Elle est incarnée par le visage d’un adolescent de 16 ans, devenu homme en prison à cause d’un crime qu’il n’a pu commettre. Quand les enfants ont rencontré leur bourreau, Patrick Dils roulait avec ses parents sur les routes de Meuse.

L’ado était absent mais il a avoué. Et plusieurs fois. Ses mots ont tout emporté, la conviction des parties civiles comme celle de la justice, qui le condamne en 1989 à la perpétuité. Puis une deuxième fois en 2001. Il a été acquitté en 2002, lors de son troisième procès.

En 2017, il faut l’espérer, les familles Beining et Beckrich vivront leur cinquième procès après l’acte manqué de 2014. Un parcours hors-norme sans que l’on sache combien d’hommes seront présents dans le box des accusés.

« On a condamné pour moins que ça »

Francis Heaulme, c’est certain. Le routard du crime a été renvoyé devant les assises de la Moselle en 2013. Sa présence avérée sur les lieux a servi la cause de Patrick Dils.

« Mais il n’y a pas que ça dans le dossier. On a condamné pour beaucoup moins que cela », grince Me Dominique Boh-Petit, avocate de Chantal Beining.

La liste des éléments à charge contre le tueur en série est longue : des confidences au gendarme Abgrall aux croquis ultra-précis de la scène de crime, en passant par certaines discussions avec des codétenus, au cours desquelles il évoque Montigny, Francis Heaulme n’apparaît jamais bien loin. La défense répond avec fermeté qu’il n’y a rien de « déterminant ».

Aucun élément matériel irréfutable, c’est vrai. Les scellés ont été détruits à une époque où l’on pensait le dossier réglé…

Francis Heaulme sera-t-il accompagné, durant le procès, par Henri Leclaire ? La menace s’est éloignée cet été pour ce sexagénaire qui avait avoué le crime en décembre 1986, « un temps où on connaît la valeur des aveux » conteste son avocat, Me Thomas Hellenbrand. La chambre de l’instruction de Metz a infirmé l’ordonnance de renvoi des juges d’instruction.

Cet homme n’est pas encore tout à fait tiré d’affaire puisque Chantal Beining s’est pourvue en cassation. Avec le même état d’esprit qui la guide depuis la fin des années 2000.

« Si je n’avais pas fait appel pour Heaulme, le dossier serait mort. Il n’y aurait pas de procès, plus rien. Alors pour Henri Leclaire, je veux aller jusqu’au bout de ce que je peux faire. » Aller au bout des choses. Après trente ans de souffrances, l’attente apparaît légitime.


Trente ans après, Jacques Pradel revient sur l... par republicain-lorrain


Jacques Pradel: "Je me suis vraiment plongé... par republicain-lorrain
Répondre
Visiteurs
Posté le: 29/09/2016 17:23  Mis à jour: 05/10/2016 09:26
 double meurtre de Montigny lès Metz L'heure du crime 2
Répondre
Visiteurs
Posté le: 29/09/2016 17:21  Mis à jour: 05/10/2016 09:25
 double meurtre de Montigny lès Metz : L'heure du crime
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/09/2016 16:10  Mis à jour: 26/09/2016 16:10
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : : en partenariat avec RTL, un supplément exceptionnel revient sur trente ans d’impasse judiciaire !( Vidéo)
Le double meurtre de Montigny-lès-Metz a 30 ans, ce mercredi 28 septembre 2016. Le Républicain Lorrain, L’Est Républicain et Vosges Matin publient à cette occasion un supplément exceptionnel de 48 pages qui revient sur cette épopée judiciaire hors normes.

Depuis Patrick Dils, plus jeune condamné à la perpétuité en Europe à la fin des années 90 avant d’être innocenté en 2002 après quinze ans de prison, à Francis Heaulme, dont l’ombre plane sur le dossier et qui sera jugé pour ces faits dans les prochains mois, ce supplément est un retour en profondeur dans les coulisses d’une affaire criminelle historique.

Jacques Pradel consacrera deux émissions spéciales cette semaine à cette affaire-clé des annales judiciaires lorraines (l’heure du crime, de 14h à 15h sur RTL), en direct depuis les locaux du Républicain Lorrain, mercredi.

Trente ans après, Jacques Pradel revient sur l'affaire de Montigny-lès-Metz
Reposter
Le Républicain Lorrain


Trente ans après, Jacques Pradel revient sur l... par republicain-lorrain
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/09/2016 13:02  Mis à jour: 23/09/2016 13:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Qui a tué à coups de pierres Cyril et Alexandre près de Metz ? Trente ans après la justice cherche encore, mais la question pourrait rester sans réponse, faute de preuves.
Image redimensionnée

Henri Leclaire va rejoindre Francis Heaulme, ‘le routard du crime’ sur le banc des accusés lors d’un procès à la date encore inconnue.

"Nous ne saurons jamais la vérité, je ne me fais aucune illusion", soupire Dominique Rondu, avocat de la grand-mère d'Alexandre Beckrich depuis 1986. Il sera encore à ses côtés pour le 5e procès consacré à ce double meurtre, qui devrait se tenir en 2017, avec le tueur en série Francis Heaulme dans le box des accusés.

"L'expérience de ce dossier nous amène à avoir l'exigence de la preuve" ajoute l'avocat, qui décrit les multiples rebondissement de l'affaire comme "autant d'étapes du chemin de croix que vivent les familles" Beckrich et Beining.

De 1986 à 2002, pourtant, on croyait tenir le coupable: Patrick Dils, grand et gauche adolescent, arrêté quelques mois après les faits. Voisin des victimes, le jeune homme de 16 ans (et 8 d'âge mental selon les experts) avoue les avoir tués après des dizaines d'heures de garde-à-vue éprouvantes, qu'il racontera dans un livre à sa sortie de prison.
Dils a beau revenir sur ses aveux, il est condamné deux fois - en 1989 à perpétuité, puis en 2001 à 25 ans de réclusion criminelle. Mais en 2002, il comparaît une troisième fois: la présence du "Routard du crime" Francis Heaulme à Montigny-lès-Metz ce dimanche de septembre 1986 a poussé la justice à rouvrir le dossier. Le double meurtre porte la "quasi signature criminelle" de Heaulme, selon les enquêteurs.

Patrick Dils en sort finalement acquitté, blanchi par de nouvelles investigations concluant qu'il lui était matériellement impossible d'être sur le talus à l'heure supposée du crime.

Les corps de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, sont découverts à Montigny-lès-Metz (Moselle), le crâne fracassé à coups de pierres, sur le talus longeant une voie ferrée.​

Un "tremblement de terre" dont Me Rondu et sa cliente ne se sont pas tout à fait remis. "On l'a d'autant moins compris qu'il était dû a la présence de Francis Heaulme sur les lieux, mais on n'en savait pas plus. Il n'y avait pas plus de certitudes que Francis Heaulme ait pu monter sur le talus et qu'il ait tué les enfants".

Il n'y a pas vraiment de preuve non plus: quand le nom de Heaulme arrive dans le dossier, "tous les scellés ont été détruits", résume Liliane Glock, son avocate.
Les négatifs des photos de la scène de crime, ou la trace d'une main ensanglantée sur un wagon, ont disparu.

Sans compter les preuves manquantes dès les premières heures: les vêtements des deux petits garçons n'ont pas été mis sous scellés, le médecin légiste n'a pas mesuré précisément la température de leurs corps...

Si les scellés avaient été conservés on aurait aujourd'hui pu "trouver, ou non, l'ADN de Heaulme", souligne Me Glock, qui "ne peut qu'espérer" que la vérité éclate un jour. En 2017 ?

On ignore encore si Francis Heaulme sera seul dans le box des accusés: à ses côtés pourrait prendre place Henri Leclaire. Cet ex-manutentionnaire travaillait dans une imprimerie à deux pas des lieux du meurtre et avait pour habitude de houspiller les enfants qui venaient y jouer. Premier à faire des aveux en 1986, il s'était finalement rétracté, et les enquêteurs avaient abandonné cette piste.
Revenu dans le dossier en 2014 à l'occasion du premier procès Heaulme, mais comme témoin, il était devenu suspect après deux témoignages de dernière minute.

Balayée par la chambre de l'instruction, "l'hypothèse Leclaire" est aujourd'hui entre les mains de la cour de cassation.


Si Heaulme est seul face aux jurés, alors la justice "sera tributaire de la parole d'un homme au développement psychique différent du nôtre", prévient l'ancien gendarme Jean-François Abgrall, celui qui, le premier, avait fait tomber le tueur en série.

"Il ne sera pas dans l'aveu, parce qu'avouer c'est un peu demander pardon", continue l'ancien enquêteur qui a passé des années à traquer les meurtres que le tueur n'a jamais avoués - mais pour 9 desquels il a été condamné. "Dans sa structure mentale, (Heaulme) n'a ni la notion d'empathie ni celle d'affect".

Ce qui amenuise, pour les familles, l'espoir d'entendre des aveux, et de pouvoir connaître, 30 ans après, le nom du meurtrier de leur enfant.

AFP & http://loractu.fr/
Répondre
Visiteurs
Posté le: 04/08/2016 23:50  Mis à jour: 05/08/2016 12:28
 Meurtres de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : "Les orages de la vie de Patrick Dils" REPLAY .
Bonsoir,
On peut voir cette vidéo ici:
http://www.rtl.be/rtltvi/video/534808.aspx

************************
Bonjour visiteur , GRAND MERCI !
**********************************




Les orages de la vie de Patrick Dils
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/08/2016 15:37  Mis à jour: 03/08/2016 15:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. W9 vidéo :que devient Patrick Dils incarcéré à tort pour le meurtre de deux enfants ?
Par Sylvia De Abreu Le 03 août 2016 http://www.telestar.fr/

Après des aveux "suggérés" sur les meurtres de deux garçons, Patrick Dils a passé quinze ans en prison puis a été acquitté… Une histoire relatée ce mardi 2 août sur W9 dans le doc "Les Orages de la vie".


Image redimensionnée

Patrick Dils : portrait d'une erreur judiciaire
Après 15 ans de prison pour des meurtres dont il a été blanchi, Patrick Dils tente de reconstruire sa vie.


"C'est terrible de se retrouver du jour au lendemain accusé du meurtre de deux enfants alors qu'on n'a rien fait. Et qu'on est soi-même encore un enfant." Patrick Dils a 16 ans , le 28 avril 1987, lorsqu'il est arrêté pour les meurtres de Cyril et d'Alexandre, 8 ans, dont on a retrouvé les corps fracassés à Montigny-lès-Metz (Moselle), sept mois auparavant. Deux jours plus tard, au terme d'une garde à vue éprouvante, il signe des aveux "circonstanciés" mais se rétractera par la suite.

Condamné à perpétuité, en 1989, Patrick Dils passera quinze ans en prison, clamant son innocence et insistant sur le fait que les aveux lui ont été "suggérés" lors de sa garde à vue. "Pendant l'interrogatoire, ils me disaient : "Alors, ces enfants, ils se sont peut-être moqués de toi, et toi tu as pris une pierre pour leur faire peur... C'est un accident, ça s'explique... Ce soir, tu rentres chez toi et demain tu retournes travailler."" Il lui faudra attendre son troisième procès d'assises pour obtenir, en 2002, son acquittement.

De ses années d'incarcération, Patrick Dils retient la violence : "Dans les premiers temps, il y a eu le racket. Puis le tabassage. Puis les viols . Pendant un an, par deux détenus. L'un faisait le guet pendant que l'autre me violait. Je n'avais jamais eu de rapports sexuels avant ma détention." Aujourd'hui, Patrick Dils a 46 ans. Marqué à vie par la prison, il se reconstruit enfin auprès de sa femme, Anaïs, qui, elle aussi, a subi des violences sexuelles dans son enfance. Ensemble, ils se sont installés dans la région bordelaise et ont eu une petite fille. "Elle est ma joie de vivre, sans elle, je ne suis rien", résume-t-il. L'affaire de Montigny, il en suit les derniers rebondissements, bien sûr, même si, comme il le confie, il a son opinion sur l'identité du coupable. Comme les parents des victimes, il attend désormais le prochain procès d'assises où comparaîtra, a priori seul, Francis Heaulme .

Thierry Ardisson interview Patrick Dils

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 12/07/2016 12:06  Mis à jour: 12/07/2016 12:06
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : La mère de l'un de deux petits garçons tués en 1986 sur un talus à Montigny-lès-Metz s'est pourvu en cassation contre le blanchiment d'Henri Leclaire par la chambre de l'instruction de Metz.
La mère de l'un de deux petits garçons tués en 1986 sur un talus à Montigny-lès-Metz s'est pourvu en cassation contre le blanchiment d'Henri Leclaire par la chambre de l'instruction de Metz, a-t-on appris mardi auprès de son avocate. Mme Beining, dont le fils, Cyril, a été tué le 28 septembre 1986 à coups de pierre, a saisi mardi la Cour de cassation, a indiqué Me Dominique Boh-Petit, confirmant une information du Républicain Lorrain.

Jeudi, la chambre de l'instruction avait renoncé à renvoyer devant les assises Henri Leclaire, un ex-manutentionnaire de 67 ans dont le nom est apparu plusieurs fois dans le dossier du meurtre des deux garçons de 8 ans dans cette commune de la banlieue de Metz. M. Leclaire était mis en examen depuis 2014 et la suspension du procès du suspect numéro un: Francis Heaulme, le "routard du crime", dont la présence a été attestée près du talus de Montigny.

Des témoignages de dernière minute avaient poussé la cour à suspendre le procès - le 4e dans ce dossier qui a vu condamner puis innocenter, après 15 ans de prison, Patrick Dils. Si la Cour de cassation donne raison à Mme Beining, Francis Heaulme, toujours mis en examen, pourrait encore partager le box avec Henri Leclaire.

Près de 30 ans après les faits, Mme Beining ne craint pas de perdre de nouvelles années, a indiqué son avocate. Dans un entretien au Républicain Lorrain, la mère de Cyril explique qu'elle ne pense pas que le meurtre des garçons ait pu être perpétré par une personne seule. Une hypothèse que la chambre de l'instruction avait balayée, selon des déclarations des avocats à la sortie de l'audience, estimant qu'il ne s'agissait que d'une hypothèse "journalistique" et qu'elle n'avait pas à "se prononcer sur une fiction".

(Avec AFP) http://loractu.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/07/2016 19:24  Mis à jour: 07/07/2016 19:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : "Francis Heaulme aurait souhaité que Henri Leclaire soit dans le box avec lui".
Liliane Glock, l'avocate du "routard du crime", réagit pour francetv info à la décision de la chambre de l'instruction de ne pas renvoyer Henri Leclaire devant la justice.

Trente ans et quatre procès après les faits, Francis Heaulme sera finalement jugé seul pour le double crime de Montigny-lès-Metz. Saisie en appel, la chambre de l'instruction a décidé, jeudi 7 juillet, de ne pas renvoyer devant la justice Henri Leclaire, un homme dont le nom apparaît depuis le début dans l'affaire.

