|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
16 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 16

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Les ossements de Cédrika Provencher retrouvés huit ans après sa disparition

Publié par Walda Colette Dubuisson le 16-01-2018 (8275 lectures) Articles du même auteur
Canada/Québec :

06/01/2018 : Crimes non résolus : l'affaire Cédrika Provencher amène la SQ à changer ses pratiques…

L'ajout de nouveaux effectifs va notamment permettre de garder à l'œil un plus grand nombre de suspects en même temps et de s’intéresser à un plus grand nombre de dossiers.
*********************************************

14/12/2017 : Jonathan Bettez subira un procès devant un juge seul.
Pour dix chefs d’accusation de possession, distribution et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile.
Bien qu'il soit toujours considéré comme le principal suspect dans l'enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher, Bettez n'a jamais été accusé relativement à la fillette de 9 ans, disparue le 31 juillet 2007. Bettez conduisait une Acura rouge le soir de la disparition de Cédrika et il a toujours refusé de passer le détecteur de mensonges.
**************************************
18/07/2017 : «Grands Reportages» : Cédrika Provencher, 10 ans déjà... NE L'OUBLIONS PAS !
****************************************
15/06/2017 : Une enquête préliminaire sur les accusations de possession et de distribution de pornographie juvénile de Jonathan Bettez se tiendra en décembre. C'est ce qui a été décidé mercredi matin au palais de justice de Trois-Rivières.
**********************************
17/05/2017 : Le père de Cédrika Provencher arrête un documentaire sur sa fille...
************************************
13/04/2017 : La cause de Jonathan Bettez, accusé de pornographie juvénile et principal suspect de l’enlèvement de Cédrika Provencher, a été remise au 31 mai en raison d’un changement d’avocat. C'est la 8e fois que les procédures judiciaires sont repoussées depuis son arrestation.
*********************************************
09/12/2016 : Le 11 décembre 2015 est une date importante dans le dossier de la disparition de Cédrika Provencher. C'est ce jour-là que ses ossements ont été découverts par un trio de chasseurs à Trois-Rivières...
**************************************
30/08/2016 : L'homme arrêté hier à Trois-Rivières pour une affaire de pornographie juvénile est le principal suspect dans l'enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher, ont révélé à La Presse diverses sources.
*********************************************************
13/12/2015: TRISTE NOUVELLE : La Sûreté du Québec a annoncé tard samedi que les ossements humains retrouvés la veille à Saint-Maurice, près de Trois-Rivières en Mauricie, sont ceux de Cédrika Provencher. La jeune fille de 9 ans avait été portée disparue le 31 juillet 2007.
Sa famille a été avisée par la SQ, samedi soir. Aucune arrestation n'a encore été menée, mais l'enquête se poursuit.

La population est toujours invitée à fournir toute information relativement à cette affaire au 1-800-659-4264.

N'ABANDONNONS PAS SA FAMILLE!
Nous présentons nos sincères condoléances à la famille et proches

R.I.P Cédrika : Que justice te soit rendue !

Image redimensionnée


******************************

23/10/2015 : Même s'il n'existe aucune preuve, l'avocat Marc Bellemare n'exclut pas la possibilité que Marc Perron, l'homme qui aurait agressé une adolescente avec une masse la semaine passée à Trois-Rivières, pourrait être relié à la disparition de Cédrika Provencher.

! Henri Provencher demeure prudent !
*************************************************
04/10/2015 : Plus de huit ans après l'enlèvement de Cédrika Provencher, les langues continuent de se délier. L'équipe de production du documentaire Cédrika, dont la sortie est prévue pour 2016, affirme avoir reçu de nouvelles informations qui ajoutent de l'eau au moulin pour mieux comprendre les circonstances entourant sa disparition.( vidéo)
******************************
31/07/2015 : Il y a tout juste huit ans, Cédrika Provencher était vue pour la dernière fois, près de son domicile, à Trois-Rivières. Elle était alors âgée de 9 ans.
******************
Le 31 juillet 2007, en soirée, la petite fille aurait été sollicitée par une personne adulte pour chercher un chien noir et blanc, près de son domicile trifluvien. Elle n'a jamais été vue depuis.
*****************************
«Je n'arrêterai jamais», affirme Henri Provencher qui désire sensibiliser la population pour éviter les enlèvements d'enfants...( VIDÉOS)


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=930


L’affaire Cédrika Provencher commence le 31 juillet 2007 à Trois-Rivières lorsqu'une Canadienne (Québécoise) âgée de neuf ans (née le 29 août 1997) disparaît. Sa disparition provoque les recherches les plus intenses de l'histoire policière du Québec. Malgré des promesses de récompense, elle n'a jamais été retrouvée. Elle est officiellement portée disparue par la Sûreté du Québec, mais est le plus souvent considérée par les médias québécois comme kidnappée..



Cliquez pour lire «L’ affaire Cédrika Provencher »

************************************************************************************************
Sa disparition a provoqué une onde de choc qui a largement dépassé les frontières du Québec.
Le 31 juillet 2007, en soirée, la petite fille aurait été sollicitée par une personne adulte pour chercher un chien noir et blanc, près de son domicile trifluvien. Elle n'a jamais été vue depuis.

Après huit ans, le dossier de la disparition ne semble pas avoir beaucoup progressé.
Au cours des dernières années, l'organisme Enfant-Retour Québec a fréquemment rappelé sa certitude qu'au moins une personne savait ce qui s'est passé lors de la disparition de la petite fille, le 31 juillet, il y a huit ans. Malgré le temps qui a passé, l'organisme invite la population à transmettre toute information jugée pertinente pour résoudre le dossier.

Le mois dernier, la réalisation d'un documentaire d'enquête sur l'histoire de Cédrika Provencher a été annoncée. Il s'agira d'une oeuvre du réalisateur Stéphan Parent qui souhaite ainsi relancer l'enquête sur la disparition de la fillette. La production du documentaire a été confiée à Ugo Fredette.
La sortie est prévue pour la fin de l'année 2016.








Source : http://quebec.huffingtonpost.ca




*********************************************





************************

«Je n'arrêterai jamais», affirme Henri Provencher


Image redimensionnée


Le grand-père de Cédrika, Henri Provencher, tient vendredi une journée d'activités de sensibilisation dans le cadre de la Journée mondiale de prévention des enlèvements d'enfants, car il ne veut plus que des parents ou grands-parents vivent de pareils événements.

(Trois-Rivières) Chaque matin depuis huit ans, Henri Provencher se lève avec l'inébranlable volonté de retrouver Cédrika, sa petite-fille disparue depuis cette soirée du 31 juillet 2007 à l'âge de 9 ans. Huit ans plus tard, il est convaincu que sa petite Cédrika a été enlevée et doit quotidiennement affronter la douleur d'une vive blessure à l'âme toujours ardente.

Henri Provencher, à la tête de la Fondation Cédrika Provencher, ne veut plus que des parents ou grands-parents vivent de pareils événements. C'est pour ces raisons qu'il tient vendredi une journée d'activités de sensibilisation dans le cadre de la Journée mondiale de prévention des enlèvements d'enfants.

«On veut travailler avant que les enlèvements arrivent. Nous axons sur la prévention et la sensibilisation des enfants. Des intervenants vont donner des petits trucs aux parents et aux enfants afin d'éviter les enlèvements», explique Henri Provencher au sujet de cette journée.

L'événement se tient au parc Pie-XII et prévoit plusieurs activités pour les enfants, dont des jeux gonflables, les services d'une maquilleuse, des spectacles de magie ainsi que la démonstration de drones. Les activités débutent dès 11 h et doivent se poursuivre jusqu'à 16 h. À 14 h 45, les organisateurs convient les participants à former une grande chaîne humaine autour du lac, afin de dénoncer les sévices dont sont victimes les enfants, mais aussi à la mémoire de Cédrika, disparue il y a maintenant huit ans.

Parmi les intervenants de cette journée, on retrouvera Stéphan Parent, le réalisateur du documentaire, actuellement en production, sur la disparition de Cédrika. Il sera sur place pour présenter son projet, mais aussi pour tenter de recueillir des informations qui pourraient permettre de faire avancer l'enquête. D'ailleurs, Henri Provencher, qui est également le président de la Fondation, souligne qu'encore aujourd'hui, il reçoit des informations de la part de citoyens. Si certaines sont non fondées, d'autres permettent, même si elles peuvent paraître anodines, d'ajouter des morceaux au grand casse-tête qu'est cette difficile enquête policière.

«À travers une foule, des informations peuvent se glisser plus facilement. Nous sommes à l'affût de cette information», note M. Provencher. «Dans toutes les causes de disparition, il y a toujours quelqu'un qui sait quelque chose, mais qui n'ose pas parler. Après huit ans, des gens viennent me voir pour me donner une information. Ils me disent qu'ils ne voulaient pas en parler avant pour ne pas avoir de problèmes. Ils peuvent avoir peur des conséquences de donner une information après s'être tu pendant si longtemps. Ce que nous voulons, ce sont les informations. Elles peuvent être données confidentiellement et il y a des outils pour protéger les personnes qui donnent des informations.»

Depuis huit ans, les proches de Cédrika Provencher vivent dans une totale ignorance, un état d'esprit insupportable. Est-ce que Cédrika est toujours en vie ou est-elle décédée? Cette douloureuse question ronge cruellement les membres de sa famille, confie Henri Provencher.

«On ne sait pas si elle est morte. Elle peut être morte. On ne sait pas si elle est vivante. Elle peut être vivante. Et si elle l'est, est-ce qu'elle est maltraitée? Est-ce que quelqu'un s'en occupe correctement? C'est très difficile à vivre.»

Malgré toutes ces années qui passent, Henri Provencher ne veut pas abandonner. Il rejette du revers de la main cette simple évocation.

«Je n'arrêterai jamais, je ne sais pas ce qui est arrivé à Cédrika», dit-il avec le regard d'un homme déterminé.

Le grand-père de Cédrika Provencher avoue avoir été rongé par des suspicions à la suite de la disparition de sa petite-fille. Il indique que souvent, les enlèvements d'enfants sont commis par des proches ou des connaissances de la famille.

«Quand quelque chose comme ça arrive, tu ne vois plus personne de la même façon, dont tes chums et ta famille», explique-t-il. «On a fait le tour et maintenant on sait que personne ne l'a fait. Les soupçons ne durent pas indéfiniment. Tu connais les membres de ta famille. On appelle ça les dommages collatéraux et chacun vit ça différemment.»

Très actif auprès de la Fondation Cédrika Provencher, le grand-père de la petite disparue a développé plusieurs projets au fils des ans, dont un outil, Mobilisation Cédrika, qui permet de réagir rapidement lors de disparitions.

Nombreux sont toutefois les projets, dont un avec l'Université du Québec à Trois-Rivières, qui tardent à voir le jour, faute de ressources financières et humaines.

En terminant, une messe à la mémoire de Cédrika Provencher sera célébrée vendredi soir à 20 h au petit sanctuaire du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Cette célébration sera suivie d'une procession aux flambeaux. Les proches de Cédrika espèrent par la suite former une chaîne humaine autour du lac avec les personnes présentes.

Par GABRIEL DELISLE
Le Nouvelliste : http://www.lapresse.ca/

*********************************

Sensibiliser la population pour éviter les enlèvements d'enfants

Image redimensionnée


Henri Provencher, le grand-père de Cédrika, a discuté avec des enfants afin de les sensibiliser aux enlèvements.

(Trois-Rivières) C'est entouré d'un groupe de 80 enfants du camp de jour du pavillon Saint-Arnaud de Trois-Rivières qu'Henri Provencher a invité vendredi la population à demeurer vigilante afin que cessent les enlèvements et les disparitions d'enfants. Depuis la disparition de sa petite-fille Cédrika il y a huit ans le 31 juillet 2007, l'homme mène le combat de sa vie pour la retrouver, mais aussi pour que les enfants puissent vivre en sécurité.

«Je remercie les enfants et nos partenaires d'être là. On se sent moins seul à faire avancer les choses», a souligné entouré d'enfants attentifs à ses propos le grand-père de Cédrika Provencher lors de l'ouverture des activités entourant la Journée mondiale de prévention des enlèvements d'enfants. «Nous sommes ici pour vous donner des informations pour que ce qui est arrivé à ma petite-fille n'arrive pas à d'autres. Lorsqu'on réussit à marquer les enfants, ils vont transmettre ça aux parents. Tout ce qu'on fait, c'est pour les enfants, pour leur sécurité.»

La Fondation Cédrika Provencher a mis sur pied ces dernières années des outils afin de réagir rapidement lors de cas de disparitions d'enfants. Et Henri Provencher n'entend pas en rester là. Il indique qu'un mécanisme d'action internationale concertée doit être mis sur pied afin de réagir rapidement. «Il faut essayer de contrer tous les prédateurs avant qu'ils passent à l'acte.»

La population était conviée hier au parc Pie-XII dans le cadre de la Journée mondiale de prévention des enlèvements d'enfants. Plusieurs intervenants étaient d'ailleurs sur place pour donner de l'information et les enfants pouvaient s'amuser dans les deux jeux gonflables. En après-midi, une chaîne humaine a été organisée afin de collectivement rendre hommage à Cédrika disparue il y a maintenant huit ans.

Les enfants du camp de jour ont pu lâcher leur fou et apprendre des conseils importants. Le petite Nelly Letendre, 7 ans, a confié à la fin de la journée avoir appris quelques trucs à appliquer afin de prévenir un enlèvement.

«Si quelqu'un t'offre de l'argent pour aller dans sa maison, on dit non parce qu'on pourrait être volé et perdu», a souligné la fillette qui trouvait très triste ce qui est arrivé à Cédrika Provencher.

De son côté, Antoine Longpré, 12 ans, indique que l'histoire de Cédrika a suscité chez lui «une réflexion». «Je n'avais jamais pensé que quelque chose comme ça puisse arriver... surtout pas à Trois-Rivières.»

Les députés, tant fédéral et provincial de Trois-Rivières, ont assisté à l'ouverture des activités, hier matin. Robert Aubin et Jean-Denis Girard, tous deux pères, ont avoué être grandement touchés par la disparition de Cédrika. Les deux hommes ont affirmé ne pas être en mesure de concevoir la douleur de voir disparaître un de leurs enfants. Citant l'exemple de l'enlèvement de bébé Victoria au centre hospitalier de Trois-Rivières, le ministre responsable de la région a de plus indiqué que depuis le 31 juillet 2007, la communauté de Trois-Rivières est bien plus vigilante. Après la diffusion rapide des informations sur cet enlèvement, des étudiants ont retrouvé l'enfant naissant qui a pu être rendu à ses parents. La conseillère municipale Marie-Claude Camirand était également de l'événement afin de témoigner de l'importance des événements de 2007 pour tous les Trifluviens.

En soirée, Henri Provencher a assisté à une messe célébrée au petit sanctuaire Notre-Dame-du-Cap qui a été suivie d'une procession aux flambeaux ainsi que d'une chaîne humaine. Ce moment de recueillement annuel est très important pour le grand-père de la petite Cédrika qui se donne corps et âme à la mission qu'il s'est donnée. «La messe n'est pas une question de religion, c'est un moment d'intériorisation. Pour moi, ça vaut de l'or. Je prends ces moments pour réfléchir», avoue-t-il.

Le réalisateur du documentaire sur Cédrika présentement en production, Stéphan Parent, était sur place afin de tenter de recueillir des information qui pourraient permettre de faire avancer l'enquête. Il réaffirme qu'il a un «suspect dans la mire» et que possiblement il aurait eu l'aide d'un complice. Il tentera avec son film qui sortira en 2016 de faire la lumière sur cette disparition qui a tant marqué le Québec.

http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste ... -enlevements-denfants.php
***********************************

04/10/2015 : De nouvelles informations font avancer le documentaire sur Cédrika Provencher

Plus de huit ans après l'enlèvement de Cédrika Provencher, les langues continuent de se délier. L'équipe de production du documentaire Cédrika, dont la sortie est prévue pour 2016, affirme avoir reçu de nouvelles informations qui ajoutent de l'eau au moulin pour mieux comprendre les circonstances entourant sa disparition.

Un texte d'Alexandre DuvalTwitterCourriel

« Malgré que ça fait huit ans, il y a encore des gens qui parlent », affirme le réalisateur du documentaire, Stéphan Parent. « Il faut départager le vrai du faux; là-dedans, il y a toutes sortes de monde [...], mais quand on voit qu'une information peut sembler intéressante, on va quand même la vérifier », dit-il.

L'équipe du documentaire aurait notamment obtenu des témoignages de résidents de la région de Trois-Rivières au sujet de la voiture qui a été impliquée dans l'enlèvement de Cédrika et d'un individu qui est actuellement dans la mire des policiers.

« C'est des observations qui ont été faites au niveau de la personne [...] et au niveau de son comportement, ce qu'il a fait dans les heures précédant l'enlèvement de Cédrika », explique Stéphan Parent, ajoutant que des images captées par des caméras de surveillance ont permis d'aller rencontrer certains témoins.

« On a su où la voiture a été nettoyée [avant l'enlèvement]. »


« On ne prétend pas détenir la clé, la vérité dans tout ça, mais il y a une progression », laisse-t-il tomber. Les prochains tournages du documentaire seront donc influencés par ces informations qui continuent de parvenir à l'équipe de production.

Le grand-père de Cédrika garde espoir

Samedi, le grand-père que Cédrika, Henri Provencher, assistait au tournage qui se déroulait à l'angle des rues Chapais et Matteau à Trois-Rivières, là où la fillette a été aperçue pour la dernière fois, le 31 juillet 2007. L'équipe de production devait y capter des reconstitutions des recherches qui ont suivi l'enlèvement de Cédrika.

« Ça ramène un paquet de choses en mémoire [...] Ce n'est pas de gaieté de cœur qu'on vient ici, mais reste qu'on a toujours cet espoir-là de faire tout ce qu'il est possible de faire pour rappeler aux gens de nous donner l'information qui peut faire avancer le dossier », dit Henri Provencher.

Il affirme recevoir régulièrement lui-même des confidences du public, qu'il s'agisse d'informations crédibles ou non.

Pour lui, le documentaire qui est en préparation a le pouvoir de faire parler encore plus de personnes qui détiennent la moindre information au sujet de la disparition de Cédrika.

« Si elle est décédée, elle est décédée. On est capable de faire face à ça. Mais si elle est vivante, quelque part, est-ce qu'on en prend soin? Est-ce qu'on la maltraite? »
— Henri Provencher

« Cédrika est dans la tête de tout le monde [...] Autant que nous autres, je pense, les gens veulent arriver à une fin. Ils veulent que Cédrika soit retrouvée », dit le grand-père.

D'autres tournages auront lieu à Trois-Rivières au cours des prochains mois afin que le documentaire Cédrika soit prêt à temps pour la date de sortie annoncée.

http://ici.radio-canada.ca/

Vidéo : clic

Une déclaration faite par une personne de la Mauricie pourrait permettre aux policiers de faire avancer l'enquête sur la disparition de Cédrika Provencher. C'est ce qu'avance le cinéaste Stéphan Parent, qui réalise actuellement un documentaire sur la disparition de la fillette, survenu il y a 8 ans à Trois-Rivières.

Selon monsieur Parent, cette personne pourrait avoir été en contact avec le présumé ravisseur. Les informations qu'elle a fournies étaient inconnues des membres de la famille de Cédrika.


