|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
12 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 12

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Valentin VERMEESCH déjà malmené par le passé ! Alexandre Hart aurait aussi racketté un sexagénaire ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/05/2019 18:21
Traite d’êtres humains .Union européenne : la traite des êtres humains est en constante évolution. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/05/2019 12:25
Les grands-parents et l’oncle de Valentin lancent un appel au calme: «Les menaces envers les parents des accusés doivent cesser»! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/05/2019 10:14
Procès Valentin: Alexandre Hart est un PSYCHOPATHE selon les experts. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 14:57
Re : Le corps sans vie de Valentin VERMEESCH, 18 ans repê... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 13:28
Affaire Sophie Le Tan : les recherches pour retrouver la jeune fille sont suspendues... La famille sous le choc! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 13:18
Huit mois après sa disparition en Corse, les proches de Kevin Vanneste ne veulent pas se résigner Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 12:41
Meurtres des «disparues de l'A6». 16/05/2019 : "Disparues de l'A6" : la justice annule un non-lieu dans l'affaire Sylvie Aubert... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/05/2019 12:25
Affaire Sophie Le Tan : les enquêteurs suspendent leurs recherches... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/05/2019 19:37
Meurtres des «disparues de l'A6» : Le meurtre de Sylvie Aubert n'a jamais été résolu. Elle fait partie de la douzaine de victimes surnommées "les disparues de l'A6". Son dossier pourrait être clos. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/05/2019 11:21

Chloé, 9 ans, enlevée le 16/04 après-midi retrouvée morte et dénudée dans un bois

Publié par Walda Colette Dubuisson le 16-05-2017 (2659 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée


FRANCE : Calais

16/05/2017 Le meurtrier présumé de la petite Chloé à Calais s’est suicidé en prison
Lors de leur première ronde de nuit lundi, les surveillants pénitentiaires de la maison d’arrêt de Sequedin ont découvert Zbigniew Huminski, pendu. Son meurtrier présumé, Zbigniew Huminski, était interpellé le jour même non loin de la scène du crime.

Zbigniew Huminski devait être jugé le 11 septembre 2017 pour l’enlèvement, le meurtre et le viol de Chloé Ansel, 9 ans, à Calais le 15 avril 2015
********************************************
ANNONCE : CRIMES NRJ 12, lundi 28 Décembre à 20h55 " Ces affaires qui ont marqué 2015" .Le meurtre de la petite Chloé.
*********************************************
16/04/2015 : Ce que l'on sait sur Zbigniew Huminski, l'auteur présumé du meurtre de la petite Chloé.
On en sait plus sur l'auteur présumé des faits d'enlèvement, suivi de mort et viol sur mineur, un homme de 38 ans originaire de Pologne. Il est soupçonné d'avoir tué Chloé, 9 ans.


Ce mercredi 15/04/2015 après-midi, une fillette de 9 ans a été enlevée dans le quartier du Beau-Marais. La fillette a été découverte vers 17 h 30 dénudée dans un bois à proximité du port.

Lire la suite


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=778

Ce mercredi après-midi, une fillette de 9 ans a été enlevée dans le quartier du Beau-Marais. La fillette a été découverte vers 17 h 30 dénudée dans un bois à proximité du port. Son corps porterait des traces de strangulation. L’auteur de l’enlèvement aurait été interpellé.

La fillette, âgée de 8-9 ans, a été retrouvée dénudée dans le bois Dubrulle, en face de l’usine Tioxide, à l’angle de la rue du Nord et de la rue des Garennes.

Un hélicoptère du Samu est sur place, ainsi que d’importants moyens de police (nationale, municipales et CRS). L’ensemble de la zone est bouclé.

L’enlèvement de la fillette a été signalé ce mercredi en milieu d’après-midi. Le parquet de Boulogne-sur-Mer avait aussitôt confirmé l’information.

Selon plusieurs sources proches de l’affaire, la fillette aurait été enlevée par un individu conduisant une voiture immatriculée en Belgique.

La police judiciaire de Coquelles a été saisie de l’enquête. D’importants moyens de recherche ont été déployés dans l’après-midi pour tenter de la retrouver.

PAR M. Go.
http://m.lavoixdunord.fr/

**************************
"L'enfant a été enlevée dans des circonstances qui restent à déterminer"

Un ouvrier polonais a été interpellé et est actuellement interrogé par les enquêteurs. Mais on ignore encore s'il est l'auteur présumé de cet enlèvement suivi d'un meurtre.

"C'est un ressortissant polonais. Il est en garde à vue", a déclaré à l'AFP cette source, interrogée sur l'interpellation d'un suspect. "L'enfant a été enlevée dans des circonstances qui restent à déterminer", son corps "a été retrouvé, elle est morte", avait auparavant indiqué une source judiciaire.
La sénatrice-maire de Calais, Natacha Bouchart, a communiqué à l'AFP la séquence des événements qui ont conduit à la découverte du corps, puis à l'interpellation d'un suspect: "J'ai été informée à 16H30 qu'une fillette avait été enlevée par un véhicule rouge à la sortie de son école dans le secteur Chateaubriand, à Calais, vers 15H30, selon des témoins qui l'ont signalé au commissariat central. Puis, en faisant une ronde, l'adjoint à la sécurité de la ville a retrouvé un véhicule rouge vide, immatriculé en Pologne à l'arrière du bois Dubrulle, dans le nord de la ville."
"Il a alors appelé les forces de l'ordre, qui ont retrouvé le corps de la fillette dans le bois vers 17H15. Au cours de la même battue, ils ont retrouvé l'individu à qui appartenait le véhicule, apparemment un ressortissant polonais", a-t-elle ajouté.
Vers 19H00, la police bloquait tous les accès du petit bois Dubrulle, ex-jungle des migrants de Calais près de l'usine chimique Tioxide, située aux abords nord-est de la ville entre le port et les premières maisons.
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/05/2017 14:29  Mis à jour: 16/05/2017 14:29
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re : Le meurtrier présumé de la petite Chloé à Calais s’est suicidé en prison.
’homme âgé de 40 ans, d’origine polonaise, devait être jugé le 11 septembre, devant la cour d’assises de Saint-Omer, pour l’enlèvement, le meurtre et le viol de Chloé Ansel, 9 ans, à Calais le 15 avril 2015.