Cet ex-manutentionnaire est le premier homme à s'être accusé du meurtre des petits Cyril Beining et Alexandre Beckrich le dimanche 28 septembre 1986. Mais il s'est rétracté peu de temps après ses aveux et, depuis, il nie en bloc. Mais Francis Heaulme, le "routard du crime", l'accuse depuis l'acquittement définitif de Patrick Dils en 2002 lors d'un procès en révision, qui annulait sa double condamnation dans cette affaire.

Mis en examen en 2006, Francis Heaulme a reconnu sa présence sur les lieux du meurtre qui porte, selon les enquêteurs, sa "quasi signature criminelle". Il a comparu devant les assises de la Moselle au printemps 2014. Mais le procès avait été renvoyé au bout de deux jours, de nouveaux témoignages incriminant Henri Leclaire, cité comme simple témoin. L'avocate de Francis Heaulme, Liliane Glock, réagit pour francetv info à cet énième rebondissement.

Francetv info : Craignez-vous une redite du procès avorté de 2014 ?

Liliane Glock : Les mêmes causes devraient produire les mêmes effets. Il y a quand même de grandes chances qu'Henri Leclaire soit de nouveau là comme témoin. Il est mis en cause dans de telles conditions qu'il est forcément suspect. La justice devrait lui donner l'occasion de se blanchir.

Quelle est la position de Francis Heaulme, qui persiste à nier ce double crime ?

Je l'ai au téléphone une fois par semaine et je peux vous dire qu'il ne va pas être content de cette décision. Il aurait souhaité qu'Henri Leclaire soit dans le box avec lui. Ce dernier a été mis en examen en 2014 puis renvoyé devant les assises, contre l'avis du parquet. Son avocat a fait appel et finalement le voilà de nouveau mis hors de cause. Cette procédure viole les droits de la défense de Francis Heaulme. Je n'y ai jamais eu accès alors que cela aurait pu dédouaner mon client.

Il a fallu attendre deux ans pour savoir si Henri Leclaire serait jugé. La justice n'a-t-elle pas perdu beaucoup trop de temps dans cette affaire ?

C'est le moins que l'on puisse dire. Cette année, cela fait trente ans que les petits Cyril Beining et Alexandre Beckrich ont été tués. Si le procès a lieu l'année prochaine, cela fera plus de trente ans ! On marche sur la tête.

Peut-on encore espérer une manifestation de la vérité après un délai aussi long ?

La justice veut à tout prix continuer mais elle a détruit les scellés, juste après la dernière demande de révision de Patrick Dils. Là aussi, il y a une logique qui m'échappe. Pour justifier ses erreurs, on les perpétue.

Francis Heaulme a déjà été condamné sept fois pour neuf meurtres, dont deux fois à la perpétuité. Ce procès représente-t-il pour lui un réel enjeu ?

C'est la dernière affaire pour laquelle il doit être jugé. Francis Heaulme est le bouc-émissaire idéal. Le rôle de ses complices présumés a toujours été sous-estimé. Mais l'enjeu, il est surtout pour la justice messine. Ce qui va être examiné à la loupe, c'est son fonctionnement et ses revirements dans ce dossier. Je me demande si je ne vais pas demander la délocalisation du futur procès pour la sérénité des débats.

http://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/07/2016 12:15  Mis à jour: 07/07/2016 12:15
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Francis Heaulme sera jugé seul.
Henri Leclaire n’est finalement pas renvoyé devant les assises dans l’affaire du meurtre de deux petits garçons à Montigny-lès-Metz (Moselle) et le tueur en série Francis Heaulme se retrouvera donc seul dans le box des accusés.

Saisie en appel, la chambre de l’instruction a renoncé à renvoyer devant les assises l’ex-manutentionnaire de 67 ans, dont le nom n’a cessé de refaire surface dans le dossier du meurtre de deux garçons de 8 ans en 1986 dans cette commune de la banlieue de Metz.

La fin d'un long calvaire pour Leclaire

«La mise hors de cause d’Henri Leclaire est totale, c’est pour lui la fin d’un long calvaire», s’est réjoui son avocat, Me Thomas Hellenbrand.
Ce dernier avait interjeté appel d’une première décision, le 20 avril, des juges d’instruction qui, contre l’avis du parquet, avaient décidé de renvoyer Henri Leclaire aux côtés de Francis Heaulme devant les assises de Moselle.

Deux enfants tués à coups de pierre en 1986
Henri Leclaire avait été le premier à avouer en 1986 le meurtre d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, morts le crâne enfoncé à coups de pierre sur un talus SNCF sur lequel ils jouaient à Montigny-lès-Metz. Mais il s’était rapidement rétracté.

Les enquêteurs l’avaient blanchi, relevant des inexactitudes dans ses déclarations. Une reconstitution avait aussi penché en sa faveur, les policiers estimant que sa corpulence l’empêchait de monter le talus.

Quelques mois plus tard, un adolescent de 16 ans, Patrick Dils, était arrêté, puis condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Premier mineur à écoper d’une telle peine, il fut, en 2001, l’un des rares détenus français à bénéficier d’une procédure de révision, qui aboutit à son acquittement.

Leclaire ensanglanté?

La présence du tueur en série Francis Heaulme à proximité du lieu du crime le jour du meurtre, le 28 septembre 1986, avait été un élément clef de cet acquittement.
Mais lorsqu’il a été entendu sur l’affaire, le «routard du crime» - qui n’a jamais avoué celui-là - a mis en cause Henri Leclaire : il l’aurait vu, ensanglanté, à proximité des lieux du crime ce même 28 septembre 1986.

Ces accusations n’ont pas suffi pour incriminer M. Leclaire qui a bénéficié d’un non-lieu. Et Francis Heaulme a finalement comparu seul, le 31 mars 2014, devant les assises de la Moselle.

Heaulme déjà condamné 7 fois pour meurtre
Mais le procès a été ajourné dès le deuxième jour d’audience, après des témoignages de dernière minute incriminant à nouveau Henri Leclaire.

Il y avait celui d’une femme devant laquelle il aurait évoqué l’affaire de Montigny après lui avoir livré ses courses, expliquant avoir «attrapé» les enfants, mais pas les avoir tués. Et le récit d’un cheminot, qui s’est souvenu avoir vu un homme «ressemblant à 90%» à M. Leclaire, les vêtements ensanglantés, le jour du double meurtre.

Déjà condamné sept fois pour neuf meurtres, dont deux fois à la perpétuité, Francis Heaulme avait à l’audience réitéré ses accusations contre Henri Leclaire, soutenant l’avoir aperçu en train de descendre le talus en courant, les vêtements en sang.

"Une fiction" selon la justice
Les deux hommes auraient-ils pu commettre le crime ensemble? La chambre de l’instruction a estimé jeudi qu’il ne s’agissait que d’une hypothèse «journalistique» et qu’elle n’avait pas à «se prononcer sur une fiction», ont rapporté les avocats à l’issue de l’audience.

Les témoignages qui avaient conduit à la suspension du procès et à une nouvelle mise en examen d’Henri Leclaire ne sont que «des témoignages grand-guignolesques de gens peu sérieux qui sont venus pendant deux ans brouiller les cartes, faire souffrir les parents des victimes», a commenté jeudi Me Hellenbrand


http://www.lalsace.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/07/2016 13:50  Mis à jour: 05/07/2016 13:50
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : : un ou deux accusés dans le box?
MONTIGNY-LES-METZ - La justice décidera jeudi en appel si Henri Leclaire doit ou non comparaître avec Francis Heaulme pour le meurtre de deux petits garçons commis en 1986.

Aussi petit et trapu que Francis Heaulme est grand et sec, Henri Leclaire, ex-manutentionnaire de 67 ans, est mis en examen depuis août 2014 dans cette affaire où son nom n'a cessé de revenir par intermittence. Henri Leclaire avait été le premier à avouer le meurtre d'Alexandre Bekrich et Cyril Beining, tués à coups de pierre sur un talus SNCF où ils jouaient à Montigny-lès-Metz, le 28 septembre 1986. Arrêté en décembre 1986, il s'était rétracté et avait été rapidement blanchi par les enquêteurs. Après avoir recueilli d'un nouveau suspect d'autres «aveux» qui se révéleront des affabulations, les enquêteurs mettent la main quelques mois plus tard sur Patrick Dils, un garçon de 16 ans qui passera lui aussi aux aveux avant de se rétracter. Ce jeune homme passera quinze ans derrière les barreaux avant d'être acquitté en 2002 au bout de trois procès d'assises.

Entre-temps la présence de Francis Heaulme sur les lieux du crime a pu être avérée, grâce notamment aux recherches du gendarme Jean-François Abgrall, qui avait débusqué le «routard du crime». Heaulme finit par comparaître le 31 mars 2014 devant les assises de Moselle pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz. L'enquête a été compliquée par la destruction de plusieurs scellés. Et le procès est ajourné dès le deuxième jour d'audience, après l'audition de nouveaux témoins incriminant Henri Leclaire.

Les aveux étaient «des conneries»

Parmi eux, une femme devant laquelle il aurait évoqué l'affaire de Montigny après lui avoir livré ses courses. «Il s'était mis à crier et gesticuler comme s'il se trouvait devant les gosses», puis avait raconté les avoir attrapés, mais «répété qu'il ne les avait pas tués», a-t-elle dit à la barre. Vient s'y ajouter le récit d'un cheminot, qui affirme avoir vu un homme «ressemblant à 90%» à M. Leclaire, les vêtements ensanglantés, le jour du double meurtre.

Contre l'avis du parquet, la chambre d'instruction avait décidé le 20 avril dernier de renvoyer Henri Leclaire devant les assises. Mais son avocat, Me Thomas Hellenbrand, a fait appel. «Dans ce dossier qui va d'erreur en erreur, on en arrive encore à faire perdre deux ans aux familles», déplore l'avocat, qui accuse ces témoignages d'être aussi peu fiables que la série d'aveux recueillis par les enquêteurs. Dans une rare interview accordée à France 2, en 2001, Henri Leclaire a dit que ses aveux étaient «des conneries que j'ai racontées pour qu'ils [les policiers] arrêtent de m'emmerder».

Heaulme «brouille les pistes»

Francis Heaulme, lui, n'a jamais avoué le meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, mais il reconnaît avoir été sur les lieux du crime. Aux enquêteurs, il explique avoir vu les deux petits garçons lancer des cailloux. Au retour, il assure les avoir trouvés morts et avoir vu Henri Leclaire, tâché de sang, descendre le talus. Francis Heaulme avait déjà évoqué le nom d'Henri Leclaire une première fois en 1989: alors qu'il est interrogé sur le meurtre d'une femme sur une plage en Bretagne, «il dit qu'il était avec Henri Leclaire sur la plage», se souvient Jean-François Abgrall.

À l'époque le gendarme ne fait pas le lien. Mais il remarque aussi que de nombreux détails et noms mentionnés par le tueur en série se rapportent à des faits réels issus d'autres affaires. «Francis Heaulme ne ment pas. Il brouille les pistes: pour lui, mentir, c'est mélanger des éléments qui se sont passés à droite et à gauche», dit-il. Pendant près de 10 ans, Jean-François Abgrall n'a su que faire du nom de Leclaire. Jusqu'à ce qu'une avocate de Patrick Dils le contacte et permette de faire le lien entre Heaulme et Montigny-lès-Metz. Jeudi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Metz dira si elle confirme ou si elle renonce à ce que Leclaire comparaisse aux côtés du «routard du crime».

(L'essentiel/AFP) http://www.lessentiel.lu/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/06/2016 15:42  Mis à jour: 07/06/2016 15:43
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich :La chambre de l'instruction se prononcera le 7/7sur le renvoi ou non d'Henri Leclaire devant les assises .
La chambre de l'instruction de Metz, saisie en appel, se prononcera le 7 juillet sur le renvoi ou non d'Henri Leclaire devant les assises aux côtés de Francis Heaulme pour le meurtre de deux enfants. en 1986 à Montigny-lès-Metz (Moselle). "On espère que le 7 juillet mettra un point final à la mise en cause d'Henri Leclaire", a déclaré mardi à l'issue de l'audience Me Thomas Hellenbrand, l'avocat d'Henri Leclaire, qui avait fait appel de la première décision des juges de renvoyer l'ex-manutentionnaire devant les assises.

En première instance, les juges avaient décidé de renvoyer M. Leclaire devant les assises, contre les réquisitions du parquet qui a une nouvelle fois plaidé mardi pour un non lieu en faveur de M. Leclaire. L'ex-manutentionnaire de 67 ans est mis en examen depuis août 2014 dans cette affaire qui a vu condamner deux fois puis innocenter Patrick Dils, avant que Francis Heaulme ne devienne le suspect numéro un.

Aujourd'hui, la mère de Cyril, Mme Beining, "aimerait que la justice ait le souci de faire en sorte qu'un procès soit organisé, que tout le monde puisse être entendu, et qu'enfin, enfin, au bout de 30 ans, on sache", a déclaré son avocate, Me Dominique Boh-Petit.

AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/06/2016 11:51  Mis à jour: 07/06/2016 11:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich :les juges se penchent sur le renvoi aux assises d'Henri Leclaire.
Image redimensionnée


Les juges de la chambre de l'instruction de Metz se penchent mardi en appel sur le renvoi ou non d'Henri Leclaire aux assises, au côté de Francis Heaulme, pour le meurtre de deux enfants en 1986 à Montigny-lès-Metz (Moselle).

Henri Leclaire, ex-manutentionnaire de 67 ans, est mis en examen depuis août 2014 dans cette affaire de plus de trente ans qui a vu condamner deux fois puis innocenter Patrick Dils, avant que Francis Heaulme ne devienne le suspect numéro un.

M. Leclaire, qui travaillait non loin du talus sur lequel Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, avaient été retrouvés le crâne enfoncé à coups de pierre dans la soirée du 28 septembre 1986, n'est pas un inconnu de la procédure: il avait été le premier à faire des aveux, un peu plus de deux mois après les faits.

Mais il s'était rétracté et les enquêteurs, constatant ce qu'ils considéraient comme des incohérences dans son récit, avaient fini par le relâcher.

Mais 28 ans plus tard, lors du procès de Francis Heaulme, dont la présence non loin des lieux du crime avait été établie dans les années 1990, un témoignage de dernière minute avait fait peser des "indices graves et concordants" sur Henri Leclaire.

C'est Marie-Christine Blindauer, clerc d'avocat de 51 ans, qui avait fait basculer l'audience: en 2012, alors qu'il lui livrait des courses, M. Leclaire aurait évoqué l'affaire de Montigny, avait-elle dit à la cour.

"Il s'était ensuite mis à crier et gesticuler comme s'il se trouvait devant les gosses", selon elle, puis avait raconté les avoir attrapés car ceux-ci "gênaient son travail" et l'"horripilaient", tout en répétant "qu'il ne les avait pas tués".

