|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
8 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 8

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
DISPARITION INQUIETANTE de Théo Hayez .Vidéo Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 24/08/2019 11:41
Assassinat de Sofie Muylle: la défense fait appel de la prolongation de la détention du suspect Alexandru C. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 24/08/2019 11:34
DISPARITION INQUIETANTE de Théo Hayez.Des chiens renifleurs amenés par des volontaires à Byron Bay. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/08/2019 08:36
Sophie Le Tan :Une marche à la lanterne et un lâcher de colombes sont prévus à la colline de Mundolsheim (Bas-Rhin), samedi 7 septembre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/08/2019 09:17
Il y a 20 ans, à Tilly-sur-Seulles. L’affaire Godard, un des plus énigmatiques faits divers de ces 50 dernières années. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/08/2019 16:07
Affaire Paquita Parra: le corps va être exhumé..."On n'est pas si loin d'aboutir", selon l'avocate de sa famille. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:51
Wintzenheim : enlèvement de la petite la petite Elisabeta : ouverture d'une information judiciaire... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:31
Nora Quoirin, 15 ans. La mort de la jeune Nora en Malaisie pose question: “Tout est possible”. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:20
Le corps retrouvé en Malaisie est celui de l’adolescente franco-irlandaise disparue Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/08/2019 16:49
Information judiciaire ouverte ce mardi après l'enlèvement d'un bébé par sa mère (annonce le parquet de Colmar ce mardi). Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/08/2019 13:50

Traite d’êtres humains .

Publié par Walda Colette Dubuisson le 20-05-2019 (1283 lectures) Articles du même auteur
BELGIQUE ET PARTOUT DANS LE MONDE !

20/05/2019 : IL FAUT QUE LE MONDE SACHE !
Union européenne : la traite des êtres humains est en constante évolution .
*********************************
23/11/2017 : Le trafic d'êtres humains, une industrie planétaire et des millions de victimes. Sept victimes sur dix sont des femmes.
L'ONU estime que cette activité illégale génère plus de 27 milliards d'euros de profits…
*******************************************
15/11/2017 : Des êtres humains vendus aux enchères comme esclaves en Libye !!!
*******************************************
BRUXELLES, 23/10/2017. - La Police Judiciaire Fédérale de Flandre orientale a une nouvelle fois réussi à arrêter une bande de trafiquants d'êtres humains en flagrant délit.
****************************************
La police fédérale Belge lance un appel à témoins.

Qui a des réponses à ces diverses questions importantes.
Une jeune fille de New Delhi ( Inde) a pu s’échapper de la camionnette …
Où se trouvent les deux autres jeunes filles qui se sont enfuies de la camionnette blanche ? Il s'agit de "Oumo" ou "Sweety", une jeune fille du Mali, et de Louise, une jeune femme blanche de +/- 18 ans aux cheveux blonds..

Lire la suite


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=793

Date:
11.11.2014
Lieu:
Anvers

Le 11 novembre 2014, une jeune femme a pu s'échapper d'une camionnette blanche dans le centre d'Anvers. Elle a alors raconté son histoire à la police.

Elle a 27 ans et vient de New Delhi, Inde.

En avril 2010, elle serait arrivée en Europe via Paris où elle a été contrainte de se prostituer pendant 4 ans.

Durant cette période, elle a été balancée d'un lieu de travail à l'autre, tout d'abord en France, puis dans notre pays. C'est pendant son dernier déplacement qu'elle a pu prendre la fuite avec deux autres filles.

------------------------

Question: Qui a été témoin de la fuite au Scheldekaaien à Anvers ?


Cela s'est produit le mardi 11 novembre entre 19h00 et 21h30 au Scheldekaaien à hauteur de la raffinerie de sucre.

Question : Où se trouvent les deux autres jeunes filles qui se sont enfuies de la camionnette blanche ? Il s'agit de "Oumo" ou "Sweety", une jeune fille du Mali, et de Louise, une jeune femme blanche de +/- 18 ans aux cheveux blonds..

Ont-elles trouvées refuge ou ont-elles été à nouveau attrapées?

Le véhicule concerné est une camionnette blanche fermée sans inscriptions, avec une porte coulissante du côté gauche, à l'arrière du conducteur. Il est équipé de 2 places assises à l'avant et aucun à l'arrière. A cet endroit, il y a un revêtement de sol brun clair où les femmes devaient s'assoir les mains ligotées dans le dos.