« On nous avait dit qu’il était surveillé en cellule donc je ne comprends pas qu’il ait réussi à se suicider. » La maman de Chloé
Ce mardi matin, Isabelle Hyart, maman de Chloé, a réagi à cette nouvelle en se disant « déçue » de l’absence de tenue du procès. « C’est très dur à vivre, la police est venue lundi soir pour nous l’annoncer », raconte-t-elle d’une voix tremblante. « On nous avait dit qu’il était surveillé en cellule donc je ne comprends pas qu’il ait réussi à se suicider. Ce n’est pas normal, nous aurions aimé qu’il soit jugé », regrette-t-elle.

Dès sa garde à vue, puis à plusieurs reprises pendant l’instruction, l’homme avait reconnu les faits. Lors de la reconstitution, son avocat avait souligné « la vie infernale » que lui rendaient ses codétenus.

Il se trouvait à Sequedin en détention provisoire, en attendant d’être jugé. Il ne le sera jamais.

Lire la suite -> http://www.lavoixdunord.fr/163282/art ... s-s-est-suicide-en-prison
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/05/2016 13:59  Mis à jour: 10/05/2016 15:12
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re :Meurtre de Chloé à Calais : la reconstitution du crime se déroule ce mardi ( VIDEO)
Zbigniew Huminski, meurtrier présumé de la petite Chloé, devrait être présent aujourd’hui à Calais à l’occasion de la reconstitution du terrible crime qui s’est produit le 15 avril 2015. Extrait de sa maison d’arrêt, il sera amené rue Chateaubriand où Chloé Ansel a été enlevée, puis dans le bois Dubrulle où elle a été violée et tuée.

La reconstitution débutera dans la matinée et doit durer plusieurs heures. Elle doit se faire en présence de la juge d’instruction en charge de l’affaire , mais aussi d’une dizaine de témoins, d’Antoine Deguines, avocat de Zbigniew Huminski , de Thibault de Montbrial, avocat de la famille de Chloé et des enquêteurs.

Un important dispositif policier doit être déployé dès 6 h dans le quartier Mollien, et dès 10 h autour du bois Dubrulle. Dans ces deux quartiers, des panneaux d’interdiction de stationner (jusqu’à 16 h rue Chateaubriand et jusqu’à 22 h aux abords du bois Dubrulle) ont été placés par la Ville. Lundi, la plupart des habitants étaient au courant de la reconstitution à venir. Beaucoup souhaitent y assister, principalement pour voir le visage du meurtrier présumé de Chloé. Certains attendent cet événement avec appréhension, comme Micheline, cette riveraine du bois Dubrulle âgée de 85 ans et violemment agressée par Zbigniew Huminski en 2009. Ses mains tremblaient lundi à l’évocation de son nom.

Appréhension aussi pour un jeune de 17 ans de la rue Chateaubriand qui a tenté de s’interposer lorsque Chloé a été enlevée. Le criminel lui aurait crié : « Dégage, sinon je te plante ! » D’après sa maman, c’est avec beaucoup d’angoisse qu’il attendait la reconstitution d’aujourd’hui.

POUR SUIVRE LA RECONSTITUTION : cliquez sur le lien

http://www.lavoixdunord.fr/region/meu ... debute-ia33b48581n3497266

Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/04/2016 10:45  Mis à jour: 16/04/2016 10:45
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re : Un an après le meurtre de Chloé à Calais, sa maman témoigne : « Elle nous manque tellement »
Il y a tout juste un an, la petite Chloé Ansel, 9 ans, était enlevée, puis violée et tuée dans un bois de Calais. Alors qu’un rassemblement de motards est organisé en sa mémoire ce samedi, sa maman Isabelle, son beau-père et sa mamie nous disent combien la vie est difficile après ce drame.

Image redimensionnée

Isabelle Hyart, entourée de sa maman et de son compagnon, Thomas. PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

Eisenhower a dit ceci : « Dans la vie, il n’y a pas pire tragédie que la mort d’un enfant ; après ça, les choses ne sont plus comme avant. » Cette pensée est sur toutes les lèvres quand on évoque l’affaire Chloé . Car plus rien n’est comme avant pour Isabelle Hyart. Une partie de sa vie s’est arrêtée avec celle de sa fille, le 15 avril 2015. Il y a un an. Ces derniers jours sont particulièrement difficiles : Chloé aurait fêté ses 10 ans la semaine dernière. Comme dit sa mamie, « le plus dur, c’est de fêter les autres anniversaires, surtout que nous, on est très famille, très photos-souvenirs ».

Chloé est présente partout : sur les coussins du canapé, sur la page Facebook de sa maman, qui publie des photos d’elle presque quotidiennement, avec les mots d’amour qui vont avec. Au cimetière de Calais-Nord aussi, où sa tombe est jonchée de fleurs. Isabelle s’y rend « tous les deux jours ». « Elle nous manque tellement. C’est de plus en plus dur. »

« Je ne pourrai jamais faire le deuil »

Son visage, grave et profondément triste lorsqu’elle évoque Chloé, s’illumine pourtant parfois. Car la vie reprend le dessus : « Il faut que je pense à mes deux petits. Je ne veux pas qu’ils croient que je m’en fous d’eux. » Les « deux petits » ont cinq et six ans. Ils ont assisté à l’enlèvement de leur grande sœur. Isabelle les a emmenés voir une psychologue, peu de temps après les faits, « mais elle a jugé que ma fille n’avait pas besoin d’être suivie ». Pourtant, l’un et l’autre sont « de plus en plus perturbés », selon Thomas, le compagnon d’Isabelle. Comme si le traumatisme éclatait un an après : « Ils parlent énormément du monsieur avec la voiture rouge . Ils demanden t : Elle est où, Chloé ? Dans leur tête, ça travaille, il y a de la haine, de la colère. »