******************************

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/01/2018 11:54  Mis à jour: 16/01/2018 11:54
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 La SQ augmente les effectifs de son unité des crimes non résolus.
SIDHARTHA BANERJEE
La Presse Canadienne
Partager

La Sûreté du Québec (SQ) frappe un grand coup pour tenter de résoudre de vieilles affaires de meurtre, surtout celles qui impliquent des femmes, des enfants et des personnes âgées.
L'unité des crimes non résolus compte actuellement cinq enquêteurs à temps plein, mais la SQ souhaite que dès les prochains mois, 30 employés s'affairent en permanence à cette tâche, à Montréal et à Québec.

L'unité résout actuellement en moyenne quelques affaires de meurtre chaque année seulement, mais la SQ espère que ce taux de réussite augmentera considérablement avec les nouveaux effectifs. Selon la lieutenante Martine Asselin, porte-parole de la SQ, les enquêteurs sont constamment sollicités par de nouvelles affaires criminelles, et ils n'ont pas toujours le temps de rouvrir d'anciens dossiers.

Mme Asselin admet que c'est l'affaire de la petite Cédrika Provencher, à Trois-Rivières en 2007, qui a précipité l'ajout d'employés dédiés exclusivement aux crimes non résolus - même si cette enquête est toujours en cours.


Henri Provencher, le grand-père de Cédrika Provencher et dirigeant de la fondation portant le même nom, a applaudi la nouvelle.

«Si Cédrika a pu influencer, c’est positif. C’est ce qu’on fait à la fondation et c’est réjouissant qu’il puisse y avoir des améliorations comme celle-là. Nous, on connaît maintenant le dénouement pour Cédrika, même si le dossier continue. Mais tout parent qui a perdu un enfant, ou un être cher, doit accueillir cette nouvelle positivement, en espérant que ça va changer les choses et les accélérer.»

Le travail ne manquera certainement pas au sein de cette unité: on compte actuellement près de 750 dossiers de crimes non résolus, qui remontent parfois jusqu'à 1960, indique Mme Asselin. À sa création en 2004, l'unité des crimes non résolus misait surtout sur les nouvelles techniques d'enquête, comme les profils d'ADN.

Selon la lieutenante Asselin, les enquêteurs constatent aussi que certains témoins ou informateurs ont davantage envie de parler à mesure que le temps passe. Si le suspect est proche de la victime, par exemple, ou si le crime a été commis dans une petite communauté, les témoins pouvaient ressentir à l'époque une certaine crainte, dit-elle.

«Vingt ans, trente ans plus tard, certaines personnes sont décédées, on est peut-être déménagé, notre situation familiale peut avoir changé, puis là on est prêt aujourd'hui à en parler», explique-t-elle.

Par ailleurs, Mme Asselin croit que les médias sociaux pourraient aussi contribuer à résoudre certaines affaires criminelles. Grâce à ces nouveaux outils, «l'information circule beaucoup plus vite», rappelle la lieutenante.


«Avec l’équipe qui grossit, on va avoir beaucoup plus de suspects dans notre mire. Il y a maintenant plus de criminels qui pensaient pouvoir dormir tranquille qui risquent de se faire attraper», lance avec assurance le sergent-détective Éric Bolduc, chef d’équipe à l’escouade des dossiers non résolus de la Sûreté du Québec (SQ).

EN SAVOIR PLUS -> http://www.tvanouvelles.ca/2018/01/15 ... ux-meurtres-non-resolus-1
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/01/2018 11:34  Mis à jour: 16/01/2018 11:34
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Crimes non résolus : l'affaire Cédrika Provencher amène la SQ à changer ses pratiques...
La découverte des ossements de Cédrika a accéléré la volonté de la Sûreté du Québec (SQ) de réorganiser son département d'enquête et de prioriser les crimes non résolus.

Le corps de police va quintupler le nombre d'enquêteurs assignés à son unité des crimes non résolus.

L'escouade compte actuellement cinq enquêteurs à temps plein et dans les prochains mois, ce nombre grimpera à 25.

Lorsque les ossements de Cédrika Provencher ont été trouvés, « rapidement leur équipe [de cinq enquêteurs] a été bonifiée de profileurs, de gens des crimes majeurs, de gens des crimes contre la personne et on a pu voir la nécessité d’avoir une équipe plus grande, afin de pouvoir travailler plus de dossiers de front », explique la porte-parole de la SQ, Martine Asselin.

Cette escouade deviendra ainsi l'une des plus importantes du genre en Amérique du Nord, selon la SQ.


L'ajout de nouveaux effectifs va notamment permettre de garder à l'oeil un plus grand nombre de suspects en même temps et de s’intéresser à un plus grand nombre de dossiers.

Les enquêteurs mettront la priorité sur les cas plus récents qui concernent les meurtres d'enfants et de femmes.

Une vingtaine de policiers et d'analystes seront postés à Boucherville et une équipe de cinq enquêteurs sera installée à Québec.

Avec des informations de Marie-Claude Julien http://ici.radio-canada.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/12/2017 09:06  Mis à jour: 14/12/2017 09:06
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Affaire Cédrika Provencher. Jonathan Bettez subira un procès devant un juge seul.
Pour dix chefs d’accusation de possession, distribution et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile.

Le juge Jacques Lacoursière a tranché, mercredi, au palais de justice de Trois-Rivières : Jonathan Bettez sera cité à procès devant un juge seul pour dix chefs d'accusation de possession, distribution et d'avoir accédé à de la pornographie juvénile.

L'accusé contestait les quatre chefs d'accusation en matière de pornographie juvénile qui seraient survenus entre septembre 2013 et fin août 2016, la veille de son arrestation dans les bureaux de l'entreprise familiale, dont il était le directeur.


Cette décision du juge Lacoursière signifie donc que la preuve présentée depuis lundi matin à l'enquête préliminaire était suffisamment solide pour tenir un procès.

Quant aux six chefs de la première série d'accusations de possession, accession et distribution de pornographie juvénile entre 2009 et 2013, ils n'étaient pas contestés.

L'enquête préliminaire aura permis d'entendre des policiers de la SQ et de la GRC étaler les détails de l'enquête policière et des perquisitions survenues au domicile de l'accusé de même qu'à son travail.

Rappelons que ces témoignages ne peuvent être rendus publics, la cause étant frappée d'un interdit de publication.

Le juge a notamment pu entendre un analyste d'écoute, un spécialiste en informatique affecté à la division des exploitations sexuelles des enfants sur internet, un agent responsable des pièces à conviction et l'enquêteur en charge de cette enquête.

L'accusé était toujours absent en raison de sérieux problèmes de santé. L'homme de 37 ans souffre d'insuffisance rénale terminale. Il a dû être hospitalisé pour amorcer des traitements de dialyse.

À sa sortie de l'hôpital, Jonathan Bettez restera en liberté en attendant son procès. Il devra toutefois respecter une série de conditions, dont celle de ne pas se trouver dans un parc ou autre endroit où nous pourrions trouver des enfants.

Bien qu'il soit toujours considéré comme le principal suspect dans l'enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher, Bettez n'a jamais été accusé relativement à la fillette de 9 ans, disparue le 31 juillet 2007. Bettez conduisait une Acura rouge le soir de la disparition de Cédrika et il a toujours refusé de passer le détecteur de mensonges.

Les procédures judiciaires pour la tenue du procès en matière de pornographie juvénile reprendront le 12 janvier 2018. L'avocat de Bettez, Me Marc-Antoine Carette, de même que le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, ont tous deux exprimé leur souhait que le procès se tienne rapidement. Un procès qui se déroulera devant un juge seul, sans jury. La peine maximale d'emprisonnement pour des infractions de production et distribution de pornographie juvénile est de 14 ans.

http://quebec.huffingtonpost.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/08/2017 13:28  Mis à jour: 01/08/2017 13:28
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 La Fondation Cédrika Provencher lance un centre de recherche et de prévention des enlèvements.
Dix ans après la disparition de Cédrika Provencher, un centre de recherche et de prévention des enlèvements, des disparitions et des fugues est lancé à Trois-Rivières.

Henri Provencher, le président de la Fondation Cédrika Provencher et grand-père paternel de la petite, en a fait l’annonce dans le cadre d’une journée pour commémorer sa disparition.

La Fondation a choisi de travailler en prévention pour éviter de passer en mode rattrapage, parce que quand un enlèvement survient, il est déjà trop tard.

Henri Provencher, président, Fondation Cédrika Provencher
En plus de ce nouveau centre de recherche, la Fondation Cédrika Provencher annonce une première campagne majeure de financement.

Le centre de recherche « travaillera pour l’enfant, la famille et la population, en collaboration avec les autorités compétentes, précise la Fondation dans un communiqué. Il développera toute idée ou tout projet jugé utile pour la sécurité et la protection des enfants qui lui sera soumis ».

http://nouvelordremondial.net/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/07/2017 12:23  Mis à jour: 28/07/2017 12:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Cédrika Provencher: l'enquête toujours active 10 ans après .
«J'espère que le coupable sera retrouvé», souhaite Henri Provencher, le grand-père de Cédrika, alors que le 31 juillet 2017 marque les 10 ans de la disparition de sa petite-fille qui n'avait alors que neuf ans, une affaire qui a secoué le Québec et amené les policiers à changer leurs méthodes dans les cas d'enlèvements d'enfants.

L'enquête est toujours active, même après la triste découverte, en décembre 2015, du crâne de la fillette dans un boisé.

«Un dossier de meurtre, ce n'est jamais fermé. Jamais. Jamais», a martelé Guy Lapointe, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).

Le 31 juillet 2007, la petite fille à la frimousse attachante n'est pas rentrée chez elle, à Trois-Rivières. Puis son joli visage s'est tristement retrouvé sur des affiches «Disparue» partout au Québec.

Cette affaire a touché les Québécois qui ont suivi chacun de ses soubresauts avec attention.


Il s'est écoulé huit ans et demi sans aucune trace de Cédrika. Puis, le 11 décembre 2015, des ossements sont retrouvés par des chasseurs dans un bois aux abords de l'autoroute 40 à Saint-Maurice, près de Trois-Rivières. Le lendemain, la Sûreté du Québec confirme ce que plusieurs soupçonnaient: ce sont ceux de Cédrika. La découverte mène à une immense battue dans les environs.

Durant 10 jours, plus de 200 policiers ont fouillé sans relâche le terrain où les restes humains ont été retrouvés. Il s'agit de l'un des plus grands déploiements policiers de l'histoire de la Sûreté du Québec. L'objectif était de ratisser le site le plus rapidement et efficacement possible, et de retrouver des indices avant l'arrivée de la neige.

Au terme des recherches, la SQ s'était dite satisfaite du travail accompli, sans préciser davantage.

L'enquête est toujours en cours, maintient la force policière provinciale qui ne veut souffler mot pour ne pas lui nuire. Aucune arrestation n'a été faite. «On avance beaucoup plus quand on n'en parle pas, que lorsque l'on en parle», soutient Guy Lapointe.

«Dans ce dossier-là, parce qu'il y a personne ou presque au Québec qui ne connaît pas ce dossier-là, même si on n'en parle pas, de façon ponctuelle, il y a encore des informations qui peuvent continuer à entrer, c'est surprenant», a-t-il expliqué.

Le 21 juin 2016, une trentaine de policiers sont revenus sur place pour effectuer des fouilles, près de l'endroit où les restes ont été découverts. La SQ avait alors affirmé qu'une «nouvelle information» recueillie par les enquêteurs était à l'origine de cette fouille.

Mais depuis cette date, plus rien.

Ce jour du 12 décembre 2015, la famille Provencher a dû abandonner ses espoirs de retrouver la fillette vivante. «Maintenant, le deuil peut commencer à se faire tranquillement», a écrit le lendemain le père de Cédrika, Martin Provencher, sur sa page Facebook.

Il n'a toutefois pas donné suite aux demandes d'entrevues de La Presse canadienne.

Fin août 2016, la famille a tenu des funérailles, en toute intimité.

Des critiques

Dix ans plus tard, Henri Provencher admet qu'il aurait aimé que les choses se passent différemment lorsque sa petite-fille a été portée disparue.

L'homme a constaté des lacunes au niveau du temps d'intervention de la police, de la prise de décision et des problèmes de communication entre les différents corps policiers, notamment parce que des informations données à l'un d'entre eux ont mis trop de temps à se rendre au chef de l'enquête, a-t-il confié en entrevue à La Presse canadienne plus tôt ce mois-ci.

«Il y avait beaucoup de pertes de temps. Si j'enlève un enfant, donnez-moi deux heures, moi, je suis passé les frontières, je suis rendu aux États-Unis.»

Selon lui, il faut que les parents soient conscients que les policiers font de leur mieux et il faut que les policiers comprennent que les parents ont le droit de tenter de trouver l'enfant.

«Moi, les recherches pour Cédrika, le pape m'aurait demandé d'arrêter, le premier ministre, le président des États-Unis m'aurait demandé d'arrêter, je ne l'aurais pas fait», laisse-t-il tomber.

Il refuse toutefois d'être trop sévère envers ceux qui ont travaillé sans relâche pour retrouver sa petite-fille.

«Les policiers ont fait des avancées incroyables», juge-t-il, tout en soulignant qu'il estime qu'il y a encore place pour des améliorations.

Ceux-ci déploient désormais leurs effectifs beaucoup plus rapidement, constate l'homme qui a mis sur pied la Fondation Cédrika Provencher, qui vise justement à conseiller et soutenir les familles mais aussi à développer de nouvelles façons de faire pour les recherches et pour améliorer la communication entre les proches et les policiers.

Après tout ce temps, il se souvient de la réponse des Québécois, qui sont venus en grand nombre pour les battues. Un sentiment de solidarité incroyable.

«Les gens se sont identifiés à elle et elle est devenue la fille de tout le monde», remarque Pina Arcamone, la directrice générale du Réseau Enfants-Retour.

Pour elle, le cas de Cédrika a réellement marqué un tournant dans le travail des policiers.

François Doré, un ancien policier de la SQ désormais à la retraite, convient que le déploiement des forces de l'ordre a été lent et que la police de Trois-Rivières a tardé avant d'impliquer la SQ.

«Aujourd'hui, c'est beaucoup plus rapide. Il y a beaucoup plus de personnes que ce qui a été fait à l'époque. Ça a changé de façon spectaculaire», a-t-il commenté en entrevue à La Presse canadienne.

«Parce qu'on s'est rendu compte que le temps compte beaucoup», ajoute-t-il. Histoire de ne pas donner le temps au criminel de trop s'éloigner de l'endroit où l'enfant a été enlevé, et de faire disparaître preuves et indices.

Il se rappelle aussi que le mot «enlèvement» n'a pas été soulevé rapidement. La police de Trois-Rivières parlait alors de «disparition».

«Il y a une marge entre disparition et enlèvement», dit-il. Et cela fait une différence au niveau de la structure de commandement mise en place, le déploiement des effectifs sur le terrain, la détermination des tâches de chacun, etc.

Les choses ont changé après le dossier de Cédrika, parce que beaucoup de gens ont posé des questions et s'en sont mêlés, avance celui qui était aussi porte-parole de la SQ quand la petite fille a été portée disparue.

Selon M. Doré, son cas a créé un sentiment d'urgence et son histoire «a soulevé les passions».

«Elle est devenue presqu'un symbole dans une cause sociale. Il fallait trouver cette enfant-là», résume-t-il.

Une commission a aussi été mise sur pied en 2012 pour revoir les méthodes policières - le comité provincial de coordination sur les disparitions et les enlèvements d'enfants - qui a mené à un rapport de la SQ et du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), puis à un guide d'enquête pour tous les corps policiers du Québec, qui devait permettre à chaque intervenant, préposés du 911, patrouilleurs et enquêteurs, de mieux connaître son rôle.

En 2017, la SQ refuse de discuter des changements apportés, pour ne pas nuire à ses méthodes d'enquête. Une demande d'accès à l'information dans ce but formulée par La Presse canadienne a été refusée pour ces mêmes raisons.

Les policiers avaient toutefois révélé en 2012 dans le cadre de leurs travaux qu'ils songeaient à mettre en place une alerte spécifique pour le Québec, qui serait déclenchée plus facilement que l'alerte Amber, bien connue des citoyens, mais dont les critères stricts font en sorte qu'elle n'est pas toujours lancée. Cette idée «d'alerte québécoise» ne s'est pas concrétisée.

L'alerte Amber n'avait pas été déclenchée dans le cas de Cédrika, car tous les critères n'étaient pas réunis: l'enfant doit avoir moins de 18 ans, être porté disparu et reconnu en danger par la police après enquête.

Celle-ci a toutefois été améliorée et est maintenant diffusée sur Facebook, Twitter et fait même sonner le téléphone portable des abonnés dès qu'elle est lancée, souligne Mme Arcamone. Sur Facebook, 90 000 personnes ont «aimé» la page «L'alerte Amber du Québec» et seront donc avisées sans délai.

Mais pour Cédrika, «ça a pris plusieurs heures, voire le lendemain matin, avant que la nouvelle de sa disparition ne soit diffusée», déplore-t-elle.

10 ans plus tard

Après toutes ces années, la plaie est encore vive, confie Henri Provencher.

Si un enfant est victime d'un accident, la famille sait que l'histoire a une fin, explique-t-il. Mais pas dans le cas d'un enlèvement. Les questions sont sans fin.

«Tu ne sais pas où est ton enfant, c'est l'enfer tous les jours. Tu te demandes où elle est, qu'est-ce qu'elle fait, qu'est-ce qu'on lui fait, est-ce qu'on en prend soin? Est-ce qu'on la maltraite?», énumère-t-il.

Pour lui, trouver le suspect va faire une différence.

«Ça va changer quelque chose, car dans la vie, tu es responsable de tes actes. La personne qui a fait ça est responsable de ses actes.»

Mais il y a plus: «Je ne veux plus qu'il y ait d'autre Cédrika et il y a juste ça qui m'anime».

Selon M. Doré, il est difficile de quantifier les chances de retrouver le coupable.

«Quelque part dans le temps, il y aura une conclusion. J'en suis sûr, et je le souhaite ardemment.»

Il n'est pas le seul: des policiers de la SQ ont longtemps gardé sur leur bureau la photo de Cédrika. Une motivation pour trouver le coupable, a-t-il raconté.

Mais la police n'accusera pas sur des hypothèses: des tonnes de soupçons, ça ne fait pas une once de preuve, met-il en garde.

«Mais il y a quelqu'un qui sait. Il manque un morceau du casse-tête, mais il est encore atteignable.»

----

LE SUSPECT - description diffusée par la Sûreté du Québec (SQ)

Homme blanc
Entre 30 et 40 ans
Cheveux châtains et de carrure moyenne
L'individu s'exprime en français
Lors de la disparition de Cédrika, il portait des sandales, un bermuda ainsi qu'une chemise à manches courtes ou encore un chandail
----


LE VÉHICULE RECHERCHÉ

Des éléments troublants restent en suspens, dont la fameuse voiture Acura rouge, avec des poignées chromées.
Des témoins disent en avoir vu une, près du parc Chapais, à Trois-Rivières, à proximité duquel Cédrika a été aperçue pour la dernière fois.
En novembre 2007, la Sûreté du Québec a confirmé être désormais certaine, hors de tout doute, qu'une Acura rouge a été impliquée dans l'enlèvement de la fillette. Les policiers n'ont toutefois pas précisé quel rôle a joué le propriétaire de la voiture dans la disparition de Cédrika.