Question : Qui reconnait cette camionnette ?

Durant les 8 derniers mois en 2014, la victime aurait travaillé à ½ heures de route d'Anvers, dans une maison avec une façade claire. Elle était enfermée dans une maison avec une porte d'entrée vitrée, avec une cuisine au premier étage, et des emplacements au second étage où les filles pouvaient dormir.

La jeune femme a donné une description de la 'madame' de cette habitation.

Cette femme s'exprime en néerlandais et se faisait appeler Astrid.

Elle a environ 40 ans, des cheveux courts et bruns avec une mèche blonde. Elle est grassouillette et mesure environ 1m60. Elle a de nombreux tatouages, notamment des fleurs colorées sur les bras.

Question: Qui connait 'Astrid', la femme du portrait-robot, et la maison qui est décrite ?

Un homme qui se rendait régulièrement à la maison et qui fait des tatouages, est appelé Mikey. Il a des manières efféminées et de nombreuses boucles d'oreilles et piercing (entre autre un piercing sur la langue).

Question: Qui connait 'Mikey', le tatoueur ?

La camionnette qui transportait les 3 jeunes femmes était conduite par un grand homme blanc, d'environ 1m90. Il est âgé d'environ 35 ans, il a les cheveux foncés attachés (queue de cheval) et une moustache foncée. Il a un tatouage remarquable au côté gauche de la nuque en forme forme de dragon noir avec une queue de serpent.
Question :Qui connait le conducteur de la camionnette ?

Les 3 suspects, Astrid, Mikey et le conducteur de la camionnette s'exprimaient tous les trois en néerlandais.


La victime a travaillé dans notre pays sous les noms de "Candy" et "Rosi".

Question: Qui connait cette femme ou pourrait la situer dans un lieu déterminé ou dans une commune ?

La police et la Justice tentent de savoir où la victime a été enfermée dans notre pays durant ces dernières années et quelles sont les personnes impliquées dans ce trafic d'êtres humains.

Question: Y a -t-il des filles dans le milieu qui pensent reconnaître la victime et qui peuvent confirmer son histoire ?


Témoignages

Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.


http://www.police.be/

Image redimensionnée
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/05/2019 12:25  Mis à jour: 20/05/2019 12:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4684
 Traite d’êtres humains .Union européenne : la traite des êtres humains est en constante évolution.
Les réseaux sociaux, les messages cryptés, l’abus des procédures d’asile et des législations du travail divergentes sont autant d’atouts pour les trafiquants d’êtres humains et leurs réseaux transnationaux très actifs d’exploitation sexuelle, de main d’œuvre, mendicité, mariages forcés, trafic d’organes et d’enfants handicapés. Une brève analyse du rapport de la Commission européenne.

Publié en décembre 2018, le deuxième rapport sur les progrès réalisés dans la lutte contre la traite des êtres humains s’appuie sur les statistiques collectées en 2015-2016. Il décrit les principales tendances actuelles de la traite des êtres humains et dresse un bilan des mesures prises par la Communauté européenne et les différents Etats membres depuis 2015.

Les données disponibles et la réalité


Les statistiques en question ne nous permettent évidemment pas de saisir l’ampleur réelle du phénomène et de ses conséquences, notamment en regard du nombre des victimes, mais les constats nous donnent néanmoins l’occasion d’approcher le phénomène dans ses diverses composantes. Les auteurs du rapport soulignent en effet qu’il reste encore des progrès à réaliser pour identifier la plupart des victimes et trafiquants ainsi qu’uniformiser les méthodes de collecte des données entre les différents Etats membres


Pour la période 2015-2016, près de 20.500 victimes ont été enregistrées et 6.000 poursuites signalées. Ces données officielles (donc partielles) montrent que l’exploitation sexuelle représente la forme principale de traite des êtres humains (une bonne moitié des activités) tandis qu’un quart des faits recensés concerne l’exploitation par le travail. Les autres formes d’exploitation : la mendicité, les mariages forcés ou le trafic d’organes. Près de 9/10 des victimes enregistrées sont des femmes ou des enfants.

Des modèles émergents


En dépit de certains progrès, par exemple en matière de coopération transfrontalière, la traite des êtres humains reste entreprenante et en constante évolution sous toutes ses formes. Souvent transnationaux, les réseaux criminels sont en effet très mobiles et étendent leurs ramifications dans les pays d'origine, de transit et de destination des victimes.