Dans la tête d’Isabelle aussi, ça travaille : quand elle repense à l’enlèvement par exemple. Elle était présente. Alors que Chloé jouait dehors, elle s’est absentée quelques minutes pour aller changer les deux petits : « Quand je suis redescendue, on m’a dit : On t’a pris Chloé. J’ai vu l’homme de dos, je n’ai pas vu son visage. Je ne pouvais rien faire. »

Isabelle, qui a depuis déménagé, en entend certains dire que « c’est sa faute ». Elle lit des critiques sur les réseaux sociaux, de gens qui n’apprécient pas qu’elle ose encore, après « ça », « jouer au loto ». Et puis il y a ces regards qu’elle sent dans son dos. Comme quand elle fait ses courses. « Il ne faut pas toujours me regarder, dit-elle. Depuis qu’il y a eu ça, je ne supporte plus grand-chose. »

Son regard est froid quand elle lance, sûre d’elle : « Je ne pourrai jamais faire le deuil. Quand on apprend le décès de quelqu’un de 50 ans, on se dit que oui, c’est malheureux. Mais nous, c’est pire, parce que Chloé, elle n’a pas profité de la vie. »

Le procès devrait avoir lieu en 2017

– L’enquête. L’instruction est toujours en cours. Selon Antoine Deguines, avocat du meurtrier présumé, la juge d’instruction a ouvert une commission rogatoire internationale en Pologne afin de réunir le maximum d’informations sur Zbigniew Huminski. Elle a également désigné un collège d’experts psychiatres et psychologues, chargés de rencontrer le Polonais prochainement et d’établir un rapport commun.

Image redimensionnée


– Une reconstitution bientôt. Une reconstitution des faits est prévue dans le courant du mois de mai.

– Le procès.
Il n’aura pas lieu « avant le second semestre 2017 », d’après Antoine Deguines. C’est l’avocat parisien, Thibault de Montbrial, qui représentera les parents de Chloé.

– Le meurtrier présumé. Zbigniew Huminski est mis en examen pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort sur mineur de 15 ans, et incarcéré. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Selon son avocat, il parle « un français remarquable, sans accent, avec un vocabulaire riche et choisi ». Il reconnaît la totalité des faits, « mais ne s’en explique pas les raisons ».

M. GO. http://www.lavoixdunord.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/01/2016 20:01  Mis à jour: 02/01/2016 20:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re : REPLAY . Crimes Spécial (Chloé) - Ces affaires qui ont marqué 2015 .


Crime spécial inédit, les affaires qui ont marqué 2015 émission NRJ12 complet
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/05/2015 12:50  Mis à jour: 21/05/2015 12:50
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re :Meurtre de Chloé à Calais : sa maman témoigne ...
Alors que la maire Natacha Bouchart doit la recevoir, ce jeudi, pour lui remettre des dons, la mère de Chloé, fillette assassinée il y a un mois à Calais, a accepté de témoigner.

Pudique et digne, elle raconte son déménagement à venir, sa peur de devoir participer à la reconstitution des faits et l’épreuve qu’elle traverse.

Image redimensionnée


Vous avez rendez-vous ce jeudi avec Natacha Bouchart pour une remise de dons. C’est important pour vous ?

« Oui, la maire a souhaité nous voir et c’est important, car on a prévu de lui faire quelques cadeaux. Avec le papa de Chloé et la famille, on lui a préparé des bouquets de fleurs pour la remercier de son soutien : elle nous a bien aidés. »

- Comment vous sentez-vous ?

« C’est très dur. Tous les jours, on se pose des questions. À l’intérieur, je ne suis vraiment pas bien. Et puis je me dis que ça va être très long d’ici le procès. On nous a dit qu’il faudrait compter deux ans, même s’il est en prison et qu’il a avoué que c’était lui. C’est très long, deux ans. Il va falloir aussi faire la reconstitution et ça va être très dur parce que je vais devoir y participer. »

- Vous étiez là au moment où elle a été enlevée...

« Je ne l’ai pas vue au début, c’est quand je suis redescendue et qu’on m’a dit qu’on m’avait pris Chloé, et que je les ai vus. Je vais devoir revivre tout ça. Lui il va être là, et je vais être obligée de confirmer s’il a bien fait tel ou tel geste. D’après ce qu’on nous a dit, la reconstitution n’aura pas lieu avant six ou huit mois. C’est long. »

- Avez-vous pu vous faire aider par un psychologue ?

« J’ai pris rendez-vous. On va y aller individuellement avec les enfants et le papa, parce qu’on ne ressent pas tous la même chose. »

- Vous devez déménager aussi prochainement...

« Oui, je suis allée visiter la maison, du côté du Fort (quartier du Fort-Nieulay, ndlr). Je vais déménager bientôt. C’était important pour moi, je ne pouvais pas rester là. »

- Vos enfants vous parlent-ils de Chloé ?

« Oui, ils en parlent beaucoup. Ils disent que le monsieur a fait du mal à Chloé et qu’ils ne la reverront plus. Le soir, quand on voit des étoiles dehors, ils disent C’est Chloé, elle est en haut avec papi. »

Lors du défilé de la ducasse à poussière, ce lundi rue Mollien, un lâcher de ballons aura lieu en hommage à Chloé.