La SQ a procédé à une élimination des automobiles de marque Acura et de couleur rouge qui ne pouvaient se retrouver à Trois-Rivières à ce moment-là, a relate François Doré, policier à la retraite de la SQ, qui était à l'époque porte-parole de la force policière.
La police en est finalement arrivée à cibler l'une de ces voitures et son propriétaire a refusé de se soumettre au test du polygraphe.
Questionné à savoir pourquoi cet homme a été rencontré par les enquêteurs, M. Doré a répondu que «la voiture est un gros point, mais qu'il y a d'autres éléments aussi», et a refusé d'en dire plus.
Aucune accusation n'a été portée contre lui et il n'a jamais été arrêté dans cette affaire.
Ce dernier a depuis été accusé de pornographie juvénile. Des gens croient toutefois qu'il a pu jouer un rôle dans la disparition de Cédrika et plusieurs ont manifesté avec grand bruit lors de sa comparution en août 2016 au palais de justice de Trois-Rivières.
Il fait face à six chefs d'accusation pour possession et distribution de pornographie juvénile entre 2009 et 2013.

http://www.lapresse.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 18/07/2017 12:16  Mis à jour: 18/07/2017 12:18
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : «Grands Reportages» : Cédrika Provencher, 10 ans déjà, ne l'oublions pas...
Il y a 10 ans, le 31 juillet 2007, la jeune Cédrika Provencher disparaissait. Ébranlé par le drame, le Québec en entier a alors suivi de près, pendant le reste de l'été, les recherches visant à retrouver la fillette de 9 ans, aperçue pour la dernière fois au Parc Chapais de Trois-Rivières.

Le mystère a persisté longtemps, l'enquête s'est étalée sur plusieurs années. Le père de la fillette, Martin Provencher, et son grand-père, Henri Provencher, n'ont jamais cessé d'accorder des entrevues afin que les informations concernant Cédrika continuent de circuler, dans l'espoir de ramener la gamine à la maison vivante.

Le 11 décembre 2015, on découvrait des ossements dans un secteur boisé, près de l'autoroute 40, à Trois-Rivières. Le lendemain, la Sûreté du Québec confirmait que les restes humains étaient bel et bien ceux de Cédrika Provencher. La famille pouvait enfin amorcer son deuil.

Image redimensionnée

Radio-Canada

En août 2016, le principal suspect quant à l'enlèvement de Cédrika, Jonathan Bettez, était arrêté et on déposait contre lui six chefs d'accusation en lien avec de la possession et de la distribution de pornographie juvénile. Aucune accusation concernant Cédrika n'a encore été émise contre lui, même s'il demeure dans la mire des enquêteurs.

Le «cas Cédrika Provencher» est certainement l'une des affaires de disparitions d'enfants les plus médiatisées de l'histoire de la province, peut-être même la plus suivie de toutes.

Le jour même du triste 10e anniversaire du tragique événement, le 31 juillet prochain, RDI présentera, dans le cadre des Grands Reportages, le documentaire Cédrika, du réalisateur de la Mauricie Guylain Côté et du journaliste Pierre Marceau. Archives inédites – dont des lettres de son grand-père maternel adressées à Cédrika - et témoignages y permettront de retracer les faits importants de toute l'histoire de Cédrika Provencher et ses proches.

Non seulement les parents de l'enfant et sa sœur Mélissa y offrent leurs seules entrevues à l'occasion des dix ans de l'épreuve qui a secoué leur vie, mais on y lève également le voile sur certains détails encore méconnus relatifs à l'investigation, dont le recours à l'hypnose dont on a usé sur des témoins le soir de la disparition. D'anciens policiers et spécialistes en affaires judiciaires, ainsi que le ministre de la Sécurité publique de l'époque, Jacques Dupuis, prennent également la parole dans Cédrika.

Cédrika, aux Grands Reportages de RDI, le lundi 31 juillet, à 20h. L'émission sera préalablement diffusée le samedi 29 juillet, à 21h, à 1001 vies, à Radio-Canada, dans les régions de la Mauricie-Centre-du-Québec, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de l'Estrie et de Québec.

Radio-Canada présentera le 29 juillet prochain à 21h un grand reportage sur la disparition de Cédrika Provencher. Dix ans après les tristes événements, le réalisateur Guylain Côté et le journaliste, Pierre Marceau ont recueilli les témoignages entre autres de la mère et de la soeur de Cédrika Provencher.
GUYLAIN CÔTÉ ET PIERRE MARCEAU
http://www.fm1069.ca/regional/nouvell ... -de-cedrika-p-846143.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/06/2017 13:56  Mis à jour: 15/06/2017 13:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :Affaire Cédrika Provencher. Jonathan Bettez subira son enquête préliminaire en décembre.
Une enquête préliminaire sur les accusations de possession et de distribution de pornographie juvénile de Jonathan Bettez se tiendra en décembre. C'est ce qui a été décidé mercredi matin au palais de justice de Trois-Rivières.

L'enquête préliminaire commencera le 11 décembre et durera cinq jours. Cette étape vise à établir si la preuve est suffisante pour justifier la tenue d'un procès.

Le nouvel avocat de Jonathan Bettez, Me Marc-Antoine Carette, affirme qu'une quinzaine de témoins pourraient être appelés à la barre.

Modification de l'acte d'accusation

On a aussi appris mercredi que l'acte de dénonciation a été modifié.

Les six chefs d'accusation pesant contre Jonathan Bettez couvraient initialement la période allant du 4 novembre 2009 au 30 septembre 2013.

Les gestes reprochés s'étendent maintenant jusqu'au jour de l'arrestation, le 29 août 2016.

Jonathan Bettez est connu du grand public, car les enquêteurs de la Sûreté du Québec l'avaient rencontré à la suite de la disparition de Cédrika Provencher, mais il n'a jamais été accusé relativement à cette affaire.

Rappel des faits

Jonathan Bettez a été arrêté le 29 août 2016.

Le même jour des perquisitions ont eu lieu chez Emballages Bettez et à deux autres endroits.

Le 30 août, Bettez était formellement accusé de possession et de distribution de pornographie juvénile.

Il a été remis en liberté moyennant notamment une caution de 5000$.

Il n'a pas le droit d'utiliser de matériel informatique autre que celui de son lieu de travail et il n'a pas le droit de se retrouver en présence d'enfants de moins de 16 ans.
Retour en cour le 6 novembre

Le dossier de Jonathan Bettez sera de retour en cour le 6 novembre.

La défense souhaite contre-interroger une policière avant la tenue de l'enquête préliminaire. Il s'agit de l'agente qui a signé les déclarations sous serment lors de l'enquête.

Les deux parties vont débattre de la pertinence de ce contre-interrogatoire. Jonathan Bettez n'a pas l'obligation d'être présent en cour pour cette audience, mais son avocat dit qu'il sera présent à l'enquête préliminaire.

Chefs d’accusation qui pèsent contre Jonathan Bettez

Avoir rendu accessible de la pornographie juvénile
Avoir eu en sa possession en vue de la transmettre, de la rendre accessible, de la distribuer, de la vendre ou de l'exporter, de la pornographie juvénile
Avoir accédé à de la pornographie juvénile
Avoir eu en sa possession de la pornographie juvénile
Une partie de la preuve dans ce dossier a déjà été dévoilée.On peut y lire qu’une adresse IP qu'aurait utilisé Jonathan Bettez pour se connecter à son compte Facebook serait liée au téléchargement de fichiers pouvant être de la pornographie juvénile.

Par contre, aucun des fichiers ainsi téléchargés ne l'a été de l'ordinateur utilisé par Jonathan Bettez.

On y apprend aussi que Jonathan Bettez a été traqué sans relâche par la Sûreté du Québec (SQ) de décembre 2015 jusqu’à son arrestation en août 2016.

Avec les informations de Maude Montembeault http://ici.radio-canada.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/05/2017 09:32  Mis à jour: 17/05/2017 09:32
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Le père de Cédrika Provencher arrête un documentaire sur sa fille.
Le père de Cédrika Provencher empêche la sortie d’un documentaire sur l’enlèvement et le meurtre de sa fille, disparue le 31 juillet 2007.

Martin Provencher a envoyé une deuxième mise en demeure aux cinéastes Stephan Parent et Ugo Fredette, qui étaient sur le point de sortir le documentaire Cédrika, sur l’enlèvement et le meurtre de sa fille.

Le documentaire devait initialement servir à retrouver l’enfant et se faisait en accord avec la famille. La découverte des ossements de la disparue, en décembre 2015, a toutefois changé la donne. Le père de Cédrika voulait que tout arrête pour ne pas nuire à l’enquête, mais le réalisateur Stephan Parent a continué malgré son opposition.
«Il me dit qu’il arrête le documentaire et il continue. J’ai été obligé de prendre des avocats», dit Martin Provencher.


Stephan Parent croit que le père de Cédrika aurait pu subir des pressions de la Sûreté du Québec pour empêcher la diffusion du documentaire.
«Je crois que la SQ a été échaudée par mon dernier film, Novembre 84. Ils devaient avoir peur de se faire dire en pleine figure qu’il y a eu des manques dans cette enquête-là. Et ça, je peux le prouver», dit-il.

Martin Provencher nie fortement cette allégation.
«Aucune pression. Je n’ai eu aucune pression de la SQ», dit-il.
Le père de Cédrika ne souhaite pas en faire toute une histoire.
«Je n’en veux pas à la terre entière. J’en veux à celui qui a pris ma fille», dit-il.
Stephan Parent et le producteur du documentaire, Ugo Fredette, savaient depuis l’été dernier que Martin Provencher ne voulait plus que le film voie le jour, mais ce n’est que tout récemment qu’ils ont pris la décision de ne pas le rendre public, après avoir reçu une deuxième mise en demeure, il y a un mois.

http://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/04/2017 10:46  Mis à jour: 13/04/2017 10:46
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Cédrika Provencher : Le dossier de Jonathan Bettez remis au 31 mai.
La cause de Jonathan Bettez, accusé de pornographie juvénile et principal suspect de l’enlèvement de Cédrika Provencher, a été remise au 31 mai en raison d’un changement d’avocat. C'est la 8e fois que les procédures judiciaires sont repoussées depuis son arrestation.

Celle qui le représentait jusqu'à maintenant, Me Magalie Lepage, a été promue juge. C'est Me Marc-Antoine Carette, un avocat qui provient du même cabinet, qui prend le relais. Il a demandé un délai de quelques semaines pour avoir le temps d'étudier la preuve volumineuse.

Me Carette s'est vu remettre d'imposants cahiers et des CD contenant les détails de l'enquête policière.

Bettez fait face à six chefs d’accusation de possession, la distribution et la consommation de pornographie juvénile. Il est en liberté en attendant son procès, mais il doit respecter certaines conditions, dont celle de ne pas se rendre dans les parcs ou dans les endroits où se trouvent des enfants et de ne pas utiliser internet, sauf au travail.

CLIC , vidéo
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/02/2017 12:51  Mis à jour: 17/02/2017 12:56
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Un bénévole de la Fondation Cédrika-Provencher a été accusé de possession de pornographie juvénile, ce qui déçoit le grand-père de Cédrika et président de cette Fondation, Henri Provencher !!!
Image redimensionnée

Fin 2015, Claude Richard était présent sur le site près de l’autoroute 40 où a été découvert le crâne de Cédrika Provencher.

Claude Richard, 66 ans, était toujours bénévole occasionnel pour la Fondation Cédrika-Provencher quand il a été arrêté mercredi à Shawinigan. Il a comparu sous des chefs d'avoir distribué, possédé de la pornographie juvénile et de l'avoir rendue accessible. Son domicile a été perquisitionné et du matériel informatique a été saisi pour analyse.
La Fondation Cédrika-Provencher fait de la sensibilisation pour éviter d’autres enlèvements d’enfants, mais ses bénévoles ne sont pas en contact avec des enfants, sauf dans le cadre d’activités spéciales.

Démoli
Henri Provencher s'est dit démoli quand Le Journal lui a appris la nouvelle jeudi. «Je ne sais vraiment pas quoi dire. Normalement, je fais confiance aux gens que je côtoie», a-t-il dit.

Il rappelle que, malheureusement, on ne peut pas toujours tout savoir sur les gens qui nous entourent, et qu'il faut être très prudent.
«Des fois, même le conjoint ou la conjointe ne le sait pas. On ne sait pas les secrets des gens», a-t-il ajouté, visiblement déçu.

« Un ami »

Cédrika a été enlevée dans un parc de Trois-Rivières le soir du 31 juillet 2007. Son crâne a été retrouvé en décembre 2015, dans un boisé en bordure de l’autoroute 40, à une douzaine de kilomètres du lieu de disparition.
En décembre 2015, en entrevue au Journal sur le site où le crâne de la petite Provencher a été découvert par des chasseurs, Claude Richard avait déclaré: «Quand tu parles avec un enfant depuis quelques minutes, tu n'es plus un étranger, tu es un ami.»
Il avait ajouté que les enfants avaient souvent peur de se faire chicaner s’ils n'écoutaient pas un adulte.

Une source près du dossier confirme que la pornographie consultée par M. Richard comportait des jeunes filles. Elle l'a qualifié de «consommateur moyen» de pornographie juvénile.

Claude Richard a été remis en liberté après sa comparution. Il reviendra devant le tribunal le 24 février. Selon la Sûreté du Québec, M. Richard n’est pas considéré comme un suspect dans l’enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher.

Henri Provencher dit que cela fait plus d’un an qu’il n’a pas eu de contacts avec M. Richard.
Entre mars 2015 et avril 2016, l’accusé avait été engagé par la Fondation pour la recherche du financement de la «Trousse Cédrika», qui vise à éviter les enlèvements d’enfants.
Son contrat n’avait pas été renouvelé, mais il est demeuré bénévole occasionnel.


AMÉLIE ST-YVES http://www.journaldemontreal.com/2017 ... -de-pornographie-juvenile
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 11/12/2016 10:32  Mis à jour: 11/12/2016 10:32
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :Le grand-père de Cédrika Provencher, Henri Provencher, s'est dit outré après le dévoilement de nouveaux éléments liés à l'arrestation de Jonathan Bettez. «J'ai de la misère à comprendre».
TROIS-RIVIÈRES - Le grand-père de Cédrika Provencher, Henri Provencher, s'est dit outré après le dévoilement de nouveaux éléments liés à l'arrestation de Jonathan Bettez, le suspect numéro un dans l'enquête sur la disparition de la fillette.

«Il y a une réaction semblable dans la population, c'est presque indécent», a réagi Henri Provencher.

Jonathan Bettez aurait eu accès à 967 fichiers de pornographie juvénile en utilisant un ordinateur de chez Emballage Bettez selon des documents rendus publics.

«On se demande comment quelqu'un peut agir de cette façon. Il n'est pas le seul malheureusement et il en a des tonnes», poursuit-il.

Dans les différents mandats qui ont permis aux policiers de saisir son ordinateur, on peut lire que l'accusé de 36 ans aurait consulté particulièrement des photos et des vidéos où l'on voit des jeunes enfants âgés entre 3 mois et 12 ans subir des agressions sexuelles.

Pour s'assurer qu'il s'agissait bel et bien de fichiers pornographiques, les policiers les ont téléchargés à leur tour depuis une base de données policière. Aucun des fichiers ainsi téléchargés par les policiers ne l'a été depuis l'ordinateur utilisé par Jonathan Bettez.

Questionné sur la cavale du meurtrier de sa petite-fille, M. Provencher trouve la situation «déplorable» et ajoute que «c'est sûr que ça prend un temps fou pour arriver au bout de tout ça.

C'est ce qui me convient de faire des efforts vers la prévention plutôt que d'agir après ce qui est arrivé. C'est ce qui m'anime», dit-il en entrevue à TVA Nouvelles.

Aujourd'hui, M. Provencher se concentre sur la fondation Cédrika Provencher créée en mémoire de la fillette portée disparue le 31 juillet 2007.

«On a beaucoup de projets, mais on a peu de sous actuellement pour les mettre en marche. Il faut espérer qu'un moment donné on va avoir tout ce qu'il faut pour être capable d'intervenir rapidement à notre façon en prévention pour éviter pareil drame».

Incapable de faire son deuil, le Trifluvien espère que cette situation n'arrivera pas à d'autres familles.

http://fr.canoe.ca/infos/societe/arch ... 6/12/20161210-125939.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/12/2016 18:21  Mis à jour: 09/12/2016 18:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Affaire Cédrika Provencher: un deuil difficile !
Image redimensionnée

Le 11 décembre 2015, l'espoir de retrouver Cédrika Provencher vivante s'est envolé à jamais.
OLIVIER CROTEAU, LE NOUVELLISTE

(Trois-Rivières) Le 11 décembre 2015 est une date importante dans le dossier de la disparition de Cédrika Provencher. C'est ce jour-là que ses ossements ont été découverts par un trio de chasseurs à Trois-Rivières. Le Nouvelliste publie dans ses éditions de vendredi et de samedi une série d'articles sur cette histoire qui a marqué profondément la région et tout le Québec.

Le 11 décembre 2015, Henri Provencher a encaissé comme un coup en plein visage l'annonce de la découverte du corps de sa petite-fille Cédrika. Un an plus tard, M. Provencher confirme une évidence: le drame est toujours aussi difficile à accepter.

Cédrika Provencher a été portée disparue en juillet 2007. Elle a été retrouvée plus de huit ans plus tard dans un boisé du secteur est de Trois-Rivières. Douze mois se sont écoulés depuis les tristes événements. Selon ses propres dires, Henri Provencher essaie «d'avaler la pilule».

«Ce n'est pas évident. C'est difficile de penser que quelqu'un t'a privé d'une personne que tu aimais beaucoup», raconte Henri Provencher, avec le calme et la franchise qu'on lui connaît.

Malgré le temps qui passait, la famille nourrissait toujours l'espoir de retrouver Cédrika vivante. Le scénario espéré ne s'est pas matérialisé.

«Quand on m'a appelé, le 11 décembre (pour annoncer la nouvelle de la découverte de son corps), ça m'a cassé les bras. T'as beau te préparer, le coup frappe pareil. T'as toujours espoir tant et aussi longtemps que t'es pas devant une évidence. Mais quand tu sais, ça change le pattern» commente M. Provencher, en réprimant un rire un peu nerveux.

Henri Provencher éprouve toujours une grande incompréhension à l'égard des agissements de la personne responsable de l'enlèvement et de la mort de sa petite-fille. Voilà pourquoi il poursuit son travail à la direction de la Fondation Cédrika-Provencher.

«Quand tu vois ta famille triste, ton fils, ton épouse, ta fille, tu as une idée en tête: éviter que ça arrive à d'autres familles. Si on peut sauver juste un enfant, ce sera le plus beau des cadeaux.»

La famille Provencher a toujours eu le souci de maintenir l'intérêt de la population envers le cas de Cédrika. Selon Henri Provencher, les citoyens ont joué un rôle important dans les recherches pour la retrouver. Et c'est ce qui est arrivé il y a un an. Trois chasseurs qui se promenaient dans le secteur ont aperçu ce qu'ils croyaient être des restes d'un corps d'enfant.

«Ces gens ont pensé: ''Tout à coup que c'est Cédrika''. Et heureusement, car on la chercherait encore», raconte celui qui laisse aux parents de Cédrika le soin de faire le suivi de l'enquête policière.

M. Provencher n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer les trois chasseurs. Il se promet de remédier à la situation, mais lève déjà son chapeau à leur vigilance.

Une rencontre du même genre avait eu lieu durant les recherches de la SQ après la découverte de Cédrika. Accompagné de son épouse, Louise, Henri Provencher s'était rendu sur les lieux le 14 décembre 2015 afin de remercier personnellement les policiers. Les poignées de main étaient sincères et les yeux roulaient dans l'eau durant ces rencontres, aussi brèves qu'intenses émotivement.

Le grand-père maternel de Cédrika, Jean-Marie Fortier, s'est aussi déplacé sur les lieux, le 15 décembre. Il tenait à se présenter à cet endroit afin de rendre hommage à sa petite-fille.

