|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
20 Personne(s) en ligne (19 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 20

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Affaire Grégory Villemin: un ex-enquêteur dénonce des «mensonges» dans le livre de Murielle Bolle... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/11/2018 11:33
Les familles des «disparus du fort de Tamié» veulent obtenir «des réponses»... ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/11/2018 11:24
Michel Fourniret devant les assises de Versailles : "C'est peut-être l'un des derniers moments pour le faire parler"!!! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/11/2018 15:46
Alicia Allemeersch, 12 ans de disparition ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/11/2018 11:56
Un assassinat pour s’emparer du magot des «postiches»: le crime à part de Fourniret. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/11/2018 17:08
Affaire Fourniret : des ADN inexploités depuis 15 ans Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/11/2018 14:24
Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan. des tracts diffusés en Allemagne. ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/11/2018 13:01
VIDEO. 11-Novembre : "On criait, on sautait, on gesticulait comme des fous" : l'armistice raconté par un soldat du front. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/11/2018 16:16
Mort de Théo Hallez : son frère prend la parole contre ceux qui “mettent en cause l'honneur de sa famille”. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/11/2018 13:45
Nordahl Lelandais a de nouveau été entendu , pour une troisième fois, pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer , il maintient sa version . Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/11/2018 13:13

BRUNEAU Elham, 14 ans et sa sœur Anissa 15 ans .

Publié par Walda Colette Dubuisson le 08-04-2016 (3132 lectures) Articles du même auteur
Image redimensionnée


FRANCE, , Pas de Calais , Liévin ( proximité frontière Belge -> Courtrai)
08/04/2016 : On ne comprend pas ce qu’il s’est passé… » Dix mois après le départ d’Elham et d’Anissa, leur tante est toujours aussi abattue. Le 3 juin 2015, elle apprend, comme le reste de la famille, le départ en Syrie des deux adolescentes et de leur maman, avec qui elles vivaient à Avion. « C’est la mère qui a appelé sa cousine pour dire qu’elles étaient parties, pour mieux vivre leur religion », notamment en rejoignant le territoire occupé par l’État islamique.
**************************************

22/08/2015 Disparition de 2 soeurs , Elham et Anissa BRUNEAU,âgées de 14 et 15 ans, depuis le 26/05/2015 de Lièvin au Pas-de-Calais en France.
Disparition diffusée par INTERPOL.



http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=958


Image redimensionnée



Image redimensionnée


http://www.interpol.int/notice/search/missing/2015-45996

Nom de famille: BRUNEAU
Prénom: ELHAM
Sexe: Féminin.
Date de naissance : 06/09/2000
Lieu de naissance: PAS DE CALAIS / LIEVIN, France
Nationalité: Française
Nom et prénom du père : Aatar Brayme
Nom et prénom de la mère: BRUNEAU AMÉLIE
Mesure : 1M65
Couleur des cheveux: Foncé
Couleur des yeux: Marron
Signes distinctifs et caractéristiques: CHEVEUX FRISÉS
Langue parlée: Français
Date de la disparition: 26/05/2015
************************

BRUNEAU Anissa, 15 ans
Sexe: Féminin.
Date de naissance : 01/10/1999
Lieu de naissance: PAS DE CALAIS / LIEVIN, France
Nationalité: Française
Nom et prénom du père: ATAR Brayme
Nom et prénom de la mère: BRUNEAU AMÉLIE
Mesure: 1M70
Couleur des cheveux: Foncé
Couleur des yeux: Marron
Signes distinctifs et caractéristiques: CHEVEUX RAIDES
Langue parlée: Français
Date de la disparition: 26/05/2015


Si vous avez la moindre information, appelez le poste de police d’urgence le plus proche
Numéro Européen : 112
Ou remplissez le formulaire INTERPOL en cliquant ICI