L’ENQUÊTE

Zbigniew Huminski, un Polonais de 38 ans déjà condamné à plusieurs reprises par les justices française et polonaise, notamment pour des faits de séquestration et de vol aggravé, a été interpellé le jour même des faits sur les lieux du crime. En garde à vue, il a avoué les faits. Il a été mis en examen pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort sur mineur de 15 ans, et incarcéré. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

« Mon client ne s’explique pas les faits »


Maître Antoine Deguines est l’avocat de Zbigniew Huminski, le meurtrier présumé de Chloé. Depuis son interpellation, il l’a rencontré plusieurs fois à la maison d’arrêt de Sequedin. Selon lui, le Polonais ne parvient toujours pas à s’expliquer sur les faits.

Avez-vous vu votre client dernièrement ?


« Oui. Il est toujours dans le même état de sidération. Il est incapable d’apporter des explications sur les faits, si bien que la juge d’instruction, qui a déjà procédé à son interrogatoire, n’a pas encore abordé directement les faits avec lui : elle lui laisse un délai pour qu’il prenne conscience de la réalité. »

Est-il vrai qu’il a tenté de suicider ?

« Non : on a certes pu craindre une tentative de suicide de sa part, suite à un courrier qu’il avait écrit, mais ce n’est pas le cas. »

Comment se comporte-t-il avec vous ? Vous parle-t-il ?

« Nous arrivons à parler de tout, sauf des faits. On attend que ça se débloque. »

Quand aura lieu le procès selon vous ? Faudra-t-il attendre plus de deux ans comme le craint la maman de Chloé ?

« Je ne sais pas sous quels délais il aura lieu, mais un procès devant une cour d’assises demande toujours du temps. Il faut une instruction, des investigations, des expertises... La juge d’instruction laisse jusqu’à fin juin à mon client pour atterrir et s’exprimer. Je le reverrai la deuxième quinzaine de juin avant qu’il soit convoqué. »

- Comment décririez-vous votre client ? Quelles impressions vous fait-il ?

« C’est plutôt un jeune homme étant donné qu’il n’a que 38 ans. Il s’exprime dans un français parfait, avec un vocabulaire riche et très précis. C’est peut-être ça le plus frappant dans sa personnalité : son vocabulaire riche, employé à bon escient dans un français remarquable. »

- Comment vit-il sa détention ?


« Il a été accueilli durement à Sequedin. Il est à l’isolement. »


http://www.lavoixdunord.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/04/2015 11:42  Mis à jour: 24/04/2015 11:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re : Meurtre de Chloé : Zbigniew Huminski devant le juge d'instruction ce vendredi matin.
Accompagné de son avocat Me Antoine Deguines, le Polonais, soupçonné du meurtre et du viol de Chloé à Calais, est entendu par le juge d'instruction ce vendredi depuis 9h00.

Le violeur et meurtrier présumé de la petite Chloé arrivé au tribunal de Boulogne-sur-Mer vendredi 24 avril vers 9h00 pour être présenté à un juge d'instruction.

Entendu déjà la semaine dernière, il avait laissé l'impression de quelqu'un de prostré, sidéré et n'avait pas dit grand chose sur les faits qui lui sont reprochés. Son audition devrait durer une bonne partie de la matinée.

Le 15 avril, Chloé, 9 ans été enlevée à Calais puis retrouvée morte dans un bois à proximité de la ville. Un ressortissant polonais Zbigniew Huminski a été interpellé le jour même. Il a été deux jours plus tard mis en examen pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort à l'issue de sa présentation au juge d'instruction.

http://france3-regions.francetvinfo.fr
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/04/2015 12:08  Mis à jour: 23/04/2015 12:08
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re : Calais : 1.000 personnes rendent un dernier hommage à la petite Chloé
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/04/2015 14:47  Mis à jour: 17/04/2015 14:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re: Le suspect polonais suspect du meurtre de Chloé , déféré vendredi après-midi à Boulogne-sur-Mer,tandis qu'une polémique naissait dans la classe politique sur d'éventuelles failles du système judiciaire.
Le suspect polonais de l'enlèvement puis du viol et du meurtre de Chloé, neuf ans, a été déféré vendredi après-midi à Boulogne-sur-Mer,
tandis qu'une polémique naissait dans la classe politique sur d'éventuelles failles du système judiciaire.

Une information judiciaire devrait être ouverte dans la journée concernant Zbigniew Huminski, 38 ans - interpellé quelques minutes après la découverte du corps dénudé dans un bois, mercredi à 18H00 - pour enlèvement suivi de mort, et viol sur mineur de 15 ans.



Arrivée de Zbigniew Huminski au tribunal de Boulogne
MN. Grimaldi - France 3

Le suspect a reconnu "immédiatement" en garde à vue son implication dans le décès de l'enfant", a révélé jeudi le procureur de Boulogne, Jean-Pierre Valensi. Huminski a raconté aux enquêteurs être arrivé à Calais mercredi matin pour se rendre en Angleterre voir sa soeur, puis s'être garé dans le quartier où vivait Chloé pour boire une bière avant de faire monter la fillette de force dans sa voiture.

Depuis le début de l'enquête, le passé du Polonais a été au centre de l'attention jusqu'à faire naître une polémique dans la classe politique sur d'éventuelles défaillances de la justice, des forces de l'ordre ou des contrôles aux frontières.

'Désarmement pénal'
L'opposition de droite UMP a fustigé jeudi "la politique de désarmement pénal" en matière de remise de peine, menée, selon elle, par le gouvernement socialiste. Elle s'appuie sur la sortie de prison de Huminski quatre ans après sa condamnation en 2010 alors que sa peine était au départ de six ans.

"Abaisser à ce point le débat, profiter de ce crime abominable, effroyable, abject pour s'en prendre à la politique pénale du gouvernement qui n'a rien à voir avec ce qui s'est passé, et pour s'en prendre de nouveau à la garde des Sceaux, c'est insupportable", a riposté vendredi le Premier ministre Manuel Valls lors d'une conférence de presse à Créteil.