Au deuxième jour des débats, le procès avait été suspendu, et un supplément d'information ordonné.
Dix-huit mois plus tard, et contre les réquisitions du parquet, les juges ont décidé de renvoyer M. Leclaire devant les assises. Décision dont son avocat, Me Thomas Hellenbrand, a fait appel.

http://loractu.fr/flash/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/05/2016 17:05  Mis à jour: 06/05/2016 17:05
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : VIDEO. Envoyé spécial. Montigny-lès-Metz : le témoin qui a fait basculer l'affaire!
Henri Leclaire lui livrait régulièrement ses courses. Un soir, Marie-Christine Blindauer a parlé avec lui du double meurtre. Il a reconnu avoir molesté les enfants assassinés en 1986... Ce témoignage est de ceux qui ont fait basculer l'affaire de Montigny-lès-Metz. Extrait d'"Envoyé spécial".


Envoyé spécial. Montigny-Lès-Metz: Le témoin qui a fait basculer l'affaire

"Ils ont compris la leçon" : Henri Leclaire parle des deux enfants assassinés à Montigny-lès-Mets en 1986. Nous sommes en 2013 et il s'adresse à Marie-Christine Blindauer, chez qui il livre parfois les courses.

Bientôt aux assises pour meurtre

Pour "Envoyé spécial", elle raconte : "Il m'explique tout naturellement [...] qu'il en avait ras le bol des enfants qui venaient gêner son travail, [...] qu'il leur court après. Et là, il commence vraiment à s'énerver, à devenir tout rouge [...]. Et je comprends qu'il a été violent avec les enfants, il me le mime, il le dit avec ses mots [...], il continue à les insulter en mimant la scène. Je commence à avoir peur [...]. Cet homme-là, c'est peut-être le criminel. Je lui ai dit 'mais vous les avez blessés ?' et il me dit: 'ils ont compris la leçon mais ce n'est pas moi qui les ai tués'."

En 2014 l'instruction est rouverte et les juges décident d'envoyer Henri Leclaire devant les assises. Pour meurtre.

Extrait du reportage "Un suspect oublié", d'Emmanuel Charlot, diffusé dans "Envoyé spécial".
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/05/2016 13:15  Mis à jour: 06/05/2016 13:15
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re :REPLAY : FR 2 : C'est l'un des faits divers les plus mystérieux de ces trente dernières années : l'affaire de Montigny-lès-Metz.

Envoyé spécial. Un suspect oublié ?

C'est l'un des faits divers les plus mystérieux de ces trente dernières années : l'affaire de Montigny-lès-Metz.
Le 28 septembre 1986, deux garçons de 8 ans sont tués à coups de pierre, le long d'une voie ferrée. Et si cette enquête était sur le point d'être résolue ?
Pour ce crime, Patrick Dils a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité et a passé 15 ans derrière les barreaux avant d’être innocenté, après la mise en accusation du tueur en série Francis Heaulme.
Mais Heaulme ne sera peut-être pas seul dans le box des accusés. Il y a deux semaines, les juges du tribunal de Metz ont décidé de renvoyer un deuxième homme devant la Cour d’Assises.
Il s'appelle Henri Leclaire, c'est un manutentionnaire à la retraite, qui a toujours vécu à Montigny-lès-Metz.
Nous avons rencontré des témoins exclusifs, et ceux dont la vie a basculé ce dimanche d'automne 1986 et qui attendent toujours des réponses de la justice. Pour les familles des victimes, ce sera le 5ème procès.

Un reportage d'Emmanuel Charlot, Romain Hamdane, Mathieu Huou, François Darmigny, Patrice Douriaux, Stéphanie Miroy, Gilles Pénichon et Olivier Dhuy.

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/05/2016 15:44  Mis à jour: 05/05/2016 15:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Annonce : FR 2 , Ce jeudi 5 mai 2016 à 20h55 : Envoyé Spécial, l'affaire de Montigny-lès-Metz.
Ce jeudi 5 mai 2016 à 20h55 sur France 2, Envoyé Spécial, un magazine de la rédaction dirigé et présenté par Guilaine Chenu et Françoise Joly.



La fracture numérique : des français au bout du réseau.

Un reportage de Perrine Bonnet et Laura Aguire de Carcer.

Hors des villes, ils se sentent oubliés, abandonnés. Lignes téléphoniques en panne, connections Internet défaillantes, réseaux mobile inexistant, les Français seraient-ils des citoyens de seconde zone et l’Etat peut-il leur apporter des solutions ?



[b]Un suspect oublié ?

Un reportage d'Emmanuel Charlot.

C'est l'un des faits divers les plus mystérieux de ces trente dernières années : l'affaire de Montigny-lès-Metz. Le 28 septembre 1986, deux garçons de 8 ans sont tués à coups de pierre, le long d'une voie ferrée.

Et si cette enquête était sur le point d'être résolue ? Pour ce crime, Patrick Dils a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité et a passé 15 ans derrière les barreaux avant d’être innocenté, après la mise en accusation du tueur en série Francis Heaulme. Mais Heaulme ne sera peut-être pas seul dans le box des accusés. Il y a deux semaines, les juges du tribunal de Metz ont décidé de renvoyer un deuxième homme devant la Cour d’Assises. Il s'appelle Henri Leclaire, c'est un manutentionnaire à la retraite, qui a toujours vécu à Montigny-lès-Metz.

L'équipe de ce reportage a rencontré des témoins exclusifs, et ceux dont la vie a basculé ce dimanche d'automne 1986 et qui attendent toujours des réponses de la justice. Pour les familles des victimes, ce sera le 5ème procès.



L'Egypte des disparus.

Un reportage de Pierre Monégier et Christophe Kenck.

Ils sont Egyptiens mais aussi Français ou Italiens, certains sont arrêtés puis disparaissent, d’autres sont torturés jusqu’à la mort. Que se passe-t-il en Egypte ?[/b]



Tango sur ordonnance.

Un reportage d’Alice Gauvin, Alexis Jacquet et Tatiana Daligault.

Des pas de tango pour faire reculer la maladie. C’est la danse de la sensualité par excellence, c’est devenu une thérapie pour des malades dont les gestes se figent pourtant jour après jour, ceux qui souffrent de Parkinson. Comment danser quand on a des difficultés à marcher ? Quels bienfaits le tango apporte-t-il aux malades de Parkinson ?

Une équipe d’Envoyé Spécial est partie à la rencontre de passionnés de tango, de médecins qui s’improvisent professeurs de danse pour libérer le mouvement de leurs patients. Elle a suivi les pas de ces hommes et de ces femmes qui retrouvent peu à peu mobilité et plaisir au son du bandonéon. Loin de son Argentine natale, cette danse a même fait son entrée à l’hôpital. La recherche mise désormais sur les vertus thérapeutiques de l’abrazo, l'étreinte propre au tango.
#France 2, #Reportage
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/04/2016 11:44  Mis à jour: 26/04/2016 11:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril et Alexandre : REPLAY : "heure du crime", le dernier rebondissement judiciaire dans l’affaire de Montigny-lès-Metz
L'édito de Jacques Pradel

A la Une de l’heure du crime, le dernier rebondissement judiciaire dans l’affaire de Montigny-lès-Metz : La justice vient de renvoyer devant les assises Henri Leclaire, qui avait été le premier à avouer le double-crime en 1986, avant de se rétracter…

On ne compte plus les coups de théâtre dans cette affaire où deux enfants de 8 ans, Cyril Beining et Alexandre Bekrich, ont trouvé la mort le dimanche 28 septembre 1986, au bout d’une simple ballade en vélo. On avait retrouvé leurs corps en fin d’après-midi, le crâne fracassé à coup de pierres sur un talus proche de la voie ferrée.

Dans cette affaire, Patrick Dils a finalement été innocenté en 2002, après 15 ans de prison. Le tueur en série Francis Heaulme, entendu alors comme simple témoin avait dit avoir vu ce dimanche-là Henri Leclaire descendre en courant du talus, son tee-shirt tâché de sang. Puis en 2014, au début du procès de Francis Heaulme, deux témoins surprises avaient renouvelé des accusations contre Henri Leclaire qui avait, comme vous l’avez rappelé, avoué le double meurtre en 1986, avant de se rétracter.

Avec mes invités, nous revenons sur l’implication de cet ancien manutentionnaire, qui pourrait être jugé, avec Francis Heaulme, à l’automne prochain…

Henri Leclaire renvoyé avec Francis Heaulme devant les assises

Trente ans après le meurtre en 1986 de deux garçons de 8 ans Alexandre et Cyril à Montigny-lès-Metz, deux juges d’instruction ont décidé mercredi 20 avril de renvoyer Henri Leclaire devant les assises avec Francis Heaulme. Cet ancien manutentionnaire, qui travaillait à l'époque près du talus de voie ferrée où les deux garçons étaient montés jouer, avait été le premier à avouer le crime devant les enquêteurs, avant de se rétracter, comme deux autres suspects le feront après lui.

Le dimanche 28 septembre 1986, vers 20 heures, des policiers découvrent les corps d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining, deux garçon âgés de 8 ans, allongés sur le dos, l’un a côté de l’autre, près d’une voie de manœuvre de la SNCF, à quelques centaines de mètres de leurs domiciles respectifs. Les enfants ont eu le crâne fracassé à coups de pierre. Le pantalon de l’un des garçonnets est baissé. La nature des blessures, le fait que les visages des deux enfants aient été rendus méconnaissables, la marque profonde faite dans le sol meuble par la tête de l’un des enfants, tout indique l’acharnement et l’extrême violence du ou des assassins… Il n’existe aucun témoin direct des faits.

L'affaire de Montigny-lès-Metz est principalement connue pour être l'une des plus grandes erreurs judiciaires du XXe siècle. A la suite de l’enquête, Patrick Dils est arrêté. Il avoue, puis se rétracte. Mais plus personne ne croit à son innocence et il est jugé à huis-clos par la cour d’assises des mineurs de la Moselle en janvier 1989. Le 27 janvier, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. A 19 ans, il devient ainsi le plus jeune condamné à perpétuité de toute l’Europe…. Après une longue bataille judiciaire et deux autres procès Patrick Dils est reconnu innocent le 24 avril 2002. Il a 31 ans. Il a passé 15 ans en prison.

Soupçonné depuis plusieurs années par certains enquêteurs, le tristement célèbre Francis Heaulme est mis en examen pour le double meurtre en 2006.

Après un non-lieu prononcé en 2007, le procureur général de Metz requiert en octobre 2012 le renvoi de Francis Heaulme devant une cour d’assise. Son procès s'ouvre le 31 mars 2014. Mais coup de théâtre à l'ouverture du procès : deux témoins se font connaître et accusent le même homme, un certain Henri Leclaire, au casier judiciaire vide mais qui était passé aux aveux lui aussi, fin 1986, avant de se rétracter et d'être mis hors de cause. Le procès de Francis Heaulme est alors ajourné. Quelques mois plus tard, en août, on apprend qu'Henri Leclaire est mis en examen.

Nos invités

Emmanuel Charlot, journaliste auteur d’une contre-enquête sur cette affaire ; Jean-François Abgrall, enquêteur privé ; Me Dominique Boh Petit, avocate de la famille de Cyril Beining ; Me Thomas Hellenbrand, avocat au barreau de Metz. Avocat d’Henri Leclaire.


Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

Cliquez ICI pour écouter l'émission.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/04/2016 10:48  Mis à jour: 21/04/2016 10:48
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Henri Leclaire finalement renvoyé devant les assises. Nouveau procès dans quelques mois ( VIDEO)
Un nouveau rebondissement dans l'affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz. Deux hommes vont finalement se retrouver devant la cour d'assises : le tueur en série Francis Heaulme, mais aussi Henri Leclaire, un ancien témoin devenu suspect.


Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Henri Leclaire renvoyé devant les assises

Henri Leclaire est-il impliqué dans le double meurtre de Montigny-lès-Metz ? Convoqué comme simple témoin au procès de Francis Heaulme en 2014, il devient suspect après avoir été mis en cause par des témoins de dernière minute. Aujourd'hui des juges d'instruction décident de le renvoyer devant une cour d'assises. "Les juges d'instruction ont estimé eux qu'il y avait des charges suffisantes pour une mise en accusation avec quand même dans leur ordonnance beaucoup de prudence, en disant que charges suffisantes ne voulait pas dire culpabilité", explique Me Thomas Hellenbrand, avocat d'Henri Leclaire.

Nouveau procès dans quelques mois

L'affaire de Montigny-lès-Metz, une énigme jusqu'ici jamais élucidée. Le 28 septembre 1986, on retrouve les petits Alexandre et Cyril massacrés à coups de pierre. Dès le début, le nom d'Henri Leclaire apparaît dans l'enquête. Il va avouer puis se rétracter. Des aveux sous la contrainte dit-il, ce qu'il va confirmer en 2002. "J'ai pas tué les gosses, je les connais même pas, j'ai raconté des conneries pour qu'ils arrêtent de m'emmerder", se justifiait-il à l'époque. Henri Leclaire mis hors de cause, la justice trouve un nouveau coupable : Patrick Dils, 16 ans en 1986.
Mais après trois procès et quinze ans de prison, Dils est innocenté. Les regards se tournent vers Francis Heaulme. Celui qu'on nomme "le routard du crime", condamné à vie, a pourtant toujours nié. Aujourd'hui, les parents des petites victimes attendent toujours des réponses. Dans quelques mois, le procès de Francis Heaulme devrait s'ouvrir à nouveau avec Henri Leclaire dans le box des accusés. Tous deux devront répondre de deux meurtres commis il y a maintenant trente ans.

http://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/04/2016 13:38  Mis à jour: 20/04/2016 13:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re : Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Henri Leclaire sera jugé avec Francis Heaulme
C'est une information du Républicain Lorrain : malgré le non-lieu du procureur de la République de Metz requis le 2 mars dernier, Henri Leclaire sera bien jugé devant les assises de la Moselle, avec Francis Heaulme, pour le double homicide de Cyril Beining et Alexandre Beckrich.

Deux juges d'instruction ont décidé de renvoyer devant les assises Henri Leclaire, mis en examen au côté du tueur en série Francis Heaulme dans le dossier du double meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich à Montigny-lès-Metz le 28 septembre 1986, a indiqué mercredi 20 avril 2016, Me Dominique Boh-Petit, l'avocate de l'une des parties civiles.

Les juges d'instruction ont décidé de ne pas suivre l'avis du parquet de Metz
, qui avait requis le 2 mars un non-lieu en faveur d'Henri Leclaire, a ajouté, "satisfaite", l'avocate messine, confirmant une information du Républicain Lorrain.

Les magistrats, à la différence du procureur, estiment qu'à l'étude des nouveaux témoignages intervenus dès le début du procès de 2014 et depuis, la présence des deux hommes sur les lieux du double homicide et d'éventuelles actions communes de Francis Heaulme et Henri Leclaire semblent crédibles.