Toujours selon le rapport, l’âge des victimes est en baisse et on observe une croissance de la traite au sein même des Etats membres. Les modèles semblent se modifier et la violence psychologique ou émotionnelle a remplacé la violence physique.

L’évolution technologique a aussi clairement permis à certains modèles de s’intensifier :

Le modèle pornographique est aggravé par l’utilisation des Webcams.

Les trafiquants utilisent les réseaux sociaux pour recruter leurs victimes et pour développer des plateformes commerciales d’exploitation.

Les systèmes de cryptage rendent les enquêtes de plus en plus complexes et, d’une manière générale, l’utilisation des nouvelles technologies par les réseaux impose de plus en plus une formation spécialisée aux professionnels des États membres.

On dénote une forte évolution générale du nombre des femmes/filles victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle, dont celles passant par la route de la Méditerranée.

La traite à des fins d’exploitation par le travail semble également en augmentation, profitant sans doute de la forte demande en main d’œuvre bon marché et des divergences existant en matière de législations du travail.

Parallèlement, les autres formes d’exploitation sont aussi en hausse, parmi lesquelles le nombre de mariages de complaisance ou forcés. Les causes probables : le nombre croissant de migrants en situation irrégulière cherchant à obtenir un statut de résident légal après le rejet de leur demande d’asile et les groupes criminels organisés abusant des procédures d’asile.

Le phénomène est aggravé par de nouveaux modèles qui apparaissent : la vente de nouveau-nés, le trafic d’organes ou le prélèvement de tissus humains, le mariage d’enfants.

Sont de plus en plus ciblées enfin, les personnes présentant un handicap physique.

Des progrès dans la lutte contre la traite sont possibles

De nouvelles législations


Il est nécessaire de développer des législations incriminant toute personne qui a sciemment eu recours aux services fournis par les victimes de la traite, autrement dit tous les acteurs de la chaîne bénéficiant du service des victimes, qu’ils soient impliqués sciemment ou non : les sous-traitants, les intermédiaires, les chaînes d’approvisionnement, etc.

La coopération transfrontalière

La plupart des enquêtes nécessitent une coopération transnationale, la Commission recommande dès lors de renforcer la coopération policière et judiciaire transnationale.


Le recours aux enquêtes financières

La plupart du temps, la traite des êtres humains est liée à d’autres formes graves de criminalité. Le rapport souligne les liens qui existent entre le trafic de drogue, la fraude documentaire, le faux-monnayage, la criminalité contre les biens, le trafic de migrants, le trafic d'armes et le trafic de tabac. Les investigations menées sur ces réseaux et complicités peuvent permettre de démanteler toute la chaîne complexe des acteurs impliqués.

La constitution d’équipes communes d’enquête

La complexité du phénomène exige une collaboration entre services et administrations. L’inspection du travail, par exemple, joue un rôle essentiel dans l’identification des victimes d’exploitation par le travail et sa collaboration avec les services répressifs doit être encouragée.

Une récolte des données intensifiée et uniformisée


La fiabilité des informations est une condition à une meilleure définition des politiques. La collaboration établie entre la Commission, les Etats membres et Eurostat a permis d’améliorer et d’affiner les informations disponibles, mais certaines lacunes persistent. Les Etats membres devront améliorer le suivi, la fiabilité et la comparabilité des données en ce qui concerne les victimes, les auteurs, les types d’exploitation et les mesures de protection.

Une attention particulière devra être portée sur la sensibilisation destinée notamment, via une formation ciblée, aux officiers de l’état civil ou autres agents susceptibles d’être en contact avec ce type d’exploitation.

https://eur-lex.europa.eu/legal-conten ... /?uri=CELEX:52018DC0777&f
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/11/2017 17:02  Mis à jour: 23/11/2017 17:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4684
 Traite d’êtres humains .23/11/2017 : Le trafic d'êtres humains, une industrie planétaire et des millions de victimes. 7 victimes sur 10 sont des femmes.
L'ONU estime que cette activité illégale génère plus de 27 milliards d'euros de profits.


trafic d’êtres humains : une industrie planétaire

Des migrants africains vendus aux enchères. Un reportage choc de la chaîne de télévision américaine CNN a révélé l'existence d'un marché aux esclaves près de Tripoli, en Libye. Ces images ont attiré l'attention sur une industrie clandestine à l'échelle mondiale : le trafic d'êtres humains. La traite des êtres humains est le troisième trafic le plus lucratif au monde, derrière la drogue et la contrefaçon. Ses profits sont estimés à plus de 27 milliards d’euros par an, selon l'ONU.

