|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
17 Personne(s) en ligne (16 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 17

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
VIDEO. "On voulait avoir le fin mot et on l'a", déclare la mère d'Alexia Daval après la reconstitution du meurtre de sa fille. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2019 15:19
Procès Valentin - LE DIRECT: l’avocat général requiert la perpétuité contre Alexandre Hart et Belinda Donnay. ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2019 13:18
Après la reconstitution du meurtre d'Alexia Daval, Jonathann Daval reconnaît avoir brûlé son corps . Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2019 13:04
Disparition de Theo Hayez en Australie: WhatsApp répond à l’appel du papa, «nous aidons la police». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2019 12:51
“Aidez-moi à tenir ma promesse”: le père de Théo Hayez interpelle WhatsApp... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2019 09:35
Théo est porté disparu en Australie: la police diffuse une nouvelle vidéo du jeune homme. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2019 09:21
DISPARITION INQUIETANTE de Théo Hayez. : une dernière vidéo de Théo, 17 jours après… Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/06/2019 09:01
Meurtre d'Alexia Daval. Une reconstitution lundi pour lever les ultimes zones d'ombre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/06/2019 16:18
Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan. Affaire Sophie Le Tan : “je l’ai échappé belle” témoigne une étudiante qui avait répondu à l’annonce de Jean-Marc Reiser.( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/06/2019 18:47
Disparition de Théo Hayez en Australie: le père de l’étudiant belge est à Byron Bay, les recherches perdureront durant le week-end! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/06/2019 09:25

Jean-Luc Moindrot, DANGEREUX violeur et pédophile capturé au Perthus, repart pour trois ans en prison.

Publié par Walda Colette Dubuisson le 05-07-2014 (5364 lectures) Articles du même auteur
05/07/2014 : Jean-Luc Moindrot a été ramené jeudi, sous escorte, en Lorraine. Il est arrivé en fin de journée à la cité judiciaire de Nancy. Il s’est retrouvé devant un juge d’application des peines. Celui-ci a fait sauter 36 des 45 mois de réduction de peine dont il avait bénéficié au cours de son précédent passage derrière les barreaux.

Le délinquant sexuel repart pour trois ans en prison. Sans aménagement, ni remise de peine possible.

*****************


01/07/2014 : Le violeur en série Jean-Luc Moindrot a été interpellé ce mardi à 15h20 par les services de la police aux frontières du Perthus (Pyrénées-Orientales).
L'homme n'a opposé aucune résistance lors de son arrestation.

**************************

Le fugitif qui se trouvait en Espagne a été repéré ce mardi matin après avoir passé la frontière par l'autoroute A9.

19/06/2014 : Huit jours de cavale pour Jean-Luc Moindrot désormais sous le coup d’un mandat d’arrêt international.
17/06/2014 : Le violeur récidiviste de 48 ans domicilié à Nancy (Lorraine), en fuite depuis jeudi dernier après avoir brisé son bracelet électronique, aurait été aperçu lundi matin par au moins deux personnes sur le campus du Saulcy, à Metz, a confirmé aujourd'hui la police de Nancy.

NANCY :Jean-Luc Moindrot, le fuyard a brisé son bracelet électronique avant de prendre la fuite à bord d'une Opel vectra CZ 257 VJ. le 12/06/ au matin ( il peut être n'importe où ).
L'homme sous surveillance bracelet avait été condamné à 20 ans de réclusion ..
INDIVIDU DANGEREUX , n'intervenez pas vous- même !

La crainte des autorités est bien évidemment que le fugitif ne repasse à l’acte..
Voir Vidéo








Citation :
Let op, wees zo goed, deze man is gevaarlijk: het meet 1,80 m 74kg weegt en heeft grijs-bruin haar. Hij reizen aan boord van een Opel vectra, geregistreerd CZ 257 VJ.

NANCY: Jean-Luc Moindrot, de loper, brak zijn elektronische armband voordat ontsnappen aan boord van een Opel vectra CZ 257 VJ. 12/06/in de ochtend (het kan overal worden).

De man onder toezicht armband werd veroordeeld tot 20 jaar in de gevangenis...

INDIVIDUELE gevaarlijke, interfereren niet u - zelfs!De angst voor de autoriteiten is natuurlijk dat de voortvluchtige keert terug naar de wet...
Zie Video


Individu « dangereux, violeur et pédophile ». Le mandat d’arrêt délivré jeudi par un juge de l’application des peines près le tribunal de grande instance de Nancy à l’encontre de Jean-Luc Moindrot, fait froid dans le dos . Originaire de Gien, dans le Loiret, cet homme de 48 ans condamné plusieurs fois pour viols, a sectionné, jeudi à 7 h 30, le bracelet électronique de surveillance qu’il portait à la cheville. Le mouchard a été retrouvé au sol, à proximité du domicile nancéien que le quadragénaire occupait au centre-ville, quartier Sainte-Catherine, avec un colocataire. Un dispositif dont le prisonnier du centre de détention (CD) de Toul avait été équipé le 12 juillet 2013.