Le Républicain Lorrain rappelle qu'au début du procès en 2014 "deux témoins de dernière minute avaient apporté un certain nombre d’éléments troublants fragilisant la position de Henri Leclaire, loin d’être un inconnu de ce dossier. L’ancien magasinier qui travaillait à l’époque à deux pas de la rue Venizelos s’était accusé le premier du double meurtre des enfants de 8 ans, avant d’être mis hors de cause. Depuis son ombre plane au-dessus de l’affaire malgré ses multiples dénégations."

http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/03/2016 19:48  Mis à jour: 21/03/2016 20:33
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re :Double meurtre de Montigny-lès-Metz : le procureur ne veut pas d’Henri Leclaire au procès !
Le réquisitoire vient d’être notifié aux parties civiles de l’affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz. Le procureur de la République de Metz ne demande pas le renvoi d’Henri Leclaire devant les assises de la Moselle.

Henri Leclaire, 67 ans, l’homme dont l’ombre plane sur ce dossier vieux de trente ans. Henri Leclaire qui s’était accusé, le premier, des meurtres atroces de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, tués à coups de pierre sur le talus SNCF de la rue Vénizelos, le 28 septembre 1986. Henri Leclaire mis en examen en 2014 après deux témoignages de dernière minute.

Henri Leclaire donc, voit s’écarter la menace d’un procès au côté de Francis Heaulme, toujours en salle d’attente depuis le renvoi de son procès au bout de deux jours d’audience, en avril 2014.

Heaulme seul jugé?

Le réquisitoire du parquet ne préjuge pas de la décision des juges d’instruction. Mais il dit quand même beaucoup de choses sur les éléments apparus ces deux dernières années contre l’ancien manutentionnaire travaillant dans une imprimerie installée rue Vénizelos, à deux pas des lieux du crime.

Les témoignages de Marie-Christine Blindauer et Jean Woffler, en premier lieu. Elle se souvient de ce moment durant lequel Henri Leclaire, rouge de colère, a mimé ce qu’elle a pris pour une scène de crime. « Il a expliqué avoir attrapé les enfants » qui jouaient tout le temps avec les papiers dans les bennes dont il avait la charge, selon la clerc d’avocat.
Ancien cheminot, Jean Wolffler est persuadé, lui d’avoir vu le 28 septembre le sexagénaire marcher le long de la voie de chemin de fer avec un tee-shirt souillé. Du sang peut-être. Ces témoins sont jugés « de bonne foi, observe un connaisseur du dossier. Les indices graves et concordants imposaient que l’on enquête. Mais ces indices ne sont pas transformés en charges suffisantes. »

Le parquet fait une lecture du dossier ne lui permettant pas d’accuser Henri Leclaire du meurtre des enfants. Francis Heaulme pourrait donc bien être le seul jugé.

Reste à connaître la position des juges d’instruction. Et celle des parties civiles. La mère de Cyril Beining se bat depuis longtemps pour le renvoi d’Henri Leclaire devant une cour d’assises…

Des témoins de dernière minute qui ne sont pas probants

Les témoignages de dernière minute ont été passé à la loupe, mais aucun n'est vraiment probant. Le cheminot n'a même pas réussi à retrouver l'endroit où il aurait vu Leclaire avec un tee shirt maculé de sang. Il a même fait des déclarations fantaisistes, où il fait référence au canal, alors qu'il ne peut avoir vu Leclaire que sur les voies ferrées. La secrétaire de l'entreprise où travaillait Francis Heaulme dit l'avoir vu, accompagné de Leclaire peu après les faits. Si le portrait qu'elle en fait aujourd'hui lui ressemble, ce n'était pas le cas en 1986. Enfin les confidences d'Henri Leclaire à Marie Christine Blindauer ne sont pas suffisantes. Certes, il a mimé une scène, mais dans le même temps, a bien indiqué qu'il n'avait pas tué les enfants.

Des éléments anciens du dossier qui ne le confondent pas

Le parquet considère aussi que la mise en cause d'Henri Leclaire par Francis Heaulme n'est pas plausible. Ses déclarations ont beaucoup varié au cours des années. D'ailleurs, ce n'est pas la première fois qu'Heaulme désigne des suspects qui n'ont rien à voir avec l'affaire. Enfin comme dans l'ancienne procédure, le parquet considère que les aveux d'Henri Leclaire en 1986 n'ont pas de valeur. A l'époque déjà, ils étaient considérés comme incompatible avec les constatations.

"La justice a encore trébuché"

Henry Leclaire avait demandé l'annulation de sa mise en examen, ce qui avait été rejeté par la chambre de l'instruction. Mais aujourd'hui, le parquet dans son avis dit qu'il n'y a pas d'élément suffisant pour le poursuivre. Cela conforte l'avocat d'Henry Leclaire, maitre Thomas Hellebrandt, même s'il déplore qu'on ait encore rajouté deux ans à la procédure. "Dès lors qu'on se rendait compte que tout cela n'était pas bien sérieux, le parquet aurait dû me suivre. La justice dans cette affaire a encore trébuché. Mais dans cette affaire, on n'en est pas à un rebondissement près"

"L'objectif, c'est de connaitre la vérité"

Les parties civiles sont partagées. La maman de Cyril, Chantal Beining estime qu'envoyer Leclaire devant une cour d'assises, c'était une manière de faire la lumière sur cette affaire vieille de bientôt 30 ans. Maitre Dominique Boh Petit, l'avocate de Chantal Beining est interloquée : "Madame Beining, ce qu'elle voit c'est que ça a pris deux ans et ça c'est beaucoup. Il y avait eu une ordonnance de non lieu dans cette affaire pour Francis Heaulme et on l'a quand même renvoyé devant les assises.
En trente ans, on entend le nom d'Henri Leclaire dans la procédure. L'objectif c'est de connaitre la vérité, et d'au moins tout faire pour y arriver. Ça me parait logique que cette homme soit renvoyé devant la cour d'assises".

Les autres parties civiles constatent que rien n'a vraiment avancé. La grand-mère d'Alexandre, Ginette Beckrich, n'a jamais cru à l'implication d'Henri Leclaire. Et son avocat Dominique Rondu, constate que deux ans d'instructions supplémentaires n'ont pas fourni d'éléments probants.

Ce sont maintenant les juges d'instruction qui doivent trancher pour savoir si Henri Leclaire sera renvoyé devant la cour d'assises. Francis Heaulme sera lui poursuivi quelle que soit la décision.

francebleu.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/12/2015 15:58  Mis à jour: 30/12/2015 15:58
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re :DOUBLE MEURTRE DE MONTIGNY-LÈS-METZ : LECLAIRE VA ÊTRE FIXÉ SUR SON SORT
Metz. L’article 175 du code de procédure pénale vient d’être notifié aux différentes parties. Cela signifie que les juges d’instruction et les gendarmes de la Section de recherches de Metz ont terminé leurs investigations autour du double meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, le 28 septembre 1986, à Montigny-lès-Metz.

Ces dix-huit derniers mois, ils se sont concentrés sur Henri Leclaire, l’homme qui avait avoué le premier le crime, avant de revenir sur ses aveux. Ce dernier avait bénéficié en 2013 d’un non-lieu passé un peu inaperçu pendant que Francis Heaulme était renvoyé devant les assises de la Moselle.

Depuis, Henri Leclaire est surtout celui qui s’est retrouvé dans une fâcheuse posture au mois d’avril 2014, lors du procès de Francis Heaulme. De simple témoin, le sexagénaire s’est retrouvé au fil de l’évolution de l’audience avec la pancarte de possible complice de Francis Heaulme dans le dos.

L’enquête reprise à zéro
On connaît la suite : renvoi du procès pour arrêter le jeu de massacre afin de préserver les droits de la défense, ouverture d’une information judiciaire et mise en examen du chef de meurtre suivi ou précédé d’un autre crime.

Des témoins ont disparu. D’autres sont apparus
Les juges et les enquêteurs ont donc tout repris à zéro. Avec les difficultés liées à l’usure du temps. Des pièces de procédure ont été détruites depuis belle lurette. « Celles qui auraient pu innocenter définitivement mon client. Je pense notamment aux pierres utilisées pour massacrer les enfants », grince Thomas Hellenbrand, avocat d’Henri Leclaire.

Des témoins ont disparu aussi. Mais d’autres sont apparus qui, aujourd’hui, fragilisent la position de l’ancien manutentionnaire qui travaillait pour une imprimerie dont les locaux donnaient en 86 sur le talus SNCF de la rue Vénizelos, lieu des meurtres.

La justice ne doute pas de la crédibilité de ces témoins de dernière minute. Ancien cheminot, Jean Woffler est persuadé d’avoir vu le 28 septembre Henri Leclaire marcher le long de la voie de chemin de fer avec un tee-shirt taché. Peut-être par du sang. Marie-Chrisitine Blindauer se souvient précisément de ce moment durant lequel Henri Leclaire, rouge de colère, a mimé ce qu’elle a pris pour la scène de crime. « Il a expliqué avoir attrapé les enfants », qui jouaient tout le temps avec le papier dans les bennes dont il avait la charge, a rappelé la clerc d’avocat aux magistrats.

« Il faut ces deux-là dans le box »

Est-ce que ces éléments représentent toutefois des charges suffisantes pour renvoyer Henri Leclaire devant les assises ? Ce dernier nie avoir été présent ce dimanche d’automne rue Vénizelos. Différentes personnes l’ont pourtant vu. Dont Francis Heaulme qui a eu le temps de rappeler, au cours du procès renvoyé, qu’il avait aperçu Leclaire « descendre le talus ». Ce qui, au passage, confirme que le routard du crime était sur place.

Alors, Henri Leclaire, le deuxième homme ? « Les juges ont bien travaillé mais il faut se rendre à l’évidence, il n’y a pas le début d’une preuve contre cet individu », réagit Me Dominique Rondu, avocat de Ginette Beckrich, grand-mère d’Alexandre.

Partisanes dès 2008 de sa mise en examen, Chantal Beining, la maman de Cyril, et Me Dominique Boh-Petit « veulent aller au fond des choses. Et la seule manière d’y aller, c’est d’avoir Heaulme et Leclaire dans le box des accusés ».

Thomas Hellenbrand s’y prépare : « On est prêt à toutes les éventualités. Et on ne fera rien pour ralentir le travail de la justice. »

Le dossier est désormais sur le bureau du procureur de la République de Metz. Il va prendre ses réquisitions avant que les juges d’instruction ne tranchent la question.

Ce matin, une seule chose apparaît sûre : un nouveau procès aura lieu en 2016. L’année des trente ans de cette affaire hors norme.

Kevin GRETHEN http://www.estrepublicain.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/03/2015 13:25  Mis à jour: 09/03/2015 13:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re: Double meurtre de Montigny-lès-Metz: Henri Leclaire reste mis en examen !
Metz (AFP) - La chambre de l'instruction de Metz a rejeté jeudi une requête en annulation de la mise en examen d'Henri Leclaire, soupçonné d'être impliqué dans le double meurtre d'enfants de Montigny-lès-Metz en 1986, au côté du tueur en série Francis Heaulme.

"La requête est rejetée, mais la chambre de l'instruction écrit qu'il n'y a que des indices et pas encore de charges" contre Henri Leclaire, a déclaré à l'AFP son avocat, Me Thomas Hellenbrand, qui s'attendait au rejet de sa requête.

La chambre de l'instruction a estimé que seule la poursuite d'une information judiciaire "approfondie" et la confrontation du mis en examen avec les différents témoins le mettant en cause "permettront ou non de transformer ces indices en charges", a-t-il précisé.

Henri Leclaire, un ancien manutentionnaire de 66 ans, a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en août dernier dans cette affaire à rebondissements, pour laquelle Patrick Dils a d'abord été condamné puis innocenté et acquitté au bout de 15 ans de prison en 2002.

Après une nouvelle enquête, Francis Heaulme, dont la présence près de la scène du crime a été tardivement attestée, devait être jugé au printemps dernier pour ce double meurtre, dont il nie être l'auteur.

Mais son procès d'assises à Metz a été reporté sine die après deux jours d'audience, des témoignages de dernière minute ayant incriminé Henri Leclaire.

Les tentatives de justification confuses de ce retraité bourru, qui comparaissait en tant que simple témoin au procès Heaulme, avaient renforcé les doutes et conduit à l'ouverture d'une information judiciaire contre lui.

Henri Leclaire s'était accusé de ce double meurtre en décembre 1986, avant de se rétracter peu après et d'être mis hors de cause par l'enquête. Il avait également bénéficié d'un non-lieu en 2013.

Il conteste formellement les accusations contre lui. Mais quand il est sous pression, "il est capable de raconter n'importe quoi", selon son avocat.

Il y a un an, une femme témoin avait raconté comment Henri Leclaire lui aurait fait des confidences il y a quelques années sur la mort d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, deux enfants de 8 ans retrouvés le crâne fracassé à coups de pierre sur un talus près d'une voie ferrée à Montigny-lès-Metz, le 28 septembre 1986.

Un autre témoin avait affirmé l'an dernier avoir aperçu M. Leclaire en train de marcher sur les lieux le jour du crime, tandis que Francis Heaulme a lui aussi cité son nom à plusieurs reprises durant ses interrogatoires sur cette affaire.

AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/11/2014 13:48  Mis à jour: 28/11/2014 13:48
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re: Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Metz (57) : Henri Leclaire conteste sa mise en examen dans le double meurtre de Montigny
L'avocat d'Henri Leclaire a demandé mardi 25 novembre 2014 l’annulation de la mise en examen de l’ancien manutentionnaire. Il avait été le premier à
reconnaître le double meurtre de Montigny-lès-Metz dans lequel est également mis en cause Francis Heaulme dont le procès a été reporté.


La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Metz est à nouveau amenée à se pencher sur le double meurtre de Montigny-lès-Metz.

Ses magistrats avaient renvoyé Francis Heaulme seul devant la cour d’assises de la Moselle en 2013 pour y répondre du massacre à coups de pierres d’Alexandre Beckrich et de Cyril Beining, vingt sept ans plus tôt. Faute de charges suffisantes, Henri Leclaire avait bénéficié d’un non lieu.

Mais le procès a changé la donne et Henri Leclaire est à nouveau dans la ligne de mire de la justice.

Dernières secousses de l’affaire
Lors du procès de Heaulme, les 31 mars et 1er avril derniers, Leclaire devait être entendu comme témoin. Au lieu de quoi, l’ancien manutentionnaire avait été interrogé après les dépositions de deux témoins de dernières minutes.

Le sexagénaire vient donc de saisir la cour d'assises pour demander l’annulation de sa mise en examen qui le fait apparaître désormais comme le complice du routard du crime.

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 05/08/2014 17:56  Mis à jour: 05/08/2014 17:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re: Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : Henri Leclaire mis en examen pour meurtre ( VIDEO)
L'audition fait suite au procès de Francis Heaulme au printemps dernier. De nouveaux éléments et témoignages montrent que la piste d'Henri Leclaire méritait d'être étudiée plus en profondeur. L'audition de l'ancien manutentionnaire fait suite à l'ouverture d'une information judiciaire le visant.