Déploiement policier
L'annonce de la découverte du corps de Cédrika Provencher a causé un véritable tourbillon médiatique. Dès le 12 décembre, la rumeur était véhiculée sur les réseaux sociaux et circulait allégrement dans plusieurs salles de nouvelles. Le soir même, vers 23 h, la Sûreté du Québec confirmait que les ossements humains retrouvés dans ce bois situé près de la sortie 210 de l'autoroute 40 étaient ceux de Cédrika.

La Sûreté du Québec a alors lancé une vaste opération de ratissage des lieux qui aurait coûté près de 1 million $ Quelque 50 policiers étaient sur place le 13 décembre afin de retracer le moindre indice. Le lendemain, l'effectif grimpait à 200.

Ces membres de l'unité d'urgence et de l'unité d'urgence auxiliaire ont effectué un véritable travail de moine jusqu'au 22 décembre. Un poste de commandement a été érigé, question de faciliter le travail des enquêteurs. La SQ avait invité la population à fournir des renseignements à propos de ce dossier et l'appel a été entendu. Plus de 200 informations ont été traitées après la découverte de Cédrika Provencher.

À la suite de la disparition de la jeune fille de neuf ans en 2007, sa famille a joui d'un appui indéfectible de la part des habitants de la région et d'ailleurs dans ses nombreux efforts déployés pour la retrouver. L'annonce de la découverte de son corps a créé une onde de choc au sein de la population.

De nombreux citoyens se sont déplacés à proximité du poste de commandement de la SQ pour y déposer des messages offrant leurs condoléances, des gerbes de fleurs et une quantité impressionnante de peluches.

D'ailleurs, un arrangement de branches de conifères garni de peluches formant les lettres du prénom de l'enfant décore toujours la clôture du terrain donnant accès au lieu de la découverte de Cédrika. De nombreuses peluches ont passé l'année à la Roseraie Cédrika Provencher, le long du boulevard des Chenaux.

La confirmation de la découverte de Cédrika Provencher a eu des échos jusqu'à Ottawa et à Québec, les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard ayant réagi via Twitter.

La SQ est revenue sur les lieux le 21 juin. La police affirmait détenir de nouvelles informations qualifiées de crédibles. Une vingtaine de policiers spécialisés dans ce type de recherche avaient été assignés à ce secteur, accompagnés d'une quinzaine d'enquêteurs, de techniciens en identité judiciaire et du laboratoire de sciences judiciaires et service légal.

Depuis, l'arrestation de Jonathan Bettez a fait couler beaucoup d'encre dans les médias trifluviens et québécois. L'individu de 36 ans a comparu au palais de justice de Trois-Rivières le 30 août pour faire face à des accusations de possession et de distribution de pornographie juvénile, mais ce Trifluvien est au nombre des principaux suspects du meurtre de Cédrika Provencher. Les parents et la soeur de Cédrika faisaient partie des gens ayant assisté à sa comparution très médiatisée et très courue.

La salle d'audience était bondée et le juge Jacques Trudel avait pris soin de lancer un appel au calme avant la comparution du suspect. Aussitôt remis en liberté, Jonathan Bettez avait été accueilli par une pluie d'injures à sa sortie du palais de justice. Une escorte policière avait été nécessaire afin d'assurer sa sécurité.

Cet événement suivait de quelques jours un autre moment fort émouvant pour la famille, soit la tenue des funérailles de Cédrika. Ces funérailles ont eu lieu dans l'intimité.

L'enquête policière est toujours en cours, confirme la Sûreté du Québec, qui n'a pas d'autres détails à partager publiquement.

http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste ... er-un-deuil-difficile.php
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/12/2016 12:25  Mis à jour: 08/12/2016 12:25
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : CÉDRIKA PROVENCHER : de nouvelles informations rendues publiques vendredi...
La population pourra mieux comprendre ce qui a mené à l'arrestation de Jonathan Bettez le 29 août, pour pornographie juvénile. Des documents de la cour doivent être rendus publics vendredi.

L’ordonnance de non-publication sera levée sur certaines des dénonciations de policiers qui ont conduit à l'arrestation de Jonathan Bettez, puis aux perquisitions chez Emballage Bettez et dans deux résidences de Trois-Rivières.

Un consortium formé par Radio-Canada et La Presse s’était adressé au Tribunal pour obtenir le droit de diffuser des éléments d'intérêt public. Depuis lundi, des audiences se tenaient à huis clos au palais de justice de Trois-Rivières pour réviser les documents. Plusieurs phrases ont été décaviardées, mais près de la moitié reste illisible.

Jonathan Bettez fait face à 6 chefs d'accusation liés à la pornographie juvénile. Son nom retient l’attention, car les policiers l'avaient rencontré dans le cadre de l'enquête entourant la disparition de Cédrika Provencher. Aucune accusation n'a toutefois été portée contre lui dans cette affaire.

Jonathan Bettez est d’accord avec la divulgation

Maintenant que des changements ont été effectués, l’accusé et son avocate ne s’opposent plus à la levée de l’ordonnance de non-publication.

Me Magali Lepage craignait initialement que la divulgation de certaines informations ne nuise au droit de son client d’avoir éventuellement un procès juste et équitable. Elle croit que les documents révisés ne portent plus atteinte à ce droit.

L’avocate dit espérer que les informations qui seront dévoilées vont permettre au public d’avoir un portrait plus complet de la situation.

Une victoire pour les médias

L’avocat du consortium des médias, Me Sébastien Pierre-Roy, se réjouit de ce dénouement, car « la majeure partie de l’enquête portant sur la pornographie juvénile va être rendue publique », souligne-t-il.

« Je considère que c’est une victoire dans les circonstances », ajoute Me Pierre-Roy.

Il affirme que le public a le droit d’avoir accès aux informations qui ont mené à l’arrestation de Jonathan Bettez et aux perquisitions.

« Comme l’a dit la Cour suprême à de multiples reprises, toute l’information qui est soumise à un juge pour obtenir une ordonnance de perquisition devrait être publique, c’est présumé public, c’est toujours d’intérêt public, et c’est seulement dans des cas véritablement exceptionnels qu’il devrait y avoir des limites très restreintes à la publicité des débats », a-t-il expliqué en entrevue à l’émission 360 PM.

Avec la collaboration de Sarah Désilets-Rousseau
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1 ... han-bettez-trois-rivieres
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 15/11/2016 10:58  Mis à jour: 15/11/2016 12:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Un des principaux suspects dans l'affaire Cédrika Provencher de retour en cour . Mais La cause de Jonathan Bettez,a été reportée
TROIS-RIVIÈRES – Accusé de pornographie juvénile, Jonathan Bettez de retour devant la justice lundi.
Considéré comme l’un des principaux suspects du meurtre de Cédrika Provencher, Jonathan Bettez a été arrêté en août dernier sur son lieu de travail, l’entreprise Emballages Bettez.
Il fait toutefois face à six chefs d’accusation pour possession et distribution de pornographie juvénile qui ne sont pas liés au dossier de Cédrika.

Lors de sa comparution au lendemain de son arrestation, M. Bettez avait été copieusement insulté par quelques manifestants au palais de justice de Trois-Rivières.
Les parents de Cédrika, qui ont assisté à l’audience, avaient demandé au suspect de passer le test du polygraphe, ce qu’il a toujours refusé de faire. Le corps de la petite Cédrika, portée disparue en 2007, a été retrouvé en décembre dernier.

L’entreprise de M. Bettez a souffert des procédures intentées contre le propriétaire.
L’enseigne portant le nom de l’homme a été retirée, des fournisseurs ont pris leurs distances et la famille songerait à vendre l'entreprise, selon TVA Nouvelles.

**************************************
La cause de Jonathan Bettez, cet individu de Trois-Rivières accusé de possession et distribution de pornographie juvénile, a de nouveau été reportée.


Le procureure de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, a en effet remis, lundi, certains documents dont des DVD à Me Magali Lepage afin de poursuivre la communication de la preuve qui a déjà été entreprise au cours des dernières semaines.

Me Lepage a donc demandé à ce que la cause soit reportée au 17 janvier pour lui permettre de prendre connaissance de la preuve.

Encore une fois, Bettez était absent du palais de justice, et ce, en raison d'une désignation qui permet à son avocate de le représenter devant letribunal.

L'individu, âgé de 36 ans, doit répondre à six chefs d'accusation pour possession, distribution et avoir accédé à du matériel de pornographie juvénile entre le 4 novembre 2009 et le 30 septembre 2013.

Bien qu'il soit considéré comme l'un des suspects principaux dans le meurtre de Cédrika Provencher, aucune accusation n'a été portée contre lui en lien avec cette affaire.

Rappelons que Bettez a pu reprendre sa liberté depuis le dépôt des accusations pour la pornographie juvénile puisqu'il n'a aucun antécédent.

Toutefois, le prévenu doit respecter certaines conditions dont celles de demeurer à la résidence de ses parents à Trois-Rivières et ne pas changer d'adresse.

Il a également dû remettre son passeport et il lui est interdit de quitter le Canada. Il ne peut pas non plus se trouver en présence de jeunes de moins de 16 ans, se rendre dans des endroits publics comme des parcs ou des terrains d'école et occuper un emploi qui le placerait en présence de mineurs. Enfin, il ne peut pas utiliser Internet sauf chez Emballages Bettez et pour des fins de travail uniquement.

Or, au lendemain de son passage devant la cour, il avait été congédié.

http://www.lapresse.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/11/2016 13:21  Mis à jour: 07/11/2016 13:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Presque un an après la découverte de ses ossements , vidéo-> « Retour sur les Lieux de Cédrika Provencher à St-Maurice ».
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/11/2016 11:45  Mis à jour: 01/11/2016 11:47
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : «Cédrika n’a jamais été enlevée, elle est montée elle-même dans la voiture», a déclaré Claude Poirier au micro de l’émission Le Québec (Vidéo)
(98,5 FM) - Le chroniqueur Claude Poirier y va de déclarations-choc concernant l'affaire Cédrika Provencher.

ON EN PARLE EN ONDES :

Claude Poirier révèle de nouveaux éléments dans «L'affaire Cédrika selon Claude Poirier» diffusée ce soir à 22h sur les ondes du canal Investigation (8:20)
Publié le lundi 31 octobre 2016 dans Le Québec maintenant
Avec Paul Houde

http://www.985fm.ca/lecteur/audio/cla ... lements-dans-l-339954.mp3

Vous écoutez
Émission : Le Québec maintenant
Titre : Claude Poirier révèle de nouveaux éléments dans «L'affaire Cédrika selon Claude Poirier» diffusée ce soir à 22h sur les ondes du canal Investigation
Intervenants : Paul Houde

Dans l’émission «L’affaire Cédrika selon Claude Poirier» qui sera diffusée le lundi 31 octobre à 22h sur les ondes du canal Investigation, le chroniqueur révèle des éléments qui n’ont jamais été mentionnés.

«Cédrika n’a jamais été enlevée, elle est montée elle-même dans la voiture», a déclaré Poirier au micro de l’émission Le Québec maintenant animée par Paul Houde.


Poirier a été impliqué dès le soir du 31 juillet 2007 quand la jeune fille est disparue. Il est entré dans le dossier à la demande des parents de Cédrika.


Le chroniqueur déplore que l’on n’ait pas lancé une alerte Amber pour retrouver la jeune fille dans les premières heures.

Poirier a retracé le dernier témoin à avoir vu Cédrika devant le parc Chapais.

«Ce n’est pas un documentaire, c’est une enquête de terrain», a tenu à souligner Poirier avant d’ajouter.

«C’est l’échec le plus total de ma carrière, c’est l’histoire qui m’a le plus marquée».


Poirier a fait remarquer qu’en aucun moment dans l’émission, il ne mentionne le nom de Jonathan Bettez qui a été arrêté à la fin d’août pour possession et distribution de pornographie.

Vidéo dans l'article :
http://www.985fm.ca/actualites/nouvel ... -poirier-vide-805145.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 28/10/2016 10:13  Mis à jour: 28/10/2016 10:13
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Claude Poirier a de NOUVELLES informations concernant l'affaire Cédrika Provencher...( Vidéo)
L'AFFAIRE CÉDRIKA, SELON CLAUDE POIRIER

La chaîne Investigation présentera bientôt le documentaire L'affaire Cédrika, selon Claude Poirier.

Neuf ans après la disparation de Cédrika Provencher, Claude Poirier fait un retour sur les événements dramatiques. Dans le documentaire, le commentateur judiciaire dévoile des informations sur le décès de la jeune fille qui n'ont jamais été rendues publiques.

Vous aimerez aussi :
Claude Poirier en a assez de l’affaire Ward-Gabriel!
Claude Poirier dévoile des détails bouleversants dans le dossier de Cédrika Provencher!

L'homme a vécu de près cette affaire qui l'a profondément ébranlé. Il est d'ailleurs intervenu personnellement dans la quête de vérité menée par la famille.

Voici la bande-annonce bouleversante du documentaire:



En septembre dernier, Claude Poirier dévoilait des détails bouleversants sur le décès de Cédrika Provencher, sur sa page Facebook officielle.

Selon la vedette québécoise, Jonathan Bettez, l'homme considéré comme suspect dans le meurtre de la jeune fille, aurait eu de graves problèmes de santé le 15 décembre 2015. Il se serait présenté dans un hôpital de Trois-Rivières, le soir où les ossements de Cédrika Provencher ont été retrouvés.

Le documentaire L'affaire Cédrika, selon Claude Poirier sera présenté le mercredi 2 novembre prochain à 20 h, sur la chaîne Investigation.
http://www.envedette.ca/stars/televis ... -claude-poirier-1.2103944
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/09/2016 15:48  Mis à jour: 24/09/2016 15:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : GROSSES RÉVÉLATIONS sur la disparition de CÉDRIKA PROVENCHER !! Vidéo à PARTAGER pour faire ARRÊTER le ou LES coupables !!!
La disparition de Cédrika Provencher a ébranlé tout le Québec. Saviez-vous que plusieurs personnes ont vu Cédrika le jour de sa disparition ?
Le Québec a mis la main sur une vidéo de la SQ qui explique exactement ce qu'il s'est passé !!!

Ajoutée le 23 sept. 2016
PARTAGEZ pour faire ARRÊTER le ou LES coupables !!


Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 07/09/2016 19:01  Mis à jour: 07/09/2016 19:01
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :CLAUDE POIRIER DÉVOILE DES DÉTAILS BOULEVERSANTS SUR LE DÉCÈS DE CÉDRIKA PROVENCHER
Claude Poirier a dévoilé des détails bouleversants sur le décès de Cédrika Provencher, sur sa page Facebook officielle, il y a quelques heures.

Selon le célèbre chroniqueur, Jonathan Bettez, l'homme considéré comme suspect dans le meurtre de la jeune fille, aurait eu de graves problèmes de santé le 15 décembre dernier. Il se serait présenté dans un hôpital de Trois-Rivières, le soir où les ossements de Cédrika Provencher ont été retrouvés.

L'information n'avait pas été transmise aux policiers pour des raisons de secret professionnel.

Voyez la vidéo virale maintenant:CLIQUEZ ICI
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 01/09/2016 15:51  Mis à jour: 01/09/2016 15:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :Il n’y a rien de pire qu’un crime irrésolu. Surtout lorsqu’il s’agit d’un crime sordide comme celui de la petite Cédrika Provencher.
Il empoisonne la vie des proches de la victime et celle de toute la communauté.

C’est un sentiment horrible qu’il sème dans le cœur des uns et des autres: justice n’a pas été rendue. Peu à peu, la colère prend le dessus.
Ces jours-ci, ce crime remonte à la surface de notre vie publique.
Injustice

Le principal suspect de l’affaire Cédrika a été arrêté ces derniers jours. Il l’a été pour d’autres raisons, toutefois: on l’accuse de possession et de diffusion de pornographie juvénile.
Apparemment, à Trois-Rivières, le commun des mortels ne doute plus depuis longtemps de la culpabilité de celui qu’on nomme l’homme à l’Acura rouge.
On n’hésite pas à faire le lien entre l’accusation des derniers jours et les soupçons qui traînent depuis des années.

La scène était marquante: lorsque le principal suspect a été remis en liberté, une foule s’est massée devant le palais de justice pour le fustiger, l’insulter, le menacer.
Si elle en avait eu l’occasion, elle l’aurait lynché. Les plus cyniques y verront une raison de plus pour se méfier du peuple. Et c’est vrai que le peuple, trop souvent, est expéditif. On ne doit pas pour autant le présenter comme une grosse bête dangereuse.
Car on peut voir les choses autrement: le peuple a un puissant désir de justice. Et il juge qu’il n’y a rien de plus diabolique que l’assassinat d’un enfant, sinon le meurtre de ses propres enfants.

C’est pour cela qu’on se souviendra pour longtemps encore du carnage de Guy Turcotte et du cafouillage initial de la justice qui semblait perdre le contact avec des notions aussi élémentaires que le bien et le mal.
La justice avait trahi ses idéaux en se perdant en subtilités.

Allons au-delà de l’affaire Cédrika. Notre système de justice suscite de moins en moins la confiance.
On lui reproche par exemple de crouler sous des procédures exagérément compliquées.
On reproche aussi sa domination par les psychiatres qui relativisent toujours plus la responsabilité individuelle. On lui reproche enfin de ne pas donner des peines à la hauteur des crimes commis.

Deuil
Actuellement, on ne sait pas trop quelles seront les suites de cette affaire.
Est-ce que les récentes accusations contre le principal suspect du meurtre de la petite Cédrika le pousseront à la confession?

À moins bien évidemment que le commun des mortels soit dans l’erreur et ne se trompe sur l’identité du coupable. C’est possible aussi. C’est pour ça que la justice ne suit pas le rythme de la condamnation populaire et qu’elle a ses propres procédures.
Chose certaine, le meurtre de Cédrika Provencher demeure des années plus tard une plaie ouverte, purulente et puante. La famille pleure, la communauté pleure, le meurtrier gambade.
Tant qu’il demeurera embué de mystère, le deuil ne viendra pas.


MATHIEU BOCK-CÔTÉ
Jeudi, 1 septembre 2016 http://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/08/2016 13:22  Mis à jour: 01/09/2016 10:59
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : La soeur de Cédrika Provencher publie un témoignage bouleversant ...
Alors que le principal suspect dans l'affaire concernant la disparition et le meurtre de Cédrika Provencher a été arrêté le lundi 29 août, rappelons qu'il y a quelques jours à peine, les funérailles de la fillette ont eu lieu.

Comme l'analyse par des experts des ossements de la fillette était terminé, ceux-ci ont été remis à la famille et ainsi, les proches de Cédrika Provencher ont enfin pu procéder à ses funérailles.

Voilà donc que la grande soeur de Cédrika, Mélissa Fortier-Provencher, a profité de l'occasion afin de livrer un témoignage très touchant sur ce qu'elle considère comme étant la pire journée de sa vie.

Image redimensionnée


La veille de l'arrestation du suspect de 36 ans, Jonathan Bettez, elle partageait donc le témoignage qui suit sur Facebook:

Image redimensionnée


http://www.mondedestars.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 31/08/2016 10:40  Mis à jour: 31/08/2016 10:40
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : -Martin Provencher, papa de Cédrika s’exprime : «Tout ce qu'on veut, c'est que ça finisse» , « Que Jonathan Bettez passe le test du polygraphe. »…
TROIS-RIVIÈRES | Les parents de Cédrika Provencher ont tour à tour demandé à Jonathan Bettez de collaborer avec les policiers et de passer le test du polygraphe.
Le père, la mère et la grande sœur de Cédrika Provencher étaient dans les premières rangées de la salle d’audience pour voir Jonathan Bettez être accusé de pornographie juvénile.