Le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer a condamné Zbigniew Huminski en 2004 à quatre ans de prison et en 2010 à six ans pour notamment des extorsions avec violence, des vols aggravés et une séquestration ou tentative de séquestration.

L'expert qui le rencontre en 2009 en vue du procès, Christian Soenen, décrit alors "un psychopathe dangereux, impulsif et imprévisible, avec un manque de regrets et de culpabilité et une forte intolérance à la frustration", relate-t-il aujourd'hui à l'AFP.

'Psychopathe'
"Ce n'est pas par plaisir qu'on expertise quelqu'un comme psychopathe, s'il n'y avait pas de réadaptation possible c'est que vraiment... la récidive était très probable", a-t-il ajouté.
Le tribunal de Boulogne-sur-Mer a interdit Huminski de territoire en 2014. Mais M. Valensi a affirmé que cette interdiction n'était "pas applicable" au regard des infractions reprochées au délinquant polonais. Seule l'extorsion aggravée et non l'extorsion simple reprochée au suspect était passible d'interdiction, selon un expert.

Huminski a néanmoins également "fait l'objet d'un arrêté préfectoral d'expulsion du territoire français à son encontre le 14 septembre 2005, exécuté le 1er décembre 2005 ; il y a eu un départ effectif en Pologne ce jour là", a appris l'AFP auprès de la préfecture du Pas-de-Calais, qui a précisé que cet arrêté "vaut aussi interdiction de revenir en France".

Que s'est-il passé en Pologne, où Huminski a été remis aux autorités, jugé et condamné à un an de prison ferme le 27 mars 2014 pour tentative de cambriolage de voitures en 2000, selon la porte-parole du tribunal régional de Varsovie.

"En pratique, dans ce genre de cas, les avocats disposent de sept jours pour demander au tribunal les attendus du jugement et les juges doivent leur répondre dans les 14 jours qui suivent. Seulement après, le dossier retourne au tribunal de première instance qui a en charge l'exécution du jugement", a expliqué la porte-parole de la Cour régionale de Varsovie Ewa Leszczynska-Furtak , laissant entendre qu'Huminski avait eu tout le temps de disparaître.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/2
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/04/2015 11:37  Mis à jour: 17/04/2015 11:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re:Zbigniew Huminski, soupçonné du meurtre de Chloé : "un prédateur" selon le père d'une précédente victime ... Un récidiviste libéré !
Le père d'une petite fille de Calais, menacée au même âge que Chloé par le Polonais soupçonné d'avoir violé et tué la fillette mercredi, a estimé jeudi que l'homme était "un prédateur", un récidiviste libéré, selon lui, trop tôt.

Le 29 juin 2009, son épouse avait trouvé dans la chambre de sa fille de 9 ans "un homme qui a surgi du dessous d'un meuble avec un couteau; il pointait la lame vers elle (sa fille) pour la menacer", a raconté à l'AFP David Selingue, coiffeur à Calais (Pas-de-Calais), ajoutant que l'homme s'était enfui par la fenêtre de toit.

"C'est quelqu'un de méchant, un prédateur, il observe et puis il agit", juge le père, qui relate qu'"à l'époque pour ma fille ça a été terrible, ça va mieux maintenant même si elle est toujours suivie psychologiquement, à nos frais (...). Il y a encore beaucoup de séquelles".

Le 30 mars 2010, le Polonais est condamné, notamment pour cette affaire, par le tribunal correctionnel de Boulogne à six ans de prison ferme, avait indiqué le procureur de cette ville, Jean-Pierre Valensi, lors d'une conférence de presse jeudi matin. La fille de M. Selingue, aujourd'hui âgée de 15 ans, a appris la nouvelle du meurtre jeudi matin, "elle ne comprenait pas, elle était paralysée".



"C'est quand même une personne qui était en récidive", rappelle son père. "On se sent bafoué parce que le jugement n'a pas été respecté, il a écopé de six ans de prison ferme et il n'en a effectué que quatre."

"Il va falloir expliquer à la famille (de Chloé) que cette personne devrait encore être en prison", a-t-il ajouté. "Moi je pose la question à Mme Taubira: +à quand une loi pour imposer que les multirécidivistes fassent leurs peines entièrement?+", a-t-il demandé. Avec les personnes récidivistes, il faut toujours qu'il y ait un meurtre pour dire qu'on change les lois, il est grand temps de bouger", a déclaré M. Selingue.

AFP
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/04/2015 19:59  Mis à jour: 16/04/2015 19:59
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re: Environ 4.000 personnes à la marche blanche pour Chloé à Calais


Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/04/2015 18:56  Mis à jour: 16/04/2015 18:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re:Meurtre de Chloé à Calais : la réadaptation du suspect jugée «illusoire» en 2009
Zbigniew H. avait déjà été condamné en France.

En août 2009, quelques mois après l'agression violente de deux femmes et d'une jeune fille dans le Calaisis, qui lui a valu une condamnation à six ans de prison en octobre 2010, il avait été expertisé dans le cadre de cette affaire par un psychologue. Alors placé en détention provisoire, le suspect avait été décrit comme présentant une «personnalité aux traits psychopathiques», laissant ressortir une «certaine dangerosité potentielle».

Le praticien avait encore relevé que cet homme de 32 ans, intolérant à la «frustration», «ne présent(ait) aucun signe de culpabilité ou de regret à l'égard des faits commis». «Il est dans la déresponsabilisation volontaire», poursuivait le psychologue avant de conclure : «A défaut d'une remise en question, une récidive est fort probable avec un potentiel de violence non négligeable. Le pronostic d'une réadaptation reste très aléatoire, voire illusoire».


