|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
18 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 18

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Disparition de Mathieu Caizergues : possible abandon des poursuites contre les deux randonneurs mis en examen. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 26/03/2019 15:46
Tiphaine Véron, Française de 36 ans. L'enquête japonaise épluchée Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 26/03/2019 12:34
Mort d’Anne-Cécile Pinel : Olivier Delacroix veut relancer l’enquête ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 26/03/2019 12:28
Pour Philippe Gillet, Anaïs Guillaume est "sans doute vivante"? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 26/03/2019 12:14
Dans l'affaire du meurtre de Patricia Bouchon, l'ADN n'a pas "parlé" autant que l'auraient souhaité les enquêteurs. Malgré de très nombreuses analyses. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 25/03/2019 20:22
Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : deux comportementalistes à la barre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 25/03/2019 15:07
VIDÉO. Poursuivi pour violation du secret professionnel, Me Schwerdorffer, l'avocat du meurtrier présumé, souhaite défendre la liberté d'expression de l'avocat. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 25/03/2019 12:45
Luca Tacchetto et Édith Blais . A Burkina Faso : deux personnes dont un maire enlevées dans le nord du pays... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/03/2019 18:34
Dutroux & l'autre : Une nouvelle plainte contre Michelle Martin: déposée par le père d’Eefje Lambrecks, elle vise à nouveau une organisation frauduleuse d’insolvabilité. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/03/2019 18:24
LA TERRIBLE DISPARITION D'ESTELLE MOUZIN # JTR ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/03/2019 10:09

Le propriétaire de la jambe coupée découverte à Rome retrouvé !

Publié par Walda Colette Dubuisson le 15-08-2015 (971 lectures) Articles du même auteur
ITALIE : On en a parlé dans tous les médias !

Le mystère du propriétaire de la jambe coupée portant le tatouage «aujourd’hui est un beau jour pour mourir», retrouvée par un passant mardi à Rome, a été levé, a raconté samedi il Messaggero : il s’agissait d’un ultra de la Lazio, drogué, braqueur récidiviste et violent " Gabriele di Ponto, 36 ans,".

Pour nous, qui suivons de près les avis de recherche, nous craignons toujours qu’il soit « arrivé malheur » à l’un de nos disparu (e)s , vu que nous le savons: "les disparitions n’ont pas de frontière …"

“Il piede mozzato trovato a Roma è di Gabriele Di Ponto”
36enne, ultrà della Lazio e pregiudicato. Lunedì la conferma con il confronto del Dna


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=950




Le quotidien romain consacre une page entière à raconter la vie de cet homme, Gabriele di Ponto, 36 ans, faite de braquages, de consommation et de trafic de drogue, de séjours en prison et de passion pour l’extrême droite vécue au sein des irréductibles de la Lazio, l’un des deux clubs de football de la capitale italienne.

Le parquet de Rome a ouvert une enquête pour homicide volontaire.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la jambe, découverte à proximité d’une digue d’un affluent du Tibre, l’Aniene, où elle était restée immergée pendant 48 heures, pourrait avoir été coupée à la scie électrique.
L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’après avoir tué le trentenaire, son ou ses assassins aient dispersé ses membres, croit savoir la Gazzetta dello Sport, qui évoque un meurtre lié au trafic de drogue.

Gabriele di Ponto, un fidèle de la Curva Nord du stade olympique de Rome, s’était marié en mai avec une Italo-Tunisienne de 24 ans.
Mais, après un mois de vie commune, la jeune femme s’était enfuie car il la battait, selon son père, un patron de bar interrogé par il Messaggero.

«Un type aussi méchant, j’en avais jamais vu avant», a confié le père de l’ex-épouse.

Ce mariage devait pourtant être le départ d’une nouvelle vie pour ce Romain au parcours chaotique.
Après avoir grandi dans un quartier défavorisé de la capitale italienne, théâtre de luttes entre trafiquants de drogue, il commettait son premier braquage à 18 ans.

Suivaient de nombreux passages en prison, après de nouveaux vols à main armée, une vie «in galera» (en prison) dont il se disait fier sur son profil Facebook.


«Bonjour à tous ceux qui sont détenus», écrivait-il, ou «mieux vaut être en cellule, au silence, qu’être sans honneur», ou «je jure que je vais en prison heureux».

Après avoir essuyé des tirs, il avait été opéré à la hanche mais boitait depuis, un léger handicap qui permettait aux policiers de le reconnaître quand il réalisait, masqué et muni d’une hache, ses braquages, de pharmacies notamment.

Selon l’un d’eux, familier de son parcours criminel, Gabriele di Ponto, qui avait un pistolet tatoué à la taille, «s’était recyclé dans la drogue après avoir donné dans le braquage».

Cela faisait pourtant deux ans qu’il essayait de se désintoxiquer et ses fiançailles avaient été annoncées avec joie, en février, sur son profil Facebook.

Ce sont les membres de sa famille, inquiets depuis sa disparition fin juillet, qui ont reconnu à la morgue sa jambe gauche et cinq de ses tatouages, ce que devrait confirmer des analyses ADN prévues pour lundi.

Par AFP

**********************************

“Il piede mozzato trovato a Roma è di Gabriele Di Ponto”
36enne, ultrà della Lazio e pregiudicato. Lunedì la conferma con il confronto del Dna




Manca ancora la prova del Dna, che sarà eseguita la prossima settimana, ma ormai sembrano restare pochi dubbi sull’identità dell’uomo a cui apparteneva il piede sinistro trovato quattro giorni fa a Roma vicino all’argine del fiume Aniene. Secondo quanto riportato oggi da alcuni quotidiani, si tratterebbe di Gabriele Di Ponto, 36 anni, ultrà della Lazio e pregiudicato per droga: potrebbe essere stato ucciso e fatto a pezzi con una sega elettrica. Magari per un contrasto legato allo spaccio. Una vita, la sua, senza regole passata dentro e fuori dal carcere tra rapine, droga e violenza.



Al mondo della tifoseria biancoceleste estrema rimanda uno dei due tatuaggi sul piede, “Ss Lazio Irriducibili”, mentre l’altro recita “Oggi é un bel giorno per morire”. Gli investigatori della squadra mobile aspettano l’esito del confronto tra il Dna estratto dall’arto all’Istituto di Medicina legale del Policlinico Gemelli e quello ricavato da alcuni oggetti personali del 36enne (e quello prelevato ai suoi parenti) per avere la certezza definitiva sull’identità.



All’ultrà gli investigatori sarebbero arrivati controllando le denunce delle persone scomparse di fede biancoceleste e con tatuaggi. Ma le indagini si stanno muovendo anche per trovare chi ha commesso l’omicidio, o per chiarire le circostanze della sua morte. Secondo l’autopsia il piede non sarebbe rimasto in acqua per più di due giorni, visto il suo buono stato di conservazione. L’arco temporale del delitto potrebbe così restringersi. Ma il giallo resta.

http://www.lastampa.it/
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
2 + 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10