|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
20 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 20

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Estelle Mouzin: , la plainte du père contre l’État jugée recevable.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 15/01/2019 12:05:17

Le père de la fillette disparue il y a tout juste seize ans invoque des carences de la police et de la justice. Une information judiciaire devrait être ouverte et un juge d’instruction nommé.


Le père d’Estelle Mouzin, disparue le 9 janvier 2003 alors qu’elle rentrait de l’école, a affirmé samedi 12 janvier à l’issue d’une marche silencieuse à Guermantes (Seine-et-Marne) que sa plainte contre l’État pour « faute lourde » a été jugée recevable.

« Il a fallu détailler toutes les anomalies de l’instruction pour pouvoir déposer plainte contre l’État », a-t-il expliqué, mais il aura finalement été entendu. Une information judiciaire devrait désormais être ouverte et un juge d’instruction nommé afin de faire la lumière sur les dysfonctionnements qu’il invoque.

Errements de la police et de la justice
Depuis des années en effet, Éric Mouzin dénonce les errements de la police et de la justice dans le dossier de sa fille. « L’État est responsable de la désorganisation des services », a-t-il expliqué samedi. Celle-ci se serait traduite par « une mauvaise instruction, mauvaise gestion des moyens, mauvaise coordination entre la police et la justice, absence de PV de synthèse, une rotation des juges sans suivi », poursuit-il.

Aujourd’hui, force est de constater que le mystère de la disparition d’Estelle Mouzin reste entier. Un septième juge d’instruction a été saisi de l’affaire tandis que des fouilles sur un terrain ayant appartenu au tueur en série Michel Fourniret à Floing (Ardennes), en décembre, n’ont pas abouti, tout comme la piste Nordahl Lelandais, du nom de suspect de l’affaire « Maëlys ».

Améliorer la recherche d’enfants
L’Assemblée générale de l’association « Estelle », fondée par Eric Mouzin afin d’améliorer les recherches d’enfants disparus, s’est, par ailleurs, déroulée samedi après-midi. Elle a proposé deux nouvelles pistes. La première est « l’inscription systématique des ADN des enfants disparus dans le fichier national des empreintes génétiques (Fnaeg) pour faire des comparaisons », précise Éric Mouzin. La deuxième piste concerne « la prise en charge par l’État des analyses ADN, qu’elle ne soit pas externalisée auprès de laboratoires privés ».

Au cours des dernières années, l’association avait soumis trois propositions au ministère de la Justice : la création d’un corps de juges spécialisés dans les disparitions d’enfants, la création d’un fichier des enfants disparus et l’amélioration des dispositifs de suivi des enfants disparus. « On vous écoute mais ce n’est suivi de rien », regrette Éric Mouzin, sans pour autant perdre de sa « combativité ». « Quand on dépose plainte contre l’État cela montre notre volonté d’avancer au profit de l’enquête et au profit des autres familles d’enfants. »

La Croix https://www.la-croix.com/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
3 + 7 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10