|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
15 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 15

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Mort de Tony : un voisin jugé ce mardi pour "non dénonciation de mauvais traitements" ... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/10/2019 12:23
Carine et Gino Russo expliquent «pourquoi Dutroux ne doit pas être libéré» ( vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/10/2019 11:59
Violences, maltraitances : Pourquoi les victimes gardent-elles le silence ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/10/2019 13:12
Affaire Dutroux : 400 personnes ont manifesté à Bruxelles lors de la « Marche noire ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/10/2019 12:21
Les disparues de l'A26 . Aisne: «Disparues de l’A26», le dossier Ghislaine Charlier rouvert. ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/10/2019 16:41
Meurtres des «disparues de l'A6». Meurtre de Christelle Blétry : Pascal Jardin définitivement condamné à perpétuité. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/10/2019 13:24
Demande de libération de Marc Dutroux: Gino Russo, le papa de Mélissa, dénonce «l’attitude perverse et sadique de Bruno Dayez» (vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/10/2019 13:58
Shashia Moreau meurt asphyxiée «J’ai serré plus fort que je le pensais »dit John V.D.B., âgé de 27 ans. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/10/2019 13:18
Affaire Dutroux: 23 ans après la Marche Blanche, une Marche Noire traversera Bruxelles ce dimanche. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/10/2019 12:54
Expertise psychiatrique de Marc Dutroux : avis favorable du parquet de Bruxelles!!! ( Photo de la cache) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/10/2019 15:03

FRANCE : Protection de l'enfance: le Défenseur des droits veut améliorer le suivi

Publié par Walda Colette Dubuisson le 17-10-2019 (1816 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée


17/10/2019 : - Un enfant abandonné, négligé ou maltraité a davantage de chances de souffrir, plus tard, de troubles du comportement. Si jusque-là, ce phénomène n'était pas réellement expliqué scientifiquement, une équipe de chercheurs a réussi à déterminer la manière dont le stress infantile précoce retentit sur l'activité cérébrale.
-----------------------------------------
28/03/2014 :Citation :
Ouah ! Quand le défenseur des droits veut protéger les enfants maltraités, les agresseurs n'ont qu'à bien se tenir ! Des mesures chocs qui vont changer la donne pour les petits battus, violés, "négligés"... Il faut une affaire médiatisée pour que l’état ponde ça !


Le Défenseur des droits, Dominique Baudis, ne met pas en cause les services sociaux mais suggère des recommandations pour mieux suivre les enfants, dans une décision rendue publique vendredi.


Mis à jour le 28.03.14 à 09h40

Deux garçons maltraités pendant trois ans à Pavillons-sous-bois (Seine-Saint-Denis): après enquête, le Défenseur des droits, Dominique Baudis, ne met pas en cause les services sociaux mais suggère des recommandations pour mieux suivre les enfants, dans une décision rendue publique vendredi.

Les deux enfants, âgés de 12 ans et demi et 9 ans étaient suivis depuis 2008 par les services de protection de l'enfance. Pourtant, il a fallu que l'aîné se rende au commissariat mi-avril 2013 et dénonce des actes de maltraitance pour que le calvaire des deux frères soit découvert et qu'ils soient placés en urgence.

«Si l'implication et l'important travail des professionnels autour de cette famille ne sont pas remis en cause, il n'en reste pas moins que certaines recommandations peuvent être faites quant au suivi des enfants sur la période considérée», estime le Défenseur des droits qui s'était saisi de cette affaire, très médiatisée.

Il relève notamment des lacunes dans la transmission des informations et la communication entre les différents acteurs chargés de veiller sur les enfants. Parmi ses recommandations, le Défenseur suggère que le juge des enfants «envisage la possibilité d'auditionner les professionnels ou membres de la famille en contact régulier avec les enfants».

Il souhaite aussi que les travailleurs sociaux organisent des visites plus régulières, y compris de la chambre des enfants, et qu'ils fassent au magistrat des compte-rendus détaillés lui permettant d'évaluer au mieux la situation. Il les encourage aussi à explorer l'entourage des enfants et les personnes gravitant autour d'eux.

Dans le cas des deux enfants de Pavillons-sous-bois, le Défenseur des droits s'étonne que «les visites aient été si peu fréquentes sur cinq années d'accompagnement éducatif». Celles-ci n'ont pas permis de constater l'état d'insalubrité de la pièce où dormaient les enfants, que n'ont constaté les enquêteurs qu'en avril 2013, ni de réaliser le régime préférentiel dont bénéficiaient les enfants de la compagne du père, avec des repas différents et des jouets quand leurs demi-frères n'en avaient pas.

Les deux victimes, régulièrement frappés et privés de nourriture, étaient obligés de dormir dans une cave, au milieu de leurs déjections.

Pour pallier le manque de places au sein de structures destinées à accueillir des enfants, Dominique Baudis incite le conseil général à développer des offres de prise en charge innovantes.

