|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
16 Personne(s) en ligne (16 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 16

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org

Trois fois plus de crises d’asthme et pic de la bronchiolite à la rentrée scolaire.

Publié par Walda Colette Dubuisson le 13-12-2019 (1316 lectures) Articles du même auteur
13/12/2019 : ALERTE , La bronchiolite est de retour...
La bronchiolite touche 30 % des bébés de moins de 2 ans chaque hiver. Une épidémie est en cours dans toute la France.
*************************************
26/12/2017 : l'épidémie de bronchiolite gagne du terrain en France, presque toutes les régions touchées. Pour éviter la transmission du virus aux enfants de moins de deux ans, il faut se laver les mains et éviter le contact avec les nourrissons si l'on est malade. Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13H du 25/12/2017 présenté par Jacques Legros sur TF1.
*********************************************
13/11 /2017 : Gare à la respiration de votre bébé ! Selon Santé Publique France, la bronchiolite serait "en nette augmentation". L'épidémie est même déjà déclarée en Ile-de-France, Martinique et Guadeloupe.

Comme chaque année, indique l’InVS, « cette hausse est maximale environ 2 semaines après la rentrée scolaire, avec cependant des effectifs plus élevés qu’au cours des 5 années précédentes à l’échelon national ».
****************************************

Arrêt du traitement préventif de l’asthme pendant les vacances, retour à la vie en collectivité, confinement dans nos logements et exposition aux polluants des salles de classe, sont autant d’hypothèses expliquant la nette augmentation des passages aux urgences pour crise d’asthme chez les enfants.


http://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=988

Nette hausse des victimes d’une crise d’asthme à la rentrés scolaire

Chaque année, les urgentistes signalent une recrudescence des enfants victimes d’une crise d’asthme en période de rentrée scolaire, et cette année davantage encore. L’Institut de veille sanitaire (InVS) a constaté dès les premiers jours de septembre, une rapide augmentation des recours aux urgences pour asthme chez l’enfant : « du 7 au 13 septembre 2015, le nombre de visites à SOS Médecins pour une crise d’asthme chez les enfants a triplé par rapport à la semaine précédente et le nombre de passages aux urgences et d’hospitalisations a été multiplié par 4 ». Comme chaque année, indique l’InVS, « cette hausse est maximale environ 2 semaines après la rentrée scolaire, avec cependant des effectifs plus élevés qu’au cours des 5 années précédentes à l’échelon national ».

Comment expliquer cette recrudescence du nombre d'enfants victimes d’une crise d’asthme ?

Cette hausse des crises d’asthme est liée à la reprise de la vie en collectivité après les vacances scolaires d’été, qui génère une augmentation des infections virales respiratoires. D’autres facteurs peuvent jouer un rôle comme l’exposition aux allergènes (acariens, pollens, tabac…) et aux polluants. L’arrêt du traitement de fond de l’asthme pendant l’été est aussi souvent en cause.

En pratique

Aérer quotidiennement son logement et les salles de classe afin d’améliorer la qualité de l’air intérieur.
Se protéger des allergènes (éliminer les moisissures, les acariens, limiter les expositions aux pollens…) et éviter les expositions aux polluants.
Ne pas stopper son traitement de fond, y compris pendant les vacances scolaires.
Avoir toujours sur soi son traitement de crise et avoir bien compris comment et quand l’utiliser.
Attention, la rentrée scolaire de septembre n’est pas la seule période à risque. L’InVS enregistre aussi une hausse des recours aux urgences pour crise d’asthme après les vacances scolaires de la Toussaint, qui correspond au début de l’épidémie de bronchiolite…

Sources :
L’Institut de veille sanitaire (InVS), « Rentrée des classes : retour de l’asthme chez les enfants », 17 septembre 2015.

Article publié par Isabelle Eustache le 18/09/2015, repris sur sos-enfants.org en accord avec notre partenaire e-sante.be & e-sante.fr
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/12/2019 15:35  Mis à jour: 13/12/2019 15:35
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5174
 La bronchiolite touche 30 % des bébés de moins de 2 ans chaque hiver. Une épidémie est en cour...
Dans son bulletin épidémiologique du 11 décembre, Santé publique France indique qu’une épidémie de bronchiolite est en cours sur toute la France. Parmi les 4 042 enfants de moins de 2 ans vus aux urgences pour une bronchiolite la semaine passée, 35 % ont été hospitalisés.