Choses à cacher

Martin Provencher demande à Jonathan Bettez de s’éliminer de la liste des suspects s’il n’a rien à se reprocher concernant le meurtre de sa fille.
«Le message que j’ai à passer, c’est juste qu’il collabore. Peut-être qu’il avait des choses à l’époque à cacher en lien avec les accusations d’aujourd’hui... Je n’en dis pas plus. C’est délicat, si c’est lui, si ce n’est pas lui. La seule chose qu’on veut, la famille, c’est qu’à un moment donné, ça finisse», a-t-il dit.
La mère de Cédrika, Karine Fortier, abondait dans le même sens. «Tout ce que je veux, c’est que s’il n’est pas coupable de rien, qu’il accepte de passer le test et qu’on passe à autre chose», a-t-elle dit.
Le père de Cédrika a tout de même rappelé que l’homme n’est pas accusé relativement à la disparition et au meurtre de sa fille.

Conditions


«On sait que l’individu qui a été accusé est d’intérêt pour la police dans le dossier de Cédrika. Aujourd’hui, il est accusé de pornographie juvénile, alors on était ici pour cela. Je sais que la police lui a demandé à plusieurs reprises de passer le test polygraphique. Il a mis des conditions, la police les a acceptées, et il ne le passe pas plus», a dit Martin Provencher.

http://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/08/2016 14:16  Mis à jour: 30/08/2016 14:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Porno juvénile: le principal suspect dans l'affaire Cédrika arrêté.
L'homme arrêté hier à Trois-Rivières pour une affaire de pornographie juvénile est le principal suspect dans l'enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher, ont révélé à La Presse diverses sources.

Cette arrestation est survenue hier, jour de l'anniversaire de la fillette. C'est pour une affaire d'accès à la pornographie juvénile ainsi que de possession et de distribution de pornographie juvénile que l'homme a été appréhendé.

Pas moins d'une soixantaine d'enquêteurs ont participé aux trois perquisitions qui ont eu lieu. Plusieurs enquêteurs des crimes majeurs de la Sûreté du Québec ont assisté leurs collègues de la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants lors de l'arrestation et des perquisitions effectuées hier, vers 10 h.

Selon nos sources, le suspect, âgé de 36 ans, possédait une Acura rouge avec poignées chromées et toit ouvrant à l'époque où Cédrika Provencher, 9 ans, a disparu, le 31 juillet 2007 à Trois-Rivières. Rappelons qu'un tel véhicule avait été vu dans le quartier de la fillette le jour de sa disparition et que c'est dans ce contexte que le suspect avait été interrogé une première fois par les enquêteurs en 2008, comme plus de 250 autres propriétaires d'une Acura rouge.

L'homme avait refusé de se soumettre au polygraphe, et la police l'a depuis toujours considéré comme le principal sujet d'intérêt. Il aurait requis les services d'un avocat.


PREMIER INTERROGATOIRE EN RÈGLE

Selon nos informations, ce sont des moyens technologiques - et non humains - qui ont mené à l'arrestation de l'individu pour une affaire de pornographie juvénile. « Ce n'est pas un leurre, une affaire d'agent double ou de policière qui s'est fait passer pour une mineure de 14 ans qui nous a permis de le coincer », nous a-t-on confié.

Au moment d'écrire ces lignes, hier en début de soirée, l'homme était interrogé par les enquêteurs. Il s'agit de son premier interrogatoire en règle en huit ans.

Hier, trois endroits ont fait l'objet d'une perquisition dans le cadre de cette affaire : son lieu de travail - les Emballages Bettez, sur le boulevard des Récollets -, sa résidence et la maison de ses parents, où un ou des ordinateurs ainsi que d'autres appareils électroniques ont été saisis.

C'est la première fois que les enquêteurs effectuent des perquisitions et saisissent des appareils appartenant au suspect.

Les découvertes que les enquêteurs feront dans ces appareils dicteront vraisemblablement les accusations en lien avec la pornographie juvénile qui pourraient être portées contre lui aujourd'hui au palais de justice de Trois-Rivières.

L'enquête sur la disparition de Cédrika Provencher a été relancée en décembre dernier par la découverte de la partie supérieure du crâne de la fillette dans un boisé de Trois-Rivières.

***

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

http://www.lapresse.ca/
Répondre
Visiteurs
Posté le: 23/08/2016 23:16  Mis à jour: 25/08/2016 12:08
 Les funérailles de Cédrika Provencher vont bientôt avoir lieu . «Il faut penser à comment on peut vivre avec tout ça», dit Pierre-Hugues Boisvenu...
Bonjour,
Les funérailles de Cédrika vont bientôt avoir lieu, les ossements ont été remis à la famille.
http://www.tvanouvelles.ca/2016/08/23 ... encher-celebrees-sous-peu

Plus de huit mois après que les ossements de Cédrika Provencher eurent été découverts dans la région de Trois-Rivières, la famille pourra enfin célébrer les funérailles de la petite enlevée puis tuée en juillet 2007.

Les ossements de la petite Cédrika ont été remis à la famille au cours des derniers jours après avoir été longuement analysés par des experts.

«Après neuf longues et douloureuses années à chercher leur petite Cédrika, voici que le temps est venu pour Karine Fortier et Martin Provencher de lui faire leurs adieux. Les membres de la famille se réuniront prochainement pour célébrer la courte vie de Cédrika, et ont exprimé le souhait de vivre ce moment sacré dans la plus grande intimité, entourés de leurs proches», peut-on lire dans un communiqué du Réseau Enfants-Retour intitulé «Adieu Cédrika Provencher».

******************************

Funérailles de Cédrika Provencher : «Il faut penser à comment on peut vivre avec tout ça», dit Pierre-Hugues Boisvenu


Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu comprend très bien ce que s'apprête à traverser la famille de Cédrika Provencher, qui a annoncé mardi qu'elle tiendra des funérailles privées pour la fillette dans les prochains jours.
l
En juin 2002, sa fille Julie a été enlevée, puis violée et assassinée par un récidiviste. Pierre-Hugues Boisvenu a depuis fondé l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD). Il milite aussi pour la création d'un registre public des prédateurs sexuels au Québec.
« Lorsque qu'un de vos proches est assassiné, il y a deux étapes majeures : l'enquête policière, qui nous apprend ce qui s'est passé, et ensuite les funérailles, qui nous permettent de faire nos adieux », a rapporté le sénateur Boisvenu en entrevue à l'émission Facteur matinal.
Pierre-Hugues Boisvenu est de tout cœur avec la famille Provencher. « Pour eux, la porte a toujours été ouverte, béante, entre l'espoir et le désespoir. [Les funérailles], c'est fermer une porte sur l'espoir que l'on avait. »
Il comprend bien le souhait de la famille de Cédrika de faire leurs adieux à la fillette en privé, même si beaucoup de gens ont été touchés par leur histoire. « Cette dernière étape, c'est très intime, spirituel et familial. »
«Ce qu'il faut garder de cette courte expérience avec cette enfant-là, ce sont les souvenirs heureux, les traces de son passage dans nos vies. Pour moi qui ai une dimension spirituelle, il faut penser que ça ne finit pas là. C'est essayer de trouver un sens à tout ça.»

-Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu
La Sûreté du Québec a réitéré mardi que l'enquête sur la mort de Cédrika Provencher ne sera pas fermée tant qu'elle n'aura pas fait la lumière sur ce qui s'est passé. « L'étape qui reste, c'est de savoir ce qui s'est passé. Ça aussi, ça va être une peine », souligne Pierre-Hugues Boisvenu.

http://quebecon.net/news/quebec-event ... rovencher-il-faut-pe.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 04/08/2016 20:11  Mis à jour: 04/08/2016 20:40
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :Un documentaire sur Cédrika Provencher attise la curiosité en Mauricie
Image redimensionnée


TROIS-RIVIÈRES | Un documentaire sur Cédrika Provencher est actuellement en tournage en Mauricie. Le réalisateur souhaite faire progresser l’enquête sur l’assassinat de la fillette, commis il y a maintenant 9 ans.
Le réalisateur du projet, Stephan Parent, a soulevé la curiosité en filmant une Acura rouge à l’endroit où le crâne de la fillette a été retrouvé en décembre dernier.
Depuis le début, les enquêteurs considèrent cette Acura rouge comme une piste importante pour retrouver le meurtrier.

Hypothèse
Le réalisateur poursuit ainsi la reconstitution d’une hypothèse qui sera présentée dans le documentaire Cédrika, à paraître au début de 2017.
«Ce sont des hypothèses, ça ne veut pas dire que cette fameuse Acura était exactement sur place après la disparition de Cédrika. Mais on va dans la direction de cette enquête-là depuis les débuts, que ce soit de ce que la police nous dit, ou de ce que le public croit en général», explique-t-il.

Sur la glace
Le documentaire avait été amorcé en avril 2015, mais avait dû être mis sur la glace, à la suite de la découverte des ossements au mois de décembre dernier.
«On attendait de voir s’il y aurait des développements avec cette enquête-là, si la police allait procéder à une arrestation dans les semaines suivantes, mais non. Ça va faire huit mois depuis la découverte du corps et on a attendu 9 ans pour qu’il y ait des développements», dit le réalisateur.

Le documentaire Cédrika portera sur des témoignages, des hypothèses et des reconstitutions de ce qui a bien pu se passer le soir du 31 juillet 2007.


Le père de Cédrika était présent l’année dernière, quand la première partie d’une reconstitution d’enlèvement a été tournée. Toutefois, il n’entend plus participer au projet, selon ce qu’il a confirmé au Journal.
«La décision de Martin était que le film était pour retrouver Cédrika. Parce qu’on l’a retrouvée en décembre, il s’est dit que ça ne valait pas la peine de continuer», explique Stephan Parent.

Sans le père
Après quelques semaines de réflexion, on a choisi de reprendre le tournage sans l’aval du père de la fillette.

«Je le comprends. C’est sûr que pour lui c’est dur. Nous, on s’est demandé ce qu’on faisait. Est-ce qu’on respecte ça et on ne continue pas? Ou on le fait dans l’intérêt public? C’était ça le maudit choix qu’on avait à faire. Mais Me Marc Bellemare et plein de gens dans la population nous ont écrit et nous ont dit qu’il fallait aller dans l’intérêt public, qu’il faut que ce film-là sorte», précise Stéphan Parent.


Toute information relative à l’enlèvement et au meurtre de Cédrika Provencher peut être transmise confidentiellement à un enquêteur de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.


http://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/07/2016 15:16  Mis à jour: 30/07/2016 15:17
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Plusieurs internautes qui ciblent sur Facebook un suspect dans le dossier du meurtre de Cédrika Provencher pourraient se mettre dans le pétrin en tentant de se faire justice eux-mêmes !!!
Il ne faut pas chercher bien longtemps sur internet pour savoir qui conduisait l’Acura rouge le soir du 31 juillet 2007, quand Cédrika Provencher a été portée disparue dans un parc de Trois-Rivières il y a maintenant neuf ans. Cette voiture avait été remarquée autour du parc peu de temps avant l’enlèvement et elle a grandement suscité l’intérêt des enquêteurs.
Sur des pages, groupes et forums dédiés à la fillette assassinée, on présente souvent le conducteur par son nom en lui collant une étiquette de coupable, même s’il n’a jamais été accusé.

La Sûreté du Québec sait que plusieurs internautes sont prêts à condamner quelqu’un sur la place publique, mais elle rappelle qu’il faut être prudent.
«Les gens peuvent faire face à des accusations au civil pour atteinte à la réputation», dit la porte-parole Martine Asselin.
Il y a toujours la possibilité de se tromper d’individu et, de toute façon, ce n’est pas cela qui fera débloquer l’enquête pour meurtre, prévient-elle.
«Même s’il y a 100 000 personnes qui mettent un suspect en ligne, est-ce que ça nous donne le pouvoir d’arrêter quelqu’un? La pression sociale n’est pas un motif raisonnable pour obtenir un mandat d’arrestation», poursuit-elle.


Le pouvoir de la viralité ?

«Je me questionne... Si 10 000 person­nes partageaient la photo du suspect en même temps... Ils enverraient 10 000 mises en demeure? De toute façon, son visage est assez facile à trouver maintenant sur le web», écrivait justement une internaute le 8 juillet sur le groupe Facebook «Cédrika Provencher», qui compte plus de 4000 abonnés.
Selon l’avocat Conrad Lord, le pouvoir de la viralité de Facebook ne permet pas aux internautes de se protéger contre des recours en justice.

«La responsabilité n’est pas moindre du fait que les gens partagent ou suivent. Chaque personne qui diffame engage sa propre responsabilité», explique-t-il.

Commentaires supprimés

Sur la page du groupe «Cédrika Provencher», les administrateurs enlèvent régulièrement des commentaires dans lesquels on pointe l’individu par son nom, justement pour éviter des poursuites.
«Moi, je n’autoriserai pas que quelqu’un mette le nom d’un suspect sur la page. Ce n’est pas nous qui décidons, c’est la police. Je sais qu’il y a des gens qui sont impatients, mais ça doit rester dans le respect», dit l’administrateur Ugo Fredette.
Si les commentaires nommant cet homme sont censurés, les gens se communiquent l’information entre eux, en message privé, ou utilisent ses initiales.


Contrer les enlèvements d’enfants


La Fondation Cédrika Provencher soulignera dimanche la 5e journée mondiale de prévention des enlèvements d’enfants.

La Fondation travaille présentement à mettre au point une trousse pédagogique destinée aux enfants et à leurs parents, ainsi que sur un portail qui viendrait faciliter les échanges entre différents acteurs internationaux, dans les cas d’enlèvement d’enfants.

Événement

Le grand-père de Cédrika, Henri Provencher, a choisi la date de la disparition de sa petite-fille pour créer un événement familial qui vise à sensibiliser la population aux enlèvements d’enfants.

Pour l’occasion, une fête familiale aura lieu en début de soirée demain à l’île Saint-Quentin de Trois-Rivières.
«Tout ce que la Fondation fait, c’est positif. On veut sortir le meilleur pour éviter que ce qui s’est passé avec Cédrika n’arrive à d’autres enfants», indique M. Provencher.
Le chanteur Sir Pathétik sera sur place pour chanter la pièce Cédrika qu’il a offerte à la Fondation.


AMÉLIE ST-YVES
Samedi, 30 juillet 2016 : http://www.journaldemontreal.com/2016 ... e-a-la-memoire-de-cedrika
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 30/07/2016 13:03  Mis à jour: 30/07/2016 13:03
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Cédrika Provencher donne espoir aux familles d'enfants disparus...
C'est le 9e anniversaire de la dispartion de Cédrika Provencher, dimanche.

Anniversaire qui sera particulièrement significatif après que des restes de la fillette aient été retrouvés il y a un peu plus de 6 mois à St-Maurice près de Trois-Rivières.

Au delà de toute la tristesse entourant cette disparition, l'histoire de Cédrika donne aussi un certain espoir aux autres familles d'enfants disparus qui vivent dans l'attente.

Pina Arcamone d'Enfant Retour soutient que l'enquête reprise de plus belle par la SQ en décembre dernier prouve que l'attente, même longue, peut porter fruit.



Un rassemblement est par ailleurs organisé par la Fondation Cédrika Provencher ce dimanche en mémoire de la fillette.


http://mauricie.rougefm.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/07/2016 11:00  Mis à jour: 19/07/2016 11:14
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Cédrika Provencher . Un événement festif pour prévenir les enlèvements d'enfants.
COMMUNAUTÉ. Clowns, magicien, jeux gonflables, maquillage, exposants, présentations diverses, spectacle de Sir Pathétik et feux d'artifice animeront l'île St-Quentin le 31 juillet à l'occasion de la Journée Mondiale de Prévention des Enlèvements d'Enfants.

Ces activités familiales auront lieu de 17h à 22h. Elles sont organisées par la Fondation Cédrika Provencher (Entrée gratuite. À l'intérieur si les conditions météorologiques l'exigeaient).

«C'est l'occasion pour nous d'informer les enfants, les parents et toute la population sur nos activités, de préciser nos besoins et de démontrer que la Fondation demeure active au sein de la communauté», indique l'organisation.

Sur place, les gens pourront se familiariser avec les outils déjà existants et les nouveaux outils et projets en lien avec la prévention des enlèvements d'enfants et la recherche de personnes disparues. Ils pourront également faire le plein de trucs et de consignes sur la protection et la sécurité des enfants.


Plusieurs intervenants et spécialistes prendront la parole au cours de la soirée. La plupart aura un kiosque pour permettre aux intéressés d'approfondir certaines thématiques.

Une annonce et une activité commémorative

Par ailleurs, la Fondation profitera de l'événement pour faire une annonce officielle et une démonstration dans le cadre de la «Trousse Cédrika», une trousse pédagogique qu'elle a développée et qui vise à enseigner différentes consignes de sécurité et de détection d'éventuels prédateurs, informer et former les enfants et les parents en matière de prévention des enlèvements.

En soirée, vers 21h, il y aura formation d'une Chaîne humaine de solidarité, dans le but de lancer le message suivant aux prédateurs: «Désormais, on ne touche plus à nos enfants».

Une minute de silence sera aussi gardée en mémoire de Cédrika Provencher, dont les ossements ont été retrouvés en décembre dernier, huit ans après sa disparition, dans une forêt près de Trois-Rivières, et en mémoire de tous les autres enfants victimes d'un pareil drame. Cette minute de silence sera suivie d'une envolée de lanternes.

http://www.lecourriersud.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/07/2016 18:43  Mis à jour: 10/07/2016 18:44
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :10 000$ pour la Fondation Cédrika Provencher! Les dons seront investis dans la réalisation de projets pour la sécurité et la protection des enfants.
La Chambre Immobilière de la Mauricie tenait la 4e édition de son tournoi de golf au profit de la fondation Cédrika Provencher hier.

Le tournoi avait lieu au club Du Moulin à Trois-Rivières.

La communauté des gens d'affaires de la région, des partenaires et des commenditaires se sont donné rendez-vous pour l'évenement.

La Fondation Cédrika Provencher a d'ailleurs amassé 10 000$.

Les dons seront investis dans la réalisation de projets pour la sécurité et la protection des enfants.

La prochaine activité de la fondation Cédrika Provencher aura lieu le 31 juillet à l'occasion de la Journée Mondiale de Prévention des Enlèvements d'Enfants au parc de l'île St-Quentin à Trois-Rivières.


http://mauricie.rougefm.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/07/2016 10:37  Mis à jour: 08/07/2016 10:37
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :Affaire Cédrika Provencher : un sujet écarté grâce à un polygraphe.
L'enquête sur le meurtre de Cédrika Provencher progresse. La Sûreté du Québec (SQ) affirme qu'un individu a passé un test de polygraphe mercredi.

La porte-parole de la SQ, Christine Coulombe, indique qu'« à l'aide du polygraphe, nous avons été en mesure d'éliminer un autre sujet ».

La SQ refuse de dire qui est cette personne et où le test a été passé. Elle ajoute que l'enquête se poursuit.

Les ossements de la jeune fille ont été trouvés en décembre dernier, plus de huit ans après sa disparition, ce qui a permis de relancer l'enquête.

D'autres recherches ont été effectuées en juin à Saint-Maurice, près de Trois-Rivières, après que la SQ ait obtenue une nouvelle information.