« Il avait été condamné en 2001 par la cour d’assises de l’Yonne à 20 ans de réclusion criminelle pour viols avec arme en récidive. Un verdict assorti d’une peine de sûreté de 13 ans », précise Thomas Pison, procureur de la République de Nancy. « Par le jeu des remises et réductions, M. Jean-Luc Moindrot arrivait en fin de peine le 3 décembre 2013 et devait donc quitter le CD de Toul. Mais face à son profil psychiatrique, face au risque de récidive avéré confirmé par plusieurs expertises, on lui a proposé, avec son accord, cette mesure de surveillance judiciaire sous bracelet GPS. Pour une durée fixée à 45 mois. Soit l’équivalent des réductions de peine dont il a pu bénéficier durant son incarcération », souligne Thomas Pison.

En plus du bracelet, l’ex taulard suivi par le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) bénéficiait « d’une injonction de soins et d’un traitement médical sous forme d’injections pour contrôler sa libido », assure encore le procureur.

Autorisé à 4 heures de sortie par jour

Le port du bracelet imposait au fugitif un rythme de vie très strict qui lui autorisait 4 heures de sortie par jour. Le reste du temps, il était assigné à domicile. Tout semblait se dérouler pour le mieux et le quadragénaire venait d’ailleurs de décrocher un emploi d’homme d’entretien pour le compte d’une entreprise de réinsertion. Reste à comprendre les motivations qui ont pu l’amener à briser subitement ses chaînes électroniques.

« Nous avons décidé de la diffusion exceptionnelle de son identité et de sa photo dans une idée de prévention de la population », souligne Thomas Pison. Ses victimes du passé n’auraient pas encore pu être avisées de sa fuite. Une cavale entreprise au volant de son véhicule qui pourrait avoir été repéré jeudi soir, à 400 km de Nancy, dans le Loiret. Une fiche de recherches a été diffusée à toutes les patrouilles de police et de gendarmerie de la région nancéienne ainsi qu’au niveau national.

La crainte des autorités est bien évidemment que le fugitif ne repasse à l’acte. « Il n’a jamais été condamné pour pédophilie », observe toutefois Thomas Pison. En 1999, il avait laissé trois victimes derrière lui, ce qui lui avait valu sa condamnation à 20 ans, en 2001. En 1991, devant la cour d’assises du Loiret, il avait écopé de 9 ans d’emprisonnement pour viol.

Il mesure 1,80m pèse 74kg et a les cheveux châtain gris. Il circulerait à bord d'une Opel vectra CZ 257 VJ.
Si vous avez la moindre information appelez le poste de police d'urgence le plus proche







Image redimensionnée


******************

17/06/2014 : Le violeur récidiviste de 48 ans domicilié à Nancy (Lorraine), en fuite depuis jeudi dernier après avoir brisé son bracelet électronique, aurait été aperçu lundi matin par au moins deux personnes sur le campus du Saulcy, à Metz, a confirmé aujourd'hui la police de Nancy.

De sources concordantes, deux étudiantes auraient aperçu l'homme dans les toilettes situées au troisième étage d'un bâtiment de l'université, aux alentours de 9h du matin. L'une d'elles affirme l'avoir vu partiellement dénudé devant le lavabo des toilettes. Elles ne l'ont identifié qu'après, en voyant la photo du fuyard qui circule sur les réseaux sociaux depuis que le parquet de Nancy a diffusé son signalement vendredi dernier.

Les deux jeunes femmes seront interrogées dans les jours qui viennent par la police de Nancy qui précise toutefois qu'il ne s'agit que d'une piste parmi d'autres, une quinzaine de signalements étant parvenu aux enquêteurs depuis l'appel à témoins, et ce dans une grande partie de la France.

La police appelle à la prudence, l'individu étant considéré comme "dangereux". Les experts psychiatres ont en effet diagnostiqué chez le fuyard "un risque de récidive avéré". Jean-Luc Moindrot avait été condamné en 1991 à Orléans à neuf ans d'emprisonnement pour un viol, puis en 2001 à Auxerre à 20 ans de réclusion, dont 13 ans de sûreté, pour trois nouveaux viols.
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/07/2014 20:44  Mis à jour: 02/07/2014 20:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4575
 Re: Jean-Luc Moindrot, DANGEREUX violeur et pédophile en cavale arrêté au Perthus avait été flashé par un système LAPI
Jean-Luc Moindrot, activement recherché depuis 20 jours, a été interpellé hier après-midi sur une aire de repos de la D 900 par la police aux frontières des P.-O.

