|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non résolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
26 Personne(s) en ligne (25 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 26

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans Ă  nous deux.
Depuis 22 ans nous portons Ă  bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

La France et le nouveau business des disparitions !!!

Publié par Walda Colette Dubuisson le 21-04-2014 (1260 lectures) Articles du même auteur
Publié le 20/04/2014 à 22:36
Depuis avril 2013, les services de police ne prennent plus en charge les recherches de personnes qui se sont volatilisées sans inspirer d'inquiétude. Un «marché» récupéré par les détectives privés.


Rechercher un proche qui s'est soudain volatilisé sans ce que cela soit une disparition inquiétante… Ces centaines d'affaires recensées chaque année en France et qui étaient prises en charge par les forces de l'ordre sont doré­navant récupérées par les détectives privés.

Il y a tout juste un an, une circulaire du ministère de l'Intérieur indiquait en effet que cette procédure dite de «recherche dans l'intérêt des familles» ne serait plus désormais prise en charge par les brigades et les commissariats, comme cela était le cas depuis la Première Guerre mondiale. Cette procédure avait été mise place au lendemain du conflit pour permettre aux familles éparpillées en France de se retrouver.

Ainsi, jusqu'à avril dernier, policiers et gendarmes enregistraient les données d'état civil d'une personne portée disparue qu'on leur transmettait. «Le nom était enregistré dans le fichier des personnes recherchées», explique ­Frédéric Debove qui forme à l'université de Paris II les candidats au métier de détective privé.

Ensuite et au hasard des contrôles, les familles pouvaient renouer avec ce proche enfin localisé, à condition que ce dernier le veuille. «Car un adulte a parfaitement le droit de vouloir disparaître un jour», rappelle Frédéric Debove. Beauvau a donc finalement décidé de mettre fin à cette procédure car elle était de plus en plus détournée de sa fonction première. «Il s'agit le plus souvent de demandes motivées par la recherche de débiteurs alimentaires», lit-on dans la circulaire.

Dans le même document, il est indiqué que dorénavant les familles, en quête d'un des leurs, devront recourir aux réseaux sociaux sur Internet… Ce qui avait fait bondir diverses associations concernées. «Cela va générer une publicité très dommageable pour les disparus si ceux-ci ont choisi de partir volontairement.
Comment refaire sa vie si on est affiché partout sur Internet», avait notamment regretté Alain ­Boulay, président de l'Apev, l'Aide aux parents d'enfants victimes.

La Toile est assurément aujourd'hui utilisée comme un puissant lanceur de recherche, mais les détectives privés sont aussi sollicités comme le relate Frédéric Debove. Et des associations susceptibles de les aider sont de plus en plus contactées.

C'est le cas du «collectif des morts de la rue» qui relève les noms de personnes retrouvées décédées sur le trottoir. «Les détectives privés nous appellent de plus en plus», confirme sa responsable Cécile Roca.


Source: http://www.lefigaro.fr/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent Ă  leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
DĂ©poser un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 5 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10