|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
20 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 20

plus...

Re: 200 personnes pour la messe en hommage à Elodie Kulik, violée et brulée en 2002

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 18/01/2015 17:05:27

Comme chaque année, le père d'Elodie Kulik, jeune femme violée et tuée en 2002 dans la Somme, a fait donner une messe en hommage à sa fille. Entre 150 et 200 personnes étaient rassemblées en l'église de Monchy-Lagache, ce matin.

L'émotion est toujours là. L'empathie, la solidarité, encore forte 12 ans après que Jacky Kulik a perdu sa fille, Elodie, dans un drame qui continue de défrayer la chronique judiciaire. Ce dimanche 18 janvier 2015, à partir de 10h30, entre 150 et 200 personnes ont répondu présente à la messe donnée, comme chaque année, à Monchy-Lagache, en hommage à Elodie Kulik. Cela fait encore un peu plus de monde que l'année dernière.

Terrible fait divers


Monchy-Lagache est la commune où avaient eu lieu les obsèques d'Elodie Kulik, en 2002. Le corps de cette femme de 24 ans avait été découvert le 12 janvier 2002 par un agriculteur entre Cartigny et Tertry (Somme), partiellement calciné. Elodie avait été violée, étouffée et brûlée. Autre élément insupportable : les pompiers avaient enregistré deux appels téléphoniques, de quelques secondes, où l'on entendait la jeune femme hurler.

Grâce à l'ADN, les enquêteurs identifieront un supect, Grégory Wiart, décédé quelques mois après le meurtre. Sur les enregistrements des pompiers, il y aurait au moins deux voix d'hommes. Les amis de Grégory Wiart ont donc été auditionnés et un homme, Willy Bardon, a été accusé.

L'accusé en résidence surveillée

L'affaire a connu d'importants rebondissements durant l'année écoulée. Willy Bardon, seul suspect aujourd'hui poursuivi en justice, a d'abord vu sa garde-à-vue validée par le Conseil constitutionnel (les avocats de la défense l'avaient contesté). Puis il a obtenu la liberté conditionnelle.

Depuis plus de six mois, il vivrait dans une maison de l'Aisne, avec un bracelet électronique, avec l'interdiction de parler aux médias. Il continuerait de nier sa culpabilité et suspecterait l'existence de plusieurs coupables...

france3-regions.
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
3 - 1 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10