Sept victimes sur dix sont des femmes

L’ONU n'est pas en mesure de chiffrer le nombre exact de victimes, mais elle estime le nombre de personnes affectées dans le monde à plusieurs millions par an. Les rares victimes identifiées sont à 71% des femmes. Les réseaux de trafiquants alimentent le travail forcé, l’exploitation sexuelle, le trafic d’organes...

Des victimes venues de 137 pays ont été identifiées dans au moins 69 Etats, selon un rapport des Nations unies. Les régions les plus touchées par ces trafics sont l’Asie du Sud-Est, l’Afrique subsaharienne, l’Amérique latine, l’Europe de l'Est, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. La plupart des victimes de ces réseaux sont exploitées dans leur région d’origine, plutôt qu’à l’autre bout du monde.

https://www.francetvinfo.fr/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/11/2017 09:49  Mis à jour: 15/11/2017 09:49
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4684
 Des êtres humains vendus aux enchères comme esclaves en Libye


Un reportage de la chaîne de télévision américaine CNN montre que dans la Libye déchirée dans laquelle transitent de nombreux migrants, des hommes sont vendus lors d'enchères aux esclaves. Les journalistes américains ont livré leurs éléments aux autorités libyennes qui ont promis de lancer une enquête.

Sur une vidéo filmée en août dernier dans un endroit inconnu de Libye, des hommes attendent debout tandis qu'on entend un individu dire: "Ce sont des garçons grands et forts pour les travaux de la ferme". Le même scande bientôt: "400, 700, 800". C'est le prix, en dinars libyens, pour lequel il propose de vendre des êtres humains en tant qu'esclaves dans ces horribles enchères. Cette vidéo, envoyée par un contact, a lancé l'enquête qui a abouti à un reportage de CNN, disponible dès ce mardi sur le site internet de la chaîne américaine.

Après des vérifications scrupuleuses, le média américain a envoyé l'une de ses équipes sur place. Une fois à Tripoli, les journalistes apprennent qu'une à deux ventes aux enchères se tiennent dans ces parages tous les mois. Cherchant à assister à l'une d'entre elles, ils sortent de la capitale. A l'arrière d'une maison de banlieue, dans le jardin, ils voient douze Nigérians, des hommes que leurs geôliers appellent "la marchandise", être achetés en très peu de temps. "Je ne sais pas quoi dire, franchement. C'est la chose la plus incroyable que j'ai jamais vue", dit la reporter devant la caméra.
Les autorités libyennes ont "entendu des rumeurs"

L'étape suivante les amène dans un centre de détention de migrants à Tripoli. Là, ils rencontrent un ancien esclave, baptisé Victory: "Oui, j'ai été venu alors que je venais ici. (...) La personne venue m'acheter, leur a donné l'argent. Et ils m'ont amené à la maison. Ce n'était même pas beaucoup d'argent", confie ce dernier.

D'autres migrants racontent des histoires similaires. "Ils vous font travailler de force et ils vous battent", dit l'un d'entre eux, mimant des coups de pied. Un officiel libyen, interrogé en octobre à propos des ventes d'esclaves par les journalistes, répond simplement: "On entend des rumeurs mais rien de si visible ne se passe devant nous". CNN a envoyé ses vidéos aux autorités libyennes, qui ont assuré qu'elles allaient ouvrir une enquête.

Robin Verner http://www.bfmtv.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/10/2017 18:20  Mis à jour: 23/10/2017 18:20
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4684
 BRUXELLES, 23/10/2017. - La Police Judiciaire Fédérale de Flandre orientale a une nouvelle fois réussi à arrêter une bande de trafiquants d'êtres humains en flagrant délit.
Lun 23.10.2017 - 16:52
BRUXELLES, 23/10/2017. - La Police Judiciaire Fédérale de Flandre orientale a une nouvelle fois réussi à arrêter une bande de trafiquants d'êtres humains. La bande en question, active sur différents parkings autoroutiers, se livrait à un trafic de personnes vers le Royaume-Uni. Une partie des trafiquants a été prise en flagrant délit vendredi matin sur le parking de Waasmunster, le long de la E17. Six perquisitions ont par ailleurs été effectuées, au cours desquelles huit suspects ont été interpellés puis placés sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction de Termonde.