Fillette tuée à Calais: sa mère confie son... par BFMTV



Mort de Chloé: le suspect a reconnu son... par BFMTV



Meurtre de Chloé: le suspect avait fait "l... par BFMTV


Fillette tuée à Calais: le principal suspect... par BFMTV


Fillette tuée à Calais: des témoins racontent l... par BFMTV

VIDEO. Meurtre de Chloé à Calais : le témoignage de Micheline, agressée en 2009 par le suspect

Meurtre de Chloé : Micheline, agressée en 2009... par leparisien
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/04/2015 18:20  Mis à jour: 16/04/2015 18:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re:Fillette enlevée et tuée à Calais : le scénario noir des dernières heures de Chloé .
Les premiers éléments de l'enquête sur l'enlèvement et la mort de Chloé, 9 ans, permettent de reconstituer son emploi du temps avant le drame. Récit.

Une heure et quarante-cinq minutes. C'est le temps qui s'est écoulé entre le moment où l'enlèvement de Chloé a été signalé aux autorités, et la découverte de son corps, dénudé, dans un bois au nord de Calais. Un délai d'enquête extrêmement court, qui n'a pas laissé le temps au parquet de déclencher l'alerte enlèvement. Récit des derniers instants de la fillette, âgée de 9 ans.

Aux alentours de 15h00

Ce mercredi 15 avril, Chloé passe une partie de l'après-midi avec son amie Louane, rapporte La Voix du Nord. Après avoir promené le chien de cette dernière, la fillette de 9 ans lance "Je vais voir maman."

Chloé se rend dans un square encadré par des barres HLM de petite taille du quartier du Beau Marais. Elle y rejoint sa mère, venue avec ses deux autres enfants âgés de 4 et 5 ans. L'élève de CE2 doit par la suite se rendre à son cours de danse. Kenza, même âge, décrit une "copine gentille avec qui on s'amusait souvent".

15h30

Un automobiliste surgit. La mère de Chloé lui tourne le dos. L'homme, "chauve et bronzé avec des lunettes de soleil", selon un témoin cité par Le Parisien, prend l'enfant de force.

La mère, impuissante, hurle selon plusieurs personnes ayant assisté à la scène: "On m'a volé Chloé, on m'a volé Chloé."

Le fils d'une voisine rapporte dans La Voix du Nord une scène d'une extrême violence: "L'homme la portait en la serrant par le cou, l'étranglant presque. Elle se débattait, a tenté de s'échapper. Il l'a claquée contre un mur et lui a crié 'je vais te tuer'."

Un adolescent du voisinage qui assure avoir vu l'homme tenir la petite fille par la main, a raconté à Fabienne que l'agresseur l'avait menacé de "lui flinguer la gueule" s'il ne partait pas. Stacy n'a pas précisé s'il avait vu une arme. "Il m'a montré l'endroit où il l'a cognée contre le mur, elle a perdu ses ballerines que j'ai ramassées", poursuit une voisine dans le quotidien régional.

L'homme jette Chloé dans son véhicule, rouge et immatriculé en Pologne, et prend la fuite.

Immédiatement, les autorités sont prévenues. La police judiciaire de Coquelles (Pas-de-Calais) est en charge de l'enquête sur "la disparition d'une enfant signalée vers 15h30 rue Bossuet à Calais". De multiples battues sont organisées pour retrouver Chloé.

17h15

La suite, c'est la sénatrice-maire de Calais, Natasha Bouchart, qui l'a décrit. C'est "en faisant une ronde", que "l'adjoint à la sécurité de la ville a retrouvé un véhicule rouge vide, immatriculé en Pologne, à l'arrière du bois Dubrulle, dans le nord de la ville."

Elle poursuit: "Il a alors appelé les forces de l'ordre, qui ont retrouvé le corps de la fillette dans le bois vers 17h15." Chloé est découverte nue, selon une source proche de l'enquête. "Les secours présents sur place ne parvenaient malheureusement pas à la réanimer", détaille le parquet de Boulogne-sur-Mer, sans confirmer les informations selon lesquelles la fillette aurait été étranglée.

"Au cours de la même battue, ajoute la sénatrice-maire, ils ont retrouvé l'individu à qui appartenait le véhicule, apparemment un ressortissant polonais."

Vers 18h00

"Une patrouille de CRS interpelle un homme âgé de 38 ans, de nationalité polonaise, qui se trouve à proximité des lieux. Immédiatement interpellé, il est placé en garde à vue", communique le parquet de Boulogne-sur-Mer.

19h30

Une équipe de la police scientifique en tenue blanche, avec gants, masques sur le visage et charlottes sur la tête, arrive sur place. Dans la soirée, un médecin légiste procède aux premières constatations sur le corps de Chloé.
http://www.msn.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/04/2015 15:55  Mis à jour: 16/04/2015 15:55
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re: Chloé enlevée, tuée et violée à Calais : ce que l'on sait sur Zbigniew Huminski, l'auteur présumé
On en sait plus sur l'auteur présumé des faits d'enlèvement, suivi de mort et viol sur mineur, un homme de 38 ans originaire de Pologne. Il est soupçonné d'avoir tué Chloé, 9 ans.

Image redimensionnée


L'homme interpellé après l'enlèvement, le viol et l'assassinat de Chloé, neuf ans, à Calais, et qui a reconnu "immédiatement son implication dans le meurtre de l'enfant" lors de sa garde à vue s'appelle Zbigniew Huminski. Né en 1977, il a vécu en France au début des années 2000 avant de retourner en Pologne. Il a vécu de petits boulots d'ouvrier et de missions d'intérim pendant plusieurs années.

En 2009, il revient en France dans l'espoir d'intégrer la légion étrangère. Mais à cause de ses antécédents judiciaires, sa candidature est rejetée. Il avait alors affirmé à la justice qu'il voulait se rendre chez sa soeur en Angleterre. Il a dit la même chose aux enquêteurs la nuit dernière pour justifier sa présence à Calais, où il n'avait pas le droit de se trouver. Conséquence d'une condamnation en 2010.