Par Bruno Demange : http://france3-regions.francetvinfo.fr
Publié le 05/08/2014

Après plus de 3 heures d'audition par les juges d'instruction, Henri Leclaire a été mis en examen pour meurtre. Il a toutefois été laissé en liberté sous contrôle judiciaire...avec interdiction de rencontrer les protagonistes de l'affaire.
"Il conteste formellement toute implication dans ce dossier", a déclaré l'avocat d'Henri Leclaire, Maitre Thomas Hellenbrand.
"Le seul problème de ce dossier, c'est ses aveux initiaux", a-t-il ajouté.

Ce n'est pas la première fois que le nom d'Henri Leclaire apparaît dans cette affaire, pour le meurtre de deux enfants de 8 ans (Cyril Beining et Alexandre Beckrich).
Au tout début de l'affaire, il avait même avoué les crimes (commis à proximité de son lieu de travail). Il s'était ensuite rétracté et mis hors de cause.

Le nom de Henri Leclaire était ensuite revenu dans la procédure au début des années 2000 (en parallèle à celui de Francis Heaulme, qui a reconnu sa présence sur les lieux du crime...tout en désignant Henri Leclaire comme seul coupable).
Au terme d'une nouvelle enquête, Henri Leclaire avait bénéficié d'un non-lieu en mars 2013, tandis que Francis Heaulme était renvoyé devant les assises de la Moselle. Lors de ce procès, où Leclaire ne devait comparaître comme simple témoin

Mais de nouvelles charges sont apparues contre lui lors de l'audience.
En raison notamment de témoignages dont celui d'une clerc d'avocat de Metz.Celle ci affirmé que le sexagénaire s'était confié à elle en 2012, reconnaissant s'en être pris violemment aux enfants, tout en niant les avoir tués. Lors du procès de Francis Heaulme, Henri Leclaire a reconnu avoir tenu de tels propos. Mais il a affirmé dans la foulée avoir "inventé" cette histoire.

Ecoutez à ce sujet les commentaires de Maitre Hellenbrand...


Maitre Hellenbrand dans le 12/13
L'avocat d'Henri Leclaire explique la position de son client

La mise en examen d'Henri Leclaire entraîne donc le fait qu'il est ainsi le 3ème suspect dans cette affaire vieille de 28 ans (après Patrick Dills et Francis Heaulme).
Dils, âgé de 16 ans au moment des faits et condamné à la réclusion à perpétuité en 1989, a finalement été blanchi et définitivement acquitté en 2002.
Quant au tueur en série Francis Heaulme, il reste accusé dans cette affaire, mais son procès devant la cour d'assises de Moselle a été reporté sine die début avril, en raison justement de ces nouvelles charges apparues contre Leclaire.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/08/2014 14:11  Mis à jour: 03/08/2014 14:11
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re: Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : vers la mise en examen d’un troisième suspect, 28 ans après !
L’affaire du double meurtre d’enfants de Montigny-lès-Metz devrait connaître un nouveau rebondissement mardi 05/08/2014 avec la probable mise en examen d’un troisième suspect, Henri Leclaire, après Patrick Dils — finalement acquitté — et Francis Heaulme, toujours en attente de jugement.

Pour les mêmes faits, remontant à 28 ans, le jeune Patrick Dils, rapidement condamné à l’époque à la réclusion à perpétuité, a finalement été blanchi et définitivement acquitté en 2002. Mais le tueur en série Francis Heaulme reste accusé, malgré le report sine die de son procès début avril.
Les charges contre Henri Leclaire, un ancien manutentionnaire de 65 ans, se sont brutalement alourdies après de nouveaux témoignages accablants lors de ce procès.
La justice, éreintée par ses errements et revirements dans cette affaire hors norme, estime désormais qu’il existe contre lui des «indices graves et concordants» d’avoir tué deux garçons de 8 ans, Cyril Beining et Alexandre Beckrich.
Il doit donc être de nouveau entendu mardi à Metz par un juge d’instruction qui pourrait le mettre en examen, a-t-on appris de sources judiciaires.
Le magistrat cherche a établir quel a été son rôle le dimanche 28 septembre 1986, au sommet du talus ferroviaire de Montigny où les enfants ont été retrouvés morts, le crâne fracassé par des pierres.
«Je n’y étais pas», affirme Henri Leclaire, bien que la grand-mère d’une des victimes assure l’y avoir vu peu de temps avant le crime, de même qu’un témoin qui l’a aperçu «ensanglanté» le long de la voie ferrée.
Les charges contre Leclaire sont nombreuses: dès les premiers jours de l’enquête, en garde à vue, le manutentionnaire avait avoué, en expliquant que, «sans savoir pourquoi», il avait «pris une pierre et frappé la tête de chacun des enfants».
Manque d’éléments matériels
Les policiers de l’époque, davantage séduits par la piste du jeune Patrick Dils, avaient toutefois écarté ces aveux et finalement innocenté Henri Leclaire.
Son nom était réapparu au début des années 90, cette fois cité par le tueur en série Francis Heaulme lors de confessions au gendarme Jean-François Abgrall, qui le désignait comme l’auteur du double meurtre.
Mais c’est surtout le témoignage tardif d’une habitante de Metz, livré deux jours avant l’ouverture du procès de Francis Heaulme, en mars dernier, qui a conduit la justice à poursuivre à nouveau Leclaire.
Ce nouveau témoin a expliqué que le sexagénaire s’était confié à elle en 2012: dans des termes quasiment identiques à ceux de ses aveux de 1986, il lui a dit s’en être pris aux enfants, en niant toutefois les avoir tués.
Confronté à cette nouvelle accusatrice, Leclaire a reconnu avoir tenu de tels propos. Mais il a affirmé dans la foulée avoir «inventé» cette histoire, que son récit ne correspondait pas à la réalité.
L’institution judiciaire a tout de même estimé ces révélations suffisantes pour interrompre le procès de Heaulme et ouvrir une nouvelle enquête contre Leclaire.
Les juges d’instruction de Metz devront désormais déterminer la responsabilité des deux mis en examen, Heaulme et Leclaire, dans un dossier où les éléments matériels manquent et où les déclarations des suspects, voire des témoins, ont sans cesse varié.
Si les charges contre les deux hommes s’avéraient toutefois suffisantes, ils seraient alors renvoyés devant la Cour d’assises, au mieux à l’horizon 2016, selon des sources judiciaires.

http://www.lavoixdunord.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/05/2014 13:17  Mis à jour: 01/05/2014 13:17
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Qui a tué Cyril Beining et Alexandre Beckrich ???
Patrick Dils, Francis Heaulme, Henri Leclaire… Trois noms qui aujourd’hui encore, vingt-huit ans après les meurtres d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining, hantent la rue Venizélos et ses alentours. Qui a tué les enfants? Cette question, procès après procès, la mère de Cyril n’a jamais cessé de la poser : "J’irai jusqu’au bout. On finira par savoir la vérité".

"Cela fera vingt-huit ans le 28 septembre. Mais mieux vaut tard que jamais…" Chantal Beining a promis à son fils assassiné de tout faire "pour connaître la vérité". Dix jours après le report du procès de Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz en 1986, elle nous reçoit, ce mois d'avril, dans le bureau de son avocate. Tour à tour souriante, en colère, au bord des larmes. Sa vie s'est arrêtée lorsque son fils Cyril et Alexandre Beckrich, deux garçons de 8 ans, ont été trouvés morts, la tête fracassée à coups de pierres. Des témoins surprises viennent d'incriminer un autre homme, il faut encore patienter. Elle positive : "Je suis contente que la justice fasse quelque chose."

Car ce dossier a bien failli être refermé. Patrick Dils, deux fois condamné pour ces meurtres, a finalement été acquitté en 2002. Et le tueur en série Francis Heaulme, soupçonné ensuite, a bénéficié d'un non-lieu en 2007. Révoltée, seule Chantal a décidé de faire appel : "Quelqu'un a bien tué Cyril!" Ce jeudi, elle écarte les mèches blondes de sa perruque : "J'espère que je serai bien là dans un an ou deux…", confie-t-elle en évoquant son cancer du sein. "Je pleure souvent, même encore maintenant. Et je dis toujours à mon Cyril : "Allez, aide-moi!""

Chantal veut comprendre ce qui s'est passé ce dimanche ensoleillé de 1986. Comment deux enfants partis se promener ont trouvé la mort au bout de leur balade. Ce jour-là, Cyril doit rendre visite à sa grand-mère mais il rate deux fois le bus et s'en va faire un tour à vélo. Les deux garçons ne se connaissent pas. Alexandre, enfant unique, est plus réservé, couvé par sa famille. Cyril, petit dernier d'une fratrie, n'a peur de rien : "À l'école, le directeur ne le voulait plus à la piscine", sourit sa mère. "Il me disait : "J'apprends à nager aux enfants et lui, il saute dans le grand bassin!" "

"Il est mort mon gosse?"
Ce 28 septembre, l'obscurité commence à tomber, les deux familles s'inquiètent. Les corps sont découverts peu après sur le talus SNCF surplombant la rue Venizélos. Le soir, Chantal interroge un policier en civil : "Il est mort mon gosse?". "Il m'a répondu : "Oui, votre fils est mort." J'ai pensé au train, je me suis dit qu'il avait été happé. Ce n'est que le lendemain matin, quand j'ai eu le journal, que j'ai vu : "Deux enfants assassinés le long de la voie ferrée à Montigny-lès-Metz."" Le drame ébranle cette paisible ville ouvrière de la banlieue messine.


Aujourd'hui, la rue Venizélos est goudronnée, le lieu du crime recouvert d'arbustes et d'herbes folles et les voies ferrées désaffectées. Mais personne n'a oublié. On descend le talus escarpé en évitant les ronces, déjà un passant nous interpelle : "C'est là-haut que les gosses ont été tués." Même les nouveaux venus s'intéressent à l'affaire : "On comptait aller au procès de Heaulme pour savoir la vérité", témoigne Rosila, une brunette installée là depuis deux ans. "Quand je donne mon adresse, je précise : là où les deux petits ont été assassinés, les gens situent tout de suite…"

"En Moselle, ce double meurtre a marqué les esprits. Comme pour le 11-Septembre, les gens se souviennent où ils étaient quand ils ont appris le crime", assure un avocat. À Montigny, en tout cas, de nombreux habitants connaissaient l'un des protagonistes. Suspects et victimes étaient voisins. "Pour moi, Patrick Dils n'a jamais été le coupable", réagit un de ses anciens amis. "Quand nous travaillions ensemble au restaurant La Crémaillère, c'est moi qui le raccompagnais le soir parce qu'il avait peur, pourtant j'avais un an de moins que lui." Malgré tout, pour beaucoup, le doute subsiste… "Comme il a été acquitté, on n'ose plus dire que c'est lui, mais on y pense fortement", explique Ginette, 88 ans, la grand-mère d'Alexandre Beckrich. "Il a quand même été condamné par deux cours d'assises, les jurés n'étaient tout de même pas des idiots…"

Qui est le coupable? Chacun a son idée… Certains évoquent encore Dils, d'autres Heaulme. Car le tueur en série, lui aussi, traînait dans les parages. Quinze ans après les faits, deux témoins affirment l'avoir récupéré ce jour-là à Ars-sur-Moselle, commune voisine, "le visage couvert de sang séché" : "Il nous a dit qu'il était tombé dans les cailloux en descendant le talus du chemin de fer", raconte l'un d'eux. Au café Saint-Christophe, le plus proche de la rue Venizélos, la serveuse s'interroge : "Heaulme a déjà été condamné à la prison à vie, à quoi cela lui servirait de mentir? Ou alors ils étaient deux… Sinon, comment expliquer que le deuxième gamin n'ait pas pris la fuite?"

Chantal attend le cinquième procès
Ginette, la pugnace grand-mère d'Alexandre, ne croit pas à la culpabilité de Heaulme : "Lors de la reconstitution, je suis montée sur le talus, il m'a regardée dans les yeux et m'a dit : "Les policiers sont constamment sur mon dos. Mais le crime des deux enfants, ce n'est pas moi!"" La vieille dame commence à "en avoir marre" : "On ne sait pas si cela va s'arrêter un jour. Il y a toujours des nouveaux témoins…" Elle a pourtant vu Henri Leclaire, le nouvel homme incriminé, rue Venizélos le jour des meurtres. L'aïeule parle au nom du clan Beckrich. Les parents d'Alexandre, eux, fuient les médias : "Ils ont eu deux autres enfants, sont très unis, et ne causent pas de l'affaire pour ne pas les perturber."

Après le drame, la famille Beining, elle, a volé en éclats. Chantal n'a pas réussi à avoir un autre enfant : "Finalement, cela valait mieux. J'aurais été capable de l'appeler Cyril, j'aurais voulu qu'il ait la même bouille, j'aurais comparé…" Son mari part en 1992. Elle extirpe de son portefeuille le petit mot retrouvé sur une table : "Je te quitte. Ne cherche plus à me revoir." Ses deux autres enfants prennent leurs distances. Son fils, âgé maintenant de 42 ans, vit près de Bayonne. Depuis onze ans, elle n'a plus de nouvelles de sa fille de 44 ans : "Je la croiserais en sortant d'ici, je ferais comme si on s'était vues la veille. Eux aussi ont été marqués par la mort de leur petit frère."

Longtemps, Chantal a avancé dans le brouillard : "De 1986 à 1997, je prenais des cachets, du Tranxène, quatre Prozac par jour. Et quand cela ne suffisait pas, des piqûres, au printemps et à l'automne." Elle finit par suivre une cure de désintoxication médicamenteuse. En 2000, elle doit déménager – "La maison appartenait à mon ex-mari, il m'a fait expulser" –, et s'installe "tout près de Cyril", à côté du cimetière. "La veille du dernier procès, j'ai été le voir, cela n'allait pas. J'ai dit : "Allez Cyril, demain, tu fais quelque chose!""

Car il faut tenir face aux critiques : "Quand j'ai fait appel contre le non-lieu de Heaulme fin 2007, la grand-mère d'Alexandre m'a tellement incendiée au téléphone que j'ai raccroché en pleurs. Elle me disait : "Mais pourquoi vous avez fait appel? C'est Dils!" Je lui ai répondu : "Mais Mme Beckrich, Dils c'est fini, il est acquitté."" Le 31 mars, à l'ouverture du quatrième procès, Mme Beining est isolée. Elle s'adresse aux caméras. "Des gens m'ont dit : "Avec toutes les télés que vous faites, vous devez toucher de l'argent."" Des commérages… Mise en invalidité, la dame vivote avec sa petite retraite.