La cavale de Jean-Luc Moindrot, violeur en série récidiviste, activement recherché par toutes les patrouilles de France, a finalement pris fin hier dans les P.-O. Le fugitif, âgé de 48 ans, a été intercepté au Perthus par les services locaux de la police aux frontières. Condamné en 1991 à Orléans à 9 ans d'emprisonnement pour un viol, puis en 2001 à Auxerre à 20 ans de réclusion, dont 13 ans de sûreté, pour trois nouveaux viols, il était arrivé en fin de peine le 3 décembre 2013.


L'ancien détenu résidait depuis en colocation dans un appartement du centre de Nancy et ne pouvait sortir de son domicile que quatre heures par jour, afin de trouver un emploi. C'est là qu'il a brisé son bracelet électronique le 11 juin dernier, se soustrayant à la surveillance judiciaire qui lui était imposée durant 45 mois, et qu'il s'est mis en fuite. La première du genre en France. De là, sa photo, son signalement et celui de son véhicule ont été très largement diffusés sur tout le territoire et un mandat d'arrêt lancé par le tribunal de Nancy contre cet homme au "profil psychiatrique préoccupant", présentant "un risque de récidive avéré".

Depuis lors, la brigade nationale de recherche des fugitifs, service de la direction centrale de la police judiciaire, avait lancé la traque. Le 16 juin, Jean-Luc Moindrot aurait été aperçu par plusieurs témoins sur le campus de l'université de Metz. Il aurait été vu dans les toilettes d'un bâtiment même si une quinzaine de signalements provenant d'une grande partie de la France étaient aussi parvenus aux enquêteurs suite à l'appel à témoins.

Repéré à Perpignan et au Boulou le 23 juin

Seule certitude, le 25 juin, la brigade de recherche des fugitifs informait la direction de la PAF des P.-O. que le violeur avait été repéré deux jours plus tôt à un distributeur automatique de billets à Perpignan, puis au Boulou. Peu de temps avant, Jean-Luc Moindrot avait été localisé alors qu'il se trouvait dans l'enceinte d'une université à Madrid. Les autorités espagnoles étaient aussitôt intervenues et avaient bien failli l'arrêter. Mais le mis en cause avait réussi à s'échapper. Des surveillances avaient ainsi été mises en place au niveau de la frontière et dans les villes des secteurs concernés. Jusqu'à ce qu'hier à midi la direction centrale de la PJ avise les policiers perpignanais que l'individu avait été 'flashé' à 10 h 30 par un lecteur automatique de plaques d'immatriculation (LAPI) alors qu'il circulait sur la D900 en provenance d'Espagne et qu'il venait d'entrer en France au niveau du Perthus.

D'importants dispositifs ont été aussitôt mis en place. Les sorties d'autoroute sur l'A9 ont été verrouillées ainsi que tous les accès à la D900 et les abords, chemins de traverse, zones de stationnement, emplacements de vendeurs de fruits et légumes…

L'homme n'a opposé aucune résistance

Et, à 15 h 20 précises, le véhicule du fugitif était finalement retrouvé stationné sur une petite aire de repos dans la montée vers le Perthus, par une patrouille de la brigade locale de la police aux frontières. Jean-Luc Moindrot se trouvait à l'intérieur. Il a été interpellé par les agents sans opposer aucune résistance. Puis, il a été conduit jusqu'au poste frontalier dans l'attente d'une décision des magistrats en charge du dossier.

Sous bonne escorte, il a finalement été conduit vers 18 h hier jusqu'au palais de justice de Perpignan afin d'être présenté au parquet. Il en est ressorti vers 19 h 30, dissimulé dans le véhicule des forces de l'ordre et devait être conduit à la maison d'arrêt de Perpignan jusqu'à son transfert vers Nancy, ce qui pourrait être imminent au vu de la personnalité de l'intéressé. Jean-Luc Moindrot va désormais retourner derrière les barreaux pour non-respect des obligations de sa surveillance judiciaire. Il pourrait également être poursuivi pour avoir brisé son bracelet électronique.

http://www.lindependant.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/06/2014 09:47  Mis à jour: 24/06/2014 09:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4575
 Re: Jean-Luc Moindrot, DANGEREUX violeur et Pédophile : localisé en Espagne.
Activement recherché par la police française depuis sa fuite le 12 juin dernier, le violeur récidiviste Jean-Luc Moindrot aurait été localisé ce week-end à Madrid (Espagne), affirme le quotidien espagnol ABC. L’information a depuis été relayée par Paris-Match.

Le violeur pédophile qui vivait en colocation à Nancy avait brisé son bracelet électronique il y a deux semaines avant de prendre la fuite. L'objet avait été retrouvé par terre près de son domicile. Décrit par le procureur de la République de Nancy comme "dangereux" avec un "risque de récidive avéré", son identité avait été dévoilée afin de mettre en garde la population.
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
1 + 1 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10