Procès à Boulogne en 2010

Car le passé judiciaire de Zbigniew Huminski est lourd. Le 27 juin 2009, ce célibataire qui vivait en colocation avec un Bulgare rue des Fontinettes à Calais, s'en prend à deux personnes qui résident route de Gravelines à Calais. Menaces, violences, extorsion de fonds... L'une d'elles a même été ligotée.

Au procès, à l'époque, Micheline T., 78 ans avait raconté : « Je lui ai demandé ce qu'il voulait. Je lui ai demandé de ne pas me faire de mal. Sinon, il ne fallait pas me rater, car je ne voulais pas souffrir. Il est même allé dans le frigo, dans la cuisine. Mais au moindre sac vide tombé par terre, il sautait dessus. Il n'était pas saoul, mais plutôt lucide. Il n'est pas rentré par hasard, ça m'étonnerait... J'ai fui, par instinct de survie, mais maintenant, je vis en cage, comme une bête sauvage, enfermée... tout ça pour 60 euros »

Au tribunal, le prévenu qui parle bien français, presque sans accent, avait reconnu les faits et s'était excusé. Le psychiatre l'avait décrit comme "intolérant à la frustration, immature et en manque d'estime de lui-même, alcoolique chronique, connaissant toutefois les interdits, condamné en 2004 pour des faits similaires commis en 2003, en France, connu en Pologne également, pour des faits de violences entre autre... de vols, de violation de domicile. Il ne présente toutefois pas de syndrome ou d'anomalie de la personnalité ».

Ce 2 avril 2010, ce Polonais de 38 ans, avait été condamné à six ans de prison ferme. Il a été interdit de façon définitive du territoire français. Il restera encore 4 ans en prison. Le 27 mars 2014, 6 jours après sa sortie de prison de Fresnes, il est expulsé à Varsovie dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen.

Récidiviste
Zbigniew Huminski est un récidiviste. Il a été condamné à 4 ans d'emprisonnement une première fois par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer le 4 novembre 2004 pour extorsion avec violence, séquestration et vol aggravé. Placé sous mandat de dépôt le 18 juin 2003, il a été maintenu en détention jusqu'au 30 novembre 2005. Il a également été condamné à plusieurs reprises en Pologne.

Etait-il à Calais depuis le matin seulement ?

Selon le scénario de l'enlèvement tel que rapporté par le suspect aux enquêteurs de la PJ de Coquelles, Chloé, qui jouait dans la rue, a braqué un pistolet à eau sur l'homme qui l'a alors empoignée et contrainte à monter à l'arrière de son véhicule. Selon ses dires, le ravisseur présumé, était arrivé le matin même à Calais avec le projet de se rendre en Angleterre, où vit sa soeur. Des propos que l'enquête devra vérifier.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/04/2015 14:15  Mis à jour: 16/04/2015 17:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4528
 Re: Meurtre de la petite Chloé dans le Nord de la France: le témoignage bouleversant de son papa ... « On m’a volé Chloé, on m’a volé Chloé ! », criait la maman

Meurtre de Chloé: le témoignage bouleversant de son papa

Le cauchemar absolu de tous les parents est arrivé à la maman de Chloé, mercredi après-midi à Calais, en France. Sa petite fille de 9 ans a été enlevée devant chez elle, presque sous ses yeux, avant d'être retrouvée morte 2 heures plus tard dans un bois. Le papa s'est confié à RTL.

Une fillette de 9 ans, Chloé, a été retrouvée morte peu après son enlèvement mercredi après-midi à Calais, et un homme interpellé aux abords de la scène de crime a été placé en garde à vue par la police judiciaire de Coquelles (Pas-de-Calais), a indiqué le parquet de Boulogne-sur-Mer.

Au moment de l'enlèvement, tout est allé très vite. "Elle était en train de jouer, et d'un seul coup elle a été prise par un inconnu. Il l'a prise et emmenée dans sa voiture. Et là il était trop tard, il était parti avec", a confié le papa à RTL France en larmes.


"Faire de telles choses à des enfants... "


Après que la maman de la petite fille ait assisté à cette scène dramatique, toute la famille de Chloé était plongée dans l'angoisse. La boule au ventre, ils espéraient tous avoir rapidement de bonnes nouvelles. "Après les faits, on n'arrêtait pas de se dire: 'J'espère qu'ils vont la retrouver, j'espère qu'ils vont la retrouver'. Après on nous a déclaré que notre fille était décédée. C'était ma fille, c'était ma petite chérie. C'était notre petite dernière, dont on a encore fêté l'anniversaire. Elle a eu 9 ans le 4 avril", a ajouté le papa effondré.

Désemparé, rempli de tristesse et de rage, il a évoqué des souvenirs de sa petite fille. Et il espère que le suspect, s'il est coupable, "payera toute sa vie". "C'était une fille courageuse. Elle travaillait bien à l'école et était très polie. C'était une petite fille joyeuse. Faire de telles choses à des enfants, franchement. Ils nous ont dit qu'ils avaient un suspect. Qu'il paie toute sa vie", a conclu le papa de la petite fille.
http://www.rtl.be/

----------------------------------------------
« On m’a volé Chloé, on m’a volé Chloé ! », criait la maman

Elles ont été les témoins de l'enlèvement de Chloé, dont le corps sans vie a été retrouvé mercredi dans une forêt de Calais (Pas-de-Calais). Les voisines de la fillette de 9 ans décrivent l'angoisse.

«C'est allé tellement vite, la pauvre maman n’a pas eu le temps de réagir, elle a tourné le dos cinq minutes et sa fille s’est envolée… » Dorothée, 43 ans, est ébranlée. Hier, cette mère de famille du quartier Beau-Marais, à Calais (Pas-de-Calais), a été l’une des premières à apprendre l’enlèvement de la petite Chloé, 9 ans, dont le corps sans vie a été retrouvé dans une forêt. Elle l’a su de la bouche même de la mère, qui a assisté, impuissante, au rapt de son enfant alors qu’elle s’apprêtait à l’emmener à son cours de danse.