Chantal attend le cinquième procès, qui se déroulera peut-être en 2015 ou 2016 : "Il y aura vraisemblablement Heaulme et Leclaire dans le box des accusés", estime l'avocate Dominique Boh-Petit, qui l'épaule depuis une dizaine d'années. "Tous deux étaient présents sur les lieux et semblent impliqués dans cette horreur." En 1986, Henri Leclaire est d'ailleurs le premier à avouer le double homicide. Mais il se rétracte rapidement. Aujourd'hui, il vit toujours à Montigny, seul avec son chien Ralf, dans la maison qui appartenait à son père. Il nous ouvre, vêtu du pull orné d'un skieur qu'il portait au tribunal, puis nous ferme la porte au nez : "Non merci!"

Les "ratés" de la justice?
Dans le quartier, les voisins sont perplexes : "Il n'est pas tout à fait net, mais ce n'est pas le mauvais gars", estime Guy, 67 ans, jogging et tee-shirt AC/DC. "Il cherche toujours à rendre service, assure une commerçante. L'hiver, il déblaie la neige jusque devant ma boutique." Une amie prend sa défense : "Il s'occupe très bien de nos trois enfants, il les emmène au jardin botanique, au ping-pong, il les garde chez lui. Pour eux, c'est un papy de substitution!"

Devant l'école Pougin, jadis fréquentée par le petit Alexandre, une maman vient récupérer sa fille de 11 ans et son fils de 9 ans : "Ils sont en âge de rentrer tout seuls, mais je ne les laisse pas. Il y a trop de tarés. Si c'est Leclaire, il peut venir les prendre…" Une autre secoue la tête : "Cette histoire, c'est comme pour le petit Grégory retrouvé dans la Vologne, on ne connaîtra jamais la vérité."

La justice, il est vrai, a connu "quelques" ratés dans cette affaire : heure de la mort des enfants très approximative, déterminée au toucher, sans thermomètre ; certains indices – comme la cordelette trouvée entre les jambes de Cyril – jamais mis sous scellés ; aveux obtenus de façon contestable* ; pièces à conviction détruites alors que Dils demandait encore la révision du procès. "S'il y avait un coupable à désigner, c'est l'appareil judiciaire", tempête Liliane Glock, l'avocate de Francis Heaulme. "Quand il y a mort d'homme, on devrait garder les traces biologiques, les empreintes digitales, sans limite de temps." Et Thomas Hellenbrand, l'avocat d'Henri Leclaire, prévient : "L'acquittement de Patrick Dils montre bien qu'il faut écarter les aveux de 1986 obtenus par l'ancienne justice, quand les enquêteurs faisaient ce qu'ils voulaient, que les gardes à vue se déroulaient sans avocat. Attention à ne pas commettre une seconde erreur judiciaire."

Chantal Beining, elle, a bien engagé une action contre l'État pour faute lourde. Mais elle a perdu : "J'ai payé 3.600 €. Mon compte en banque a été bloqué. Moi, si je n'ai rien à manger, ce n'est pas grave. Mais ne pas pouvoir acheter une fleur pour mon Cyril, c'est la pire des choses." Cette fois, elle se veut confiante : "J'irai jusqu'au bout. On finira par savoir la vérité."



Marie Quenet, envoyée spéciale à Montigny-Lès-Metz (Moselle) - Le Journal du Dimanche
http://www.lejdd.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 03/04/2014 17:10  Mis à jour: 03/04/2014 17:10
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Henri Leclaire, l'homme qui a provoqué le renvoi du procès de Montigny-lès-Metz
En 1986, Henri Leclaire était chargé de l'entretien dans une imprimerie située près du talus SNCF où les crimes avaient été commis.
Placé en garde à vue, il avait été le premier dans cette affaire à avouer les crimes avant de se rétracter. Après des témoignages de dernière minute qui l'accablent, l'enquête redémarre.


Dans l'affaire de Montigny-lès-Metz, il avait été le premier à avouer les crimes avant de se rétracter. Et si ces aveux, écartés par la suite du dossier, ouvraient finalement la voie vers cette vérité insaisissable depuis près d'un quart de siècle…. Henri Leclaire, l'homme par lequel ce nouveau procès d'assises a été renvoyé en début de semaine, avait raconté, lors d'une garde à vue, avoir tué les deux garçonnets de 8 ans, Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, ce 28 septembre 1986.

À l'époque, âgé de 37 ans, il était chargé de l'entretien et du nettoyage dans une imprimerie située près du talus SNCF où les deux crimes avaient été commis. Or le grand jeu des enfants du coin était de grimper sur ce talus, d'aller fouiner dans les poubelles et les bennes de l'entreprise qui y étaient entreposées, et d'en sortir les papiers volants au vent. Henri Leclaire, qui avait été tenu pour responsable, par son patron, du désordre provoqué par les garnements du coin, avait donc décidé de monter la garde. Il avait instauré des rondes de surveillance les week-ends, les après-midi, en dehors de son temps de travail. Et ce 28 septembre 1986, il aurait vu Alexandre et Cyril.

Dans les PV d'audition que l'Est Républicain.fr a pu consulter, Henri Leclaire raconte alors: «J'ai d'abord vu les vélos, j'en ai déduit qu'ils étaient là-haut. Je suis monté et j'ai vu les enfants […] J'en ai reconnu un, que j'avais attrapé une première fois, le nommé Alexandre […] J'ai commencé à les engueuler. Je leur ai donné une gifle à chacun. Je me suis énervé. Je les ai un peu bousculés […] À un moment donné, Alexandre a trébuché et il est tombé à terre, où il a heurté un rail. Il était alors sur le dos. L'autre voulait s'enfuir et, en reculant, il a heurté un tampon avec la tête. Il est également tombé sur le dos (..) J'ai pris une pierre de la grosseur d'une main et j'ai tapé à tour de rôle sur les fronts des enfants».

Heaulme se dit innocent et incrimine Henri Leclaire

Après avoir confirmé ces aveux le lendemain, Henri Leclaire s'était ensuite rétracté. Puis il avait été mis hors de cause au terme de l'instruction, et avait bénéficié d'un non-lieu en 2013.

Entre-temps, la justice avait cru détenir son coupable avec Patrick Dils, -depuis définitivement innocenté- puis avec Francis Heaulme, dont le procès s'était ouvert ce lundi avant d'être ajourné.

Les premiers aveux d'Henri Leclaire prennent désormais un relief tout particulier depuis ces témoignages de dernière minute. Une clerc d'avocat, entendue deux jours avant le début de l'audience par le président de la Cour, a ainsi raconté avoir reçu il y a deux ans des «confidences de M. Leclaire», un jour qu'il lui livrait des courses. Semblant «revivre» la scène devant elle, il lui aurait notamment confié avoir «coursé» et «attrapé» Cyril et Alexandre ce jour-là, tout en affirmant: «Ce n'est pas moi qui ai tué les enfants.»

Un ancien conducteur de train a récemment affirmé avoir vu un homme ensanglanté -qui ressemblerait selon lui à 90% à Henri Leclaire- courir le long des voies ferrées au moment du crime. Quant à Francis Heaulme, qui se dit innocent, il incrimine Henri Leclaire.

Interrogé par la cour d'assises de Moselle mardi, ce dernier a lancé à propos des déclarations de la clerc d'avocat: «Ce qu'elle dit c'est vrai (…). Mais je ne les ai pas tués.» À la barre, il tente aussi de nier cet entretien, puis il assure avoir menti à cette femme. Perturbé, et on le serait à moins, Henri Leclaire s'embrouille. Il fallait donc ajourner le procès.

Ce lourd dossier va être repris comme il avait démarré. Par les aveux d'Henri Leclaire.

Le procureur de Metz a ouvert mercredi une information judiciaire contre lui.

sOURCE / http://www.lefigaro.fr/actualite-france/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/04/2014 12:23  Mis à jour: 02/04/2014 15:40
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Renvoi du procès Heaulme : après 28 ans, les familles , épuisées ,de nouveau confrontées à l'attente
Image redimensionnée


Les parents des petits Cyril Beining et Alexandre Beckrich, tués à coups de pierres en 1986, prennent acte de la décision de la cour d'assises de la Moselle de renvoyer le procès après de nouveaux témoignages.

"On est venus pour rien." Le père de Cyril Beining, tué à coups de pierres avec son camarade Alexandre Beckrich le 28 septembre 1986 à Montigny-les-Metz (Moselle), fait ce constat amer, tout en restant très calme. L'annonce du renvoi du procès de Francis Heaulme pour le meurtre des deux enfants, mardi 1er avril, n'a pas été accueillie par la colère des familles des victimes. Seules quelques larmes ont été versées. Puis les parents ont discrètement quitté le tribunal, laissant à leurs avocats respectifs le soin de répondre aux médias.

Les parties civiles ont toutes souscrit à la décision de la cour d'assises de renvoyer ce procès, le quatrième, vingt-huit ans après les faits. "J'ai le cœur déchiré, je suis l'avocat d'un père qui attend la justice depuis 28 ans. Je suis entièrement d'accord même si je suis très triste du dénouement", a déclaré à l'audience Thierry Moser, l'avocat du père d'Alexandre Beckrich.

"La vérité est à ce prix"

Si les familles restent divisées sur la mise en cause de Francis Heaulme dans cette affaire, elles conviennent que les nouveaux éléments portés à la connaissance de la justice s'agissant d'Henri Leclaire méritent des éclaircissements approfondis. Après avoir bénéficié d'un non-lieu en 2013, ce dernier est mis en cause par de nouveaux témoins, entendus à la barre mardi. Auteur, coauteur, complice ou rien de tout cela ? Henri Leclaire ne pouvait comparaître comme simple témoin et doit bénéficier des garanties de procédures (notamment l'assistance d'un avocat) au vu des "indices graves et concordants" qui pèsent contre lui, a expliqué en substance le procureur général

Le président de la cour d'assises a tenu à s'adresser directement aux familles : "Je veux leur faire part de mes regrets de ne pas pouvoir mener les débats à leur terme. La vérité est à ce prix. Nous sommes convaincus que la vérité finira par être affirmée dans cette enceinte par la cour et le jury réunis."

"Dans combien de temps ?", s'interroge le père de Cyril Beining. "Dans deux ans, je ne serai plus là", ironisait lundi la grand-mère d'Alexandre Beckrich, 88 ans. La mère de Cyril Beining, elle, souffre de graves problèmes de santé.


L'avocat Thierry Moser se veut optimiste malgré tout : "C'est un échec mais je souhaite qu'il ne soit que provisoire. Peut-être qu'à la fin de l'année prochaine, nous aurons enfin un procès qui nous apportera la vérité."

Jean-Claude Beining, le père du petit Cyril, n'a pas caché sa tristesse: "J'espère qu'on connaîtra la vérité un jour. Mais serai-je encore là pour l'avoir?"



De fait, le cinquième procès dans cette affaire pourrait être reporté à fin 2015 au plus tôt, voire 2016. Car, selon les mots de l'avocat général à l'audience, il existe des "indices graves et concordants" contre Henri Leclaire.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/04/2014 18:45  Mis à jour: 01/04/2014 18:46
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Procès Heaulme: Henri Leclaire désormais au coeur des soupçons
Visage fermé, tête enfoncée dans son costume gris, Henri Leclaire est arrivé à pas pressés, ce mardi matin au palais de justice de Metz.
C'est lui qui ouvrait le bal des dépositions au procès de Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz. Les déclarations de cet homme de 65 ans, mis en cause lundi par un témoin de dernière minute, étaient très attendues.



Ce lundi donc, coup de théâtre: on apprend le témoignage de Marie-Christine Blindauer, une clerc d'avocat d'une cinquantaine d'années, qui affirme avoir recueilli des confessions d'Henri Leclaire il y a environ un an et demi. L'homme, qui lui livrait ses courses, se serait un jour confié à elle en revenant sur cette journée du 28 septembre 1986.

"Il m'a donné des détails sur son altercation avec les enfants. Il a précisé qu'il s'en était pris à eux, mais il a répété à plusieurs reprises: 'je ne les ai pas tués'", affirme-t-elle ce mardi au micro de BFMTV, avant d'entrer dans la salle d'audience pour témoigner.



"Je ne connais pas monsieur Heaulme"
Henri Leclaire avait alors 38 ans. Il travaillait à l'imprimerie Le Lorrain, où il était chargé de vider les poubelles. Or, une chose l'irritait: les enfants qui venaient chercher du papier dans les bennes pour s'amuser. Plusieurs témoins l'affirment: il se fâchait tout rouge, et il le reconnaît lui-même aujourd'hui. Car "quand les papiers traînaient, c'est moi qui me faisait engueuler", indique-t-il à l'audience.

Autrement, l'ancien manutentionnaire, bourru, dur d'oreille, nie en bloc. "Je ne connais pas monsieur Heaulme. Je n'ai jamais entendu parler de lui". Et la rue Venizélos, qui longe le talus? "Je n'y étais pas." "Sauf qu'on vous a vu y aller, et que vous avez dit à plusieurs reprises y être allé avec votre Vespa...", souligne le président Gabriel Steffanus. Le magistrat lui lit ses précédentes déclarations. "Je ne me souviens pas", répond Leclaire.



Henri Leclaire affirme désormais être allé à la campagne. "A l'époque, j'ai dit n'importe quoi", clame-t-il. Le président s'énerve. "Ce n'est pas aujourd'hui que vous dites n'importe quoi?" Ginette Beckrich, la grand-mère du petit Alexandre qui habitait dans le quartier, affirme elle-même avoir vu Henri Leclaire passer avec son cyclomoteur, depuis sa fenêtre.

Heaulme accable Leclaire... et se disculpe


Pendant toute la déposition d'Henri Leclaire, Francis Heaulme est resté impassible dans son box. Mais quand on l'interroge à son tour, le tueur en série accable à son tour l'ancien manutentionnaire: "Oui, j'ai vu Henri Leclaire qui descendait le talus. Du sang sur son tee-shirt, son pantalon, sa main. J'ai eu peur", affirme-t-il.


Et le sang qu'il porte sur lui, quand deux pêcheurs l'ont trouvé à cinq kilomètres de là? Francis Heaulme réaffirme avoir fait une chute... et être tombé sur la tête.

M.T http://rmc.bfmtv.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/04/2014 17:13  Mis à jour: 01/04/2014 18:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re: 01/04/2014 : procès Heaulme ( 2) : La cour d’assise de la Moselle ordonne le renvoi du procès de Montigny les Metz
" La vérité, l’entière vérité est à ce prix, au prix de ces nouvelles souffrances qui vous sont infligées"

le Président de la Cour d'assises s'excuse auprès des familles "Puisse une telle catastrophe judiciaire ne jamais se reproduire"

"C'est le seul moyen de connaître la vérité. Pour Dils au nom de ma Cour, je tiens à dire combien a été immense l'erreur judiciaire qui l'a frappé" a déclaré Gabriel Steffanus à la Cour qui a également exprimé sa peine pour les familles.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/04/2014 16:34  Mis à jour: 01/04/2014 17:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re: 01/04/2014 : procès Heaulme ( 2) : Le parquet général demande le renvoi du procès
Les avocats des parties civiles souscrivent à la demande du procureur général.

