|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
9 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 9

plus...

Yanis, mort pour un pipi au lit: le meurtre pourrait être écarté...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 25/02/2019 17:34:23

Après le décès de Yanis, 5 ans, dans le Pas-de-Calais en 2017, son beau-père, originaire d’Amiens, pourrait être jugé pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Julien Masson, 32 ans, va être jugé devant la cour d’assises à la fin de cette année ou au début de 2020 après la mort de Yanis, 5 ans, le 6 février 2017 à Aire-sur-la-Lys, près de Saint-Omer (Pas-de-Calais). Mais sous quels chefs d’accusation ? Cette question est en cours de débats.

L’ancien Amiénois est mis en examen depuis le début de l’affaire pour meurtre et violences sur l’enfant. Depuis, l’enquête est finie. Le parquet vient de rendre ses réquisitions dans le cadre de cette affaire. Pour lui, le trentenaire doit être jugé non pas pour homicide, mais pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Avec les deux circonstances aggravantes que sont l’âge de la victime et le fait que le mis en cause avait autorité sur lui, la peine encourue serait de 30 ans de réclusion criminelle. C’est le juge d’instruction, après ces réquisitions, qui décidera des chefs de renvoi.

L’enfant a pu être immergé dans l’eau du canal

Julien Masson a toujours nié avoir voulu tuer Yanis, l’enfant de sa compagne d’alors. Le couple avait dormi dans le chalet du père, situé à 200 m d’un canal, un logement sans eau, chauffage et électricité. Le drame a eu lieu après que l’enfant a fait pipi au lit. Sa mère, Émilie Inglard, 25 ans, avait expliqué qu’ils s’étaient énervés contre lui, que Julien Masson avait emmené Yanis courir le long du canal pour le punir, et ce, en pleine nuit, et alors qu’il faisait 5ºC. L’enfant est décédé d’un traumatisme crânien.

Julien Masson, qui a vécu à Péronne et à Amiens, où il a travaillé pendant 9 ans au magasin de ventes d’objets d’occasion la Trocante, rue Saint-Fuscien, a varié dans ses explications au cours de l’instruction. Il finira par affirmer que la mort est accidentelle, que l’enfant a chuté du vélo. Il a reconnu juste un « léger coup » de lampe torche sur le crâne de l’enfant. Mais les experts ont démenti cette justification, ces explications étant incompatibles avec les lésions constatées sur l’ensemble du corps de l’enfant.

Pas suffisamment d’éléments
Et puis, le Samarien, qui est assisté par Mes Stéphane Daquo et Grégoire Lafarge, n’a pas expliqué pourquoi Yanis était trempé quand il a été découvert, les experts estimant que son état était compatible avec « une immersion » dans l’eau du canal ;

Pour le parquet, le dossier ne contient pas suffisamment d’éléments pour que Julien Masson soit renvoyé en justice pour meurtre : « Si les coups sont portés au niveau d’une zone potentiellement vitale, la nature des coups, les échanges entre Julien Masson et Émilie Inglard, l’appel aux services de secours et les réactions des mis en examen décrites par les premiers intervenants ne permettent pas de caractériser l’intention d’homicide ».

Émilie Inglard, défendue par Me Pauline Gallois, risque pour sa part d’être jugée pour « abstention volontaire d’empêcher un crime ».

http://www.courrier-picard.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
2 + 5 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10