A la mi 2017, la Police Judiciaire Fédérale de Flandre orientale avait lancé, en concertation avec le parquet de Flandre orientale, une enquête de trafic d'êtres humains sur le parking de Wetteren, situé sur la E40. Le parquet décida alors de requérir le juge d'instruction de Termonde afin de poursuivre l'enquête.
Grâce à leur travail rigoureux, les enquêteurs spécialisés en trafic d'êtres humains sont parvenus à identifier les différents suspects et leur mode opératoire.

Les suspects, qui résidaient en région bruxelloise, utilisaient essentiellement des parkings autoroutiers (E40, E17, E19, E34 et E429) afin de faire passer des personnes en séjour irrégulier au Royaume-Uni. Sur ces parkings, ils dissimulaient leurs victimes dans des espaces de chargement de poids lourds (y compris de camions frigorifiques). Une fois leur action achevée, les trafiquants rentraient chez eux.

Le vendredi 20 octobre dans la matinée, les trafiquants ont été pris en flagrant délit sur le parking de Waasmunster. Alors qu'ils quittaient les lieux après avoir dissimulé six victimes dans des camions, ils ont été interceptés par les Unités Spéciales de la Police Fédérale.

En collaboration avec la Police Fédérale de la Route de Flandre orientale, le Corps d'intervention de Flandre orientale et le Service d'appui canin ont découvert dans les poids lourds six victimes originaires de Syrie.

Trois suspects, âgés respectivement de 19, 21 et 24 ans, ont été arrêtés sur les lieux.

En parallèle, des perquisitions ont eu lieu en région bruxelloise (notamment à Watermael-Boitsfort, Auderghem, Schaerbeek, Bruxelles...), permettant l'arrestation d'un total de huit suspects, pour la plupart originaires de Syrie, d'Égypte et de Tunisie. Le juge d'instruction de Termonde a ordonné la comparution de l'ensemble des suspects et les a placés sous mandat d'arrêt.

https://www.police.be/5998/fr/presse/u ... rpellee-en-flagrant-delit
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/11/2016 19:38  Mis à jour: 27/11/2016 19:38
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4684
 Re : Blanchiment et traite des êtres humains dans le viseur des polices belge et néerlandaise !
Les polices belge et néerlandaise ont fouillé plusieurs immeubles samedi soir dans le Limbourg et ce dans le cadre d'une vaste enquête relative à des pratiques de blanchiment d'argent. Cet argent proviendrait du club de motards Satudarah, indique la police dimanche. Aucune arrestation n'a encore été opérée. L'enquête se concentre en Belgique autour de Maaseik.

La police a notamment fouillé un sauna à Roermond par où l'argent semblait transiter en vue de son blanchiment.

Les forces de l'ordre ont également vérifié si les femmes qui travaillaient dans ce sauna n'étaient pas victimes de traite des êtres humains ou forcées à se prostituer. L'enquête concernant ce volet doit encore le prouver.


L'établissement de Roermond apparaît également dans un autre dossier de blanchiment, précise encore l'agence de presse ANP. De l'argent et des documents y ont été saisis. De la drogue et des armes ont également été découvertes dans une ferme-hôtel de Melick ainsi que dans quatre habitations à Reuver, Brunssum, Roermond et Maaseik. Une plantation de cannabis a aussi été mise au jour.

http://www.levif.be/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/08/2016 17:37  Mis à jour: 15/08/2016 17:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4684
 Re : Traite d’êtres humains en Belgique: Des trafiquants d’êtres humains pris en flagrant délit à Zeebruges...

Un couple de Britanniques a été pris en flagrant délit dimanche à Zeebruges alors qu’ils embarquaient sur le ferry, avec dans leur caravane six personnes sans documents, indique le parquet de Flandre occidentale, section Bruges, lundi.


L’homme, né en 1963, et la femme, née en 1979, voulaient prendre le ferry vers Hull. Ils conduisaient un véhicule avec une caravane. Dans celle-ci se trouvaient six personnes sans papiers, cachées dans de petits espaces, notamment sous les banquettes.

Le couple a été arrêté. Il a d’abord nié en bloc, mais devant le juge d’instruction, l’homme est passé aux aveux.