Les familles sont au bord des larmes

La défense de Heaulme ne fait pas de commentaire et souscrit également à cette demande. La cour se retire pour délibérer

La séance est suspendue. Un arrêt sera rendu par la cour à la reprise des débat

---------------------

Le parquet a demandé ce mardi le renvoi du procès de Francis Heaulme, jugé devant les assises de Moselle pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz. «Il convient de renvoyer l'affaire à une session ulterieure pour permettre à la justice de poursuivre sa recherche», a déclaré l'avocat général Jean-Marie Beney, estimant que le dossier n'était plus en état d'être jugé, après l'audition de plusieurs témoins-clés.

L'ancien suspect Henri Leclaire, qui avait avoué avant de se rétracter en 1986, a-t-il été blanchi trop vite du double meurtre de Montigny-lès-Metz ?

L'ambiance était en tout cas électrique lors de la suspension d'audience au deuxième jour du procès de Francis Heaulme. Et de l'aveu même de l'avocat de Henri Leclaire, la mise en examen de son client apparaît «vraisemblable» à l'issue d'une audition particulièrement tendue (lire encadré).

Cela signifierait un report de ce quatrième procès lors duquel Francis Heaulme, déjà condamné pour neuf meurtres, devait répondre de la mort d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, massacrés à coups de pierre le 28 septembre 1986.

Il faudrait en effet ouvrir une nouvelle information judiciaire pour ré-enquêter sur celui qu'on a baptisé «le troisième homme» dans cette affaire. Ce double meurtre avait déjà valu à un autre suspect, Patrick Dils, deux condamnations et 15 ans de prison, avant qu'il soit acquitté en 2002. Heaulme se dit lui aussi innocent de ce double meurtre et a même chargé Leclaire, en maintenant qu'il l'avait vu sur place, ensanglanté.

Comment Leclaire, qui devait être entendu comme simple témoin ce mardi s'est-il retrouvé en position d'accusé, alors que l'on devait juger Francis Heaulme, le «routard du crime» ?

Cette situation résulte de l'apparition de deux témoins surprise, convoqués ce mardi à la barre, qui mettent en cause Henri Leclaire, pourtant blanchi il y a un an de toute participation au drame.

«J'avais l'impression qu'il revivait la scène»


«C'est pas moi, je les ai pas tués (...). J'étais pas là», a asséné Leclaire venu déposer comme simple témoin. mais dont la mise en examen, 27 ans après les faits, est devenue «vraisemblable» selon son avocat, au vu de la tournure des débats. Une témoin de dernière minute, Marie-Christine Blindauer, est venue dire à la cour que Henri Leclaire s'était confié à elle, un jour de 2012 où il lui livrait ses courses. Selon Mme Blindauer, le sexagénaire a raconté que, le jour du double crime, le 28 septembre 1986, il avait «attrapé» et «agrippé», les deux petits garçons, car ceux-ci «gênaient son travail et l'horripilaient». Mais qu'il ne les avait pas tués.

«Vous n'êtes pas accusé, aujourd'hui, d'avoir donné la mort aux enfants. Seulement, si vous les avez attrapés, donné une correction ce jour-là, il faut le dire. Il faut le dire!», insiste le président de la cour, Gabriel Steffanus.

«J'ai pas fait ça, M. le président», répond le témoin. Lors d'une suspension d'audience, l'avocat d'Henri Leclaire, Me Thomas Hellenbrand, ne cache pas sa colère: «Mon client n'a pas passé un sale quart d'heure, mais un sale quatre-heures.»

«Il convient de renvoyer l'affaire à une session ultérieure pour permettre à la justice de poursuivre sa recherche», a déclaré l'avocat général Jean-Marie Beney, estimant que le dossier n'était plus en état d'être jugé, après l'audition de plusieurs témoins-clés.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/04/2014 15:58  Mis à jour: 01/04/2014 16:29
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Re: 01/04/2014 : procès Heaulme ( 2)
Par Charlotte Piret, 15h03
Cette affaire que personne n'a sui
vie

Ils ont la même explication à la bouche : « je n’ai pas suivi l’affaire ». Cette affaire de Montigny-lès-Metz qui, pourtant, émeut toute la région messine depuis 27 ans. Et sur laquelle, chacun ou presque a une hypothèse à proposer.

Et pourtant, les témoins surprise qui ont fait leur apparition ces derniers jours expliquent ainsi leur silence pendant si longtemps.

Un silence qui agace d’ailleurs car ces révélations viennent bouleverser un procès qui devait – la justice du moins l’espérait – clore un fiasco judiciaire.

Mais le nouveau témoin de cet après-midi, ancien cheminot de 72 ans, a une deuxième explication : « les témoins ont peur de la justice, ils sont comme moi. Ils ont peur d’être broyés. Vous croyez que les pêcheurs, ils le referaient ? Non ». Les pêcheurs en question, ont eux aussi été des témoins tardifs. C’était quinze ans après l’incarcération de Patrick Dils. Ils avaient alors reconnu avoir recueilli Francis Heaulme et sont à l’origine de ce nouveau procès.

A l’époque, ils avaient évoqué la même chose : la peur d’avoir des ennuis.

Par Corinne Audouin, 15h49
Le pouvoir discretionnaire du président


C’est un fait, aux assises, le président, c’est le boss. Il mène les débats, interroge l’accusé et les témoins, distribue la parole aux avocats.

Mais peut-il faire le procès d’un homme qui n’est pas dans le box? Depuis ce matin, Henri Leclaire comparaît devant Gabriel Steffanus. Il est cité comme témoin, en tant que premier homme à avoir avoué le meurtre des enfants en 1986.

Il s’est ensuite rétracté. Accusé plusieurs fois par Heaulme d’être le meurtrier, il a bénéficié l’an dernier d’un non-lieu. Mais de nouveaux éléments le pointent du doigt. Deux témoins de dernière minute, un cheminot à la retraite qui dit avoir vu Henri Leclaire le long des voies ferrées le jour du meurtre, et une femme, à qui Leclaire aurait confié avoir agressé les enfants.

En vertu de son pouvoir discrétionnaire, le président a fait citer ces deux nouveaux témoins. Voilà ce qu’en dit l’article 310 du Code de procédure pénale : « Le président est investi d’un pouvoir discrétionnaire en vertu duquel il peut, en son honneur et en sa conscience, prendre toutes les mesures qu’il croit utiles pour découvrir la vérité. (…) Il peut entendre toute personne utile à la manifestation de la vérité.

Les témoins ainsi appelés ne prêtent pas serment et leurs déclarations ne sont considérées que comme des renseignements ». On le voit, le texte ratisse large. Interroger Henri Leclaire sur sa personnalité, le confronter aux témoins, tenter de le faire avouer à la barre : rien n’empêche le président de le faire, si tout cela concourt « à la manifestation de la vérité ».
Cela pose tout de même question au regard des droits de la défense. Cité comme simple témoin, Henri Leclaire ne bénéficie pas de l’assistance de son avocat, réduit au silence.

Situation vivement dénoncée par l’avocate de Francis Heaulme, Me Liliane Glock. « Tout accusé, comme il l’est, a droit a un avocat. Ce procès est illégal ! » L’avocate fait référence à l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui garantit le droit à un procès équitable. Des normes supérieures à la loi française.
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/04/2014 14:23  Mis à jour: 01/04/2014 14:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 01/04/2014 : procès Heaulme
Pour ce deuxième jour d’audience, le président a choisi de bouleverser le programme. Après l’annonce de deux témoignages surprises hier, il décide d’entendre tous les témoins qui se réfèrent à Henri Leclaire, troisième homme supposé de cette affaire et mis en cause comme auteur ou coauteur présumé des meurtres.

Par Charlotte Piret, 09h04 (http://www.franceinter.fr/)

En attendant Henri Leclaire

Il est arrivé sans une parole au palais de justice. Mais cette fois Henri Leclaire n’a plus le choix : il va devoir s’expliquer à la barre. Et la pression est lourde. Sur le dos, Henri Leclaire a deux témoins surprise, que la cour s’apprête à entendre, l’enquête d’un journaliste qui démontre qu’il connaissait Francis Heaulme avant les meurtres. Et beaucoup de rumeurs, de supputations, d’hypothèses échafaudées sur sa possible présence sur le lieu des crimes.

Dans la salle, son avocat privé de toute participation aux débats – Henri Leclaire n’est que témoin - tripote nerveusement le rabat de sa robe, se trémousse sur le banc de bois. Et attend, lui aussi, les déclarations d’Henri Leclaire.

Par Charlotte Piret, 09h40
« C’est moi qui prenait l’engueulade »

C’est un petit homme trapu. Couronne de cheveux grisonnants, costume d’une couleur « gris-marron » indéfinissable, des papiers qui dépassent de la poche gauche. Celui qu’on attendait tous est un homme frustre à qui Francis Heaulme n’accorde pas un regard, recroquevillé, la tête baissée dans le box des accusés.

L’avocat d’Henri Leclaire, Me Hellenbrand, en revanche ne le lâche pas des yeux. Comme toute la salle d’assises, de nouveau comble, il écoute le récit de l’enfance de celui qui en quelques jours est devenu un nouveau suspect.

L’ancien manutentionnaire travaillait chez Le Lorrain, entreprise dont l’arrière et les bennes à ordures donnaient sur la rue Vénizélos. « Les gosses cherchaient des papiers dans les bennes, ils s’amusaient avec. », raconte Henri Leclaire « C’est pas gênant ça … », observe le président. « Non, mais ils les laissaient traîner dans la rue ». « Et il y avait eu des plaintes de la ville ? » « Oui, ils avaient appelé le directeur qu’il fallait ramasser les papiers sur la route, et c’est moi qui prenait l’engueulade ».

Doucement mais sûrement, le président s’approche du but. Car ces bennes, ces papiers qui traînaient, ces enfants qui agaçaient Henri Leclaire pourraient constituer un mobile. Si toutefois celui-ci cessait d’être un simple témoin.

Par Charlotte Piret, 10h17
L'homme qui disait n'importe quoi

« Pourquoi vous dites n’importe quoi ? ». Pour la première fois depuis le début du procès, le président Gabriel Steffanus perd son calme. Il vient d’interroger Henri Leclaire pendant une dizaine de minutes. Son enfance, ses différents employeurs … tout est passé au crible. On croirait l’interrogatoire d’un accusé.

D’ailleurs, Henri Leclaire ne s’y trompe pas. Il s’empêtre dans ses déclarations, explique que le jour des meurtres il est parti à la campagne – ce qu’il n’avait jamais dit en 27 ans de procédure -, prétend ensuite ne pas être sorti ce jour là.

« Le petit Alexandre vous le connaissiez », insiste alors le président. « Non, je ne le connaissais pas » « Vous avez toujours dit que vous le connaissiez ».

Il paraît que les innocents se défendent toujours très mal. Quoi qu’il en soit, Henri Leclaire a bien du mal à convaincre devant cette cour d’assises.

Par Charlotte Piret, 11h31
Côte à côte à la barre

« Monsieur Heaulme venez à la barre ». Un frisson parcourt la salle d’assises comble. L’effrayant tueur en série s’extrait de son box, chemise rayée bleue et pantalon noir. Solidement encadré par trois surveillants de l’administration pénitentiaire, il se plante aux côtés d’Henri Leclaire. Deux têtes séparent les deux hommes. L’un est grand et maigre, l’autre petit et trapu. L’un détenu depuis 22 ans, l’autre retraité libre.

Mais, à cet instant précis, les deux en sont presque au même point. Car si c’est bien Francis Heaulme qui est accusé des meurtres de Cyril et Alexandre, c’est Henri Leclaire qui est sous le feu croisé des questions du président :

« Monsieur Leclaire, vous n’êtes pas accusé aujourd’hui d’avoir donné la mort aux enfants. Mais si vous leur avez donné une correction ce jour-là, il faut le dire ! »

« Je n’ai pas fait ça monsieur ». La voix chevrotante de Francis Heaulme lui fait écho : « Montigny, ce n’est pas moi »

Décidément ces deux là ont plus en commun qu’ils ne l’admettent.

Par Charlotte Piret, 12h44
Les méthodes contestées du président

Le malaise va grandissant. Ce sentiment de se dire que quelque chose de va pas. Que la justice – une fois encore dans cette affaire ? – ne fonctionne pas vraiment comme elle devrait.

Parce qu’un accusé fasse l’objet d’un interrogatoire serré, c’est dans l’ordre des choses. Et surtout, il bénéficie d’avocats, en l’occurrence quatre pour la défense de Francis Heaulme. Mais là, l’homme qui se retrouve à la barre depuis trois heures subit une pression. Une très grosse pression. Et aucun homme de droit n’est là pour le défendre. Même en garde-à-vue, ce n’est aujourd’hui plus possible.

Et pourtant le président insiste : « Monsieur Leclaire, vous ne pensez pas que c’est le moment de dire haut et fort …. » « Monsieur Leclaire, c’est un accident ?, c’est un accident ? ».

Il a beau répéter, une fois, deux fois, trois fois, quatre fois : « Monsieur Leclaire, personne ne vous accuse ». On finit très sérieusement par croire le contraire.

Et quand le président se retrouve à court de questions, c’est l’avocat général qui prend le relais : « Monsieur Leclaire, est-ce que vous pensez qu’un individu normalement constitué va vous croire un instant ? »

Mais un individu normalement constitué tiendrait-il un tel choc ?

---------------------------
14h
Reprise du procès Heaulme avec un nouveau témoin de dernière minute à charge contre Leclaire
Il s' agit d'un conducteur de train qui assure avoir aperçu Leclaire sur la voie de chemin de fer le jour du meurtre de Montigny

Jean Woffler, retraité de la SNCF, confirme à la barre qu'il a vu Henri Leclaire sur les voies ferrées le 28 septembre 1986
Le conducteur se souvient avoir vu un homme longer sa machine. "Il avait une facon bizarre de marcher. Ca a attiré mon attention"

"Il avait un maillot blanc et rouge comme du sang. Mais est-ce que c'était du sang ? J'ai pas touché", poursuit le conducteur

"J'ai jamais dit que c'était Leclaire l'assassin. J'ai dit que je l'avais vu"

Le témoin n'a pas parlé avant car il avait "peur de la police" et qu'il avait aussi "assez de problèmes" : "J'arrêtais de fumer"
"Les témoins ont peur de la justice", dit encore l'ancien cheminot.
"Est ce que nous témoins, nous avons une protection ? Rien !", se défend le cheminot, véhément. Le psdt est perplexe.
Le témoin fournit des explications farfelues. Le président a du mal à garder la main

le cheminot sur demande du président regarde à nouveau les photos sur lesquelles il a identifié Leclaire
"Ca ressemble au même bonhomme. Il y a une similitude" avec l'idividu vu sur les rails"
Jean Woffler ne voit visiblement plus très bien, il reconnaît vaguement Leclaire sur deux clichés
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/04/2014 09:34  Mis à jour: 01/04/2014 09:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtres de Montigny : et si ce n'était pas Heaulme ?
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/03/2014 17:07  Mis à jour: 31/03/2014 17:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Procès Heaulme : L 'audition de Leclaire avancée à mardi ainsi que l'audition d'une témoin de dernière minute, clerc d'avocat ...
Contre toute attente, c'est le cas d'Henri Leclaire, un ancien manutentionnaire de Montigny-lès-Metz, qui a accaparé l'attention cette première matinée d'audience. Au point que la Cour a décidé d'avancer à mardi matin son audition. Cet homme, premier à avoir avoué le crime en 1986 avant de se rétracter, devait initialement être entendu comme témoin le 8 avril.