En novembre, de nouvelles recommandations ont été émises par la Haute Autorité de Santé pour le traitement de la bronchiolite qui remettent en cause l’efficacité de la kiné respiratoire sur les bébés de moins de 12 mois.
-> https://www.lavoixdunord.fr/665943/art ... ce-se-defendent-les-kines
Répondre
Walda Colette Dubuisson
Posté le: 13/11/2017 12:52  Mis à jour: 13/11/2017 12:52
Administrateur
Inscrit le: 06/09/2013
De:
Commentaires: 5174
 Alerte à la bronchiolite : soyez vigilant !
Gare à la respiration de votre bébé ! Selon Santé Publique France, la bronchiolite serait "en nette augmentation". L'épidémie est même déjà déclarée en Ile-de-France, Martinique et Guadeloupe.

"Chaque hiver, près de 30% des enfants de moins de 2 ans sont affectés par la bronchiolite" rappelle le site Santé publique France. Or selon son dernier bulletin officiel, l'épidémie a déjà commencé en Ile-de-France, Guadeloupe et Martinique. Plusieurs régions comme la Nouvelle-Aquitaine, l'Occitanie, le Centre-Val de Loire, la Bretagne et la Normandie sont en "pré-épidémie". La bronchiolite est une infection respiratoire très répandue et très contagieuse qui affecte des petites bronches, les bronchioles, provoquant une gêne respiratoire, voire une insuffisance respiratoire dans les cas les plus graves. Elle serait cette année "en nette augmentation." Lors de la première semaine des vacances de la Toussaint, le nombre de passages aux urgences pour bronchiolite a augmenté de 26% indique le Parisien.


Bronchiolite : les signes qui doivent alerter...

Dans certains cas, l'état d'un jeune enfant atteint de bronchiolite peut s'aggraver en quelques heures, surtout s'il s'agit d'un nourrisson et s'il était déjà malade des poumons pour une autre raison avant la bronchiolite. L'apparition d'un seul des signes d'alerte suivants devraient vous inciter à consulter rapidement un médecin :
- les difficultés respiratoires de l'enfant semblent s'aggraver au lieu de s'améliorer progressivement ;
- le sifflement qu'on entend quand il rejette l'air des poumons est de plus en plus bruyant, ou sa respiration s'accélère de plus en plus (notamment s'il respire 60 fois par minute ou plus) ;
- lorsque l'enfant respire, son ventre se creuse, et ses narines s'ouvrent de manière inhabituelle ;
- la peau de l'enfant semble anormalement pâle ou grise, ou ses lèvres semblent bleuâtre ;
- l'enfant semble avoir du mal à reprendre sa respiration après un épisode de toux (épisode d'apnée, c'est-à-dire d'arrêt de la respiration) ;
- l'enfant refuse de téter, ou tête à peine ;
- l'enfant devient somnolent et ne se réveille plus pour téter ou pour manger comme d'habitude ;
- l'enfant est très irritable, il dors très mal et devient difficile à calmer ;
- la température de l'enfant atteint ou dépasse 39°C ;
- bébé n'a pas mouillé ses couches depuis six à huit heures, la fontanelle du haut de son crâne s'enfonce, ou sa bouche et ses lèvres semblent sèches.
Ne vous affolez pas pour autant. Dans certains cas, l'apparition d'un de ces signes ne sera qu'une fausse alerte. ou bien une consultation et une prise en charge rapides permettront de sortir rapidement bébé d'un mauvais pas, notamment par la prescription d'une kinésithérapie de désencombrement respiratoire.
Les gestes de prévention pour diminuer le risque de bronchiolite sont disponible sur le site de Santé Publique France, dans une brochure intitulée "Votre enfant et la bronchiolite."

Publié par Chloé Parisse, journaliste santé le Jeudi 09 Novembre 2017 : 16h50

Publié sur sos-enfants en accord avec e-santé.fr http://www.e-sante.fr/
Répondre
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Message*
Code de Confirmation*
5 - 2 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10