Le couple a été placé sous mandat d’arrêt.

http://www.lavenir.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/06/2016 17:09  Mis à jour: 28/06/2016 17:09
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4684
 Re : Traite d’êtres humains : FRANCE -> Gard : un trafic de traite d’êtres humains démantelé !
Un coup d’arrêt à un trafic national de traite d’êtres humains a été donné par les gendarmes, selon le journal en ligne, Objectif Gard.

125 gendarmes ont interpellé 15 personnes dans la nuit de lundi à ce mardi à Milhaud, à l’ouest de Nîmes. L’opération aurait eu lieu dans un campement de Gitans sédentarisés.


Une opération qui a été décidée par un juge d’instruction d’Évry en région parisienne pour des faits présumés portant sur du « travail dissimulé en bande organisée et de traite d’êtres humains »
Dans le Grand Sud

Les personnes en garde à vue sont membres d’une même famille. Elles sont soupçonnées d’avoir fait travailler des hommes pour accomplir des travaux de jardinage et de ramonage et qui devaient ensuite verser une très grande partie des factures au clan basé dans la périphérie ouest de Nîmes.

Les « arnaques » concernent le département du Gard, mais aussi le Grand Sud, dont l’Hérault et la région Ile-de-France.

C’est l’office central de lutte contre le travail illégal qui est chargé de l’enquête avec les gendarmes de la section de recherches de Nîmes. Les gendarmes du groupement du Gard ont participé aux interpellations, selon Objectif Gard. Les gardes à vue peuvent durer 96 heures.

En savoir plus sur http://infos-h24.fr/2016/06/28/gard-t ... tele/#DcySIOFJWTeJ3KXI.99
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 06/05/2016 11:42  Mis à jour: 06/05/2016 11:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4684
 Re : Belgique. La course-poursuite sur la E40 liée au trafic d’êtres humains...
Près de Dunkerque, les suspects ont foncé dans des véhicules impliqués dans un accident qui s’était produit plus tôt.

La course-poursuite qui a eu lieu jeudi matin sur la E40 s’est tenue dans le cadre d’un trafic d’êtres humains, a indiqué jeudi après-midi la section brugeoise du parquet de Flandre occidentale. Le véhicule poursuivi, immatriculé en Grande-Bretagne, a violemment terminé sa course à Dunkerque.

La police belge a pris en chasse des passeurs à la frontière avec la France

L’autoroute A16 à Dunkerque (France), proche de la frontière franco-belge, a été fermée au trafic après que la police belge a pris en chasse des passeurs présumés, rapporte La Voix du Nord jeudi matin. Les forces de l’ordre ont ouvert le feu et blessé deux des quatre occupants d’un véhicule immatriculé en Grande-Bretagne, qui roulait à plus de 200 km/h. L’A16/E40 est toujours interdite d’accès vers Dunkerque et une file d’au moins deux heures s’est formée, selon le centre flamand pour le trafic routier (Vlaams Verkeerscentrum).



Poursuivis par la police, les fuyards ont foncé dans des véhicules impliqués dans un accident qui s’était produit vers 05h40. Les quatre hommes présents dans le véhicule suspect ont été grièvement blessés et transportés par hélicoptère au CHRU de Lille. Deux d’entre eux avaient été blessés par balles par la police.

Lié au trafic d’êtres humains

Le véhicule a été repéré vers 6h jeudi matin sur l’aire d’autoroute de Jabbeke (E40). Selon le parquet, plusieurs éléments concrets indiquent qu’il était lié au trafic d’êtres humains. La police de la route de Flandre occidentale s’est rendue sur le parking en question pour un contrôle et le véhicule suspect a pris la fuite.
La police a pris en chasse les fuyards et a tiré sur la voiture. Près de Dunkerque, les suspects ont foncé dans des véhicules impliqués dans un accident qui s’était produit plus tôt. Les quatre hommes présents dans le véhicule poursuivi ont été grièvement blessés et transportés par hélicoptère au CHRU de Lille. Deux d’entre eux avaient été blessés par balles par la police.
A Jabbeke, des dizaines de réfugiés ont été retrouvés. Ils étaient entassés dans des camions dans l’espoir de rejoindre la Grande-Bretagne via la France. L’enquête se poursuit. Les parquets de Flandre occidentale et de Dunkerque sont en contact.

http://www.lesoir.be/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 7 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10