C'est l'audition d'un témoin de dernière minute samedi qui a précipité le réexamen du cas Henri Leclaire. Cette femme d'une cinquantaine d'années aurait reçu, il y a un an et demi, des confidences de la part de l'ancien manutentionnaire. Celui-ci aurait reconnu avoir poursuivi les enfants sur le talus SNCF où ils ont été tués - sans aller jusqu'à confier les crimes.

Francis Heaulme, qui continue de nier avec force sa propre implication, a lui-même un temps évoqué le nom d'Henri Leclaire. Placé en 2006 sous le statut de témoin assisté, l'ancien manutentionnaire a néanmoins bénéficié d'un non-lieu faute de preuves en 2007.

Vers un report du procès?

Mais vendredi, un ancien conducteur SNCF s'est lui aussi manifesté auprès de la justice, 28 ans après le meurtre des deux enfants. Ce témoin affirme avoir vu, le jour du crime, un homme échapper à la scène de crime le tee-shirt taché de sang. Pour lui, il pourrait s'agir d'Henri Leclaire.

Selon l'envoyée spéciale de BFMTV sur place, Pauline Revenaz, ces deux témoins accablant l'ancien manutentionnaire seront également entendus mardi matin. Après leur audition, le président de la Cour d'assises pourra choisir de poursuivre les audiences ou d'ordonner un supplément d'information. Dans ce cas, le quatrième procès de l'affaire Montigny-lès-Metz serait alors renvoyé à une date ultérieure.


------------------------
Alain Morvan et Kevin Grethen, journalistes au Républicain Lorrain (http://www.republicain-lorrain.fr/), ont rencontré le témoin de dernière minute qui sera entendue, comme Henri Leclaire, ce mardi matin, dès l'ouverture de l'audience. C'est un document exclusif dans l'affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz que nous vous proposons d'écouter : ICI
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/03/2014 16:05  Mis à jour: 31/03/2014 16:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Procès Heaulme : VIDEO. Meutres de Montigny-les-Metz : une nouvelle hypothèse bouleverse le procès
Francis Heaulme comparaît aux assises pour le meutre de Cyril et Alexandre en septembre 1986. Mais, ultime rebondissement dans l'affaire, une femme affirme avoir recueilli les aveux d'un troisième homme, Henri Leclaire. Un peu plus tôt, un conducteur de train l'avait aussi visé.



L'hypothèse Leclaire, évoquée par deux personnes

Alors qu'un conducteur de train a mis en cause un troisième homme, Henri Leclaire, une femme affirme à son tour avoir recueilli des aveux de sa part, il y a un an et demi. "Il s'agit de savoir si l'hypothèse Leclaire est crédible, pertinente, ou si au contraire, ce sont d'aimables fariboles", déclare Thierry Moser, avocat des parties civiles. "Cela fait 28 ans qu'il dit qu'il n'a rien à voir avec cette affaire", répond l'avocat d'Henri Leclaire, Thomas Hellenbrand. Le président de la cour d'assises a décidé de bouleverser son calendrier. Ces témoins seront entendus dès mardi 1er avril. Leurs révélations pourraient entraîner un supplément d'information et donc, le renvoi du procès.
Francis Heaulme congédie son avocat

Lors de son arrivée au tribunal, l'avocat de Francis Heaulme a appris qu'il venait d'être congédié par son client au profit d'une consœur. "Mon cher Francis Heaulme est particulièrement influençable. Une fois qu'il est sous la coupe de Me Liliane Block, il n'y a plus grand chose à faire, il n'y a plus qu'à retirer ses billes", a déclaré Me Pierre Gonzalez de Gaspard. Les parents des victimes ont toujours soutenu que Francis Heaulme était impliqué du double assassinat. A son arrivée,Francis Heaulme, 55 ans, est apparu mal rasé, les cheveux hirsutes, refusant d'être pris en photo ou filmé.

Source: http://www.francetvinfo.fr

Auditionné ,Heaulme dit tout et son contraire "des fois je mens des fois je dis la vérité. Je vous ai menti pour faire mon intéressant"

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/03/2014 10:07  Mis à jour: 31/03/2014 10:07
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : 28 ans de souffrance et de mystères ( Vidéo )
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 29/03/2014 11:11  Mis à jour: 30/03/2014 12:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Meurtre de Cyril et Alexandre : Francis Heaulme: un nouveau témoin ( qui crie son innocence) pourrait bouleverser le procès
Le procès de Francis Heaulme va connaître un rebondissement de dernière minute. Un témoin inattendu se présente à quelques jours du procès qui se tient lundi à Metz (Moselle).


Une poignée de jour avant l'ouverture du procès de Francis Heaulme, accusé du double meurtre de Montigny-lès-Metz, un nouveau témoin a été ajouté à la liste, selon une information de France Bleu Lorraine, confirmée par une source proche du dossier. Un ancien employé de la SNCF a été entendu par le président de la cour d'assises de Moselle.

VIDEO. Francis Heaulme, l'horreur sans fin


--------------------------------------

Le «troisième homme» crie son innocence


Henri Leclaire, accusé des meurtres par Francis Heaulme, est témoin assisté au procès.


Il est le mystérieux «troisième homme», celui dont on sait peu mais que Francis Heaulme accuse par intermittences depuis que Patrick Dils a été acquitté. Cet «autre» que Me Pierre Gonzalez de Gaspard, l’avocat de Heaulme, désigne également, et qu’un nouveau témoin cheminot dit avoir vu près des lieux du crime. Le nom d’Henri Leclaire, 65 ans, devrait être au cœur de la première journée du procès, la défense étant fortement susceptible de réclamer un supplément d’information sur cette hypothèse. Assis dans le bureau de son avocat, Me Thomas Hellenbrand, le petit homme rond ...
----------------------

Henri Leclaire : « Je ne connaissais ni les enfants ni Francis Heaulme »

Image redimensionnée


Henri Leclaire aime vivre en retrait de la société. Loin des hommes. Loin de tout. Il n’a pourtant jamais été autant question de lui. Un récent reportage d’ Envoyé Spécial et un livre du journaliste Emmanuel Charlot ont braqué les regards sur celui qui fut le premier homme à avoir avoué le double meurtre. Mis hors de cause par la justice, le dossier lui revient en pleine figure. Le sexagénaire s’y attendait un peu à l’approche du procès où il est cité comme témoin…

« Ce qu’on me fait, c’est scandaleux », grogne Henri Leclaire. « Cette affaire est le malheur de sa vie, son fardeau », lâche son avocat, Thomas Hellenbrand. Les deux enquêtes laissent planer le doute sur un éventuel rôle dans le double meurtre de Montigny-lès-Metz.

Le lendemain de la diffusion du reportage sur France 2, Henri Leclaire a filé chez son avocat : « Trop, c’est trop… » C’était avant les révélations du cheminot qui affirme l’avoir reconnu « à 90 % » le long des voies ferrées, le jour des faits, avec un tee-shirt ensanglanté. Henri Leclaire sort d’un silence de 13 ans pour affirmer son innocence. Avec ses mots, ceux d’un homme qui était, en septembre 1986, manutentionnaire dans une société au pied du talus de la rue Vénizelos.

Peu de temps après le double meurtre, son comportement nerveux face à Ginette Beckrich, la grand-mère d’Alexandre qui travaillait comme femme de ménage chez le père d’Henri Leclaire, a paru suspect. Suffisamment pour finir en garde à vue dans les locaux de la PJ.

Selon les documents de l’époque, il commence à parler et ne s’arrête plus. Son procès-verbal d’audition fait cinq pages. « Ils me harcelaient de questions, j’ai plongé. Et je me suis englué. » Il est finalement relâché parce qu’il ne pouvait pas monter sur le talus SNCF. Il y a plusieurs autres accès…

Le mal est fait. Son père « vit douloureusement les suspicions. » Il décède peu de temps après l’acquittement de Patrick Dils en 2002. Aux assises de Lyon, Leclaire s’était retrouvé en face de Francis Heaulme. Il avait manqué de défaillir.

« Je veux qu’on me laisse tranquille »


Témoin assisté lors du supplément d’informations ordonné en 2008, il est blanchi depuis mars 2013. Il n’est accusé de rien et c’est de lui dont tout le monde parle depuis quelques semaines. Des éléments interrogent, apparaissent troublants. « Le cauchemar continue… », soupire le Montignien. Thomas Hellenbrand ne vacille pas, même au sujet du cheminot qui vient de se réveiller. « J’aimerais bien l’avoir en face de moi lors d’un procès », sourit le pénaliste. Il sait que l’avocat de Francis Heaulme veut détourner l’attention vers son client. « Je ne comprends pas cette stratégie. C’est parfaitement minable. » La défense de Leclaire est simple : « Je suis fatigué et usé. Tout ça a gâché ma vie. Je veux juste qu’on me laisse tranquille maintenant. Je n’étais pas rue Vénizelos le 28 septembre 86, je ne connaissais pas les enfants et je ne connaissais pas Heaulme. » Des témoins affirment le contraire. Ils ont rendez-vous devant la cour d’assises.

K. G. http://www.estrepublicain.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/03/2014 11:30  Mis à jour: 28/03/2014 15:06
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Proces : Qui est Heaulme ??? Dr Serge Bornstein: "Francis Heaulme vit dans un univers glauque" . Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Francis Heaulme jugé 28 ans après ( VIDEOS)

#ProcesHeaulme Dr Serge Bornstein: "Francis... par franceinter

Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Francis Heaulme jugé 28 ans après


Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Francis... par francetvinfo
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 25/03/2014 14:21  Mis à jour: 26/03/2014 10:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Heaulme avait écrit à la police après les meurtres de Cyril Beining et Alexandre Beckrich ... La maman de Cyril assistera au procès
METZ - Le tueur en série a été récemment identifié comme l'auteur d'un courrier anonyme envoyé à la police, peu après le meurtre des deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986.

Francis Heaulme avait écrit une lettre anonyme à la police peu après le meurtre des deux enfants, à Montigny-lès-Metz en 1986, crime pour lequel il sera jugé à partir de lundi, révèle le Républicain Lorrain ce mardi. L'enveloppe et son courrier «sont de la main de Francis Heaulme», affirme Christine Jouishomme, graphologue auprès de la Cour de cassation dont l'expertise a été sollicitée par le président de la cour d'assises de Metz, où se tiendra le procès du tueur en série jusqu'au 23 avril. L'analyse ADN du timbre a toutefois révélé un profil génétique féminin inconnu.

Il s'agit d'un témoignage, écrit dans un style quasi télégraphique et truffé de fautes d'orthographe, évoquant une voiture «clair petite genre Peugeot Renault», faisant écho à une Fiat Panda de couleur claire qui était recherchée à l'époque par la police dans cette affaire. Le texte est assorti du dessin d'un visage masculin, annoté de remarques: cheveux «châtains» et «teint pâle». Cette lettre expédiée le 11 octobre 1986 prouve que Francis Heaulme surveillait de près l'évolution de l'enquête dès le début, a estimé l'un des avocats des parties civiles, Me Dominique Boh-Petit. «Cela n'apporte rien. Ce n'est pas parce qu'il s'exprime dans cette lettre qu'il est coupable», a rétorqué l'avocat de Francis Heaulme, Me Pierre Gonzalez de Gaspard.

Déjà condamné pour 9 meurtres, Francis Heaulme nie être l'auteur du meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, deux enfants de 8 ans assassinés à coups de pierre à Montigny-lès-Metz le 28 septembre 1986. Mais il a reconnu à plusieurs reprises avoir été sur place le jour du meurtre et avoir aperçu les enfants vivants, puis morts.

Source AFP

Image redimensionnée
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/03/2014 16:21  Mis à jour: 23/03/2014 16:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Patrick Dils innocenté, Francis Heaulme va enfin être jugé pour le meurtre de deux enfants en Moselle ... Entretien avec le tombeur de Francis Heaulme : « Il transpire la mort »
Désormais enquêteur privé, Jean-François Abgrall sera l’un des acteurs clés du procès.




Bourreau de tueurs en série, Jean-François Abgrall affiche notamment à son palmarès Émile Louis et Francis Heaulme.

Alors que ce dernier s'apprête à être jugé pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986, l'ancien gendarme évoque l'insaisissable personnalité du « routard du crime. » « Sud Ouest dimanche ». L'avocat de Francis Heaulme assure que son client va parler.

Vous, qui répétez que « c'est quand on ne lui demande rien qu'il en dit le plus », croyez-vous à des confidences vingt-huit ans après les faits ?
Jean-François Abgrall. C'est possible. Heaulme, qui a une mémoire spectaculaire - presque « autistique » -, ne sait pas mentir. Lorsqu'il triche, il se contente de brouiller les histoires, de mélanger les lieux et les gens. Sauf qu'il n'aime pas se retrouver sous la pression d'un tribunal. Parler ne signifie pas avouer, mais peut-être charger l'éventuel complice qu'est Henri Leclaire.

Heaulme s'est régulièrement associé pour commettre ses crimes?
D'autres personnes l'ont souvent accompagné, oui. Heaulme a le talent de repérer très vite la faille chez les gens. Il en fait des complices, parfois des coauteurs, sans même que ceux-là aient imaginé que la chose irait jusqu'à la mort cinq minutes auparavant. D'autres enfin se retrouvent spectateurs, comme s'il avait besoin de montrer ses meurtres pour prouver qu'il existe....

Source: http://www.sudouest.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/03/2014 11:04  Mis à jour: 13/03/2014 11:04
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4343
 Annonce : France 2 , ce 13/03/2014 ... «Francis Heaulme, l'ultime procès ?».
Image redimensionnée


20:45

13.03.14


Envoyé spécial

De Revon Jérôme

France - Reportage - 2014 - 90'

Couleur

Résumé

«Francis Heaulme, l'ultime procès ?». Dans quelques semaines, le tueur en série Francis Heaulme, 54 ans, reparaîtra devant les assises pour un double meurtre d'enfants commis en 1986 : celui pour lequel Patrick Dils avait été condamné à perpétuité en 1989, avant d'être innocenté en 2001


- «École recherche profs désespérément». Chaque année, en France, 2,5 millions d'heures de cours sont perdues. Pourquoi les enseignants en congé maladie ou en formation ne sont-ils pas toujours remplacés ? La pénurie de professeurs peut-elle tout expliquer ? Comment sont recrutés les contractuels et les vacataires ? Au coeur des rectorats, enquête sur la gestion des remplacements des profs
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
4 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10