© 2014 AFP
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/10/2019 10:48  Mis à jour: 17/10/2019 10:48
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4847
 Le stress subi durant la petite enfance ferait de gros dégâts sur l’activité cérébrale...
Un enfant abandonné, négligé ou maltraité a davantage de chances de souffrir, plus tard, de troubles du comportement. Si jusque-là, ce phénomène n'était pas réellement expliqué scientifiquement, une équipe de chercheurs a réussi à déterminer la manière dont le stress infantile précoce retentit sur l'activité cérébrale.

"Sèche tes larmes, tout ça sera vite oublié." Ces mots de réconfort, régulièrement employés par les parents, ne sont en réalité pas applicables à toutes les situations. Selon une étude de l'Inserm, un stress infantile survenant lors des premières années de vie peut avoir de lourdes répercussions à long terme sur l'activité cérébrale en raison d'une modification de celle-ci. Les enfants ayant subi un abandon, des négligences émotionnelles ou matérielles, des maltraitances ou des abus sexuels sont en effet connus pour présenter une vulnérabilité accrue vis-à-vis du risque ultérieur de troubles dépressifs ou anxieux, de toxicomanie, de schizophrénie ou de troubles bipolaires.

Au travers de travaux menés sur des souris, des chercheurs de l'Inserm, du CNRS, mais aussi des scientifiques brésiliens, américains et indiens, ont cherché à définir l'origine de ces susceptibilités psychologiques. Anne Teissier, chercheuse au CNRS et auteure principale de l'étude, nous en dit plus.

Comment le cortex préfrontal est affecté par le stress infantile précoce

"L’enjeu de l’étude était de comprendre ce qui se passe dans le cerveau pendant, ou juste après le stress. Beaucoup de travaux portant sur le stress infantile précoce ont été faits au préalable, mais seulement sur les adultes. Ils ont permis de comprendre les conséquences du stress, mais pas le mécanisme", explique Anne Teissier. Pour cela, les auteurs de l'étude ont induit un stress chez des souris de laboratoire en séparant un petit de sa mère durant les deux premières semaines de sa vie. Ils ont ensuite analysé l’impact immédiat du stress pendant le développement de l'animal, via des études génomiques, soit de l’ensemble des gènes contenus dans nos cellules, et des analyses cellulaires menées sur le cortex préfrontal. Cette région du cerveau joue en effet un rôle important dans le contrôle émotionnel.

"Lors de ces observations, nous avons vu ressortir une modification précoce de la production locale de myéline, une protéine indispensable à une bonne conduction nerveuse. Cela serait dû à la maturation anticipée de certaines cellules, appelées les cellules progénitrices des oligodendrocytes, en charge de cette synthèse", détaille la chercheuse. Or, ces bouleversements sont directement associés à la modification de l’activité neuronale au cours du développement, des souris comme des humains.

La modification à long terme de l'activité cérébrale endiguée chez des souris

Dans la seconde partie de l'étude, les chercheurs ont réussi à inhiber l’activité neuronale du cortex préfrontal de souriceaux non stressés, ce qui a engendré une maturation accélérée des cellules progénitrices des oligodendrocytes (CPO). Ces animaux ont par la suite présenté, à l'âge adulte, des troubles de comportement similaires à ceux d'adultes exposés à un stress précoce. Les scientifiques ont également fait la manipulation inverse en augmentant transitoirement l'excitabilité neuronale. Cela a limité la maturation précoce des CPO et certains comportements associés à la dépression.

Des expériences d'adoption précédemment menées avaient d'autre part montré qu'il était aussi possible d'empêcher la modification du comportement à l'âge adulte de souris, préalablement soumises à un stress provoqué cette fois avant la naissance, en les plaçant dès leur venue au monde auprès d'une nouvelle mère, loin de toute négligence ou maltraitance. S'il est possible d'agir en s'y prenant dès la naissance, jusqu'à quel âge est-il vraiment possible d'endiguer un stress infantile précoce ? "Nous n'avons pas encore de réponse très précise à ce sujet, mais des travaux menés par le Robert Hill, un chercheur américain, ont montré que des défauts de myélinisation apparaissaient dans le cortex préfontal d'enfants abandonnés s'ils n'étaient pas placés en famille d'accueil avant 3 ans. Les mettre dans un centre ne suffisait pas, il fallait qu’il y ait une figure de l’attachement", répond Anne Teissier.

Grâce à cette étude, qui devrait en amener d'autres pour confirmer et approfondir les résultats obtenus, la chercheuse espère arriver, un jour, à diagnostiquer très tôt les enfants ayant subi un stress infantile traumatisant et, ainsi, à compenser le défaut d'activité cérébrale qui lui est lié grâce à "la stimulation intellectuelle, environnementale, voire grâce à des médicaments".

LIRE AUSSI
Les enfants de mères angoissées pendant la grossesse seraient plus stressés que les autres

Les hommes dont la mère a connu un début de grossesse stressant auraient un sperme de moins bonne qualité

Combien de temps par jour faut-il passer dans la nature pour ne plus être stressé ? Cette étude vous donne la réponse
->https://www.lci.fr/bien-etre/depressio ... -de-l-inserm-2134996.html
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
1 - 0 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10