|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
26 Personne(s) en ligne (26 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 26

plus...

L’affaire Elodie Kulik inspire une pièce de théâtre que le papa d’Elodie apprécie. L’idée de la pièce, selon son créateur, était aussi de «redonner un aspect humain» à l’affaire.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 15/12/2016 17:36:03

Image originale



Fabien Richard prépare une pièce dont le fil directeur est le meurtre de la jeune femme.

Presque quinze années plus tard, le meurtre d’Élodie Kulik, jeune banquière péronnaise, est encore dans toutes les mémoires. Et devrait le rester, puisqu’il constituera le fil conducteur de Meurtres à domicile, la future pièce de la compagnie Viromandui, dont les premières représentations devraient se tenir à la fin de l’année 2017.

Le scénariste, le Saint-Quentinois Fabien Richard, n’abordera bien sûr pas la tragédie de manière frontale. «Il s’agit plutôt d’un socle commun à toutes les affaires que j’évoque dans la pièce, précise ce dernier. Je mets en scène un enquêteur en charge de résoudre l’affaire Kulik. Pour parvenir à ses fins, il va étudier des affaires passées, comme il n’arrive pas à trouver de réponses. Élodie Kulik est dans la pièce sans y être. D’ailleurs, elle ne s’y appelle pas Élodie.»

La future pièce de théâtre ne devait pas évoquer l’affaire au départ. «J’ai d’abord voulu écrire sur les grandes affaires criminelles de l’Aisne. Je me suis rendu aux archives et j’en ai compilé, raconte Fabien Richard. Le problème, c’est qu’elles n’avaient pas de socle commun qui leur donnait une consistance, excepté le bourreau, présent dans chacune d’entre elles. À cette époque, je regardais aussi énormément d’émissions comme Faites entrer l’accusé. C’est comme cela que je me suis attaché à l’affaire d’Élodie.» La proximité géographique a bien sûr joué son rôle. «Le hasard a voulu qu’une de mes connaissances soit un ami de Jacky Kulik, le père d’Élodie.»

Le père d’Élodie a apprécié la pièce


Il était bien évidemment impensable que l’ascendant de la victime ne soit pas informé du projet de Fabien Richard. «Il l’a lue et a validé la démarche, annonce le metteur en scène. Je dois prochainement déjeuner avec lui.»

La pièce ne s’évertue pas à trouver des réponses sur une affaire dont le procès n’a pas encore eu lieu. «En dehors des faits premiers et du rebondissement avec la découverte de l’ADN de Grégory Wiart, il n’y a rien. Il est davantage intéressant d’évoquer des affaires qui font penser à Élodie Kulik. D’autant plus que nous sommes en attente du procès de Willy Bardon. Je ne voulais bien sûr pas prendre position.»


L’idée de la pièce, selon son créateur, était aussi de «redonner un aspect humain» à l’affaire. «Lorsque vous évoquez l’affaire Kulik, les gens ne voient que deux choses: le portrait d’une jeune femme blonde et souriante, et un fait divers dans lequel elle a été violée et brûlée dans un champ.» C’est pour cette raison que Fabien Richard souhaite que des débats soient menés lors des représentations.


Celles-ci devraient avoir lieu à Saint-Quentin, mais pas seulement. «Je souhaite jouer à Péronne et à Ham en premier», annonce le metteur en scène. Dans une région encore meurtrie par la mémoire de l’affaire. BENJAMIN MERIEAU
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
6 - 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10