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 08/04/2016 13:51  Mis à jour: 08/04/2016 13:51
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 4284
 Re : La tante d’Elham et Anissa, 15 et 16 ans, parties vivre en Syrie avec leur mère en juin 2015, témoigne du drame qui touche leur famille.
On ne comprend pas ce qu’il s’est passé… » Dix mois après le départ d’Elham et d’Anissa, leur tante est toujours aussi abattue. Le 3 juin 2015, elle apprend, comme le reste de la famille, le départ en Syrie des deux adolescentes et de leur maman, avec qui elles vivaient à Avion. « C’est la mère qui a appelé sa cousine pour dire qu’elles étaient parties, pour mieux vivre leur religion », notamment en rejoignant le territoire occupé par l’État islamique.

Cette idylle qu’elle a voulu rejoindre, c’est la Syrie, un pays en proie à une guerre civile depuis cinq ans. « Elles sont parties une semaine avant son coup de fil. C’était déjà trop tard. On ne s’est douté de rien. »

Parties de leur plein gré ?

Quelques jours avant leur départ, Anissa et Elham passent le week-end chez leur père à Harnes. « C’était le week-end de la Pentecôte, celui de trois jours », se souvient leur tante. Les deux filles savaient-elles déjà qu’elles partiraient pour la Syrie quelques jours plus tard ? Impossible à dire. En tout cas, « rien ne semblait paraître. Dans la famille, nous sommes tous musulmans. On pratique, mais ça s’arrête là. Chez Elham et Anissa, ou même leur mère, on n’a jamais remarqué la moindre radicalisation. » Les adolescentes sont intégrées dans leurs établissements scolaires respectifs, l’une au collège Jean-Jacques-Rousseau d’Avion, l’autre au lycée Condorcet de Lens. Ensemble, elles vivent à Avion, chez leur mère, en couple avec un autre homme avec qui elle a eu un fils. Après le choc, c’est le questionnement pour les proches. Est-ce la mère qui a voulu emmener ses filles ? Voulaient-elles aussi partir ? « On ne sait pas vraiment. Ça a été une telle surprise pour nous. Au départ, on ne pouvait pas penser ça d’une seule des trois, et puis en discutant avec elles via internet, on se demande si en fait la décision n’était pas commune. »

Très peu de nouvelles

Le lien n’est pas complètement coupé entre les deux filles et leur famille. « On discute via une application qui marche bien là-bas. Au départ, le contact se faisait par Snapchat ou Whatsapp (deux applications pour smartphones), mais il a fallu changer car ça ne fonctionnait pas bien en Syrie. » Les nouvelles sont parcellaires et le temps entre deux communications est souvent très long. « Il faut éviter de parler de leur ancienne vie ici. Dès qu’on parle de la madeleine de Proust, la discussion est rompue. Elles nous disent simplement que tout va bien pour elles », confie leur tante. Impossible de savoir où elles vivent, ni avec qui. « On sait juste qu’elles sont mariées, comme toutes les femmes seules qui partent là-bas. »

L’angoisse et l’espoir

La dernière fois que la tante a reçu des nouvelles, c’était le 23 mars. « Je n’ai pu parler qu’à Elham. Anissa était malade et on n’a plus de nouvelles de leur mère. » Entre chaque communication, c’est la même inquiétude : la peur de ne plus en avoir d’autres. « On se demande toujours s’il n’est pas arrivé quelque chose. Avec les bombardements qui sont presque quotidiens… », explique Fatima, des trémolos dans la voix. Un état qui oscille entre l’angoisse et l’effondrement. « On est tous abattus. Que ce soit le père des filles, l’ancien conjoint de leur mère ou la grand-mère maternelle… C’est une situation terrible à vivre et on ne reçoit aucun accompagnement extérieur ou psychologique. »

Ce qui permet aux proches de tenir le coup : l’espoir de revoir Anissa, Elham et leur mère revenir fouler le sol français. « Certains reviennent, on garde l’espoir qu’elles se rendent compte et qu’elles rentrent un jour », termine-t-elle.

http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
8 - 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10