« Il était environ 15 h 30, détaille Dorothée. La maman était avec ses deux autres petits, âgés de 4 et 5 ans. Chloé était en train de s’amuser avec une copine à l’aire de jeux juste en face. Quand sa maman s’est retournée, elle a vu un homme chauve et bronzé avec des lunettes de soleil prendre l’enfant et l’embarquer de force dans une voiture. C’est là que je suis arrivée et que je l’ai vue hurler. Elle criait : « On m’a volé Chloé, on m’a volé Chloé ! »

«Dégage ou je te flingue la gueule»

Dans les instants qui suivent, un adolescent du quartier qui circule à vélo croise le ravisseur qui tient dans ses bras la petite. Face à son regard interrogateur, celui-ci l’aurait menacé en ces termes : « Dégage ou je te flingue ta gueule ! » Dans la foulée, plusieurs témoins aperçoivent une voiture rouge avec des galeries sur le toit et une plaque étrangère partir en trombe, à l’angle des rues Charles-Gounod et Chateaubriand.

« Il a démarré tellement vite que les pneus ont crissé, on l’a entendu à plusieurs centaines de mètres », témoigne Fabienne, 50 ans, autre maman du quartier. Elle aussi a aperçu la mère de Chloé hurler et pleurer, sans, à ce moment précis, saisir la gravité des faits. « Un gamin m’a dit qu’une petite venait de se faire enlever. Je lui ai dit d’arrêter de raconter des bêtises mais j’ai vu qu’il était sérieux. J’ai alors fait le lien avec cette voiture et je suis allée sur place pour essayer d’aider. C’est là que j’ai retrouvé, au sol, l’une des ballerines de Chloé… »

Par la suite, entendant la description physique du ravisseur, Fabienne s’est rappelée avoir vu l’individu quelques instants plus tôt, dans cette même rue. « J’allais chez une amie et j’ai remarqué cet homme qui se tenait là, immobile, près des poubelles. J’ai bien regardé son visage parce que je trouvais ça bizarre d’être là sans rien faire… Maintenant je me dis qu’il était en repérage. D’autant qu’une de mes petites voisines l’a vu aussi, dans la matinée qui regardait fixement vers l’aire de jeux. »

«A partir de demain, mes filles ne sortent plus»


Immédiatement, la mère de Chloé, soutenue par ses voisins, appelle la police. « C’était terrible de la voir dans un tel état, poursuit Dorothée. Elle n’arrêtait pas de crier le prénom de sa fille. Les deux petits pleuraient aussi, ça m’a fendu le cœur. » Cette mère de famille a d’ailleurs ensuite été chargée de garder quelques heures la sœur cadette de Chloé, et leur petit frère. « Ils n’arrêtaient pas de demander quand leur mère allait revenir et je ne savais pas quoi leur dire », soupire la maman qui a appris le dramatique épilogue par la télévision. « C’était terrible de les avoir chez moi, d’essayer de leur changer les idées, alors que je savais que Chloé ne reviendrait pas… »

Décrite par Dorothée comme une « bonne petite polie, gentille, avec énormément d’amis », Chloé était scolarisée à l’école Chateaubriand en classe de CE 2. Mais, comme les autres parents du quartier, Dorothée, qui l’a vue grandir, ne se résout pas à parler de la fillette au passé. « Je n’arrive pas à réaliser… Ma fille, comme tous les enfants du quartier, passe un temps fou à cette aire de jeux. C’est pourtant un quartier calme. Ce soir, cela pourrait être elle. » Tout comme la fille de Fabienne qui, hier, se trouvait, exceptionnellement, à la patinoire. « Heureusement, répète-elle en boucle. Mais à partir de demain, c’est fini, mes filles ne sortent plus de chez moi. »

VIDEO. Fillette retrouvée morte à Calais : une voisine témoigne



Isabelle, la mère de Chloé : "Comment on peut faire ça à une enfant de 9 ans ?"

La mère de Chloé dit son incompréhension sur le parcours du tueur présumé de sa fille, récidiviste et interdit de séjour en France.

Au micro de RTL et d'Europe 1, et dans Le Parisien, cette mère de famille calaisienne a confié sa douleur, presque 24 heures après le drame : "Je me demande comment je vais réussir à m’en remettre... Pour l’instant, je suis encore sous le choc, c’est comme si j’étais sur pilote automatique. Mais dès que je parle d’elle, je fonds en larmes. Je n’arrête pas de pleurer... (pause) Depuis ce matin, je commence à comprendre que je ne reverrai plus Chloé. C’est dur. Très dur. Surtout, je ne sais ni quand ni comment je vais l’annoncer à sa petite soeur et son petit frère. Ils n’ont que 5 et 4 ans, je ne sais pas s’ils peuvent comprendre. Je vais leur dire qu’elle est partie au ciel, qu’elle a rejoint mon papa, que j’ai perdu l’année dernière."


Isabelle, la mère de Chloé, a aussi été informée des aveux et du parcours du tueur présumé, un Polonais de 38 ans qui avait interdiction de venir en France après plusieurs condamnations : "Je suis franchement écoeurée, dégoûtée... Je ne comprends pas pourquoi il était en France. Et puis pourquoi est-il venu à Calais ? Je ne l’avais jamais vu dans le quartier. Je ne comprends pas comment on peut faire ça à une enfant de 9 ans. Il en a 38... Qu’a-t-il fait à ma fille ? Je veux savoir. Je veux le voir, je veux des réponses."

Ce jeudi soir, à 18h, Isabelle et son compagnon David, seront présents à la marche blanche en hommage à sa fille Chloé organisée par la mairie de Calais.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/


La mère de Chloé, retrouvée morte, témoigne sur... par Europe1fr
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 8 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10