Le 31 juillet 2007, en soirée, Cédrika Provencher aurait été sollicitée par un adulte qui cherchait un chien près de son domicile, à Trois-Rivières. Elle n'a jamais été revue depuis.

http://www.msn.com/fr-ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 24/06/2016 11:17  Mis à jour: 24/06/2016 11:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :La maman de Cédrika Provencher parle pour la 1° fois en 8 ans !( vidéo)
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/06/2016 13:16  Mis à jour: 23/06/2016 13:16
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Cédrika Provencher : La Sûreté du Québec a trouvé ce qu’elle cherchait, hier, dans le boisé de Saint-Maurice.
Le meurtrier de Cédrika Provencher doit sentir l’étau se refermer sur lui. La Sûreté du Québec a trouvé ce qu’elle cherchait, hier, dans le boisé de Saint-Maurice où elle a déployé une importante équipe afin de ratisser le terrain à l’endroit même où le crâne de la petite fille de 9 ans a été découvert en décembre 2015 en Mauricie.

«À la suite d’une information crédible et importante reçue au cours des derniers jours, les policiers ont récupéré ce qu’ils devaient récupérer dans un endroit précis [du boisé]. C’est pourquoi à 16h mardi malgré quatre heures de clarté à venir, ils ont mis fin aux recherches», a appris l’ancien sergent de la SQ Jean-François Brochu.

Restes humains

Des sacs ont été utilisés par les techniciens en identité judiciaire de la police pour «récupérer des exhibits (des preuves)», hier, confirme le spécialiste en enquêtes policières. «On s’est rendu sur les lieux avec un pathologiste du Laboratoire des sciences judiciaires et de médecin légale, une procédure quand on récupère des restes humains afin de s’assurer qu’il s’agit bien d’une personne et non d’un animal, que ça soit pertinent au dossier», précise Jean-François Brochu.

Le pathologiste judiciaire est aussi à même en étant sur place de se faire une opinion de par l’emplacement, la façon sont disposés les restes humains «qui peuvent l’aider à tirer une conclusion sur les causes du décès [de la petite Cédrika] lorsqu’il fera l’analyse des exhibits au laboratoire», poursuit le policier à la retraite.

ADN
Les nouveaux éléments recueillis hier permettront-ils aux enquêteurs de coincer l’être abject qui a enlevé puis tué Cédrika? «Après neuf ans, les possibilités de retrouver de l’ADN sont minces, mais pas totalement inexistantes. Les technologies ne cessent de progresser. On ne sait pas ce que l’on sera capable de faire l’an prochain ou dans cinq ans», dit Jean-François Brochu.

De plus, la police peut avoir recueilli les confidences de quelqu’un qui lui a raconté de quelle façon la petite a été tuée. «Si l’on peut corroborer ça avec les exhibits récupérés, ça donne de la crédibilité à la version de cette personne, car seulement l’assassin de Cédrika connaît ces faits-là», fait savoir M. Brochu qui croit que l’enquête bien que complexe et dans la bonne direction. «On peut avoir de l’espoir.»

http://www.tvanouvelles.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 21/06/2016 15:24  Mis à jour: 21/06/2016 15:24
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Cédrika Provencher: les recherches reprennent ce matin
La Sûreté du Québec (SQ) confirme que les recherches pour retrouver le corps de Cédrika Provencher reprennent ce matin en bordure de l'autoroute 40 à Saint-Maurice, en Mauricie.

C'est à ce même endroit que des restes de la dépouille de la fillette avaient été découverts en décembre dernier.

Les effectifs déployés, cette fois, sont cependant moins importants qu'à l'hiver dernier.

L'enquête de la SQ est toujours en cours.

La SQ avait mis fin aux recherches cet hiver en raison de l'arrivée de la neige et du froid. Les porte-parole avaient alors soutenu que des recherches pourraient reprendre.

La fillette avait 9 ans au moment de sa disparition, le 31 juillet 2007.

http://quebec.huffingtonpost.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 19/06/2016 18:04  Mis à jour: 19/06/2016 18:09
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : L'enquète sur Cédrika Provencher a permis d’élucider un autre enlèvement !!!
Image redimensionnée

Depuis son agression, Catherine Carpentier a déménagé et teint ses cheveux, croyant que son agresseur pourrait la retrou­ver.

La réouverture de l’enquête sur la disparition de la petite Cédrika a récemment permis d’élucider un autre enlèvement commis à la même époque dans la même région.

Le 20 juillet 2007, Catherine Carpentier a été kidnappée dans le stationnement d’un Super C à Trois-Rivières. Séquestrée, puis agressée pendant quatre heures, la jeune femme de 21 ans a finalement réussi à convaincre son agresseur de lui rendre sa liberté. Il l’a abandonnée sur un chemin de terre.
Et 11 jours plus tard, Cédrika Provencher a disparu. Moins de 10 kilomètres séparent l’endroit où Catherine a été enlevée et le parc où l’enfant de neuf ans a été aperçue pour la dernière fois. Évidemment, les policiers ont pensé à l’époque que les deux événements pouvaient être liés. Or, les enquêtes n’ont d’abord connu aucun développement significatif.

Puis, le 12 décembre dernier, des ossements de Cédrika ont été retrouvés dans un secteur boisé de Trois-Rivières. De nombreux efforts ont ainsi été déployés pour résoudre cette disparition qui a secoué tout le Québec.
Les enquêteurs des crimes non résolus de la Sûreté du Québec n’ont rien négligé, réexaminant même certains événements de l’époque dans la région, dont l’enlèvement de Catherine.

Nouvel espoir

«En février dernier, j’ai appris que la SQ avait repris l’enquête pour mon enlèvement. J’ai eu un regain d’espoir», a confié Catherine au Journal.
À l’époque, les policiers de Trois-Rivières avaient fait faire un portrait-robot de l’agresseur, basé sur le témoignage de la victime, mais aussi sur ceux de deux témoins qui avaient assisté à l’enlèvement.
Grâce à ça, à d’autres techniques d’enquête et à des recoupements entre différents rapports de police, les enquêteurs de la SQ ont ainsi pu récemment identifier le suspect et apprendre que l’homme de 41 ans s’était suicidé quelques jours après l’enlèvement de Catherine.

«On est en mesure de confirmer qu’il s’est suicidé entre le 24 et le 27 juillet 2007», a indiqué Martine Asselin, de la Sûreté du Québec.

Une information qui exclut ainsi que cet agresseur soit celui qui a enlevé Cédrika, disparue le 31 juillet de la même année.

Et pour être certains à 100 % d’avoir identifié le bon suspect, les policiers ont, avec leur permission, prélevé sur les parents de l’homme un échantillon d’ADN.
«Le sang retrouvé sur la jupe de la victime correspond», a indiqué la lieutenante Asselin.
La Sûreté du Québec classe ainsi cette affaire comme un dossier résolu. «C’est un pas de plus dans l’enquête sur Cédrika Provencher», a affirmé la porte-parole de la SQ.

SOULAGÉE, MAIS INSATISFAITE


«Même si je suis satisfaite de pouvoir enfin tourner la page, j’ai l’impression que cette histoire se termine en queue de poisson. Je suis une combative dans l’âme, j’aurais aimé pouvoir con­fronter mon agresseur en Cour», a lancé Catherine Carpentier.

En 2007, la jeune femme a été enlevée, séquestrée, puis agressée par un inconnu. Ce n’est que la semaine dernière qu’elle a appris que le suspect a été identifié, mais qu’il est aujourd’hui décédé. L’homme s’est en effet suicidé quelques jours après l’agression.
«J’aurais aimé savoir avant, qu’il s’était suicidé. Je n’aurais pas eu à repenser à cet événement pendant les neuf dernières années», a dit la victime.
La femme qui a aujourd’hui 30 ans dit avoir vécu depuis le drame avec la peur de recroiser l’agresseur.
«Surtout que quand il m’a relâchée, il a dit que si je parlais à la police, il me retrouverait», se souvient-elle.

La jeune femme a malgré tout appelé les policiers. L’enlèvement de Catherine est survenu à Trois-Riviè­res, 11 jours avant la disparition de Cédrika Provencher. La jeune femme a longtemps pensé que son agres­seur était responsable du sort de l’enfant.
«Personnellement, j’espérais que ça ne soit pas le même parce que je ne voulais pas qu’elle ait subi ce que j’ai vécu», a dit Catherine.

Culpabilité

Elle a été très ébranlée lorsqu’elle a appris que des ossements de l’enfant avaient été retrouvés en décembre dernier.
«Ça a fait remonter des émotions. Depuis, j’ai un syndrome de culpabilité. La culpabilité de m’en être sortie et elle non», a-t-elle dit.

Elle dit repenser souvent à son enlèvement, à ce qu’elle aurait pu faire pour faire en sorte qu’il soit piégé. «Les policiers l’auraient attrapé, ça aurait été médiatisé, ça aurait envoyé un message. Et peut-être que Cédrika ne se serait pas fait enlever», a-t-elle dit.
Catherine se dit malgré tout «soulagée» de savoir que l’homme ne pourra plus faire de mal à qui que ce soit.

http://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/06/2016 14:45  Mis à jour: 17/06/2016 14:45
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Des peluches pour Cédrika, des gens se recueillent là où son crâne a été retrouvé. Son grand-père est reconnaissant de tout l’amour de la population.
Image redimensionnée


PHOTO AMÉLIE ST-YVES
Des peluches, des fleurs et des messages continuent d’être déposés en bordure de l’autoroute 40, où le crâne de Cédrika Provencher a été retrouvé il y a six mois.

TROIS-RIVIÈRES | L’endroit où les ossements de Cédrika Provencher ont été retrouvés est devenu un lieu de recueillement pour plusieurs personnes, qui y déposent encore six mois plus tard des toutous, des messages et des fleurs pour la fillette.

Le crâne de Cédrika Provencher, qui avait été portée disparue en juillet 2007 à l’âge de 9 ans, a été retrouvé en décembre dernier sur un terrain en bordure de l’autoroute 40 à Saint-Maurice, à une douzaine de kilomètres du parc Chapais de Trois-Rivières, où elle a été vue pour la dernière fois.

L’endroit est tranquille, mais quelques dizaines de toutous installés récemment sur une clôture près de l’endroit où les ossements ont été découverts rappellent le drame qui a ébranlé le Québec. Des citoyens viennent toujours s’y recueillir.
Des messages ont été déposés. On peut notamment y lire: «On pense toujours à toi, petit ange. Tu es près de Dieu.»

Reconnaissant
Le grand-père de Cédrika, Henri Provencher, est reconnaissant de tout l’amour de la population envers sa petite-fille.
«La Mauricie, mais aussi la province au complet, n’a pas oublié Cédrika», dit-il.

Même si le crâne de Cédrika Provencher a été retrouvé, la Sûreté du Québec n’a pas encore réussi à arrêter un suspect et le meurtrier court toujours.
Cédrika aurait suivi un homme qui cherchait un chien. Elle aurait embarqué dans une voiture rouge.
«Oui, le temps est long, c’est certain», a dit le grand-père de Cédrika, Henri Provencher, qui a évidemment hâte que l’enquête progresse.

Date spéciale
Le 31 juillet prochain, il y aura 9 ans que Cédrika a été enlevée.
Chaque année, la Fondation Cédrika Provencher, menée par Henri Provencher, célèbre à cette occasion la Journée mondiale de prévention des enlèvements d’enfants.
Depuis que le corps de sa petite-fille a été retrouvé, la mission d’Henri Provencher a changé.

«Je cherchais ma petite-fille, pas un meurtrier. Mon travail pour Cédrika est terminé. Maintenant, je veux empêcher que ça arrive à d’autres. C’est juste juste ça», dit-il.

http://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 16/06/2016 12:52  Mis à jour: 16/06/2016 12:52
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Cédrika Provencher : Le SILENCE qui tue !!!
Nous ne pouvions pas passer sous silence le malaise qui nous envahit lorsque nous prenons conscience que plusieurs personnes savent qui est l'assassin de l'âme du Québec tout entier...


Outre sa mère, son père et sa famille entière qui doivent ENCORE vivre des moments d'enfer dans l'attente ''d'une preuve'' afin d'arrêter le coupable, c'est aussi, selon-nous un devoir de citoyen, mais dabors d'humain, que de dénoncer les cases vides qui se retrouvent un peu partout dans cette affaire...


Suite à la divulgation de notre article sur Claude Poirier qui faisait référence au fait que les enquêteurs de la Sureté du Québec connaissent le présumé meurtrier de Cédrika Provencher, les habitants de Trois-Rivières se demandent pourquoi personne ne dit rien...


Nous avons été choqué de constater qu'il n'allait pas être le seul à avoir BEAUCOUP d'informations sur celui-ci...


C'est alors que nous avons reçu plusieurs messages de personnes qui disaient connaître aussi le meurtrier...
Un homme se disait très proche de ''Jo Acura'' (Comme plusieurs le nomme), il le voyait jusqu'à 3 fois par semaine...


Une autre femme a même avoué sur notre Page Facebook Vraiment.Ca avoir eu besoin de déménager après que le présumé agresseur de la petite provencher ait abordé sa propre fille d'une façon similaire à celle de Cédrika et ce quelques jours après la disparition de la jeune fille.


Est ensuite sorti l'histoire d'une famille riche Trifluvienne qui ''couvre'' de manière innacceptable, cet homme qui ne mérite certainement pas la liberté...


La petite Cédrika elle, ne pourra plus jamais se sentir libre et courir dans les parcs comme tous les enfants de ce monde...


Mais pourquoi tout ce silence ?

Pourquoi personne n'ose dire haut et fort de qui il s'agit ?

Pourquoi les enquêteurs de la Sureté du Québec ne vont pas directement intérroger ses personnes qui disent connaître la vérité ?

Pourquoi PROTÉGER juridiquement cet homme ?


Plusieurs questionnement se posent...


La disparition de Cédrika a touché le PEUPLE entier et nous ne pouvons pas rester sans rien faire.


C'est pourquoi nous allons CONTINUER de parler de cette affaire et nous allons tenter par tous les moyens de faire ÉCLATER la vérité contre le silence...


Voici les articles en question :


> CLAUDE POIRIER affirme: ''On sait qui a TUÉ Cédrika'' !!


> Les Trifluviens CONNAISSENT le MEURTRIER de Cédrika Provencher !!


> Le meurtrier de Cédrika PROTÉGÉ par sa RICHE famille !?

Voir : http://vraiment.org/nouvelles-4124.html
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 02/06/2016 12:48  Mis à jour: 02/06/2016 12:48
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : La sureté du Québec aurait une idée sur qui a tué Cédrika Provencher.
Merci de cliquer sur le lien pour lire l'article et écouter Cllaude Poirier

http://www.lebiscuitchinois.com/buzz- ... a-tue-cedrika-provencher/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 27/05/2016 14:21  Mis à jour: 27/05/2016 14:21
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Cédrika Provencher: bientôt une reprise des recherches?
TROIS-RIVIÈRES – Avec le retour des jours chauds, la Sûreté du Québec n’exclut pas l’idée de reprendre les recherches dans le dossier Cédrika Provencher, disparue en juillet 2007.

Le directeur général de la Sûreté du Québec, Martin Prud’homme, s’est montré très évasif à ce sujet, mais a mentionné qu’une reprise des recherches sur le terrain «était dans la mesure du possible».
Il n’a toutefois pas voulu s’avancer davantage sur le sujet. Celui-ci a néanmoins parlé d’une «enquête active».

Rappelons que les recherches avaient dû être interrompues à l’arrivée de l’hiver puisque la neige compliquait le travail des policiers.

Impossible de savoir non plus, si les recherches reprenaient, si elles se concentreraient à nouveau dans le secteur Saint-Maurice où des ossements de la petite Cédrika Provencher avaient été découverts en décembre dernier.

Entre-temps, le monument vivant à la mémoire de Cédrika, où s’accumulent les peluches et mots d’espoirs sur une clôture, continue de rappeler que la population souhaite elle aussi voir un dénouement survenir dans cette histoire.

http://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/05/2016 16:42  Mis à jour: 26/05/2016 16:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : «Depuis l'affaire Cédrika Provencher, les choses ne sont plus pareilles au Québec. Les policiers sont beaucoup plus sensibilisés aux disparitions ...Le sénateur Boisvenu craint l'augmentation des enlèvements parentaux.
Impliqué dans la cause des droits des victimes, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu s’inquiète que les enlèvements parentaux d’enfants prennent de l’ampleur, si les immigrants ne sont pas bien intégrés au pays.

«Est-ce qu’il y en aura plus dans le futur ? Moi, c’est ce que je crains. L’enlèvement parental est souvent associé aux parents qui retournent dans leur pays d’origine», s’est prononcé le sénateur, dans le cadre de la Journée internationale des enfants disparus.
Le sénateur rapporte que déjà plusieurs immigrants ont manifesté l’intérêt de repartir, en lien avec un problème d’adaptation. Il indique notamment que les immigrants ayant une profession devraient être intégrés rapidement dans leur domaine de travail. «S’ils ont des difficultés d’adaptation, c’est certain que les premiers qui vont en souffrir, ce sont les enfants», observe-t-il

Selon lui, pour éviter de telles tragédies, le Canada doit s’assurer d’avoir de bons programmes d’intégration et de bonnes politiques d’immigration si l’on veut garder les nouveaux arrivants. «Souvent, si l’un des parents veut retourner dans son pays, il veut retourner avec son enfant», fait valoir le sénateur.

L’héritage de Cédrika


Par ailleurs, M. Boisvenu profite de cette triste journée pour rappeler qu’il reste encore du travail, dans le dossier des disparitions d’enfants.
«Depuis l’affaire Cédrika Provencher, les choses ne sont plus pareilles au Québec. Les policiers sont beaucoup plus sensibilisés aux disparitions d’enfants, mais il reste des choses à faire», indique-t-il.

Le sénateur évoque notamment le registre d’ADN au Québec, ainsi que celui des prédateurs sexuels. «Au Québec, on est en retard sur le reste du Canada pour l’inscription des données d’ADN des personnes disparues, dénonce-t-il. Et on inscrit à peine 70 % des prédateurs sexuels au registre national parce que nous avons de la difficulté à avoir les ressources pour informatiser toutes les données et les condamnations.»

http://www.journaldequebec.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 20/02/2016 14:34  Mis à jour: 20/02/2016 14:34
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :Enfant abordé par une inconnue à l’École Richelieu à Trois-Rivières : un avis est envoyé aux parents en raison de l'enlèvement de Cédrika Provencher.
L' École primaire Richelieu, dans l'ouest de Trois-Rivières, a averti les parents qu'« une inconnue aurait possiblement abordé une élève sur le chemin de l'école ».

L'agent Michel Letarte de la Sécurité publique de Trois-Rivières affirme que « mercredi matin, une jeune fille d'une douzaine d'années se dit avoir été abordée par une dame dans un véhicule ». L'élève aurait été invitée à monter à bord.

En raison de l'enlèvement de Cédrika Provencher, l'agent Letarte dit comprendre que des parents soient inquiets et assure que la Sécurité publique vérifie tous les faits dans ce dossier.

Dans sa lettre aux parents, dont Radio-Canada a obtenu copie, la direction de l' École affirme avoir demandé à son personnel d'être plus vigilant.

Des parents et des brigadiers nous ont dit avoir constaté une présence policière plus fréquente que d'habitude cette semaine. Des voitures de police ont été aperçues.

Sylvie Leclerc, la mère d'une élève, trouve que la sécurité pourrait être davantage renforcée. Après avoir reçu l' avis, en soirée hier, elle a décidé d'accompagner sa fille jusqu'à l'école.

Certains autres parents rencontrés ce matin nous ont confié être inquiets et souhaiter plus de détails sur cette affaire.

Des élèves nous ont confirmé avoir été rencontrés dans leur classe pour se faire rappeler la bonne façon de réagir si un inconnu les aborde.

Il faut parler fort, dire qu'on ne veut pas suivre la personne et aller voir un adulte de confiance pour être en sécurité et contacter la police.

L'École Richelieu est fréquentée par 130 élèves, du préscolaire à la 6e année.

Avec les informations de Marie-Pier Bouchard

http://ici.radio-canada.ca/regions/ma ... avis-parents-eleves.shtml
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 26/01/2016 12:02  Mis à jour: 26/01/2016 12:02
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Québec , Des parents de Lanoraie craignent qu’une histoire comme celle de Cédrika Provencher se répète...
Un homme aurait tenté d’aller chercher un garçon qui n’était pas le sien dans un service de garde et trois enfants auraient été accostés à la sortie d’une école.

Un frère et une sœur de 7 et 10 ans ont été interpellés par le même homme dans une caravane foncée mardi dernier.
Le suspect, qui serait âgé d’une cinquantaine d’années, leur a proposé de les reconduire chez eux «parce que leur sac à dos semblait très lourd», a rapporté la mère des enfants au Journal. Le duo a eu le bon réflexe de se sauver.
«C’est gros, comme histoire, a dit la mère. On est vraiment inquiets. Tous les parents vont conduire leurs enfants à l’école, maintenant.»
Depuis une semaine, au début et à la fin des classes, des voitures de police banalisées surveillent les abords de l’école primaire de la Source d’Autray de Lanoraie dans Lanaudière.

Différentes techniques

Au moins un autre enfant a été accosté par quelqu’un qui conduisait un véhicule semblable la semaine dernière, selon­­ des parents.
«Aurais-tu perdu tes clés? Je crois que je les ai trouvées», a demandé l’homme au garçon. En vérifiant dans ses poches, l’enfant a rapidement trouvé ses clés et il a eu le réflexe d’aller se réfugier chez un voisin.
«La tension est palpable depuis la semaine dernière, a indiqué Lucie Corbin, la brigadière. Moi-même, je garde l’œil ouvert, je suis mère poule.»
Tentative d’enlèvement ?
Mardi dernier, en fin de journée, un homme a téléphoné au service de garde pour dire qu’un ami de la famille allait venir chercher Tommy Mathieu (nom fictif) dans quelques minutes. Comme le veut la procédure, une employée a immédiatement contacté les parents de l’enfant.
«Ce n’était pas quelqu’un de notre entourage ni un membre de la famille, a indiqué le père de l’enfant, qui préfère garder l’anonymat. Encore aujourd’hui, je ne sais pas qui c’est.»
Les autorités ne confirment toutefois pas que cet incident est lié aux autres.
Contactées par Le Journal, ni la direction de l’école ni la Commission scolaire n’ont souhaité commenter le dossier.
La Sûreté du Québec, qui est bien au fait de l’affaire, s’est également faite avare de commentaires.
«Ça fait l’objet d’une enquête, nous ne commenterons pas le dossier pour le moment», a dit la sergente Annie Thibodeau, porte-parole de la SQ.
♦ Toute information pertinente peut être communiquée de façon confidentielle en composant le 1 800 659-4264.

http://www.journaldemontreal.com/2016 ... cole-primaire-de-lanoraie
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 10/01/2016 13:30  Mis à jour: 10/01/2016 13:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Cédrika Provencher : une enquête qui a mal commencé
Selon ce que l'on sait, dans les premières heures de l'enquête, les policiers de Trois-Rivières ont présumé qu'une petite fille de huit ans avait fait une fugue. Il faut comprendre qu'à partir de cette vision des choses, l'enquête se fait de façon différente. Les policiers ne vont pas mettre tous les moyens à leur disposition, pour retracer une possible petite fugueuse. Mon ancien professeur d'enquête, le capitaine Gimkas aurait dit: Si vous assumez au lieu de vous questionner, vous allez tout droit vers l'erreur. Posez les questions, écoutez les réponses, reprenez votre idée, retournez-la, explorez toutes les avenues... Mais faites vite.

Oubliez les 48 premières heures. Ce sont les premières minutes, d'une enquête qui décident souvent des résultats à venir. Je suis persuadé, que les policiers de l'époque se disent aujourd'hui: Nous aurions dû penser autrement et faire autrement. Bien sûr, ils n'ont pas l'expérience des plus grands corps policiers et même dans certains grands corps de police, il arrive que des enquêteurs oublient certaines règles essentielles de l'enquête.

Quand après 48 heures d'enquête, tu passes de force le bébé à la SQ, tu viens de retarder d'autant l'enquête en cours. Pire, dans ce cas d'espèce, c'est la SQ qui s'invite dans le dossier tassant du même coup les enquêteurs dans le dossier. Pendant ce temps, un kidnappeur a le temps nécessaire pour effacer les preuves.

Petite histoire de routine.
1977.
Centre-ville de Montréal:
Un enfant de 9 ans n'est pas rentré de l'école. Il est 17h. La mère appelle les policiers. 17h45. Menée par le lieutenant de relève, une équipe d'une trentaine de policiers du secteur commence les recherches. 19h, la photo du gamin est diffusée sur toutes les chaînes de télé.

Des policiers sont spécialement au téléphone pour valider toutes les informations. Ce même soir, je fais sortir un gérant de caisse populaire pour vérifier une plaque qui n'est pas encore au CRPQ (centre de renseignement plaques du Québec). Les policiers travaillent sans arrêt jusqu'au matin. Finalement, le petit se pointe avec une dame qui n'étant pas amie de la mère, a omis de l'aviser que le mioche dormait chez elle avec son fils. C'est au matin en regardant le journal qu'elle a réalisé l'erreur. Bête, je sais. Mais tous les efforts y étaient. Les premières minutes de l'affaire avaient donné le ton. Il faut aussi avoir les moyens et le personnel nécessaire, ce qui n'est pas toujours le cas. Quand un enfant de 8 ans disparait, présumer qu'il fait une fugue est une grossière erreur. Je me disais toujours: Et si c'était mon enfant?

Je ne vais pas accabler de reproches les policiers de Trois-Rivières, ils le feront bien eux-mêmes. Je suis persuadé que depuis, ils traitent tous les cas de disparition avec beaucoup plus de vision globale. Il faut parfois un grand malheur pour changer les mentalités.

Pour Cédrika, il est possible que ça n'ait rien changé. Il est fort probable aussi que le meurtrier serait maintenant derrière les barreaux. Chose certaine, on aurait pu dire: Tout a été tenté, tout a été fait.

Maintenant il nous reste à espérer que l'enquête aboutisse et qu'elle apporte un certain apaisement.

http://quebec.huffingtonpost.ca/claud ... cid=fcbklnkcahpmg00000009
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 09/01/2016 12:30  Mis à jour: 09/01/2016 12:30
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : (Trois-Rivières) Un mois après la découverte d'ossements de Cédrika Provencher, son grand-père demeure animé par une mission !
celle d'empêcher qu'un tel drame se reproduise et qu'un autre enfant soit victime d'un prédateur.

Le 12 décembre en soirée, la nouvelle que tous craignaient depuis huit ans est tombée. À 23 h 06, la Sûreté du Québec (SQ) confirmait que les ossements trouvés la veille par un groupe de chasseurs dans un secteur densément boisé de Trois-Rivières étaient bien ceux de la fillette de neuf ans disparue le 31 juillet 2007.

«Nous avons passé une nuit à se demander si c'était elle ou non. Le lendemain, nous avons appris la nouvelle. Quelques minutes plus tard, ça sortait aux nouvelles», se souvient Henri Provencher. «Ça donne une claque, c'est sûr.»

Dès que la Sûreté du Québec a eu la confirmation qu'il s'agissait bien de restes de la petite Cédrika, une vaste opération regroupant jusqu'à 200 policiers a été mise en branle. Le secteur a été passé au peigne fin durant une dizaine de jours.

Bien qu'il n'est pas du tout au fait des découvertes de la SQ, Henri Provencher estime que les enquêteurs ont pu recueillir tous les indices toujours sur place. «Les policiers n'auraient pas quitté le site alors qu'il restait encore quelques journées propices aux recherches s'ils n'avaient pas été satisfaits», croit-il. «J'ai attendu durant huit ans avant qu'on retrouve Cédrika. Je peux attendre encore huit autres années s'il le faut avant qu'on arrête son meurtrier. Et ça va arriver tôt ou tard.»

La famille de la petite ne sait toujours pas à quel moment des funérailles pourront être célébrées. Henri Provencher indique que cette décision revient aux parents de la fillette. «Nous n'avons aucune information des policiers. Ils ont peut-être des tests à effectuer. On ne peut pas faire un service dans ces conditions», note-t-il.

Malgré les nombreuses questions qui demeurent toujours sans réponse alors que les policiers étudient les nouvelles pistes, Henri Provencher ne souhaite pas demeurer prisonnier du passé. Il désire maintenant regarder vers l'avant pour que plus aucun enfant ne connaisse le même sort que sa petite Cédrika. Animé par une sagesse certaine, il se détache des sentiments de haine qui pourraient facilement le submerger.

«Même si je braillais, même si je voulais tuer tout le monde, ma petite ne sera plus là. Ce n'est pas acceptable, mais il faut que tu puisses vivre avec ça sans te rendre fou ou t'imprégner de malheur pour le reste de tes jours», avoue Henri Provencher.

«Je vais toujours avoir une tristesse. Il va toujours y avoir des événements qui vont faire en sorte que tout ça va à nouveau me prendre au coeur. Même si je voulais tuer celui qui l'a fait à Cédrika, je vais lui faire la même chose qu'il a fait? Ça ne marche pas, c'est illogique dans ma tête. J'aimerais ça haïr, mais ce n'est pas dans ma nature. Je ne suis pas prêt à me détruire. Je sais qu'on peut tirer quelque chose de positif, c'est ce que j'espère.»

Déjà, Henri Provencher a commencé le ménage des locaux de la Fondation Cédrika-Provencher. Les affiches et les dépliants confectionnés pour retrouver sa petite-fille ne sont plus utiles. Ce processus rendu inévitable par la découverte de décembre dernier démontre clairement la volonté d'Henri Provencher de poursuivre les oeuvres de la fondation. «La Fondation Cédrika-Provencher continue exactement dans le même sens. Son but est d'éviter que cela arrive à d'autres», assure le grand-père de la fillette assassinée. «Ça me motive encore davantage à mettre toute l'énergie possible pour faire quelque chose de bien avec la fondation. Avant je prenais du temps pour les recherches de Cédrika, maintenant je prends tout mon temps pour la fondation.»

Ainsi, Henri Provencher continuera de développer Mobilisation Cédrika, un outil qui suggère des pistes à suivre lors d'une disparition d'enfant, de même que la Journée mondiale de prévention des enlèvements d'enfants ainsi que les trousses de sensibilisation aux enlèvements destinées aux enfants. L'humaniste qu'est M. Provencher rêve également à une grande assemblée des nations, à l'image de l'Organisation des nations unies (ONU), qui se pencherait sur le sort des enfants de partout sur la planète. «Des enfants sont enlevés par dizaines en Afrique pour qu'ils deviennent des soldats ou pour qu'on vende leurs organes.»

Mais pour réaliser ou développer ces projets, l'argent demeure le nerf de la guerre. La Fondation Cédrika-Provencher vit essentiellement par les dons de personnes touchées par sa mission. Du bout des lèvres, Henri Provencher avoue qu'il aimerait bien qu'un mécène vienne en aide à la fondation, mais il ne se fait pas d'illusion. Les finances de l'organisme demeurent malgré tout toujours précaires.

Le grand-père de Cédrika rêve certes à un monde meilleur, à une société qui respecte ses enfants et qui les protège, mais il invite tous et chacun à ne pas laisser place à une «hystérie collective». Conscient que l'enlèvement et le meurtre de sa petite-fille ont entraîné les parents à être plus méfiants face aux inconnus, il ne croit toutefois pas qu'on doive tous les associer à d'éventuels prédateurs.

«Lorsque je travaillais, je mangeais souvent mon lunch dans un parc. Je relaxais en regardant les enfants jouer. Aujourd'hui, tu ne peux plus faire ça. Quelqu'un s'assoit sur un banc de parc seul et tu vas voir rôder la police ça ne sera pas long. Ce n'est pas normal, ça ne se peut pas. Il s'agit d'être prudent sans toutefois paranoïer», note-t-il.

«On est capable de montrer à un enfant qu'il peut répondre à un adulte qui lui parle. Il doit toutefois rester à une certaine distance et demeurer vigilant afin de pourvoir partir s'il ne se sent plus en sécurité»,

Pour mieux faire connaître la mission de la Fondation Cédrika-Provencher, des imprimeurs ont décidé de produire gratuitement des dépliants d'information. L'organisme est maintenant à la recherche de bénévoles pour les distribuer. Henri Provencher invite donc les personnes intéressées à se manifester auprès de la fondation.

La population a d'ailleurs toujours été d'un très grand soutien pour la Fondation Cédrika-Provencher. Son fondateur en est d'ailleurs très reconnaissant. Les nombreux témoignages de solidarité laissés sur le site de la découverte des restes de Cédrika - des citoyens continuent d'ailleurs d'amener des animaux en peluche sur le site - démontrent qu'on ne peut rester insensible devant le meurtre d'une enfant, même inconnue.

Des citoyens touchés par le meurtre de Cédrika... (François Gervais) - image 2.0
Agrandir
Des citoyens touchés par le meurtre de Cédrika Provencher continuent de déposer des animaux en peluche près du site de la découverte d'ossements de la fillette disparue en 2007.

FRANÇOIS GERVAIS

Le fil des événements
Cédrika Provencher est disparue à l'été 2007 à l'âge de 9 ans. Elle aurait été vue pour la dernière fois précisément le 31 juillet, à 20 h 27. À 18 h, elle quittait son domicile pour aller rejoindre une amie dans son quartier paisible. Trois minutes plus tard, son vélo était retrouvé, abandonné contre une borne-fontaine. Depuis, aucune trace de la fillette, jusqu'au 12 décembre 2015.

À 19 h 15, le soir du 31 juillet 2007, des témoins auraient aperçu une voiture de marque Acura rouge mal stationnée en bordure de la rue. Son conducteur, un homme, en sortait et se rendait dans un boisé, d'où il ressortait au moment où Cédrika et sa petite amie passaient à proximité.

Dès le 1er août, la disparition de Cédrika Provencher entraînait une mobilisation monstre. En hélicoptère, en bateau ou à pied, une cinquantaine de policiers fouillaient le secteur. Quelque 175 bénévoles participèrent aux recherches. Le boisé situé près du poste d'Hydro-Québec, sur le boulevard des Chenaux, était fouillé au peigne fin. En après-midi, le vélo de la fillette était découvert derrière un conteneur à déchets sur la rue Dubé. Il sera déterminé plus tard que ce sont des jeunes qui l'y avait mis après l'avoir trouvé à l'angle des rues Chapais et Chabanel.

Le 2 août, les recherches se poursuivirent. Plus de 300 bénévoles affluaient sur les lieux. La Sûreté du Québec prenait la relève de la Sécurité publique de Trois-Rivières. Une trentaine d'enquêteurs travaillèrent sur ce dossier. La thèse de l'enlèvement était de plus en plus évoquée alors que les policiers continuaient d'affirmer que toutes les hypothèses demeuraient sur la table. L'inquiétude était palpable dans la population, la Ville révisait même à la hausse ses mesures de sécurité dans ses camps de jour.

Le 7 août, le nombre d'enquêteurs affectés à ce dossier passait d'une trentaine à une soixantaine. Six barrages routiers étaient érigés dans le quartier Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle dans l'espoir de dénicher de nouvelles informations. Le lendemain, quelque 200 bénévoles entreprenaient des recherches à la demande de la famille. Un site Internet sur la disparition de Cédrika était mis en ligne. En soirée, un large périmètre de sécurité était érigé dans un boisé au nord de la ville après la découverte de sous-vêtements d'enfants et de magazines pornographiques. Il s'agissait finalement d'une fausse piste.

Le 31 janvier 2008, une Acura rouge était saisie par la Sûreté du Québec. Toutefois, les expertises effectuées ne donnaient aucun résultat.

Toujours sans nouvelle, la famille Provencher faisait appel, le 9 juin 2009, à l'avocat Guy Bertrand pour recueillir des informations pouvant mener à la découverte de Cédrika. Ces information permirent de nouvelles recherches effectuées par des bénévoles dans un boisé de Trois-Rivières. En vain.

Le 25 juin 2010, la famille de Cédrika Provencher procédait au dévoilement d'une plaque commémorative située sur la Roseraie Cédrika Provencher, sur le boulevard des Chenaux à Trois-Rivières.

Le 10 août 2010, la Fondation Cédrika-Provencher voyait le jour, présidée par le grand-père de Cédrika, Henri Provencher. La Fondation souhaitait innover dans le domaine de la prévention des enlèvements d'enfants en plus d'assister et soutenir les familles qui vivaient un tel drame.

Le 31 juillet 2013, la Fondation Cédrika-Provencher organisait la toute première Journée de prévention des enlèvements d'enfants. Même si une quarantaine de personnes se présentaient au parc Chapais de Trois-Rivières, la messe commémorative qui se déroulait en soirée au petit sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, avait tout de même rassemblé un peu plus de 200 personnes. Idem le 31 juillet 2015, où la population était conviée au parc Pie-XII dans le cadre de la Journée mondiale de prévention des enlèvements d'enfants.

En juin 2015, la Fondation Cédrika-Provencher mettait en branle Mobilisation Cédrika, c'est-à-dire «un protocole opérationnel, une stratégie d'intervention concertée et structurée en recherche de personnes disparues», notait alors le grand-père de Cédrika.

Depuis sa création, la Fondation Cédrika-Provencher n'a cessé de mettre en place des actions pour que la mémoire de la petite fille ne s'éteigne auprès du public: randonnée en moto, bijou en mémoire de la jeune Trifluvienne, outil de recherche pour personne disparue, soutien aux familles, spectacle équestre, chaîne humaine contre les enlèvements, vente de rosiers, activité de zumba, collecte de fonds au Grand Prix de Trois-Rivières, etc.

En octobre 2015, le réalisateur Stéphan Parent tournait, à Trois-Rivières, un documentaire sur la disparition de Cédrika Provencher. Parmi les 350 informations qu'il a colligées pendant les semaines auparavant, la déclaration d'une personne originaire de la région pourrait, estimait-il, lancer les recherches policières sur une nouvelle piste et, espérait M. Parent, clore le dossier Cédrika Provencher avant que son documentaire ne paraisse sur les écrans en 2016.

Le 11 décembre 2015, trois chasseurs de la région découvrent des ossements dans un secteur densément boisé de Trois-Rivières, à la limite avec la municipalité de Saint-Maurice. La Sûreté du Québec établit un poste de commandement à cet endroit.

Le 12 décembre à 23 h 06, la Sûreté du Québec confirme que les ossements trouvés sont ceux de Cédrika Provencher.

Du 13 au 22 décembre, la Sûreté du Québec a passé le secteur au peigne fin afin de découvrir d'éventuels indices pouvant mener à l'identification du meurtrier. Certaines journées, près de 200 policiers ont participé aux recherches.

Image redimensionnée


http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste ... ndonne-pas-sa-mission.php
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 17/12/2015 19:14  Mis à jour: 17/12/2015 19:14
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :Cédrika Provencher: l'enquête progresse bien !
L'enquête sur la mort de la petite Cédrika Provencher progresse, mais les policiers demeurent avares de détails.

Le capitaine Guy Lapointe, de la Sûreté du Québec, a fait le point en fin d'avant-midi jeudi, précisant que les policiers avaient reçu plus de 200 informations du public qui étaient toutes vérifiées avec attention depuis la découverte du crâne de l'enfant, le week-end dernier, près de Saint-Maurice.

Le capitaine Lapointe n'a toutefois pas voulu dire si ces informations avaient fourni de nouveaux indices ou si les recherches sur le site de la découverte avaient donné quelque résultat que ce soit, disant ne pas vouloir nuire à l'enquête.

Depuis la découverte du crâne de la fillette par des chasseurs dans un secteur boisé, quelque 200 policiers de la SQ ratissent le site au peigne fin dans l'espoir de trouver des indices qui conduiraient la SQ à l'arrestation du meurtrier.

Les recherches se poursuivront aussi longtemps que les policiers croient pouvoir faire progresser l'enquête sur place, mais leur nombre pourrait diminuer au cours du week-end afin de donner un répit aux spécialistes qui travaillent sans relâche depuis quatre jours.

Le capitaine Lapointe a reconnu que le travail pressait avant que le sol ne soit recouvert par la neige, mais il a aussi précisé que l'enquête elle-même n'était pas une course contre la montre, la priorité étant d'être en mesure de faire une arrestation éventuellement afin d'amener un suspect devant la justice.

Il a d'ailleurs averti qu'il n'y avait aucun échéancier pour une arrestation, la démarche étant davantage guidée par la rigueur que par la vitesse.

Cédrika Provencher était âgée de 9 ans lorsqu'elle a été portée disparue le 31 juillet 2007, à Trois-Rivières.



Par La Presse Canadienne
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/12/2015 14:01  Mis à jour: 14/12/2015 14:01
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Cédrika: le meurtrier est «très nerveux en ce moment», selon Claude Poirier...
Le réputé commentateur en affaires policières Claude Poirier croit que le meurtrier de Cédrika Provencher doit sentir le centre de l’attention de l’enquête sur lui. «La chaleur est sur lui», a-t-il dit hier à LCN.

M. Poirier se dit optimiste que l’enquête puisse aboutir et croit que certains individus sont maintenant pris en filature par la Sûreté du Québec depuis la découverte des ossements.

«Ce gars-là est très nerveux en ce moment», a poursuivi M. Poirier.


Selon son expérience, il affirme que les enquêteurs pourraient trouver de l’ADN et potentiellement trouver le meurtrier.

«On va peut-être avoir de l’ADN. [...] Mais au moins, on sait où on s’en va», a-t-il commenté. «C’est sûr et certain que, sept ans après, il ne reste plus grand-chose. On a un crâne et là on fait des recherches pour trouver les vêtements, peut-être son petit bracelet», a-t-il ajouté.


Selon lui, les conditions météorologiques clémentes ont rendu la découverte possible.

«Si on avait eu un hiver normal, s’il y avait eu de la neige, je ne vous parlerais pas ce (dimanche) matin.»

Le commentateur a discuté avec le père de Cédrika, samedi et il s’est dit peu surpris de la nouvelle.

«Au moins, ils vont pouvoir tourner une partie de la page», croit-il.

Plus de 700 informations

Claude Poirier a estimé que l’enquête était partie sur de mauvaises bases.

«Je me souviens que la mère m’avait fait venir chez elle. Elle m’avait dit: “Comment se fait-il qu’ils n’ont pas déclenché l’alerte Amber?” Je lui ai dit, ta fille n’a pas fait de fugue!» s’est-il souvenu.

Au début de l’enquête, Claude Poirier avait collaboré avec un des enquêteurs, Martin Prud’homme – maintenant directeur général de la SQ – et la famille pour recevoir des informations. Il portait un cellulaire et recevait des informations du public. Plus de 700 personnes l’avaient contacté et une récompense était offerte.

Toutefois, aucune piste ne s’était révélée intéressante.

Un homme l’avait même contacté pour savoir s’ils pourraient se rencontrer près de l’autoroute 40, sans la présence des policiers. Il n’avait jamais rappelé.

Selon le commentateur, il n’est pas surprenant que les ossements aient été trouvés dans un boisé.

«Les pédophiles ont deux choix: soit ils enterrent leur victime, soit ils la mettent dans le conteneur à déchets», a conclu M. Poirier.

– Avec la collaboration de Baptiste Zapirain

http://www.journaldemontreal.com/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 14/12/2015 13:46  Mis à jour: 14/12/2015 13:46
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :L'enquête de la SQ relancée après la découverte des restes de Cédrika Provencher.
Au lendemain de l'annonce de la découverte des ossements de Cédrika Provencher, la Sûreté du Québec (SQ) confirme avoir reçu de nouvelles informations qui la mettent sur une piste pour élucider le mystère de la disparition de la fillette, survenue il y a plus de huit ans. Le directeur général de la SQ, Martin Prud'homme, n'a pas voulu en dire davantage.


Interrogé lors d'un point de presse, la tête dirigeante de la SQ n'a pas voulu insister sur la nature des dernières informations que les forces policières ont obtenues.

« Je peux juste vous dire que je pense que le dossier a progressé », s'est limité à dire Martin Prud'homme, dimanche après-midi.


La SQ sera de retour en grand nombre à Trois-Rivières, lundi, afin de poursuivre ses efforts. Une centaine de policiers seront présents afin de trouver le plus d'indices possible avant l'arrivée de la neige.

« Une journée spéciale pour les gens »

Dimanche matin, au moment où une cinquantaine de policiers se trouvaient sur les lieux de la découverte des restes de Cédrika Provencher, les forces policières avaient affirmé détenir de nouvelles informations apparemment importantes pour la poursuite de l'enquête.

« C'est une journée spéciale pour les gens. »
— Martin Prud'homme
Martin Prud'Homme fait le point sur le dossier Cédrika
Le directeur général de la SQ a pris le temps d'expliquer qu'il tenait à être présent à Trois-Rivières, ce dimanche. Il a rencontré les parents de Cédrika en avant-midi, afin de leur offrir ses condoléances.

Martin Prud'homme souhaitait aussi soutenir son équipe de policiers sur le terrain. « Je tenais à etre ici. Vous savez, depuis 2007 que je suis dans le dossier. »

La tête dirigeante de la SQ a aussi tenu à souligner la contribution importante du public dans les derniers développements. « Ça peut faire la difference, vous êtes des porteurs de message », a-t-il soutenu.


La SQ espère maintenant trouver de nouveaux indices qui permettraient de faire débloquer l'enquête. Quelques dizaines de policiers et enquêteurs ont participé, dimanche, à une battue dans le secteur où ont été découverts les ossements.


http://ici.radio-canada.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/12/2015 17:23  Mis à jour: 13/12/2015 17:23
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Une nouvelle piste après la découverte des restes de Cédrika Provencher.
Au lendemain de l'annonce de la découverte des ossements de Cédrika Provencher, la Sûreté du Québec (SQ) confirme avoir reçu de nouvelles informations qui la mettent sur une piste pour élucider le mystère de la disparition de la fillette, survenue il y a plus de huit ans.

Un texte d'Alexandre Duval

Au moment où une cinquantaine de policiers se trouvaient sur les lieux de la découverte des restes de Cédrika Provencher, dimanche matin, la SQ a affirmé détenir de nouvelles informations apparemment importantes pour la poursuite de l'enquête, sans toutefois en préciser la nature.

Les ossements de Cédrika Provencher ont été découverts par des chasseurs, vendredi, dans un secteur boisé très dense, en marge de l'autoroute 40 Est, près du village de Saint-Maurice.

Ils ont immédiatement alerté les policiers, qui ont confirmé tard samedi soir qu'il s'agissait bel et bien des restes de la fillette disparue en 2007, alors qu'elle n'avait que 9 ans.

La SQ espère maintenant trouver de nouveaux indices qui permettraient de faire débloquer l'enquête. Quelques dizaines de policiers et enquêteurs doivent participer, dimanche, à une battue dans le secteur où ont été découverts les ossements.

Image redimensionnée


Ils ratisseront le terrain tout autour du lieu de la macabre découverte, à la recherche de nouveaux indices. Leur travail risque cependant de se révéler ardu puisqu'il s'agit d'un secteur boisé très dense.

Les policiers ont installé leur poste de commandement en bordure du boisé qui doit être fouillé. Une unité mobile du Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale a aussi été dépêchée sur les lieux.

Une nouvelle qui a enflammé le web

La découverte des ossements de Cédrika Provencher a provoqué une véritable commotion depuis son annonce. Les internautes ont été des milliers à relayer la nouvelle sur les réseaux sociaux.

Le père de Cédrika Provencher, Martin Provencher, n'a pas souhaité accorder d'entrevue aux médias. Il a tout de même publié un message sur sa page Facebook personnelle pour remercier le public, affirmant que la famille peut désormais amorcer son deuil.

Le grand-père de Cédrika, Henri Provencher, qui a agi à titre de porte-parole de la famille au cours des dernières années, a également publié un message dans lequel il a fait part de sa gratitude envers la population pour tout le « soutien indéfectible ».

Des personnalités du monde politique ont également tenu à réagir. Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, notamment, a offert ses condoléances à la famille Provencher, tout en rappelant que la personne responsable de l'enlèvement de Cédrika devait toujours être arrêtée.

Huit ans sans nouvelles

Cédrika Provencher a été portée disparue le 31 juillet 2007. La fillette de 9 ans a été aperçue pour la dernière fois près de son domicile, à Trois-Rivières, à l'angle de la rue Chapais et du boulevard des Chenaux.

Peu de temps après sa disparition, son vélo avait été retrouvé derrière un conteneur à déchets. Rapidement, les policiers ont confirmé qu'une voiture de marque Acura rouge avait été impliquée dans l'enlèvement de la fillette, sans toutefois s'avancer sur le rôle qu'aurait pu jouer le propriétaire de l'automobile.

Plus tôt cette année, le cinéaste Stéphan Parent, qui réalise un documentaire sur la disparition de Cédrika, a révélé qu'il avait obtenu des témoignages faisant état du comportement erratique d'un homme ayant fait nettoyer une Acura rouge dans les heures suivant l'enlèvement.

Avec la collaboration de Pierre Marceau

*****************************

« Maintenant, le deuil peut commencer à se faire tranquillement », dit le père de Cédrika


Huit ans après la disparition de sa fille, Martin Provencher affirme qu'il pourra entamer son processus de guérison. « Maintenant, le deuil peut commencer à se faire tranquillement », a-t-il écrit sur Facebook, dimanche, au lendemain de l'annonce de la découverte des ossements de Cédrika Provencher dans un boisé près de Trois-Rivières.

Un texte d'Alexandre DuvalTwitterCourriel

Dans son message rédigé dimanche, vers 7 heures, le père de famille remercie toutes celles et ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à retrouver le corps de sa fille.

« Sans vous, nous en serions présentement au même point, affirme-t-il. Vous nous permettez de franchir une autre étape de cet horrible drame. »
« Un immense MERCI à tous les bénévoles, amis, policiers, gens des médias qui ont fait et font un travail extraordinaire. »
— Martin Provencher

À l'instar d'Henri Provencher, qui a publié un message de remerciement sur la page Facebook de la Fondation Cédrika Provencher dans la nuit de samedi à dimanche, Martin Provencher a tenu à souligner le soutien de la population à l'égard de sa famille.

Peu avant la publication de ce message sur sa page Facebook personnelle, Martin Provencher a mis en ligne une photo de sa fille qui a généré de nombreux messages de sympathies.
Le père de Cédrika publie cette photo sur sa page Facebook Photo :

Facebook/Martin Provencher

Image redimensionnée


La photo a été reprise, entre autres, par Caroline Lachance, la mère de David Fortin, un autre jeune qui a été porté disparu et dont la famille est sans nouvelles depuis six ans.

Martin Provencher a fait savoir qu'il ne s'adresserait pas directement aux médias.


http://ici.radio-canada.ca/
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/12/2015 12:03  Mis à jour: 13/12/2015 14:42
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re : Les ossements de Cédrika Provencher retrouvés huit ans après sa disparition!



La Sûreté du Québec a annoncé tard samedi que les ossements humains retrouvés la veille à Saint-Maurice, près de Trois-Rivières en Mauricie, sont ceux de Cédrika Provencher. La jeune fille de 9 ans avait été portée disparue le 31 juillet 2007.

Cédrika Provencher avait été vue pour la dernière fois, il y a huit ans, à l'intersection du boulevard Des Chenaux et de la rue Chapais, près de son domicile de Trois-Rivières.

Vendredi après-midi, des restes humains ont été retrouvés par des passants dans un bois aux abords de l'autoroute 40 Est à Saint-Maurice. Un poste de commandement de la Sûreté du Québec (SQ) avait été dépêché sur le site, tout près d'une voie de desserte.

Les ossements, acheminés au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal, ont été analysés. Puis, c'est en soirée, samedi, que les autorités ont été en mesure de confirmer qu'il s'agissait de la petite Cédrika.

Sa famille a été avisée par la SQ, samedi soir. Aucune arrestation n'a encore été menée, mais l'enquête se poursuit.


Affaire hautement médiatisée

La disparition de la jeune fille a provoqué une onde de choc qui a largement dépassé les frontières du Québec.

Le 31 juillet 2007, en soirée, Cédrika Provencher aurait été sollicitée par une personne adulte pour chercher un chien noir et blanc, près de son domicile trifluvien. Elle n'a jamais été vue depuis.

Au cours des dernières années, l'organisme Enfant-Retour Québec a fréquemment rappelé sa certitude qu'au moins une personne savait ce qui s'était passé lors de la disparition de la petite fille.

En juin dernier, la réalisation d'un documentaire d'enquête sur l'histoire de Cédrika Provencher avait été annoncée. Le réalisateur Stéphan Parent souhaitait ainsi relancer l'enquête sur la disparition de la fillette. La sortie du documentaire, dont production avait été confiée à Ugo Fredette, était prévue pour la fin de l'année 2016.

Le sénateur Boisvenu demande la création d'un registre public de délinquants sexuels


Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, dont la fille Julie a été assassinée en 2002, a exprimé ses condoléances à la famille sur sa page Facebook. « Je leur offre toutes mes sympathies et je suis persuadé que la découverte des restes de Cédrika n'est que la moitié de la réponse que cette famille attend depuis 7 ans. Maintenant il faut savoir qui est le monstre derrière ce meurtre crapuleux », a-t-il écrit.

Il appelle également à la mise en place de nouvelles mesures de prévention. « La découverte du corps de Cédrika nous confirme l'urgence du gouvernement du Québec d'investir dans un registre public des prédateurs sexuels plutôt que dans un inutile registre des armes longues », a-t-il commenté.

Au Québec, les personnes reconnues coupables d'infractions sexuelles doivent s'inscrire au Registre national des délinquants sexuels. Celui-ci ne peut toutefois être consulté que par les corps policiers.

Le Québec rend hommage à Cédrika Provencher

Voir en cliquant sur ce lien :

http://www.tvanouvelles.ca/dossiers/cedrikaprovencher
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 23/10/2015 11:59  Mis à jour: 23/10/2015 11:59
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5421
 Re :Une nouvelle piste dans l'affaire Cédrika?
Image redimensionnée


(Trois-Rivières) Même s'il n'existe aucune preuve, l'avocat Marc Bellemare n'exclut pas la possibilité que Marc Perron, l'homme qui aurait agressé une adolescente avec une masse la semaine passée à Trois-Rivières, pourrait être relié à la disparition de Cédrika Provencher.

«À l'époque, il venait de s'installer à Trois-Rivières. Il demeurait donc à proximité de l'endroit où Cédrika est disparue. Ce n'est pas une preuve, mais cet homme a un très lourd passé judiciaire et il est manifestement dangereux. Il existe peut-être même des crimes qui ont été commis et pour lesquels il n'a pas été accusé», a-t-il déclaré jeudi matin au Nouvelliste.

Marc Bellemare est d'ailleurs l'avocat qui représente maintenant les intérêts de la jeune fille de 14 ans qui a été assaillie par le suspect Marc Perron, sur la rue Laviolette. Il précise à ce sujet qu'il entend lui apporter l'aide juridique dont elle aura besoin dans cette affaire. «Je vais l'aider dans ses démarches auprès de l'Indemnisation des victimes d'actes criminels (IVAC) et pour un éventuel recours civil. Elle sera guidée également sur la façon de se comporter en cour lorsqu'elle sera appelée à témoigner.»

Il comprend mal pourquoi le ministère public n'a pas porté une accusation de tentative de meurtre contre Marc Perron à la suite de l'agression à la masse. Celui-ci est en effet accusé de voies de fait graves, séquestration, voies de fait armés et possession de cannabis. «Quand on me parle de la notion d'intention qu'il faut prouver pour porter cette accusation, j'estime pour ma part qu'elle est assez évidente pour tout le monde», a précisé Me Bellemare.

Interrogé à savoir s'il avait accepté ce mandat auprès de la présumée victime, Nathasha, en raison du lien possible qui unirait son agresseur à celui de Cédrika Provencher, il a répondu par la négative.

Il n'en demeure pas moins que l'avocat et ancien ministre de la Justice s'est impliqué grandement dans le documentaire Novembre 84, réalisé par Stéphan Parent et portant sur les enlèvements et les meurtres de huit enfants dont celui de Cédrika en juillet 2007.

On y fait notamment un lien entre la disparition de la fillette de neuf ans et le fait que le suspect principal, surnommé le chambreur, habitait à Trois-Rivières au moment où la disparition a eu lieu.

Sur ce point par contre, d'autres informations laissent croire qu'il ne demeurait pas à Trois-Rivières mais plutôt à Shawinigan.

Selon Stéphan Parent, Marc Perron est un psychopathe qui ne devrait pas être en liberté. «C'est une bombe à retardement. Il y a quelques années, son agent de probation estimait que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne récidive. Nous en avons la preuve aujourd'hui. C'est un danger public», a-t-il mentionné.

Toujours selon M. Parent, et ce, à la lumière des recherches qu'il a effectuées pour son documentaire, Marc Perron aurait déjà été soupçonné de crimes sexuels et de meurtres, dont celui du petit Maurice Viens en 1984. «Il n'y a pas de preuve, c'est vrai, mais à chaque fois que ce suspect demeurait dans un secteur, un enfant disparaissait. Dans le cas de Cédrika, il faut demeurer prudent et ne pas mettre la charrue avant les boeufs, j'en conviens, mais compte tenu de son passé judiciaire, du fait qu'il demeurait à moins de dix minutes du lieu où des enfants sont disparus, on se demande s'il s'agit seulement de coïncidences», a-t-il ajouté.

Henri Provencher demeure prudent

Henri Provencher, le grand-père de Cédrika, savait déjà pour sa part que Marc Perron était considéré comme un suspect. «La différence aujourd'hui est que son nom est maintenant connu avec la sortie de Marc Bellemare. Les policiers sont censés avoir fait leurs vérifications de ce côté. Il est tout de même aberrant de voir que des gens comme lui sont en liberté», a-t-il indiqué.

Cependant, M. Provencher ne peut présumer que Marc Perron serait l'auteur de la disparition de sa petite-fille. «C'est difficile à dire car il y a d'autres personnes d'intérêt comme l'homme à l'Acura rouge», a-t-il ajouté.

Notons par ailleurs que la Sûreté du Québec a refusé jeudi de commenter.

Marc Perron a un lourd passé judiciaire. En 1995, il avait également été impliqué dans une affaire de voies de fait armés, de séquestration et de menaces sur une personne mineure pour lesquels il avait fait des travaux communautaires. En 1996, il avait été condamné à une peine de deux ans moins un jour de prison pour une affaire d'attouchements sexuels sur une mineure. En 2010, il avait écopé d'une peine de 20 mois de prison pour des attouchements sexuels sur un garçon de 11 ans.

Marc Perron sera de retour devant le tribunal ce vendredi en lien avec l'agression à la masse du 13 octobre. La défense devrait cependant renoncer à la tenue d'une enquête sur caution de sorte qu'il demeurera détenu pour le reste des procédures judiciaires.

http://www.lapresse.ca/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
5 + 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10